L'« Église catholique apostolique ». Combien de mots nous utilisons et récitons sans connaître leur sens? Aux racines du concept "d'Apostolique"

— Théologique —

L'"ÉGLISE CATHOLIQUE APOSTOLIQUE". COMBIEN DE MOTS NOUS UTILISONS ET RÉCITONS SANS CONNAÎTRE LEUR SIGNIFICATION? AUX RACINES DU CONCEPT "APOSTOLIQUE"

.

C'est sans doute une phrase mnémotechnique, celle estampillée dans la partie de credo dans lequel on récite « Je crois que l'unique Église, Santa, catholique et apostolique ". Combien, cependant, connaissent le sens véritable et profond de « apostolique »? Cette partie est explicitement citée dans le credo dernier, mais cela ne signifie pas qu'il a une dernière place dans la réflexion théologique, donc dans la pratique de la vie de foi.

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

.

.

C'est sans doute une phrase mnémotechnique, celle estampillée dans la partie de credo dans lequel on récite « Je crois que l'unique Église, Santa, catholique et apostolique ". Combien, cependant, connaissent le sens véritable et profond de « apostolique »? Cette partie est explicitement citée dans le credo dernier, mais cela ne signifie pas qu'il a une dernière place dans la réflexion théologique, donc dans la pratique de la vie de foi. Alors dernier, mais pas pour ce dernier en importance, la note d'apostolicité ecclésiale jette un pont entre l'aspect personnel et communautaire de la foi. Cette connotation, en fait, décrit la fondation de la communauté des croyants, dans un triple sens:

.

  1. L'Église est bâtie sur le fondement des apôtres [Ef 2,20], les témoins choisis et envoyés en mission directement par le Christ,
  2. Il garde et transmet, avec l'aide de l'Esprit Saint qui l'habite de l'intérieur, l'enseignement du Christ, le bon dépôt de la foi et les paroles saines entendues par les Apôtres;
  3. « Jusqu'au retour du Christ, l'Église continue d'être éduquée, sanctifiés et guidés par les Apôtres grâce à leurs successeurs dans la mission pastorale: le collège des évêques, assistés de prêtres et unis au Successeur de Pierre et Pasteur Suprême de l'Église " [ CCC n. 857].

.

En un mot ces trois points ils offrent un aperçu de l'apostolicité de l'Église catholique. Nous allons maintenant les voir analytiquement, à partir de la Sainte Écriture où l'on trouve des références claires à la présence et au choix de Jésus des douze apôtres:

.

"Puis, appela à lui ses douze disciples, leur a donné le pouvoir de chasser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité" [Mont 10, 1-4]. Les noms des Douze Apôtres sont ceux-ci: le premier, Simone a appelé Pietro et Andrea son frère; Jacques de Zébédée et Jean son frère; Filippo et Bartolomeo; Thomas et Matthieu le collecteur d'impôts; Giacomo d'Alfeo et Taddeo; Simon le Cananéen et Judas l'Iscariote, le même qui l'a ensuite trahi.

.

L'évangéliste continue:

.

« Il monta ensuite sur la montagne, il appela à lui ceux qu'il voulait, et ils vinrent à lui. Il a nommé Douze pour être avec lui et aussi pour les envoyer prêcher et avoir le pouvoir de chasser les démons [Mc 3, 13].

.

C'est toujours:

.

«En ce temps-là, il se rendit à la montagne pour prier, et passé la nuit à prier Dieu. Quand il faisait jour, il appela à lui ses disciples et choisit douze, à qui il donna aussi le nom d'apôtres" [Lc 6, 12].

.

Les douze disciples sont appelés apôtres, le grec ἀπόστολοι (apôtres), en hébreu Messagers (shelichim, Pluriel de livreur, shaliach, qui dans ces deux langues signifie littéralement: envoyé, parce qu'à travers leur ministère, Jésus continue sa mission. En accueillant les douze, toute la personne du Christ est accueillie, comme on le lit dans « Qui vous accueille, m'accueille" [Mont 10, 40]. Le Christ choisit précisément douze apôtres. Le nombre de douze symbolise l'universalité et fait référence aux Douze Tribus d'Israël. La plus grande nouveauté dans la suite du Christ, il ne consiste pas tant dans le nombre, comme dans le fait que c'est le maître qui choisit les disciples: alors que généralement dans les temps anciens c'étaient les disciples qui choisissaient le maître duquel puiser les enseignements pour la vie spirituelle. Après les avoir choisis, Jésus les envoie prêcher d'abord dans tout le pays d'Israël, puis plus tard aux païens (peuples ou gentils définis). Ainsi, ils commencent à transmettre et à transmettre l'authentique enseignement du Christ. Ainsi Jésus forme alors un collège, c'est-à-dire un groupe stable d'envoyés avec la mission permanente de transmettre son message et dirigé par l'apôtre Pierre. Dans l'accomplissement de cette mission, le Saint-Esprit donne aux apôtres tous les moyens et la force nécessaire dont il a besoin, par une grâce très spéciale: ils ont donc les mêmes pouvoirs que le Christ: les envoyés sont donc capables d'annoncer et de propager les mystères divins, pardonner et remettre les péchés et guérir et chasser les démons. De plus, le Saint-Esprit lui donne l'intelligence d'approfondir, mieux méditer et annoncer le mystère du Christ.

.

Au sein du groupe des apôtres, nous avons vu que la présence de la figure de Simon Pierre. Il est investi d'un rôle particulier: il est mandaté par le Christ comme principe d'unité et de communion de foi; il est donc le chef visible de l'Église; les apôtres doivent être en communion avec lui et au-dessous de lui en ce qui concerne la doctrine du Christ: ceci, comme nous le verrons, s'appliquera également au successeur de Pierre, père, et aux évêques qui lui obéissent: avec Petro e sous Petro (avec Pierre et sous Pierre)

.

Approfondissons alors la figure de Pierre: il est chargé par le Christ d'une mission spéciale. Il est décrit dans un passage très important de l'Evangile:

.

"Simon Pierre a répondu: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ". et Jésus: "Quel chanceux êtes-vous, Simon fils de Jonas, car ni la chair ni le sang ne vous l'ont révélé, mais mon Père qui est aux cieux. Et je vous le dis: Tu es Pierre et sur ce roc je bâtirai mon Église et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle "". [Mont 16, 16-18].

.

Simone, dont Jésus a changé le nom en Pierre, il est le premier et le seul à reconnaître que le Christ est le fils de Dieu, du Dieu vivant. Il "a donc anticipé" les autres apôtres dans cet acte de foi: il est donc placé par Jésus à la tête du collège apostolique. Trois pouvoirs très spéciaux sont conférés à Peter, que les autres apôtres ne possèdent pas: tout d'abord il n'échouera jamais, car Pierre est la pierre visible et stable de la communauté des croyants; en deuxième, il a le pouvoir des clés du royaume e, la troisième, le pouvoir de délier et de lier. Nous entendons par là:

.

"Le pouvoir des clefs désigne l'autorité pour gouverner la maison de Dieu, dont elle est l'Église. Jésus, le bon berger [Gv 10, 11], a confirmé ce post après la résurrection: «Nourrir mes moutons» [Gv 21, 15-17]. Le pouvoir de lier et de délier indique l'autorité d'absoudre les péchés, prononcer des jugements en matière de doctrine et prendre des décisions disciplinaires dans l'Église. Jésus a donné cette autorité à l'Église par le ministère des Apôtres [cf.. Mont 18,18] et particulièrement de Pietro, le seul à qui il confia explicitement les clefs du Royaume " [cf.. CCC n. 553].

.

Nous savons traditionnellement que Pierre a été martyrisé à Rome en 64 après le Christ sur la colline du Vatican. Précédemment, il avait été incarcéré à la prison Mamertine, très proche du Capitole. Pierre donc, être chef des apôtres, dans son martyre près de Rome, il témoigne également de la primauté du siège romain sur les autres communautés de croyants. Une primauté qui n'est pas celle de la domination et du despotisme, mais de service et de coordination de tous les autres diocèses et églises du monde. Nous anticipons désormais un concept important: le primat pétrinien ne veut pas diminuer la collégialité, synodalité et travail commun et communautaire: en effet, Pierre et ses successeurs sont appelés à garantir et à conférer la dignité et l'autorité de tous les apôtres et de leurs successeurs, les évêques. En fait, comme nous le verrons bientôt, les évêques sont les successeurs des Apôtres. Précisons alors que les successeurs de Pierre sont ceux placés à la tête du diocèse de Rome, ou précisément les évêques de Rome. Historiquement, l'évêque de Rome, il est appelé par une série de noms: Pontife Maxime, Auguste Pontife, sa Sainteté, Saint Père, Bienheureux Père, ou avec le plus célèbre de Papa, qui selon une théorie historique serait l'abréviation de berger des bergers, berger de tous les bergers, O père des pauvres, père des pauvres.

.

Revenant à l'analyse des figures des apôtres, nous connaissons tous les apôtres, sauf Giovanni, mort à un âge très avancé, ils seront martyrisés lors de leurs missions en Orient et sur le territoire de l'Empire romain. Même depuis le martyre des apôtres, nous trouvons la confirmation que le but de la fondation et de la présence apostolique est d'amener toute la communauté vers un but eschatologique et de sainteté; tout travail apostolique a pour but de conduire chacun au royaume de Dieu.

.

Tandis que les apôtres et leurs premiers successeurs (pères apostoliques) les martyrs mouraient, il fallait que le message de Jésus soit transmis dans tous les cas: pour cela ils ont choisi des successeurs pour perpétuer la mission du Christ. Puis ils ont conféré le Saint Ordre de l'épiscopat, quel genre d'évêques consacrés (évêques), avec mandat de poursuivre la mission apostolique en tant que successeurs des Apôtres. En ce sens, nous dirons aussi que l'Église reçoit la profession de foi des apôtres à travers les successeurs de ceux qui furent les premiers adhérents au mouvement jésuite..

.

Essayons maintenant de comprendre pourquoi les évêques, recevoir le Saint Ordre, ils deviennent les successeurs officiels des Apôtres. Si nous lisons dans les Actes des Apôtres [cf.. 6, 26] nous constatons que les apôtres eux-mêmes se sont d'abord donnés des successeurs chargés de poursuivre et de consolider l'œuvre d'évangélisation commencée par les Apôtres. Ce travail s'appelle le traditio par deux anciens écrivains du christianisme, Tertullien et Irénée de Lyon. La traditio du latin il vient du verbe main et il implique l'action de transmettre et de transmettre la foi prêchée par les Apôtres; donc les évêques par institution divine ont pris la place des apôtres comme pasteurs et guides de la communauté ecclésiale. Cette passation s'opère dans un acte bien précis. Alors, transmission apostolique, il est conféré par la réception du sacrement de l'ordre, par la consécration épiscopale.

.

Précisons ce passage de l'ordination des évêques. Le Christ a institué les sacrements, qui ne sont pas nés de la créativité humaine, ils sont tous enfermés dans l'Apocalypse et dans les Evangiles. Ceci afin de préciser incidemment que certains courants du christianisme non catholique, enseignant que les sept sacrements, ou une partie d'entre eux, ils ne sont qu'une création humaine qui a eu lieu après l'empereur Constantin, à partir du 4ème siècle à suivre, je suis dans l'erreur flagrante, car tous les sacrements sont d'institution divine. Parmi les sept sacrements se trouve le sacrement de l'Ordre, qui est unique, mais divisé intérieurement en trois degrés: épiscopat (ou la plénitude du sacerdoce apostolique), presbyterium et diaconat. Ceux qui reçoivent ce sacrement, dans leur ministère individuel et personnel, ils sont appelés à la mission de conduire toute l'Église au bien commun et à la sainteté. C'est donc une tâche, à la fois singulier et à la fois communautaire. L'action de conférer l'Ordre Saint s'appelle l'ordination: en elle c'est Jésus qui, agissant dans personne Christi par un évêque, il ordonna prêtre et le consacra évêque: elle confère donc au prêtre la plénitude du sacerdoce apostolique pour accomplir cette mission. L'épiscopat est donc la plénitude du sacrement de l'Ordre parce qu'il contient la source même d'où dérivent les trois degrés du sacrement de l'Ordre.. En effet, l'évêque est aussi celui qui ordonne les diacres et les prêtres, et précisément comme mentionné ci-dessus, ordonne à un prêtre de devenir évêque.

.

Brièvement, nous dirons que la ligne de succession prévoit qu'un apôtre, reçu les pleins pouvoirs du Christ pour transmettre son enseignement et administrer tous les sacrements, ordonné père apostolique, lui donnant les mêmes pouvoirs et la même mission; à son tour le père apostolique ordonna un évêque, aux mêmes fins. Cet évêque, votre dos, ordonné un autre évêque et à travers l'histoire, en ordonnant successivement tous les évêques, c'est arrivé à aujourd'hui. Tout est défini: succession apostolique.

.

La transmission du mandat de transmettre et d'administrer les sacrements à plusieurs évêques à travers le monde, combien étaient les apôtres à l'origine, cela montre que l'Église a une nature apostolique, donc collégial et communautaire. La collégialité et l'apostolicité des Évêques impliquent d'une part l'unité entre le Pape et les Évêques parce que le Collège des Évêques est lié à son chef visible. Le Souverain Pontife n'est pas un tyran mais un garant du ministère même des Evêques. En effet, il est le garant de l'unité du corps ecclésial et est le fondement concret et matériel visible de l'unité ecclésiale. (Collégialité = élément de union dans la distinction).

.

D'un autre côté, la collégialité des évêques cela implique que ce collège ait un haut degré d'autorité sur toute l'Église. Les différents diocèses collaborent entre eux, chaque évêque peut prendre des décisions concernant les fidèles qui lui sont confiés sans toujours demander l'autorisation du siège de Rome. Aussi, les évêques, ils collaborent activement entre eux et avec le Pontife romain dans des moments spéciaux: nei synodi o, par exemple, dans un concile œcuménique. Un synode ou concile convoqué par les évêques est accepté et confirmé par le Pontife Romain, mais collégialement guidé: donc même ces réunions ecclésiales ne sont jamais réalisées par le Pontife Romain seul, à laquelle, cependant, il n'appartient qu'à, à la fin, decider.

.

Maintenant, nous avons compris comment l'évêque de Rome et les évêques du monde, en tant que successeurs des Apôtres, ils ont reçu le mandat du Christ. Nous dirons que dans ce mandat, ils se sont spécifiquement engagés dans trois tâches spécifiques à l'égard du peuple de Dieu: ces tâches sont appelées cadeaux (du devoir latin, tâche et aussi cadeau) et je suis le la tâche d'enseigner, la la tâche de sanctifier et le bureau directeur / contrôler.

.

La tâche d'enseigner c'est le devoir d'enseigner, transmettre l'enseignement du Christ; on l'appelle aussi le magistère ordinaire de l'évêque. Ce magistère / l'enseignement est concrétisé par l'évêque lorsqu'il enseigne avec autorité, qui vient du Christ, et a lieu lorsque l'évêque enseigne concrètement en matière de doctrine et de morale et que ces enseignements sont en communion avec le Souverain Pontife et l'Église Universelle. Ceci est un enseignement d'origine divine; puis le la tâche d'enseigner c'est la première tâche de l'évêque et concrètement avec elle nous entendons prêcher et enseigner ces vérités aux fidèles. Les fidèles, d'eux, ils sont appelés à écouter dans une obéissance active avec une adhésion filiale sincère à leur évêque même en posant des questions, des doutes et des éclaircissements pour mieux comprendre ces enseignements, pour approfondir la doctrine et mieux la vivre.

.

Avec la tâche de sanctifier: le devoir de conduire tout le peuple de Dieu à la sainteté est indiqué. L'évêque est l'économe, c'est-à-dire celui qui distribue la grâce du Christ et le Saint-Esprit à parts égales dans l'Église; cela se passe dans l'administration des sacrements et encore plus particulièrement dans la célébration eucharistique, où c'est l'Eucharistie qui fait l'Église, il le sanctifie et l'unit dans la catholicité; donc la vraie présence, réel, substance du Christ dans les espèces du pain et du vin unit tous les fidèles (clergé et fidèles); en même temps c'est l'Église qui fait l'Eucharistie, donc l'Église qui l'administre et la célèbre.

.

Avec la charge de gouverner/gouverner le devoir des évêques de gouverner et de gouverner les Églises individuelles est indiqué local ou diocèses; ils ont leur propre juridiction qui est exercée pour lui-même par chaque évêque de la manière ordinaire. Nous entendons par là que le pouvoir divin que chaque évêque possède immédiatement ne prévoit pas la délégation obligatoire à d'autres personnes: à un niveau concret, Mais, les évêques peuvent cependant décider de nommer des médiateurs et des délégués pour mieux gérer le territoire, par exemple les prêtres qui jouent le rôle de vicaires épiscopaux, foranei, judiciaire et qui exercent donc diverses fonctions au nom de l'évêque.

.

En conclusion ces trois cadeaux /Fonctions ils sont mis en œuvre avec l'aide d'anciens ou de prêtres, que malgré le fait de ne pas avoir la plénitude de l'ordre sacré comme l'évêque, eux aussi participent et sont coresponsables des trois cadeaux. le la tâche d'enseigner unepar exemple quand ils prêchent, ils enseignent et gouvernent le peuple de Dieu, surtout en paroisse. Ici le curé est aussi celui qui accompagne et donc gouverne le Peuple de Dieu vers la sainteté (exercice de pour gouverner); enfin le prêtre célèbre le culte puis administre les sacrements et prie pour les besoins du peuple et administre en même temps le sacrement de confession (exercice de la tâche de sanctifier).

.

Voulant aussi analyser synthétiquement le premier degré de la commande, on peut décrire rapidement l'activité des diacres. Eux aussi relèvent de la hiérarchie ecclésiale parce qu'ils sont appelés à servir: diacres est un mot grec qui peut être traduit par serviteur. Ils relèvent toujours de l'apostolicité de l'Église, parce qu'ils sont assistants à la liturgie, ils peuvent avoir des devoirs catéchétiques et para-liturgiques, bien que leur tâche principale, leur vocation n'est pas l'appel à administrer les sacrements de la même manière que les prêtres. Les diacres participent à l'apostolicité car ils sont appelés au service, surtout les oeuvres de charité, la gestion des activités administratives de l'Église. Dans certains cas, cependant, le diacre peut donner le sacrement du baptême et bénir le mariage. dans certains cas, cependant, le diacre peut donner le sacrement du baptême et bénir le mariage.

.

Rome, 18 janvier 2022

.

.

.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet, je recommande la lecture de ces livres:

Catéchisme de l'Église catholique, 553; 857 – 865.

Concile Vatican II, Cinstitution dogmatique Lumen gentium,18 – 23.

  1. McDowell, Le destin des apôtres. Examen des récits de martyre des disciples les plus proches de Jésus, Routledge, 2016.
  2. Virgile, La résurrection de Jésus, Carrefour, Publication Amazon, 2020.

.

.

.

.

Blog personnel

Père Gabriel

.

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

Nouvelles de la Province romaine dominicaine: visitez le site officiel des Dominicains, QUI

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

 









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

.

Leçon presque certainement inutile pour certains catholiques autodidactes sur la laïcité de l'État: le concept de loi naturelle des néo-scolastiques ressuscités, en plus de ne pas servir Dieu et la vérité, il est en conflit radical avec les deux fondements de la création de l'homme: liberté et libre arbitre

— Théologique —

LEÇON PRESQUE CERTAINEMENT INUTILE POUR CERTAINS CATHOLIQUES AUTO-APPRISES SUR LA LAICITE DE L'ETAT: LA NOTION DE DROIT NATUREL DE LA NEOSCHOLASTIQUE REVIVANTE, EN PLUS DE NE PAS SERVIR DIEU ET LA VÉRITÉ, C'EST EN CONFLIT RADICAL AVEC LES DEUX FONDEMENTS DE LA CRÉATION DE L'HOMME, LIBERTÉ ET LIBRE VOLONTÉ

.

Pour nous, hommes de foi, la raison et la science sont incontestables que Dieu a instillé dans le cœur de l'homme le sens naturel du bien et du mal, d'où les fondements de ces lois qui, peut-être, mais correct, ils sont définis comme loi naturelle. Le problème se pose lorsque l'on essaie de changer la loi naturelle ou la loi divine en loi positive, dans les lois de l'État qui lient tous les associés. Parce qu'à ce moment-là, le péché devient un crime, avec des conséquences dévastatrices et absolument indésirables.

.

Auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Article au format PDF imprimable
.

.

.

Norberto Bobbio, juriste et philosophe du droit

La décadence ecclésiale et ecclésiastique que nous vivons, affligé par ce sentiment d'impuissance engendré par le franchissement du seuil de non-retour, il a provoqué une crise de doctrine et de morale sans précédent dans l'histoire de l'Église. Peu de fidèles sont animés par la bonne volonté poussés par un processus réactif à suivre les enseignements des mauvais enseignants, se faire ses propres idées fausses en matière de doctrine, fidèle, du moral. Pour capturer ces personnes qui apparaissent comme des "brebis sans berger" [cf.. Mc 6, 34], les mauvais professeurs mettent toujours en avant: "Véritable tradition" et "défense de la vraie doctrine". Des mots magiques devant lesquels les perdus ne raisonnent plus et de manière non critique et illogique ils boivent tout ce qui leur est offert à l'intérieur du cocktail. Plus le non-sens dit de certains mauvais enseignants est grand, plus nombreux sont les fidèles perdus qui chercheront la sécurité en eux. Malheureusement, en essayant de les mettre devant la preuve de l'erreur, le risque le plus probable est de se retrouver face à des personnes fermées à tout raisonnement, parce que leur monde est celui de l'émotionnel et leur action celui des passions. Cela les rend incapables d'exercer un sens critique lucide et en même temps convaincus qu'ils ont atteint la lumière de la vérité authentique..

.

Le thème que je vais maintenant traiter est complexe en soi, cependant, il peut devenir accessible à tous ceux qui ne sont pas des spécialistes du domaine philosophique, juridique et théologique, tout d'abord en clarifiant deux concepts: loi naturelle et positivisme. De manière simpliste, peut-être même un peu grossier, mais compréhensible par tous, on peut dire que la loi naturelle est basée sur le concept de la loi de Dieu et le positivisme juridique sur la loi de l'homme. Les deux impliquent l'adhésion de tous les affiliés, car c'est ce que les lois exigent de par leur nature et leur structure: obéissance et observance de la part de l'homme.

.

D'un point de vue philosophico-juridique à l'époque j'ai assumé la pensée de Norberto Bobbio qui se définissait: "Avocat naturel dans l'esprit et positiviste dans l'application". Il est bon de clarifier cela immédiatement, même parce que, quand on a la grâce de ne pas être jésuite, toujours et à proprement parler, il se joue équitablement avec des cartes non couvertes. Alors je répète: mon cadre juridico-philosophique est basé sur l'école et la pensée de Norberto Bobbio.

.

La loi de l'État, connu sous le nom de positivisme juridique, face à une désobéissance qui se transforme en crime, le délinquant est condamné à une peine à purger en prison, ou une sanction exigeant une compensation en espèces. S'il n'y a pas de sanction pour ceux qui transgressent, la loi ne serait pas telle mais une sorte de proposition, une invitation à agir d'une certaine manière.

.

La loi naturelle ou loi divine, connu sous le nom de loi naturelle, il prévoit également des sanctions, cependant lié à la sphère spirituelle. Des sanctions pouvant aller de l'obligation de réparer le tort infligé à l'expiation de la pénitence, jusqu'à la punition la plus sévère et la plus drastique, excommunication, ce qui entraîne l'exclusion des fidèles de la communauté.

.

Avec ces premières descriptions cet élément fondamental sur lequel de nombreux philosophes et théologiens loisir faire une énorme confusion. Et ici nous clarifions un concept fondamental: la loi naturelle ou la loi divine condamne le péché, la loi positive des hommes condamne le crime. Au cours de cette discussion, il sera expliqué et démontré quels énormes déséquilibres et dommages peuvent résulter du fait de ne pas séparer ces deux sphères distinctes., qui peuvent avoir des échanges précieux entre eux, tirant également des idées et des inspirations les uns des autres, mais sans jamais tomber dans le mix.

.

Tout cela peut paraître clair et simple, à la place ce n'est pas, parce que décrit la signification des deux concepts, alors le problème prend forme: si les lois de l'homme, qui sont ceux des états séculiers, ils entrent en conflit avec ce que certains considèrent comme des lois divines, qui sont ceux de l'Église, qu'est-ce qui en sortirait? Les fidéistes pseudo-catholiques n'hésitent pas à répondre: «Les lois divines doivent prévaloir sur celles de l'État. Évident, ils viennent de Dieu ". Mais ce sont précisément des fidéistes pseudo-catholiques. Pour mieux clarifier, je me souviens qu'il y a des pages et des pages de mes articles et livres publiés, suivre de nombreuses conférences, où j'accuse l'Europe d'être malade de haine de soi, au point de rejeter les preuves indéniables de ses racines chrétiennes. Et les racines chrétiennes de l'Europe ne sont pas un concept abstrait, mais un fait historique indéniable qui ne devrait déranger aucun laïc radical nord-européen, à part les légendes noires sur l'Église catholique malicieusement et faussement emballées à table au mépris total des faits historiques, premier dans les cercles luthérien et calviniste, puis des Lumières et suivre les libéraux-maçonniques. Bien sûr, mà la, comme un esprit spéculatif modeste ayant atteint la maturité, J'ai rêvé d'invoquer les états séculiers pour changer les fondements de la révélation divine en lois obligatoires pour tous les citoyens, de théologie dogmatique, de la morale catholique et de la discipline des sacrements. La loi positive ne peut pas dicter de croire en Dieu, l'athéisme ne peut pas non plus être poursuivi comme un crime, même si certains fidéistes irrationnels aimeraient ça, mais ce sont précisément des fidéistes irrationnels. Le péché ne peut être confondu avec le crime, et le rejet de Dieu ne peut pas non plus être déclaré crime. Le péché, ou le rejet de Dieu, il ne peut pas devenir un crime passible de lois positives, cela tomberait dans le paradoxe, pas tellement juridique mais vraiment théologique, jusqu'à ce que le mystère de la création de l'homme soit annulé. Et qui pour des raisons idéologiques dictées par un concept méconnu de loi naturelle n'accepte pas ce critère de séparation décisive entre les deux sphères distinctes, aujourd'hui encore plus nécessaire qu'aux époques marquées par les Lumières du XIXe siècle, malheureusement il est destiné à vivre mal en tant que catholique et en tant que citoyen, donnant une idée frelatée et illogique-grotesque de la foi catholique.

.

LA VOIX D'UN ANGE DIT À SANT'AGOSTINO "TOLLE LEGE», PRENDRE ET LIRE, NE LUI DIT PAS: CONNECTEZ-VOUS À INTERNET ET FAITES UNE CULTURE SUR DES MÉDIAS SOCIAUX

.

Le problème qui affecte la société contemporaine est-ce que les gens n'étudient plus, ils ne lisent pas et ils ne réfléchissent pas, ils passent au crible et défilent rapidement, croyant enfin avoir compris. Ils sont capables d'utiliser le mot métaphysique avec facilité, si cependant on leur demande ce que cela signifie selon l'étymologie grecque, de qui il est né, qui l'a inventé, dans quel but et dans quel contexte historico-philosophique se développe cette pensée scientifique, tels que les principaux travaux métaphysiques de l'histoire de la philosophie et des écoles connexes, ici ils tombent de haut en terre comme les fruits pourris de l'arbre sec de leur sombre ignorance. Malheureusement, Internet et moi réseaux sociaux ils ont favorisé la destruction du sens critique chez l'homme moderne, l'esprit spéculatif et la capacité d'étudier. C'est la nouvelle forme d'analphabétisme numérique que les Pères de L'île de Patmos dans leur dernière publication: L'Église et le coronavirus. Entre supercazzole et épreuves de foi [cf.. QUI].

.

Je continue à clarifier: quand je parle de l'école je suis obligé de préciser que le classique - passe moi, celui sur lequel je me suis entraîné - à ne pas confondre avec sa parodie, neoscolastica décadente, qui enseignaient et se faisaient passer pour des formules dans le format Les pensées des baisers de Pérugine. Parce que c'est ce que ceux qui y font référence savent de manière inappropriée par morceaux, se leurrer et se leurrer en le sachant, avoir mémorisé quatre formules de perroquet à faire passer à chaque utilisation. En fait, le père du scolastique Sant’Anselmo d’Aosta et de suivre San Tommaso d’Aquino, elles appartiennent aux quatre formules de la néo-scolastique décadente de la fin du XIXe siècle début du XXe siècle comme peut le faire une comptine chantée en cercle par les enfants de l'école maternelle.

.

Des problèmes complexes donc, qui ne peuvent pas être des sujets de débat et de diffusion d'idées fausses par des catholiques non préparés qui ignorent la profondeur de thèmes aussi complexes qui impliquent des connaissances spécialisées approfondies dans le contexte historique, philosophique, théologique et juridique, mais qui se transforment en diffuseurs d'idées qui risquent de se situer entre l'absurde et l'aberrant, jusqu'au véritable blasphème inconscient tout typique de la ignorant appris, car - juste pour donner un exemple - nous ne pouvons pas mettre le concept philosophique d'Aristote du moteur immobile comme étant et fondement de toute l'action chrétienne. Ces sujets, mue par la pratique par des formes étroites de fermeture à la raison et à la comparaison, finissent toujours par susciter l'incompréhension et la haine du catholicisme et des catholiques par des penseurs laïcs de plus en plus sensibles et agressifs.

.

La voix d'un ange a dit à Sant'Agostino "Grand docteur», prendre et lire, c'est-à-dire étudier. Elle ne lui a pas dit: connectez-vous à Internet et découvrez réseaux sociaux sauter d'un blog à un autre. Malheureusement, amateurs sans formation juridique adéquate, philosophique et théologique, qui croient avoir tout compris et posséder le bien de la vérité divine et absolue, ils se lancent dans les thèmes les plus complexes puis commencent par des énoncés simplistes qui réduisent la scolastique et la métaphysique à un jeu de banalités: "... c'est la vérité métaphysique que la loi divine est écrite dans le cœur de l'homme et est donc supérieure à la loi des états". bientôt dit: étant par définition étymologique ignorant celui qui ignore, par conséquence logique, il se révélera ignorant de ce que cela impliquait, même dans des persécutions féroces contre l'Église catholique, depuis l'ère pré-constantinienne jusqu'aux pires régimes dictatoriaux du XXe siècle, l'ayant exprimé avec une légèreté sans précédent: "Les lois de Dieu sont supérieures aux lois de l'homme, donc que "la loi divine doit prévaloir sur la loi des États qui doit être soumise à la loi divine".

.

DONNER À CÉSAR CE QUI EST CÉSAR ET À DIEU CE QUI EST DE DIEU EST CE PRINCIPE DE DEUXIÈME SÉPARATION ENTRE LE POUVOIR POLITIQUE ET LE POUVOIR RELIGIEUX QUI SERA UNIQUEMENT COMPRIS DIX-DIX SIÈCLES PLUS TARD

.

Pour comprendre il faut partir de loin: pouquoi, pendant les persécutions de Decius et Dioclétien des deuxième et troisième siècles de nombreux chrétiens sont morts en martyrs dans les arènes romaines? Principalement à cause de ce malentendu qui est désormais proposé par l'ignorance numérique des apprentis sorciers fidéistes qui, sans rien comprendre de la philosophie, théologie, la loi et la morale persistent à ne rien comprendre, même à l'histoire. La raison est bientôt dite et expliquée: les Romains étaient convaincus de ce que les chrétiens n'avaient jamais revendiqué: que leur Dieu était supérieur à César. Les communautés chrétiennes n'ont rien affirmé de tout cela, ils étaient tellement conscients qu'on ne peut pas comparer Dieu à l'homme et l'homme à Dieu et rivaliser les uns avec les autres au même niveau, donc les lois divines ne peuvent pas être mises en conflit avec les lois humaines. Surtout, ils savaient que le Christ lui-même avait ordonné de "Donner à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu" [cf.. Mont 22, 21]. Bien lire cette phrase, tout esprit véritablement philosophique et théologique, donc spéculatif, comprend que la séparation entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux que la Parole de Dieu avait déjà esquissée plusieurs siècles avant la naissance des Lumières, Le libéralisme et la Révolution française avec ses guillotines activées après des procès sommaires farfelus célébrés au nom de la liberté, d'égalité et de fraternité. Qui "donne à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu", à l'époque, il ne pouvait être compris ni par l'empereur tolérant Constantin ni par les premières communautés chrétiennes, car il aurait fallu une maturation de plusieurs siècles. Ce n'est pas un hasard si les premiers grands conciles dogmatiques de l'histoire de l'Église, à commencer par le grand concile de Nicée de l'année 325, ont été convoqués et présidés par l'empereur, le dernier en série, le deuxième concile de Nicée de 787, il a été convoqué par l'impératrice Irène à la demande humble et très courtoise du Souverain Pontife Adrien Ier, de la série: Si Votre Majesté est d'accord et si cela ne vous dérange pas, J'oserais proposer un conseil.

.

Ils se demandent les partisans d'une loi naturelle à l'équilibre entre onirique et bizarre: car tous les premiers grands conseils ont été convoqués et présidés par les empereurs d'Orient? Simple, car il n'y avait pas de séparation entre le pouvoir politique et religieux et parce qu'en Orient le pouvoir politique l'emportait totalement sur le pouvoir religieux. Cette sujétion, plus qu'un mélange, il a même un nom spécifique, cela s'appelle césaropapisme. Par conséquent, les empereurs étaient très intéressés à savoir ce qu'était l'hérésie, parce que l'hérésie était considérée comme un crime grave et que les hérétiques étaient poursuivis et condamnés par la loi. Face à ces faits historiques, les partisans d'une loi naturelle à l'équilibre entre onirique et bizarre, pour qui l'histoire est évidemment un accessoire totalement inutile, ils devraient se demander: mais vraiment on peut aspirer à revenir à ces temps «heureux» et «idylliques» où le péché était un crime et l'hérésie un crime poursuivi par la loi de l'État?

.

Le mélange du droit naturel et du droit positif, si en Orient il soumettait totalement l'Église à l'État, en Occident, en revanche, il s'agissait d'un bras de fer incessant entre le pouvoir politique et religieux, qu'à des intervalles de temps prévalaient les uns sur les autres, jouer sur l'intrigue et le chantage, ainsi que sur la vie de populations entières, toujours et de rigueur avec des résultats et des conséquences souhaitables seulement par ceux qui, en plus de ne pas connaître l'histoire, ils ont maintenant créé une histoire passée qui n'a jamais existé, tout pour justifier la mauvaise pensée de leur triste présent fait de vérités numériques acquises principalement à la grande académie de réseaux sociaux.

.

Devant un interlocuteur qui a revendiqué de manière décisive et incontestable la primauté absolue de la Loi Naturelle Divine, déclarant que l'État aurait le devoir de l'appliquer, au début j'ai répondu: «Vous réalisez que faire des revendications similaires à une société laïque est de plus en plus hostile aux dimensions de la transcendance, le seul résultat que vous pouvez obtenir est de faire haïr le catholicisme et les catholiques?». La réponse était encore plus déconcertante: "Et quel est le problème? Nous devons être détestés, l'Évangile le dit aussi clairement ". Il va sans dire que des discours de ce genre conduisent aux pires formes d'intégralisme religieux, sans considérer que le Saint Evangile ne nous invite pas du tout à être haï, moins que tout désirer la haine comme une sorte de bien à atteindre, après l'avoir stimulé par des provocations inutiles et dangereuses, parce que stimuler la haine signifie inciter au péché, c'est-à-dire commettre un péché pire que celui qui déchaîne alors la haine par processus réactif. Christ Dieu affirme:

.

« Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant. Si vous étiez du monde, le monde vous aimer comme son propre; parce que vous n'êtes pas du monde, mais je vous ai choisi dans le monde, c'est pourquoi le monde te déteste" [Gv 15, 18-21].

.

Faites attention: Christ Maître Divin il explique aux apôtres d'hier et à ceux d'aujourd'hui comment et pourquoi il peut arriver que le monde ait de la haine envers nous. Mais c'est une explication donnée, pas une invitation à être détesté. Lisez cette phrase en pensant qu'à travers des attaques de pensée ou des provocations, vous avez le devoir d'être haï par le monde, cela signifie avoir l'incapacité totale de lire et de comprendre le Saint Evangile.

.

Les amateurs de la foi que sans professeurs et guides, sans école, sans cours de formation spirituelle adéquats, ils prennent les Saintes Écritures en main, puis, sauter d'un blog à un autre crée une "culture religieuse", sinon pire philosophique, théologique, morale et juridique, se blesser gravement, aux autres et à l'image de l'Église devant les laïcs, qui identifient souvent certaines formes de fidéisme aveugle et ignorant madonnari d'assalto avec "l'esprit des catholiques". Mes amis laïques et non croyants, vivant en contact avec moi ils connaissent bien notre triste réalité. Ils savent, que si nous essayons de reprendre, corriger et éduquer ces sujets, en réponse ils se raidissent, puis ils se retournent contre nous, au point que nous, prêtres et théologiens, n'avons rien compris aux fondements de la foi et de la doctrine catholiques. En fait, avoir lu d'un blog à un autre des textes qui parlent des messages et des révélations des saints et des mystiques, ou étant particulièrement dévouée à cette Madone qui a donné des secrets tremblants qu'ils ont compris à certains voyants, grâce à un autre grand "théologien académique" qui sur la chaîne Youtube a posté une vidéo dans laquelle il explique le vrai troisième secret de Fatima, selon lui faux et ensuite caché par l'Église ... eh bien, acquis tout ce bien de l'intellect et de la science dans le domaine de la doctrine et de la foi, ils n'ont pas besoin d'écouter les paroles des prêtres et des théologiens, qui essaient en vain de les reprendre et de les guider, mais surtout pour les récupérer à la vraie foi. C'est pourquoi mes amis laïcs et non croyants qui connaissent cette triste réalité qui est la nôtre, ils m'offrent toujours compréhension et solidarité, sans perdre une occasion de me dire: «Je ne veux pas être à ta place, pourquoi avoir affaire à une telle pléthore de fidèles, ça doit être vraiment frustrant ". Et de discuter de cette réalité il y a des mois avec un célèbre virologue italien, l'éminent clinicien et académicien m'a répondu: "Lors d'une conférence, j'ai été interpellé par une esthéticienne-masseuse qui a pris la parole en déclarant des absurdités illogiques et anti-scientifiques sur les vaccins., après avoir fait une "culture" sur les sites et blogs de conspirateurs anti-vax. Vous voyez, Père cher, tu es un homme de foi, malheureusement pas moi, mais nous partageons tous les deux le même triste destin, les mêmes frustrations, dans notre planète des imbéciles ".

.

CETTE RELATION INDÉPENDANTE ENTRE LE DROIT NATUREL, GRÂCE ET LIBERTÉ

.

Pour nous, hommes de foi, de la raison et de la science, c'est incontestable que Dieu a instillé dans le cœur de l'homme le sens naturel du bien et du mal, d'où les fondements de ces lois qui, peut-être, mais correct, ils sont définis comme loi naturelle. Le problème se pose lorsque l'on essaie de changer la loi naturelle ou la loi divine en loi positive, dans les lois de l'État qui lient tous les associés. Parce qu'à ce moment-là, le péché devient un crime, avec des conséquences dévastatrices et absolument indésirables.

.

Un interlocuteur a répondu à ces explications: «Le péché n'est pas un droit!». Affirmation qui constitue la phrase gagnante avec laquelle les mauvais maîtres de la «vraie tradition» et de la défense «de la vraie doctrine» ont toujours pensé fermer la bouche à tout interlocuteur. J'ai répondu que je savais très bien, expliquant ci-dessous que le péché naît, cependant, de la liberté et du libre arbitre de l'homme, qui sont les deux suffixes de sa création. Face au péché d'Adam et Eve, il serait juste de se demander: parce que Dieu ne l'a pas empêché de se commettre? Sinon pour les deux, il pourrait le faire pour le bien de l'humanité innocente, qu'à cause d'eux, il hériterait d'une nature corrompue. Et ici, il est nécessaire de rappeler à tous ceux qui croient connaître la doctrine catholique en profondeur, que l'original n'est pas un péché commis par nous, mais un péché contracté à nous transmis avec la nature à l'origine corrompue par le péché d'autrui. Et pourquoi Dieu n'a-t-il pas empêché nos ancêtres de commettre un péché qui aurait des répercussions aux conséquences similaires pour toute l'humanité future? Si, avant d'aller plus loin, aucune réponse claire et précise n'est donnée, on pourrait en déduire que Dieu se situe entre l'esprit injuste et inconstant irresponsable. La réponse est simple, pour ceux qui ont l'habitude de raisonner sur les critères de la vraie métaphysique: si Dieu n'a pas empêché la commission de ce péché c'est parce qu'il ne se contredit pas, Il est la cohérence divine à l'état pur. Pour cette raison, Dieu n'aurait jamais été contre la liberté de l'homme, même pas face aux conséquences dévastatrices du péché originel, qui sont entièrement logiques et conséquentes.

.

Les avocats spécialisés en droit naturel de l'académie Internet qui invoquent la suprématie absolue du droit naturel et qui considèrent qu'il est du devoir des États de l'appliquer comme une loi supérieure, souffrent d'une maladie dangereuse typique de ceux qui prétendent imposer ce que même Dieu n'a pas osé imposer à l'homme. Mais ils font, ils voudraient! Mais ça empire: ils le feraient au nom de Dieu et de la loi de Dieu, insouciant que Dieu n'a jamais violé ou limité la liberté de l'homme de quelque manière que ce soit. L'homme n'a pas le droit de pécher, parce que le péché n'est pas un droit. Mais il a la pleine liberté de pécher, parce que Dieu le lui a accordé en vertu de la liberté et du libre arbitre qu'il lui a donné. C'est le passage fondamental qui échappe au faux avocat naturel, qui vise essentiellement à remplacer Dieu sous le prétexte de Dieu. Tout comme cela a été fait à plusieurs reprises au cours de l'histoire de l'humanité, au prix de vies humaines et au prix de la destruction de nombreux esprits brillants ignoblement castrés.

.

En philosophie et théologie, mais aussi en droit, tu ne peux pas te cacher derrière un doigt, à moins de tomber dans des sophismes ou des pharisaïsmes qui ne profitent pas à ceux qui en abusent et encore moins à ceux dont on s'attendrait à être entendu. La clarté passe donc par la clarification d'évidences dont certains ont peur et que d'autres voudraient garder cachés. Chez les citoyens d'un État ou dans toute communauté d'associés, une conception morale ne peut être imposée que de deux manières: ou par le pouvoir de la grâce surnaturelle, qui cependant agit et produit ses fruits s'il est accepté par la liberté et le libre arbitre de l'homme en vertu de son esprit rationnel, ou par la contrainte de l'État. Dans ce second cas, le principe de la grâce se transforme en terrible malheur. Une troisième possibilité n'existe pas. C'est pourquoi ça a toujours été, ceux qui essaient d'atténuer ces deux réalités uniques et opposées, grimpe sur les miroirs pour cacher la conséquence inévitable qui découlerait de l'application de la loi naturelle à travers le “bras armé” de la loi positive: l'État soumis à la loi naturelle ou à la loi divine poursuivrait le péché en tant que crime. je répète: dans le premier cas, grâce à l'action de grâce acceptée, l'observance de la loi naturelle passe par la liberté de l'homme, dans le second cas, respect de la loi naturelle, se déroule à travers une véritable violence exercée sur la liberté de l'homme, que même Dieu n'a jamais limité ou annulé. Simplement dit,: dans le second cas, nous sommes confrontés au véritable mépris de la grâce qui ne fonctionne que par la liberté de l'homme. C'est en fait la grâce qui sous-tend la loi naturelle, avec tout le respect que je dois à ceux qui font de la poésie, disant avec une imprécision risible que la loi naturelle est basée sur le cœur et l'intelligence, pour ne pas affronter le mystère de la grâce qui ne peut être séparé de la liberté et du libre arbitre de l'homme. Pour cette raison, ceux qui propagent une idée déformée de la loi naturelle, c'est le moins qu'on puisse dire, doivent nécessairement escalader les miroirs, quelque chose qui a toujours caractérisé les limites des esprits non spéculatifs, ni philosophique ni théologique, qui prétendent cependant pouvoir spéculer sur les systèmes maximaux. Voici donc l'escalade sur des miroirs glissants et le lancement de ce qu'ils croient être le grand dard gagnant, la phrase est déjà répétée deux fois: «Le péché n'est pas un droit!». C'est vrai, cependant, il faudrait ajouter que nul ne peut revendiquer le droit d'empêcher un homme, avec violence privée ou avec la contrainte de la loi positive de commettre le péché, parce que Dieu lui-même n'a pas empêché l'homme de pécher. Et pour son péché, l'homme a récolté toutes les conséquences, rechute pour lui sur l'ensemble de l'humanité.

.

La blague n'est pas une sanction mais juste pertinent: si au lieu de Dieu, qui à l'époque agissait d'une certaine manière, nous avons eu des fidéistes pseudo-naturels, encore aujourd'hui l'humanité vivrait heureux dans le jardin d'Eden, sans connaître la souffrance, la maladie, décadence physique et mort, qui sont - nous nous en souvenons - toutes les conséquences du péché originel. Donc, si au lieu de Dieu nous avions certains avocats pseudo-naturels, nous serions toujours dans le jardin d'Eden, car ils auraient définitivement empêché, avec toute la coercition de l'affaire, à Adam et Eve, commettre le péché originel, après avoir confondu de manière grotesque la liberté de l'homme de pécher avec le péché, qui au contraire ne peut être considéré comme un droit.

.

SAINT THOMAS D’AQUINO QUE CEUX QUI NE LE CONNAISSENT PAS AIMENT TELLEMENT, LAISSONS-LE DIRE CE QU'IL N'A JAMAIS DIT ET CES DOCUMENTS DE LA HAUTE MAGISTE ADRESSÉS AUX HOMMES D'UN MONDE ET D'UNE SOCIÉTÉ QUI N'EXISTE PLUS.

.

Face à ces arguments, les avocats naturels de rêve commencent généralement à extraire des preuves irréfutables à l'appui de ce que les documents du Magistère de l'Église affirment aussi splendides que datés. Ce faisant, ils montrent une autre forme d'ignorance grossière qui les conduit à dogmatiser des documents et des actes qui contiennent des expressions de grande inspiration et de haute stature., cependant, ils se réfèrent à des contextes politiques, social et pastoral lié à une société et à un monde qui n'existe plus. Il s'agit d'une autre pathologie d'où naît alors une maladie grave: le fixisme sur le passé qui nous empêche de faire face à la réalité du présent. A cette maladie s'ajoute une troisième, plus grave: la dogmatisation de ces documents, qui étaient opportunes et précieuses dans les contextes historiques réels d'une société et d'une histoire qui n'existe plus aujourd'hui. Et ainsi ils finissent par conférer le rang de dogme aux déclarations d'un magistère suprême adressées aux hommes et à la société d'un monde passé, convaincus qu'ils ont plus raison que jamais quand, à l'appui de leur thèse erronée, illogique et anti-historique, ils commencent: "Ah, mais il est écrit dans un document du magistère suprême!».

.

Encore une fois, des exemples sont toujours nécessaires pour tout faire comprendre. Commençons donc de San Tommaso d'Aquino, qui plait terriblement à ceux qui ne le connaissent pas et que pour cela, plus que de l'utiliser, ils en abusent de la pire des manières. Dans sa dissertation sur le droit naturel, saint Thomas continue des questions philosophico-théologique. Sur le sujet il ne sanctionne ni les absolus ni les vérités de foi. Pour comprendre ces des questions cependant, il faut avant tout connaître l'histoire, la politique et la société du XIIIe siècle, en particulier les grands glossateurs bolognais qui ont travaillé entre le 11e et le 12e siècle, car Thomas d'Aquin s'y réfère en se disputant sur certains des questions, puis de savoir quel était leur concept de loi naturelle et de droit positif. Cependant, tout cela échappe au fidéiste sauvage de la loi pseudo-naturelle qui pense connaître Thomas d'Aquin et peut le vendre en doses de pilules homéopathiques..

.

Pour le grand docteur de l'Église la loi naturelle existe et comment, mais il peut être rejeté par l'homme en raison de l'existence de vices ou de fermetures décidées aux actions de grâce. Et d'ailleurs, quand Thomas d'Aquin parle de grâce, il se réfère principalement à l'œuvre de Saint Augustin, le etgratia. Donc, dans la langue d'Aquin, Quand cela vient à “vizio” il est entendu qu'il peut être à la fois intellectuel et intellectuel et moral, puis un habitude qui peut conduire l'homme à choisir le mal, toujours sur le principe de la liberté et du libre arbitre qui lui sont accordés par Dieu. Donc, pour le Docteur Angélicus, la loi morale donne des valeurs qui ne peuvent être comprises de manière oppressive et encore plus coercitive. Ce sont des valeurs qui viennent de la nature rationnelle de l'homme et qui peuvent être progressivement mises en œuvre à travers les principes et les actions de la grâce. Mais surtout d'un chemin à emprunter dans l'histoire pour l'application de la loi naturelle, selon les différentes significations de la personne, du temps et du lieu [cf.. Le gouvernement du, Somme théologique q. 77, a.2 et a.4]. Ce, Thomas d'Aquin dit, avec tout le respect que je dois à ceux qui ne le savent pas mais qui essaient de l'utiliser et d'en abuser comme bon leur semble, comme si Saint Thomas d'Aquin était un type de mot magique-kabbalistique Hocus Pocus O abracadabra, avec lequel vous essayez de résoudre n'importe quel arcane; avec lequel même le dernier des ignorants qui croit pouvoir découvrir des sciences et des spécialités très complexes, il croit pouvoir légitimer ses propres erreurs énormes.

.

C'est tout aussi faux et trompeur se référer au magistère des Souverains Pontifes qui se sont exprimés sur la question spécifique de la Loi Naturelle au XIXe siècle, au milieu de l'ère des Lumières, avec l'Église durement attaquée et attaquée par les courants de libéralisme nés sur les cendres de la Révolution française. Essayer d'appliquer ces documents à la contemporanéité est un jeu d'absurdité. Il en va de même pour ceux qui utilisent et abusent du magistère du Souverain Pontife Pie XII, à partir de son mémorable message radio auquel certains sujets se réfèrent pour étayer leurs thèses sur la Loi Naturelle écrites par Dieu dans le cœur de l'homme. Ce message radio remonte à 1942 et a été donnée au cours du cours complet de la Seconde Guerre mondiale, quand le nazisme dévorait tous les pays européens un morceau à la fois et de l'autre côté il y avait le Soviet de Staline. Et Hitler pour une chose, Staline d'autre part, ils avaient donné naissance à une loi naturelle païenne et athée, utilisant pour sa réalisation les styles typiques des pires intégralismes religieux, qui se réfèrent toujours aux critères d'application de la loi divine qui est au-dessus de toute loi humaine, y compris les régimes athées, qui au fil du temps ont créé les pires formes de droit juridique religieux, maintenant diviniser le peuple et sa race, divinisant maintenant le marxisme et la classe ouvrière.

.

Certains documents ont une grande valeur s'ils sont placés dans leur histoire, tâtonné, cependant, pour les mettre à jour aujourd'hui, c'est quelque chose de vraiment bizarre. En effet, il existe un magistère qui parle à l'éternel, ce qui définit les dogmes de la foi, ou qui énonce définitivement des doctrines ou des disciplines ecclésiastiques sur les fondements dogmatiques de la foi, et il y a un magistère qui parle aux sociétés, aux hommes, à la politique et à l'histoire d'une époque spécifique, après quoi le discours est clos. Voici, il n'y a rien de pire que ceux qui ne savent pas lire le magistère et ne peuvent pas le replacer dans son contexte dogmatique précis, doctrinal, historique, pastorale, politique et social, mais qui prétend pouvoir le lire au point d'en abuser avec des coupures et des coutures maladroites, copier et coller, enfin tout transformer en dogme, évidemment pour l'utilisation et le soutien de leurs thèses bizarres.

.

Pour comprendre ce que le magistère a exprimé il suffirait d'analyser le langage et l'approche différents avec lesquels le thème du positivisme juridique ou du droit naturel est abordé dans l'encyclique Veritatis splendor du Saint Pontife Jean-Paul II, ou dans son encyclique Foi et Raison. Il suffirait de lire le document de la Commission théologique internationale de 2009, inclus sous le titre: À la recherche d'une éthique universelle: nouveau regard sur la loi naturelle. Raison de plus pour comprendre les erreurs auxquelles les personnes sans école peuvent faire face, la formation et la méthode supposent traiter à la légère des questions qui, pour beaucoup, ont impliqué toute une vie d'étude et de recherche, certainement pas couper et coudre, copier et coller …

.

CETTE LONGUE FOLLE DE LA COMBINAISON ENTRE L'AUTEL ET LE TRONE

.

Essayons maintenant d'identifier le vrai problème sous-jacent, parce que ce qui ronge certains esprits tordus et déformés, est-ce que dans le 1929 l'Église catholique reconnaît par les pactes du Latran la souveraineté pleine et légitime de l'État laïc et libéral du Royaume d'Italie. Pour toute réponse, avec la signature d'un chef de gouvernement qui était un ancien socialiste resté anticlérical et blasphémateur romagnole toute sa vie, l'Église reçoit le sop de «religion d'État», avec son enseignement obligatoire dans les écoles, le mariage religieux qui produit aussi des effets civils et des soucoupes de diverses lentilles à suivre. Mais, comme toutes les lentilles données au pauvre Ésaü qui a vendu son droit d'aînesse pour une soupe [cf.. Gén 25, 29-33], tels ils sont et tels ils restent, Lentilles. Incidemment: alors que tous les pays libéraux d'Europe avaient déjà adopté des lois sur le divorce civil, le royaume d'Italie, pour ne pas risquer la clôture définitive de la question romaine avec les pactes du Latran, il a renoncé à faire passer cette loi. Et cette vraie maison de ces anticléricaux furieux était les Savoys, avec un Parlement royal formé par une majorité de fascistes incrédules, feint de croire que le mariage sacré est écrit dans la loi naturelle éternelle avec son indissolubilité divine. Rode donc encore, à certains esprits tordus et déformés, que l'Eglise, après de nouvelles bouffées, a ensuite reconnu la laïcité légitime de l'État républicain dans l'immédiat après-guerre, dans la conscience sage que cette laïcité, dans un régime de séparation claire entre le pouvoir politique et religieux, entre loi naturelle et positivisme juridique, qui peuvent avoir des échanges mais jamais fusionner en une seule essence ou expression de la loi universelle, c'était très utile surtout pour la mission même de l'Église, c'était bénéfique pour le droit naturel et c'était bénéfique pour le positivisme juridique.

.

Le positivisme juridique regorge d'institutions juridiques qui sont nés parce qu'ils sont inspirés par la loi naturelle ou parce qu'ils ont tiré leur fondement directement des Saintes Écritures. Pensez simplement au concept de "personne morale", présent aujourd'hui dans tous les codes civils du monde. C'est en fait une institution entièrement modulée par le principe paulinien de "corps mystique", alors que le Bienheureux Apôtre dépeint l'Église comme un corps unitaire dont le Christ est la tête et nous sommes tous membres [Col 1, 18]. Mais puiser l'inspiration, ou parfois même fondation, ne signifie pas que l'État, à travers la loi positive, devrait transformer les Saintes Écritures ou la morale catholique en lois contraignantes pour tous les citoyens.

.

Et pourtant, il y a toujours des sujets redondants de cette séparation claire et qui rêve encore de la combinaison néfaste du trône et de l'autel, avec l'autel qui tente de l'emporter sur le trône de toutes les manières et qui au cours de l'histoire ne nous a conduit qu'à des situations désastreuses et à une grande dégradation morale, produit au sein de l'Église et du clergé précisément à cause de ce mélange empoisonné de pouvoir politique et religieux. Un exemple parmi tant d'autres? Ce: à quels niveaux bas et bas l'épiscopat du royaume des Bourbons a été réduit, au moment où les évêques étaient choisis et élus suite à la satisfaction du souverain et du pouvoir politique? Le niveau le plus bas et le plus bas nous l'explique et documente un évêque lui-même dans ses écrits, est devenu plus tard un saint et un docteur de l'Église, Alphonse Marie de’ Liguori.

.

PARCE QUE JE SUIS FAVORABLE AU DIVORCE CIVIL TOUT EN CONSIDÉRANT LE MARIAGE SACRAMENTAL INDISSOLUBLE? COHÉRENCE OU CONTRE-SENS?

.

Certains catholiques italiens font une grave erreur quand ils placent le divorce et l'avortement au même niveau, se référant aux deux référendum qui ont vu les lois respectives qui réglementaient leur utilisation entrer en vigueur. Dire divorce et avortement plaçant ces deux réalités au même niveau, équivaut à combiner au même niveau l'infraction civile d'insolvabilité des paiements et le crime d'homicide volontaire prémédité. Ce sont deux éléments distincts sur lesquels je me suis exprimé en des termes jugés inacceptables par certains catholiques qui m'écoutaient., parce qu'ils sont convaincus que même les choses les plus impensables sont écrites sur la loi naturelle imprimée dans le cœur de l'homme. C'est la raison de la polémique: J'ai déclaré qu'en tant que catholique et en tant que prêtre, je n'oserais jamais empêcher deux non-catholiques, à deux non-croyants, ou aux personnes appartenant à l'une des différentes confessions religieuses qui reconnaissent la légitimité du divorce, annuler par cette institution juridique un mariage civil contracté devant un agent public de l'État, parce que je considère tout comme un acte légitime. En tant que catholique et en tant que prêtre, je ne rêverais jamais d'obliger les laïcs et les non-croyants à se soumettre à l'indissolubilité qu'implique le sacrement du mariage., faire appel à une loi naturelle à imposer à tous avec des lois positives. En fait, dans le premier cas, nous avons affaire à un contrat stipulé par deux contractants en vertu des lois positives, ou soi-disant lois civiles, dans le second cas, nous sommes confrontés à un sacrement d'institution divine, hypothèse dont c'est justement l'impossibilité de pouvoir le dissoudre. Et le concept du sacrement d'institution divine caractérisé comme mariage par l'élément d'indissolubilité, résiste très bien tout seul, il n'est pas nécessaire de recourir à des incitations supplémentaires, martelant en déclarant que le mariage est écrit en droit naturel, précisément parce que le mariage est dans sa substance profonde un sacrement d'institution divine.

.

Étant donné que la loi naturelle donnée par Dieu a toujours existé, si je n'ai pas mal lu le livre de la Genèse, il me semble me souvenir que Dieu les a créés hommes et femmes et leur a dit: «Soyez féconds et multipliez» [Gén 1, 28]. Où il est écrit qu'il les a unis dans un mariage indissoluble? La loi mosaïque prévoyait la répudiation par le mari de la femme et la possibilité d'en épouser une autre - lire divorce unilatéral de l'homme —, tous codifiés et inclus dans l'Ancien Testament [cf.. lv 22,3]. Alors c'est écrit, à moins qu'un avocat naturel ne doute que l'ancienne loi ait été vraiment donnée par Dieu à Moïse. À ce point, l'avocat internet titulaire d'un doctorat en sciences bibliques après avoir consulté trois blogs différents qui garantissent “tout sur la Bible”, donc fort dans sa dialectique invincible il répond: "Erreur, plutôt: hérésie! Dans la Genèse, il est écrit que l'homme s'unira à sa femme " [cf.. Gén 2, 24]. Oui, il est vrai, mais le terme «épouse» est utilisé dans les traductions modernes. Si l'avocat Internet déjà diplômé en sciences bibliques consulterait également le forum spécialisé “apprenez l'hébreu biblique en seulement trois heures”, trouvera cela dans le texte original, le juif, ce qui se traduit par «épouse», ça sonne différent, au niveau sémantique …

.

C'est le Christ Dieu qui a affirmé que la possibilité de quitter la femme il a été donné «Pour la dureté de votre cœur […] mais au début ce n'était pas comme ça " [Mont 19, 8]. Il est évident que "depuis le commencement" fait référence à avant le péché originel, à quelle était la dimension perdue de l'éternelle harmonie parfaite de la création. Ce n'est pas un hasard si le terme utilisé par le Christ est Au début, Depuis le début [Voir. Gén. Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre] puis traduit fidèlement en grec par “avant”, “dans l'antiquité” [Voir. Gén. ἐν ἀρχῇ ἐποίησεν ὁ θεὸς τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν]. E Depuis le début il n'y avait pas de péché originel. Alors Christ Dieu a clarifié: «Par conséquent, ce que Dieu a uni, ne laisse pas l'homme se séparer " [Mont 19, 6]. Nous réfléchissons, si la loi naturelle a toujours existé et que le mariage y a toujours été enfermé, il aurait toujours dû être indissoluble et surtout monogame, ou non? Ce que Dieu fait, il fait d'abord un décret législatif provisoire puis une véritable loi constitutionnelle? À l'évidence des faits imprimés dans les Écritures sacrées, il semble que pour la loi de l'Ancien Testament il n'en était pas ainsi et que le mariage devient indissoluble par la révélation de la Parole de Dieu.. Donc l'un des deux - mais les fidéistes de la loi pseudo-naturelle de la loi naturelle éternelle doivent répondre à cela -, ou la loi naturelle, qui existe et est donnée par Dieu, a eu une évolution dans l'histoire de l'homme, ou Christ Dieu a donné une nouvelle loi avec effet rétroactif depuis le début des temps. Je ne vois pas beaucoup d'autres solutions.

.

En dehors des blagues visant à encourager le sérieux du sujet et les mécanismes de raisonnement chez ceux qui ne sont pas fermés au raisonnement: La loi naturelle n'est pas quelque chose comme par magie encore comme certains le comprennent, puisqu'ils sont incapables de comprendre que le Créateur est aussi le Pédagogue Divin Suprême. La loi naturelle a évolué grâce à la grâce et à la miséricorde de Dieu au cours de l'histoire humaine à travers un processus graduel. Comment progressivement Dieu s'est révélé à l'homme, du buisson ardent de Moïse [cf.. Est 3, 1-6] jusqu'à l'incarnation de la Parole de Dieu [Gv 1, 1-18]. Un exemple de l'évolution de la loi naturelle est la phrase du Christ Dieu qui clarifie pourquoi l'institution de la répudiation a été accordée.: "Pour la dureté de ton cœur" [Mont 19, 8]. Une gradualité résumée par saint Thomas d'Aquin dans son Summa contre les Gentils, où il traite et explique, toujours par le principe de la gradualité historique, l'élément de l'indissolubilité du mariage. Et ce thème est traité avec une haute compétence spécialisée par notre théologien dominicain Gabriele Giordano M. Scardocci, l'un des pères de l'île de Patmos, dans l'un de ses précieux ouvrages auxquels je me réfère et qui mérite d'être lu: Ce grand mystère: le sacrement du mariage à Saint Thomas d'Aquin» [voir, QUI].

.

Après avoir tout clarifié, je suis aussi devenu très critique en disant que le Saint Pontife Paul VI, à mon humble avis, il a eu tort de ne pas demander immédiatement, après l'entrée en vigueur en 1975 du droit civil sur le divorce, la modification du concordat entre l'État et l'Église, renoncer à la possibilité réglementée par les pactes du Latran qui permettent la célébration du mariage religieux avec également des effets civils. Là aussi, il aurait été cohérent de revenir à une séparation claire. Les fidèles auraient pu recevoir le sacrement dans les églises, puis ils allaient à la Municipalité pour signer leur contrat de mariage, célébrant ainsi deux mariages distincts: ce qu'est pour l'Église et les croyants un sacrement qui entraîne l'indissolubilité; quoi pour l'Etat et qui pour les laïcs et les non-croyants n'est au contraire qu'un contrat qui peut être dissous si nécessaire. Donc deux actes distincts et séparés, sans aucun mélange ni lien entre eux. Malheureusement, l'Église n'a pas pu, pour l'ancien esprit du césaropapisme, renoncer à garder la pointe du pied dans le domaine politique et administratif. Et ici la vérité historique dicte de se souvenir que signer dans les années soixante-dix, pas tant la loi du divorce - dont je ne conteste pas la légitimité, toujours dans les termes clairement expliqués ci-dessus -, mais celui sur la légalisation de l'avortement en 1978, c'étaient les politiciens des démocrates-chrétiens, dont aucun ne leur vint à l'esprit de soulever des problèmes de conscience, démissionner de leurs postes politiques, ouvrir une crise gouvernementale et laisser cette loi être adoptée par d'autres. Ils sont tous restés à leur poste et ont mis leurs signatures dessus, essayant de se cacher derrière le doigt de "l'acte dû", en commençant par Giulio Andreotti, qui a navigué sur toutes les eaux et traversé tous les ponts, des sacristies aux tribunaux. L'histoire du souverain belge est une autre histoire, Re Baldovino, un vrai croyant et un vrai catholique, qui en tant que tel a refusé de signer la loi sur l'avortement, à tel point que le Parlement a eu recours à un expédient inhabituel: le dirigeant a abdiqué pour 48 minerai. Cette loi a passé, mais pas avec son approbation et sa signature.

.

LE REFUS DE LA LOI SUR L'AVORTEMENT EST BASÉ SUR DE PROFONDES PROBLÈMES DE CONSCIENCE QUI IMPLIQUENT LE BIEN INDISPONIBLE DE LA VIE HUMAINE, POUR CELA L'ÉTAT FOURNIT ÉGALEMENT UNE LOI SUR L'OBJECTION DE CONSCIENCE

.

Il est bon de répéter que si d'une part je fais habituellement une distinction claire entre le sacrement indissoluble et le contrat de mariage civil, reconnaître les non-catholiques, non-croyants ou appartenant à d'autres confessions religieuses, le droit de pouvoir divorcer, juger à cette fin légitime et même vouloir qu'une loi sur le divorce civil soit appropriée, d'un autre côté je ne peux pas, sur le plan moral, éthique et théologique, exprimer un concept similaire en ce qui concerne la loi sur l'avortement, parce que la vie humaine entre en jeu, qui n'est pas un bien disponible ni pour la mère ni pour l'État. Les féministes radicales crient aussi "l'utérus est à moi et j'en fais ce que je veux!», car personne ne peut prétendre que la vie humaine des autres est la sienne et qu'il peut en faire ce qu'il veut, y compris sa suppression. L'avortement n'est pas un droit car personne ne peut légitimement tuer un être humain innocent. Pour cela les deux choses, divorce et avortement, ils sont totalement distincts, car face à l'avortement, le principe de respect qui conduit à dire ne peut s'appliquer: Je ne peux pas empêcher un non-catholique, à un non-croyant ou à un membre d'une autre religion qui considère l'avortement légal, la liberté ou le droit de pouvoir avorter un être humain, parce que c'est moralement inacceptable. Tuer un être humain innocent, il ne peut jamais entrer dans la sphère des droits et libertés. Quelle est la raison pour laquelle cette, contextuellement à cette loi terrifiante, le législateur a également veillé à adopter une loi spéciale sur l'objection de conscience, conscient que la légalisation de l'avortement aurait profondément touché de nombreuses consciences. et notez, pas seulement les consciences des catholiques, parce que je peux témoigner que je ne connais pas quelques non-croyants, athées inclus, qui sont définitivement contre l'avortement, si quoi que ce soit, alors que peu de catholiques sont très permissifs dans ce. Sinon, la référendum pour l'approbation de cette loi, comment ça aurait pu passer, dans un pays comme l'Italie, où à l'époque le 96% certains Italiens ont été baptisés? le référendum il avait une majorité et la loi a été adoptée sous un gouvernement très chrétien-démocrate, car les premiers à voter en faveur étaient des armées de catholiques baciapiles.

.

En tant que citoyen, je souffre que cette loi existe dans mon pays à travers lequel des dizaines de milliers de bébés sont tués dans le ventre de leur mère chaque année. Je serais le premier à aller voter et à inviter à aller voter si un référendum pour l'abrogation de cette loi. Mais malheureusement, si les catholiques italiens du 1978 ils ont voté en faveur de l'avortement dans le secret des urnes, sauf pour revenir le dimanche suivant pour embrasser les tas d'eau bénite ou pour amener les mariées-filles à l'autel avec trois mètres de traîne blanche entre cascades de fleurs et de violonate, ce qui reste des catholiques en 2020 irait en masse directement dans la rue pour défendre le «droit» à l'avortement.

.

QU'EST-CE QUE L'APPLICATION DU DROIT NATUREL POURRAIT LE COMPRENDRE??

.

Je retourne au début pour expliquer en conclusion qui de l'ère post-constantinienne à suivre, l'Église n'a pas connu de moments heureux en raison du mélange de l'autel et du trône, entre pouvoir politique et pouvoir religieux fusionnés indistinctement. Évidemment, nous parlons d'autres périodes historiques, où des éléments qui semblent aujourd'hui nuisibles, ou même néfaste à nos yeux, ils avaient leur propre raison d'être. Essayons de clarifier avec un exemple: c'est un élément tout à fait évident de dire aujourd'hui que la souveraineté appartient au peuple qui la délègue à ses dirigeants à travers le mécanisme d'élections libres [cf.. Constitution de la République italienne, art. 1]. Mais un concept similaire exprimé au IVe siècle à l'époque du concile de Nicée, mais aussi au XVIe siècle à l'époque du concile de Trente, cela aurait semblé en partie incompréhensible et en partie absurde, et les maîtres de la loi naturelle et de la loi naturelle auraient crié d'horreur, sinon à l'hérésie! En fait, n'oublions pas cela jusqu'à des temps pas si lointains, dans le rituel romain, il y avait le rite sacré de la consécration du roi, complet avec invocation au Saint-Esprit. Peut-être est-il bon de se rappeler que ce demi-antéchrist de Napoléon est couronné dans la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1804, présente la bénédiction Souverain Pontife Pie VII qui a dû subir une grande humiliation, quand cet ancien caporal corse prit la couronne et la plaça sur sa tête seule, dire en substance au pontife romain: tu es juste un extra à mon jeu. Cela fait donc sourire de penser qu'en 2020 nous devons encore débattre avec les catholiques pour loisir, champions de «vraie tradition» et défenseurs «de la vraie doctrine» qui affirment avec une nonchalance troublante que la loi positive doit être soumise à la loi naturelle et que les États auraient l'obligation d'appliquer les lois écrites par Dieu dans le cœur de l'homme. Peut-être aspirent-ils à revenir aux temps "heureux" où le roi, tyran absolu et, si nécessaire, sanglant, il fut consacré par le Pontife romain en sa haute qualité de roi des rois de la Terre? Avec l'autel qui essaie de mettre ses pieds sur la tête du trône et avec le trône qui met l'autel sous vos pieds pour une assiette de lentilles?

.

Que découlerait d'un état qui transformé le péché en crime? Dans ce cas, il faut dire que l'Etat doit tout d'abord rendre le baptême obligatoire. Ou pourrait-il éventuellement, un État soumis à la Loi Naturelle suprême et divine écrite dans le cœur de l'homme, pour empêcher un enfant d'être lavé de la tache du péché originel? Et un politicien, un magistrat et un administrateur public non conformes aux principes fondamentaux de la foi et de la morale catholiques, il pourrait occuper certains postes? Évidemment pas, car un demi-mécréant placé dans certains rôles pourrait causer d'énormes dommages à la Sainte Foi et à l'éternelle Loi Naturelle écrite dans le cœur de l'homme. Par conséquent, l'un des sujets d'examen fondamentaux du concours d'accès à la justice devrait être la connaissance parfaite et approfondie du Catéchisme de l'Église catholique.. Et être candidat à la Chambre des députés ou au Sénat de la République, le certificat anti-mafia ne serait pas nécessaire mais celui de la Conférence épiscopale italienne certifiant la catholicité du candidat. Et si deux jeunes décident de vivre ensemble en dehors du mariage? Quelle horrible violation de la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme ils feraient? Dans ce cas, les carabiniers devraient courir chez eux pour les empêcher de vivre ensemble, puis punissez-les adéquatement pour ce péché-crime contre la loi naturelle qui a imprimé le mariage et son indissolubilité dans le cœur de l'homme, ou non? Parce que les relations sexuelles avant le mariage sont interdites par la loi naturelle éternelle inscrite dans le cœur de l'homme depuis la nuit des temps, vero? toutefois, je fideisti pseudo-giusnaturalisti, ils sont convaincus que Dieu n'avait même pas fini de créer les organes génitaux d'Adam et Eve qui avaient déjà imprimé sur l'éternelle Loi Naturelle écrite dans le cœur humain l'interdiction des relations sexuelles avant le mariage, c'est naturel, plutôt, c'est la vérité de la foi! Et si deux hommes libres, les adultes et les personnes consentantes décident d'avoir des relations sexuelles entre eux? Dans ce cas, l'État devrait appliquer des sanctions très sévères, face à ce qui est pour la morale catholique le grave péché contre nature qui, selon l'expression biblique archaïque, crie vengeance devant Dieu. Et sur ce sentier, nous pourrions continuer avec de nombreux autres exemples, tous logiques et conséquents, sur la suprématie de la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme sur les lois positives de l'État.

.

À la fin du discours Je signale une question que j'ai posée à un interlocuteur auquel j'ai posé: si votre souhait se réalise que la loi positive est soumise à la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme, expliquez-moi ce que deviendraient les protestants, héritiers et propagateurs de l'hérésie luthérienne, dans un contexte aussi "idyllique"? La réponse était vraiment dérangeante, mais je t'invite à en rire, comme rire d'une blague grotesque: "L'État a le devoir de défendre la vérité contre l'erreur, parce que l'erreur ne peut être acceptée et tolérée au nom de la liberté ". C'est-à-dire: non-catholiques, les laïcs et les non-croyants doivent être forcés de croire aux vérités annoncées par l'Église selon lesquelles l'État aurait le devoir de se défendre contre l'erreur. et notez: ceux qui pensent de cette façon, non seulement ils se sentent comme de vrais catholiques, mais ils s'en prennent aussi à nous lorsque nous essayons d'expliquer leurs erreurs grossières et dangereuses.

.

Et avec cela, il est dit que par certaines idées mal comprises de la loi naturelle, par conséquence évidente, seul le régime de l'Ayatollah Khomeiny peut naître, que lui aussi a fait, comme beaucoup d'autres dictateurs, à une loi naturelle divine donnée par Dieu: le Coran. Toutes les théocraties les pires et les plus violentes des pays islamiques sont basées sur une loi naturelle de dérivation divine, supérieur en tant que tel à toute loi positive. C'est pourquoi je dis qu'il faut rire de certaines croyances erronées, rire pour ne pas pleurer. Bien sûr, Je suis désolé et cela me fait souffrir lorsque j'entends certains discours prononcés par des catholiques obstinément par erreur, qui sont plus fiers que jamais de leur erreur et n'acceptent aucune correction raisonnable, tellement se sentent-ils bien et en vérité, si quoi que ce soit, évoquant une métaphysique qu'ils ne connaissent pas et un pauvre saint Thomas d'Aquin qui n'a jamais même vaguement pensé à ce qu'ils lui attribuent, ils sont tellement spécialisés dans la découpe d'un morceau par un La question du Somme théologique, l'isoler du contexte, totalement mal compris, lui faire dire ce qui n'est pas écrit dans le texte et enfin, à ceux qui connaissent Thomas d'Aquin les nient, répondre aveuglément est têtu: "Ah, dit saint Thomas d'Aquin!». Et si quoi que ce soit,, à vous qui pratiquez Thomas d'Aquin depuis une vie, ils vous intimident aussi: "Mais si vous ne connaissez pas Saint Thomas d'Aquin, puis étudiez-le!». Pour cela, je me retrouve obligé d'être d'accord avec un athée laïque, très peu de tendresse envers l'Église catholique et le catholicisme, qui s’adressait aux journalistes peu avant d’obtenir un autre diplôme à Turin honoris causa, il a dit:

.

"JE réseaux sociaux ils donnent le droit de parler à des légions d'idiots qui auparavant ne parlaient au bar qu'après un verre de vin, sans nuire à la communauté. Ils ont été immédiatement réduits au silence, alors que maintenant, ils ont le même droit de parler qu'un lauréat du prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles ".

.

Cette phrase n'a pas été prononcée par la Sainte Mère Teresa de Calcutta quand à 1979 il a reçu le prix Nobel de la paix à Stockholm, il l'a dit en 2015 le petit saint Umberto Eco, commentant que dans des faits concrets, le dernier des théoriciens du complot qu'il publie sur Youtube une vidéo anonyme montrant que la terre est plate, il sera plus suivi et écouté qu'un prix Nobel de physique. Exactement comme cela nous arrive, prêtres et théologiens, que par beaucoup de nos fidèles nous ne sommes pas pris en considération et le moins écoutés, ils sont tellement occupés à suivre les conneries pseudo-théologiques du dernier des imbéciles réseaux sociaux, ou par des journalistes à la retraite devenus ecclésiologues dans l'équilibre entre potins et fantasmes-théologie. Comment blâmer cet athée anticlérical d'Umberto Eco, nous prêtres et théologiens en particulier, qu'avec nos fidèles docteurs sur internet en philosophie, sciences bibliques, théologie, dogmatique sacramentelle et morale catholique, nous sommes obligés de subir ce que nous souffrons et de prendre des coups si nous osons essayer de les corriger?

.

de l'île de Patmos, 15 décembre 2020

.

.

.

SOUTENEZ L'ÎLE DE PATMOS EN ACHETANT LES LIVRES DE NOS ÉDITIONS, QUI

.

Comment aider notre travail:

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Éditions L'île de Patmos

ALLAIENT: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

Lire la suite

Le devin Tirésias et le christianisme: la réalité du handicap, entre joie et espoir

— Théologique —

LE SOOTER TIRESIA ET CHRISTIANITÉ: LA RÉALITÉ DU HANDICAP, ENTRE ESPOIR ET JOIE

Le handicap, relève certainement du thème de la souffrance, de ceux qui sont affligés et qui seront réconfortés, selon la béatitude évangélique. Les personnes touchées par un handicap sont pleinement incluses dans celles qui sont accueillies au sein de l'amour trinitaire. Le monde de la culture, de réflexion philosophique et anthropologique a toujours été fascinée et en même temps ébranlée par ce thème.

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

Ulysse et le devin Tiresias

Un des thèmes forts qui impliquent beaucoup sur le plan émotionnel et intellectuel chaque fidèle, par le croyant individuel, au prêtre, de l'homme de culture au théologien, c'est certainement la question du handicap. Pour être précis, il n'y a pas de handicap dans l'abstrait, mais il y a des personnes handicapées physiques ou mentales, qui peut être congénitale, innée ou acquise.

.

Je voudrais esquisser réflexions biblico-théologiques sur le thème du handicap. je suis conscient, avec toute la tradition chrétienne, que le mystère du mal et de la souffrance humains reste un mystère et ne peut jamais être entièrement révélé. Mais cela peut être envisagé, scruté avec un œil de foi, espoir et charité et être placé dans le plan le plus élevé et le plus grand du plan de Dieu.

.

Dans cet article, tout d'abord, nous ferons quelques considérations historiques sur l'une des personnes handicapées les plus célèbres et les plus anciennes de l'histoire, le devin Tiresias. ensuite, nous passerons au thème de la souffrance dans la sphère chrétienne.

.

UNE PERSONNE HANDICAPÉE CONNUE À L'ANTIQUITÉ. TIRESIA, DOUCEUR AVEUGLE.

.

Le handicap, relève certainement du thème de la souffrance, de ceux qui sont affligés et qui seront réconfortés, selon la béatitude évangélique. Les personnes touchées par un handicap sont pleinement incluses dans celles qui sont accueillies au sein de l'amour trinitaire. Le monde de la culture, de réflexion philosophique et anthropologique a toujours été fascinée et en même temps ébranlée par ce thème. A tel point qu'elle s'est récemment laissée interroger par le handicap, essayer de construire une réflexion. Je voudrais tout d'abord rappeler le texte de Gian Antonio Stella: NombreusesLa longue bataille des handicapés pour changer l'histoire, récemment publié par le célèbre journaliste de Corriere della Sera. Avec une orientation journalistique, Stella essaie de faire un excursus à partir de différentes figures historiques de personnes handicapées qui ont vraiment proposé leur expérience innovante pour l'époque de l'histoire dans laquelle elles ont vécu. Je ne voudrais cependant pas m'attarder sur ce texte [1].

.

Depuis quelque temps la culture sicilienne il a perdu l'un de ses écrivains les plus féconds, Andrea Camilleri. Presque comme un testament, avec quelques livres maintenant sortis, l'auteur de Porto Empedocle, connu pour avoir créé le personnage de l'inspecteur Montalbano, a publié un texte intitulé Conversations sur Tiresia. C'est un petit livret qui reproduit fidèlement le texte du spectacle homonyme mis en scène en juin dernier 2018 et joué par Camilleri lui-même.

.

Le thème central du texte, comme le dit le titre, est la figure du devin Tiresias. Figure légendaire, dont on sait peu de choses. Bien sûr, di lui, on sait qu'il est originaire de Thèbes, a une fille nommée Manto, elle devine aussi, mais surtout qu'il est aveugle, ou comme on dirait aujourd'hui: non vedente. La pièce est petite excursus de l'ironie, moquerie et quelques fouilles dans le monde d'aujourd'hui, comment ce chiffre a été décrit, moqué et en même temps aimé et respecté au fil des siècles. notoirement, L'antiquité grecque a produit une série de sources sur Tiresias. La chose la plus intéressante à noter est que dans une antiquité préchrétienne, qui avait une relation très difficile avec les personnes handicapées, d'autre part, une figure handicapée physique comme Tiresias est restée vivante dans l'écriture de ces auteurs. Bien sûr, la figure du devin thébain, c'est avant tout intéressant pour une réflexion culturelle sur le handicap.

.

Le pseudo Apollodore il a essayé d'expliquer d'où provenait la cécité de Tiresias. Alors il a rapporté trois récits, dans son Biblioteca; les deuxième et troisième récits sont particulièrement intéressants[2], également raconté en salle dans le texte de Camilleri. Dans le deuxième récit, celui selon Apollodorus, Tiresia est le fils d'Evereo et de la nymphe Cariclo: la cécité vient de la punition d'Athéna que Tiresias a vu nue prendre un bain; puis Cariclo est intervenu et a demandé grâce pour son fils. Athéna n'a pas enlevé l'aveuglement du misérable voyer, mais rejoint dans la capacité d'être devin. Le troisième récit Apollodore reprend celui du poète grec Hésiode, et c'est le plus complexe, car il insère d'autres éléments. Tiresias médité en marchant sur le mont Citerone: ici, il a vu deux serpents en train d'union sexuelle puis, dégoûté, il a décidé de piétiner et de tuer la femelle. Dès que l'aspe lubrique a été écrasé, comme par magie, Tiresias est passé d'homme à femme. Cette image, il incite Camilleri à mettre dans la bouche de Tirésias une considération théologique liée aux serpents:

.

«Adolescente, j'aimais beaucoup faire de longues promenades solitaires sur le Citerone et un jour, tout à coup, alors que j'étais assis sur une pierre, J'ai vu deux gros serpents enroulés se précipiter vers moi en train de se reproduire. J'étais perdu dans mes pensées, pour cela j'ai réagi comme je n'aurais jamais dû. Pourquoi avec des serpents, sul Citerone, il fallait faire attention. Afin de posséder Perséphone, Zeus s'est changé en serpent et Cadmus s'est également «affirmé» pour ses escapades. Donc, dans ces reptiles, un dieu pourrait se cacher "[3].

.

Nous reviendrons sur ce détail sous peu. Nous observons comment Tiresias est vraiment sage: c'est-à-dire qu'il est capable d'aller au-delà de l'aspect matériel et de saisir la nature divine même d'un acte aussi animal que l'union sexuelle. Toutefois, procéder à la narration, on sait que plus tard le devin thébain est redevenu un homme, mais son malheur n'était pas fini. En fait, dans une durée indéterminée, Zeus et Hera se sont disputés et se sont souvent retrouvés divisés par une controverse: si dans l'acte sexuel l'homme ou la femme ressentait plus de plaisir. Ils n'ont pu parvenir à aucune conclusion car en fait les deux positions principales se faisaient face: Zeus, il a prétendu que c'était la femme, alors qu'Era était l'homme. Pour régler le différend, ils ont décidé de se tourner vers Tiresias, considéré comme le seul qui aurait pu le résoudre puisqu'il avait testé à la fois la nature masculine et féminine. Il aurait peut-être été préférable que Tiresias ait suivi le vieil adage de ne pas mettre un doigt entre mari et femme[4]. Maman, pour ce temps, il n'a pas fait attention à ça. Alors, une fois convoqué par les deux dieux querelleurs pour résoudre le problème de dépassement, a répondu que le plaisir sexuel se compose de dix parties: l'homme n'en essaie qu'un et la femme neuf, donc une femme ressent un plaisir neuf fois plus grand que celui d'un homme. Tiresias a pensé à répondre faisant ainsi une faveur à Hera, croyant que la déesse avait répondu selon son propre raisonnement. La déesse, au lieu, elle était furieuse que Tiresias ait révélé ce secret: et donc ça l'a aveuglé. Au lieu de Zeus, contrairement à la réaction de sa femme, il a décidé de réparer les dommages subis, et a permis à Tiresias de prévoir l'avenir et le don de vivre pendant sept générations. E Questo, dans la perspective grecque, cela impliquait d'avoir une vie pratiquement éternelle.

.

Voici donc les trois éléments mis en évidence dans le handicap de Tiresias: la cécité suit la punition de connaître un secret profond de l'homme. Tiresia, un peu comme Prométhée, il est à blâmer d'avoir osé deviner et raisonner, aller au-delà du réalisable: donc d'être entré dans les plus hautes sphères de l'intimité de l'homme et de la femme. D'avoir su dissoudre le secret même du don total d'homme à femme et vice versa, donc de leur identité profonde. En même temps, Tiresias est entré dans le secret profond du plaisir corporel et à l'origine de la vie. Era davvero non può reggere questo affronto. Comme ça, il pense qu'il déplaît à Tiresias, l'aveuglant: mais ce faisant, il l'éloigne de la vue des choses matérielles et le laisse pour toujours à la vue de l'information, notions et concepts supérieurs. J'ose dire que Tirésias est peut-être l'esclave de la caverne platonicienne qui, libéré des pièges des visions matérielles, voit enfin la lumière des Idées., dans l'éternité de la vérité intemporelle. Mais je ne veux pas entrer dans une analyse platonique.

.

Revenons plutôt au handicap de Tiresias est ajouté, avec l'action de Zeus, le don de la prévoyance et de la vie éternelle. Le chef-d'œuvre anthropologique de Tirésias le Thébain est définitivement achevé. Le handicap, tellement condamné, tellement stigmatisé dans le monde grec, et plutôt, à Tiresia, chargé d'un ensemble de cadeaux extraordinaires offerts par les dieux[5]. Donc le manque de lumière sur les choses de tous les jours importe peu.

.

Tiresias connaît le fait présent dans ses secrets les plus intimes. Il en va de même pour les événements futurs: sait ce qui est plus profond, ce qui est le plus recherché par tous les Grecs, philosophe, mathématique, astronome ou historien. Le savant Paolo Scarpi écrit à ce sujet:

.

«[…] La cécité de Tiresias est en réalité la condition pour lui de remplir son rôle de devin […] Les trois raisons présentées dans la bibliothèque, […], en réalité, ils semblent reliés par un dénominateur commun représenté par le code optique sur lequel l'histoire est construite. […] la vue entre directement en question, se configurant comme une transgression d'un code de conduite énoncé par Callimaco […] (les lois de Cronos établissent ainsi qui voit un immortel contre sa volonté, paiera un très bon prix pour cette vue)»[6]

.

En confirmation de cela il semble intéressant de noter ce que Odyssée du devin thébain. Homer offre une tâche importante à Tiresias, en fait dans le dixième canto nous lisons:

.

"Pour demander à l'âme des Thébains Tiresias,

le devin aveugle, dont les précordi sont fermes:

à lui seul Persephone a donné même quand il était mort,

la faculté d'être sage; les autres sont des ombres errantes "[7]

.

Ulisse, nell’Ade, il est obligé de chercher Tiresias, pour découvrir le chemin du retour à Ithaque. Dans les vers du poème homérique, nous lisons entre les lignes que seuls Tiresias bénéficient des dons extraordinaires qui le rendent si sage. J'ajoute quelques éléments supplémentaires: dans Tebaide, le poète Stazio décrit que Tiresias, sourd-muet et aveugle en même temps, conserve ses pouvoirs extraordinaires. Qui, handicap physique, c'est encore plus prononcé, néanmoins, la sagesse et la prophétie restent. Et ils auront un rôle dramatique dans Sophocle.

.

Nell 'Œdipe Re, Tiresias s'appelle prophétiser aussi l'inceste célèbre entre Œdipe et Jocaste et le meurtre de Laius: dans cette tragédie la prophétie des aveugles est même un élément d'aide à la découverte d'une action morale condamnée par le temps. La contribution de Tirésias devient fondamentale dans la dissolution du drame d'Œdipe.

.

Retour et conclusion de la lecture du texte de Camilleri, Je trouve un magnifique poème dédié à Tiresias par le poète Thomas Sterne Elliott

.

«Je Tiresias, bien qu'aveugle, bouton entre deux vis,

vieil homme aux seins de femme flétris, je vois

à l'heure violette, l'heure du soir qui vient

sur le chemin du retour, et ramener le marin à la maison de la mer,

Je peux voir la dactylo à la maison à l'heure du thé, dégage le petit déjeuner,

allume la cuisinière et sort les conserves.

Dehors la fenêtre traînait dangereusement pour sécher

Ses combinaisons touchées par les derniers rayons du soleil,

sur le canapé (son lit la nuit) ils sont bondés

chaussettes, chaussons, chemises et corsets.

Je Tiresias, vieil homme aux seins ratatinés,

vous percevez la scène, et prédit le reste -

Moi aussi je m'attendais à l'invité attendu.

Le sien, le jeune homme pustuleux, arrive,

employé d'une petite agence de location, d'un seul coup d'œil

baldanzoso,

une des personnes à qui la sécurité est

comme un chapeau haut de forme à un paysan enrichi.

Le moment est venu, comme il conjecture,

le déjeuner est terminé, elle s'ennuie et est fatiguée,

essayez de l'embaucher dans des caresses

qui ne sont pas rejetés, même si indésirable.

Excité et déterminé, il attaque tout d'un coup;

explorer les mains ne rencontre aucune défense;

sa vanité n'exige aucune réponse

et prend l'indifférence comme bienvenue.

(Et moi, Tiresias, j'ai tout pré-offert

Qu'est-ce qui a été fait sur ce même canapé ou lit;

Moi qui me suis assis sous les murs de Thèbes

et j'ai marché parmi les plus humbles morts).

[...]

Puis je suis venu à Carthage

Brûlant brûlant brûlant brûlant

O Seigneur tu me prends

O Seigneur tu saisis

Brûlant[8]

.

L'analyse du handicap de Tiresias il montre donc à quel point le handicap a une valeur contradictoire dans le monde préchrétien: dans lequel une relation de damnation est mise en évidence, stigmate, suppression e, de l'autre, presque plutôt un état d'élévation vers des connaissances supérieures. La question du handicap, pour les Grecs, il appelait donc à une connaissance sapientielle du présent, une connaissance prophétique du futur, un appel à la vie éternelle (certainement pas des mêmes caractéristiques que le Royaume chrétien de Dieu). De toute évidence, l'aspect totalement absent du handicap de Tiresias, comme d'ailleurs dans toute réflexion grecque avant la venue du Christ, c'est évidemment le lien entre l'activité divine et humaine: cette relation entre la grâce et la nature qui ne sera explorée que par la suite par la théologie catholique.

.

En fait, Tiresias souffre d'un handicap dans sa nature humaine comme punition: il n'est pas expliqué par les mythes grecs de quelle manière, après avoir obtenu l'invalidité, sa personne est amenée, par le handicap, vers un chemin d'amélioration et d'élévation morale avec l'aide des dieux. Le handicap, à Tiresia, bref, c'est une méthodologie épistémologique spéciale mais pas une de sanctification. Une manière particulière de savoir mais pas de s'élever à une relation avec le sacré. D'un autre côté, son caractère est complètement différent, le sentiment de souffrance physique, et donc aussi une déficience visuelle, depuis l'avènement de Jésus-Christ: tous les handicaps font partie de l'affliction et de l'amour souffrant du Christ. Ils peuvent donc être regroupés sous la grande catégorie de la souffrance.

.

AFFLIT MAIS INTIMALEMENT UNIS DANS L'AMOUR SOUFFRANT DE JESUS

.

Une chose est sûre. À propos du christianisme, il est fondé par Jésus et c'est une religion de joie; en fait, Christianisme, tout a commencé par un joyeux impératif. «Kaire / Réjouis-toi Maria!» [9] alors l'archange Gabriel salua l'adolescente Marie. Nous reconnaissons certainement avec Joseph Ratzinger que "le christianisme est donc la foi de la joie"[10]. et pourtant, sur le chemin d'une foi catholique joyeuse, il n'échappe pas à certaines questions particulièrement délicates comme la souffrance, pénitence et douleur. Pensons un instant que dans le chemin de l'Église catholique il y a une grande période de pénitence et d'ascétisme: Prêté. Car le Carême est avant tout un temps de conversion, mais aussi un temps de désert et de réflexion. Dans cette période, il y a une invitation à s'attarder, dans notre prière ou méditation personnelle, sur les questions qui sont habituellement difficiles à assimiler et à traiter, comme le péché, la morte, la maladie, la douleur. La souffrance est une question très sensible. C'est surtout délicat car il est vécu par les hommes et les femmes. Thème que nous avons tous touché de première main. Ces hommes souffrent. Par conséquent, ils sont affligés. En fait, l'un des thèmes dont l'Ancien Testament nous parle aussi est la souffrance. Pensons, par exemple, à l'histoire du livre de Job. tuomo droit, aujourd'hui on dira un pieux, une personne décente et très dévouée. Le monsieur, donc, il permet au diable d'être jugé dans la souffrance morale, on se souvient en fait que tous ses enfants ont été tués; donc, matière, on se souvient qu'il a perdu tous ses biens; enfin la physique, nous nous souvenons qu'il est tombé gravement malade de la lèpre et a été isolé de tout le monde, sauf de quatre amis.

.

In Giobbe, selon les exégètes, on retrouve quatre réactions typiquement humaines. La prima è l’accettazione (cf.. Go 1,22). Il accepte pacifiquement que tout cela vient de Dieu. En même temps, il exige également de lui une sorte de retour dans le futur. La deuxième réaction, c'est la rébellion (cf.. Go 3, 1). Il voudra même mourir. C'est aussi une réaction typique des malades d'aujourd'hui: c'est un désir de tranquillité et de paix. La troisième réaction est la garde (cf.. Go 40). Job se confie à Dieu en reconnaissant sa petitesse, une créature créée, par rapport à Dieu le créateur incréé. Alors il compte vraiment sur le Créateur car il reconnaît qu'il était fier et prétentieux envers lui. Quatrième réaction, la récompense surnaturelle (Go 42,7). On rend à Job tout ce qu'il avait perdu d'une double manière [11].

.

Job est affligé. Dieu après un voyage de conversion, de purification et de croissance est consolé par Dieu. J'ai été très impressionné quand j'entends aussi la voix d'un affligé. Un affligé il y a quelques années: mais que dans son aujourd'hui, comme aujourd'hui il a été abandonné par tous. Pour cela je voudrais maintenant farvi ascoltare la voce di quel genere di afflitto che, contrairement à Job, pas l'avoir fait.

.

"J'habitais (mâle) depuis trente ans, quelqu'un dira que c'est trop peu. Que quelqu'un n'est pas capable d'établir quelles sont les limites de la tolérance, parce qu'ils sont subjectifs, pas objectif. J'ai essayé d'être une bonne personne, J'ai fait beaucoup d'erreurs, J'ai fait de nombreuses tentatives, J'ai essayé de donner un sens et un but en utilisant mes ressources, faire un art de l'inconfort. Mais les questions ne finissent jamais, et j'en ai marre de l'entendre. Et j'en ai marre du pormène aussi. J'en ai marre de faire des efforts sans obtenir de résultats, marre des critiques, marre des entretiens d'embauche comme graphiste inutile, fatigué de gaspiller des sentiments et des désirs pour l'autre sexe (qui n'a évidemment pas besoin de moi), fatigué d'envier, marre de se demander ce que c'est que de gagner, d'avoir à justifier mon existence sans l'avoir déterminée, marre de devoir répondre aux attentes de tout le monde sans jamais avoir rencontré les miennes, fatigué de mettre un bon visage sur la malchance, feindre l'intérêt, me tromper, se moquer de, d'être mis de côté et de se faire dire que la sensibilité est une grande qualité. [...] Rien ne peut être attendu de cette réalité. Vous ne pouvez pas vous attendre à un travail, on ne peut pas s'attendre à être aimé, on ne peut pas s'attendre à une reconnaissance, vous ne pouvez pas vous attendre à la sécurité, on ne peut pas s'attendre à un environnement stable. [...] Sono entrato in questo mondo da persona libera, et en tant que personne libre je m'en suis sorti, parce que je n'aimais même pas ça un peu. Assez d'hypocrisies. [...] Je sais que cela te semble fou, mais ce n'est pas. C'est juste une déception. L'envie est passée: pas ici et pas maintenant. Je ne peux pas imposer mon essence, mais mon absence fait, et le néant absolu vaut toujours mieux qu'un tout où vous ne pouvez pas être heureux de faire votre destin. [...] Pardonne-moi, maman et papa, se potete, mais maintenant je suis de nouveau à la maison. Je vais bien"[12].

.

C'est terrible de lire de telles lignes. Il est presque impossible de comprendre la douleur d'un jeune qui veut se suicider. Il est absolument impossible de comprendre la douleur de ces parents qui ont perdu un enfant de cette manière. et pourtant, ce jeune homme était affligé. Un affligé laissé seul par tous: abandonné à la mentalité et à la mode du monde, qui croit et inculque à tous que le suicide est le seul moyen de vivre leur liberté. C'est la liberté que le monde d'aujourd'hui veut nous convaincre aussi, catholiques, que c'est celle à vivre: une liberté qui n'est pas la vraie liberté. Cette liberté qui s'exprimerait dans les techniques de suicide assisté et d'euthanasie, comme cela s'est produit pour l'affaire, s'est levé au premier plan des nouvelles, par Dj Fabio. Dj Fabio a également souffert, celui que nous appellerons bibliquement affligé[13]. Le monde, au lieu de lui donner une vraie liberté, il l'a abandonné pour de bon. L'état de droit lui offre même des raisons et une jurisprudence pour fonder la croyance que l'on ne peut sortir de la souffrance qu'en se suicidant. Comme si le suicide était l'expression maximale d'une «liberté»[14]. Cette liberté qui élimine la souffrance et l'affliction. Parce qu'une vie souffrante et affligée n'a aucune valeur, puis il est éliminé. Il est pris et jeté. Et tout est déguisé avec le mot magique: li-ber-Ta. Trois syllabes avec lesquelles aujourd'hui nous surfons sur la vague et permettons tout.

.

"Nous vivons à une époque où nous n'avons le droit de vivre que s'ils sont parfaits. Toute insuffisance, toute faiblesse, toute fragilité semble interdite "[15]

.

Il n'y a qu'une seule réponse à cette terrible conviction de la culture d'aujourd'hui. La vraie réponse que chacun de nous peut donner est la suivante: la joie de Jésus-Christ. Il répond à une logique de mort, de la culture jetable, de la nécroculture simplement en montrant la joie et l'amour que Jésus avait pour les affligés. Parce que Jésus-Christ lui-même a souvent rencontré la souffrance. Autrement dit, Jésus a rencontré des gens souffrant et affligés: qui dans le corps et qui dans l'esprit. Et il s'est mis au service d'eux et de leurs parents et amis. Pour cela, il a pu reléguer une place spéciale dans les Béatitudes à la souffrance: "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront réconfortés"[16].

.

Si nous jetons un œil à l'Évangile de la résurrection de Lazare, voyons immédiatement comment Jésus se rapporte à la mort de son cher ami Lazare. Jésus lui-même pleure. Il est affligé, et vit ce moment avec d'autres affligés. Essayons de suivre de près le texte de l'Évangile:

.

«Jésus l'aimait beaucoup (Agapan = aimé avec miséricorde) à Marta, à sa soeur [Marie] et à Lazare. Marta alors, comme il savait que Jésus venait, est allé le rencontrer; Maria, d'autre part, était assise dans la maison. Marthe a dit à Jésus: "Monsieur, si vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort! Mais même maintenant je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu vous donnera ". Gesù le disse: "Ton frère ressuscitera". Marta lui a répondu: "Je sais qu'il se relèvera le dernier jour". Gesù le disse: "Je suis la résurrection et la vie; qui croit en moi, même s'il meurt, vivra; quiconque vit et croit en moi, ne mourra pas pour toujours. Tu crois ça?». Elle lui a répondu: “Sì, ô Seigneur, Je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu qui doit venir au monde " (= pepisteuka, le verbe grec exprime un fort acte de foi) Puis Jésus la vit pleurer et les Juifs qui étaient venus avec elle pleurèrent aussi, il était profondément ému (mâts embryonnaires = se mettre en colère), il était bouleversé et a dit: "Où l'avez-vous placé?”. Ils lui ont dit: "Monsieur, viens et vois!”. Jésus a fondu en larmes. Puis les Juifs ont dit: «Voyez comment elle l'aimait!”. Après avoir placé la pierre dans laquelle Lazare avait été placé, Jésus a alors levé les yeux et dit: « Père, merci de m'avoir écouté. Je savais que tu m'écoutais toujours, mais je l'ai dit pour les gens autour de moi, pour qu'ils croient que tu m'as envoyé ". E, dit cela, il a crié fort: "Lazare, vieni fuori!”. Le mort est sorti, avec ses pieds et ses mains enveloppés de bandages, et le visage couvert d'un linceul. Jésus leur a dit: "Détachez-le et laissez-le aller" "[17].

.

Essayons de lire le texte analytiquement. au verset 5 nous voyons tout d'abord que Jésus accomplit l'action deAgapan c'est-à-dire qu'il aimait profondément Marta, Maria et Lazzaro. Agapao est le verbe grec dont il provient agapè, que nous traduisons précisément avec Mercy. Alors il les a aimés avec miséricorde. Aussi aux versets 20 – 27 Jésus est réprimandé par Marthe, plus tard aussi par Maria, de ne pas avoir été présent au moment de la mort de Lazare. Il obtient d'eux un acte de foi en la vie éternelle qui passe par Sa Présence: la présence de Jésus, Fils de Dieu dans le monde. ensuite (cf.. V.33) quand il apprend plus tard la mort de Lazare, Jésus est ému: il a un mouvement de passion en colère (il en va de même pour le verbe grec mâts embryonnaires), de l'aversion pour la mort qui est l'un des effets causés par le péché originel à son tour engendré par le diable. Jésus lui-même, alors, exprime l'aversion et l'hostilité envers la mort. Commenter les versets 41 – 42, l'exégète Brown écrit:

.

"Par l'exercice de la puissance de Jésus, qui est la puissance du Père, ils connaîtront le Père et recevront ainsi la vie eux-mêmes. Jésus n'obtiendra rien pour lui-même, il veut seulement que ses auditeurs connaissent le Père qui l'a envoyé. [...] La chose cruciale est que Jésus a donné la vie physique comme un signe de sa puissance de donner la vie éternelle sur cette terre et comme une promesse qu'au dernier jour il ressuscitera les morts "[18].

.

mars, Maria et Lazzaro sont affligés. Jésus lui fait découvrir, en plein malheur, une relation vraie et réelle avec Dieu. La souffrance devient alors l'un des «lieux» possibles pour vraiment rencontrer l'amour du Seigneur et en recevoir la consolation. Comme Dieu l'a fait avec Job et comme maintenant Jésus le fait avec Lazare. En effet, l'affliction, cela peut générer un sentiment d'isolement: comme nous l'avons vu jusqu'à présent, la souffrance, si d'un côté c'est une expérience, par contre c'est en même temps une expérience solitaire, permis par Dieu à l'individu et uniquement à l'individu. De manière indirecte, il affecte également les proches, les amis et les voisins de l'affligé, mais il sert avant tout au célibataire. Ces affligés ne sont pas si loin dans le temps et l'espace de nos vies.

.

Nous aussi pouvons être miséricordieux et montrer l'amour de Dieu aux affligés. Nous pouvons exprimer et communiquer la joie et la vitalité de Jésus à travers nos frères souffrants? Par l'exercice d'œuvres de miséricorde matérielles et corporelles, il est possible d'exprimer le sens biblique de consolation. Voici le lien entre la consolation et le sentiment de fraternité: savoir entrer dans le drame de quelqu'un et le soutenir. Être vraiment avec - frères par la Miséricorde / Agape de Dieu pour l'autre. Vivre en aidant les affligés c'est les soutenir. En étant un support alors il y a trois dérives qu'il faut absolument éviter:

.

α) avoir pitié de l'affligé. En d'autres termes, il existe un risque de créer une victimisation. A travers cette dynamique, la personne est coincée dans sa propre douleur et se referme dans un narcissisme qui l'empêche de guérir [19].

b) L'effet narcotique. Autrement dit, essayer de se débarrasser de la douleur en y mettant la conscience. La personne est donc poussée par la société à vivre comme si la douleur n'existait pas. Cela conduit à la superficialité, ce qui est dangereux car il reporte le problème de la douleur et l'aggrave[20]. En effet, échapper à un problème signifie l'aggraver.

c) Invitez les affligés à voir qui est pire que lui: il n'y a rien de pire que de faire de l'existence comme un classement de Serie A et de dire qui est meilleur et qui est pire. Cela n'a aucun sens de consoler quelqu'un en disant "car il y a ceux qui sont plus mal lotis que vous, tu dois aller bien " [21].

.

Voyons voir', donc, l'œuvre de miséricorde consoler les affligés en quoi il consiste vraiment. Les paroles du prêtre Fabio Rosini qui écrit nous aideront:

.

La douleur physique peut être dure, mais s'il y a une raison, c'est pris en charge, le coeur est serein; si, toutefois, la douleur est sans explication puis devient insupportable. L'affliction a besoin d'un mot pour la remplir, qui t'adresse, une indication qui guide la compréhension " [22]

.

Le même mot consolation (en hébreu nacham), bibliquement il est rendu avec les verbes au repos, fermarsi, trouver la tranquillité ou même se réfugier[23]. C'est ce que nous venons de voir faire Jésus avec les proches affligés de Lazare. Apaiser une personne signifie lui donner cette parole de plénitude, de compréhension, sens que la douleur semble lui avoir volé.

.

"Quiconque accomplit l'acte consulaire est capable de se mettre à côté du malade en lui montrant ce qu'il ne voit pas et en lui permettant d'ouvrir son cœur, le regard, l'esprit à une autre perspective, une profondeur intégrale qui donne l'exhaustivité "[24].

.

Dans un certain sens, tous les chrétiens sont appelés à consoler, rappelez-vous que ce sont eux qui sont appelés à donner cette complétude. Voilà donc l'appel à être ceux qui se souviennent que Dieu est avant tout espoir dans la souffrance. Rappelez au monde et à la culture d'aujourd'hui que l'espoir est un acte typiquement humain, mais en même temps en élevant: car il permet même aux pires affligés de s'élever au-dessus de leur douleur. Comme l'écrit toujours Fabio Rosini, consulaire, donner de l'espoir signifie essentiellement, faire un acte de miséricorde qui "rend l'éternité présente, qui révèle le visage de Dieu dans la douleur "[25]. Cela nous permettra également de recommencer à espérer. Et espérer est un acte typiquement chrétien. Suite, espérer est l'acte typiquement catholique! Parce que le croyant est celui qui a mis toute confiance en Jésus. Et tout comme Martha et Maria, il exprime son espoir à haute voix dans la douleur. Gardez toujours cela à l'esprit, pendant que vous préparez des sandwichs pour les pauvres, pendant que vous préparez la civière vertébrale, pendant que vous réorganisez les installations de protection civile. Espérer signifie avant tout allumer l'attente d'un Dieu qui est l'immensément bien bien absolu.

.

Chacun de nous peut être porteur d'espoir, porteurs de joie même pour les affligés des quartiers les plus pauvres, à l'affligé en raison de chagrin ou de dépression, ou précisément d'un handicap. Voici donc qu'en reliant ces réflexions au handicap, nous dirons que même la personne handicapée, malgré ses afflictions et ses douleurs physiques, il est appelé à un chemin de joie et de sanctification. Il y a toujours un plan supérieur vers lequel Dieu le Père dirige, comment il a dirigé les souffrances de Jésus de la Passion, à la joie de la résurrection. Nous aussi serons transportés vers la joie de la consolation. Parce que quand nous consolerons un affligé, cela nous fera vraiment découvrir la joie de notre vie. Toute notre vie sera de savoir redécouvrir la présence d'un Dieu trinitaire, qui est avec nous même dans la douleur. C'est en aimant qui est affligé, lui faisant redécouvrir cette joie de vivre, nous pourrons dire avec le poète Giacomo Leopardi "Je n'ai jamais senti autant vivre qu'aimer" [26].

.

Rome, 4 novembre 2020

.

_______________

REMARQUE

[1] Le lecteur peut consulter pour plus d'informations: g. UNE. Stella, Divers - La longue bataille des handicapés pour changer l'histoire, Solférino, 2019, Milan.

[2] Pseudo-Apollodoro, Biblioteca, III, 6, 7.

[3] UNE. Camilleri, Conversations sur Tiresia, Sellerio, Palerme, 2019.

[4] UNE. Camilleri, op.cit.

[5] Le long de cette même ligne, M se dresse. Schianchi, Histoire du handicap - De la punition des dieux à la crise de l'aide sociale, Carocci, Rome, 2012, 40.

[6] Apollodoro, Mythes grecs, par P. Chaussures, traduz. chez M.G. Ciani, Monadori, Milan, 1996, 55.

[7] Odyssée X, 492 e sgg., Traduction par G. Aurelio Privitera

[8] T.S. Elliott, Wasteland mentionné dans A. Cammileri, Conversations sur Tiresia, 41 – 42. Vérifiez à nouveau la page.

[9] Lucas 1, 26.

[10]J. Joseph Ratzinger, Éléments de théologie fondamentale, Morcelliana, Brescia, 69.

[11] S. Pinto, Les secrets de la sagesse, Introduction à la sagesse et aux livres poétiques , St.Paul, Cinisello Balsamo, 2013, 21 – 23.

[12] Lettre de M., un suicide dans la trentaine, extrait de http://messaggeroveneto.gelocal.it/udine/cronaca/2017/02/07/news/non-posso-passare-il-tempo-a-cercare-di-sopravvivere-1.14839837 dernier accès 10/01/20 minerai 18.07.

[13] Voir. http://www.huffingtonpost.it/2017/02/28/fidanzata-dj-fabo-vorrei-notte-non-finisse_n_15055120.html Dernier accès 23 mars 2017 minerai 16.43).

[14] https://www.repubblica.it/cronaca/2019/09/25/news/consulta_cappato_dj_fabo_sentenza-236870232/ Dernier accès 10/01/10 minerai 18.16.

[15]UNE. D’AVENIA, L'art d'être fragile, 2016, 147.

[16] Mont 5,4

[17] Évangile selon Jean, capitolo 11.

[18] R. E. marron, Giovanni, 2014, pp 567 – 568

[19] Fabio ROSINI, Seul l'amour crée, 2016, p. 121.

[20] Au même endroit.

[21] Fabio ROSINI, au,cit, p. 122.

[22] Fabio ROSINI, p. 120.

[23] Fabio ROSINI, p. 127.

[24] Fabio ROSINI p. 129.

[25] Fabio ROSINI, p. 129.

[26] (Zibaldone 1819 – 1820.)

.

.

Blog personnel

Père Gabriel

.

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

Nouvelles de la Province romaine dominicaine: visitez le site officiel des Dominicains, QUI

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

..

.

.

«Je suis Roberto Bolle, pas un poulet qui se gratte dans le poulailler ". Ces catholiques déprimés et déprimés qui enferment la moralité dans un préservatif et qui considèrent le sexe comme le centre de tout le mystère du mal

- Les pages théologiques -

«JE SUIS ROBERTO BOLLE, PAS UN POULET QUI COURSE À LA VOLAILLE ». CES CATHOLIQUES DÉPRIMÉS ET DÉPRIMÉS QUI ENCLENT LA MORALE DANS UN CONSERVATEUR ET QUI CONSIDÉRENT LE SEXE COMME LE CENTRE DE TOUT LE MYSTÈRE DU MAL

.

Quelqu'un m'envoie ce message: "Comme promis de manière compatible avec mes engagements, j'ai procédé à la réalisation d'une vidéo en réponse à ses déclarations hétérodoxes sur la contraception. Convaincu qu'il sait personnellement ce qu'est une saine doctrine et donc à considérer et ce qu'il faut écarter. Elle sera certainement utile aux nombreux fidèles qui nous suivent depuis des années et qui ont l’obligation de connaître la vérité sur des questions d’une telle importance ».. Pour ma part, je tiens à préciser que si un profane accuse d'hérésie sur la place publique des médias sociaux un Ministre du sacré et un théologien, il faut au moins défendre sa dignité de prêtre et d'érudit contre les fausses accusations d'un sujet qui s'est avéré être un théologien amateur.

.

.

Auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

LECTURE AUDIO DE L'ARTICLE

Les Pères de l'île de Patmos ont inclus dans les articles la lecture audio pour les lecteurs affectés par ces handicaps qui les empêchent de lire et en même temps de fournir un service à ceux qui, voyageant et incapables de lire, peuvent profiter de l'audio- en train de lire

.

.

.

Roberto Bollé

… Une brève introduction: un évêque mon sage formateur, qui a servi l'Église et le Saint-Siège pendant de nombreuses années à travers le monde, il m'a expliqué - donc il m'a appris par réflexe - pourquoi il ne s'était jamais défendu, quand à certaines occasions il a fait l'objet d'attaques absurdes. Deux raisons principales: le premier est que souvent, qui attaque, il le fait justement pour déclencher une polémique. Le deuxième pourquoi, lorsque vous êtes une personne publique plus ou moins connue, il peut arriver que des sujets beaucoup moins publics et connus, essayer de gagner en visibilité sur la peau des autres, si quelque chose en vous attaquant.

Faisons encore mieux. Notre grand danseur Roberto Bolle a été embrassé par la nature, sans aucun doute et dans tous les sens: a un visage magnifique et expressif, un corps statuaire, il est de grande taille, mais surtout il est doté d'un talent extraordinaire, en plus d'être un jeune homme adorable et très bon enfant. Roberto Bollé, avec la somme de tous ses dons naturels, il aurait pu sérieusement éclipser, sur une scène, même le tatar volant, il grande Rudolf Nureyev, dit précisément le Tatar volant. Pourtant il y a une armée de danseurs, avec de sérieuses difficultés pour entrer en tant que figurants dansant dans une compagnie de ballet qui, sur Roberto Bolle, ils expriment les pires choses, trouver en lui les défauts et l'incapacité les plus improbables. Tout ça pour dire, avec le ton provocateur qui me distingue: Je suis Roberto Bolle e, en tant que tel saute haut, Je ne râpe pas dans la cour avec des poulets. Raison de plus pour laquelle j'ai toujours adhéré au style de comportement de mon entraîneur expert et, même lorsque certains ont été victimes d'insultes dans le poulailler social, Je ne me suis pas défendu, sinon dans un cas: comment toutes les limites de la décence humaine ont été surmontées.

Personne ne peut m'accuser publiquement de ce que j'ai jamais fait et de ce que je n'ai jamais dit. Et si ça arrive, ce n'est pas que j'interviens pour me défendre, mais pour indiquer le mensonge et la manipulation. Et malheureusement, dans notre société de plus en plus schizophrène, la manipulation est un exercice très courant basé principalement sur la coupe et la couture, au point de faire dire aux gens ce qu'ils n'ont pas dit dans des faits concrets.

Mais passons au cas spécifique. Il est arrivé que certaines de mes phrases aient été extrapolées à partir de discours et d'écrits publics très articulés, puis mon image a été prise de certaines de mes vidéoconférences et, séparer tout du contexte précis et articulé, une phrase a été rapportée pour me faire dire ce que je n'ai jamais dit, donc pour soutenir une véritable action démolitique à mon égard basée sur le faux.

C'était pour réaliser ça a Telle appartenance à ces penseurs qui ne trouvent rien de mieux à faire que d'utiliser la morale catholique, dans la sphère délicate et complexe de la sexualité humaine, enfermer dans le sexe et la sexualité, ou si vous préférez un préservatif à l'intérieur, tout le mystère du mal.

Cet amateur de théologie et de théologie morale, me présente et me traite publiquement comme un empoisonneur d'âme avec des idées très confuses sur la moralité sexuelle, m'accusant d'avoir ruiné, toujours en vertu de mon ignorance doctrinale, l'encyclique Vie humaine du Saint Pontife Paul VI, qui sanctionne l'interdiction pour les fidèles catholiques de recourir à des moyens contraceptifs. En bref: Je suis publiquement accusé d'hétérodoxie, à savoir de l'hérésie.

Sur le Vie humaine J'ai fait et publié plusieurs leçons et interventions au fil des ans, qu'il n'a pourtant pas écouté ni lu, il était tellement occupé à imputer à Roberto Bolle ce qu'il n'a jamais dit. Tout ce que je répète: avec coupe et couture maladroites.

Dans les articles publics où j'ai traité du sujet spécifique, J'ai toujours procédé à replacer cette encyclique dans son propre contexte et à la contextualiser dans son contexte historico-social et ecclésial. Je n'ai pas manqué d'expliquer ce que cette encyclique constituait, pour le Saint Pontife Paul VI, un traumatisme authentique dont il ne s'est jamais remis, c'est la preuve que c'est le dernier qu'il a écrit. Puis ils ont suivi, avant son retour à la Maison du Père, encore dix ans de pontificat qui ont traversé l'une des périodes historico-sociales les plus délicates de la modernité, mais plus jamais publié d'autres encycliques. Cela suffit pour comprendre que le Vie humaine a laissé une marque indélébile d'abord sur ceux qui l'ont écrite et pour laquelle il a même dû subir le grave affront d'une rébellion publique de diverses franges de l'épiscopat nord-européen.

Dans cette malheureuse saison qui est la nôtre qui marche sous la bannière de tout remettre en question, la lecture, le réinterpréter et rewrite, mais la majeure partie de la révolution - le mot comme je l'ai souvent expliqué incompatible avec l'essence même du christianisme -, ici aussi Vie humaine Il devait être soumis à ce processus, comme l'a démontré l'intervention du révérend professeur Maurizio Chiodi à l'Université pontificale grégorienne de 2018, au cours d'une tonique dédié à la "relecture" de cette douloureuse encyclique du Saint Pontife Paul VI [cf. QUI]. Et ici, il est bon de se rappeler que, directement sur les colonnes du magazine en ligne L'île de Patmos, et l'académicien pontifical Giovanni Cavalcoli, c'est moi, nous avons contesté cette tentative de «questionnement» très poliment mais très fort.

Je suis ravi de dire le moins qu'un tel m'accuse d'avoir déclaré que le Vie humaine c'est un document qui contient une discipline ecclésiastique simple, éventuellement réformable par un autre Souverain Pontife possible, parce que mes spéculations étaient assez différentes, mes discours théologiques et mes réponses sur le concept de réformabilité.

Alors je répète ce que j'ai dit plusieurs fois, écrit et expliqué au passé, toujours en détail et clairement:

.

«Le texte de la Vie humaine il est destiné à rester un discours fermé sur le plan de la discipline, mais ouvert sur celui de la spéculation théologique. En fait, l'utilisation de contraceptifs interdiction, bien que ce soit une expression du magistère suprême appuyé sur la loi naturelle et Tradition catholique, ne peut pas être, aujourd'hui et même demain, supporté sur des éléments tels que le recours dogmatiques du trône à un déclaration définitive l'enseignement infaillible. En fait, dans l'Ancien Testament et la littérature novo, il n'y a qu'un seul élément de support solide pour maintenir debout à l'échelle discipline dogmatique qui établit l'utilisation de contraceptifs interdiction; qui est une discipline théologique à mon avis très sage et opportune, mais qui ne peut être dogmatisé. Et qui aujourd'hui dogmatizza, montre ne sais vraiment pas ce qui est le dogme, ou ce que c'est, Par ailleurs, le support dogmatique qui soutient une discipline ecclésiastique ou canonique ".

.

Celles-ci et mes autres déclarations ils ont choqué ce certain théologien amateur qui de son côté, pour ignorance évidente et grossière, semble ne pas avoir clairement ce qu'est un dogme de la foi, comme tous ses associés qui, de manière improvisée et de plus en plus ridicule, tentent de manière obsessionnelle-compulsive de dogmatiser un préservatif.

Cela dit, clarifions: ceux qui m'ont sérieusement accusé d'hétérodoxie ont montré qu'ils n'avaient aucune idée de ce que c'était, à un niveau logique, métaphysique et théologique, une expression définir et une expression final, en fait, dans tous ses arguments fantastiques-théologiques et fantastiques-moraux, il confond l'un avec l'autre, montrant ainsi à la preuve des faits peu de familiarité avec le langage théologique qui, surtout dans le contexte de la théologie dogmatique, c'est une précision absolument chirurgicale. Et sans la propriété de langage dogmatique correcte, il prouve totalement inconscient d'un fait non passable de la théologie du déni: concernant la doctrine contenue dans le Vie humaine qui interdit l'utilisation de contraceptifs, l'Église n'a jamais exprimé de jugement sous la forme solennelle de définition, comme le premier exemple en ciblant tous les enseignements appartenant à la dogmatique et morale, qui sont nécessaires pour garder fidèlement et exposer le dépôt de la foi. À cet égard, il suffit de lire la lettre apostolique du Saint-Père Jean-Paul II, Pour protéger la foi, du 29.05.1998 [texte QUI].

Cette discipline sanctionnée par le Saint Pontife Paul VI il doit être compris comme une doctrine infailliblement proposé. Et avec cela, on dit bientôt qu'aucun théologien, plus ou moins précises en matière versé doctrinales et morales, ne doit jamais confondre une déclaration liée à l'infaillibilité du soi-disant «deuxième degré», ou définitive, avec la définition d'un nouveau dogme de la foi catholique, ou définir. C'est la grave erreur dans laquelle certains soi-disant preneurs de pénalités risquent de tomber: inventer des dogmes qui n'existent pas, jusqu'à dogmatiser un préservatif, après avoir fait un gros gâchis entre définir e définitive, simplement parce qu'ils ne connaissent pas vraiment le lexique de la théologie dogmatique.

Deux des nouveaux «dogmes» proclamé avec définition de la formule ces jours-ci par certains sujets souffrant de sexophobie, sont n. 84 du Consortium familier, l'exhortation apostolique post-synodale tournée vers l'avenir du Saint Pontife Jean-Paul II, suivi du "dogme" du "non à la sainte communion pour les divorcés et remariés". Bientôt ces, dans nos églises, ou peut-être dans le leur, ils commenceront à réciter un symbole plus ou moins intégré de la foi nicéenne-constantinopolitaine: «Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes choses visibles et invisibles; Je crois que les divorcés et remariés devraient être exclus de la Sainte Communion eucharistique ". Mais surtout: "Je crois au dogme sur la contraception", une "vérité de foi" insérée peu de temps avant la clôture: «Je crois à la résurrection des morts et la vie du monde à venir". Ou ils vont insérer, juste avant la partie où drapeaux acclame le mystère de l'Incarnation du Verbe et sa consubstantialité avec le Père, l'article de foi bien plus important: "Je crois au dogme de l'interdiction de la contraception". Parce que ces sujets visent à cela: enfermer toute la morale catholique dans un préservatif.

Cela dit, je peux continuer à clarifier quels éléments tels que l'erreur, l'hérésie et le péché - tout ce dont j'ai été accusé par cette certaine Conte -, ils ont leur propre échelle par rapport au concept lui-même, et avec les données objectives de leur gravité, tous liés à la connaissance, la volonté et le consentement délibéré. En bref, l'éthique d'Aristote bon alors transposés à l'appui des vérités de la foi par saint Thomas d'Aquin. E, même sans avoir recours à des exemples qui seraient nombreux et articulés, Je dis «connaissance» parce que tout le monde n'est pas conscient que certains actes et actions sont gravement coupables, en particulier chez ceux en qui le sens naturel du bien et du mal est très faible, dans certains cas graves et spéciaux est pratiquement inexistante. Et dans ces cas spécifiques, le concept de "vraie culpabilité" tel que nous le jouons? Étant donné que le blâme n'est pas un jeu utile pour donner du travail aux revenants modernes du néo-scolastique décadent, mais des données objectives qui vient d'agir consciemment subjective?

Mais parlons d'erreurs doctrinales ou des mêmes hérésies, par exemple: par Joachim de Fiore, saint homme de Dieu, jusqu'à ce que le dernier Antonio Rosmini, aujourd'hui Beato, il est arrivé que même des saints et des hommes de Dieu incontestables tombent par inadvertance dans des pensées hérétiques, à partir de laquelle ils sont ensuite corrigés, sans qu'un effet négatif sur leur sainteté. De la même Gioacchino da Fiore, dont l'hérésie a été condamnée en 1215 par le quatrième concile du Latran, tout comme il était au cours de sa cause de béatification, des Pères de l'Eglise se sont réunis pour concilier cette réunion, en signalant les erreurs dans son célèbre pamphlet, Ils ne parviennent pas à mettre en évidence aussi clairement son caractère sacré incontestable de la vie.

Tout cela est d'introduire une simple question: Il est plus sérieux défi et déconstruire les principes de la Sainte Foi catholique, ou il est plus sérieux de proclamer de nouveaux dogmes qui n'existent pas? Sans doute, il est plus grave la deuxième chose. En fait, ceux qui font des erreurs et sèment la confusion parmi le Peuple de Dieu, Il remet en question les dogmes à travers et en réinterprétant relisant, jusqu'à atteindre leur de construction, cependant, il n'est pas certain qu'il soit animé d'intentions diaboliques, parce que tout peut aussi être le résultat de cette mauvaise formation théologique qui a été transmise et acquise sans aucune faute objective par des prêtres et des théologiens qui ont reçu des enseignements incorrects. Et si cela arrivait, c'est peut-être la faute de leur volonté et de leur consentement délibéré sciemment donné à l'erreur?

En tout cas, il reste certain que ceux qui proclament des dogmes qui n'existent pas, faire une plus grosse erreur, parce qu'ils agissent en se plaçant au-dessus de l'autorité de la sainte Église mère et professeur, titulaire d'un pouvoir qui en découle en personne. Et ce dernier oui, qui est un dogme de la foi catholique, qui n'a pas été atteint par la déduction logique de la foi, mais sur la base de paroles claires et précises prononcées par la Parole de Dieu fait homme [cf. Mont 13, 16-20]. Et quand vous annoncez des dogmes qu'ils n'existent pas et qui ne peuvent exister même, dans ce cas, nous sommes bien dans le mal, car voici la pire fierté humaine. Il est en fait le cas de se rappeler que dans la soi-disant échelle des péchés capitaux, la fierté occupe la première place absolue, avec la triste paix de qui, En effet si têtu et incorrigible, au lieu de cela, il aimerait se concentrer sur la luxure - dont nous nous souvenons ne figure pas du tout en premier lieu, mais pas même le deuxième et le troisième - tout le mystère du mal, indépendamment du fait que les pires péchés vont tout le monde et la rigueur de sa ceinture à la hausse, pas au lieu de sa ceinture tomber, comme sur un ton ironique mais théologiquement très sérieux que j'ai écrit il y a plusieurs années.

Avec des arguments qui dénotent un manque de connaissance de la théologie dogmatique et terribles lacunes dans la structure logique et philosophique qui la soutient, un théologien amateur qui a fait ses preuves à l'épreuve des faits m'accuse d'hérésie, pour avoir soutenu que demain un pape "pourrait aussi décider de revoir cette discipline". Pour que, pas tellement pour démonter, mais pour m'attaquer avec une férocité froide et calme, il commence à exhiber des documents pour démontrer « l'irréformabilité dogmatique » de certaines disciplines, projection, entre autres, de ne pas pouvoir lire les documents de l'Église ni comprendre leur langue sur le plan historique et ecclésiologique. Tout cela pour prouver qu'il s'agit d'un émérite ignorant au sens étymologique du terme. Facile en tant que tel à réfuter avec quelques exemples liés à l'histoire et à l'évolution de la partie la plus délicate de la dogmatique qui soit: sacramentelle dogmatique. Continuons avec les exemples: depuis des siècles, La confession, ce n'était pas un sacrement répétable mais ne pouvait être administré qu'une fois dans la vie et plus jamais. Si nous allons lire les textes de certains Saints Pères et docteurs de l'Église de l'époque, y compris les déclarations des Pontifes romains, nous découvrirons que lorsque la possibilité de rendre ce sacrement répétable a commencé à être diffusée, d'une part, il a crié l'hérésie, de l'autre laissez-le être! Comment venir, à la fin, ce sacrement est devenu répétable? Simple: nous le devons à la descente des barbares du nord de l'Europe qui, à progressivement, ils se sont convertis en masse au christianisme.

Pendant de nombreux siècles, la sainte communion est fréquente ce n'était pas seulement découragé mais absolument interdit, même si le Saint Docteur de l'Église Augustin évêque d'Hippone a émis l'hypothèse de la nécessité spirituelle d'une réception fréquente, mais en vain. Aux religieux et religieuses qui vivaient dans des monastères de vie contemplative, il a été accordé comme un véritable privilège de recevoir la Très Sainte Eucharistie une fois par semaine et pas plus. Certaines coutumes anciennes survivent aujourd'hui dans diverses lois de l'Église qui recommandent comme précepte établi par le IVe Concile du Latran de se confesser au moins une fois par an, donc communiquer, toujours au moins une fois par an, pour Pâques [Cf. Catéchisme de l'Église catholique nn. 2041-2042].

Avec un canon imprimé dans ses actes solennels, toujours 1215, le IVe Concile du Latran a établi l'interdiction de la fondation de nouveaux ordres religieux. Eh bien pensons: nous réalisons ce que c'est, au niveau théologique et ecclésiologique, l'autorité d'un concile œcuménique? et pourtant, peu après, au bout du 1216, le Souverain Pontife Honorius III a approuvé la fondation de l'Ordre des Prêcheurs de Saint Dominique de Guzmàn, et conformément aux dispositions du Concile du Latran, initialement adopté la règle déjà existante des frères augustins. Des années plus tard, avec bulle habitué du 1223, le Souverain Pontife Honorius III a approuvé la Règle des compagnons de saint François d'Assise, sans ces, comme cela s'est produit initialement pour les dominicains, devrait adopter une règle existante, car il semble qu'avant, autour du 1210, son prédécesseur suprême Innocent III avait approuvé la règle oralement, dont, cependant, il n'y a aucune trace, parce qu'il a été perdu. Le récit de la visite du Père Séraphique François au Souverain Pontife qui, trois mois se sont écoulés, il l'a reçu après avoir rêvé la nuit devant un pauvre homme qui soutenait l'église en ruine de San Giovanni in Laterano - d'autres parlent au lieu d'une vision du Souverain Pontife - et qui approuva oralement la première règle, c'est un fait contenu dans la légende dorée racontée par San Bonaventura di Bagnoregio, ce n'est pas correctement un fait historiquement documenté. Au lieu de cela, il est historiquement documenté que Santa Chiara, qui a fondé plus tard la branche féminine franciscaine, au lieu de cela, il a dû adopter une règle existante, prenant celui des religieuses bénédictines.

Le canon XIII du 4e concile du Latran avait en effet solennellement sanctionné:

.

"Afin que la variété excessive des ordres religieux ne cause pas de graves confusions dans la Sainte Église de Dieu, Nous interdisons strictement la création de nouvelles commandes à l'avenir. Alors, qui voudrait embrasser une forme de vie religieuse, choisissez l'un de ceux déjà approuvés. De la même manière, quiconque souhaite fonder une nouvelle maison religieuse doit faire sienne la règle et les institutions des ordres religieux déjà approuvés » [traduction du latin mia].

.

Je demande à mon accusateur: comment était-il possible que le canon d'un concile œcuménique convoqué et présidé par le Souverain Pontife Innocent III, a ainsi été partiellement ignoré avec certains stratagème à partir de son Haut successeur Honorius III? Maman, par dessus tout, comment il est possible qu'il ait ensuite été complètement ignoré et donc totalement annulé par les papes ultérieurs, qui a permis à la fois la création de nouvelles commandes et l'approbation de nouvelles règles spécifiques? Clarifié ceci, peut-être que quelqu'un pourrait sûrement répondre ... "Ah, mais parce que là c'étaient des ordres religieux, pas de sexe! pouquoi, il n'est pas question de sexe ".

Quand le Saint Pontife Pie V a publié le missel, l'a défini intangible et irréformable avec beaucoup de laissez-le être. Bien, le premier à y mettre la main fut son successeur suprême Clément VIII trente ans plus tard, modifier substantiellement de nombreuses rubriques et changer radicalement les gestes du célébrant pendant la prière eucharistique. Clarifié ceci, peut-être que quelqu'un pourrait sûrement répondre ... "Ah, mais parce que là ce n'était que la célébration du Sacrifice eucharistique, complètement secondaire, Je respecte ce qui peut en être un définir la vérité de la foi comme l'interdiction d'utiliser des préservatifs".

Depuis des temps immémoriaux, une phrase est connue dans la sphère ecclésiale et ecclésiastique, dont les premières traces historiques nous les retrouvons à des époques très lointaines, au 11ème siècle, lors de certaines disputes houleuses de saint Pier Damiani au sujet de la morale, à savoir ce qui suit: «Un pape bout et un autre pape bout». Que voulez-vous dire, avec une expression similaire? Une chose est sûre: cela ne veut pas dire que le bienheureux Pape Pie IX a marqué le dogme de la conception immaculée et que son Haut successeur Léon XIII pourrait le figer, car dans ce cas nous parlons de définitions dogmatiques solennelles des vérités de la foi. Mais, tout ce qui n'était pas strictement lié aux définitions dogmatiques, il a toujours été marqué et effacé, même si ceux qui à l'époque avaient brandi utilisaient des termes solennels sur l'irréformabilité au fil des siècles avec beaucoup de recours à laissez-le être! Et ça, juste pour être clair avec l'armée des théologiens improvisés: je ne le dis pas, l'histoire de l'Église le démontre sans aucune sanction possible. Toujours prouver que, sans une connaissance historique solide et profonde, on ne peut pas jouer avec la théologie dogmatique, ni avec la liturgie sacramentelle, ni avec l'exégèse et ainsi de suite ...

Simplement dit,: mon accusateur, il démontre qu'il n'a aucune idée de l'endroit où se logent l'histoire de la théologie dogmatique et l'histoire du dogme. En fait, nombre de ces éléments qui, dans les premiers grands conciles dogmatiques de l'Église, étaient marqués du sceau laissez-le être, par la suite, ils sont devenus des doctrines de l'Église, jusqu'à leur plein développement dans le Concile de Trente avant, enfin au Concile Vatican II pour suivre. Et avec cela, j'ai réitéré et démontré davantage ce que certains danseurs amateurs peuvent prendre lorsqu'ils commencent à jouer aux puces sur Roberto Bolle..

Quoi pour le Vie humaine la formule dogmatique solennelle ne pouvait être utilisée Définitoire était un problème très clair tout d'abord pour son extenseur Auguste. Cela dit, je me souviens et je précise qui m'a accusé d'hétérodoxie, qu'en rejetant une formule dogmatique définissant, Oui est par le fait même en dehors de la communion de l'Eglise, car l'assentiment et le respect que les fidèles lui sont prêtés, il est basé directement sur l'autorité de la Parole de Dieu, ou comme on dit en langage théologique: doctrine foi croyance. tandis que la place, argumentant, ou même en désaccord, sur une déclaration définitive qui implique également l'exercice du ministère infaillible, d'autre part, on n'est pas en dehors de la communion de l'Église par hérésie flagrante, mais on a tout simplement tort, parce que le vérités définitives reposent sur notre foi dans l'assistance du Saint-Esprit au magistère et sur la doctrine catholique de l'infaillibilité du magistère, ou comme on dit en langage théologique: doctrine garder la foi. Comme pour tout le reste, l'histoire de l'église, certainement pas moi, montre comment "un pape bout et un pape bout", même si ceux qui avaient précédemment marqué avaient lancé des appels solennels à l'irréformabilité, Compléter avec "laissez-le être!».

Le Conseil Pontifical pour la Famille, émis un manuel pour les confesseurs le 12 février 1997 dans lequel il est précisé:

.

"L'Église a toujours enseigné la méchanceté intrinsèque de la contraception, à-dire, de chaque acte conjugal infecondo intentionnellement. Cet enseignement doit être considéré comme une doctrine définitive et irréformable ».

.

En tant que prêtre et confesseur, J'ai toujours suivi scrupuleusement cette doctrine. En tant que théologien et esprit spéculatif avec une connaissance décente de l'histoire de l'Église, des conseils, de la dogmatique et des sacrements, à la place je ne peux pas omettre de dire, comme en effet je l'ai fait, que même la confession non répétable, c'était une doctrine définitive et irréformable, au même titre qu'un conseil, de manière définitive et irréformable, imprimé dans un canon qu'il n'était pas possible de fonder de nouveaux ordres religieux, sauf pour permettre, dans les siècles suivants, la naissance d'autres ordres et de centaines de congrégations religieuses. Le Missel de saint Pie V promulgué en 1570, c'était irréformable, toujours avec beaucoup de "laissez-le être!». Et irréformable c'était au point que, depuis le début de 1600 jusqu'à ce que le 1962, il a été corrigé dix-huit fois, jusqu'à atteindre la réforme liturgique esquissée par CONSEIL ce, ce mots ouverts, ce Vénérable Missel irréformable au cours des siècles avec beaucoup de menaces accompagnées "laissez-le être!», il a été littéralement brisé en morceaux par le bras armé d'Annibale Bugnini et de ses collaborateurs, enfin promulguée avec l'approbation et la signature du Saint Pontife Paul VI.

Alors, de quoi parlent certains amateurs de théologie, devant qui parler et agir on ne peut que constater que pour eux, l'église, semble être né au début du XXe siècle avec le Saint Pontife Pie X, qui ne manque pas une occasion de démontrer, en outre, combien ils ne savent même pas?

Dire des choses comme ça, cela ne signifie pas être de dangereux crypto-hérétiques ou des âmes trompeuses, mais simplement pour dire ce que c'est historiquement, théologiquement et ecclésialement vrai. Il est également vrai que, est le Vitae protectrice des animaux, au lieu de la sexualité humaine, avait traité des sciences bibliques ou de la doctrine sociale de l'Église, certaines controverses mises en scène par des armées de sujets sexophobes qui considèrent le sexe et uniquement le sexe, l'origine et le centre de tout le mystère du mal, ils ne seraient jamais déchaînés.

C'est de plus en plus légal, spéculant toujours, demander et demander: payer les taxes nécessaires, c'est un impératif donné par le Christ Dieu lui-même [cf. Mont 22, 21]. En fait, Christ lui-même, payé la taxe au Temple, le jugeant légitime et respectueux. À cet égard, il a chargé Pietro de le payer "pour vous et pour moi" [cf. Mont 17, 22-27]. C'est donc un impératif basé directement sur l'autorité de la Parole de Dieu, ou comme on dit en langage théologique: doctrine foi croyance. Comment venir, nous n'avons pas encore procédé à une déclaration de définition solennelle du plus haut magistère infaillible? La totalité, toujours parler et procéder par spéculation loin du pèlerin.

Donc, ces théologiens noyau dur, sans parler des laïcs qui ont improvisé des théologiens dogmatiques de blog en blog et qui prétendent aujourd'hui dogmatiser Vie humaine l'élever au rang de déclaration solennelle définitive, non seulement rendre mauvais service à cette belle Encyclique, mais mettre sérieusement en question les capacités théologiques et doctrinales de ceux qui l'ont écrit et donné à l'Eglise, montrant ne même pas savoir distinguer les degrés très différents qui courent entre une déclaration définir et un prononcé définitive; ou ce que signifie rejeter le premier et ce que signifie discuter du second, sans jamais remettre en question la doctrine donnée par l'Église et surtout l'appliquer toujours et scrupuleusement dans l'exercice du ministère sacré sacerdotal.

Cette encyclique, à l'église, il a également été donné par un Saint Pontife qui était parfaitement conscient qu'il ne pouvait pas "verrouiller" l'interdiction de l'utilisation des contraceptifs avec la solennelle formule dogmatique définissant. Il suffirait de connaître l'histoire de la Vie humaine et donc savoir, par exemple, que la majorité des membres de l'épiscopat et des théologiens experts étaient en faveur d'une utilisation modérée de la contraception. Parmi les partisans, il y avait l'évêque de Vittorio Veneto de l'époque, Albinos Luciani, est devenu plus tard patriarche de Venise et plus tard successeur du Saint Pontife Paul VI avec le nom de Jean Paul I. Les discussions ont pris fin et l'encyclique a été promulguée, Mgr Albino Luciani a convoqué son clergé diocésain et a dit à ses prêtres réunis en assemblée:

.

«Beaucoup d’entre vous savent, Comme je le pensais. Maintenant, le Souverain Pontife a publié une encyclique et nous a donné une doctrine et une discipline auxquelles nous devons tous vouer le respect et diffuser son enseignement parmi les fidèles catholiques ".

.

Dans cette phrase, il est contenu, entre autres, la différence entre un homme de Dieu et un bigot qui investit le monde entier au son de ... "On ne discute pas! Hétérodoxe ... hérétique!». Mais non, car sur certaines disciplines nées de déclarations définitives, vous pouvez discuter et comment. D'un autre côté, ce qui ne peut et ne doit jamais être fait, est de les rejeter et de ne pas les appliquer, cela ne peut pas être fait, jamais et en aucun cas.

Il y a des années, juste parler de manière provocante avec des personnes obsédées par la sexualité humaine, de ceux pour qui les sept péchés capitaux ont été réduits uniquement à la luxure et qui ont considéré et présenté l'interdiction de la contraception comme un dogme définissant intangible de la foi, Je me suis souvenu que les préservatifs n'étaient pas inventés et mis sur le marché au début des années soixante-dix du vingtième siècle, mais qui étaient déjà utilisés par les Egyptiens et les Grecs, très talentueux, en outre, pour les produire avec des cloques d'animaux très minces. et pourtant, Jésus Christ, qui en était sûrement conscient, dans sa prédication publique, il n'a jamais fait référence à cela, il n'a jamais fait d'interdictions impératives. Bien au contraire, Jésus Christ, il a dit clairement et précisément que c'était un devoir de payer des impôts à César. Donc, Jésus Christ, il s'est exprimé clairement à cet égard. Mais, malgré, Je ne sais pas que le paiement des impôts - qui est un devoir et une obligation à remplir - ait été solennellement défini comme un dogme de la foi. Donc, ce que nous pouvons et devons dire?

A cela j'ai ajouté plus: deux époux catholiques qui, contrairement aux dispositions de l'Église, utilisent des contraceptifs dans leur chambre fermée ou dans un autre lieu privé approprié, à toute la communauté, peut-être lui apporter de sérieux dommages par l'armée des fraudeurs fiscaux? pouquoi, qui ne paie pas d'impôts, il vole non seulement la communauté entière et oblige l'État à augmenter les recettes fiscales de ceux qui les paient et qui ne peuvent y échapper, être des travailleurs à salaire fixe ou des retraités, mais en échappant aux autorités fiscales, ils n'ont pas l'argent nécessaire pour que notre système serve à garantir l'éducation et la gratuité des soins de santé pour tous, verser des pensions aux personnes âgées qui ont travaillé et payé des cotisations toute leur vie, etc..

Si la discipline qui interdit l'utilisation des méthodes contraceptives n'est pas pris en charge et ne peut pas être pris en charge sur le dogme - Chose qui, je répète, le Saint Pontife Paul VI savait très bien -, cependant, il peut être soutenu par de nombreux autres passages des Saintes Évangiles, de ce qui suit:

.

« Entrez par la porte étroite, Car large est la porte, spacieux le chemin qui conduit à la destruction, et beaucoup être là qui entrent par:; combien étroite est la porte et combien étroit est le chemin qui mène à la vie, et peu ceux qui la trouvent!» [Mont 7, 13-14].

.

A partir de ce passage de l'Evangile, Je voudrais revenir sur l'explication de ce que j'ai toujours expliqué à chaque fois que j'ai présenté ou illustré cette encyclique, clarifier pourquoi, aujourd'hui, il y a encore plus de cinquante ans, quand à 1968 il a été promulgué, il contient en lui-même un message courant, prophétique et en tant que telle à suivre. La clé pour comprendre la Vie humaine, ce n'est pas en fait l'esprit misogyne ou sexophobe, ou pire encore, la soi-disant obsession du sexe et de la sexualité humaine par certains amateurs de théologie et de morale: plutôt l'inverse. La Vie humaine Il est donné ce qui exalte et fait aimer. Et ce qui est donné et est fait pour aimer, pas sale, comme je l'ai dit une fois dans un salon privé à un célèbre acteur porno qui faisait partie des invités, répondre à certains de ses concepts bizarres imprimés sur une fausse idée de la « liberté sexuelle », il n'a rien à soulager, à partir de la première femme, traité dans un film pornographique comme un objet de plaisir, souvent avec tout le cas d'outrage. Parce que la figure de tous les privilégiés et surtout dans attenzionata Vie humaine il est la femme, Je suis désolé que dans les années soixante-dix, les féministes en colère dans les rues, ils n'ont jamais compris comment le Saint Pontife Paul VI, avec cette encyclique, dit un "non retentissant et extraordinaire, à la femme-objet!”.

Et aujourd'hui, à la fois ceux qui frappent le clou en relisant le Vie humaine, à la fois ceux qui, souffrant de sexophobie incorrigible, considérer l'interdiction de la contraception comme un dogme de la foi catholique au-dessus du dogme de l'incarnation de la Parole de Dieu, de ce texte prophétique et clairvoyante qu'ils ne comprenaient rien. Parce que l'enseignement et le ministère de l'Église pèlerine sur terre, ce n'est pas basé du tout, et n'a jamais été basée sur l'homme de la castration freudienne, mais bien au contraire sur la pleine libération d'un homme appelé par Dieu à utiliser sa sexualité pour aimer, jusqu'à atteindre le point culminant de l'amour par le don de la vie.

Ma modeste expérience d'une personne qui étudie et qui se consacre à des recherches incessantes dans le domaine des sciences philosophiques, historique et théologique, elle a toujours été accompagnée de l'exercice du ministère sacré sacerdotal, surtout en tant que confesseur et directeur spirituel, dans une relation réelle et incessante avec moi croyants du Christ et le contact étroit avec les vies humaines et leurs histoires souvent très complexes. C'est ma vie a toujours vécu la théologie dans le monde de la réalité, m'a amené à toucher un élément vraiment dramatique et pernicieux: ces catholiques autoproclamés, ainsi que des théologiens pratiques plus ou moins improvisés qui font rage sur le sexe et la sexualité humaine comme si elle était le centre de tout le mystère du mal. Et si on va analyser ces sujets, on découvre surtout des malheureux qui, dans leurs pauvres vies, ils n'ont jamais réussi à développer une dimension émotionnelle et sexuelle sereine et équilibrée. Souvent, sinon presque habituel, derrière ces chiffres se cachent de grandes frustrations et insatisfactions, qu'ils se défoulent ensuite à travers une morale inhumaine pour dire le moins, à travers un Saint Evangile privé de son essence et réduit à un code de la route aride. Et précisément à ces gens, Christ a donné, il a reproché à l'époque:

.

« Ils lient des fardeaux lourds et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne seront pas lever le petit doigt " [Mont 23,4]

.

A toutes les questions exprimées ici, le résultat de spéculations loin de faire l'objet d'une censure canonique, les théologiens amateurs n'ont jamais répondu, ils ont juste rétorqué, en faisant des coupures et des points malhonnêtes sur mes mots ou en extrapolant des phrases en dehors de leur contexte précis, jusqu'à m'accuser publiquement d'être contre le Vie humaine, les lois et ... "dogmes" de l'Église.

Bien que n'ayant pas de temps à perdre, Je suis malheureusement obligé, devant certains matériels circulant sur les réseaux sociaux, pour préciser que je n'ai jamais fait de telles déclarations e, qui m'accuse, il est vraiment malhonnête. Parce que je suis Roberto Bolle, pas un poulet grattant dans le poulailler social. Donc en tant que tel j'ai une image, mais surtout j'ai des talents qui m'ont été donnés par Dieu, dans une déférence dévouée à Dieu, Je dois défendre, les renvoyant enfin à Dieu après les avoir fait fructifier, tout comme le Saint Evangile nous enseigne à travers la parabole des talents [cf. Mont 25, 14-30].

.

de l'île de Patmos, 6 août 2020

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
.1

payable à Éditions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

De la désorientation doctrinale de l'Église au péché des prêtres et au recyclage des laïcs. La perspective d'une culture sans compromis qui tout en condamnant sanctifie et sanctifie tout en condamnant

- Les pages théologiques -

DAL DISORIENTAMENTO DOTTRINALE DELLA CHIESA AL PECCATO DEI PRETI E AL RICICLO DEI LAICI. PERSPECTIVES D'UNE CULTURE NON TRANSIGENTE EN CONDAMNANT LES SANCTIFIES ET EN SANCTIFANT LES CONDAMNATIONS

.

le “tolérant” moderne, au lieu, il ne se sacrifie pas pour ses idées comme le ferait l'idéaliste, au contraire, on ne se fait pas scrupule de sacrifier ceux qui ont des idées contraires aux siennes, comme le ferait un dictateur envers ses adversaires. Combien de martyrs de la tolérance et des droits existent aujourd'hui? Mais peut-être que les martyrs les plus nombreux sont ceux qui sont présentés comme des semeurs involontaires de haine précisément parce qu'ils divergent, porteurs d'une haine qui ne peut être vue car elle n'est présente que dans le regard du tolérant en devoir qui a intérêt à utiliser la haine comme outil idéologique pour contrôler les masses.

.

Auteur
Ivano Liguori, ofm. Cap.

.

.

Article au format PDF imprimable
.


.

je. UNA QUESTIONE DI PRINCIPIO

 

l'effondrement de la voûte de la basilique de San Francesco à Assise en 1997 [cliquez sur l'image pour ouvrir la vidéo]

Je suppose que je ne révèle pas de secrets indigne de confiance si je dis que garder les catholiques chrétiens, de nos jours, ce n'est pas du tout une simple entreprise. Il ne s'agit pas tant de préserver seulement une identité traditionnelle apparente - du moins en ce qui concerne le continent européen - mais de montrer que Dieu a encore un certain droit de citoyenneté dans la vie des hommes et que le Christ est reconnu comme l'événement fondateur et définitif de la révélation. divina.

.

Selon un sondage du Centre de recherche Pew [cf. QUI] réalisée en 2017 sur un échantillon de 1.804 rispondenti, 80% des Italiens se déclarent chrétiens, le fait inquiétant concerne la fréquence, en fait le 23% participe aux services religieux au moins une fois par semaine, la 20% une fois par mois et plus 34% a une pratique beaucoup moins assidue. Selon d'autres données relatives à une recherche Ipsos sur 2017, toujours en Italie, le sien 60.000 répondants, Les catholiques diminuent. Cela passe de 85,4% de 2007 Al 74,4% du 2017. Une étude plus récente du 2018 dell 'Étude des valeurs européennes 84,4% des Italiens disent généralement croire en Dieu sans autre précision utile.

.

Données en main nous subissons une baisse drastique de la foi chrétienne mais ce qu'une enquête ne peut jamais dire concerne la motivation théologique qui représente la vraie raison de cette diminution. La motivation théologique qui devient une pierre scandaleuse sur laquelle se brisent les statistiques impitoyables réside dans le fait que l'on n'est plus en possession de la spécificité du christianisme, pour que nous soyons souvent perdus, à la merci d'une forme d'Alzheimer qui nous rend incapables de reconnaître la foi et de nous reconnaître comme des croyants prêts à donner raison, comme l'exprime saint Pierre dans sa première épître [cf. 1Pt 3,15-16].

.

Je donne un exemple pour être plus clair. Pas de juif, di ieri come di oggi, on ne songerait jamais à désavouer l'alliance entre Dieu et Abraham et surtout l'événement fondateur qui a unifié le peuple élu lors des Pâques de libération en Egypte. Pas de juif, sain, douterait que Dieu soit le Goel libérateur et rédempteur du peuple et qui en Moïse a rendu possible le salut contre la domination du pharaon d'Égypte. Bien que cette foi ait été sévèrement mise à l'épreuve face aux terribles événements d'Auschwitz, la foi de nos frères en Abraham est restée pratiquement inchangée pendant des siècles et devient une raison pour que l'identité ethnique et religieuse soit célébrée avec fierté dans chaque famille.

.

Pour nous chrétiens, au lieu, avoir une certaine foi n'est pas une question d'orgueil mais d'embarras, nous sommes souvent les premiers à nous considérer comme intransigeants et fanatiques lorsque nous essayons de nous élever au-dessus de la médiocrité. Donc, être plus digeste aux yeux du spectateur, nous préférons plutôt devenir rose et montrer un amour universel que nous pouvons magnifiquement justifier à travers le discours eschatologique de Matthew 24,31-46 qui - d'ailleurs - selon une exégèse correcte, il ne doit jamais être retiré des passages suivants – narrati dal Santo Evangelista Matteo, d'abord la parabole des dix vierges [cf. Mont 25,1-13] puis celle des Talents [cf. Mont 25,14-29] – au risque de faire dire au texte sacré ce qu'il n'a vraiment pas l'intention de dire.

.

Comme preuve de cela, J'apporte un exemple à l'appui de mes paroles. Combien de fois avons-nous entendu parler de prêcher l'amour depuis les chaires? Combien de fois l'amour a-t-il été utilisé comme slogan et passe-partout pour tout justifier, même l'injustifiable et le déraisonnable? Combien de fois au nom de l'amour ont fait des choix complètement méchants, expression de la sentimentalité la plus émotionnelle et de la passion la plus séduisante? Le terme chrétien de charité se réfère à Dieu, selon l'enseignement de l'apôtre Jean: "Cher, aimons-nous, parce que l'amour vient de Dieu: quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, parce que Dieu est amour " [cf. 1Gv 4,7-8]. Triste est la conscience de vérifier que cet «amour» si fortement médiatisé aujourd'hui est privé de la présence de Dieu Trinité et utilisé comme un alibi par lequel le péché est normalisé jusqu'à ce qu'il s'épuise dans une attitude exclusivement philanthropique et utilitaire. Cette attitude d'appauvrissement charité en fait, ce n'est pas un vice moderne de la personne de Dieu, fort de cette sagesse disant Rien de nouveau sous le soleil [rien de nouveau sous le soleil] l'histoire du christianisme a déjà connu cette dégénérescence du concept d'amour depuis ses premiers siècles.

.

Dans 361 dC. l'empereur Julien l'Apostat, s'oppose vigoureusement au christianisme en menant une politique de paganisation du peuple et en revenant à la pensée néo-platonicienne. Le christianisme ne retiendra que l'activité caritative et l'attention au voisin qui tente de se greffer au sein de l'anti-Église païenne qu'il a conçue. L'histoire nous dit que la tentative était irréalisable, paganisme décadent, ainsi que l'athéisme moderne assumé par la religiosité d'élite, il ne pouvait rivaliser avec l'amour authentique de Dieu qui dans le Christ consiste en la caractéristique de l'héroïsme jusqu'au sacrifice de la vie et dans le Saint-Esprit de la caractéristique du missionnaire qui est la cause première de toute action vertueuse. L'amour, être authentiquement chrétien, il ne faut pas que faire du bien, mais cela doit conduire à un don de soi total, même avec ces gens et dans ces situations peu aimantes, en vertu du fait que si la justice du disciple n'excède pas celle du monde, il n'y a plus d'indication de perfection et de garantie de la présence de l'Esprit du Père, comme l'indique le saint évangéliste Matthieu [cf. Mont 5,20]. L'amour chrétien est cette vertu théologale qui se reconnaît en Dieu et conduit à lui, annonce le salut à l'âme, se convertit du péché et ouvre les portes du ciel.

.

Après cette digression nécessaire sur la relation entre Dieu et l'amour, revenons à la recherche des questions de sens qui interpellent notre foi. Qui est Jésus? Qu'est-ce qu'il est venu faire dans le monde? Ce sont encore les questions de base, dans la plupart des cas, des questions restent sans réponse pour de nombreux jeunes qui fréquentent le catéchisme et pour de nombreux jeunes chrétiens. La situation ne change pas beaucoup si nous soumettons cette question à des adultes, aux parents de ces enfants, ou à leurs grands-parents qui, tragique à dire, ils s'orientent vers un retour à l'analphabétisme religieux qui conduit à un véritable athéisme pratique.

.

Maintenant pour savoir qui est Jésus-Christ nous nous résignons à interroger les différents laïcs branchés qui social et à la télévision avec un air tamisé, ils dictent la nouvelle christologie à la page avec la circonstance aggravante que l'Église, le officiel, celui assigné au contrôle de la bonne doctrine, qui devrait confirmer les frères dans la foi, est silencieux. Et même quand il parle, essayant de mettre sur pied un déni bâclé et pâle, il le fait avec peu de conviction pour faire soupçonner que certaines affirmations hérétiques ont gagné une certaine sympathie même à l'intérieur des palais sacrés.

.

Nous pouvons dire, à ce stade, ce dogme est entré en crise? Absolument pas. Qui est entré en crise est un certain C'esttablissement ecclésiastique composé de pasteurs et de théologiens qui ont perdu - oui eux - la boussole de la foi et qui recourent de plus en plus à la catégorie du «mystère» essayant de se cacher derrière un écran, puisqu'ils ne peuvent plus donner raison à la foi et à l'espérance qui sont en eux, tout est inclus dans les première et deuxième épîtres de saint Pierre et dans l'évangile de saint Jean [cf. 1Pt 3,15; 2Pt 1,16-19; 1 Gv1, 1-4]. De cette façon, il a perdu les deux vertus théologales de la foi et de l'espérance, ce qui reste, l'amour, prend les connotations de la modernité et de la recherche du consentement à tout prix. Avez-vous déjà remarqué que la modernisation de la personne du Christ, de l'église, du magistère, de la morale, de la formation du clergé et de son identité a toujours été menée par les champions de l'amour et au nom de l'amour? Nous sommes arrivés au paradoxe, dans lequel la corruption doctrinale de l'Église est sous la bannière de l'amour! Qui aime ça, il faut réitérer, il s'est fait chair et a donné sa vie pour l'homme pécheur, Bref, même insulte à la blessure. Au plus fort de cette confusion doctrinale, il y a aussi l'acte sacrilège de vouloir confondre ou associer Dieu avec le péché. Mais si nous entendons rester fidèles au Christ et à l'Église catholique, comme l'a fait saint Thomas Becket avec son martyre, nous devons résister et la résistance chrétienne ne se réalise pas dans le chant de "Bella Ciao", mais delaissez Pasquale ' qui nous rappelle que le Christ est Dieu, Seigneur et souverain, vainqueur du péché.

.

je sais, finalement, être chrétien cela signifie entrer dans la vie intime de Jésus-Christ, et laissez-le régner en tant que dirigeant incontesté de mon existence - vérité réitérée chaque année à la solennité du Christ-Roi à la fin de l'année liturgique - peut-être est-il bon de reconnaître que quelque chose a mal tourné ou nous sommes confrontés à un grand malentendu. La foi est avant tout une adhésion de l'homme à Dieu et en même temps et de manière inséparable, c'est le libre assentiment à toute la vérité que Dieu a révélée et qui trouve plénitude en Jésus-Christ, révélation définitive et complète du mystère salvifique de Dieu (cf. Seigneur Jésus).

.

Donc, nous reconnaissons franchement que c'est nous prêtres, ainsi que les soi-disant chrétiens engagés - ceux qui, pour être clair, militent dans les mouvements ecclésiaux, ils se reconnaissent comme militants dans la vie sociale et politique du pays, qui aident dans la paroisse, qui pratiquent une œuvre caritative - au mieux, nous poursuivons un christianisme secondaire, bordure ou périphérie qui aux yeux des plus espiègles se révèle comme une façade christianisme.

.

Avec ce terme nous identifions une certaine culture chrétienne extrêmement variée et complexe qui néglige la fin ultime et surnaturelle de la foi qui consiste en le salut de l'âme, ignore la lutte spirituelle contre le péché et l'ouverture à la grâce divine ainsi que la nécessité de rester dans une foi catholique divine observée au sein d'une communauté de foi qui se reconnaît au sein de l'Église de Rome.

.

Conte christianisme secondaire dissipe largement la figure du prêtre en le réinventant en tant que manager, un conservateur de musée diligent et un travailleur social régulièrement rémunéré et avec des horaires de travail variables. La même dissipation se retrouve chez les laïcs, chez ceux qui ne s'identifient plus dans la catégorie des fidèles (puis fidèle à qui et à quoi? mah!) et pour cette raison, ils choisissent de s'hybrider dans des modèles de christianisme qui les transforment tous en figures mythologiques difficiles à concilier dans un chemin de foi et une vie qui dans le baptême a été transmise à Dieu..

.

Il ne fait aucun doute qu'il est urgent de réitérer une question de principe: l'essence du christianisme réside dans ce petit mot que Jésus prononce plusieurs fois dans l'Évangile de Jean [cf. Gv 8,24; 8,28; 8,58; 13,19; 18,5] se désigner: est-ce’Je suis - en greco ἐγὼ εἰμί, je eimi –, qui est une garantie d'identité divine [cf. Est 3,14-15] et de salut pour chaque créature.

.

C'est le choix total de ce moi divin qui met en crise et que, comme le montre la lecture de Jacob Neusner dans son livre "Un rabbin parle avec Jésus", constitue la grande différence entre l'Israël éternel et le Nouvel Israël composé du peuple des baptisés rachetés par la Passion du Christ et sa résurrection.

.

Mien je identité il doit être capable de reconnaître le mystère de Dieu, réprimer'Je suis qui a la première place [cf. Lc 14,25-33] et qui me jette au sol [cf. À 22,8] et ça terrifie chaque fois que je présume de le posséder et de le gérer à ma guise [cf. Gv 18,6], la totalité, il se trouve enfermé dans les Évangiles de San Luca et San Giovanni.

.

Qui est Jésus? Jésus est Dieu, comme l'indiquent divers passages des Saintes Écritures, en particulier le saint évangéliste Luc, à suivre avec l'Évangile de saint Jean et la correspondance paulinienne [cf. Lc 22,70; Gv 1,1.14; Gv 5,18; Gv 8, 58; Fichier 2,6; Col 2, 9; Col 1,15; Mib 1,3], est le Seigneur [cf. Rm 10,9; Gv 20, 28; Lc 23,39-43; Fichier 2,11], il est l'authentique révélateur du Père [cf. Gv 10, 30; Gv 5,22-23; Gv 14,8-11], et pour ces raisons, personne ne peut ignorer ces vérités révélées sans consommer une trahison, faire un déni, sans se sentir scandalisé ni déclencher une guerre sainte; le tout toujours en référence à l'Évangile de saint Jean. Cet Homme-Dieu est venu pour sauver le monde des péchés [cf. Mont 1,21], pour que l'homme ait une belle vie et pas une bonne vie [cf. Gv 10,10] et en vivant sérieusement être définitivement privé du cancer du péché [cf. Mib 2,14-15] et rendu juste dans son sang [cf. Rm 5,9; 8,33]. Il n'y a pas d'alternatives, la jalousie divine de l'Ancien Testament [cf. Dt 5,6-10] est combiné avec le choix totalisant du Christ et sa personne est le seul choix de communion possible qui produit des fruits de vie nouvelle [cf. Mont 12,30; Lc 5,38].

.

Jésus-Christ est si volumineux qu'il n'est pas possible de le faire taire, depuis deux mille ans, son nom résonne sur la terre et sa fidélité s'est avérée aussi stable que le ciel [cf. Doit 89,3]. Tout parle encore de lui: du calendrier aux vacances, des traditions civiles à l'éthique, de l'art à la musique; l'histoire, géographie, la manière de calculer le temps et même le vaste cosmos et la nature témoignent qu'il est Dieu et qu'il est Seigneur. Même avant ceux qui ont l'intention de le nier pernicieusement, le refuser, Jusqu'à ce qu'il disparaisse complètement, le mérite involontaire doit être admis - tout comme pour les démons [cf. Mc 5,6; Lc 4,34; À 19,15] - d'un accusé de réception Kerigmatico, dans lequel sa majesté et sa puissance ne sont pas du tout remises en question.

.

Et tandis que le Christ proclame et s'affirme, sa majesté est réitérée, son rôle clé qu'il joue dans l'histoire humaine, bien que ce dernier se cache le plus souvent de sa présence comme Adam l'a fait [cf. gn 3,9-10] ou désir comme Nietzsche de faire un parricide qui brise la dépendance angoissée du partenaire divin, promettre de plus grandes libertés.

.

II. CRISE DE LA FOI, CRISE DOCTRINALE, CRISE MORALE

.

La question de principe que je voulais aborder dans le premier paragraphe de cet article nous aide à mieux comprendre la condition de crise chronique qui depuis cinquante ans a affecté la solidité de l'Église. C'est une crise sur plusieurs fronts qui affecte les aspects de croire à la contingence historique actuelle. De la doctrine à la pastorale, de la morale à la spiritualité, du témoignage quotidien à la manière d'interpréter le martyre, tout repose sur une foi fragile, où le Christ n'est plus Dieu et son rôle n'est plus celui de Sauveur. Attention bien, affirmer l'existence d'une foi instable n'est pas la même chose que dire qu'il n'y a plus de foi en général ou que ceux qui croient le font de manière malveillante ou intéressée. Les statistiques nous montrent qu'environ 80% des personnes se déclarent encore chrétiennes, mais le fait de se déclarer n'est pas encore une raison suffisante pour croire. Les bienheureux apôtres Pierre, André et Jean se sont vu reprocher à plusieurs reprises par Notre Seigneur pour leur foi en lui pas encore suffisamment mûre et ouverte à la grâce. Et tous les autres, bien qu'identifiés comme les disciples du Nazaréen, ils n'ont pas hésité à l'abandonner au moment de la Passion, désavouer avec les œuvres ce qu'ils proclamaient ouvertement. Autrement dit on peut dire que l'inscription du nom sur le registre paroissial des baptêmes ne fait pas de nous des chrétiens croyants et crédibles.. Ces considérations nous amènent à comprendre comment une foi de cette nature et une croyance de ce genre n'ajoutent rien et ne nuisent pas à l'existence de l'homme.. Avec les paroles de l'Évangile de Jean, nous pouvons dire que la foi conduit essentiellement à un habiter là où Jésus est présent [cf. Gv 1,38; 15,4-ss]. En demeurant en Lui, il y a plus qui mène à une christification de la vie que, bien que travail de grâce, cependant, il a besoin d'une assistance humaine et de l'exercice du libre arbitre.

.

Comment ne pas reconnaître chez Karl Rahner et dans le truc des «chrétiens anonymes» la ruse magistrale d'une religiosité apparente moderne qui, face à une proposition ouverte de foi, il en a conduit beaucoup à croire qu'il vaut mieux se tenir le plus loin possible de tout ce qui est chrétien (et peut-être même catholique) préférant passer du temps plus fructueusement au lieu de recourir à un Dieu qui ne se connaît plus par son nom et qui ne s'est conservé que comme présence formelle. Ces gens sont plus que des «chrétiens anonymes» - anonymes pour ceux qui voient que Dieu appelle toujours tout le monde par son nom [cf. Est 43,1; 45,4] - devrait être appelé "athées dogmatiques", ne ressentant pas le besoin de croire au Dieu de Jésus-Christ, ils vivent déjà dans une foi athée qui se nourrit et se nourrit de ses propres dogmatiques. Faites-y attention, personne n'est plus dogmatique et intransigeant qu'un athée convaincu, qui déclare énergiquement ce qui ne devrait pas exister pour lui, et combattre ce en quoi il ne croit plus. Tout comme personne n'est plus attaché aux traditions chrétiennes de celui qui a abandonné la pratique religieuse pendant des années et vit de souvenirs lointains et de nostalgie. Dogmatisme, rigidité, la nostalgie et les styles de foi sclérosés sont les déchets dont la christianisme secondaire nourrit avec voracité, mais comme ils sont indigestes, ils sont régurgités dès qu'une nouveauté évangélique approche.

.

Nous devons réaffirmer que la foi chrétienne tout court c'est une pieuse illusion, s'il ne consiste pas en une théologie du salut bien établie. Le Christ n'est pas seulement le Dieu auquel croire, mais il est le Sauveur et Rédempteur de l'homme, celui pour qui le salut entre dans le monde et l'homme se libère de l'esclavage du péché [cf. Mont 1,21; Mc 2,7]. La foi sans salut est mutilée et pour survivre elle s'oriente et s'identifie vers d'autres disciplines de la connaissance humaine, comme la philosophie, psychologie, sociologie, anthropologie, le médicament, vers un nouvel humanisme avec une empreinte athée qui manifeste sa propre hybris présumer de sauver la physicalité de l'individu - lutter contre la pauvreté, avoir faim, aux maladies, aux guerres - et pour préserver la création - parallélisme, environnementalisme, pseudo-franciscanisme communiste - reconstituer une virginité primordiale désormais perdue, le tout au détriment d'une âme divine immortelle qui a été créée par Dieu et qui reviendra à Dieu après la mort. En effet si on veut tout dire, ce faux hybris qui a combattu le péché originel dans le passé et le combat encore aujourd'hui, il enlève à l'homme le sens du péché en introduisant des lieux de contrôle externes dans lesquels rechercher le bon bouc émissaire pour justifier toute adversité et opposition. Malheureusement, l'homme est créé pour Dieu et sans lui son cœur ne peut trouver la paix [cf. Augustin, Les confessions, 1,1.5], sans sens du péché et sans besoin de rédemption, ce qui reste est le sentiment de culpabilité qui écrase et déprime la pauvre humanité moderne. De nombreux deresponsabilizzati, ils sont incapables de procéder à un examen de conscience véritable et sincère - également en vue d'une confession sacramentelle - qui conduit à la reconnaissance de la culpabilité et à la recherche de la rédemption par le seul qui est capable de la donner.

.

Certains préfèrent télécharger vers le diable la faute de tous les renversements personnels, rejetant naïvement la question sur les épaules de l'esprit du mal - qui est ici assumé comme un lieu de contrôle externe - sans se souvenir que le tentateur [cf. gn 3, ss] pour consommer la chute de l'homme, il avait besoin de son consentement. En bref, atténuant en atténuant, facile et improbable pour une humanité au-delà des limites du désarroi.

.

Pour détourner l'attention de cette triste vérité ce qui conduit à un pessimisme selon lequel définir Leopardi serait un euphémisme, les oppositions s'inventent, distractions de masse se combattant. Et comme à l'époque des anciens Romains, les gens concouraient au Colisée pour garder les affamés bons, Alors aujourd'hui, vous affrontez des factions opposées pour vous distraire: les traditionalistes contre les progressistes, les papistes contre les sédévacantistes, les Lefebvriens contre les modernistes, les Guelfes contre les Gibelins, Chrétiens de droite contre chrétiens de gauche, prêtres séculiers contre prêtres réguliers, bref, la liste pourrait encore s'allonger et se prolonger indéfiniment avec l'inclusion de mouvements ecclésiaux qui rivalisent pour gagner la palme des meilleurs si la question n'était pas en elle-même suffisamment tragique.

.

Devant ce panorama, l'Église hiérarchique, celle des bergers à l'odeur du mouton, les prêtres pauvres, lobbies spéculant sur les migrants, intégration et accueillir ce qu'il fait? L'exercice de direction plus validée aujourd'hui par le clergé, elle ne repose plus sur l'autorité d'une foi raisonnable, qui apporte des motivations basées sur le besoin de croire et pourquoi il faut croire. La direction de beaucoup d’entre nous prêtres - écoutez simplement une homélie ou une catéchèse pour vous en rendre compte - est pleine de goodisme démocratique et d’un style que j’appellerais «parlementaire» dans lequel les choses sont décidées par élection par l’autorité de la majorité met en danger la pensée dominante un mouvement ou une interpellation est immédiatement prêt à renverser la situation en sa faveur.

.

Le style politique parlementaire est aussi celui de nos évêques qui sont prêts à se dissocier de leurs prêtres, vu comme des frappeurs d'inquisition, quand ils essaient d'éduquer les fidèles aux principes de la doctrine et de la morale, même simplement en citant le catéchisme. A côté des actes de dissociation poussés il y a des excuses faciles pour toutes ces catégories de personnes qui ne correspondent pas à la pensée de l'Évangile. La technique consistant à transformer l'ennemi en ami grâce à un aimer bombarder [bombardement d'amour] qui assume l'hypothèse de fautes faciles et inexistantes est le nouveau paradigme pour être inclusif dans la charité. Peu importe que l'apôtre nous rappelle que la charité doit fuir les fictions [cf. Rm 12,9] et pratiquez la vérité même si elle est inconfortable et inappropriée pour la plupart.

.

Nous les prêtres 3.0 dans la nouvelle version mise à jour, absorbé par le rôle de direction des conservateurs de musée avec un salaire fixe, sans paternité de nos bergers et sans une foi solide qui nous distingue comme prophètes devant le monde, nous sommes la proie facile du fomite de la sensualité. Les sens assombris par une vie plus en phase avec le monde qu'avec le Christ Sauveur du monde, ils nous exposent à des problèmes critiques identifiés par l'exercice d'une sexualité désordonnée, d'une possessivité qui exprime le pire d'elle-même dans la gestion financière, et dans l'incapacité d'entretenir des relations significatives avec les gens sans parler du maintien despotique du pouvoir qui est très proche de la conservation des privilèges de la pire caste.

.

En parlant de sexualité, une distinction doit être faite. J'ai parlé de sexualité juste pour la diversifier de la génitalité, en fait, les deux termes de la morale chrétienne sont attribués à deux aspects différents. Bien que les adjectifs sexuel e génital ils sont aujourd'hui utilisés comme synonymes, ils ne sont pas. Nous identifions la personne dans son être masculin ou féminin avec le terme sexuel, dans son comportement masculin ou féminin, dans sa manière d'exprimer la masculinité ou la féminité et dans le style différent et original de communiquer l'amour. Avec le terme génital, au lieu, nous entendons ce qui se réfère plus correctement aux systèmes génitaux, leur anatomie et physiologie, à la tâche unitive et procréative que la doctrine catholique continue de considérer résolument.

.

Réalité génitale, tellement salué par la modernité, il est inclus dans le sexuel qui est plus large, complet et typiquement humain. Nous sommes trop inquiets pour attraper les prêtres en faute pour un abus de génitalité dont nous ne nous rendons pas compte qu'il y a une grande déconnexion dans la pratique de cette sexualité qui fait partie intégrante et essentielle de la figure du presbytre.. À tel point que le terme «père», avec lesquels nous appelons communément les prêtres du clergé régulier, c'est une indication de l'exercice d'une sexualité masculine saine comme démonstration d'une paternité spirituelle qui vise l'accompagnement et la sanctification du peuple de Dieu. C'est pourquoi les prêtres sont tenus avant tout d'une masculinité avérée et éprouvée qui leur permet de mieux exprimer l'exercice de leur sexualité en étant des pères aimants et autoritaires..

.

La manière d'aimer qu'il connaît dans la sexualité et la masculinité ta propre langue, il peut s'exprimer de deux manières différentes et antithétiques: par une possessivité asphyxiante qui veut consommer l'autre et l'opérer ou par une liberté dialoguant qui ne craint pas l'autre et se propose de l'aimer tel qu'il est, assez pour mûrir et grandir comme nous le voyons se produire dans la rencontre entre Jésus et la femme samaritaine [cf. Gv 4,1-26]. En ce qui concerne le sexe féminin, Jésus est différent de la majorité des hommes de son temps qui utilisent, ils abusent et objectivent la femme pour obtenir quelque chose d'elle en retour. Dans le Christ, cet amour libre et libérateur du Père qui témoigne du véritable amour pour toute réalité créée se concrétise. Le prêtre, viens vieux christ, il ne peut pas mortifier cet amour libérateur et libre qui est constitutionnel à sa sexualité et à sa nature. Les compromis qui alternent entre les sublimations compensatoires doivent être évités, troubles pathologiques et écarts. La liberté du prêtre amoureux, qui est une explication d'une vie célibataire, caste, pauvre et obéissant à l'image du Rédempteur, c'est une condition théologique et prophétique qui ne peut être comprise qu'en fonction du Royaume et de cette vie eschatologique pleine dans laquelle toutes les relations seront assumées et transfigurées en Dieu [cf. Mont 19,12; Mc 12,25].

.

Même dans l'utilisation de l'argent et dans l'exercice du pouvoir il est possible de tracer une expression de la sexualité humaine qui peut s'avérer équilibrée, mature et informé par grâce ou despotique, narcissique et soumis aux désirs égoïstes du monde. La manière de gérer et de préserver les biens qui nous ont été confiés - du soin de la création à la manière de travailler dans la création - communique ou non la rencontre totalisante avec Dieu qui aime et se sert à partir de tout ce qui existe il a été confié pour le bien commun. Faire étalage de succès et de puissance, par une utilisation inhumaine et instrumentale de la richesse, c'est une constante que l'on trouve assez répandue dans l'histoire humaine, parfois c'est une gratification immédiate, d'autres temps d'un véritable culte idolâtre envers les choses et envers soi-même. Parmi les disciples de Jésus-Christ, Mais, la logique du règne humain ne s'applique pas, mais l'impératif est incontesté: "Ce n'est pas comme ça entre toi" [cf. Mc 10,43]. Il ne faut pas être assez naïf pour penser que la richesse et le pouvoir constituent objectivement des maux en soi - comme cela s'est produit dans certains mouvements paupéristes ou dans certaines idéologies des XIXe et XXe siècles -, il est nécessaire d'évaluer soigneusement l'utilisation qui en est faite. L'Évangile n'accuse jamais le riche en tant que tel, sinon en référence à un non-partage et à un usage solipsiste qui oublie les gémissements des pauvres [cf. Lc 16,19-31], et les difficultés de la veuve [cf. Mc 12,41-44]. Comme ça, tandis que la richesse humaine devient fonctionnelle pour une subsistance et un entretien honnêtes, la richesse du Royaume ouvre les portes du paradis et assure la possession de Dieu [cf. Lc 12,16-21].

.

Tout pouvoir et toute autorité viennent de Dieu et sont son don [cf. Monsieur 33,23; Allemagne 1,10; Gv 19,10-11; Rm 13,1-2; App 2,28]. Ce concept était assez bien connu dans l'Antiquité dans la mesure où il soutenait la thèse - que certains auteurs ont soutenu [cf. S. Paulo, S. Augustin, CITÉ DE DIEU, Jacques-Bénigne Bossuet] - selon lequel il était possible de construire un véritable principe juridique qui légitimait les dirigeants à régner sur les hommes à la place de Dieu. Dans le gouvernement civil et religieux, l'obéissance à celui qui détenait le pouvoir était interprétée comme une obéissance directe à Dieu. Cette thèse ainsi formulée se compose de deux inexactitudes. La première consiste à ne pas considérer le fait qu'aucune puissance et autorité terrestre n'est à l'abri de cette blessure du péché originel qui corrompt tout pouvoir et autorité dans le despotisme et la dictature.. La seconde inexactitude consiste à négliger l'aspect trinitaire de la question en ne considérant que la personne du Père comme le détenteur exclusif de l'autorité et du pouvoir excluant la participation du Fils et du Saint-Esprit.

.

Seulement en devenant obéissant au Père, tout comme Christ était, il est possible de trouver le moyen sûr d'éviter la corruption de pouvoir et les déviations d'autorité [cf. Mont 4,1-11]. Le prêtre, participer à l'autorité du Christ découlant de l'ordination sacrée, il est également admis au gouvernement et à l'exercice d'un pouvoir qui exprime une autorité. Alors, comment, après le baptême, Le Christ est conduit dans le désert par le Saint-Esprit pour devenir un messie du salut selon l'Esprit du Père et non selon l'esprit du monde, ainsi le prêtre dans l'exercice du pouvoir et de l'autorité est appelé à imiter le Maître qui en servant l'autre s'est fait serviteur, culminant sa diaconie avec le sacrifice de la vie en faveur des hommes [cf. Mc 10,42-45] et remettre tout pouvoir entre les mains du Père dans le jardin des oliviers [cf. Mont 26,39; 26,42; Mc 14,36; Lc 22,42] donner satisfaction à cela kénose qui a commencé avec l'incarnation. L'autorité sacerdotale retrace la diaconie du Fils, se nourrit de la volonté du Père et possède l'onction du Saint-Esprit pour la sanctification des frères et pour la confirmation de la foi reçue avec le baptême.

.

III. UNE ENTREPRISE LIQUIDE, FAIBLE ET IMPARFAIT

.

La société occidentale dans laquelle nous vivons, où le chrétien est appelé à faire son pèlerinage terrestre et où il manifeste son témoignage courageux de foi, ressemble de plus en plus à un terrible Moloch qui exige l'accomplissement de sacrifices continus et qui s'auto-attribue le droit d'être adoré en tant que divinité. Peu importe que ces sacrifices soient payés par le prix de vies humaines non concluantes et d'âmes maintenant fragmentées et perdues., perdu dans le non-sens de l'existence. Une société étrange, notre, qui est heureuse d'être narcissiquement envisagée pour ressembler à une terrible belle-mère qui exige beaucoup plus de ses enfants qu'elle ne parvient réellement à donner.

.

Une belle-mère affectueuse, à cause de l'utérus stérile, qui est orné de mots comme il le ferait avec des bijoux qui scintillent de significations aiguës comme dans le cas de l'amour, de tolérance, de bienveillance, compréhension et droits. Cette vision du monde en faillite avait déjà été annoncée par le Christ à ses disciples dans l'Évangile: « Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant. Si vous étiez du monde, le monde vous aimer comme son propre; parce que vous n'êtes pas du monde, mais je t'ai choisi du monde, c'est pourquoi le monde te déteste" [cf. Gv 15,18-19]. Le Christ et ses disciples ne sont pas du monde, en expérimentant la dimension temporelle du monde mais pas son essence. Le signe effectif consiste dans le fait que la Parole de Dieu s'est faite chair [cf. Gv 1,14], la Parole divine est devenue humaine, contrairement à ce qui se passe aujourd'hui dans lequel beaucoup de mots humains sont divinisés et absolutisés. Toutefois, ce Moloch corporatif apparemment invincible et déifié a déjà un terme établi, juste pour le simple fait que le "prince et dieu de ce monde" [cf. Gv 12,31; 2Cor 4,4] a été définitivement vaincu.

.

À ce stade de la discussion, il est utile d'introduire le thème de l'idolâtrie, cela nous aidera à comprendre certains problèmes importants de l'entreprise que nous rencontrons au quotidien. Parlez d'idolâtrie, dans le tissu social, ce n'est en aucun cas secondaire, en effet on peut dire que cette attitude se reproduit cycliquement et systématiquement juste au moment où diminue le sens du «Sacré» qui comprend des horizons beaucoup plus larges et diversifiés que la simple référence au divin. A cet égard, il serait intéressant d'étudier le déclin des peuples précisément en relation avec la crise et la disparition du «sacré» de la vie humaine. Pour le moment, il suffit de le mentionner en attendant une future étude plus ponctuelle et compétente.

.

Clarifions un fait immédiatement: idolâtrie, en réalité, c'est l'un des nombreux masques avec lesquels l'athéisme se déguise devant la société et le monde. Parler d'idolâtrie et d'athéisme semble une contradiction mais ce n'est pas. Dans la Bible, par exemple, le péché de l'idolâtrie est bien connu mais pas celui de l'athéisme, comment venir? La réponse est simple: l'homme ancien aussi bien que l'homme biblique n'est en aucun cas un homme athée. Il faut partir de l'observation évidente qu'aucun homme n'est né naturellement athée, l'étincelle de son origine divine a poussé l'homme depuis sa naissance, jusqu'à sa mort et le pousse à rechercher le sens de sa propre existence et une vérité qui le transcende.

.

Athéisme visible, celui pratiqué ces jours-ci, c'est la dégénérescence de l'idolâtrie qui jette les vêtements du sacré. L'athéisme est le fruit trompeur qui s'est formé au cours de certaines périodes historiques et cela à travers la Révolution française, L'âge de l'illumination, La pensée positiviste se matérialise de plus en plus à travers les philosophies des XIXe et XXe siècles ainsi que des mouvements gnostiques très spécifiques qui ont déclaré la guerre au christianisme et en particulier au christianisme catholique.

.

Athéisme, paradoxalement, il se nourrit de ce mode de vie dissocié qui est clairement visible aujourd'hui et qui prend de plus en plus des traits pathologiques, sous l'illusion de conduire chacun vers un progrès illimité. L'homme occidental moderne se trouve ébranlé dans ce modèle d'entreprise - se trompant souvent et volontairement qu'il a atteint les plus hauts jalons de la civilisation et de l'humanisation - un visage d'une communauté humaine qui se décrit de plus en plus clairement comme le visage d'un La société imparfaite et qui a déjà commencé à présenter une énorme facture.

.

Cette société imparfaite qui se définit et se fait connaître précisément à partir de ses dogmatistes si intransigeants et de sa conscience nettement fidéiste qu'ils se révèlent souvent imprudents. La clairance du relativisme gnoséologique et éthique pour lire et interpréter la réalité qui nous entoure, l'optimisme répandu d'un certain type de science qui prétend répondre aux gémissements de sens les plus intimes au cœur de l'homme, révolutions dans le domaine de la technologie et de la communication, avec la présomption de constituer un nouvel ordre mondial qui peut unifier toutes les croyances, conduire inexorablement à l'échec car en fait l'ancien péché que les bâtisseurs de la Tour de Babel ont commis est retracé dans une clé moderne (cf. gn 11,1-9). L'athéisme est donc la distillation d'une volonté idolâtre privée du sens du sacré qui prétend se faire un nom quel que soit son Créateur. [cf. gn 11,4].

.

Cet aperçu social, si douloureusement concret mais néanmoins réel, elle peut être expliquée par une phrase du théologien dominicain P.. Réginald Garrigou-Lagrange [1877-1964] ça dit: «L'Église ne fait aucun compromis sur les principes, parce qu'il croit, il est tolérant dans la pratique, parce qu'il aime. Les ennemis de l'Église, au contraire, tolèrent les principes, parce qu'ils ne croient pas, mais sans compromis dans la pratique, parce qu'ils n'aiment pas. L'Église absout les pécheurs, les ennemis de l'Église absout les péchés " [cf. Dieu, son existence et sa nature, Paris 1923, p. 725]. Quel sens donner à ces paroles du bon Fr. Réginald Garrigou-Lagrange par rapport à une société liquide et déstabilisée comme la nôtre? Quel fil conducteur unit les traits de faiblesse, imperfection, dell 'idolâtrie impie assez pour produire une réalité apparemment libérale mais secrètement intransigeante et parfois impitoyable et contradictoire?

.

Le raisonnement du théologien dominicain elle nous aide à comprendre comment cette société, avant d'être ennemie de Dieu et de l'Église, est d'abord ennemie d'elle-même. En réalité, est plus enclin à entreprendre plus facilement la recherche d'une tolérance qui égalise et aplatit ses semblables qu'une recherche de vérité qui conduit à une altérité différente, jusqu'à atteindre l'altérité transcendantale qui représente le noyau authentique de la foi et de la relation avec Dieu. Aujourd'hui, si vous avez remarqué comment mener certains débats et discussions, le moyen le plus sûr de mettre l'adversaire sur les cordes puis de le faire taire, il consiste essentiellement à l'accuser d'intolérance. L'accusation de non-tolérance est cette accusation qui n'admet pas de vérité objective, qui ne prend pas en compte l'expérience personnelle, de l'histoire et de la tradition des peuples. L'accusation d'intolérance est rejetée par la censure, l'interdiction des réalités qui ne peuvent être dites, connu ou simplement témoigné. Aujourd'hui, il est possible d'être considéré comme intolérant à bien des égards et d'être provoqué dans différents domaines tels que la foi et la religion, race et ethnicité, sexualité et génitalité, Coutumes et traditions, la politique et le monde civil et bien plus encore.

.

Dans le jeu des contrastes, stratagème que j'ai déjà eu l'occasion d'analyser dans cet article, professer la foi fait de moi une personne intolérante et violente, par exemple. Affirmer la loi morale naturelle sur le mariage me donne la visibilité d'un fanatique fondamentaliste médiéval, cultiver et valoriser les racines traditionnelles et culturelles d'un peuple fait de moi un ennemi dangereux de la mondialisation et de l'inculturation. Ceux que nous appelons maintenant intolérants sont en fait divergents, des héros qui ne s'alignent pas sur la pensée unique et doivent donc être vus comme des ennemis à neutraliser. Si vous remarquez les meilleurs représentants de la pensée libérale, tolérants et garants, ils commettent d'innombrables fois des attitudes illibérales, violent et intransigeant digne du meilleur régime dictatorial despotique.

.

le “tolérant” moderne, au lieu, il ne se sacrifie pas pour ses idées comme le ferait l'idéaliste, au contraire, on ne se fait pas scrupule de sacrifier ceux qui ont des idées contraires aux siennes, comme le ferait un dictateur envers ses adversaires. Combien de martyrs de la tolérance et des droits existent aujourd'hui? Mais peut-être que les martyrs les plus nombreux sont ceux qui sont présentés comme des semeurs involontaires de haine précisément parce qu'ils divergent, porteurs d'une haine qui ne peut être vue car elle n'est présente que dans le regard du tolérant en devoir qui a intérêt à utiliser la haine comme outil idéologique pour contrôler les masses. La tolérance moderne revendique donc non seulement des droits mais aussi la dispersion de la haine. Depuis moins d'une décennie, la tolérance a conclu un mariage heureux avec le terme de dérivation grecque phobie. Grâce à ce terme, les meilleurs chevaux de trait du tolérant sont générés La société imparfaite comme l'homophobie, L'islamophobie, xénophobie et autres. Je cite ces trois exemples uniquement parce qu'ils sont les plus pratiqués par les réseaux sociaux, télévision, radio et journaux … On se rend compte que tout cet échafaudage n'a pas le moindre sens et qu'il n'est pas possible de poursuivre un discours de tolérance exclusivement lié à un droit privé de devoirs et à une peur qui est un antidote à la haine.? Invoquer la tolérance en tirant parti des droits et en excluant les devoirs constitue une vision du monde basée sur l'égocentrisme, dans lequel tout devient licite, il suffit que cela soutienne des droits personnels réels ou présumés.

.

D'autre part, remettre en cause la tolérance à venir à la haine se fier au sentiment de peur de l'autre est insensé, car cela signifierait qu'il suffit de générer une alarme pour conjurer le mal. Dans cette imposante zibaldone, il est difficile de trouver la clé du problème, au point de tout ramener à une origine certaine et sûre. La perspective d'une culture sociale intransigeante qui tout en condamnant sanctifie et sanctifiant la condamnation apparaît plus comme un paradoxe qui rappelle le dieu romain Janus qui, ayant un "double visage", c'est l'image parfaite du compromis, du transformisme, de l'union des contraires.

.

Aujourd'hui, le masque de Janus triomphe sur les visages du monde qui parcourent les rues de nos villes et villages, de nos places et centres commerciaux, palais du pouvoir et églises. Un Janus sans âge qui s'habille en vêtements masculins et féminins ou neutre si nécessaire, porter le voile, la talar, l'habitude, le jupon fileté de violet ou de rouge mais c'est toujours lui, l'ancien serpent qui ne se lasse jamais de faire la guerre avec la prétention impie de prouver que Dieu avait tort de faire confiance à l'homme.

.

Laconi, 4 août 2019

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

Pay Pal - La méthode rapide, de manière fiable et innovante de payer et d'être payé.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Éditions L'île de Patmos

ALLAIENT: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.





Au-delà de l'utopie et désenchantement: aujourd'hui l'espérance chrétienne

— Théologique —

AU-DELÀ UTOPIE ET ​​DÉSENCHANTEMENT: AUJOURD'HUI CHRISTIAN ESPOIR

.

Espérance chrétienne, aujourd'hui doit faire son chemin avec beaucoup d'efforts et de fatigue entre les nouvelles expériences de millénarisme, entre les revendications politiques eschatologie du protestantisme américain, le récit apocalyptique djihadisme en Occident, les expériences étranges de religiosité Nouvel Age il est né en calendrier maya terminé 21 décembre de 2012. A partir de ces extrêmes, comme presque une touche de fond de l'ennui de l'immanence, nous pouvons passer à une autre dimension, qui ouvre la porte à la perspective de l'espérance chrétienne.

.

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

Le théologien dominicain Daniel Aucone

Danièle Aucone, prêtre dominicain et théologien de la province romaine de Sainte-Catherine de Sienne [cf. voir QUI], déjà auteur de La question de la communauté entre la philosophie et la théologie [Éd. Nerbini, cf. QUI] Il offre au public des universitaires et des chercheurs son dernier livre, Au-delà de l'utopie et désenchantement - l'espérance chrétienne aujourd'hui, aussi le résultat de la thèse de doctorat en théologie travail [Éd. Presse universitaire Angelicum, cf. QUI].

.

Le thème central du texte est l'espoir, comme en témoigne le titre; l'auteur tente de décrire et d'identifier en elle des trajectoires fécondes [cf. page. 10] pour donner un nouvel élan à l'annonce de ce thème très cher à la théologie catholique. Espoir pour les croyants résidant dans le visage et dans la rencontre de Jésus-Christ.

.

Le texte est divisé en deux parties: dans la première partie du Père Daniele Aucone il fait une pause pour analyser la société et la culture occidentale et la perspective d'attendre, de différents auteurs: Kojève et Zizek entre autres. Dans la deuxième partie, au lieu, il fait une pause pour générer une perspective systématique et théologique de l'espoir, avec l'aide de divers auteurs, dont Theobald, Durand et Mendoza - Alvarez.

.

le dernier travail du théologien dominicain Daniel Aucone

La première partie peut être défini sens strict comme une description d'un « cri » de la société post-moderne, maintenant faibli espoirs du monde, Il est enfermé entre démission, désillusions et de nouvelles craintes.

.

Alexandre Kojève, l'interprète à la fin de l'histoire au sens hégélien, ouvre la porte à une recherche de l'immortalité terrestre. Slavko Žižek procède alors à une analyse du voisinage du point zéro, où il fournit un type classique apocalyptique dans lequel ils vivent seulement un aperçu des scénarios de panique. Dans cette première partie, Il semble très intéressant, également pour le lecteur moins expert en matière philosophique, section précise qui indique les nouvelles expériences de millénarisme: entre les revendications de l'eschatologie politique du protestantisme américain, le récit apocalyptique djihadisme en Occident, les expériences étranges de religiosité Nouvel Age et le calendrier Maya a pris fin 21/12/12. A partir de ces extrêmes, comme presque une touche de fond de l'ennui de l'immanence, Enfin, l'auteur peut faire une transition et déplacer la perspective de l'espérance chrétienne. Il écrit le Père Daniele Aucone:

.

« Dans ce contexte, fait mal à l'aise Occident contemporain, mais aussi de la recherche de sens et la direction, Il est appelé à intégrer le message de l'espérance chrétienne que la rencontre avec le Ressuscité attente défini comme finir [NdR. télos, “but”, “amende”] e finir [poires: “illimité”, “Infini”] de l'histoire ". [cit. page. 114].

.

L'espoir est alors un cadeau, le désir de créer un tout'homme Désirant, sur demande d'une vie post-moderne liquide, d'établir solidement une vie digne dans le temps de la fin. Elle espère que finalement vous permet d'échapper à la tyrannie de tout à la fois, un temps d'attente en fonction de la finale La mémoire de la résurrection; enfin, idée très intéressante que l'auteur Il prend le théologien Roberto Repole: espoir compris comme pensée humble et l'ouverture du point de vue de la Révélation, sur la pensée faible vattimiano, mais sans prétention même de le résoudre complètement, sur le retour impensable à une forte pensée: l'espoir est la racine d'une humble pensée [cit. page. 116].

.

Dans l'analyse de la section biblique, il clarifie abondamment le sens de l'horizon apocalyptique exégétique actuelle, montrant comment l'analyse du dernier livre de la Bible, loin de perspectives sur la « fin de l'intention du monde» est de montrer qu'il ya des fins diverses, qui enferment les différentes époques historiques; et en même temps l'Apocalypse révèle le narcissisme de l'homme contemporain vers le bas, qui cache une instabilité existentielle profonde [cit. page. 126].

.

Les travaux antérieurs du théologien dominicain Daniel Aucone

Étant donné que les études de Christoph Theobald, Père Daniele Aucone propose enfin le christianisme comme un mode de vie où vivre et donner vie au monde; Ceci est possible car elle crée des liens de fraternité au-delà de l'espace et le temps, qui dépasse l'individualisme actuel. [cit. page. 142]. Dans la section théologique, il se lie à la pensée du frère dominicain Emanuel Durand offrant des réflexions intéressantes sur la théologie de la Providence. Pour beaucoup de croyants, il a en fait remarqué que la foi en Dieu le Créateur n'a pas conduit à une profonde attention à son œuvre de la Providence, même dans le plus petit quotidien. Avec le Père Emanuel Durand est la reprise d'une théologie de la providence dans laquelle, l'homme est fondée par une relation vivante avec Dieu continue. Le Seigneur de la création, Il conclut notre auteur avec le théologien dominicain Emanuel Durand, Il agit par des phénomènes purement naturels, ainsi que ceux miraculeux: Providence a donc action nécessaire et contingente: rien n'échappe à la main invisible, Maternelle et en même temps de collaborer avec l'homme du Dieu trinitaire [cit. page. 163].

.

sont très intéressants enfin les cinq dernières idées des missions ecclésiales actuelles, qui composent le dernier chapitre: un nouveau sens de la mission de la Parole [cit. page. 267], une évangélisation dans le souffle de l'esprit [cit. page. 270], une mise au point pour une écologie humaine intégrale [cit. page. 273], la formation à la fraternité et de communion [cit. page. 277] et enfin une transfiguration du temps à travers la célébration liturgique - sacramentelle [cit. page. 281].

.

Le livre est fortement recommandé les fans de théologie, ainsi que des professionnels pour une bouffée d'air frais de la spéculation théologique sur l'espoir et l'eschatologie, capable de sortir des modèles classiques et de proposer même par rapport à la culture actuelle. Surtout, les idées sur les missions de l'église peuvent être une source pour une méditation personnelle, ainsi que la spéculation, Aussi à jeter les lignes directrices pastorales.

.

Rome 27 mai 2019

.

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

Pay Pal - La méthode rapide, de manière fiable et innovante de payer et d'être payé.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.





Il était une fois l'Eucharistie et le sacerdoce catholique, Puis vint fondateurs Kiko Arguello et Carmen Hernandez du Chemin néocatéchuménal … et l'hérésie est devenue chair et a habité parmi nous

- les essais de Theologica -

UNE FOIS IL Y AVAIT LA CATHOLIQUE ET EUCHARISTIE PRÊTRISE, ALORS SONT VENUS KIKO ARGÜELLO ET CARMEN HERNÁNDEZ FONDATEURS DU CHEMIN NÉOCATECHUMÉNAL ... ET L'HÉRÉSIE EST DEVENUE DE LA VIANDE ET EST VENUE VIVRE AVEC NOUS

.

TABLE DES MATIÈRES: je. L'hérésie n'est pas un mot indécent et donner un hérétique à ceux qui tombent et restent dans une hérésie substantielle et formelle n'est pas une insulte, mais une simple déclaration de fait - II. La première idée fausse à dissiper: si le Chemin néocatéchuménal a été développé sous les pontificats de deux Papes Saints, Cela rend le cas pour le dogme sacré et intouchable la foi catholique?III. Les Néocatéchumènes naissent sur la crise d'autorité de l'Église et se développent sous le pontificat de Jean-Paul II après lui avoir présenté la famille de Le Moulin Blanc - IV. Le Chemin Néocatéchuménal a remis au goût du jour la vieille hérésie des Albigeois, sans que l'autorité ecclésiastique ne fasse cesser le fait que l'Eucharistie n'est pas un bien privé dont on peut disposer à volonté - V. Quand l'Église trouve toutes les excuses pour ne pas écouter les victimes de toutes sortes, Finalement, il finit par se retrouver avec les Cardinals aux barreaux des tribunaux pénaux, mais même dans ce cas, elle a continué sans se décourager à ne pas écouter - NOUS. Le mensonge des dirigeants Way Neucatecumenale: d'affirmer que l'Église a reconnu et légitimé pleinement leurs ébats liturgiques et catéchétiques - VII. Les nombreuses bonnes personnes qui le composent suffisent à rendre un mouvement sain? Ils sont des témoignages assez de ceux qui disent: "The Way I converti", « Le chemin que je retourne à l'Eglise »? VII. Le Pontife régnant n'a pas tardé à se lancer ça aussi des références précises à kikos et les méga-catéchistes du Neocatechumenal obtenir l'effet obtenu par ses trois prédécesseurs: oreilles sourdes - IX. Les Néocatéchumènes sont la négation du sage esprit missionnaire de l'Église, éd au lieu d'amener de nouvelles personnes au catholicisme, ils font de nouveaux adeptes au néocatéchuménalisme - X. La Voie Néocatéchuménale est une psycho-secte dans laquelle le sens critique est annulé après avoir envahi la conscience des adeptes et changé l'ignorance grossière et l'orgueil en un don d'élection du Saint-Esprit - XI. Au grave problème de la mauvaise perception de la Très Sainte Eucharistie s'ajoute la mauvaise perception du Sacerdoce, en particulier entre le sacerdoce commun des baptisés et le sacerdoce ministériel du Christ, ce qui implique que la Les ministres du sacré équipé d'un cadeau triple: être enseigné, gouverne, sanctifier XII. conclusion.

.

.

.

Auteur:
Ariel S. Levi Gualdo

Avant de passer dans le long discours il est nécessaire de préciser le sens du mot hérésie. Le besoin de clarification est dû au fait que, dans l'Église elle-même a été minée par le temps novlangue, Et il est venu expliquer comment il y a quelques années dans l'un des premiers points de notre Île de Patmos [2014, voir QUI], puis suivre mon soi-disant tonique [voir la vidéo, QUI]. Novlangue est non seulement créer de nouveaux mots, ou appelé néologismes, mais effectuer une opération encore pire: donnant aux mots un sens différent de celui étymologiquement ont ch'esse. La vidange des mots de leur sens rempli de significations complètement différentes, est un grave danger que le phénomène prend avant le développement, pendant et après la Révolution française. Un exemple exhaustif est les concepts de liberté, l'égalité et de fraternité, qu'ils sont de la fondation suffixes du christianisme, pas une invention de la Révolution française. Principes, cependant,, la fin du XVIIIe siècle, et en suivant le cours du XIXe siècle, Ils changeront en principes antithétiques au christianisme, ce qui est plus utilisé pour attaquer et à tâtons écoutille du christianisme lui-même […]

.

.

.

VOUS ACHETER LE LIVRE EN CLIQUANT QUI

 

.

.

.

Top L'île de Patmos Charlemagne avec une question du Christ le Seigneur: « Qui dit-on, les foules que je suis? et vous, Qui dites-vous que je suis?»

La cannette de Charlemagne

RETOUR SUR L'ÎLE DE PATMOS CHARLEMAGNE AVEC UNE QUESTION DE CHRIST LE SEIGNEUR: «DIRE DES HOMMES, FOULE QUE JE SUIS? ET VOUS, QUI DITES-VOUS QUE JE SUIS?»

.

L'espérance chrétienne n'est pas une imagination et abrutissante « Sol de « Avvenire », ni le « futur glorieux » prêché par tous les dictateurs de tous les temps. est-il ni nouveau monde forgé par la culture du dialogue entre les faux et colporteurs. il n'est, enfin, misericordiante les prophètes du royaume d'appel mensonge, à volonté et le plus souvent de façon inappropriée, les terribles tragédies de l'histoire et la saleté immuable du monde. L'espérance chrétienne à la place - comme l'enseigne saint Augustin d'Hippone - n'a toujours qu'un seul nom et un certainement annoncé: Christ!

.

Auteur
Charlemagne

.

.

Article au format PDF imprimable
.

.

.

.

la Charlemagne, connu comme Charles le Grand, universellement connu sous le nom de Charlemagne, baptisé dans la foi en Jésus-Christ dans l'église catholique Sainte-Mère de la ville d'Aix-la-Chapelle, en un jour il y a plusieurs années, en cours d'exécution au moment de l'Année du Seigneur 742; J'écris donc, avec un titre bon et légitime, dans le cadre de ce Corps Mystique et Historique qui appartient seul au Christ, et dont je me considère avec conviction « des membres moins honorables de ce » mais pour ce très crois humblement que, comme l'apôtre écrit: « Dieu a donc composé le corps, donner plus d'honneur à ce qui manquait, pour qu'il n'y ait pas de désunion dans le corps, mais que les membres peuvent avoir le même soin les uns des autres " [Les Corinthiens 12, 24-25].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Les évangiles ne nous disent pas les résultats d'une sondage gallup ou un extemporanée groupe de discussion de Jésus de Nazareth et ses disciples, avant, et les apôtres, puis.

.

Jésus, au contraire, défis hommes [gens, Marco 8, 27 e Matteo 16, 13] et la foule [les foules, Lucas 9, 18] avec le message lui-même, essentiel, radical et, pas au moins, inquiétante et dramatique Logos cristiano.

.

Il a écrit Romano Guardini:

.

« Le christianisme est en fait pas une théorie de la vérité, ou l'interprétation de la vie. Il est également présent, mais pas dans ce noyau essentiel consiste son. Il est composé de Jésus de Nazareth, de son existence concrète, de son travail, par le destin, qui est, d'une personnalité historique. [...] Non je'Humanitéà O l 'Humain donc devenu important cas, maman cette personne. Il détermine tout le reste, et plus profondément et plus universellement la relation intense » [L'essence du christianisme, 1984, p. 23].

.

L'essence de la foi chrétienne est, en vérité, en réponse que l'homme à la fois individuellement et collectivement, fournit cette question essentielle à laquelle Jésus de Nazareth défi ici, aujourd'hui et toujours [cf.. Hébreux 13, 8] l'individu et la société.

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Foi, Espoir et la charité chrétienne ont ni fondement ou leur prénom et le nom des valeurs neutres de tolérance, cohabitation, solidarité, l'acceptation et l'harmonie universelle des hommes et des peuples.

.

La foi chrétienne n'est pas une modification du contenu, selon la mode et les besoins du temps, mais un, immuable, rencontre vitale et sauver.

.

« Vous êtes allé, vous lavé, vous venez à l'autel, vous avez commencé à voir ce qui était auparavant pas en mesure de voir. C'est-à-dire, via la source du Seigneur et l'annonce de sa passion, Vos yeux sont ouverts à ce moment-là. Toi, avant que vous sembliez aveuglé au cœur, vous avez commencé à voir la lumière des sacrements " [Sant'Ambrogio, des sacrements je, 3,15].

.

Espoir chrétien, puis, est un imaginatif et abrutissante « Sol de « Avvenire », ni le « futur glorieux » prêché par tous les dictateurs de tous les temps. est-il ni nouveau monde forgé par la culture du dialogue entre les faux et colporteurs. il n'est, enfin, misericordiante les prophètes du royaume d'appel mensonge, à volonté et le plus souvent de façon inappropriée, les terribles tragédies de l'histoire et la saleté immuable du monde. L'espérance chrétienne à la place - comme l'enseigne saint Augustin d'Hippone - n'a toujours qu'un seul nom et un certainement annoncé: Christ!

.

« Et comme il est devenu notre espoir? Pourquoi était-il tenté, Il a souffert et est ressuscité. Il est donc devenu notre espoir. Dans ce que vous pouvez voir votre labeur et votre récompense: votre travail dans la passion, votre récompense à la résurrection. Voilà comment il est devenu notre espoir. Parce que nous avons deux vies: on est que nous, l'autre est que nous espérons. Celui où nous sommes connus, dans laquelle nous espérons est inconnue [...]. Avec ses travaux, tentations, et brevets, la morte, Christ a fait que vous voyez votre vie où vous êtes; avec la résurrection que vous avez vu la vie dans laquelle vous serez. Nous savions seulement que l'homme naît et meurt, mais nous ne savions pas qui se lève et vit toujours. Voilà pourquoi le Christ est devenu notre espoir dans les tribulations et les tentations, et maintenant nous nous dirigeons vers l'espoir » [Enarrationes à Psalmos, 60, IV].

.

Charité chrétienne, puis, Il est pas un amalgame vide de sens de bonnes intentions ou le contenu d'une fraternité cosmique indifférenciée illusoire et, pas même, Le principe fondamental d'un ordre mondial banal, amoreggiante agréablement et heureusement imbibé de prétendues bonnes œuvres que.

.

Encore, une fois que, Il est toujours et seulement la reconnaissance de La personne du Christ, qu'il a fondé et enraciné dans les affaires humaines le seul amour possible et essentiel: « Si vous ne croyez pas, en fait, non ami. Comme ça, à partir de la fin et revenir au principe, Ainsi, dit l'apôtre: Charité Paceà, unis à la foi. laissez-nous: Foi, la charité et de la paix. Croyez-vous, mais, pluie. En fait, si vous croyez que vous ne l'aimez pas, vous n'êtes pas encore diversifié votre foi de la foi de ceux qui tremblait et dit:: Nous savons qui vous êtes, le Fils de Dieu. Toi, donc, mais; parce que la charité avec la foi elle-même vous conduit à la paix. Quelle paix? La vraie paix, pleine paix, paix réelle, assurer la paix; où il n'y a pas calamité, tout ennemi. Cette paix est l'objectif de tout bon désir. Carità unis à la foi; et six vous bien intentionnés, dire bien. La foi associée à la charité " [Sainte-Augustine, sermons 168, II, 2, 9].

.

Foi, Espérance et Charité, alors, soleil et ouvert seulement dans l'humanité du Christ et de l'histoire le seul horizon possible du salut: « Si tu confesses de ta bouche que Jésus est Seigneur, et tu croiras de tout ton coeur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, vous serez sauvés " [Romains 10, 9].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La question posée par Jésus de Nazareth est non seulement essentielle mais aussi radicale et, par sa nature même, excessivement division. Il est ni une question ouverte ou une question à plusieurs les choix. Au contraire, demande un 'option radicale!

« Le christianisme dit que pour l'incarnation du Fils de Dieu, pour sa mort et sa résurrection, pour le mystère de la foi et de la grâce, dans toute la création vous demande de renoncer à sa - apparente - autonomie et se mettre sous la domination d'un personne spécifique, qui est Jésus-Christ, et de faire ce que leur règle décisive » [Romano Guardini, Au même endroit, p. 26].

.

La seule racine et la source de l'annonce chrétienne ne réside pas dans une piété ostentatoire et dans un pêle-mêle grotesque et très médiatisée de bonnes intentions pour Humanité e l'être humain.

.

La personne du Christ - oui, avouons-le une fois pour toutes et de rigueur intellectuelle saine, avant même Christian! - il sème la discorde dans sa vérité radicale de Dieu et l'homme!

.

« Celui qui me confessera devant les hommes, Je reconnais devant mon Père qui est dans les cieux; qui me reniera devant les hommes, Je renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. Je suis venu mettre un homme contre son père, fille contre la mère, en droit de la mère-frère: et les ennemis d'un homme seront ceux de sa famille " [Matteo 10, 32-36].

.

La racine d'origine et la source exclusive de Logos Christian est, en fait, le Verbe fait chair, et a fait le même sang pour la vie éternelle et la résurrection finale.

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Dans les évangiles de Marc et Matthieu, la question suivie de l'histoire des pains, qui est évoqué directement auditeurs: « Je ne me souviens pas? Quand je me suis cassé les cinq pains pour les cinq mille, combien de paniers pleins de morceaux que vous avez apporté de suite?» [Marco 8, 19]; « Je ne comprends pas encore? Avez-vous oublié les cinq pains qui étaient assez pour les cinq mille hommes et des paniers que vous avez réunis?» [Matteo 16, 9].

.

dans Luc, le compte du même événement précède immédiatement la question de Jésus: « Alors Jésus, Je pris les cinq pains et les deux poissons et levant les yeux vers le ciel, je suis béni, Il les rompit et les donna à ses disciples de distribuer à la foule. Tous mangèrent à leur faim et leurs pièces avancées ont douze paniers " [Lucas 9, 16-17].

.

dans Jean, enfin, il n'y a pas de demande explicite de Jésus, mais la réaction de "beaucoup de disciples" à l'annonce que: « Celui qui mange ma chair et boit mon sang, Il a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Ma viande est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson " [Giovanni 6, 54-55]. «A partir de ce moment ', en fait, « Un grand nombre des disciples se retirèrent, et ils ne lui » [Giovanni 6, 66]. il devient, pur, un défi ouvert au reste: « Est-ce que vous et que vous quittez?» [Giovanni 6, 67].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La réponse à cette question permet de résoudre le drame inquiétant de chaque fois humain, troublé par le Mal absolu et le mal sont.

La réponse à cette question permet de résoudre la tragédie choquante que, dans tous les temps et de lieu jaillissement et toujours découlera des limites mêmes de la nature humaine, délabrée et en putréfaction, toujours exposé à l'attrait de la corruption intellectuelle et morale, et sans cesse à la merci « du meurtrier dès le commencement », « Le menteur et le père du mensonge » [Giovanni 8, 44] et le « prince de ce monde » [Giovanni 14, 30].

.

Jésus, le Christ lui-même met et en fait don à son Corps et son Sang versé - Corps, Sang, Âme et Divinité - bien au-delà et au-dessus de toute loi physique, la seule vraie subsistance alimentaire pour l'homme et l'humanité et la seule vraie boisson de libération et de salut.

.

Ce vrai et seulement Nourishment, Jésus invite ses disciples à appeler: « Dans notre pain quotidien », le pain nous ultra-sensible, « Donne-nous aujourd'hui », vous par nous tous les jours.

.

« Tout ce que nous avons en Christ [...]"- écrit Sant'Ambrogio -" et le Christ est tout pour nous. Si vous voulez guérir une blessure, il est médecin; si vous brûles de fièvre, il est la source; si vous qu'opprime, il est justicier; Si vous avez besoin d'aide, il est la force; si vous craignez la mort, il est la vie; si vous désirez le ciel, il est le chemin; si vous fuyez l'obscurité, il est la lumière; si vous cherchez la nourriture, il est la nourriture " [De la virginité, 99].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La question de Jésus est placé, puis, dans le moment le plus dramatique de la Révélation divine. ET la question du vrai homme et Dieu seul que « tout a été rempli les jours où il a été élevé, Il rend difficile son visage marchant vers Jérusalem " [Lucas 9, 51].

.

La réponse à votre question, en fait, devenu le discours du souverain sacrificateur, le même acte d'accusation dramatique et terrible menant à la condamnation à mort et l'exécution impitoyable sur le gibet de la Croix: « Es-tu le Christ, le Fils de Dieu? Jésus répondit:: Il est moi! Alors le souverain sacrificateur, louer ses vêtements, il a dit: Vous avez entendu le blasphème, qu'en penses-tu? Tout ce qu'ils le jugeaient coupable de la mort »[Marco 14, 61-64].

.

Dans le mystère de la Passion, Croix et la mort de la personne du Christ, cil anéantit "Il était Dieu» [Elevage Filip 2, 6] — bien qu'il n'a pas été, mais alors qu'il est Dieuen fait, « Body qui est annihilé en prenant la forme d'un serviteur n'est pas déjà incarné le Christ, mais celui qui est au-dessus du monde, trouvé sous la forme de Dieu " [Hans Urs De Bathasar, Théologie les trois jours, 1969, p. 37].

.

« Jésus-Christ », Saint-Athanase a expliqué, « Il a pris, être Dieu, la forme d'un serviteur, dans cette hypothèse est pas élevé, mais il a baissé. L'homme, au contraire, Il avait besoin d'être élevé en raison de la bassesse de la chair et la mort. Il a souffert comme un homme dans sa chair la mort pour nous, de se présenter bien au Père dans la mort en notre nom et nous élever avec lui à cette éternité rivalise " [.Antioch je, 40-41].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

cette question avec sa réponse est le cœur de l'Evangile, dans son actualité dramatique: « Le temps est accompli, le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à l'Évangile » [Marco 1,15]. ET cette question avec sa réponse et la seule exégèse légitime par la lecture d'un « mystère qui n'a pas été fait connaître aux hommes dans d'autres générations, comme il a été révélé maintenant à ses saints apôtres et prophètes par l'Esprit: que les Gentils sont appelés, en Jésus-Christ, de participer au même patrimoine, pour former le même corps, et participions de la promesse par l'Evangile " [Ephésiens, 3, 5-6]. ET cette question avec sa réponse, l'acte fondateur du mystère chrétien et aussi sa distinction dramatique: « Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne rassemble pas avec moi, scatters " [Matteo 12, 30]. ET cette question avec sa réponse la seule voie du salut peut: « Si le Christ n'a pas été soulevée, votre foi est vaine et vous êtes encore dans vos péchés. Et même ceux qui sont morts en Christ ont péri. Si notre espérance dans le Christ pour cette vie seulement, nous devons être plus malheureux que tous les hommes. Maintenant, au lieu, Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui sont morts. Car, comme par un homme mort est venue, parce qu'un homme est venu aussi la résurrection des morts; Tout comme tous meurent en Adam, ainsi tous revivront dans le Christ " [Les Corinthiens 15, 17-22].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La réponse à cette question existentielle ne laisse aucun moyen! Ici, aujourd'hui et toujours. Le chrétien ne croit pas absurde non plus Parce qu'il est absurde! Le chrétien croit répondiez, « Tu es le Christ, le Messie " [Marco 8, 29] parce que Jésus-Christ a rencontré, connu et donc cru en Lui et en Lui seul peut trouver la dignité infinie et inépuisable de son être en éd be-di Christ.

.

« Savoir, le cristiano, votre dignité, e, qu'ils partagent dans la nature divine, ne pas revenir à votre ancien état de base en péchant. Rappelez-vous qui est votre tête et dont le corps vous êtes membre. Ne jamais oublier que, libéré de la puissance de l'obscurité, vous avez été amené à la lumière et le royaume de Dieu » [Saint Léon le Grand, Le mot est 21, 3].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Le chrétien ne professe pas un intellectuel théisme vague, dont la divinité est un inconnu être suprême ou un éther valeur transcendante.

.

Le chrétien « croit fermement et admet ouvertement qu'il n'y a qu'un seul vrai Dieu, éternelle et immense, tout-puissant, immuable, incompréhensible et ineffable, Père, Fils et Saint-Esprit: trois personnes, mais l'essence, substance, c'est la nature tout à fait simple " [Quatrième Concile du Latran, Sur la foi catholique, 1].

.

Le chrétien reconnaît en lui qui se révèle à Israël comme « Je suis qui je suis!» [exode 3, 14], le seul vrai Dieu, qui est le Dieu des Pères et, ensemble, Il renforce l'alliance des générations, l'établissement d'un « trône d'amour et de fidélité » et est « un peuple à marcher dans la lumière de son visage » [Salmo 89].

.

Professant « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant!» [Matteo 16, 16] Christian reconnaît « une vérité fondamentale: « Nous avons une maîtrise. Plus d'un Maestro, un Emmanuel, c'est un Dieu avec nous; Jésus-Christ nous! C'est impossible, en fait, en dehors de Lui, si nous savons quelque chose pour vous, plein, de Dieu révélé; ou mieux, si nous voulons avoir une relation vivante, lien direct et authentique avec Dieu " [Paul VI, Audience générale, 18 décembre 1968].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Le chrétien ne respecte pas une doctrine créationniste non spécifiée qui embrouille l'image et à la ressemblance avec Dieu Créateur et Père avec une égalité universelle. Professe, au lieu, que seulement Son-Logos est l'image parfaite du Père et de notre

.

«C'est une ressemblance imparfaite, celle pour laquelle l'homme est dit une image et ajoute notre parce que l'homme était l'image de la Trinité; pas égale à la Trinité, comme le Fils du Père, mais accostandosene pour une certaine ressemblance avec la manière des êtres lointains ne sont pas voisins pour contact spatial, mais par imitation. C'est ce qu'ils signifiaient les mots suivants: “Soyez transformés par le renouvellement de votre esprit et à ses destinataires l'Apôtre dit aussi: “Soyez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. Il est en fait le nouvel homme qui est dit: “Il est renouvelé proportionnellement à la connaissance de Dieu, conforme à l'image de celui qui l'a créé « » [Sainte-Augustine, La Trinité, VII, 6.12].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Le chrétien n'est pas tel parce qu'il adhère à un code inconnu et changeant des intentions pieuses et un comportement honnête: « Nous croyons que l'amour de Dieu, le chrétien peut exprimer le choix fondamental de sa vie. Être chrétien n'est pas un choix éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une personne, qui donne la vie un nouvel horizon et une direction décisive " [Benoît XVI, Emer, 1].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Le chrétien ne base pas sa foi, son espérance et sa charité sur une hypothétique fraternité grande et universelle, capable de générer une tolérance, la vérité et la paix dans une mélasse indistincte de religions et de cultes où il ne s'agit pas d'abandonner sa foi - comme le professent les théoriciens de la Nouvelle Religion Universelle - pour faire partie de cette institution nouvelle et universelle et où l'on croit sans appartenir [cf.. grace Davie, Croire sans Appartenance, dans: social Compass 37(4), 1990, 455-469].

.

Le chrétien l'est précisément parce qu'il confesse "Tu es le Saint de Dieu" [Giovanni 6, 69] reconnaissant que nous appartenons intimement et essentiellement au Corps du Christ lui-même « non seulement parce qu'il nous a fait devenir chrétiens, mais pourquoi est-il devenu le Christ lui-même. Ce qui nous a fait la grâce de Dieu, nous donnant le Christ comme chef? Réjouir, gioïte, nous devenons Christ. S'il est le chef, nous sommes les membres: Nous sommes un homme complet, il nous. […] La plénitude du Christ: la tête et les membres. Qu'est-ce que le chef, et quels sont les membres? Christ et l'Eglise " (Sainte-Augustine, Dans Evangelium Tractatus, 21, 8].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La réponse à cette question, il est essentiel chrétien et radical étant le drame troublant, qui est, d'appartenir au Christ! C'est son Eglise, de l'Église du Christ! Et pas l'Église de quelqu'un d'autre!

.

Face aux méfaits exécrables de tant et trop de ses, même les fils les plus distingués et honorés, le faux témoignage et beaucoup trop horrible beaucoup de ceux qu'ils prétendent servir, le silence complice et abominables mensonges et beaucoup trop de renommée prophètes e maîtrise nouveau temps, ceux du Christ et l'Eglise trouvent encore grâce à écrier dans son cœur: « Quel merveilleux mystère! Il n'y a qu'un seul Père, une Logos l'univers, et aussi un seul Esprit Saint, même partout; il y a aussi une vierge devenue mère, et je voudrais appeler l'Eglise " [Clément d'Alexandrie, le tuteur, 1, 6, 42].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Foi, Espérance et Charité, Ils sont pour le chrétien existentiel sa réponse à la Révélation du Divin La personne et le nom pour lequel « il n'y a pas d'autre nom sous le ciel dans lequel il est établi que nous pouvons être sauvés » [Actes 4, 12] et à laquelle - comme l'écrit dogmatiquement le Concile Vatican II - "l'obéissance de la foi est due, avec laquelle l'homme tout son auto faire librement la soumission complète de son intelligence et, et librement à la acquiescer révélation qu'il fait " [Épée de Dieu, 5].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La réponse à cette question révèle l'essentiel, radical, choix inquiétant et dramatique entre croire et ne pas croire, entre le professent ou non professent, entre la foi dans le Christ et sa trahison du Christ.

.

De cela dépend, en fait, que διχάζω - divisée en deux, séparer, et la désunion - αφορίζω - musulman, excréter, Bannissez - verbes qui sont fréquemment utilisés par Jésus dans ses hommes de train tous les jours et les foules, en particulier dans les Paraboles du Royaume, pour indiquer le sort tragique de l'exigeant, et rien à bon prix, répondre à cette question, il faut.

.

Halve, séparer, désunir, distinguer, excréter, interdire: verbes la décision finale qui refuse de répondre à la question du Christ.

.

Que les Évangiles Verbs mis sur les lèvres de l'Epoux pas attendu par les vierges folles [Matteo 25, 1-13]; Groom de refuser l'invitation [Lucas 14, 16-24] ou que les invités déçoivent en raison de la négligence des vêtements [Matteo 22, 1-14]; L'homme désabusé par la capacité de ses serviteurs à faire de l'argent de ses actifs [Matteo 25, 14-30] ; le propriétaire du champ qui attend patiemment le bon grain avec l'ivraie croître, avant d'être jeté dans le feu qui dévore [Matteo 13, 24-30]; Pêcheur dans dont le réseau enchevêtré mauvais poisson qui sera divisé par le bien « d'être jeté dans la fournaise, Il y aura des pleurs et des grincements de dents " [Matteo 13, 47-50]; et le juge éternel, dont le jugement implacable se termine par deux verdicts séparés et la séparation: « Et ils vont, ceux-ci à la torture éternelle, et les justes à la vie éternelle " [Matteo 25, 46].

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

La réponse à cette question ne soulève pas, ni sotte joie ni un'ammorbante laetitia! La rencontre avec le Christ de Dieu est toujours juste grâce cher! Le prix élevé de la vérité sanctifiante unique!

.

La réponse à cette question, il faut Réponds à cher prix pour une grâce, comme écrit par le théologien luthérien Dietrich Bonhoefer, « La grâce est jamais un pas cher '.

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Apostasie accaparement de plus en plus répandue comme une maladie pestilentielle l'Eglise catholique par son sommet hiérarchique entre un nombre croissant de ses ministres, vous oubliez que vous n'avez été constitué que lesquels collaborateurs de la vérité et non pas comme Curieusement, la vérité cette question du Fils de Dieu, Jésus de Nazareth de l'histoire et les exigences Gospels, maintenant plus que jamais, une seule réponse et non équivoque, sans hésitation et flottements devant le plus tragique « conformer à la mentalité de ce monde » qui le rend urgent pour toute l'Eglise la nécessité de « renouveler votre esprit, afin de discerner la volonté de Dieu, ce qui est bon, et parfait » [Romains 12, 2]. Ça parle de, en vérité, pour faire face à un grâce cher, qui seul, Toutefois, Il peut être libérateur et salvifique.

.

Pour les gens,, les foules que je suis? et vous, qui dites-vous que je suis?

.

Resound à Rome ces jours-ci – Nous espérons et prions – paroles prophétiques quand Bonhoefer inutilement mis en garde contre son Eglise luthérienne, mais avec elle toute la chrétienté, le risque de silence mortel ce existentiel, radical, la vérité inquiétante et dramatique du « Christ, Fils du Dieu vivant " [Matteo 16, 16].

.

L'ensemble et vrai Corps dont le Christ est la vie Head ne sera réprimandé: sans une réponse courageuse et décisive - à grands frais - A la question de Jésus porte le même Logos de notre foi, notre espoir, notre charité.

.

« Un peuple était devenu chrétien, Luterno, mais en sacrifiant le désir de suivre Jésus; il était devenu bon marché. Grâce pas cher gagné. Mais nous savons que cette grâce bon marché a été extrêmement impitoyable envers nous? Le prix que nous devons payer aujourd'hui avec la ruine des églises institutionnelles n'est peut-être pas la conséquence nécessaire de la grâce acquise trop bon marché? Prédications et sacrements ont été octroyées à un prix trop bas; Il est baptisé, vous cresimava, Il a donné l'absolution à toutes les personnes sans poser de questions et sans conditions mettre; L'amour humain pour les choses sacrées ont été distribués aux hommes dédaigneux et incrédules; Ils ont été distribués rivières de grâce sans fin, tandis que l'invitation à suivre Jésus avec engagement a été très rarement entendue. [...] Quand le monde a-t-il jamais été christianisé d'une manière plus hideuse et fatale? Quels sont les trois milliers de Saxons tués par Charlemagne physiquement devant des millions d'âmes aujourd'hui tuées? L'avertissement a été accompli sur nous que les péchés des pères seront punis sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération. La grâce bon marché s'est montrée quelque peu impitoyable envers notre église évangélique. Et la grâce sans pitié à un bon prix était aussi sans pitié pour la plupart d'entre nous personnellement. Il nous a ouvert la voie au Christ, mais il a bloqué. Il nous a invités à le suivre, mais il nous a durci à la désobéissance. Ou est-ce pas cruel et dur si, après avoir entendu l'invitation à suivre Jésus comme une invitation de grâce, après, peut-être, une fois osé prendre les premiers pas sur le chemin qui nous a conduit à suivre la discipline de l'obéissance à ses commandements, Nous avons été pris par mot de grâce pas cher? [...] Le lin du tabac était hors sans pitié. Il parlait sans pitié comme ça à un homme, pourquoi il, troublé par une offre aussi bon marché, il a nécessairement quitté le chemin auquel il était appelé par Jésus, parce que maintenant il voulait saisir la grâce bon marché qui l'empêchait à jamais de reconnaître la grâce chère. Il ne pouvait en être autrement; l'homme faible, trompé, possédant la grâce à un prix devait se sentir tout à coup fort, pendant, en réalité, Il avait perdu la force d'obéir, suivre Jésus. La parole de la grâce bon marché a ruiné plus d'hommes que n'importe quel commandement des bonnes œuvres " [Dietrich Bonhöfer, succession, 2007, p. 51-55].

.

.

.

.

.

d'Aix-la-Chapelle à l'île de Patmos, 20 février 2019

.

.

_____________________________

* Sous le pseudonyme de Charlemagne il y a un catholique baptisé, juriste, expert politique, philosophe, expert en relations internationales et diplomatiques que depuis de nombreuses années, il a occupé plusieurs postes importants dans les grandes organisations internationales, intergouvernementales.

.

.

 

.

.
.
«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

La grande décadence et « Le Silence des Agneaux ». Quand protéger la mère et de la famille, les enfants doivent passer le grand test de la foi: vivre et souffrir comme si le père n'existait pas, mais ne jamais oublier qu'il est toujours le père légitime

— Théologique —

LA GRANDE ET DÉCLIN « LE SILENCE DES AGNEAUX '. QUAND LA PROTECTION DES ENFANTS ET LA MÈRE DE LA FAMILLE DOIVENT DÉPASSER LE GRAND TEST DE LA FOI: VIVRE ET SUBIR SI LE PÈRE INEXISTANTE, MAIS JAMAIS OUBLIEZ PAS QUE IL EST TOUJOURS LE PÈRE LÉGITIME

.

Christ, le Seigneur Lui-même a eu recours all'ironia en utilisant le style expressif de l'époque. Et non seulement eu recours all'ironia, parce que les termes de certains invectives utilisés par lui sont d'une dureté extraordinaire. Laissons les exégètes éminents essayer d'expliquer ce que cela impliquait au niveau lexical et expressif de se tourner vers de hauts notables juifs disant d'une manière ironique et dure: « En vérité je vous dis: les publicains et les prostituées entrent dans le royaume de Dieu » [Mont 21, 31]. Expression ce qui contient à la fois l'ironie est liée à la gravité d'un rappel moral profond. En fait, cette expression, Il est équivalent dans tous les sens à dire aujourd'hui, aux membres présents de jour du Collège des cardinaux, que le putains travaillant le long de la Via Casilina sont les plus respectables d'entre eux, mais surtout les plus méritants d'entre eux pour entrer au Paradis.

.

.

Article au format PDF imprimable
.

.

Auteur:
Ariel S. Levi Gualdo

quand la critique, en soi légitime, Il ne peut pas produire quoi que ce soit, parce que certaines situations historiques particulières, social et ecclésial l'empêcher de générer une efficace, Il est toujours à éviter, car dans ce cas la critique est noyé dans un cercle vicieux qui ne finissent par se nourrir, de plus en plus la grande confusion et une grande désorientation, plutôt que de dilapider. Et ceux qui exercent ce genre de critique stérile et nuisible, surtout si un prêtre et théologien, pourrait sérieusement tachés par négligence grave.

.

Dans certaines occasions, au lieu de recourir à l'inefficacité critique, vous pouvez recourir à l'ironie, ou pour saluer ricanement, Je ne me suis pas hésité à le faire, Je le reconnais et je l'admets, aussi parce que certains de mes écrits qui sont trempés dans l'ironie et la moquerie, rester public et accessible par tout le monde aujourd'hui. En fait, quand j'ai commencé à percevoir comment la critique scientifique était inefficace et improductif, pour tenter de déloger une certaine action de conscience ecclésiastique sont répétées fois l'ironie de l'arme, pour lancer la campagne que l'on appelle: « Je pigliateli sérieusement, prends les pour le cul". Et après cet effet d'appel en vol stationnaire frontières entre Boccaccio et Pasquino, Il a précisé que dans certains contextes et des situations autour de la sortie, le ricanement, loin d'être une fin, ils finissent par eux-mêmes par être un acte de charité chrétienne parfaite [voir l'article, QUI]. Ma crainte est que beaucoup échappe en quoi Christ, le Seigneur Lui-même a eu recours all'ironia en utilisant le style expressif de l'époque. Et non seulement eu recours all'ironia, parce que les termes de certains invectives utilisés par lui sont d'une dureté extraordinaire. Car si certaines expressions émeutes dans le dialecte de l'araméen par le Christ à Dieu des enseignants zélés de la loi et les scribes, Ils doivent être traduits avec le vocabulaire du Roman d'aujourd'hui, nous constatons que les termes vaguement équivalent "grannissimi fidji de pute» o di "poches pleines de merde», ne pas être en mesure de faire de la dureté telle qu'elle est exprimée par le Sauveur vers certains sujets de sa journée. Audition des exégètes éminents pour expliquer ce qu'il voulait dire au contact de niveau lexical et expressif des hauts dignitaires juifs en leur disant dans une ironique et prend forme: « En vérité je vous dis: les publicains et les prostituées entrent dans le royaume de Dieu » [Mont 21, 31]. Expression ce qui contient à la fois l'ironie est liée à la gravité d'un rappel moral profond. En fait, cette expression, Il est équivalent dans tous les sens à dire aujourd'hui, aux membres présents de jour du Collège des cardinaux, que le putains travaillant le long de la Via Casilina sont les plus respectables d'entre eux, mais surtout les plus méritants d'entre eux pour entrer au Paradis. Si alors personne ne l'explique, alors je prends soin de moi expliquer: accusant des hauts et des notables religieux zélés pour être comme des tombeaux blanchis à la chaux « belle à voir, mais à l'intérieur ils sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impureté " [Mont 23, 27], dans le vocabulaire expressif du temps, Ce qu'il était bien bien pire que de leur dire « vous êtes des plus grands morceaux de merde ». En fait, avec des cadavres, sans parler des cadavres en putréfaction, l'Israélite pieux n'a pas été et ne pouvait pas se souiller, en particulier les membres de la caste sacerdotale, qui il était interdit de révolu [halakha, l'équivalent droit canon du temps], pour se rapprocher des lieux de sépulture, même à distance, toutes les questions liées au maintien de la pureté.

.

Pour que, comparant certains notables religieux hauts de cadavres en putréfaction, Il est beaucoup beaucoup plus offensif que simplement leur dire “chie”. Ce fut Jésus-Christ, certainement pas le poupée androgyne présenté dans son film Jésus de Nazareth par le réalisateur italien Franco Zeffirelli, Je ne peux pas aider mais omosessualizzare tout ce qu'il touche esthétique, ci-dessous continuera à muter en une missy languissante même ce mâle ombrien viril de François d'Assise dans le film frère Lune. Qu'en est-il le chiffre réel du Père séraphique, beaucoup mieux que moi a parlé récemment d'un des Pères L'île de Patmos, notre cappuccino auteur Ivano Liguori, qui est membre de l'Ordre franciscain, et celle de saint François d'Assise est le fils [voir l'article, QUI].

.

À cet égard, de nombreux lecteurs de notre magazine et ils rient rappellent toujours, lorsque les colonnes L'île de Patmos Il a été annoncé ma nomination comme archevêque de Naples. Derrière que’opéra burlesque émergé en fait le drame de Épiscopat aujourd'hui, en particulier ceux des nouveaux arrivistes, ou si vous voulez des tombes blanchies à la chaux modernes, que pour atteindre la nomination des évêques convoité bernaient les pauvres et la pauvreté. Un rictus drôle, mais très triste que l'article visant à les évêques nouvellement nommés viennent à l'Episcopat après la prostré Nouvelle théologie des pauvres et des migrants, maintenant placé au-dessus de la théologie de la Parole de Dieu incarné [voir l'article QUI].

.

Entre la fin de Décembre de 2018 et le début de la nouvelle année 2019, le magazine a consacré plusieurs de nos lecteurs me ont envoyé de nombreux messages dans lesquels ils demandent: « Elle n'est plus ce qu'il était », « Où est sa cinglante et ironique veine?». Ensuite, il y a aussi les provocateurs irrévérencieux, certains d'entre eux m'a demandé: « A la fin des jeux, ils ont peur et réduits au silence, vero?».

.

Vous pouvez reporter sur beaucoup de choses, sur les autres non, parce que quand quelqu'un, comme moi, Il a toujours tout risqué et tout pour la défense de la vérité, payer presque toujours des prix très élevés, notamment pour avoir toujours indiqué, et a appelé la bêche « blanchies sépulcres », il convient de fournir toutes les explications nécessaires, en évitant que viennent à la vie et ils se propagent des rumeurs pas vrai, ainsi que injuste envers moi, type: “... finalement ils lui ont fait prendre peur et ont réduit au silence!”. Non, ce n'est pas vrai. Et maintenant, je vais vous expliquer pourquoi je la même chose est faux: parce que les positions et la ligne pendant un certain temps, je l'ai pris sont le résultat de la liberté, alors ce que je souhaite est dans la grâce de la sagesse du cœur.

.

Avec tout le dévot que nécessaire, mais avec plus de tons parfois aussi très strictes, dans le passé, je l'ai dirigé des critiques acerbes non seulement cours actuel de l'Eglise, J'Espérant pouvoir « se vanter » qu'il a également fait des critiques acerbes et détaillées qui ne l'autorité ecclésiastique n'a jusqu'à présent jamais nié. À la suite de certains de mes plaintes du public, les cicatrices et les moqueries de femmes au foyer hystériques plus ou moins habillés en rouge, Je dois gogo, mais privé, ou pire que les démentis publics, jusqu'à présent, je ne l'ai jamais reçu même un. Quant à mes articles, écrit entre 2014 et le 2018, sont tous conservés dans les archives de la revue L'île de Patmos, puis être consulté par toute personne qui souhaite les lire.

.

En termes de pur spéculation théologique J'ai même expliquai sur une question tout à fait hypothétique: « Est-ce qu'un Souverain Pontife légitimement élu et légitime successeur du bienheureux apôtre Pierre pour être privé de la grâce de l'Etat?» [voir l'article, QUI]. Et cette hypothèse, que vous savez n'a jamais eu lieu dans l'histoire de l'Eglise, Je pensais à ce sujet beaucoup, parce que le Christ Seigneur, Peter - comme je l'expliquerai plus loin dans beaucoup plus de détails -, avant de dire « renforcer vos frères dans la foi », il a dit: « Cela ne peut pas manquer votre foi », et a ajouté, « il a tourné à nouveau », seulement après ces deux locaux le pressèrent en disant: « affermis tes frères dans la foi" [Lc 22, 31-33], mais nous traiterons cela plus tard …

.

je

LA VÉRITÉ ET LE SYNDROME Ponce Pilate: QUAND UNE VÉRITÉ PEUT SAUVER UNE ÂME ET QUAND ELLE POURRAIT LA NUIRE À JAMAIS

.

Une autre chose à laquelle il est sérieusement en question le concept de vérité. Il est évident que nous devons dire la vérité, nous pasteurs dans le soin des âmes d'une manière très spéciale, la vérité que nous sommes des serviteurs dévoués et prédicateurs fidèles, à condition que la vérité pourrait porter des fruits et salut. Par conséquent, lorsque vous parlez et, parlant, on est exposé sans hésitation, même au pire ire, il est essentiel de remettre en question la manière même de parler et de proclamer la vérité, parce qu'une vérité exprimée perd de son efficacité mal ou insuffisamment présenté, et dans ce cas il est la mission à la fois justice à la vérité, Il se traduit par un échec majeur, sinon pire des dommages. Dramatique et plus que jamais ils sonnent les paroles du Christ Seigneur donnée par le bienheureux apôtre Jean qui rend compte de sa conversation avec la question de Ponce Pilate à laquelle il répond: «[...] pour cela, je suis né et je suis venu dans le monde: témoigner de la vérité. Celui qui appartient à la vérité, entend ma voix ". Ecoutez les paroles, réplication Ponce Pilate: « Quelle est la vérité?» [Gv 18, 37-38].

.

Par conséquent, si d'une part Ponce Pilate voulait savoir et établir la vérité, d'autre part, il, plutôt que d'être incapable de transposer, il ne pouvait pas comprendre le concept de la vérité. Cela dit, j'ajouter: qualcuno pensent aujourd'hui, ce qu'on pourrait appeler comme syndrome Pilate, est probablement éteinte, si quoi que ce soit, grâce à la décadence et cristallisés néo-thomisme néo-scolaire, argumentatif et agressif, lieu saint Thomas d'Aquin - l'authentique, Cela signifie -, Quelle était la vérité lui a expliqué la longueur et la largeur, jusqu'à gagner les titres de Docteur Angélicus et de Docteur communis? Malheureusement, le néo-thomiste cristallisé, argumentatif et agressif, mis à l'épreuve aujourd'hui ignore ce que la vérité est beaucoup plus inconnu que c'était hier Ponce Pilate. En fait, décadente dans notre société post-moderne, vero e véridique est juste ce que les individus se sentent et perçoivent un niveau de subjectivité émotionnelle pur; et de traiter ces métastases avec le néo-thomisme, ce serait comme le traitement du cancer avec des pilules homéopathiques de la pensée positive, aujourd'hui, Elle constitue une véritable pandémie socio-psychologique. Pour que, la triste réalité avec laquelle nous devons faire face - à moins d'indication retirer dans le monde de l'irréel -, Il est le fait que l'émotion a remplacé la vérité que ce soldat romain limité de Ponce Pilate savait tout au moins, ou qu'il n'a pas été en mesure de savoir, au point de demander: « Quelle est la vérité?» [Gv 18, 38].

.

Plus que le concept métaphysique de la vérité elle-même et par lui-même, alors je vais essayer de préciser ceux qui peuvent parfois être les effets ou les résultats produits par une vérité mauvaise ou pire exprimé. Tout ce que je vais essayer de décrire avec trois exemples différents: le premier, lié à la figure du Saint-Père Jean-Paul II, les deux suivants, liés aux cas de deux patients différents atteints à la fois de la même tumeur au cerveau.

.

Il a couru l'an lointain 1981 lorsque voyage apostolique du Saint-Père Jean-Paul II en Allemagne, lors d'une réunion privée a eu lieu en présence de plusieurs prêtres et laïcs à Fulda Ville, On lui a demandé pourquoi il n'a pas été révélé au texte du troisième secret de Fatima, qui auraient dû être rendus publics 1960. Le Souverain Pontife futur Saint, placer habilement le doigt sur la plaie de prudence médias et du monde, la curiosité et le sensationnalisme recherche, Il a donné cette réponse:

.

«[...] Beaucoup veulent savoir simplement par curiosité et le goût du sensationnalisme, mais ils oublient que la connaissance implique aussi une responsabilité. Il ne cherche que la satisfaction de leur curiosité et cela est dangereux si vous êtes convaincu que rien ne peut être fait contre le mal et en même temps si vous n'êtes pas prêt à faire quelque chose contre elle " [Voix de la foi, n. 10 du 1981, Ma traduction de l'allemand].

.

condition sine qua non de la vérité est la connaissance, qui fait suite à l'acceptation pleine et entière de ces connaissances, ou la vérité. Vous pouvez demander la connaissance de la vérité par pure curiosité morbide, mais n'a pas accepté toutes les conséquences que cela implique la connaissance de la vérité? Si oui, la vérité est les pierres précieuses les plus belles et précieuses, qui peut oublier l'avertissement:

.

« Ne donnez pas les choses saintes aux chiens et vos perles devant les pourceaux ne pas jeter, de peur qu'ils ne les foulent à leurs pieds, et tourner à nouveau et vous déchirera " [Mont 7, 6].

.

Et combien sont maintenant les porcs qui ont fait le « droit » d'avoir les perles de vérité, puis l'étape sur eux et se tourner vers le déchirer à celui qui date inconsidérément?

.

Les deux autres exemples sont liés à une pathologie tumorale: tumeur au cerveau. Un peu plus loin de l'autre que je connais dans les cas passés de deux hommes à la fois sur la même tumeur au cerveau, positionné de manière à ne pas le rendre utilisable. Mais surtout, la tumeur, ont tous deux été diagnostiqués lorsque des métastases ont déjà été réparties, rendant inutile les diverses thérapies, de la chimiothérapie. Le premier de ces patients était un marchand, mari et père de trois enfants. L'oncologue qui a diagnostiqué le mal expliqué en détail quelles sont les conséquences de cette maladie incurable dans un proche avenir, y compris un état de perte totale de conscience et la réduction inévitable à un état végétatif. Cet homme, les gens ont compris qu'il allait à sa mort et avant l'arrivée de celui-ci a perdu ses facultés mentales, Il a essayé d'arranger ses affaires pratiques et de rester aussi près que possible de sa femme et ses enfants. Il est allé même aller à l'église, dont il était un fugitif depuis de nombreuses années, Il a rencontré à plusieurs reprises un confesseur personnes âgées et est revenu à recevoir les Sacrements. Dès que le mal a commencé à dégénérer, il a demandé à recevoir l'onction sacrée des malades, Il était toujours présent et brillant. Ensuite, la maladie a suivi le cours qui avait été expliqué, et la grâce de Dieu, il est mort, laissant un souvenir attendri de sa femme et ses enfants.

.

Un peu de temps loin de la même oncologue Il a diagnostiqué la même tumeur à un collègue propre, éminent chirurgien et professeur d'université, lui présentant de la même manière qu'il est impossible d'intervenir chirurgicalement et l'inefficacité de la chimiothérapie, en raison de métastases généralisées. Le clinicien distingué, mari et père de deux enfants, sachant le mal qui devait mourir et comment ils allaient mourir, Au lieu de rentrer chez lui, il est allé avec sa voiture sur l'autoroute où il y a un haut pont à quelques centaines de mètres reliant une colline à l'autre, Il a garé le côté de la machine avec les quatre flèches de position éclairées et se jeta ci-dessous. Contrairement au cas viennent narré, sa femme et ses enfants il a laissé à la mémoire d'appel d'offres, au point que l'un des deux fils, puis aussi devenir chirurgien, une décennie de suicide du parent, at-il dit: « Mon père ne meurt pas de cancer, Il est mort de lâcheté ".

.

La vérité même effets et peuvent produire des résultats très différents sur la base de la diversité des sujets humains: il est la seule démangeaison de vouloir tout savoir sur ce monde et les coûts des médias prudence, ou si elle est très amère à accepter la vérité.

.

II

« LE SILENCE DES AGNEAUX « AVANT QUE LES FONCTIONNAIRES opportunistes Shout HIER COMME AUJOURD'HUI » Barabbas, BARABE!»

.

Je ne manquai pas alors d'exprimer toute ma souffrance humaine, par exemple, quand je me suis retrouvé sont témoins d'opportunisme inimaginable de certains journalistes catholiques, Je savais que si quoi que ce soit, et assisté à près de vingt ans, et je considérais comme des amis vrais et sincères. Ce fut peut-être ma plus grande souffrance. mais ne pas, comme certains pourraient penser, car ils sont devenus plus cléricale que, en fait, ce sont ces clercs; faiblesses et ce sont des choses que vous pouvez en toute sécurité pardonneront. En ce qui concerne les opportunistes doivent en fait preuve d'une certaine clémence, parce que souvent ils se cachent derrière l'opportunisme que la faiblesse profonde et un sentiment de grande insécurité. Mon reproche - suite ma profonde souffrance -, Il n'a pas été déplacé par ces peccadilles, mais un péché d'une gravité sans précédent qui compromet dans ce genre de personnes la charité chrétienne elle-même, car ils savent bien et profondément tragiques histoires presque toujours bonnes et les quelques membres du clergé qui continuent à survivre dans l'Eglise, qui ne sont pas simplement abusé, mais exposés à l'authentique torture psychologique, qui comme nous le savons sont les pires, pourquoi plus et rigueur exercé la sauvagerie la plus cruelle.

.

se montrer totalement indifférents à la souffrance humaine pour des raisons dictées par l'opportunisme cynique, ces personnes ont nié toute sorte de défense à la vérité en agissant au mépris total pour le sang des pauvres innocents. Cela les rend moderne Judas embrasse le Christ pour indiquer aux soldats qui doivent l'arrêter [cf. Mc 14, 43-46], Il leur fait des problèmes modernes qui font face à la question de Ponce Pilate, « qui irions presse, il Barabbas?», dominant toutes les autres voix crier haut et fort: « Barabbas, Barabbas!» [cf. Mont 27, 17-20]. Et pour ces choses, Dieu ne nous perdez pas le temps de condamner à l'enfer, parce que l'autoroute à six voies sur la ligne droite vers elle si l'esplanade sont ces gens de se, si vous ne convertissez pas, si elles ne se repentent pas et si vous ne faites pas la pénitence appropriée [voir l'article de Hypatia chat romain, QUI].

.

Il y a beaucoup de choses auxquelles nous avons été témoins au cours des cinq dernières années de l'histoire de l'Eglise, caractérisé et marqué par un effondrement progressif radical et profonde. Nous avons découvert tout à coup de vieux amis comment venir nous les avions imaginé, beaucoup d'entre nous ont confié leurs doutes et leurs inquiétudes à leurs amis et leurs estimations sur, dont ils ont été trahis par eux et ensuite livrés au Sanhédrin moderne, avec le baiser de Judas.

.

III

NOTRE GRAND TEST DE LA FOI AVANT QUE BEAUCOUP DE PASSAGE À ESCAPES QUE Inconfortable: AVANT DE DIRE PETER « CONFIRME LA FOI BROTHERS « CHRIST DIEU DIT » nouveau tourné". ET PLUS TARD DE TEMPS, PIETRO, REJETTE CHRIST DIEU POUR TROIS FOIS, On a beaucoup repentant …

.

Expliquer le concept de point de non retour, dans un article récent je l'ai suggéré: « Face à une Eglise visible souffre d'une décadence morale et doctrinale irréversible, vous devez ouvrir dès que la banque de semences " [voir l'article, QUI]. Alors que dans un article publié plus tôt cette année 2019 J'ai écrit: « Dans cette terrible nuit noire, pour la nouvelle année 2019 le programme de travail a été dicté L'île de Patmos par le bienheureux apôtre Pierre: "Ton ennemi, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherche quelqu'un à dévorer. Résistez-lui fermement dans la foi, sachant que vos frères à travers le monde subissent les mêmes souffrances que vous " [Je Pt 5, 8-9]» [voir l'article, QUI]. Dans ces pages qui touchent sur des sujets différents, par la crise doctrinale perdu morale, jusqu'à ce que la véritable apostasie qui se manifeste de plus en plus inquiétante dans l'Eglise, dans les mots de la littérature de sagesse expliquant aux lecteurs:

.

«[...] Je n'ai ni jeté l'éponge bague boxe, et je ne l'ai levé le drapeau blanc devant l'ennemi, moins par lion rugissant sont devenus un castrat du chant baroque du XVIIIe siècle, avec la voix d'une soprano non-dit. tout simplement, à tracer un plan de travail pour la nouvelle année, Je réfléchis sur le fait que: “il y a un temps pour déchirer et un temps pour coudre, il y a un temps pour se taire et un temps pour parler ...” [cf. CE 3, 1-8]. Et aujourd'hui, nous devons mesurer le bien, parler de ce, pour empêcher le discours, mais surtout pour dénoncer et critiquer, il est juste une fin en soi, le seul résultat de ne pas la moindre brèche dans les acolytes de Satan, mais en même temps, mais désorienter le peuple de Dieu Ancora plus très malade et a perdu, qui doit être soutenue dans le grand test ' [voir l'article, QUI].

.

Après cette longue série d'explications, en se référant aux paroles de cet article au début de Janvier 2019 Ici, nous sommes au cœur endolori de l'explication; et le cœur est le cœur catholique et sacerdotale a survécu à plus de crises cardiaques, puis à un accident vasculaire cérébral, et maintenant il maintenu en vie par la grâce de Dieu, après un superbe chirurgie cardiaque qui a sauvé avec l'application de certaines contourne.

.

Aujourd'hui, Eglise Saint, Il connaît une crise qui n'a pas de précédent historique. Dans la plupart des historiens et des théologiens ont tenté d'identifier une précédente similaire, mais nous avons été incapables de localiser les deux mille ans d'histoire de l'Eglise tout comme. Nous tâtons pour faire des comparaisons avec la période hérésie arienne des IVe et Ve siècles, ou la grande décadence des IXe et Xe siècles, avec la crise morale et doctrinale du clergé précédent célébrer le quatrième Concile de Latran, sous le pontificat du pape Innocent III, ou avec plus ou moins crise similaire, également caractérisée par une effrayante ignorance répandue dans le clergé, qui a précédé le grand concile de Trente tenue sous trois pontificats différentes sur dix-huit longues années. Mais les efforts comparatifs qui ne conduisent pas à tout ce qui pourrait être semblable à ce que nous vivons aujourd'hui. Modestement, de moi, à tâtons pour une comparaison que je comparais notre époque à celle de la forte baisse, puis à l'Empire romain [voir l'article, QUI]. Je reconnais que même avant cette comparaison - comme je l'écris cet article -, la comparaison historique et socio-ecclésiale tient en très faiblement, au point de la visite forcée d'affirmer:

.

"Nous sommes à chute de l'empire et dans quelques années l'Église catholique telle que nous l'avons connue et comprise jusqu'ici n'existera plus; exister « autre ». Notre système ecclésial et ecclésiastique a déjà fracassé de l'intérieur, et est actuellement en cours de transformation d'une inquiétante. Malheureusement, aussi bien dans le Collège des Évêques et dans le Collège Sacerdotale nous avons même pas un nombre minimum d'éléments qui peuvent faire face à cette décadence progressive ' [voir l'article, QUI].

.

Pour ensuite passer à dire:

.

«[...] dans cette situation sans précédent, par analogie vient à l'esprit la descente des barbares du nord de l'Europe. La différence profonde, avant que cette vague ressemblance, Il est le fait que les barbares ont été convertis au christianisme, et grâce à eux le christianisme a été sauvé et répartis entre les deux Barbarians. Et de ce que les barbares ont été frappés? Ce qui les conduisent à la conversion? bientôt dit: leur conversion est liée à des figures extraordinaires des évêques, Les prêtres et les moines à qui les barbares reconnus trempe virile, courage, authoritativeness, si grande autorité. Leur, barbares, qui ils ont fondé et qui a tenu toute la puissance, reconnu la force résultant de la grâce d'état du caractère sacramentel de l'ordre sacré et la grâce de Dieu [...] Avant la chute du grand empire sous les coups de l'apostasie de la foi, Il ne peut ni réparer les dégâts, ni courir plus vite pour la couverture, vous ne pouvez récupérer, puis départ demain à partir d'un petit noyau petit hangar pour le monde pour reconstruire sur les ruines de la grande dévastation. À ce moment-là, dans quelques siècles, rené une petite église formée par quelques fidèles, qui à partir de zéro va essayer d'expliquer aux gens du monde des mots inconnus que personne ne connaîtra la véritable signification: Noël, Jésus de Nazareth, Pâques de la résurrection, ascension, Pentecôte, Révélation, Rachat, Grâce de Dieu, Trinité, Immaculée Conception ... [...] Cependant, notre processus de renaissance, sera très longue, et à la fin de l'opéra, il ne produira qu'un petit troupeau de fidèles à travers le monde, donnant ainsi pleine maturité si la parole de la Parole de Dieu: « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d'eux " [cf. Mont 18, 20]» [voir l'article, QUI].

.

En faisant une analyse claire du pontificat actuel et impartial, Il doit être clair, Plus de fois que je l'ai fait et au cours de ces quatre écrivis dernières années, que le règne actuel pape, bien loin d'être exempt de défauts, parfois graves, Mais ce n'est pas la responsabilité de certaines tendances qui commencent et qui se développent de loin. Il est seulement l'héritier, ou mieux: le dernier héritier. Tout cela je l'ai expliqué avec un exemple déclaré à plusieurs reprises dans le passé à sa droite et légitime défense:

.

«[...] il est seulement le dernier des clients viennent dans le restaurant et que le franchissement du seuil a été attaqué par des serveurs qui sommé de paiement des comptes de tous ceux avant lui avaient eu le déjeuner et le dîner sans salaire, mais laissant de beaux comptes suspendus" [voir les articles QUI, QUI].

.

Certains ecclésiastiques superficiels, parfois ils me appellent affectueusement le dos et me dit que vers le Souverain Pontife avait exprimé des critiques sévères aussi. D'une certaine manière tout à fait contraire, les quelques clercs animés par la sagesse de Dieu qu'ils continuent de survivre, mais peu, En effet, malheureusement, toujours moins, Au contraire, ils incultes de loin mon élément critique, compréhension et dire: « quelques, Comètes, défendre vraiment le Souverain Pontife ".

.

Interloquendo dans le passé avec un vieil ami, célèbre Vatican, qui a essayé de me dire une fois, d'une manière calme et convivial, que, dans certains de mes critiques de certains choix pastoraux du pape, il a vu une certaine arrogance, Je lui ai répondu et expliqué à plusieurs reprises:

.

« Si devant le peuple de Dieu confus et désorienté besoin d'être crédible, puis si nécessaire de défendre efficacement le pape, Je dois d'abord mettre en évidence ses défauts objectifs. Sinon, si comme les autres peuvent présenter comme le plus merveilleux Pontife et de perfectionner toute l'histoire de l'Eglise, jusqu'à nier l'évidence des mêmes faits, à ce moment-là, puis quand je corrigeais dans la défense de sa personne sacrée et ses hautes fonctions apostolique, Je ne serais pas crédible et surtout je ne serais écouté par personne croyants du Christ».

.

En fait, je peux non seulement témoigner, mais essayez à tout moment aussi souvent que dans l'accomplissement de mon ministère apostolique je l'ai expliqué aux fidèles la légitimité incontestable du pape régnant et le sens de la dévotion filiale et de l'obéissance qui dans tous les cas qui lui est dû, les fidèles que je l'ai toujours écouté, première mue par cette certitude:

.

«S'il vous dit qu'il, que si quelqu'un n'a pas hésité à critiquer sévèrement certaines décisions pastorales du Saint-Père et une partie de son expression malheureuse, cela signifie que cela est vrai et que ce prêtre nous dit le droit, parce qu'il est impartial et si intellectuellement honnête ".

.

Chaque fois en raison de mon travail J'ai reçu diverses attestation de fidèles qui me l'ont dit, « si je ne l'avais pas suivi vos conseils et si je ne l'avais pas placé dans la bonne lumière, le Souverain Pontife, Aujourd'hui, je serais hors de l'Eglise catholique ", à l'intérieur de moi, je dis toujours: ce soir, la récitation des Complies, Je peux dire avec sérénité particulier les paroles de la chanson du saint et sage Siméon "Maintenant, laissez votre serviteur, Domine, le deuxième mot dans la paix;, Tes yeux ont vu ton salut, parce qu'ils ont vu. Vous avez préparé pour toutes les personnes: lumière pour la révélation des nations, et la gloire de ton peuple Israël» [maintenant, nous allons, ô Seigneur, tu ton serviteur en paix, selon ta parole, Car mes yeux ont vu ton salut, vous avez préparé en vue de tous les peuples: la lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple, Israël].

.

Je ne sais pas si ce vieil ami, pour que je puis souffrais beaucoup plus tard, il a tout compris, de mon honnêteté humaine et sacerdotale à cet égard, et toujours payé la peine avec un prix élevé avec le groupe des condamnés innocents à l'abattage. En fait, sa défense apparente à tout prix du Souverain Pontife, en particulier contre la preuve des mêmes faits, jusqu'à ce que l'utilisation réelle de faux, Il a enfin révélé cibler une place et un rôle de premier plan institutionnel haut dans le Saint-Siège, pour atteindre ce qui n'a pas hésité à affirmer, sans aucune pénalité ridicule qui Caligula avait le cœur tendre des Noirs San Filippo, Agrippine et Aspasia étaient plus vierges de martyrs Sante de pureté Agnès et Cecilia, Staline était le grand fondateur de l'État libéral-démocrate …

.

Sous le pontificat du Saint-Père Jean-Paul II et le vénérable Pape Benoît XVI, qui a également été ne dispense pas non plus du gouvernement ou d'erreurs prouvé choix et même mortelles dans les années suivantes, nous avons connu la naissance de beaucoup de belles amitié chrétienne et sacerdotale; nous avons rejoint dans de nombreuses valeurs, objectifs communs et missions, même dans notre diversité humaine et intellectuelle. A l'intérieur de l'église, elle a parlé et débattu, parfois si également allumé, mais restant essentiellement uni encore être chrétien et un peuple saint catholique de Dieu, le Collège sacerdotal et le Collège des Évêques, libres de parler et de servir l'Eglise. Ceci est dû au fait, Président du bienheureux apôtre Pierre, les hommes étaient loin d'être parfait, dont Jean-Paul II, vénéré aujourd'hui saint pour la héroïcité de ses vertus; l'héroïsme qui n'ont pas mis en cause, mais jamais la perfection. Et ces papes ont gardé de jalousie sage unité de l'Eglise. Pour les deux derniers pontificats, Eglise Saint a connu le nombre maximum, tout d'abord dans les nominations épiscopales, au lieu que les évêques sont au cœur conduite de l'Eglise Corps, ainsi que leurs prêtres. Dans les conférences des évêques, dans ces jours, ils se sont réunis les évêques qui étaient - à utiliser les termes de tout mauvais tiré du lexique des journalistes et non de celle de Ecclésiologistes -, des personnalités conservatrices, autre personnalité progressive, autre personnalité ultra progressive. Et tout, unis par une extrémité commune, Ils étaient encore en vie et une partie active du Collège des Évêques. Bien, après avoir examiné la réalité qui brille aujourd'hui sous nos yeux, nous demander ce qui est réduit en principe l'Épiscopat, de l'italien. Il est réduit à émulateurs qui imitent la pastorale exotique-off filé par la doctrine et placé au-dessus de la doctrine elle-même. Les homélies des évêques ont une pléthore douloureuse de lieux communs sur une idée surréaliste des pauvres et la pauvreté, suivi d'idée tout aussi surréaliste de la migration. Les évêques ont maintenant abdiqué la proclamation du Saint Évangile, pour se consacrer à faire les politiciens et les chercheurs en sciences sociales et politiques. Et tout ça, Je dis et écris depuis des années, toujours à mes propres risques. Voilà pourquoi je me félicite aussi précieux que la rosée a récemment exprimé et clarifiées amèrement Préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Cardinal Gerhard Ludwig Müller, sur les évêques qui, au lieu de proclamer l'Evangile que les hommes politiques [voir l'article, QUI].

.

pouquoi, au cours des réunions passées, Les évêques ne hésitaient pas à discuter de certaines décisions pastorales du Souverain Pontife Jean-Paul II et le pape Benoît XVI, alors qu'aujourd'hui, dans ce climat de soi-disant grande ouverture pastorale, ouverture vers le dialogue, collégialité, l'acceptation de la diversité, le includenza et ainsi suivre, personne n'ose faire la moitié du soupir contraire? Nous le savons parce que personne n'ose prononcer un soupir contraire, mais en tout cas je me souviens: car aujourd'hui dans l'Eglise règne la terreur comparable à celle du régime vénézuélien Nicolas Maduro et bolivien Evo Morales et pourquoi il a mis en place un véritable état après un colossal souffler. Et dans l'Eglise était en place un colossal souffler, Je l'ai écrit et expliqué dans 2010, toujours à mes propres risques, bien sûr.

.

Un exemple frappant pour ainsi dire: dans mon livre écrit entre 2008 et le 2010 et publié tôt 2011, maintenant sur le point d'être réédité de nos éditions, J'étais aussi longue et analyse en profondeur sur « omosessualizzazione de l'Eglise » et a expliqué que ceux entre les années soixante-dix et quatre-vingt du capeggiavano du XXe siècle dans les séminaires pieuse confrérie des gays, non seulement ils étaient devenus prêtres, mais l'un après l'autre devenaient évêques. Bien, savent que plusieurs de ces prélats qui étaient maintenant appelés à résoudre le problème de la épidémie gay Enfin éclaté publiquement dans le clergé, il y a neuf ans, ils me ont accusé d'avoir utilisé une « définition inacceptable et expression hautement blasphématoire » d'avoir écrit que « l'Église a rompu une véritable nubifrossing universel, mais que personne ne le remarquerait ce [cf. Alors Satan Il Trino, 2011, travail en version imprimée]. En fait, les mêmes que ceux qui, hier, a nié l'existence du problème et qui est venu me chercher sur ce lieu que j'essayé de jeter sous les yeux ce problème Méphistophélès, aujourd'hui sont ceux qui ridiculisent le paradoxe, le problème, Ils ont été appelés à résoudre (!?), après avoir protégé les armées de prêtres homosexuels et ont encouragé la promotion à la dignité épiscopale de quelques-uns des pires d'entre eux et après avoir inséré un certain nombre d'autres bureaux de la Curie romaine. Aujourd'hui, ils ont finalement découvert l'eau chaude, alors que je, il y a quelques années et des années, déjà j'avais prévenu que l'Eglise était en place un souffler homosexualiste [voir cet article 2013, QUI].

.

C'est un fait, pas un jugement mesquine et irrévérencieux: aujourd'hui, la division, pour le paradoxe indicible, Il prend sa vie de ce sommet de la sainte Eglise que l'unité est le gardien. Aujourd'hui, de semer la confusion en matière de doctrine et de la foi, Il semble que la personne à qui le mandat de « confirmer ses frères a été donnée par le Christ dans la foi de Dieu» [cf. Lc 22, 32]. Et aussi à cet égard, débat il y a du temps avec un théologien spécialisé pour couper les phrases de contexte pour soutenir leurs interprétations et donc les élever au statut d'un dogme de foi, Je me suis souvenu que le Christ Dieu, à Pierre, Avant de le pousser à « confirmer ses frères dans la foi », Elle le met en garde en disant:

.

"Simone, Simone, voici que Satan a demandé à vous cribler comme le blé; mais j'ai prié pour toi, que votre foi ne défaille; et votre, retournèrent, renforcer vos frères dans la foi " [Lc 22, 31-32].

.

La Parole de Dieu est clair le premier à mettent en garde contre les pièges de Satan, auquel Peter n'est pas libre, si quoi que ce soit, il est encore plus exposé à tout le monde. Puis il prie que pas moins est dans la foi de Pierre et, surtout, précise: "Je me suis retourné à nouveau". Seulement après cet appel clair à la repentance, Dieu dit le Christ à Pierre, « affermis tes frères dans la foi », toujours par rapport à ceux qui sautent en bas de toutes ces étapes de base, à-énoncer si contextualisée et dé faits complètement faux et falsante, Peter a donné un mandat de « confirmer ses frères dans la foi », arrêt complet! Bien sûr, je reçu ce mandat, mais tous les avertissements précédents précédant cette invitation à confirmer, ce qui est arrivé à lui faire faire, ou mieux: comment nous les lisons? Et après que Pierre a reçu ce mandat, peut-être qu'il ne se trouve pas mieux à faire que de nier le Christ trois fois? Nous nous souvenons aussi de la manière, où Pierre a renié le Christ: Elle lui a fait « jurer », puis, se mettre en colère, aussi « maudire » [cf. Mc 14, 66-71]. Il a dit qu'il est bon de rappeler que Peter, son mandat, pas reçu après l'élection a eu lieu dans un conclave de cardinaux, parce que son mandat Pierre a reçu du Christ Dieu lui-même.

.

Celui qui part de la grande spéculation métaphysique et théologique pour noyer enfin, avant que des problèmes inattendus, jamais eu lieu dans l'histoire de l'Eglise et presque impossible à résoudre, dans le lac du fidéisme aveugle sans discernement, Elle a malheureusement choisi de telle sorte à perdre sa vie, fournissant une fausse vision de la foi et falsante, tous pour se défendre de leurs fantômes, mais surtout d'avoir et de donner une réponse à tout prix et quel que soit le coût, jusqu'à déformer le Saint Evangile en coupant de la formule employée, Il est pris et isolé de l'ensemble du contexte, devenir un grand mensonge par le travail de certains faussaires, comme l'expression coupé et décontextualisée: « Affermis tes frères dans la foi » [Lc 22, 31-32]. Dans ce cas, nous devons prouver l'envie sainte pour les illettrés, pour ceux qui ignorent l'existence d'Aristote, qui ne savent pas ce que l'école, qui n'a jamais entendu parler de Saint Anselme d'Aoste et de Saint-Thomas d'Aquin, mais avec la moitié Avé Maria a agi avec mauvaise action de la foi simple et solide, Ils se retrouveront dans le ciel, alors que nous, qui il a été donné bien l'intelligence et la science, si l'intelligence et la science nous les avons utilisés pour déformer et falsifier la Parole de Dieu et à tâtons ainsi de manipuler le peuple de Dieu, Parce que Dieu est miséricordieux jusqu'à fin dans le purgatoire jusqu'à ce que Doomsday.

.

Cela est évident que le peuple de Dieu aujourd'hui, ainsi que ses évêques et prêtres, doit plus que jamais pour protéger Pietro, loin de lui les ruses de Satan et de prier pour son repentir, affinch'egli peut alors procéder à l'accomplissement du mandat qui lui est conféré par le Christ Dieu, qui est de confirmer les frères dans la foi. et tout le monde, Évêque ou prêtre, avant que cette réalité si évidente choisir de se retirer dans le silence craintif dicté par des raisons du personnel d'opportunité, Il doit tenir compte du fait que « le maître de ce serviteur viendra le jour où il s'y attend le moins, et à une heure, il ne sait pas, et le punira avec rigueur lui attribuant les infidèles " [Lc 12, 46]. E Novembre, Évêques et prêtres, ne pouvons-nous éloignons avant le jugement de Dieu par l'avantage de ne pas savoir ou de l'ignorance inévitable, comme le pauvre serviteur, tout en ne sachant pas la volonté du propriétaire «il a fait des choses dignes » et « doit recevoir une raclée de la lumière » [Lc 12, 48]. LE NOUVEAU, Évêques et prêtres, que les deux ont reçu de Dieu pour les dons de la grâce, Christ, le Seigneur nous met en garde: "Pour ceux qui ont beaucoup donné, beaucoup sera demandé; à qui les hommes ont commis beaucoup, Il demandera plus " [Lc 12, 48].

.

Pour ensuite placer tout à la lumière de la vraie miséricorde, il est clair que personne n'est obligé d'être un héros, comme personne n'est obligé d'accepter le martyre, qui ne par hasard est dans les dons particuliers. Dieu peut donner à l'homme la possibilité et le don de la mort d'un martyr de la foi, mais il ne peut pas accepter tous, sans compromettre le salut éternel de son âme. Le bienheureux apôtre Paul nous rencontrons est ensuite expliquer:

.

« Accepter parmi vous qui est faible dans la foi, pas pour litiges. Une personne croit qu'il peut manger tout, l'autre à la place, qui est faible, ne mange que des légumes. Celui qui mange ne doit pas mépriser ceux qui ne mangent pas; qui ne mange pas, ne le jugez pas qui mange, car Dieu l'a accueilli " [Rm 14, 1-3].

.

Même cet avertissement Pauline doit être lu et compris pour ce qui envoie vraiment: les faibles dans la foi, ou celui qui ne mange pas ou qui ne peuvent manger des légumineuses, ne peut - ni jamais, il doit être autorisé -, d'attaquer par l'esprit destructeur de ceux qui sont forts dans la foi, ne peut voler de la nourriture à ceux qui peuvent nourrir, qui mange et qui a besoin de nourriture vitale.

.

Par conséquent, si Peter, paradoxalement, ou un test de foi qui nous est donnée par la miséricorde divine, au lieu d'être le point d'unités d'extrémité avec l'élément à utiliser en tant que point de partage, dans ce cas, plus que jamais, nous devons être unis à Pierre, à laquelle aujourd'hui il est nécessaire de montrer notre loyauté envers l'Eglise par notre foi. Le pape régnant, dans la situation qui a surgi et qu'il est d'abord un prisonnier avec toute l'imprécision et l'ambiguïté lexicale et doctrinale de l'affaire, Il ne peut en aucun cas être aidé par notre critique, y compris ceux basés sur la vérité des faits, parce que dans cette situation de non-dégénérative de déclin plus de bien servir, mais surtout ils ne peuvent pas produire quoi que ce soit. Mais, tôt ou tard, il pourrait plutôt être touché et a conduit à la repentance par notre foi, après que nous, notre travail - pas avec nos critiques inutiles -, nous avons montré notre foi [Ge 2 1, 18].

.

Le pontificat actuel ne peut être interprété à la lumière de la plus profonde mystagogie. Ce moment est à sa manière un grand don de la grâce, parce que peut-être Dieu, après les grandes catastrophes que nous avons exploité depuis des générations, Il teste notre foi à travers la chaire de Pierre, qui semble parfois vaciller après avoir été rongé par les termites. pour les générations, Nous voulions jouer pour faire tout ce que discutable, instable, insécurité et par rapport; Peut-être que Dieu essaie de nous faire repentons nous montrer les fruits de ce processus dégénératif ancienne maintenant d'un siècle, révélant la douteuse, l'instable, insécurité, et son même président de Pierre. Donc, notre demande, ne devrait pas être beaucoup ou si le pape actuel est ou non un bon pontife, Sinon, pourquoi devrait être notre question: nous, pendant toutes les décennies de l'histoire, qu'avons-nous fait pour mériter un pontife Magno? Et si Dieu nous remboursait heureusement avec les mêmes pièces que le temps que nous dépensons, pour nous conduire à la repentance, le pardon de nos péchés et notre véritable conversion?

.

Aujourd'hui, de nombreux enfants souffrent, ne pas se sentir pris en charge par un père aimant. Imputer à son père la responsabilité de ne pas protéger la mère et de ne pas prendre soin correctement la famille, semer entre leurs enfants rancunes et querelles, au lieu de les garder ensemble en harmonie amoureuse. Disons que cela est malheureusement le père, ce qu'il faut faire: l'attaquer, ou nier peut-être? Aucun enfant ne peut nier le fait que le père qui a généré à la fois son père, indépendamment de tous ceux qui pourraient être ses pires inconvénients. Vouloir, en cas de besoin, le fils peut rester à l'écart de son père et de vivre comme si le père n'existait pas, mais jamais détruire la figure du père et la légitimité du père lui-même.

.

C'est le test de la foi: maintenir l'intégrité de la figure du père et de protéger, de sorte que ce rôle légitime à jouer demain comme un père sage et aimant. Ceux qui diatribe contre la prétendue « lâcheté » et « silence honteux des quelques bons évêques et cardinaux qui nous sommes et qui gardent le silence », Ils ne peuvent pas se rendre compte que leur cri de guerre insensée contre le père ne ferait que conduire à la destruction inévitable de l'ensemble de l'unité familiale?

.

IV

LA Paradigm PUITS TITANIC QUE, SUR LEQUEL UN PEU DE LA PENSEZ DE VOS ÂMES SALUT

.

Au cours des dernières années, parler et d'écrire à plusieurs reprises sur la crise de l'Eglise, comme chaque grande crise devient irréversible au temps écoulé point de non retour, à partir de 2014 J'ai parlé à plusieurs reprises au paradigme Titanic, sombré dans l'année 1912 [voir QUI]. En utilisant l'image du Titanic frappé par 'iceberg Je l'ai écrit plusieurs articles dans lesquels les priorités auxquelles se livrent à de telles situations d'urgence avant la catastrophe majeure ont été expliqués et indiqué. Aujourd'hui, nous les évêques et les prêtres, nous sommes sur le Titanic qui coule dans le détient après avoir été touché par 'iceberg. Face à cette terrible tragédie, il existe différentes réactions, il offre une vue d'ensemble réaliste. Par exemple: Il y a ceux qui, ayant augmenté dans des postes de direction dans la société de ferry Ligne étoile blanche, ils bougent pour les différents salons du paquebot disant que ce n'est pas vrai qu'il prend l'eau et qu'il risque de couler, mais qui est l'ensemble un mensonge colossal mis sur les ennemis par des sociétés navales et ceux qui détestent le capitaine, qu'il a un et un seul défaut: être simplement et totalement parfait.

.

Ensuite, il y a des gens indifférents dans la salle des fêtes - entrez les locataires de plus en plus surréaliste des bâtiments de la Curie romaine, être clair -, qui continuent de célébrer comme si rien ne, convaincu que cette transat si parfait qu'il ne peut jamais couler; et que si vous avez vraiment sombré, la question concerne ceux qui sont entassées dans les cales de la troisième classe.

.

Viennent ensuite ceux qui, conscient du fait que le revêtement est en train de couler et que la plupart des passagers à mourir peu de temps après, commencer à critiquer les chantiers navals à Liverpool où le Titanic a été construit, tandis que d'autres ont répondu aux critiques du capitaine, ils disent vrai coupable, ne pas avoir donné des ordres à son tour dans la bonne direction après l'observation de la 'iceberg. La discussion suivra les divisions en factions et les groupes et les querelles qui en découlent, à ceux qui commencent à soutenir le capitaine en vérité, ce n'est pas le vrai capitaine et qui est en fait jamais été nommé, parce que le vrai capitaine était ce, à un complot des francs-maçons britanniques de connivence avec la mafia de Galles hostile à la compagnie maritime, Il a été forcé de prendre une retraite anticipée. Pendant ce temps, le niveau d'eau monte, mais peu il prend soin, en effet pas intéressé par quoi que ce soit, parce que ce qu'ils sont pressés de savoir qui est à blâmer, pourquoi et pourquoi. Et nous survolons les « maîtres de la logique » qui tentent d'expliquer que si 'iceberg Il frappe ce navire ne peut pas couler, tout pour le simple fait que le capitaine ne peut pas se tromper et de ne jamais en aucun cas, tout type de visage de manœuvre.

.

Enfin, nous sommes là, Ayant à l'esprit qui est arrivé a été amené à pousser les moteurs au maximum pour battre chaque record de la traversée et être en mesure d'arriver avant tous les autres transatlantique plus tôt dans le port de New York, si conscient du naufrage en cours, à laquelle on ajoute le fait que les canots de sauvetage ne sont pas assez pour tout le monde, et que ceux qui se retrouvent dans la mer, nager savoir, ne survivra pas à l'arrivée des secours, une fois immergé à une température de zéro degré dans les eaux glacées. Et dans ce, nous, les hommes de foi, nous voyons la réalisation de l'avertissement:

.

« Large est la porte large et le chemin qui conduit à la destruction, et beaucoup être là qui entrent par:; combien étroite est la porte et combien étroit est le chemin qui mène à la vie, et peu ceux qui la trouvent!» [Mont 7, 13-14].

.

Comme ça, plutôt que de perdre du temps en faisant valoir les choix de navigation involontaire ou taxes au capitaine, ou au lieu de discuter sur les matériaux de construction transatlantiques, ou plutôt rassurer que le capitaine ne peut jamais et en aucune façon fausse manœuvre, on passe entre les cales à cargaison avec de l'eau qui monte de plus en plus, invitant les hommes et les femmes à la repentance et la purification du péché, tête agissant dans la tête en pleine absoudre articulo est mort:

.

«Ego, Faculté que le Siège apostolique, Et j'accorde la rémission du péché. Au nom du Père, et fils, et du Saint-Esprit» [Pour les facultés me accordées par le Saint-Siège, Je vous accorde la rémission de tous vos péchés. Au nom du Père, le Fils et l'Esprit Saint].

.

Et tandis que les aristocrates et les membres de la classe supérieure hier et aujourd'hui, ils continuent d'être heureux de la compagnie de ferry Ligne étoile blanche dans la salle de fête et d'examiner le navire absolument insubmersible, nous continuons à réciter de fidèle à fidèle: «J'absous …». Tant que l'eau, il ne devra pas remettre SUBMERGÉ purifié, par ce signe sacramentel du Baptême - l'eau -, le prix de la vie éternelle.

.

Voici, mes frères bien-aimés et respectés dØ L'île de Patmos et moi, nous avons choisi, prêtres dévots du Christ, à opérer pour sauver croyants du Christ jusqu'à notre noyade; et si nous nous noyons, nous avons l'intention de se noyer prononcer la formule sacramentelle: «J'absous ... "jusqu'à ce que l'eau nous submerge et que notre corps mortel se transforme à l'image du corps glorieux du Christ [cf. Prière eucharistique III, Mémoire de la personne décédée].

.

V

IL N'Y A PAS DE MANIÈRE À MOINS Obéissance PETER, QUAND LES ESPÈCES OBÉIR PEUVENT ÊTRE DOULOUREUX. LA GRANDE LECON DE BENOÎT XVI ET FIDÉLITÉ obéissance

.

L'histoire du Pape Benoît XVI ce qu'il en est encore à écrire, mais surtout savoir, parce que nous ne savons pas les vraies raisons de son acte de renonciation. Nous savons seulement qu'il était un acte libre, valable et tout à fait légitime. Il est celui qui a expliqué à plusieurs reprises. Les raisons inconnues maintenant, peut-être un jour le jour, peut-être dans le temps ou peut-être dans un temps long, ne rejette pas son acte, et encore moins l'élection valide de son successeur légitime.

.

Malheureusement, alors que tous se demandent plus ou moins de problèmes fantasques, avançant des hypothèses essentiellement surréaliste, aucune capture la leçon solennelle qui nous est donné à tous par le Souverain Pontife Benoît XVI, que ce soit: Il est éloigné de la Cité du Vatican avant l'ouverture du Conclave, déjà dit avant son élection son « obéissance inconditionnelle » à son successeur. Peu après, son successeur élu qui l'a appelé pour lui annoncer en personne son élection, il a dit: « La sainteté, même maintenant, je vous promets mon obéissance totale et ma prière ". Et si le vénérable Pape Benoît XVI, dont le ministère, exceptionnellement, au lieu de cesser sa mort a cessé avec son acte libre de renonciation, Il professait avec une telle foi et toute leur obéissance à son successeur, nous, peut-être que nous devrions suivre son exemple et faire la même chose, au lieu de discuter, soulevant des questions absurdes et réduire ce geste d'une importance historique extraordinaire pour un bavardage sordide internetico assaisonné avec la science-fiction huile et de sel et de complot?

.

Elle a fourni un cas unique dans lequel un prêtre, non seulement désobéir à l'évêque, mais il est nécessaire de le faire: juste au cas où l'évêque d'exiger ou de commander les choses prêtre contraires à l'Evangile, Al le dépôt de la foi et le magistère pérenne de la Sainte Eglise. À plusieurs reprises, au cours des dernières années, Je lui ai expliqué et redit qu'aucun d'entre nous, au cours d'un tel acte solennel est la consécration d'un prêtre par le sacrement de l'Ordre, Il n'a jamais promis que l'évêque serait toujours gentil ou qu'il serait toujours respecté. Nous tous, présents avant que les prêtres et le peuple de Dieu ont publiquement promis à l'évêque le respect filial et l'obéissance pieuse. C'est ce que l'évêque doit: respect filial et l'obéissance pieux. Aucun prêtre n'a jamais promis que ce serait un proxénète parfait ou qui serait en concurrence dans l'art de lécher, d'utiliser un euphémisme poétique de Catulle [Carmen 97, au sens propre: “ass léchage”].

.

Il a dit une fois un évêque dans le ton souplement: « Vous semblez pas être manqué l'occasion de montrer votre presque absence totale de respect envers moi. A dit ceci, déjà avant de poursuivre, je tiens à préciser qu'il n'a pas été l'un des deux évêques dont la compétence ont jusqu'à présent dépendaient canoniquement et heureusement. Restant un peu perplexes répondu: « Votre Excellence veut me dire que la loi de l'église ou une promesse solennelle prévoit qu'un prêtre doit estimer un évêque? L'autorité de l'évêque, j'obéis, parce que l'obéissance lui est due et je promets solennellement Ai-je. À la place, en ce qui concerne l'estimation, ce n'est pas due, donc, Si l'évêque veut, pour autant que je dois bien mériter et gagner ».

.

Il va sans dire: si la taille de la vie sacerdotale, qui est inséré dans une structure hiérarchique précise de messe, reprend le ver émotionnel “Je n'aime pas alors ne pas obéir”, ou “Je ne l'aime pas, alors ne le reconnaît pas comme une autorité”, à ce moment-là l'Eglise, représenté dans le symbolisme comme un bateau conduit par Pietro, dans ce cas, il pourrait facilement couler sans même avoir à heurter un iceberg comme le Titanic.

.

Il n'y a pas d'autre moyen, sinon l'obéissance à Pierre, en même temps que notre prière afin qu'il raccommoder ses voies, et il a tourné de nouveau pour accomplir ce qui est son principal et de haute ministère apostolique: « Confirmant les frères dans la foi ». Pendant ce temps, nous, dans ce climat où la division et la désunion semble venir à la vie dès la figure de Pierre lui-même, plus que jamais nous devons nous unir dans une sorte de sainte ligue et toujours garder les paroles de l'Apôtre Paul Bénis très clair à l'esprit:

.

« Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, garde qui ne sont pas consommés par un autre!» [Fille 5, 15].

.

Le Peuple de Dieu perdu et désorienté, pas besoin de querelles déclenchée par blogueur À la recherche de disciple; Il a besoin de saints pasteurs dans le soin des âmes et des laïcs impliqués dans la propagation de la vérité de l'Evangile, qui partagent les enseignements du Catéchisme de l'Église catholique, comme nous Pères dØ L'île de Patmos nous disons depuis des années et récemment réaffirmé le cardinal Gerhard Muller Ldwig en pleine conscience que l'Eglise traverse une crise morale et doctrinale profonde [voir l'article, QUI]. Telle est notre mission, exhortation à base du Bienheureux Jean l'Apôtre:

.

« Et la gloire que tu me as donné, Je leur ai donné, qu'ils soient un comme nous sommes un. Moi en eux et toi en moi, ils peuvent parfaitement un, que le monde sache que vous me avez envoyé et les as aimés comme tu me as aimé " [Gv 17, 22-23].

.

Essayez donc,, Chers fidèles et chers lecteurs, des îles les plus sûres où les annonces et transmis la révélation. Ne sautez pas de nourrir la controverse, stérile et que l'on appelle critique scoop surréaliste autour des différents blogs qui pullulent sur le réseau informatique peu fiable, beaucoup d'entre eux ne possèdent même pas les noms des personnes responsables ou ceux qui écrivent des bêtises, sans parler des insultes graves au pape régnant et les évêques et cardinaux dont, ces gens ne sont même pas avec votre visage et votre nom, Ils réclamerait, cependant, les actes de « rébellion héroïque », pas au courant que se rebeller contre Peter entraînerait la destruction tragique de l'Eglise.

.

Combien d'entre vous agir de cette façon se faire du mal, leur foi et la Sainte Eglise. Au contraire, pour le service de protection pastorale et doctrinale des années que nous proposons sur les colonnes de ce notre Île de Patmos, essayez d'offrir votre soutien et votre contribution financière également, parce que comme vous le savez notre travail a, cependant, les coûts de gestion de vie difficiles, en plus du fait que:

.

« Ne savez-vous pas que ceux qui célèbrent le culte, du culte obtenir leur nourriture, et ceux qui servent à l'autel, reçoivent leur part de l'autel? Ainsi, aussi le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Évangile de vivre de l'Evangile " [Je Cor 9, 13-14].

.

Le bon berger, si elles sont vraiment, Allant en particulier et principalement engagés, est les suivant, Il contribue aux besoins utiles pour accomplir le travail pénible de leur ministère apostolique. Et les bons bergers, sont principalement ceux qui travaillent dans l'Eglise et pour l'Eglise, avec Pierre et sous Pierre, pour protéger l'Eglise et le peuple saint de Dieu. Qui invite à se rebeller contre son père et de détruire la figure du père, ou pire de refuser le père, malheureusement il ne comprenait rien au sujet du mystère du salut, parce que ce mystère ne se réalise pas à travers les sentimentalisms émotionnels, mais par cette obéissance qui conduit finalement à la croix:

.

« [...] est apparu sous forme humaine,
il se humilia
et est devenu obéissant jusqu'à la mort
et la mort sur la croix.
Par conséquent, Dieu l'a exalté
et elle lui a donné le nom
qui est au-dessus de tout autre nom;
que, au nom de Jésus
tout genou fléchisse
dans les cieux, sur la terre et sous la terre;
et toutes les langues
que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père "

[Fichier 2, 7-11].

.

Mais si quelqu'un sait d'autres façons différentes de la croix indiquée par le Christ Seigneur pour obtenir le salut, me semble dénoter, parce que, malheureusement, jusqu'à aujourd'hui, me sont totalement évadé. Aussi parce que, lorsque l'évêque, prêtre consacrant, Il tendit le livre des saints Évangiles pour annoncer le mystère de la rédemption, et le pain et le vin offert par le peuple saint de Dieu pour la célébration du Sacrifice eucharistique, il se peut que je ne l'ai pas vraiment compris ce que je devais faire et comment je devais faire? Ou devrais-je me demander peut-être d'effectuer correctement le ministère sacré et de prêcher l'Evangile bien, dai blogueur querelles de diffusion Anonymes, odes et des poisons dans le réseau télématique? Dois-je me laisser expliquer les internautes en colère qui attaquent le Pontife régnant des sites et des blogs, donc presque toujours anonyme et rigueur, Mais, sauf récupérer l'héroïsme des autres, ils disent non coupable de se rebeller publiquement à Pierre?

.

Donc, Chers fidèles et chers lecteurs, placer un pasteur en charge des âmes, Il était aussi un prêtre très mauvais et limité, mais il reste toujours la grâce sacramentelle plus fiable et fiable d'un blogueur plus ou moins anonyme avec une vision totalement déformée et fantasque de l'Église et la doctrine catholique, comme je l'ai exprimé plus tôt cette année [voir l'article QUI], Trésor et suivre avec scrupules chrétiens et le cas échéant, à sacrifier l'avertissement du bienheureux apôtre Pierre:

.

« Je vous exhorte les anciens qui sont parmi vous, qui me aîné, témoin des souffrances du Christ et participant de la gloire à venir: paître le troupeau de Dieu qui vous est confié, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain honteux, mais avec impatience; ne pas dominer les personnes qui vous sont confiées, mais étant des exemples du troupeau. Et quand le berger chef apparaît, Vous recevez la couronne de gloire qui ne se fane pas. Également, Beurre, Jeune, être soumis aux anciens. Mettez tout d'humilité les uns envers les autres, pouquoi Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, Vous pouvez vous élève au temps, jeter tous vos soucis en lui, parce qu'il prend soin de vous. Gardez sobre, Regardez. votre ennemi, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherche quelqu'un à dévorer. Résistez-lui fermement dans la foi, sachant que vos frères dans le monde subissent les mêmes souffrances que vous. Et le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, va se rétablir, après une brève souffrance vous renforcer et vous rendre fort et stable. Pour lui la puissance pour toujours. Amen!» [Je Pt 5, 1-11].

.

Pour ceux qui font cela n'est pas clair, malgré toutes les explications plus précises et lucides, dans ce cas, vous pouvez toujours battre en retraite à la compagnie Ponce Pilate et passer leur vie avec lui demander: « Quelle est la vérité?» [Gv 18, 37-38]. Et tandis que les chiens aboient à la lune, la caravane passe … [vieux proverbe arabe], et avec la caravane passe aussi la possibilité d'entrer dans le mystère du salut, comme il dit la parabole des vierges folles, que lorsque finalement venu marié, Ils ont été laissés à l'extérieur de la porte [cf. Mont 25, 1-13]. Et en dehors du Christ « conduit les brebis » [Gv 10, 7], il y a la « fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents » [Mont 13, 42].

.

de l'île de Patmos, 16 février 2019

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

.

Le paradigme de la “comme Stolta directe”: des monastères du XVe siècle réduits à des maisons closes à la vingt et unième siècle l'infertilité. Le rejet de la réalité crée la décadence qui mène à la mort. On peut dire que dans la vie religieuse pour les femmes tout allait bien après le Concile Vatican II ?

— Théologique —

PARADIGME DE DROIT Stolta: Du monastère XV SIÈCLE AU bordels REDUIT XXI SIECLE STÉRILITÉ. REFUS DE LA RÉALITÉ CRÉATEUR QUE NUL conduit à la mort. NOUS POUVONS DIRE QUE DANS LA VIE RELIGIEUSE FEMME TOUT EST ALLÉ bien après la CONCILE VATICAN ?

.

Les produits à titre posthume au Concile Vatican II sont maintenant sous les yeux de tous: un demi-siècle par ce que certains suggèrent que le plus grand Conseil des Églises, ou le conseil des conseils, l'Eglise est confrontée à une crise de la doctrine, morale et spirituelle devant laquelle il est vraiment difficile de trouver des précédents historiques, parce qu'il est une situation d'une crise tout à fait nouvelle. Donc, avant le comme Stolta directe quels États: « Savons que nous ne pouvons pas revenir aux temps sombres du concile de Trente!», Je pense que je peux reproduire ce en termes de la vie religieuse des femmes, il serait peut-être préférable de revenir à la période antérieure au concile de Trente, alors que de nombreux monastères féminins ont été réduits à des bordels authentiques, car en fait nous avons passé mieux, au moins, Ils coexistaient avec le bon grain et les mauvaises herbes.

.

.

Article au format PDF imprimable
.

.

Auteur:
Ariel S. Levi Gualdo

Il était à la fin de l'année loin 1563 quand le 3 décembre, deux jours avant la clôture de la session, Le Concile de Trente a approuvé un décret sur les religieux et religieuses. Dans ce document, ils ont également été mis en place des règles plus précises sur le sujet de l'enceinte, lié aux religieux et aux intérieurs et extérieurs de leurs maisons. Déjà à la fin du XIIIe siècle, avec bulle dangereusement promulguée en 1298 par le pape Boniface VIII, puis est entré en vigueur 1302, Ils ont été répétées le respect des règles de l'enceinte et sa réintroduction partout où ils ont été abandonnés [1]. alors même que, au tournant du XVe et XVIe siècle, règles enceinte n'a pas été effectivement mis en œuvre, sauf par quelques ordres religieux féminins: les Clarisses, les dominicains, le premier carme et cartusienne. Toutes les autres religieuses, en particulier ceux qui vivent dans leurs grandes abbayes et monastères, Il avait de plus en plus éloigné de ces règles très précises et strictes visant à la protection morale des institutions religieuses des femmes.

.

Il serait intéressant et instructif d'étudier en profondeur de Thérèse d'Avila vie réelle, que ses filles pour la première veillent à ne pas transmettre, ce qui les rend plus à l'aise de se rappeler juste et raconter ses extases sublimes, mais ils sont venus vers la fin de sa vie. Différent a été l'existence de ce grand saint et réformateur de l'Ordre du Carmel, rappelez-vous juste que quand il a été nommé prieure du monastère de l'Incarnation à Avila, les cent trente religieuses qui vivaient là ont donné lieu à des émeutes pour l'empêcher d'entrer dans, jusqu'à ce qu'il attaque physiquement à la porte du monastère du cortège qui a accompagné la nouvelle prieure, qui n'a pas été élu par le chapitre des religieuses, mais choisi par les supérieurs de l'Ordre à la demande pressante de l'Autorité Ecclésiastique du lieu, de mettre en ligne les habitants turbulents et détendu du monastère. Pourquoi ne pas mentionner que ce grand la réforme tridentine, D'abord l'extase mystique, Il devait utiliser comme prieure du monastère peuplé de service de garde, utilisés selon les besoins pour les entreprises à battre les religieuses rebelles? Et pourquoi, ne pas mentionner que sa chambre était gardée nuit et sa cuisine et ses aliments contrôlés avec soin pour éviter d'être empoisonnée? Donc, la la figure de Sainte Thérèse d'Avila ne réduit à un amour mystique extatique christologique, est une image que si une partie est évidemment plus pratique, d'autres moins embarrasse tous ceux qui à ce jour, mais de différentes manières et formes, dans plus de cinq cents ans, ils ont pas encore transposé la leçon solennelle de leur Sainte Mère.

.

Comment la leçon de Teresa n'a pas été transposée? Pour ne pas comprendre, nous devons toujours recourir à des exemples concrets pratiques, comme ça: Il y a quelques années, je me suis retrouvé pour célébrer la messe dans un monastère de Carmélites en place de l'aumônier. Quand au moment de la communion, je suis allé à la grille du chœur, la prieure vint me voir avec une vitrine pour prendre l'Eucharistie à une religieuse qui ne pouvait pas marcher. chuchoté:

.

« Rev. Madre, ne t'inquiète pas, J'ouvre la porte du réseau que je rentre dans le chœur pour porter la communion à la religieuse malade ".

.

prieure Replica:

.

« Vous ne pouvez pas, le lo: nous la clôture papale, pour cela, je suis un ministre extraordinaire de la sainte communion ".

.

Je ne mets pas certain de faire toute une histoire avec le ciboire dans sa main contenant le Précieux Corps du Christ, que l'on appelle la Sainte Eucharistie pour apporter à la sœur. Après la messe, je sortis de l'église et, avant de monter dans la voiture, Je mis dans un coin caché de la paroi extérieure de l'enceinte, Je me suis tourné sur le téléphone et vérifié s'il y avait des appels manqués et les messages. Et ainsi, de l'intérieur de la clôture papale Bienheureuse, J'entends des voix masculines. Éloigne du mur et grimper sur une proximité au large pour voir à distance si je peux attraper un aperçu dans l'espace cloîtré. Au-delà du mur de clôture papale Bienheureuse il y avait deux personnes dans la vingtaine, vêtu d'un débardeur et un short - clarifier: Le short de football, dans la pratique les sous-vêtements - que je suppose que faisaient les tâches, parce qu'ils travaillent outils. Il était clair que, à ce moment-là, ils étaient en pause, En fait, ils parlaient fort fort et de jongler avec un de leurs téléphones cellulaires, comme s'ils regardaient quelque chose de particulièrement drôle sur afficher.

.

Inutile de préciser dans, car avec le bon sens, nous pouvons aussi atteindre le jeûne en droit canonique: un prêtre, l'exercice de ses fonctions peut sacramentelle, En effet doit entrer dans l'enceinte papale nécessaire, avec toutes les méthodes dictées par les canons et les règles monastiques - Je sais, et aussi mes frères prêtres -, d'administrer les sacrements aux religieuses malades. Mais surtout je les pleins pouvoirs pour le faire au cas où, tandis que la prieure m'a empêché de se joindre au chœur lors de la célébration de la Sainte Messe pour apporter la communion à un malade devant toute la communauté, et sous les yeux des fidèles dans l'église, à cependant, en même temps, il a permis à deux jeunes hommes plus que déshabillé habillé pour se déplacer sans entraves, grossier et irrévérencieux dans les espaces de clôture papale Bienheureuse les Carmes Déchaux. Et lors du versage suivi de l'image diaphane de Thérèse d'Avila en extase, en même temps, il continue d'ignorer que la Sainte Mère, la réforme de l'Ordre du Carmel, Il a rendu nécessaire, même avec un bâton. Et avec ce que je pense qu'elle a été expliqué et précisé comment cinq cents ans, pas pour quelques, plutôt malheureusement, pour beaucoup, Ils sont dépensés inutilement, de siècle en siècle, de réforme en réforme.

.

QUAND LA TRAGÉDIE EST TROP TRAGIQUE, MIEUX AVEC COULEUR humecter NOTE

.

Lorsque des problèmes sont très graves et des situations qui dérivent vraiment tragique, Je profite toujours d'une de mes facultés consolidées: A partir d'une note de couleur. Dans ce cas, une note de rose, femininely destiné. En fait, d'inspirer cet article était une femme appartenant à la plus malheureuse des catégories de femmes, qui est celle de soi-disant sa Stolte directe. Cela dit, il convient de préciser que de nombreux prêtres et moines, dans leur folie superficielle, Ils ne peuvent être surmontés par les religieuses. Les sœurs restent sans égal en fait un élément auquel même le pire des clercs et religieux ne pouvoir atteindre: que malice particulier caractérisé par des éléments de cruauté souvent incalculables qui est tout à fait unique et particulières des sœurs. Et ainsi, trouver un accord avec un comme Stolta directe appartenant à l'un d'un nombre croissant de congrégations dans l'agonie destinée dans les années à venir à l'extinction totale par manque de vocations et pour l'âge maintenant très élevé de religieux, il a survécu, ma question si par hasard, pendant la période après le Concile Vatican II, quelque chose dans son, comme dans beaucoup d'autres congrégations, Il ne va pas dans le bon sens, les pauvres répond avec cet étalage de sens admirable: « Savons que nous ne pouvons pas revenir aux temps sombres du concile de Trente!».

.

L'état I et je l'avoue « candidement »: Je ne demande pas mieux que de pouvoir mettre dans l'embarras un comme Stolta directe, ceux qui, d'une part ont peur de l'ouverture, la modernité et de confiance, de l'autre, si un enfant de quatre ans de leur droit d'asile doit être aidé à uriner, ici pour aider l'enseignant laïque du navire, Ils peuvent rester jour et nuit troublée pendant une semaine par l'attribut d'un imberbe petit ange, bien que les petits anges n'orinino, car ils ne disposaient pas des matières premières, à savoir l'attribut viril, étant donné que les anges ont pas de sexe. En fait, aucun de nos anges gardiens n'a jamais été malade de la prostate, tout en étant forcé d'agir comme patron à quelques-uns des pires prêtres, le pire des pires moines et nonnes, Ce que cela causerait le cancer de la prostate également un appareil urologenitale plus sain. Peut-être que la raison pour laquelle les anges ont été créés sans sexe, pour éviter de graves maladies inflammatoires et le cancer du réactif urogénitale à avoir à remplir le rôle de gardiens des prêtres, frères et religieuses. tout acquis et admis, Je suis allé à ma réponse était que cette:

.

"Vous voyez, chère sœur, le Concile de Trente, au cas où vous ne saviez pas, du mérite, il a eu beaucoup et, pour être honnête, la pire obscurité, si quelque chose, nous a libéré. D'une manière très spéciale, il vous a livré religieux, par exemple interdire la mise en place et la vie de ceux qui se disaient langue laïque Case Closed».

.

Toutefois, étant donné la comme Stolta directe je ne comprends pas, Je me demande si au lieu ou feint de ne pas comprendre, Je devais éclairer continuer ainsi la conversation:

.

» ... vous savez que, avant le Concile de Trente avait des monastères et des couvents obscurs qui étaient des bordels authentiques? Qu'il suffise de dire que, lors de son homélie de la chaire de la Basilique de San Marco tenue 25 décembre 1497, le célèbre prédicateur franciscain Timothy de Lucques avait fulminé contre les péchés commises dans les couvents de Venise dénonçant: “[...] quand un seigneur dans ce pays, vous lui montrer les monastères de moniales, mais ils ne sont pas des monastères, mais les bordels et les maisons closes publics” [2]. Ceux-ci étaient en fait les monastères - à savoir les maisons closes - parce que les familles nobles et riches d'une manière très spéciale, souvent liés à des questions à la fois leurs actifs, Il est parfois aussi des questions politiques, Ils enfermés - ou comme il l'habitude de dire ils montent - leurs filles, au sein de ces structures religieuses, Mais ils avaient leur logement séparé, leurs serviteurs et leur propre cuisine. Il y avait des familles puissantes et nobles qui ont construit spécifiquement les abbayes et les monastères pour leurs filles, l'équipement des actifs et des revenus; et les jeunes religieuse de ces familles, dans ces monastères ont toujours été élus abbesse et rigueur, parce que sinon la puissante famille aurait révoquées rentes. Animer jusqu'à présent par la foi, vocation et les vertus de la vie, jeunes a conduit dans ces murs sacrés de banales existences, pas moins souvent courtisanes réel, avec les parties internes et les hommes qui sont allés et sans problèmes; et monastères où régnaient absolue dans la débauche morale indicible, Ils étaient ceux des moines bénédictins et religieuses du cistercienne ".

.

Dans 1514 l'Inquisition à Venise Il a eu l'occasion de traiter un cas au-delà de la même imagination humaine, les pieux moines bénédictins du monastère de San Zaccaria, que heureux d'avoir tourné le salon - et pas seulement le salon -, dans un salon d'accueil pour les jeunes, chanteurs et acteurs, Un jour, ils ont organisé une fête costumée que dans son cours transformé en un véritable bacchanale qui rivalise avec les anciennes villes de Pompéi et Herculanum, que nous rappelons d'éventuelles jeûnes de l'histoire romaine étaient deux bordels en plein air [3].

.

Le Conseil de l'Église de Trente d'abord, il a rapporté les monastères et les couvents d'être ce qu'ils étaient censés être: lieux de prière et de pénitence. Le décret du 3 décembre 1563 Il a interdit la profession des vœux avant l'âge de seize ans et l'entrée dans le monastère avant les douze; Il a imposé l'exigence d'au moins un an de noviciat et a jugé que l'évêque TROUVE la volonté réelle de la jeune personne à poursuivre librement une vie religieuse. Ce décret rétablit donc le principe de l'enceinte, et sous réserve de quelques exceptions ne nonne pouvait quitter le monastère et qu'aucun étranger ne pouvait entrer, surtout les hommes. Dans 1566, avec bulle A propos de devoirs pastoraux le Saint Pontife Pie V impose la peine d'excommunication de tous les délinquants, tandis que les lois ecclésiastiques avaient déjà clarifié et figure parmi les infractions qui sacrilèges charnel. Alors seulement un prêtre, de préférence, les personnes âgées ou en tout cas choisis avec soin par l'Evêque, Il a été admis dans l'enceinte et uniquement pour administrer les sacrements aux religieuses ou infirmes malades, et il a été exigé par les lois de canon que quatre religieuses âgées Je l'accueillent à l'entrée de l'enceinte, Ils l'accompagnent, puis le ramener sortie. Les relations jeunes nonnes avec la famille ont été réduits à des réunions courtes dans le salon, tout à la séparation rigide créé par des réseaux denses, d'où il pouvait entendre la voix de la religieuse, mais à peine pouvait attraper un aperçu de la figure. Les grandes familles nobles ont soulevé de nombreuses protestations contre ce durcissement de la vie conventuelle, mais aucun de leurs protestations a empêché l'application des nouvelles règles nées des « périodes sombres du Concile de Trente », qui a empêché les familles à résoudre leurs problèmes de capitaux et l'héritage envoyer leurs filles dans les abbayes et monastères, et aussi empêcher les filles sans aucune lueur de vocation à changer ces maisons religieuses dans les bordels authentiques dans lequel de mener une vie de courtisanes réelles. Un phénomène, celle des jeunes forcés de monastication, qui a pris des conséquences parfois pas un peu inquiétant, en particulier dans les villes de Venise, Naples et Palerme.

.

Plusieurs décennies après la fin du Concile de Trente, les autorités civiles de la République de Venise est venu d'introduire une loi contre Monachini - les amateurs de nonnes ont reçu de cette manière - qui a fourni jusqu'à la peine de mort, Ceci est non seulement pour le sacrilège charnel, mais aussi pour la simple violation de l'enceinte. Elle a introduit dans le béton, mais est restée lettre morte en, parce que les deux religieuses dissolues, à la fois leur Monachini, ils appartenaient, si aucune pénalité, mais presque toujours, les familles les plus puissantes et hautement placés de ces mêmes villes.

.

Pas seulement, avec le Concile de Trente, la dignité a été rendu à la vie religieuse, car après cette saison de la réforme, l'Eglise et le monde a pu assister à l'un de sa renaissance extraordinaire. Le tout avec tout le respect que je dois au comme Stolta directe avec les cheveux dans le vent et à ses jupes genoux voltigeant sur le « obscurantisme tridentine « au chevet de sa congrégation en train de mourir maintenant dans le département d'oncologie de la vie religieuse des femmes, qui sont actuellement hospitalisés des dizaines de congrégations religieuses qui plus dans quelques années n'existent.

.

Il était le vrai obscurantisme!

.

LE CONSEIL DE TRENT OFFERTE A SOINS MÉDICAUX GRAND MAIS N'A PAS UN TOTAL DE MEDECINS beaucoup ne PROVOQUER LA pratiquée

.

Le Concile de Trente Ce ne fut pas exactement une rencontre entre frères se sont réunis à Rome pour parler un peu modernisation et pastorale, remplaçant dialogue à la peine sévère e la rigueur de la doctrine théologique difficile de raisonnement ouvert et pluraliste, comme cinq siècles suivants - juste pour préciser -, Il a été réduit le Concile Vatican II, au cours de laquelle il a été produit: avant de para-conseil théologiens de connivence avec les journalistes, Suit le post-conciliaire beaucoup plus problématique, ce qui a donné lieu à des années que je définis comme egomenico Conseil socio-théologiens. Le concile de Trente avait d'abord courir pour dix-huit ans [1545 – 1563] et il a eu lieu sous les pontificats des papes Paul III, nés principes Alessandro Farnese [canine 1468 - Roma 1549], Jules III [Monte San Savino 1487 - Roma 1555], PO IV [Milan 1499 - Roma 1565]. Je considérais qu'il convient de clarifier cette histoire à cause de l'ignorance qui règne aujourd'hui - hélas, même et surtout dans le clergé catholique -, pas rarement avoir entendu le clergé et les pasteurs dans le soin des âmes disent que le Concile de Trente aurait lieu sous le pontificat de saint Pie V, Il a été élu au lieu de deux ans après la clôture du concile de Trente, Dans le 1566. Cette confusion malheureusement générée par une grossière ignorance découle du fait que le Saint Pie V publié 14 juillet 1570 l'édition réformée et unifiée Missel romain, aussi connu sous le nom Missel de saint Pie V Eats missel tridentin.

.

Le concile de Trente offert, Aussi au niveau disciplinaire, indubitable, traitements efficaces et grands. On pourrait dire que, dans sa manière il a établi une chimiothérapie pour lutter contre le cancer et prévenir la propagation des métastases dans le corps de l'Eglise. Même en dépit de l'Eglise visible, il était loin de la muter dans les décennies suivantes dans la Jérusalem céleste, parce que la lutte contre le cancer et les métastases sera toujours inefficace si oncologues en charge ne parviennent pas à effectuer le traitement avec toutes ses thérapies. Tout cela, nous apprenons des écrits et des mots parqués feu et parlées par les différents saints dans leurs paroles ou sermons. Sant'Alfonso Maria de « Liguori, Évêque et docteur de l'Eglise [1696-1726] Il n'a pas hésité à se plaindre du niveau sombre et bas des évêques du sud de l'Italie, leurs intérêts économiques et de leur servilité au pouvoir politique dans la réalisation des avantages et avantages indirects; Il n'a pas hésité à les identifier même les compétences pastorales rares, mais surtout la faible formation théologique, avec tout ce qui pourrait résulter de ces évêques à leur clergé. Inutile de dire que nous sommes environ deux siècles après la fin du Concile de Trente.

.

Des plaintes similaires à ceux du Saint-évêque et le docteur Alfonso Maria de Liguori, émerger dans un style différent expressif mais identique en substance des écrits du bienheureux Antonio Rosmini, Il a recueilli plus d'un siècle après le travail Les cinq plaies de la sainte Eglise [le texte édité par Pères Rosmini est lisible QUI].

.

je sais Sant'Alfonso Maria de « Liguori, Bienheureux Antonio ci-dessous Rosimini, respectivement, ils ont été exprimées dans les XVIIIe et XIXe siècles dans les termes si réels et graves, cela est dû au fait que, après deux trois siècles après la fin du Concile de Trente, même certaines de ses règles fondamentales n'a pas encore été appliquée dans de nombreuses régions de la vieille Europe, y compris assez peu anciennes églises locales de fondation apostolique. Comme ça, pour le paradoxe apparent, Le concile de Trente avait application plus efficace et plus répandue dans les terres de mission à travers le travail des missionnaires, que le déplacement des continents entiers tridentines disciplines évangélisés. Les conséquences sont que, tandis qu'en Amérique latine, il a fourni des missionnaires pour établir des missions au XVIe siècle séminaires rendus obligatoires par les Pères du Concile pour la formation des prêtres, dans de nombreux diocèse anciens de l'Italie du Sud, le milieu du XVIIIe siècle, les séminaires ne sont pas encore en place. Et quand ils ont été institués, elle devait former en eux les enfants de la noblesse ou la classe moyenne supérieure, puis attribuer à d'importants postes ecclésiastiques, tandis que la majorité des futurs prêtres seguitavano de recevoir leur éducation des pasteurs ruraux pauvres comme ils le faisaient avant le Concile de Trente. Il ne faut pas oublier que pour les questions politiques et économiques, dans de nombreux pays européens, l'application de nombreux canons du concile de Trente, Il a été entravée par les dirigeants, évidemment avec l'accord bienveillant des évêques locaux, que si un côté n'a pas appliqué, de l'autre profité, par les Bourbons en Italie du sud comme les princes allemands dans le nord de l'Europe, leurs bons avantages sociaux et accessoires.

.

Le Concile de Trente a établi l'âge de vingt-cinq ans pour recevoir l'ordination sacerdotale, mais beaucoup d'évêques ne sont pas respectés que d'autres dispositions, Il est quelque chose de complet que l'un des grands saints de la charité, Vincenzo de Paoli [Pouy, 1581 - Paris, 1660], venant d'une famille très pauvre et encouragé par son père pour étudier la divinité avec le soutien d'un riche avocat de Toulouse qui a payé ses frais d'éducation, mais surtout nous ne savons pas si elle a déménagé au départ d'une véritable vocation, qui, en tout cas, est venu plus tard et avec des résultats tout à fait extraordinaires. En fait, le père, il espère que dans l'avenir, l'acquisition d'un statut supérieur, son fils pourrait aider et soutenir la famille. Quelles que soient les dispositions des quatre premières décennies par les canons du concile de Trente, l'évêque de Toulouse l'a ordonné prêtre à seulement dix-neuf années 23 septembre de 1600.

.

APRÈS LE CONSEIL DE TRENT, PEUT-ÊTRE LA DISPARITION DE faute MONASTÈRES FEMME?

.

Le XVIe siècle a été sans doute le siècle des grands réformateurs et de grands Saints qui a formé et la mise en œuvre concrète des réformes faites par le concile de Trente, penser à Saint Ignace [Azpeitia, 1491 - Roma, 1556] et ses premiers Camarades, à San Filippo Neri [Florence, 1515 - Roma 1595] et saint Félix de Cantalice [Cantalice, 1515 - Roma, 1587], un Borromeo San Carlo [Arona, 1538 - Milano, 1584], San Pietro d'Alcantara [Alcántara, 1499 - Arenas, 1562], une Santa Teresa d'Avila [Ávila, 1515 - Alba de Tormes, 1582] et saint Jean de la Croix [fontiveros, 1542 - Ubeda, 1591], San Giovanni d'Avila [Almodóvar del Campo, 1499 - Montilla, 1569], à saint Jean de Dieu [Montemor-o-Novo, 1495 - Grenade, 1550] ... sans oublier bien sûr la figure déjà dit du Saint Pie V [Bosco Marengo, 1504 - Roma, 1572], que pour ces saints était le modèle d'enseignement inspirant et authentique, vertus morales et pastorales.

.

Les vices et la décadence morale qui serpentaient dans les couvents et monastères entre le quinzième et le seizième, Ils étaient loin d'être éradiquée. Ou pour le dire avec quelques tristes exemples choisis au hasard parmi les nombreux historiquement disponibles: à deux pas de pierre de Rome, dans la ville de Sora, Au milieu du XIXe, sur le territoire canonique du diocèse de Sora-Aquino-Pontecorvo, l'abbesse du monastère de Santa Chiara, Domna Maria Francesca Tronconi, Arch-Cassin communiqué, Dom Celestino Gonzague de Naples, que Canon Basil Fortuna, membre du chapitre de la cathédrale de Santa Maria Assunta à Sora et confesseur ordinaire des religieuses de Sainte-Claire, Il avait abusé de trois religieuses pendant les confessions sacramentelles, et les avoir mis enceinte. des trois, un certain Iacobelli, dans les jours qui l'abbesse, elle a composé cette lettre était sur le point de donner naissance [4].

.

Comment pouvons-nous oublier ce que nous sommes alors en mesure certains religieux, il suffit de dire un cas parmi tant d'autres: Dans le 1821, deux religieuses du monastère de Saint-André Apôtre Arpino et avec eux un troisième, même écolière, Ils ont accusé le confesseur ordinaire de harcèlement grave. Après des enquêtes canoniques soigneuses les allégations se sont révélées infondées, cependant, et les trois femmes ont retiré leur plainte, en essayant de faire valoir que vous avez eu tort et qu'ils avaient simplement mal compris le prêtre. cependant, cette triste histoire était complètement différent, en termes: l'une des religieuses marchingegnato avaient tous avec le soutien et la complicité des deux autres, souhaitant qu'elle exercer des représailles dans tous les sens le confesseur qui l'année précédente avait l'autorité ecclésiastique a dénoncé un prêtre de graves abus de religieux. Le prêtre a dénoncé, Mais ce fut un parent d'une religieuse, il pensait terni la bonne réputation de sa famille à cause de cette plainte. Comme ça, les religieux, Il a essayé de venger ce tournant innocent à la même charge [5].

.

Selon la durée du saint évêque et docteur de l'Eglise Ambroise de Milan [Gaule 337 - Mediolanum 397] l'Eglise est "La putain chaste», Une femme chaste. Expression, l'ancien évêque de Milan où il y a plus d'une décennie, Vénérable Pape Benoît XVI structuré une de ses homélies pointant vers l'Eglise comme « sainte et composée de pécheurs » [6] [le texte intégral est lisible, QUI]. Dans certains moments historiques particuliers, l'Eglise ne semble même pas être composée d'hommes simplement défaisables et pécheurs, mais comme une véritable structure de péché qui produit un péché interne et qu'il se propage à l'extérieur.

.

Avant même que le concile de Trente, l'immoralité et la grande décadence morale qui a fait rage dans le clergé a été condamné dans les termes les plus fermes possibles par le Conseil de Latran IV, Soixante-dix qui promulgué des décrets de réforme et qu'il a été appelé à l'homme de fer du pape Innocent III [Gavignano 1161 - Pérouse 1216]. Les canons disciplinaires de ce conseil suggèrent d'une manière très claire et complète ce qui était la déchéance morale profonde et grave et que impestavano corruptions du clergé. et pourtant, quelques décennies plus tard, après la célébration de ce Conseil, un autre saint et docteur de l'Eglise, Bonaventure [Bagnoregio 1221 - Lyon 1274], il s'exprimait en ces termes rassurant du tout:

.

« Rome corrompt les prélats que les prêtres corrompus qui corrompent le peuple de Dieu ».

.

Pour évaluer la situation dans cette Eglise, on peut se demander si les canons disciplinaires contre l'immoralité morale du clergé ont été écrits pour l'église 1215 ou à ceux d'aujourd'hui [texte dans la traduction italienne est lisible, QUI].

.

Pas de conseil, Il n'a jamais fait l'Eglise parfaite, aucun d'entre eux n'a jamais détruit la corruption de l'homme et le péché. Je Concili, certains d'entre eux en particulier, Ils ont donné l'oxygène Eglise et ils la mettre en mesure de continuer à vivre dans un corps ecclésial composé de clercs et fidèles laïcs dans lequel vivaient toujours avec les pécheurs et les saints. Tout cela est expliqué par la parabole de l'ivraie et le bon grain qui se termine par ces mots:

.

«[...] D'où il est donc l'ivraie? Et il leur a répondu: Un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dit:: Voulez-vous que nous allions rassemblons? Non, Il a répondu, parce que quand vous, regroupant les mauvaises herbes, avec elle déraciner aussi le blé. Laissez-les croître ensemble jusqu'à la moisson, et au moment de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Tout d'abord recueillir les mauvaises herbes et les attacher en paquets à brûler; mais amassez le blé dans mon grenier " [Mont 13, 27-30].

.

QU'EST-CE QUE LA SITUATION DES FEMMES RÉEL VIE RELIGIEUSE APRÈS LA GRANDE SOUFFLE DU CONCILE VATICAN ?

.

Pour répondre à cette question, nous allons commencer par les chiffres: La population mondiale a maintenant sept ans et demi milliard de personnes, dans le monde d'aujourd'hui, l'âge moyen de la vie d'une femme est 70 ans et huit mois; celui d'une femme européenne est 84 ans et neuf mois. Aujourd'hui, les catholiques du monde sont environ un milliard trois cent millions. Les ordres religieux et les congrégations religieuses, Selon les statistiques les 30 octobre 2018 Ils ont fait des données officielles 2017, s'élever à 659.445, soustrayant le nombre de décès au nombre de nouvelles professions religieuses ont une diminution de moins 10.885, l'âge moyen des religieux est égal à 64 années, mais si les statistiques ont été retirées de l'Afrique et certains pays d'Asie, l'âge moyen serait religieux être au-dessus 70 années, le test est quelque chose qui en Europe, pendant deux décennies dans cette partie, religieux sont en train de disparaître progressivement du diocèse [cf. les statistiques officielles, QUI]. Nous allons maintenant revenir soixante ans, pour être exact, cinq ans avant l'ouverture du Concile Vatican II, alors que, selon le paradigme de comme Stolta directe utilisé comme thème de mon écriture, règles Vigevano « obscurantiste » le Concile de Trente. Dans 1958 la population mondiale avait deux milliards neuf cents millions de personnes, Les catholiques du monde entier étaient sur le point 800 des millions, l'âge moyen de la vie d'une femme était 49 années, celui d'une femme européenne 67 années, les ordres religieux et les congrégations religieuses étaient 1957 un million soixante mille, l'âge moyen du religieux était 41 années, soustrayant le nombre de décès au nombre de nouvelles professions religieuses ont augmenté plus 12.450.

.

je signale, qui avait peut-être pas prêté attention, Quand ces deux statistiques alarmantes: celui enregistré lorsque jamais existé « obscurantisme tridentine », un enregistré un demi-siècle après l'explosion de nouvelle Pentecôte eu lieu avec le Concile Vatican II. Le fait alarmant est basé à la fois sur le nombre de la population mondiale et celle des catholiques dans le monde entier. En fait, à l'époque où « l'obscurantisme » la population mondiale n'a pas atteint trois milliards de personnes et les catholiques allaient 800 des millions, religieux dans le monde étaient plus d'un million, tandis qu'un demi-siècle après nouvelle Pentecôte, par rapport à une population mondiale a plus que doublé - sept milliards et demi de personnes -, et en face d'une population catholique dans le monde entier a augmenté d'environ 800 des millions de fidèles à un milliard trois cent millions, religieux sont abaissées à un nombre égal à plus de 400.000 dans les années soixante seulement, tout - je le répète encore une fois - alors que la population mondiale a plus que doublé, tandis que les catholiques étaient un demi-milliard de membres dans plus d'un demi-siècle avant.

.

Si les chiffres sont secs et ont pas d'âme, Mais ils ont une histoire, surtout, une raison d'être, ici puis remonter à la première question: si après ce que certains théologiens contemporains et ecclésiastiques définissent triomphalement comme le plus grand conseil de l'histoire de l'église, nous sommes arrivés à ces statistiques; si le jour fermer les institutions religieuses, les monastères et les couvents de tradition historique, quelqu'un, a l'intention de commencer à se demander si, en ce qui à l'époque a été défini comme nouvelle Pentecôte, quelque chose n'allait pas dans le bon sens? Il est une réponse, ce, qui est nécessaire si pénible à l'sereinement Autorité Ecclésiastique et aux Pasteurs de l'Eglise, On ne prétend pas par la prévention, ou l'ironie, et encore moins par l'idéologie aveugle: est une réponse revendiquée par les numéros, qui, comme je l'ai dit ne pas les âmes, mais ils ont leur propre histoire et leur raison d'être. E, Ces chiffres effarants, un demi-siècle depuis la fin du conseil de l'église représentent une question qui vient de répondre des revendications, bien qu'il en coûte d'admettre que juste avant, pendant et après le Concile Vatican II, quelque chose a mal tourné, avec le résultat que par conséquent nous avons aujourd'hui avant; résultats ont aridité entièrement indéniable, mais en même temps de la précision indéniable des numéros.

.

Il DEVAIT « Mettre à Jour » COUPS DE RELIGIEUX TAILLEURS, CHEFS DÉCOUVERT ET MISES EN PLIER LE COIFFEUR ?

.

Entre le milieu des années soixante et au début des années soixante-dix du XXe siècle, la vie des congrégations de la plupart des femmes a été choqué - de plus en plus mauvais que ceux des hommes -, la plus grande vague de soi-disant « mise à jour ». Il y a eu plusieurs capocomici pendant la saison malheureuse du post-conciliaire egomenico - devant tous les jésuites, que dans de nombreux instituts religieux détenus depuis de nombreuses années, le ministère des confesseurs et directeurs spirituels -, qui ils ont littéralement bouleversé la vie, le sens de la vie et le charisme de ces institutions. O, toujours utiliser des exemples concrets: mais à 1965 religieux étaient couverts de leurs vêtements de la tête aux pieds et ses cheveux complètement caché par le voile, le sens et le sens dont la date jusqu'à la date du Siège apostolique. La même Bienheureuse Vierge Marie est représentée dans l'iconographie depuis les premiers siècles avec soi-disant maffor [maphorion]. le maffor, alors connu sous le nom « voile monastique », Il était et est toujours le signe des vierges consacrées à Dieu. Le bienheureux apôtre Paul, adressant au peuple de Corinthe, recommandé pour les femmes à se couvrir la tête. Il est une lettre apostolique de mettre sans doute l'époque et la culture dans laquelle il a été écrit, mais par un message qui n'a jamais perdu de sa pertinence, il implique le signe et le sens intime d'appartenance à Dieu la femme qu'il consacra [Je Cor 11, 1-6]. Mais ici tout à coup, quelques années après le dernier conseil, nous nous sommes retrouvés devant des religieuses vêtues de tailleurs, avec des jupes qui couvraient à peine le genou et aux cheveux teints traités avec permanente et soignés par le style de vos cheveux fait chez le coiffeur. Je me demande et me demande: et peut-être une attaque de trahison, juste dire et rien que la vérité, à savoir que ces choses, en Amérique du Nord et dans plusieurs pays européens, Ils se produisent principalement dans les congrégations religieuses qui ont toujours, sinon la tradition réelle, Ils se prévalent des jésuites confesseurs, directeurs spirituels, enseignants et prédicateurs? [juste un exemple parmi tant d'autres, QUI].

.

Les faits montrent que le soi-disant « mise à jour » de religieux tailleurs, avec des têtes mis à nu et de mettre dans le creux des coiffeurs, produit le vidage de l'ensemble de congrégations, qui disparaîtra définitivement quand octogénaires ont survécu aujourd'hui sera finalement enterré avec leur tailleurs, leurs têtes nues et les mettre dans le pli du salon de coiffure. Mais, die-jour! Et avec eux, il sera livré à la tombe de leur congrégation religieuse, et aussi à jour.

.

LES MAISONS ET RELIGIEUSES infâmes « VIDES CAMPAGNES ACHAT » CONGRÉGATIONS RELIGIEUSES DIVERS Rasenti UNE FOIS ... LA « EN NOIR TRAITE »

.

Dans certaines choses que nous devons procéder avec prudence parce que malheureusement il y a un a priori idéologique de fermeture: en fait, tout est noir, lui-même est beau et bon. Surtout, tout est noir, victime a survécu, ou victime des politiques coloniales infâmes et la conquête des différents pays de l'Ouest. Si dans les différents pays du continent africain aujourd'hui, on se retrouve avec un clergé ingérable que partant de la grande Chimère de inculturation - autre mot magique du conseil de poste - il a fini par devenir un clergé qui va de l'animisme et le catholicisme falsifié et corrompu, cela est dû au fait que, entre le milieu et la fin des années soixante, le Saint Pontife Paul VI a eu la vision douteuse de vouloir créer à tout prix des évêques locaux, sans savoir que certains de ces pays avaient été évangélisés même il y a trente ans. Il y a eu de nombreux cas de sujet élevé à la dignité épiscopale quarante ans seulement, ou à trente ou trente-huit, qui avait été baptisé et devenir chrétiens à treize ou quinze ans, après avoir été né et a grandi dans les familles qui les avaient enseigné dès l'enfance aux cultes animistes et le culte des esprits ancestraux.

.

Autrefois il quelqu'un a essayé de dire le Saint Pontife Paul VI que pour créer un clergé indigène, et il a fallu des générations pour créer les premiers évêques choisis parmi les indigènes était préférable d'attendre un siècle, ou au moins pas moins de soixante-dix à quatre-vingts, mais à ce, il bien le connaissait bien, n'écouter, engagement, dans ce domaine comme dans d'autres cas, d'erreurs considérables. Nous précisons le tout avec un exemple lié à une triste figure, que l'archevêque Emmanuel Milingo, excommunié en 2006 puis déchargé à partir de l'état d'écriture dans 2009 [document officiel, QUI] …

.

… Emmanuel Milingo est né en 1930 Zambie, pays d'Afrique où la vraie évangélisation - après quelques tentatives sporadiques seulement au XIXe siècle dans quelques endroits aux mains des petits groupes de missionnaires -, Il commence seulement après 1915. Il a reçu le baptême 1942 l'âge de douze ans et l'ordination sacerdotale en 1958 à l'âge de 28 années. Dans 1959, juste 39 années, Il est élu archevêque de Lusaka, Capitale de la Zambie. Il a reçu la consécration épiscopale par le Pape Paul VI, qui il avait voulu évêque et qui l'a salué comme le plus jeune évêque dans tout le continent africain. Ce délai n'a pas besoin de commentaires, parce que le imprudences est enfermé toutes apothéose les dates, qui ajoutent juste que les vicariats apostoliques établis autour de la 1915 Zambie, Ils ont seulement été élevé au diocèse entre la 1959 et le 1976. Emmanuel Milingo a été le premier archevêque originaire de l'archidiocèse de Lusaka, ses prédécesseurs ont été deux nommés évêques des missionnaires jésuites polonais détenteurs et placés à la tête du Vicariat apostolique: Bruno de Wolnik 1927 Al 1950; Adam a donné Kozłowiecki 1955 Al 1969. Le dernier, D'abord, il cultive et a souligné Paul VI, le jeune Emmanuel Milingo comme une figure de profil épiscopal. Dans le consistoire 21 février 1998 Adam Kozłowiecki a été fait cardinal par le Saint-Père Jean-Paul II, tandis que Emmanuel Milingo, pour sa problématique non durable sur place, Il avait déjà été contraint d'abandonner le gouvernement de son diocèse et appelé à Rome 1983. Quinze ans avant le mentor Emmanuel Milingo a été créé cardinal pour son missionnaire et pastorale mérite - mérite auquel vous pouvez ajouter un concept en vogue dans la Compagnie de Jésus, ou la “capacité de discerner” —, il avait déjà donné tous les problèmes plus graves, jusqu'à ce que sa participation grotesque comme chanteur invité au Festival de la chanson italienne à San Remo 1997, à suivre avec son entrée dans une secte, son mariage trompe-l'œil avec une dame coréenne, son acte d'apostasie de la foi et du schisme de l'Église catholique. A la preuve concrète des faits Emmanuel Milingo, il n'a rien fait manquer, cependant, il reste sans réponse la question clé: ceux qui aide de temps en temps avec sa propre lumière, émotionnel et imaginatif insouciance la naissance et le développement de la même “monstres”, dans notre Église où César ne se trompe jamais et la femme de César est toujours et peine dessus de tout soupçon?

.

Quels ont été les résultats de certains choix pastoraux? Il était, malheureusement, que de nombreux évêques de ces pays seulement évangélisés, en fait, ils se sont comportés comme les grands chefs de tribus, mais surtout ils avaient toujours à des groupes de jeunes religieuses de services appartenant à la myriade de congrégations de droit diocésain a surgi comme des champignons pendant toute l'Afrique; et tout avec le même charisme original et étrange: aider les évêques et les prêtres. toutefois, dans un contexte socio-culturel dans lequel aujourd'hui le célibat sacerdotal, mais surtout la chasteté liée à elle, il est pas facile de pénétrer, il était nécessaire de recueillir, pour les évêques et les prêtres, du domestique sexuelle si propre, pour ainsi dire, en évitant, si quoi que ce soit, que les prêtres laissent les filles enceintes de village en village. Et ce qui est arrivé à la pratique, Si la nonne est tombée enceinte? Si elle n'a pas eu un avortement - ce malheureusement arrivé plusieurs fois -, à ce moment-là la nonne jeté par clos le la communauté, et le prêtre envoyé au lieu d'étudier à Rome aux frais Congrégation de publicité fiable.

.

Depuis le loup anthropologique Il perd ses cheveux, mais pas le vice, voici que dans 2008, les quatre coins du grand réfectoire du Collegio romain San Pietro à côté de l'Université Pontificale Urbanienne, apparaissent des signes qui mettent en garde: « Il est interdit aux prêtres ramasser les religieuses dans leurs chambres. Les signes qui ont été lus par des dizaines de prêtres, dont deux aujourd'hui, plus d'une décennie, Ils sont devenus évêques, l'un d'un diocèse africain, l'un d'un diocèse missionnaire d'Amérique latine; étaient en fait ceux qui, pour me faire part de ces signes affichés par le recteur du collège et de me faire voir les images elles-mêmes photographiées.

.

Alors que dans le premier de nouvelle Pentecôte les maisons des instituts religieux ont été vidées au cours des années soixante-dix, tandis que de nombreux noviciats sont maintenant désertes et peu de temps après, les religieuses de la vieille Europe devraient commencer à se réconcilier avec l'âge, voici que leurs supérieurs prévoyante généraux ont décidé ensemble avec leurs conseils pour ouvrir des missions dans plusieurs pays d'Afrique et d'Asie. Et dans les années soixante-dix et quatre-vingt au début, il a commencé: les moyens sans vergogne et quelque peu immoral de recrutement nous pourrions, à certains égards être comparé à un réel Il est noir.

.

Mais nous devons voler prudemment sur la façon de traiter et difficiles à mettre sur la ligne droite certains jeunes africains, réfractaire culturellement même les formes les plus élémentaires de la discipline sont l'épine dorsale de la vie communautaire dans les communautés religieuses, car aborder certaines questions se serait rapidement en réponse un chœur polyphonique des âmes politiquement correctes pour commencer l'hymne solennel: au raciste, le raciste! Et nous ne parlons pas de ce qui est arrivé dans certaines communautés religieuses quand ils sont prêts plutôt que des groupes brésiliens, avec des religieuses âgées qui priaient pour la grâce d'une bonne mort rapide, ou tout au moins la grâce de rester sourd et aveugle le plus tôt possible, ond'evitar d'assister à des ravages.

.

Ce manovalanza acquis dans ce campagnes d'achats pour empêcher l'extinction de certaines congrégations, même si peu de temps, presque toujours il a également été particulièrement cher, avec des implications de nettoyage. Un grand nombre de ces congrégations, l'acquisition de certains religieux, Ils ont payé et continuent de payer avec le maintien économique de toutes les familles des religieuses. Pour ce sont ensuite ajoutés aux déprédations des sœurs elles-mêmes, Ils ne pouvaient tout simplement avoir saisi l'argent des haut-parleurs ou les ressources des communautés religieuses, d'envoyer à leurs proches dans leur pays d'origine. À plusieurs reprises, ces sœurs, toujours au détriment de la communauté qu'ils ont apporté leurs frères et sœurs en Europe, forçant la congrégation à prévoir leur hébergement, y compris celle des frères et neveux quoi que ce soit, mais prêts à travailler, pouquoi, dans certains pays africains et cultures, au travail est la femme, pas l'homme. C'est ici, pour empêcher le choeur polyphonique des âmes politiquement correct prêts à chanter les louanges au raciste, le raciste! Une partie, les étapes de la plainte, il est bon de garder le silence sur la nationalité de certains de ces hommes africains, allergique à tel point au travail, si un jour rencontre la personne qui a inventé le travail, ne hésiterait pas à tuer le baril. Je pense bien sûr à ceux qui, bien que ne pas travailler, Ils préfèrent beaucoup plus pour amener leurs femmes et leurs filles dans la prostitution dans les rues de nos villes, Enfin l'exercice de leur travail: tirer son argent de poche puis quand ils vont les reprendre à la fin de leur service.

.

Après la vague de l'Afrique et du Brésil, Il est venu inférieur à celui des Affaires indiennes. Dans ce cas, nous avons rencontré plusieurs fois avant que les filles vraiment jolies jeunes. Et quand une très belle fille européenne est devenue une nonne, Ce fut presque toujours un signe d'une vocation particulière et solide, parce que s'il voulait, Il aurait plu et heureuse vie lorsque vous choisissez le meilleur mari qu'elle pouvait choisir, parce qu'il a toujours, beauté féminine, Il est un atout qui peut produire d'excellents mariages.

.

La de recrutement Indiana Il ne signifie toutefois pas prendre en compte une chose, ou plutôt il ne voulait pas les prendre en compte: dans la plupart des régions de l'Inde, si une famille n'a pas l'argent nécessaire pour constituer une dot à sa fille, ce, Ce fut aussi une perle d'une rare beauté, ne peuvent pas se marier. Et les filles qui ne peuvent pas se marier, souvent ils choisissent entre deux métiers différents: être prostituées à Calcutta, ou aux nonnes. Et entre les deux choix, Beaucoup choisissent à juste titre la deuxième option.

.

Les supérieurs généraux des congrégations qui ont fait campagnes d'achats en Inde, S'ils veulent nous dire ce qui est arrivé, ces filles si beau, mais si pauvre, gratuite pour cette dot de mariage, quand ils sont arrivés religieuses en Italie? Bien, étant donné que la plupart des prêtres sont des menteurs que les religieuses, sachant que cette question resterait sans réponse ou être traitée avec une réponse de tous les faux, la vérité sera mieux pour vous narrer I: la plupart de ces belles filles, est arrivé en Italie ou d'autres pays européens, peu de temps après avoir trouvé un homme qui se marie, il est de les traiter comme des reines authentiques. En fait, pour l'homme italien, et en général pour les hommes européens, une jeune femme, belle et surtout avec la féminité maintenant perdu beaucoup de les femmes Tomboys seulement en mesure de se placer dans une compétition professionnelle et sociale avec les hommes, est une richesse qui n'a pas de prix. C'est où beaucoup des belles filles sont plus, est arrivé en Italie comme religieuses, en réponse à campagnes d'achats mourir de nombreuses congrégations religieuses qui exhaler leur dernier souffle par nouvelle Pentecôte.

.

Bientôt, nous assisterons à la VENTE DU PLUS GRAND PATRIMOINE RELIGIEUX

.

De nombreuses congrégations religieuses ont d'importants portefeuilles immobiliers. De nombreuses possèdent une grande stabilité et d'une grande valeur historique et artistique, Ils possèdent d'autres grands bâtiments qui étaient autrefois les jardins d'enfants, écoles, les établissements d'enseignement et les collèges. En ce qui concerne la seule Roma, Il est visible pour tous que déjà beaucoup de ces bâtiments ont été transformés en abris ou des hôtels, autres loués ou vendus à privé. Naturellement, et surtout en provenance des centres historiques des grandes villes, il ne sera pas possible de convertir toutes ces installations dans les hôtels ou dans des lieux prestigieux bureaux de représentation des entreprises privées ou des pigistes avec les colis à six zéros. Donc, La plupart de ces actifs, Ils sont destinés à être vendus en peu de temps. Pour que, en peu de temps, Nous assistons à la braderie la plus colossale de l'immobilier religieux. Peut-être, hommes d'affaires et divers vautours, Ils ont déjà fait leurs comptes, ou peut-être, avec lucidité froide, Ils ont déjà fait le projet de diviser la tarte entre les différentes sociétés immobilières et des groupes d'individus et riches hommes d'affaires.

.

A ce chiffre, ou si vous préférez à cette chronique tragique de mort annoncée, unir toutes les complications découlant de célérat campagnes d'achats. Exemple: Il y a des congrégations religieuses qui, depuis plusieurs décennies, sinon depuis des siècles, nous sommes dédiés à l'éducation de l'enfance ou la gestion des écoles secondaires se caractérisent par la haute qualité de la formation. ces institutions, pour une plus grande, Ils se tenaient en place grâce aux religieuses qui étaient tous les enseignants; pour être juste, Ils étaient également certains des grands maîtres et de haut niveau. Pendant la nouvelle Pentecôte, le Saint-Esprit, au lieu de remplir les vocations noviciats, Mais il semble que le mystère insondable de la grâce les a vidé, tandis que dans, les religieuses, au fil du temps vieillissait. Grâce à de recrutement plusieurs congrégations ont réussi à survivre en acquérant un certain nombre d'africains et religieuses indiennes, qui cependant, loin d'être diplômés et loin d'être parfaitement jongler dans la langue italienne, Ils avaient peu de l'école de formation et ils ne parlaient pas la langue italienne, Alors, imaginez si vous pouviez remplacer leurs sœurs aînées dans l'enseignement scolaire. À ce moment-là, où c'était possible, l'institut a été transformé en un hôtel où aujourd'hui, un groupe de jeunes religieuses africaines et indiennes, faire les femmes de chambre, tandis que les quelques survivants vieux italien pas en avant pour exécuter et gérer aussi longtemps qu'ils vivront aussi longtemps ou sera toute l'administration. Demande: ce qui se passera, Quand meurent les personnes âgées religieuses italiennes et ces institutions, avec des actifs connexes, Ils finiront entre les mains du fruit des méchants de recrutement? Pourquoi demain, le soi-disant « propriétaire complètement », Ils seront des groupes de sœurs étrangères de faible culture, sans instruction appropriée, avec une certaine connaissance de la langue italienne et ainsi suivre.

.

Étant donné que les religieuses actuelles ont toujours essayé de rester à l'écart, car je crois qu'il est bon de rester à l'écart des cadavres mis dans les cellules du réfrigérateur de la morgue vous attend un endroit libre pour leur enterrement dans le cimetière surpeuplé, dans mon ministère sacerdotal et de l'expérience pastorale, je peux dire que je connais en Italie seule une poignée de sœurs africaines et asiatiques avec une formation profonde et des compétences professionnelles. Par exemple: Je me souviens des sœurs indiennes dans l'une des meilleures cliniques à Rome, détenu et géré par la congrégation de ces religieux, sont des infirmières professionnelles qui tous les chirurgiens opérant dans cette structure toujours essayer d'obtenir au plus près des assistants de salle d'opération, parce qu'ils sont d'un talent extraordinaire. Mais il faut noter que ces religieuses indiennes sont l'état natif du Kerala, où la culture chrétienne est très ancienne et où cette église particulière vante sa fondation apostolique, eu lieu dans l'année 52 dC. Apôtre Thomas pour travailler. Et pour la culture et ancienne tradition chrétienne, Kerala religieux sont totalement différentes de celles d'autres régions religieuses de l'Inde qui sont végétariens et ne mangent pas de viande, de peur d'être en mesure de nourrir une partie de leur ancêtre réincarné comme une vache ou un veau. Aussi à Rome, j'ai rencontré une religieuse exceptionnelle philippine, Aujourd'hui, près de soixante-dix, est arrivé en Italie seulement dix-neuf ans, qui pendant des années, il était enseignant et directeur d'un collège dirigé par sa congrégation religieuse. En plus de son travail acharné et son extraordinaire capacité de travail, ce religieux parle italien comme un vrai locuteur natif, il a reçu au moment où le diplôme en lettres et a été pendant près de quarante ans un très bon professeur et directeur de l'enseignement scolaire. Dans ce cas aussi, Mais, nous parlons d'une femme née aux Philippines, où le catholicisme n'a pas été présenté il y a quelques décennies, mais il a une histoire de plus de cinq cents ans, mais il caractérise par une population catholique particulièrement liée à la foi chrétienne et profondément dévoué à Rome. Histoire différente, mais tout à fait analogue à celle de la religieuse philippine, celle d'une religieuse congolaise qui jongle avec un parfait italien et parle anglais magnifiquement, Français et espagnol. Cette religion d'origine congolaise vient d'une vieille famille catholique étant depuis des générations et qu'il a décidé de devenir nonne quand, avec une bourse, Il est venu un peu plus de dix-huit ans à Rome pour mener à bien leurs études universitaires, après avoir étudié pendant quatre ans au lycée italien dans sa ville natale, Il est d'avoir planifié ses parents de l'envoyer à étudier dans la métropole européenne qu'ils considèrent la grande capitale mondiale de la chrétienté. Et ici, nous constatons que l'évangélisation du Congo a débuté à la fin du XVe siècle, tandis que le début du XVIIe siècle, les jésuites établis dans ce pays l'institution du Saint-Sauveur, qui formera pour les années à suivre les cours des dirigeants congolais, tandis que dans le milieu du XVIIe siècle est venu Frères Mineurs Capucins, qu'il a plutôt vu confier la tâche d'éduquer et d'aider le clergé local dans l'érection des paroisses.

.

Sous réserve des exceptions et sans crainte que le choeur polyphonique de la rectitude politique donne l'hymne de démarrage au raciste, le raciste! Les produits de ces campagnes d'achats, en plus du grand nombre de sœurs indiennes a atterri la vie religieuse parce que sans et donc les dots des moyens fondamentaux pour se marier, a été l'introduction dans de nombreuses congrégations religieuses de nombreuses sœurs de différents pays africains récemment évangélisés, devenir chrétien par des adolescents, manque une profonde formation chrétienne et sans formation religieuse adéquate en raison de leur manque d'éducation chrétienne, riche en animisme, Il souffre de tout à fait quelques superstitions et en fait lié aux cultes ancestraux AGAIN. Lorsque de vieilles religieuses italiennes qui gouvernent maintenant le jour de leur vie avec ses dents, et l'autre, ils continuent à détenir et gérer ces congrégations, échouera, ce qui va arriver à ces institutions, y compris leurs actifs sommes souvent importantes, quand tout sera entre les mains des produits de malheureux achats de campagne?

.

Il était mieux PERIODE AVANT LE CONSEIL DE TRENT Monasteri QUAND ONT ÉTÉ LES NOMBREUX bordels AUTHENTIQUE

.

Les fruits produits par nouvelle Pentecôte, ou comme d'autres disent « à l'entrée que le printemps de l'air dans les placards trop longtemps fermé la sainte Eglise de Dieu », Ils sont ceux que nous pouvons voir: sont des fruits qui ont produit une crise religieuse dans les institutions de la femme comme il l'avait jamais vu auparavant. Après tout ce que nous avons planté un arbre qui devait être le plus beau jardin luxuriant, et bien en fait, il ne, il y a ceux qui la déclare, jeter tous les éclairs et la foudre vers l'ostracisme quiconque ose indiquer que l'arbre est laid et malade. Pourtant, le Saint Evangile, à travers les paroles du Christ le Seigneur, Il nous apprend à reconnaître les arbres:

.

« Pas bon arbre porte de mauvais fruits, ni mauvais arbre porter de bons fruits. Chaque arbre est connu par son fruit: Ils ne cueille pas des figues sur des épines, ni ne cueille des raisins de ronce. La bonne personne sur le bien du bon trésor de son cœur; et un homme mal de son mauvais trésor en tire le mal, Car la bouche parle de l'abondance du cœur " [Lc 6, 43-45].

.

Nous devons donc nous demander: Si l'arbre a grandi de travers et les fruits de données informatiques sont morts avant qu'ils ne germent même, il se peut que tant la plante qu'il a dans grandir, quelque chose s'est mal passé?

.

Vatican II a été un conseil de l'Eglise, pour être exact XXI, était ni un super-conseil ou le conseil des conseils. Mais surtout, comme il l'a expliqué le vénérable Pape Benoît XVI, Vatican II ne peut pas être transformé en une sorte de superdogme. Ce concept a été repris par le Souverain Pontife 14 février de 2013, trois jours après avoir fait le retrait du trône saint. Dans son discours au clergé romain, Benoît XVI admet clairement que fait rage dans l'Eglise une crise grave de l'ordre doctrinal et moral, attribuant à la fois par le conseil célébré par les théologiens sur les colonnes des journaux, à la fois post-conciliaire:

.

«[...] Nous savons à quel point ce Conseil de médias Il est accessible à tous. Donc, Ce fut une dominante, plus efficace, et il a créé de nombreuses catastrophes, de nombreux problèmes, vraiment tant de misère: séminaires fermés, couvents fermés, liturgie banale ... et le vrai Conseil a eu du mal à se matérialiser, à réaliser; le conseil virtuel était plus fort que le Conseil réel […]» [texte intégral, QUI].

.

Au cours il a été annoncé milieu des années soixante l'arrivée nouveau printemps de l'Eglise, la preuve des faits nous à la place embourbé dans l'un des pires hivers en Sibérie, ou comme je l'ai écrit dans mon article il y a deux ans: nous sommes le nouvel Empire romain. [voir le texte QUI].

.

Comme je l'ai expliqué lors de mon écriture, après le Concile de Trente, nous avons vu un grand renouveau de l'Eglise avec une grande activité missionnaire, tous placés dans l'histoire du XVIe siècle a été un siècle de grands réformateurs et de grands Saints. alors même que, Le concile de Trente n'a pas Debello toutes les malversations, et plusieurs siècles de suite plusieurs de ses règles fondamentales n'étaient pas encore appliquées partout, ou ne sont que partiellement appliquées.

.

Les produits à titre posthume au Concile Vatican II sont maintenant sous les yeux de tous: un demi-siècle par ce que certains suggèrent que le plus grand Conseil des Églises, ou le conseil des conseils, l'Eglise est confrontée à une crise de la doctrine, morale et spirituelle devant laquelle il est vraiment difficile de trouver des précédents historiques, parce qu'il est une situation d'une crise tout à fait nouvelle. En conclusion, donc, avec le paradigme initial de comme Stolta directe qui a affirmé: « Savons que nous ne pouvons pas revenir aux temps sombres du concile de Trente!», comme dernière réponse concluante, je pense que je peux reproduire ce en termes de la vie religieuse des femmes, il serait peut-être préférable de revenir à la période antérieure au concile de Trente, alors que de nombreux monastères ont été réduits à des bordels authentiques. Ne pas oublier que dans les, en plus de devenir religieuses telles contrainte, il y avait aussi Sante que bon grain vivaient côte à côte avec les mauvaises herbes [cf. Mont 13, 27-30], parce que l'apôtre enseigne Beato: "Là où le péché a augmenté, la grâce a surabondé » [Rm 5, 20]. Et la fin convient de rappeler que le grand réformateur et Santa Teresa d'Avila est né dans ce genre de monastères peuplés dissolues de religieuses, devenir ce qu'il est devenu et produire le fruit qui a produit.

.

Aujourd'hui, ce n'est pas possible, parce que nous ne parlons plus de blé et les mauvaises herbes qui vivent ensemble et qui devraient être laissés ensemble pour éviter le risque de détruire même une seule oreille du bon grain; Aujourd'hui, nous faisons face au corps des femmes lieu religieux à l'intérieur de la morgue réfrigérée pour l'empêcher de se décomposer. Et l'état de grâce, comme il est bien connu, foisonne aussi et surtout dans le pire péché, mais sur les corps vivants, pas sur les cadavres. Mais personne ne peut prononcer une formule de cadavre: « Je te baptise…», ou « Je vous absous de vos péchés », moins vous pouvez donc donner la sainte Eucharistie dans la bouche d'un mort disant que le corps inanimé « Le Corps du Christ ».

.

Mais ça, la comme Stolta directe avec la couronne dans le vent et la jupe à mi-jambe, abbeveratasi l'après-conseil créé par le para-conseil, Il ne sait pas, comme tous les gens qui vivent insouciante et irresponsable avec l'idée d'un ressort sous l'hiver glacial des températures glaciales de la Sibérie. Parce que les arbres, belle et luxuriante, ils sont les fruits qui donnent, pas pour les fruits, mais ne nous a donné dans tous les cas imaginé. La foi ne repose pas sur des émotions idéologiques, mais sur des faits, aussi sûr de ce qu'il a prêché l'un des grands maîtres de l'école, Saint Anselme d'Aoste: Foi en quête de compréhension, comprendre rechercher la foi [La foi exige la raison, la raison exige la foi]. Fantaisie et Illusion, ne sont pas des éléments fondamentaux de notre foi, mais les éléments de destruction de la foi, parce que la suppression de la grande lumière de la raison qui produit les œuvres et c'est merveilleux don de la grâce de l'Esprit Saint, puis vient à la vie d'un pseudo christianisme basé sur le sentimental et sull'emotivo. Et ainsi, vous passez du christianisme au néo-paganisme, au gnosticisme, sinon pire: à l'athéisme. En fait, la « foi, si elle n'a pas les œuvres, Il est mort en elle-même [...] Montrez-moi ta foi sans les œuvres, et je par mes oeuvres vous montrerai ma foi " [Ge 2 1, 17-18]. Voici la question fondamentale dont beaucoup terribles, trop, Ils devront examiner sérieusement à Dieu: ce sont les fruits du travail et quel genre de foi ont produit? En fait, ces fruits que nous serons reconnus et jugés par Dieu, parce que « la sagesse est justifiée par ses œuvres » [Mont 11, 19].

.

de l'île de Patmos, 3 février 2019

Présentation du Seigneur Jésus dans le Temple

.

Pas besoin de désacraliser et de prendre le plaisir de l'Eglise catholique, parce que l'Eglise catholique est désacralisé et se moque de lui-même

.

REMARQUE

[1] «où la violation […] restauré avec soin;, et où intact [...] conservé»: Concilii Tridentinii Press. Certains comprenant six fait après la sixième session (XXIII) jusqu'à la fin du parlement (17 septembre. 1562-4 déc. 1563).

[2] Citation originale en italien archaïque: «[...] quand il est quelque part dans ce pays M., Je leur montre les monastères de moniales, ma prostribuli du monastère du public ne de la Bordel« - Marino Sanuto, Agendas (par Federico Stefani), Venise, 1879, t. je, col. 836. Voir. Pius aussi Paschini, Les couvents en Italie dans le « 500, AA. VV., Les problèmes de la vie religieuse en Italie au XVIe siècle. Compte rendu de l'histoire de l'Eglise en Italie, Bologne, 2-6 septembre 1958, Antenor Publishing, Padoue, 1960, pp. 31-60 Innocent et Giuliani, Genèse et le premier siècle de la vie du magistrat sur les monastères (Venise, 1962).

[3] S. F. Wemple – S. Salvatore – S. Giulia: Une étude de cas dans la dotation et le patronage d'un grand monastère féminin dans le nord de l'Italie, chez les femmes du monde médiéval. Sous la direction de Julian Kirshner et Suzanne F. Wemple. New York: Blackwell, 1985.

[4] Archives de la Nonciature apostolique de Naples, Scat. 44, Dénonciation de l'abbesse Domna Maria Francesca Tronconi, 21 avril 1836.

[5] ASDS, par des actes de localisation, Arpin, B. 61, FASC. 4. VAS, Congrégation des Evêques et Réguliers, Les positions des religieuses, Novembre 1822, S. Allemand, Placida Hulls.

[6] Cf. SS. Benoît XVI, Homélie à la liturgie Epiphanie, Archibasilique Papale di San Pietro, 6 janvier 2008.

.

.

 

Remerciant tous chers lecteurs qui nous ont soutenus, je me souviens, comme nous sommes bien conscients de nos nombreux fidèles, que notre travail repose entièrement sur votre soutien financier [cf. QUI], à cet égard, nous rappelons:

.

« Ne savez-vous pas que ceux qui célèbrent le culte, du culte obtenir leur nourriture, et ceux qui servent à l'autel, reçoivent leur part de l'autel? Ainsi, aussi le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Évangile de vivre de l'Evangile " [Je Cor 9, 13-14].

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

.