Les mauvais mots du prêtre, les latinismes des nouveaux cat-kaifans souffrant d'analphabétisme doctrinal et les rires du vieux cardinal désenchanté

LES PAROLES DU PRÊTRE, I LATINISMI DEI NOVELLI CATTO-KAIFANI AFFETTI DA ANALFABETISMO DOTTRINALE E LE RISATE DEL VECCHIO CARDINALE DISINCANTATO

 

«Un bravo prete dal cuore veramente sacerdotale si riconosce persino dalle parolacce. Solo un autentico uomo di Dio può dire parolacce con schietta purezza di cuore senza mai essere volgare. Grazie per le risate che mi hai donato, di questi tempi ne abbiamo disperato bisogno».

- Nouvelles de l'Église -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

Il tecnico che si occupa dei montaggi è fuori dall’Italia, la audio lettura degli articoli sarà inserita entro fine settembre

.

 

.

A distanza di tempo un Cardinale con decenni di vita trascorsi nella Curia Romana mi ha confidato che anni fa giunse in Vaticano una lettera sottoscritta da diversi “cattolici integrali” che fece il giro di tutti gli uffici di quella sezione della Segreteria di Stato, facendo sganasciare dalle risate i monsignori che se la girarono tra di loro di scrivania in scrivania. Oggetto della protesta ero io, presentato come prete altamente indegno poiché colpevole di scandalizzare gli immacolati fedeli facendo talora uso di parole colorite non consone a un Ministre du sacré. Per questo invocavano severe sanzioni canoniche a mio carico. Latori della petizione erano quei personaggi da sempre noti a noi preti, quelli dotati di una tal vocazione nello straccio delle vesti da far figurare Kaifa che s’incazza dinanzi al Sinedrio come un principiante alle prime armi.

.

Ces personnages si sentono anzitutto nobili soldati posti come alabardieri a difesa della vera tradizione cattolica e della più rigida morale sessuale applicata sempre e di rigore agli altri, giammai a sé stessi e meno che mai ai loro figli, figlie e nipoti, solo a figli e nipoti altrui. Per loro la Chiesa nasce improvvisamente nel 1570 con il Messale Romano promulgato dal Santo Pontefice Pio V, dal quale saltano direttamente agli inizi del Novecento, al pontificato del Santo Pontefice Pio X, colui che condannò quel tremebondo Modernismo che gli Alabardieri conoscono alla stessa stregua del latino del messale tridentino.

.

Gli Alabardieri hanno tre fisse: Latin, San Tommaso d’Aquino e la lotta al Modernismo. Per quanto riguarda il latino mi limiterò a ricordare che anni fa, pigliando copiosamente per il culo i membri di un circolo di cosiddetti e impropriamente detti “tradizionalisti”, gli cantai sul metro del prefazio gregoriano la Poesia del Passero di Valerio Gaio Catullo dicendo infine: «Questa sì che è sacra liturgia, mica quel messalaccio di Annibale Bugnini approvato dall’improvvido Santo Pontefice Paolo VI!» [cf.. voir QUI]. E tutti mi dettero ragione godendo dal settimo cielo. Bien, per quanto insolito possa apparire sappiate che persino io sono dotato di comune senso del pudore, per questo evitai di aggiungere il canto di qualche colletta prendendo dai carmina catulliani delle squisitezze del tipo:

.

«Pedicabo ego vos et irrumabo, Aureli pathice et cinaede Furi, qui me ex versiculis meis putastis, quod sunt molliculi, parum pudicum»¹.

.

Se però lo avessi fatto gli Alabardieri avrebbero ulteriormente confermato che quella sì, che era la lingua degli angeli che dalle panche oltre la balaustra dell’altare ti porta direttamente in Paradiso, mica grazie ai sacri misteri, ma grazie al magico lalinorum fine a sé stesso. Per questo mi limitai alla Poesia del Passero spacciata per prefazio evitando di mutare in collette certi carmina lussuriosi, che ovviamente conosco a memoria sin dai tempi del liceo classico.

.

Segue San Tommaso d’Aquino, che questi Alabardieri conoscono alla stregua del latino del Messale tridentino, incapaci a comprendere che il Docteur Angélicus e Docteur communis parla dei misteri della fede e fornisce un efficace e tutt’oggi insuperato metodo speculativo, ma né il suo metodo né la sua straordinaria produzione in sé costituiscono verità immutabili della fede. Prenons un exemple parmi d'autres: oggi la dottrina cattolica insegna che l’anima è insufflata nell’essere vivente sin dal momento del concepimento. L’Aquinate, che seguiva il metodo speculativo di Aristotele, sostiene che nel corso della crescita del feto si sviluppano in successione: prima un’anima vegetativa, poi un’anima sensitiva, enfin, quando lo sviluppo sia adeguato a ricevere l’anima intellettiva, questa è infusa direttamente da Dio al terzo mese di gravidanza [cf.. Somme théologique Iª q. 118 une. 2 un d 2].

.

Diversa idea aveva l’Aquinate anche riguardo la immacolata concezione della Beata Vergine Maria, ritenendo che non fosse nata senza peccato originale ma che subito dopo il suo concepimento ricevette una straordinaria santificazione nella sua anima che cancellò il peccato originale [cf.. Somme théologique IIIa, q. 27, une. 3 un d 3]. Capite bene che tra concezione senza peccato originale e cancellazione del peccato originale, la differenza non è meramente semantica, ma proprio sostanzialmente teologica.

.

Altrettanto singolare il modo in cui gli Alabardieri giustificano il fatto che alla base del metodo speculativo dell’Aquinate vi sia il genio e la scienza del paganissimo Aristotele. Presto confezionata e data la risposta: Aristotele era di fatto cristiano, avendo percepito secoli prima, pur senza rendersene conto, il mistero della incarnazione del Verbo di Dio. Si tratta di una affermazione tanto cretina quanto illogica che prese a circolare negli ambiti della neoscolastica decadente di fine Ottocento. I pappagalli della non meglio precisata tradizione che oggi la ripetono e la propagano come una verità di fede, non si rendono neppure conto che a questo modo stanno definendo Aristotele “cristiano anonimo”, secondo la controversa e pericolosa teoria di Karl Rahner, altro loro nemico giurato, sebbene non conoscano neppure il titolo delle sue principali opere. Poco conta, perché la cultura cattolica e teologica dell’Alabardiere della vera e pura tradizione si basa su un castello di «si dice che …».

.

Infine lo spettro diabolico del Modernismo, di cui gli Alabardieri parlano prendendo mossa da una mancanza totale di conoscenza, oltre che di spirito critico. puis, se a loro supporto ci si mette un prete squinternato, excommunié et démis de l'état clérical, il danno irreparabile è presto fatto. Non tutti i provvedimenti che fecero seguito alla Enciclica Nourrissage des moutons de Dominic del Santo Pontefice Pio X furono affatto lungimiranti, anzi favorirono in parte lo sviluppo di un pericoloso Modernismo reattivo, dall’altra cristallizzarono la speculazione teologica in quattro formule stagnanti e rancide della neoscolastica decadente, impedendo di fatto ai teologi di speculare al di fuori di quelle quattro formule sclerotiche e intangibili. Questo mentre sull’altro versante, i Protestanti, portavano avanti studi molto approfonditi sulle scienze bibliche e la esegesi, ai quali decenni dopo fummo costretti a rifarci, dopo essere rimasti paralizzati per decenni in quelle quattro formule sclerotiche e intangibili che costituivano la fallimentare lotta del Santo Pontefice Pio X — o meglio di chi per lui — contro il Modernismo, che a posteriori possiamo affermare che andava sì condannato e contrastato, ma in tutt’altro modo, non nel modo gretto che spesso fu adottato.

.

Tra i tanti studiosi protestanti cito a titolo di esempio il grande commento alla Lettera ai Romani del teologo Karl Bart, che rimane tutt’oggi insuperato nell’ambito della esegesi novo testamentaria e alla quale tutti noi dobbiamo di necessità rifarci.

.

Non si può parlare del Modernismo se non si conosce e non si è mossi dalla consapevole onestà ch’esso nacque e si sviluppò come pensiero reattivo in seno a una Chiesa che nel corso di tutto l’Ottocento si era incartata in questioni di carattere puramente politico ― indubbiamente giustificate dalla storia e dagli eventi di quegli anni successivi alla Rivoluzione Francese ―, mentre la teologia cattolica languiva e ristagnava in forme di vera e propria ignoranza. Quindi non è possibile parlare del Modernismo se non partendo da un dato di fatto: il francese Alfred Firmin Loisy e l’italiano Ernesto Buonaiuti sono due figure da annoverare nella rosa dei più brillanti pensatori del Novecento. Solo dei bigotti illetterati o qualche prete squinternato possono trattarli con eretical sufficienza dall’alto della loro totale mancanza di conoscenza. E concludo precisando, pour être juste, che da Santa Madre Chiesa Ernesto Buonaiuti fu trattato con una tale e feroce mancanza di carità cristiana che grida davvero al cielo, piaccia o meno agli Alabardieri in lotta contro lo spettro di quel Modernismo che non conoscono e di cui il Santo Pontefice Pio X, che giustamente e prudentemente lo condannò, al tempo stesso ne favorì lo sviluppo e la diffusione grazie a provvedimenti e azioni repressive tutt’altro che lungimiranti. Ma su questo tema molto complesso e articolato sto preparando un libro, se non crepo prima.

.

Forse il Cardinale mio interlocutore aveva voglia di ridere ulteriormente, per questo l’ho esaudito cominciando col dire: C'est vrai, Éminence, dico parolacce, Hélas! A volte ne dico anche tante e qualche cattolico o cattolica da cupa sacrestia me lo rimprovera sui moderni réseaux sociaux, anzi prendo atto che hanno protestato scrivendo anche a voi, a quanto mi dice. Taluni di questi mi hanno persino detto che sono troppo esplicito, per esempio nei riferimenti ― a mio parere del tutto naturali e scientifici ― alla sessualità umana, perché a loro dire dovrei usare degli eufemismi, per esempio delle terminologie latine, non termini troppo espliciti. E, comme il est bien connu, il latino piace terribilmente a tutti quelli che non lo conoscono, perché fa molto élégant.

.
Éminence, il problema non è il latino, che io conosco. Il problema è chi il latino non lo conosce. Laisse-moi expliquer: per quanto mi riguarda posso anche sbottare dicendo «Mentulam fregistis!». Se però poi non traduco che ciò significa alla lettera «avete rotto il cazzo», chi è che capisce questa aulica espressione ciceroniana in splendido latino?

.

Il Cardinale si mette a ridere come non osò fare neppure all’epoca in cui, giovane monsignore di curia che era, negli anni Ottanta vide il film Il Marchese del Grillo assieme a Giovanni Paolo II e altri prelati. Il quale Giovanni Paolo II, a quanto il Cardinale stesso riferisce in caméra caritatis, pare abbia commentato la pellicola dicendo che regista e sceneggiatore avevano capito proprio tutto della Roma papale.

.
Lascio il Cardinale terminare le sue risate e proseguo: talvolta noi preti siamo come certi premurosi medici della mutua, che prescritta la ricetta dicono al povero ignorante illetterato: «Queste supposte devono essere assunte pro rectale via». Errore gravissimo! Perché a quel punto delle due l’una: o a quel paziente viene detto a chiare lettere che la supposta va spinta dentro il buco del culo, oppure finirà per essere portato al pronto soccorso dopo avere ingurgitato supposte per un mese ingoiandole con un bicchiere d’acqua.

.
Perché certe pudibonde orecchie delicate anelano tanto quei latinismi che non capiscono? Forse perché vogliono che la Chiesa usi delle formule magiche che tanto più sono incomprensibili tanto più sarebbero efficaci? Ve lo spiego perché anelano latinismi: perché non hanno mai fatto i confessori, pour commencer. O pensate che a dei Santi confessori come San Leopoldo Mandic e San Pio da Pietrelcina si presentassero, pentiti e pentite, libertini e donne di facili costumi a parlare di fellatio, cunnilingus, ani commercium, fornicationem contra naturam, irrumatio, cheiroerastia

.

Si provi a immaginare un uomo che confessa di avere avuto un rapporto sessuale con un altro uomo, oggi va tanto di moda, anzi fa proprio tendenza, al punto che non è più peccato ma alta espressione d’amore (!?). Soprattutto si provi a immaginare me, confesseur, che per adempiere a quanto esigono certi cattolici e cattoliche dalle orecchie delicate e per questo anelanti latinismi, mi metto a interloquire con il penitente così:

.

«… in manum tuam veretrum alterius acciperes, et alter tuum in suam, et sic alternatim veretra manibus vestris commoveritis, ut sic per illam delectationem semen a te proiiceres? Si fecisti, triginta dies in pane et acqua poenitas!»².

.

L’anziano Cardinale ha rischiato a questo punto di cadere dalla sedia disteso sotto il tavolo, mentre proseguivo: … En bref, Éminence, posso fare anche felici coloro che anelano sentire latinismi, posso anche dirgli pro via rectale, salvo poi ingoiare le supposte per un mese intero anziché mettersele nel buco del culo. Posso anche rispondere a certi sedicenti cattolici altamente arroganti e irriverenti verso noi presbiteri sbottando «Tace. Maxima mentula demens!». Après ça, chi gli spiega che gli ho appena detto «stai zitto grandissima testa di cazzo»? O credono forse di poter tradurre le terminologie di una antica lingua morta con il motore di ricerca Google?

.

Sorride il Cardinale dall’alto dei suoi ottant’anni da tempo passati, nel corso dei quali ha visto nella Chiesa di tutto e di più, compresi eserciti di farisei, pelagiani e puritani pieni di vizi privati e propagatori delle più rigide pubbliche virtù reclamate sempre e di rigore sulla pelle degli altri. Dicendomi infine con tono tenero e paterno:

.

«Un bravo prete dal cuore veramente sacerdotale si riconosce persino dalle parolacce. Solo un autentico uomo di Dio può dire parolacce con schietta purezza di cuore senza mai essere volgare. Grazie per le risate che mi hai donato, di questi tempi ne abbiamo disperato bisogno».

.

Oui, ne abbiamo bisogno, perché dovendo scegliere se piangere o se ridere, tutto sommato è sempre meglio ridere con la santa ironia della fede. E per concludere con una risata. Accadde che dei ragazzi toscani irridenti e irriverenti in vena di scherzi telefonano al Convento dei Frati Minori Cappuccini di Firenze esordendo:

«… pronto? Senta Padre e c’abbiamo sottomano duputtane e un si sà che fassene, le possiamo mandà a voi?».

Risponde serio il Cappuccino all’altro capo del telefono:

«… ’o Figliolo, noi qua siamo in sedici, con du’ sole puttane ‘i che voi che ci facciamo, un ci si po’ manco liscià i’ cazzo!».

.

E stiamo a parlare dei miti e serafici Cappuccini, immaginate cosa gli avrebbero risposto se avessero chiamato il Convento di quei pittbull dei Domenicani.

De Isola Patmos, 4 septembre 2022

.

.

REMARQUE

¹ Voir. Catulle (Carme 16) traduzione dal latino classico: «Io ve lo caccerò su per il culo e poi in bocca, Aurelio succhiacazzi e Furio finocchio sfondato, che per dei miei versi (poetici) teneri e gentili, avete pensato ch’io sia un rottinculo».

.

² Da un’antica raccolta di Penitenze Tariffate, traduzione dal latino medioevale: «Hai preso in mano il cazzo di un altro uomo e lui il tuo, après ça, de cette façon, avete giocato con i rispettivi cazzi attraverso le vostre mani, fino a eiaculare di piacere? Se lo hai fatto, ti impongo trenta giorni a pane e acqua come penitenza».

.

.

LE DERNIER LIVRE D'ARIEL S. LEVI de GUALDO – POUR ACCÉDER À LA LIBRAIRIE CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE

.

 

.

.

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Il est distribué “La tristesse de l'amour”, dernier travail éditorial d'Ariel S. Levi di Gualdo dédié à la mémoire du Cardinal Carlo Caffarra

È IN DISTRIBUZIONE LA TRISTE DE L'AMOUR, DERNIERS TRAVAUX ÉDITORIAUX PAR ARIEL S. LEVI di GUALDO DEDICATA ALLA MEMORIA DEL CARDINALE CARLO CAFFARRA

 

«Chi di noi si è formato in ambito teologico sulle pagine del recente sommo magistero dei Pontefici Pio XII, Paul VI, Jean-Paul II, facendo tesoro della grande omiletica di Benedetto XVI, degna dei sermoni del Santo Pontefice Gregorio Magno, nel leggere certi documenti recenti o udendo taluni predicozzi giornalieri da curato di campagna svaporato, può giungere ragionevolmente a dire che dalle aquile reali si è passati ai polli d’allevamento in batteria intensiva».

— Novità editoriali —

.

Auteur:
Jorge Facio Lynx
Président des Editions L'île de Patmos

.

.

per accedere al negozio librario cliccare sulla copertina del libro

le 6 septembre ricorre il V° anniversario della morte del Cardinale Carlo Caffarra che nel 1981 fu incaricato dal Santo Pontefice Giovanni Paolo II di fondare l’Istituto per studi su matrimonio e famiglia. L’opera di Padre Ariel S. Levi di Gualdo è una disamina critica della aimer la joie in rapporto alla Vie humaine. Riguardo la aimer la joie l’Autore scrive:

.

«Dopo la chiusura del Sinodo sulla famiglia l’utero dell’elefantessa partorì il 19 mars 2016 il topolino di campagna della Esortazione Apostolica post sinodale aimer la joie, un marchingegno di ambiguità costruito sul detto e non detto, su frasi ambigue a doppio senso, sentimentalismi emotivi e tanti sociologismi che decretano di fatto la morte di quello che per secoli è stato il linguaggio preciso, deciso e non passibile di equivoci del Magistero della Chiesa sorretto sui più solidi e chiari principi della metafisica classica, da tempo messa in soffitta per lasciare spazio al romanticismo tedesco decadente e al cuoricino che palpita e che guarda all’immediato del proprio soggettivo “io” anziché al futuro e a Dio. Chi di noi si è formato in ambito teologico sulle pagine del recente sommo magistero dei Pontefici Pio XII, Paul VI, Jean-Paul II, facendo tesoro della grande omiletica di Benedetto XVI, degna dei sermoni del Santo Pontefice Gregorio Magno, nel leggere certi documenti recenti o udendo taluni predicozzi giornalieri da curato di campagna svaporato, può giungere ragionevolmente a dire che dalle aquile reali si è passati ai polli d’allevamento in batteria intensiva, come a volte è accaduto a intervalli ciclici nella storia della Chiesa, anche se mai ai livelli desolanti di questi nostri tempi […] Qualche superficiale potrebbe fraintendere, in buona o anche in mala fede, obiettando che in queste pagine ho rivolto severe critiche a una Esortazione Apostolica data dal Romano Pontefice. Chiunque mi accusi di ciò sarebbe in grave errore, perché non critico affatto una norma data, dinanzi alla quale tacerei ed eseguirei quanto disposto dal sommo magistero. Ciò che critico è una norma non data e delle domande alle quali non è mai stata data risposta, lasciando il tutto avvolto nell’ambiguità. Questo è l’oggetto della mia critica: la mancanza di una norma assieme alla mancanza di chiarezza e di risposta. Il fedele servitore della Chiesa ragiona, dibatte e critica fin quando è consentito. Dopo che la Chiesa ha parlato il suo compito è di eseguire e trasmettere gli insegnamenti e di osservare le norme date, salvo creare in caso contrario scandalo nel Popolo di Dio e fratture della comunione ecclesiale. Aucun, sacerdote o laico cattolico che qualsivoglia, può dissentire e sostituire le proprie personali opinioni all’autorità della Chiesa, a questo ci pensano i teologi tedeschi, da sempre è loro prerogativa e privilegio pontificio».

.

È cosa nota e risaputa quanto Padre Ariel sia un pensatore, un analista e un teologo che quando graffia lascia il segno. E chi il graffio lo riceve, in genere ha due possibilità: o tenerselo e curare la ferita, oppure ritrovarsi in gravi difficoltà a smentire ciò che di vero e incontestabile ha scritto. Questo il motivo per il quale è accaduto nel corso del tempo che più volte, varie persone che si sono sentite ferite dalle sue parole o dai suoi rimproveri, non potendolo smentire né volendo dibattere nel merito delle precise questioni sollevate si sono attaccate alla forma espressiva, che nel caso di questo scrittore è spesso ironica, talvolta persino colorita. Ma d’altronde è noto: a questo modo agivano già a suo tempo i farisei.

.

Dibattendo sul delicato tema della Vie humaine l’Autore si colloca nel mezzo in un punto di equilibrio tra coloro che vorrebbero relativizzarla e coloro che vorrebbe invece «dogmatizzare un preservativo rinchiudendo al suo interno la morale cattolica e l’intero mistero del male». A tal proposito precisa:

.

«Desidero chiarire sin dall’inizio di questa mia esposizione che a certi generi di pensieri e giochi perversi non ci sono mai stato né intendo starci come uomo e come cattolico, come presbitero e come teologo. Questo libro intende esserne prova lucida e obiettiva in aperta critica rivolta sia a coloro che vorrebbero applicare alla Chiesa il carente senso morale del mondo e la sua sessualità disordinata e senza alcuna regola, sia a coloro che sono animati da quelle forme di cupo moralismo che niente ha da spartire con la sana e autentica morale cattolica, retta sulla più importante delle virtù teologali: la charité (cf.. Je Cor 13), non certo sul principio della summa lex summa iniuria (la somma giustizia equivale spesso alla somma ingiustizia). E la verità si regge sulla carità, mentre la carità è tale se retta dalla verità (cf.. Caritas in veritate). Perché è sulla carità che saremo giudicati da Dio».

.

De Isola Patmos, 30 août 2022

.

PER ACCEDERE AL NEGOZIO LIBRARIO CLICCARE QUI

.

.

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Mgr Vincenzo Paglia n'est pas simplement le “frère idiot” de Don Abbondio mais la prostituée de Babylone agenouillée devant le Prince de ce monde

L'ARCHEVÊQUE VINCENZO PAGLIA N'EST PAS SIMPLEMENT LE FRÈRE IDIOT DE DON ABBONDIO MAIS LA MERETRICE DE LA GÉNÉREUSE BABYLONE DEVANT LE PRINCE DE CE MONDE

 

«La prima condizione per la fine della eclissi dei valori tradizionali e per l’uscita del Cattolicesimo dalla sua crisi è che la Chiesa riprenda la sua funzione, che non è conformarsi al mondo, ma contrastarlo» (Augusto Del Noce, 1971)

- Actualité -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

le testuali parole di S.E. Mons. Vincenzo Paglia, cliquez sur l'image pour ouvrir la vidéo

Dell’Arcivescovo Vincenzo Paglia mi sono già occupato epitetandolo fratello idiota di Don Abbondio, oggi merita il titolo di meretrice di Babilonia genuflessa al Prince de ce monde [cf.. Gv 14, 30]

.

« Il avait écrit un nom mystérieux sur son front: « Babylone la grande, mère des prostituées et des abominations de la terre "" [App 17, 5].

.

Les déclarations faites par cet idiot au sens étymologique du terme - du grec ἰδιώτης (idiots) qui signifie « homme privé » et désigne la personne incapable, inexpérimentés et incompétents - ils sont d'une gravité sans précédent, d'autant plus en couvrant le rôle très délicat de président de la Académie pontificale pour la vie. Participant récemment au programme Le toit chaud sur le sinistre et politiquement correct Rai Tre a magnifié la loi 194 du 1978 sur l'avortement légalisé en déclarant: «Je pense que maintenant la Loi 194 est un pilier de notre vie sociale". Après avoir grimpé pendant 40 secondes sur les miroirs, à la question sèche de l'intervieweur qui le pressait: « Vous dites que la Loi n'est pas en cause 194?». L'Idiot a répondu: « En aucun, absolument… absolument!».

.

Des mots en eux même pas commentables dinanzi alle quali torna alla mente una frase del filosofo Augusto Del Noce che dipinse la nostra situazione attuale scrivendo queste parole profetiche quattro decenni fa:

.

«La prima condizione per la fine della eclissi dei valori tradizionali e per l’uscita del Cattolicesimo dalla sua crisi è che la Chiesa riprenda la sua funzione, che non è conformarsi al mondo, ma contrastarlo» [Coucher de soleil ou éclipse des valeurs traditionnelles? Editeur Rusconi, j'ai éd. 1971]

.

Un évêque peut-il plaire au monde avec la même flatterie, au lieu de s'opposer à ceux qui proclament l'avortement "droit sacro-saint" et "grande réussite sociale"? A un vescovo legittimo successore degli Apostoli e membro del Sacro Collegio Apostolico va tributato rispetto, toujours, a prescindere dalle sue debolezze, fragilità e mancanze di meriti oggettivi che possono fare di lui un personaggio anche al di sotto della mediocrità. Come confessore e direttore spirituale di numerosi preti ho udito spesso i lamenti di diversi confratelli che mi spiegavano quanto il loro vescovo fosse un emerito idiota. E avevano ragione, perché tale era nei disastrosi fatti concreti. E a tutti loro ho sempre risposto:

.

«… e a questo emerito idiota devi filiale rispetto e devota obbedienza, toujours et peu importe. Pertanto cerca di vivere la oggettiva idiozia del tuo vescovo come una prova di fede. Puoi non stimarlo, perché la stima non gli è dovuta, se la vuole quella deve guadagnarsela. Ma il rispetto e l’obbedienza sì, gli è sempre dovuta e non può essere in alcun modo cancellata dai suoi demeriti di cui al momento opportuno dovrà rispondere a Dio come sta scritto: “A chiunque fu dato molto, beaucoup sera demandé; à qui les hommes ont commis beaucoup, sarà richiesto molto di più”» [Lc 12, 48].

.

Da una parte raccolgo le lamentele dei preti verso i loro vescovi, dall’altra quelle di diversi vescovi che non ce la fanno più con certi preti. E hanno ragione gli uni e gli altri. Ormai da anni, a preti che si lamentavano dei loro vescovi non particolarmente amabili, paterni o dottrinalmente brillanti replico: «Tra non molto tempo tu e i tuoi confratelli rimpiangerete il vostro vescovo con le lacrime agli occhi». Frase ripetuta a decine di preti a partire dal 2017, quando i massimi vertici della Chiesa Cattolica superarono la soglia del non-ritorno festeggiando i 500 anni della pseudo-riforma di Martin Lutero, che non fu affatto un «riformatore», come lo dipinse La Civiltà Cattolica, né un soggetto sul quale si possa dire: «Credo che le intenzioni di Martin Lutero non fossero sbagliate. Era un riformatore». Perché così il Sommo Pontefice Francesco definì in un suo sproloquio a braccio in aereo ad alta quota questo diabolico eresiarca che dette vita a un drammatico scisma, non certo a una riforma. Quella la fece il Concilio di Trento, non Lutero. Aujourd'hui, gli stessi preti, mi scrivono, mi telefonano o a tu per tu mi dicono: "Tu avais raison, si je pouvais avoir l'évêque précédent dont je me suis tant plaint, je ne baiserais pas sa main mais ses pieds!».

.

J'ai étendu un voile miséricordieux sur les critères de sélection de nos nouveaux évêques sous cet auguste pontificat, tous avec le pauvre et le migrant sur leurs lèvres, tanto che dopo averne udito uno si sono udite tutte le omelie episcopali pronunciate da nord a sud, da est a ovest dai vescovi italiani.

.

Que les nôtres ne sont pas des temps de “Aigles d'Or” c'est clair pour quiconque a la moindre lueur de raison. Pour cette raison, il convient de souligner la différence entre un évêque idiot à qui le respect filial et l'obéissance dévouée sont toujours dus., d'un évêque réduit à une prostituée de Babylone agenouillée aux genoux du Prince de ce monde. Il faut rendre publiquement à Mgr Vincenzo Paglia tout ce saint mépris que tout croyant est tenu de déverser sur ce qui est mal et qui en tant que tel constitue un péché grave, dans le cas spécifique le crime d'avortement, réglementée dans notre pays par une loi qui n'est nullement un "pilier de notre vie sociale" mais le pire des crimes légalisés perpétrés contre la vie. C'est pourquoi nous ne devons pas payer un respect filial et une obéissance dévote à Mgr Vincenzo Paglia, parce que, abusant de la pire manière de l'épiscopat, il a exprimé des concepts qui contredisent la structure de notre morale et de notre éthique, qui reposent toutes deux sur les piliers du dépôt de la foi catholique. Il reste un évêque légitime avec un office ecclésiastique important et délicat, c'est hors de question. Mais, si c'est Puissance qui implique d'abord la garde suprême de la doctrine de la foi, elle l'exerce afin de nier sacrilègement les fondements de la morale et de l'éthique catholiques, dans ce cas il ne doit pas être ni entendu, ni obéi ni suivi et encore moins respecté, mais plutôt fait l'objet du saint mépris chrétien.

.

Vincenzo Paglia est une honte de l'épiscopat appartenant à cette catégorie infâme de personnes contre lesquelles les Saintes Écritures tonnent:

.

« Je connais tes oeuvres: tu n'as ni froid ni chaud. Puisses-tu froid ou chaud! Mais parce que tu es tiède, vous n'êtes ni chaud ni froid, Je vais vous cracher sur ma bouche " [App 3, 15-16].

.

Avec Vincenzo Paglia toutes les ambiguïtés et duplicités de ce pontificat risquent aussi d'être vomies de la bouche du Tout-Puissant, à qui revient le grave et objectif démérite d'avoir inclus des sujets immoraux et clairement hétérodoxes dans tous les postes clés les plus délicats, courant ainsi le risque de "[...] entrer dans l'histoire comme une poursuite excentrique du nouveau et du sensationnel comme substitut à la recherche de sens, qui a fini par produire une confusion doctrinale et pastorale qui ne s'était jamais produite auparavant dans l'histoire de l'Église ".

.

Ces derniers mots avec lequel j'ouvre mon livre dédié à la mémoire du Cardinal Carlo Caffarra qui sera distribué début septembre et que je vous invite à lire, seulement pour te remonter un peu, prendre confiance dans le fait que tout n'est pas perdu et pouvoir faire l'expérience de première main au milieu de tant de lapins de carrière craintifs qui déconstruisent les fondements mêmes de la doctrine catholique, il y a toujours aussi des lions qui aspirent à conquérir le prix de la vie éternelle comme seule ambition professionnelle. Leoni qu'il est bon de ne pas aller ennuyer avec le mot de reproche clérical en colère, parce qu'ils mordent et déchirent, come si deve e come si conviene ai Leoni di Dio posti a custodia della dottrina della fede e della salute delle anime dei croyants du Christ a noi affidate dal Redentore.

 

De Isola Patmos, 28 août 2022

.

.

.

___________________

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

L'Église catholique ne reçoit d'ordres de personne, encore moins des Ukrainiens qui ont perdu le contact avec la réalité dans un triomphe d'arrogance qui causera de graves dommages à tous les peuples d'Europe.

LA CHIESA CATTOLICA NON PRENDE ORDINI DA NESSUNO TANTO MENO DAGLI UCRAINI CHE HANNO PERDUTO IL CONTATTO COL REALE IN UN TRIONFO DI ARROGANZA CHE PRODURRÀ GRAVI DANNI A TUTTE LE POPOLAZIONI DELL’EUROPA

 

Alla Chiesa Cattolica nessuno può impedire di pregare per la redenzione e la salute dell’anima di Hitler come per la redenzione e la salute dell’anima di Stalin, perché ha il dovere di farlo. Cosa che fece al momento opportuno proprio mentre certi personaggi perpetravano i loro peggiori crimini contro l’umanità. La Chiesa non segue le direttive emotivo-distruttive di un ex comico eletto Presidente dell’Ucraina ma il Vangelo di Gesù Cristo.

- Actualité -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

per accedere al negozio librario cliccare sopra l’immagine

Nel mio libro pubblicato un paio di mesi fa: Guerra e propaganda ideologica, ho anticipato fatti e problemi che stanno venendo alla luce adesso nella loro drammatica gravità politica ed economica.

.

Ricordate la scorsa stagione televisiva, dove di émission de télévision dans émission de télévision si inneggiava slava Ucraini (gloria all’Ucraina)? Ricordate le voci critiche tacitate? Ricordate in che modo un esperto storico come Franco Cardini — autore di Ucraina, la guerra e la storia — non potendo essere zittito né dichiarato non autorevole, era tacitato con la inderogabile pubblicità da mandare in onda, facendolo poi sparire dallo schermo a stacco pubblicitario terminato? Mais surtout: ricordate gli ucraini invitati negli studi televisivi che con arroganza memorabile puntavano il dito verso l’Italia e gli italiani affermando di sera in sera: «Non dovete comprare il gas dalla Russia, dovete fare sacrifici per noi, perché noi lottiamo anche per la vostra libertà»?

.

Sotto gli occhi dei conduttori silenziosi, assaliti dalla necessità di mandare in onda la inderogabile pubblicità solo quando parlavano Franco Cardini o altri studiosi e qualificati esperti di storia e geopolitica, abbiamo dovuto sorbirci senza possibilità di replica dei soggetti emotivi drogati dalla propaganda di Vlodimir Zelenski ― che alle droghe pare non sia stato estraneo ― che senza possibilità di replica affermavano in prima serata che noi italiani eravamo obbligati a sacrificare i nostri figli per i figli degli altri che avevano deciso di lottare come dei cerbiatti contro una leonessa, convinti di vincere. Che la leonessa – nel caso specifico la Russia – li abbia aggrediti, c'est indubitable. Altrettanto indubbio che da una parte c’è un aggressore e un aggredito, in un contesto geopolitico molto complesso, vecchio e delicato nel quale non si può risolvere il problema sentenziando in modo superficiale e inappellabile chi è il buono e chi il cattivo, perché nelle guerre quando si ammazza tutti sono vittime e carnefici.

.

I governanti ucraini e buona parte della popolazione, inclusa quella cattolica e purtroppo anche alcuni vescovi di quel Paese, hanno già attaccato in passato la Santa Sede e il Sommo Pontefice dichiarandosi indignati per l’idea di far portare la croce a una donna russa e a una donna ucraina nel corso della via Crucis durante i riti della Settimana Santa, al punto da oscurarla sulle reti televisive della libera Ucraina, che al contrario della cattiva Russia sarebbe una democrazia, non un regime dittatoriale (!?). In questi giorni ha fatto seguito analoga dura protesta perché il Sommo Pontefice ha osato rivolgere un pensiero e una preghiera a Darya Dygin, figlia di Alexander, famoso e discutibile ideologo russo, uccisa in un attentato:

.

«Penso a una povera ragazza volata in aria per una bomba che era sotto il sedile della macchina a Mosca. Gli innocenti pagano la guerra» [cf.. QUI]

.

Il Governo Ucraino ha reagito con una protesta diplomatica attraverso il proprio ambasciatore e convocando il Nunzio Apostolico della Santa Sede a Kiev.

.

Siamo al delirio di onnipotenza al quale si aggiungono cieca ignoranza e arroganza. Alla Chiesa Cattolica nessuno può impedire di pregare per la redenzione e la salute dell’anima di Hitler come per la redenzione e la salute dell’anima di Stalin, perché ha il dovere di farlo. Cosa che fece al momento opportuno proprio mentre certi personaggi perpetravano i loro peggiori crimini contro l’umanità. La Chiesa non segue le direttive emotivo-distruttive di un ex comico eletto Presidente dell’Ucraina ma il Vangelo di Gesù Cristo sul quale sta scritto:

.

« Ce n'est pas en bonne santé qui ont besoin d'un médecin, mais les malades [...] infatti non sono venuto a chiamare i giusti, mais les pécheurs " [Mont 9, 12-13].

.

Ciò che dovevo analizzare ed esprimere sul conflitto russo-ucraino l’ho scritto in un libro al quale vi rimando.

.

Dopo la pausa estiva stanno riprendendo i vari émission de télévision alle porte di un autunno che si sta delineando molto critico. Questi vari programmi hanno riaperto mandando in onda i lamenti di imprenditori, commercianti e privati che stanno ricevendo delle bollette della luce salite ormai alle stelle e che non riescono a pagare, mentre nessuno sembra avere i virili attributi politici per dire che la guerra è stata un fallimento e peggio ancora l’invio di armi all’Ucraina, dove non si è armato un esercito ma una popolazione civile. Salvo poi mandare in onda sui nostri telegiornali notizie sui brutali soldati russi che uccidevano civili inermi. Anche in questo caso la domanda è rimasta senza risposta: un soi-disant civile inerme che imbraccia un Kalachnikov e che apre il fuoco sul nemico, siamo davvero sicuri che sia un civile inerme?

.

Bientôt, all’arrivo del freddo, ci sarà il problema del gas per gli impianti di riscaldamento. Riusciranno i nostri eroici uomini-azienda che conducono i vari émission de télévision a riportare nuovamente negli studi televisivi gli ucraini per puntare il dito sugli italiani e dir loro che devono sacrificare i propri figli, le proprie famiglie e le proprie aziende per sostenere l’Ucraina nella propria arrogante politica suicida? Sarà interessante udire quel che diranno agli inizi del prossimo inverno i vari conduttori che nella scorsa stagione televisiva inneggiavano slava Ucraini (gloria all’Ucraina), dinanzi agli italiani che in modo molto inglorioso rischiano di ritrovarsi veramente alla canna del gas, mentre già da adesso, i gestori delle case di riposo per anziani e degli asili nido stanno dicendo in toni allarmati che non saranno in grado di pagare le bollette della luce ormai triplicate e quelle del gas che tra non molto arriveranno, ma che al tempo stesso non possono certo triplicare le rette mensili dei loro ospiti.

.

Tutto il resto è scritto nel mio libro, con buona pace di chi ha inneggiato per mesi di émission de télévision dans émission de télévision: slava Ucrainon! Vediamo se lo stesso grido gli uomini-azienda avranno il coraggio di ripeterlo anche questo inverno con gli ucraini in studio che puntano il dito e che di sera in sera ripetono agli italiani ridotti alla canna del gas: «Voi dovete fare dei sacrifici per noi».

 

De Isola Patmos, 26 août 2022

.

.

___________________

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

"Le jeu du loto est l'impôt des imbéciles". Nous légalisons tout: Avortement, euthanasie, route, la prostitution, pari … pourquoi ne pas aussi légaliser le féminicide?

« LE JEU DU LOT EST L'IMPÔT DE LA FESSI ». NOUS LEGALISONS TOUT: AVORTEMENT, EUTHANASIE, MÉDICAMENT, LA PROSTITUTION, JEU DE HASARD... POURQUOI NE PAS LÉGALISER AUSSI LE FÉMINICIDE?

 

Il semble juste qu'un monstre qui tue une femme finisse en prison comme autrefois il y avait des femmes et des gynécologues qui ont tué des enfants avec un avortement illégal? Si une mère qui tue son enfant et un gynécologue ne finissent pas en prison comme un tueur exécute le meurtre, parce qu'un homme doit finir par tuer une femme? Tout au plus, confions-le à une association caritative et laissons-le faire un travail socialement utile.

- Actualité -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

Emma Bonino promotrice de diverses campagnes contre les objecteurs de conscience

Dans son cabaret yiddish l'enseignant Moni Ovadia des blagues sur la graine d'un vieux Juif avare qui suppliait avec insistance le Seigneur de le faire gagner à la loterie. Après des prières lancinantes ça résonne sur le ciel de celui-là shtetl une voix agacée: « Shlomo, Je te fais aussi gagner, mais vous dépensez deux dollars et achetez au moins un billet!».

.

Il y a de nombreuses années, quand j'étais étudiant à l'université, le prix en argent de l'ancienne loterie du Nouvel An avait atteint cinq milliards de l'ancienne lire. Tous mes compagnons avaient acheté au moins un billet, sauf moi. Un ami m'a demandé pourquoi je n'en avais pas acheté pour quelques lires, moins cher qu'un paquet de cigarettes. J'ai répondu: "Les chances de gagner sont si faibles que si je gagne vraiment, j'aurai la chance de trouver le ticket gagnant par terre en marchant dans la rue".

.

Jeux d'argent ça a toujours été un gros business pour la pègre, notamment pour les associations mafieuses présentes dans notre pays: la Camorra, la 'ndragheta et la Cosa Nostra. le 27 juin 1998 la loi qui rend le jeu légal dans notre pays entre en vigueur, réglementés et gérés par les monopoles d'État. Dans les années suivantes, le Législateur est intervenu avec d'autres lois: Dans le 2005 promulgue la loi m. 266 qui définit le rôle de la Société autonome des monopoles d'État qui s'occupe des jeux impliquant des gains en espèces et le contraste de la jungle des sites illégaux sans autorisation de l'État pour opérer en Italie, en particulier ceux de vidéo poker en ligne, ayant son domicile dans un paradis fiscal et le fournisseur de serveur dans un pays asiatique éloigné, libre de toutes les règles des différents États nationaux. Compris entre 2009 et le 2011 le Législateur traite de la protection des mineurs de 18 années, à qui il est interdit de jouer en vertu des lois 88/2009 e 98/2011. Ces lois ont augmenté les peines pour ceux qui ne respectent pas les mesures nécessaires sur les interdictions imposées aux mineurs, en particulier pour les sites Internet et les centres de jeux et de paris. Dans 2012 un décret-loi nommé d'après Renato Balduzzi, à l'époque ministre de la santé, traité de la dépendance au jeu, connue sous le nom de ludopathie, un trouble qui relève de la sphère délicate de l'expertise psychiatrique.

.

Il existe deux courants de pensée: les partisans du jeu légal soutiennent que l'interdire favoriserait la propagation de sites non autorisés et de salles de jeu clandestines gérées principalement par le crime organisé. Les contraires soutiennent que le fléau de la dépendance, Dépendance au jeu, cela peut conduire à la ruine de familles entières, à tout cela, il faut ajouter les dépenses considérables supportées par le Service national de santé pour le traitement des joueurs compulsifs.

.

C'est maintenant une idée largement répandue que pour éviter le mal il faut recourir au mal en disant que le mal est bien. Clarifions: la «grande italiana» Senatore Emma Bonino, selon la malheureuse définition papale en plus de qualifier l'avortement de "grande réussite sociale" et de porter plainte auprès du Parlement européen et de la Cour internationale de justice présence excessive de médecins objecteurs de conscience dans notre pays - c'est ce qui fait qu'il, précisément, un "grand italien" digne de la louange papale en tant que tel -, maintient toujours que l'avortement légalisé a éradiqué l'avortement clandestin, mettre fin au fléau des pauvres qui meurent seulement un de septicémie sous le couteau des mères, tandis que les riches se rendaient dans les cliniques suisses pour se faire avorter en toute sécurité. Pourquoi ne pas appliquer exactement la même logique et déclarer que le fémicide devrait être légalisé, ou au moins le dépénaliser? Il semble juste qu'un monstre qui tue une femme finisse en prison comme autrefois il y avait des femmes et des gynécologues qui ont tué des enfants avec un avortement illégal? Si une mère qui tue son enfant et un gynécologue ne finissent pas en prison comme un tueur exécute le meurtre sur demande, parce qu'un homme doit finir par tuer une femme? Tout au plus, confions-le à une association caritative et laissons-le faire un travail socialement utile.

.

L'hyperbole est évidente, seuls les aveugles émotionnels et les analphabètes numériques peuvent ne pas saisir le sens complètement provocateur, paradoxal et non des moindres grotesque aussi, mal compris le sens clair et m'accusant finalement d'avoir incité au féminicide. Et je peux vous garantir qu'il ne manquera pas de ce genre de webeti qui n'ont lu que le titre et peut-être le sous-titre. Pas seulement parce que je webeti ils ne meurent jamais, mais pourquoi s'il avait aussi reçu une balle dans le front, tu es sûr que la balle ricocherait pour aller tuer un pauvre innocent qui passait dans la rue.

.

Mais c'est la logique avec qui pendant des décennies, à commencer par la loi sur la légalisation de l'avortement, les Italiens ont été drogués par ce parti méphistophélique connu sous le nom de parti radical, dont la logique émotionnelle est connue: pourquoi forcer une pauvre femme à risquer sa vie sous le couteau d'une momie, pendant que les dames riches vont se faire avorter en Suisse? Oui, mais les membres du parti méphistophélique, à la tête de tous Marco Pannella et Emma Bonino grand italien pontifical, ils n'ont jamais répondu à une question fondamentale: et qui serait-ce qui forcerait à la fois la pauvre femme et la femme riche à tuer un être humain innocent? Il est peut-être moralement permis, aussi obligatoire, tuer des créatures innocentes et sans défense?

.

Mettez cette pensée à travers d'autres suivront en conséquence. Par exemple, on sait que l'un des plus anciens métiers du monde est la prostitution. Alors qu'il ne peut pas être éradiqué, dans ce cas légalisons-le. Il en est de même pour la consommation de drogues douces ou dures. Une fois la prostitution et la drogue légalisées, peut-être n'aurions-nous pas privé les différentes mafias et associations criminelles d'un important chiffre d'affaires, toujours selon le principe de l'avortement légal qui aurait vaincu l'avortement clandestin? En gros c'est simple à faire, il suffit que l'État - qui est déjà devenu infanticide avec la loi no. 194 du 1978 - vous devenez également un exterminateur de malades en phase terminale, proxénète des prostituées, trafiquant de drogue et ainsi de suite à suivre. Sinon, quel genre d'état civil, quel genre d'État de droit serait le nôtre, s'il a nié le "droit" de se suicider, la prostitution, prendre de la hauteur? De cette façon, le mal cessera d'être un mal et sera légalisé et deviendra licite. Au contraire, on imposera aux putains l'obligation d'avoir une licence commerciale régulière, nous leur donnerons un numéro de TVA avec un taux de 22%, l'obligation d'émettre des reçus fiscaux client après client et enfin de déposer la déclaration fiscale annuelle. Già me le immagino le ricevute delle mignotte con il dettaglio delle prestazioni e relativi prezzi varianti dai rapporti anali sino a quelli sadomaso. Si tu veux je peux aussi imaginer le visage du comptable, à la fois la pute et le client, al quale queste ricevute saranno presentate per la dichiarazione fiscale annuale e da inserire sotto chissà quale voce di deducibilità per il cliente.

.

Il sera donc bon de passer à autre chose, dans cette société italique cathophobe semi-esclavagiste du Vatican et donc loin d'atteindre les niveaux de grande civilisation des pays scandinaves, que depuis quelques décennies l'heureux record mondial de suicides et le taux le plus élevé de syndromes dépressifs aigus se disputent avec le Japon.

.

S'il est prévu de remédier à certains problèmes de légalisations, peu pensent à remplacer les espèces par de la monnaie électronique, ce qui pourrait être bénéfique en agissant comme un grand moyen de dissuasion dans un pays où les données Istat de 2018 parler de 110 milliards d'évasion fiscale par an, d'une économie souterraine égale à 192 des milliards et des activités illégales s'élevant à 19 des milliards. De toute évidence, celle sur les activités illégales est un chiffre très approximatif, parce que le chiffre d'affaires du crime est beaucoup plus élevé. Avec la monnaie électronique qui implique la traçabilité, comment un bordel paierait-il une putain? bientôt dit: ou la femme a un mécanisme improbable pour glisser des cartes de crédit et de débit entre les seins ou les fesses, ou le paiement serait pour le moins difficile. Tout aussi difficile pour un entrepreneur criminel de payer illégalement des travailleurs sans cotisations ni couverture d'assurance, dans un pays comme le nôtre où les médias sont enregistrés 3 décès par jour au travail, selon les données statistiques de 2019. Il en serait de même pour le grand nombre d'artisans qui, dans le sud de l'Italie en particulier, exercent des activités de maçonnerie, plombiers, électriciens, aérien, Techniciens en informatique… sans être nulle part en tant qu'entreprises individuelles ou travailleurs indépendants. Et il n'y en a pas quelques-uns qui bénéficient actuellement également de revenu de grillino de citoyenneté, tout en empochant quelques milliers d'euros par mois au noir total sans payer ne serait-ce que l'ombre d'un impôt ou d'une cotisation. Avec monnaie électronique traçable, comment le citoyen pourrait les payer? Cela vaut aussi bien pour le plombier que pour le pigiste aux honoraires salés, qui demande en souriant au client: "Avec ou sans facture?».

.

Une fois la loi faite, la supercherie a été découverte, récite l'un des idiomes les plus connus de notre sol italien. Ce qui est sans doute vrai, dans lequel nous, Italiens, avons toujours été les maîtres. Cependant, même le savoir-faire le plus ingénieux et le plus imaginatif a des limites.: il est en effet vrai que le flair frauduleux du grain napolitain imité par Totò, peut aussi parvient même à vendre la fontaine de Trevi à un touriste italo-américain, cependant, même les tricheurs les plus fantaisistes ne peuvent pas réussir à contourner certaines lois anti-fraude, car ce serait comme prétendre être capable de défier les lois naturelles de la physique. Preuve en est - pour donner un exemple - les tests actuels pour les permis de conduire ou ceux pour l'admission à la faculté de médecine et de chirurgie, impossible à manipuler, car ils sont centralisés et blindés par un système électronique impénétrable qui rend impossible l'identification de la personne à favoriser par le parrain de garde.

.

Avec monnaie électronique traçable, comment un trafiquant de drogue ou un recel de biens volés pourrait être impliqué dans le commerce criminel? Quelqu'un pense qu'il pourrait se tourner vers son ami boucher ou vers le buraliste docile pour se faire glisser avec des transactions inexistantes avec des guichets automatiques ou des cartes de crédit? Et même si elle a fait, comment, le boucher ou son ami buraliste pourrait alors lui donner de l'argent en échange, escroqueries de style sur le revenu de citoyenneté, s'il n'y a pas de papier-monnaie et que tout ne procède que par des circuits électroniques traçables?

.

Nous avons pu légaliser l'avortement, nous sommes en train de légaliser l'euthanasie, nous avons fait du jeu un monopole d'État et nous sommes incapables d'écraser l'évasion fiscale, la prostitution, trafic de drogue et milieux criminels de toutes sortes car selon certains, la monnaie électronique serait une atteinte aux libertés individuelles et un contrôle exercé sur les citoyens bien pire que celui du Big Brother de George Orwell? Mais nous sommes vraiment une société de schizophrènes limite!

.

Une personne opposée à la monnaie électronique dit-il d'un ton bêtement provocateur: « Et vous les prêtres, comment prendriez-vous des offrandes pour les églises, pour des activités caritatives, pour la célébration des Saintes Messes, etc.?». J'ai répondu: "Facile, avec de la monnaie électronique. Au contraire, ce serait plus commode et pratique que la petite monnaie que ces gros poux de nombreux fidèles mettent dans le panier d'offrande, nous obligeant à changer quelques kilos de pièces en quelques morceaux de papier 5, 10, 20 centimes". Et j'ai poursuivi en expliquant que pour nous les prêtres, membres d'un groupe religieux reconnu par l'État comme institution de droit public, monnaie électronique, pour les offres et plus, ce ne serait pas du tout un problème, plutôt une grande et pratique commodité. Au contraire, ce serait un problème pour la famille Casamonica qui gère également la tournée de mendicité dans la capitale italienne. Ou quelqu'un peut-il imaginer un gitan pétulant - ou si nous préférons la langue politiquement correcte un Rom - ennuyer les passants en demandant de l'argent au position à portée de main pour les transactions aux guichets automatiques et par carte de crédit? Dans nos églises, nous pourrions facilement installer un mécanisme électronique pour le paiement et la collecte des offrandes, tels que ceux que l'on trouve dans tous les centres et lieux où les paiements peuvent être effectués en libre service. Mais nous sommes un corps de droit public, pas le circuit de mendicité du clan Casamonica, nous ne sommes ni receleur ni trafiquants de drogue.

.

Pourtant notre glorieuse République le système de perception des taxes l'a trouvé. Dans l'ensemble, c'est un système plus ancien qu'on ne pourrait l'imaginer: le jeu du loto, qu'à l'aube de l'unification de l'Italie, un grand homme d'État, Comte Camillo Benso de Cavour, appelé "l'impôt des imbéciles". En effet, selon les données rapportées dans un livre très intéressant publié dans 2017 et écrit par Giulia Migneco et Claudio Forleo, qui a suivi une seconde écrites par les mêmes auteurs au cours de la confinement du Covid-19, avec le jeu légalisé, l'État a encaissé 2018 la quantité de 105 milliards d'euros. Un montant qui correspond ironiquement à ce qu'Istat indique comme le volume d'évasion fiscale dans notre pays, égal à 110 milliards d'euros. Le grand homme d'État du XIXe siècle avait donc raison lorsqu'il qualifiait le lot de "l'impôt des fous". Avec le recul j'ajoute: l'Italien se sent si intelligent et a le droit d'échapper aux impôts, jusqu'à ne pas payer les impôts utiles pour maintenir en place le système de notre État-providence. Mais en même temps, elle est tellement stupide qu'elle court au bureau de la loterie pour payer la "taxe des imbéciles", se placer devant tout le monde sur la table du bar avec une pièce de monnaie à la main pour gratter un ticket après l'autre en grattant&vinci.

.

De la dépendance au jeu par rapport à la morale catholique ans, j'ai consacré une conférence à la demande et à l'invitation des amis de la Lions club. Je n'ai pas grand chose à ajouter à ce que j'ai dit à l'époque, Je renvoie donc à l'enregistrement de ce ma conférence que vous pouvez trouver sur le YouTube à partir de L'île de Patmos.

.

Dans nos paroisses et centres Caritas il y a beaucoup de gens qui viennent demander de l'aide pour les nécessités de base, ou parce que je suis sur le point de voir la lumière ou le gaz coupé, après avoir gaspillé les salaires et les pensions dans le jeu légalisé. A beaucoup de mes frères au coeur tendre qui m'ont dit à maintes reprises "comment ne pouvez-vous pas les aider?», J'ai répondu qu'apporter une aide quelconque à une personne dépendante au jeu, c'est comme acheter de la drogue pour un toxicomane en sevrage, comment payer les services d'une prostituée à un accro au sexe. Ce n'est pas de la charité, mais pure inconscience. C'est surtout le mal qui s'ajoute au mal que ces sujets s'infligent à eux-mêmes et à leurs familles. Affecté par la dépendance au jeu, après avoir saigné à mort pour avoir payé "l'impôt des imbéciles", il faut le dire d'un ton sévère et presque toujours avec une vilaine figure: que vous éteigniez aussi la lumière ou le gaz, que vous avez également des difficultés à faire vos courses et à manger, Je m'en fous et ne dois pas m'en soucier, le moins aie pitié. La seule aide que je puisse vous apporter et qu'en conscience je suis tenu de vous apporter, est de vous référer à un bon psychiatre qui pourra vous guérir de cette dangereuse addiction.

.

C'est une immense tristesse voir des retraités âgés sortir des buralistes avec des lignes à gratter&gagner et aller peu de temps après au centre Caritas pour demander quelques courses. Tout aussi triste de voir des files de personnes, jeunes et vieux, dont de nombreux pères et mères de famille, brûler des sommes d'argent pour des systèmes de nombres improbables, tandis que le méga panneau d'affichage montre la somme stratosphérique de la cagnotte écrite en grosses lettres, qui est aujourd'hui égal à 259.600.000 euro. Figure devant laquelle des fraudeurs fiscaux souffrant d'addiction aux jeux d'argent qui justifient leurs fraudes auprès de l'Etat en s'abritant derrière le doigt du "je ne paye pas les salaires des politiciens avec mes impôts", ils ne réalisent même pas que les impôts les paient de la pire façon, comme de parfaits imbéciles, coupon derrière coupon, éraflure&gagner au scratch&vinci. Outre le fait que le salaire tant décrié des politiciens, dans les poches du budget général de l'état équivaut à quelques euros dans nos poches, bien qu'il ait toujours été l'excuse et le doigt ridicule derrière lequel s'abritent petits et grands fraudeurs fiscaux.

.

Si la cagnotte a atteint ce chiffre, certains se sont demandé à combien s'élevait la somme bien plus élevée obtenue avec les paris des monopoles d'État? Il n'est pas facile de vivre dans un pays où l'avortement est considéré comme "un droit acquis" et une "grande réussite sociale", où l'on pense que l'euthanasie est "un acte d'humanité envers un pauvre malade en phase terminale", où l'état gagne de l'argent sur le jeu, auquel d'une part il incite, en revanche, il invite à la prudence car "le jeu peut être addictif". Mais, une monnaie électronique traçable qui porterait un coup fatal au crime organisé, pour le trafic de drogue, à la prostitution, au travail illégal, l'évasion fiscale et ainsi de suite à suivre, qu'aucun, car ce serait une atteinte grave aux libertés individuelles.

.

Le peuple italien a un concept très étrange de "droit" et de "liberté", incité qu'il est à gratter dans l'espoir de gagner, avec un État qui se rassure en prévenant que "le jeu peut créer une dépendance" et qu'il va bientôt nous donner l'euthanasie, mariage de même sexe, la possibilité d'adopter des enfants pour les couples gais et lesbiens, médicaments gratuits et bien d'autres merveilleux droits liés à de véritables aberrations transformées en bien selon la loi.

 

De Isola Patmos, 25 août 2022

.

.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Emiliano Mandrone, Monnaie électronique pour la lutte contre l'évasion fiscale? dans le magazine en ligne Economics and Politics, édition de 4 novembre 2019

Ardizzi et P. Jouer, Le coût social des instruments de paiement en Italie, Questions institutionnelles, Banque d'Italie, 2012.

Grazini, Vers une monnaie numérique publique: l'audace de Christine Lagarde et la prudence de Mario Draghi, Économie et politique, 2019.

Mandrone, Le gang honnête qui veut de l'argent électronique, lavoce.info, 2015.

Mandrone, Le rôle social de l'éducation économique, INAPP, 2017.

Réalfonzo, 100 milliards de sous-investissement public et déficit de compétitivité. L'Italie a besoin de politiques industrielles, Économie et politique, 2019.

KS. Rogoff, La fin de l'argent. Une proposition pour limiter les dégâts du cash, L'essayeur, 2017.

Velours, g. Casamatta, L. Bousquet, g. Poniatowski, Estimation de l'évasion fiscale internationale par les particuliers, WP Non 76, Commission européenne, 2019.

Années 2013-2016 l'économie non observée dans les comptes nationaux, Statistiques du rapport, ETAT, 2018

.

.

___________________

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Il y a des prêtres qui propagent et recommandent la lecture de l'œuvre de Maria Valtorta, ignorant que l'Église l'a déclaré trompeur et dangereux

IL Y A DES PRÊTRES QUI PROPAGENT ET RECOMMANDENT LA LECTURE DE L'ŒUVRE DE MARIA VALTORTA, IGNORANDO CHE LA CHIESA L’HA DICHIARATA FUORVIANTE E PERICOLOSA

 

L’Opera della Valtorta «fu posta all’Indice il 16 décembre 1959 et défini “La vie mal romancée de Jésus”. Le disposizioni del Decreto del Sant’Offizio vennero ripubblicate con nota esplicativa il 1° Dicembre 1961. Dopo l’avvenuta abrogazione dell’Indice si fece presente quanto pubblicato su Janet (1966) ce, bien supprimé, je’Indice conservavatutto il suo valore moraleper cui non si ritiene opportuna la diffusione e raccomandazione di un’Opera la cui condanna non fu data alla leggera ma dopo ponderate motivazioni al fine di neutralizzare i danni che può arrecare ai fedeli più sprovveduti»

(Cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi)

— Attualità ecclesiale—

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

il celebre film di fantascienza degli anni Ottanta: ET. l’extraterrestre, di Steven Spielberg

Molte persone semplici e in buona fede si sono rivolte ai Padri de L'île de Patmos per chiedere notizie sull’opera di Maria Valtorta e per informarci che è stata consigliata loro in lettura da diversi sacerdoti, alcuni dei quali usano i testi di questa fantasiosa Autrice nelle loro catechesi. Cosa molto grave, perché un pastore in cura d’anime non può ignorare che si tratta di scritti ripetutamente condannati e sconsigliati dalla Chiesa. Qualsiasi sacerdote che ne fa uso o che li consiglia in lettura si grava della responsabilità di somministrare veleno al Popolo di Dio.

.

Il mio libero giudizio di studioso su Maria Valtorta è pessimo da sempre. Per poco possa valere considero questa Autrice affetta da misticismo strampalato e da megalomania narcisistica. Un libero giudizio basato sulle assurdità di quello che oggi è conosciuto e indicato in modo gravemente improprio come «Il Vangelo di Maria Valtorta».

.

Contrariamente a quanti elevano le proprie opinioni e il soggettivo sentire a verità intangibili della fede, per mia impostazione e formazione teologica, giuridica ed ecclesiale, quando esprimo libere opinioni preciso sempre che sono tali e che come tali lasciano il tempo che trovano. A meno che non annunci delle verità di fede, facendomi voce e fedele strumento della Chiesa che mi ha conferito per Sacramento di grazia il mandato a farlo, adempiendo a questo modo a un dovere al quale non posso né devo sottrarmi. Puis, al “cattolico d’arrembaggio” che esordisce dicendo «… non sono d’accordo, perché secondo me … io credo che …» sono tenuto a replicare che è in grave errore, non perché abbia ragione io, ma perché ho annunciato ciò che insegna la Chiesa, chiarendo quelli che sono i suoi giudizi dati, dinanzi ai quali nessun credente che sia veramente tale può replicare: «… non sono d’accordo, perché secondo me … io credo che …». Nessun singolo sacerdote e nessun fedele cattolico può né mai dovrebbe osare arrogarsi di dichiarare autentico ciò che la Chiesa ha dichiarato falso o dire impudentemente di credere in ciò al quale la Chiesa ha chiaramente detto che non bisogna credere né prestare fede. donc je le répète: è gravissimo che dei sacerdoti diffondano e trasmettano gli scritti di Maria Valtorta in aperta disobbedienza a quelli che sono i giudizi decisi e negativi dati dalla Chiesa su questa opera di fantasia, presentandoli come autentici e come opere edificanti per lo spirito dei credenti.

.

Piaccia o meno a certi passionari, dichiarare ai fedeli cattolici che quella di Maria Valtorta non è un’opera di mistica e spiritualità ma una colossale bufala contenente gravi deviazioni dottrinali che danno della fede, della Divina Rivelazione e della mariologia una visione a tratti persino grottesca, non è una libera e soggettiva opinione personale, ma il giudizio della Chiesa, al quale sono tenuto a prestare obbediente ossequio e che come presbitero e teologo sono tenuto a trasmettere al Popolo di Dio, invitandolo a prestare ascolto e ossequio al giudizio che l’Autorità Ecclesiastica ha dato.

.

Chiariti questi fondamentali elementi, non sempre facili da far comprendere a coloro che vivono l’esperienza di fede in modo immaturo, soggettivo ed emozionale, lascio adesso parlare i documenti attraverso i quali l’Autorità Ecclesiastica si è espressa nel corso del tempo sull’opera di Maria Valtorta. Pareri chiari e precisi dinanzi ai quali nessun credente, ma soprattutto nessun pastore preposto alla cura e alla guida delle anime, può replicare: «… non sono d’accordo, perché secondo me … io credo che …».

.

_________________________

.

UNA VITA DI GESÚ MALAMENTE ROMANZATA

L'Osservatore Romano édition de 6 janvier 1960

.

In altra parte del nostro Giornale è riportato il Decreto del Sant’Offizio con cui viene messa all’Indice un’Opera in quattro volumi, di autore anonimo (almeno in questa stampa) edita all’Isola del Liri. Pur trattando esclusivamente di argomenti religiosi, detti volumi non hanno alcun imprimatur, come richiede il Can. 1385, 1 n.2 del Codex Iuris Canonici. L’Editore, in cui una breve prefazione, scrive che l’Autore «a somiglianza di Dante ci ha dato un’opera in cui, incorniciati da splendide descrizioni di tempi e di luoghi, si presentano innumerevoli personaggi i quali si rivolgono e ci rivolgono la loro dolce, o forte, o ammonitrice parola. Ne è risultata un’Opera umile ed imponente: l’omaggio letterario di un dolorante infermo al Grande Consolatore Gesù». À la place, a un attento lettore questi volumi appaiono nient’altro che una lunga prolissa vita romanzata di Gesù.

A parte la vanità dell’accostamento a Dante e nonostante che illustri personalità (la cui indubbia buona fede è stata sorpresa) abbiano dato il loro appoggio alla pubblicazione, il Sant’Offizio ha creduto necessario metterla nell’Indice dei Libri proibiti. I motivi sono facilmente individuabili da chi abbia la certosina pazienza di leggere le quasi quattromila pagine di fitta stampa. Anzitutto il lettore viene colpito dalla lunghezza dei discorsi attribuiti a Gesù e alla Vergine Santissima; dagli interminabili dialoghi tra i molteplici personaggi che popolano quelle pagine.

I quattro Vangeli ci presentano Gesù umile, riservato; i suoi discorsi sono scarni, incisivi, ma della massima efficacia. À la place, in questa specie di storia romanzata, Gesù è loquace al massimo, quasi reclamistico, sempre pronto a proclamarsi Messia e Figlio di Dio e a impartire lezioni di teologia con gli stessi termini che userebbe un professore dei nostri giorni. Nel racconto dei Vangeli noi ammiriamo l’umiltà e il silenzio della Madre di Gesù; invece per l’autore (o l’autrice) di quest’opera la Vergine Santissima ha la facondia di una moderna propagandista, è sempre presente dappertutto, è sempre pronta a impartire lezioni di teologia mariana, aggiornatissima fino agli ultimissimi studi degli attuali specialisti in materia.

Il racconto si svolge lento, quasi pettegolo; vi troviamo nuovi fatti, nuove parabole, nuovi personaggi e tante, tante, donne al seguito di Gesù. Alcune pagine, puis, sono piuttosto scabrose e ricordano certe descrizioni e certe scene di romanzi moderni, viens, per portare solo qualche esempio, la confessione fatta a Maria da una certa Aglae, donna di cattivi costumi (cf.. volume. je, p. 790 ss.), il racconto poco edificante a p. 887 ss. del I vol., un balletto eseguito, non certo pudicamente, davanti a Pilato, nel Pretorio (cf.. volume. IV, p. 75), etc…

A questo punto viene, spontanea una particolare riflessione: L’Opera per la sua natura e in conformità con le intenzioni dell’Autore e dell’Editore, potrebbe facilmente pervenire nelle mani delle religiose e delle alunne dei loro collegi. Dans ce cas, la lettura di brani del genere, come quelli citati, difficilmente potrebbe essere compiuta senza pericolo o danno spirituale. Gli specialisti di studi biblici vi troveranno certamente molti svarioni storici, geografici e simili. Ma trattandosi di unromanzo, queste invenzioni evidentemente aumentano il pittoresco e il fantastico del libro. Maman, in mezzo a tanta ostentata cultura teologica, si possono prendere alcuneperle che non brillano certo per l’ortodossia cattolica. Qua e là si esprime, circa il peccato di Adamo ed Eva, un’opinione piuttosto peregrina e inesatta. Nel vol. I a pag. 63 si legge questo titolo: «Maria può essere chiamata la secondogenita del Padre». Affermazione ripetuta nel testo alla pagina seguente. La spiegazione ne limita il significato, evitando un’autentica eresia; ma non toglie la fondata impressione che si voglia costruire una nuova mariologia, che passa facilmente i limiti della convenienza.

Nel II vol. Pag. 772 lit: «Il Paradiso è Luce, profumo e armonia. Ma se in esso non si beasse il Padre, nel contemplare la Tutta Bella che fa della Terra un paradiso, ma se il Paradiso dovesse in futuro non avere il Giglio vivo nel cui seno sono i Tre pistilli di fuoco della divina Trinità, luce, profumo, armonia, letizia del Paradiso sarebbero menomati della metà». Qui si esprime un concetto ermetico e quanto mai confuso, Heureusement; perché se si dovesse prendere alla lettera, non si salverebbe da severa censura.

Per finire, accenno a un’altra affermazione strana e imprecisa, in cui si dice della Madonna: "Toi, nel tempo che resterai sulla Terra, seconda a Pietro come gerarchia ecclesiastica …».

L’Opera, alors, avrebbe meritato una condanna anche se si fosse trattato soltanto di un romanzo, se non altro per motivi di irriverenza. Ma in realtà l’intenzione dell’autore pretende di più. Scorrendo i volumi, qua e là si leggono le parole «Gesù dice…», «Maria dice…»; ou: «Io vedo» e simili. Au contraire, verso la fine del IV volume (page. 839) l’autore si rivela un’autrice e scrive di essere testimone di tutto il tempo messianico e di chiamarsi Maria. Queste parole fanno ricordare che, circa dieci anni fa, giravano alcuni voluminosi dattiloscritti, che contenevano pretese visioni e rivelazioni. Consta che allora la competente Autorità Ecclesiastica aveva proibito la stampa di questi dattiloscritti e aveva ordinato che fossero ritirati dalla circolazione. Ora li vediamo riprodotti quasi del tutto nella presente Opera. Perciò questa pubblica condanna della Suprema Sacra Congregazione è tanto più opportuna, a motivo della grave disobbedienza.

.

.

RISPOSTA DEL PREFETTO DELLA CONGREGAZIONE PER LA DOTTRINA DELLA FEDE A UNA RICHIESTA DI PARERE SULL’OPERA DI MARIA VALTORTA

.

Rome, 31 janvier 1985 – prot. n. 144/58

.

A Sua Eminenza Reverendissima

Giuseppe Cardinale Siri

Arcivescovo metropolita di Genova

.

Cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Con lettera del 18 mai, il Reverendo Padre Umberto Losacco, Cappuccino, chiedeva a questa Sacra Congregazione una chiarificazione circa gli scritti di Maria Valtorta, recueillis sous le titre: Il Poema dell’Uomo-Dio e se esisteva una valutazione del Magistero della Chiesa sulla pubblicazione in questione con il riferimento bibliografico. In merito mi pregio significare all’Eminenza Vostra – la quale valuterà l’opportunità di informare il Reverendo Padre – che effettivamente l’Opera in parola fu posta all’Indice il 16 décembre 1959 et défini par L'Osservatore Romano du 6 janvier 1960 «Vita di Gesù malamente romanzata». Le disposizioni del Decreto vennero ripubblicate con nota esplicativa ancora su L'Osservatore Romano del 1° Dicembre 1961, comme on peut le voir dans la documentation ci-joint. Avendo poi alcuni ritenuto lecita la stampa e la diffusione dell’Opera in oggetto, Après l'indice de suppression réussie, sempre su L'Osservatore Romano (15 juin 1966) si fece presente quanto pubblicato su Janet (1966) ce, bien supprimé, je’Indice conservava «tutto il suo valore morale» per cui non si ritiene opportuna la diffusione e raccomandazione di un’Opera la cui condanna non fu decisa alla leggera ma dopo ponderate motivazioni al fine di neutralizzare i danni che tale pubblicazione può arrecare ai fedeli più sprovveduti.

Grateful à tous ses dispositions bienveillantes à cet égard, profit de l'occasion pour confirmer la très haute considération Votre Eminence le plus reverend.

Dev.mo

XJoseph Cardinale Joseph Ratzinger

préfet

.

.

MESSAGGIO DELLA CONFERENZA EPISCOPALE ITALIANA ALL’EDITORE DELL’OPERA DI MARIA VALTORTA

Rome, 6 Mai 1992 – prot. N. 324/92

.

All’Attenzione del

Centro Editoriale Valtortiano

.

Stimatissimo Editore,

il Cardinale Dionigi Tettamanzi, Arcivescovo metropolita di Milano, all’epoca Segretario Generale della Conferenza Episcopale Italiana

in seguito a frequenti richieste, che giungono anche a questa Segreteria, di un parere circa l’atteggiamento dell’Autorità Ecclesiastica sugli scritti di Maria Valtorta, attualmente pubblicati dal Centro Editoriale Valtortiano, rispondo rimandando al chiarimento offerto dalle Remarque pubblicate da L'Osservatore Romano la 6 janvier 1960 et le 15 juin 1966.

Proprio per il vero bene dei lettori e nello spirito di un autentico servizio alla fede della Chiesa, sono a chiederLe che, in un’eventuale ristampa dei volumi, si dica con chiarezza fin dalle prime pagine che le visions e je dettati in essi riferiti non possono essere ritenuti di origine soprannaturale, ma devono essere considerati semplicemente forme letterarie di cui si è servita l’Autrice per narrare, à sa manière, la vita di Gesù.

Grato per questa collaborazione, Le esprimo la mia stima e Le porgo i miei rispettosi e cordiali saluti.

.

XDionigi Tettamanzi, évêque

Secrétaire général du C.E.I.

.

.

Chiarito e documentato il tutto concludo ribadendo che dinanzi a questi chiari, precisi e decisi pareri dati dall’Autorità Ecclesiastica, nessun fedele cattolico, ma soprattutto nessun presbitero preposto alla cura e alla guida delle anime, dovrebbe mai osare replicare: «… non sono d’accordo, perché secondo me … io credo che …».

De Isola Patmos, 20 août 2022

.

.

.

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Proclamer de nouveaux dogmes est plus sérieux que déconstruire les dogmes de la foi. Maria Corredentrice? Une idiotie théologique soutenue par ceux qui ignorent les bases de la christologie

PROCLAMER DE NOUVEAUX CHIENS EST PLUS SERIEUX QUE DECONSTRUIRE DES CHIENS DE FOI. MARIA CORREDENTRICE? Une idiotie théologique soutenue par ceux qui ignorent les bases de la CHRISTOLOGIE

 

La Bienheureuse Vierge Marie aurait demandé à être proclamée corédemptrice avec un cinquième dogme marial? On sourit pour ne pas pleurer sur certaines bêtises. Quelqu'un est prêt à croire vraiment que la Sainte Vierge qui s'est définie comme humble servante, la femme de l'amour doué, silence et confidentialité, qui a pour but de conduire au Christ, peut demander à des voyants ou à des visionnaires dévalorisés d'être proclamés co-rédemptrices et placés presque sur un pied d'égalité avec le Divin Rédempteur?

— Théologique —

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

« pourquoi, après avoir de nouveau adressé des requêtes suppliantes à Dieu et invoqué la lumière de l'Esprit de Vérité, à la gloire de Dieu tout puissant, qui a répandu sa bienveillance particulière sur la vierge Marie en l'honneur de son Fils, Roi immortel des âges et vainqueur du péché et de la mort, à la plus grande gloire de son auguste Mère et à la joie et à l'exultation de toute l'Église, par l'autorité de notre Seigneur Jésus-Christ, des Saints Apôtres Pierre et Paul et Notre, nous prononçons, nous le déclarons et le définissons comme un dogme révélé par Dieu qui: la Mère immaculée de Dieu toujours vierge Marie, terminé le cours de la vie terrestre, elle a été élevée à la gloire céleste corps et âme ". Donc, si seulement, Dieu pardonne, osé nier ou remettre en question volontairement ce que nous avons défini, sache qu'il a failli dans la foi divine et catholique " (Bulle dogmatique le généreux, 1Novembre 1950)

Avec le taureau dogmatique le généreux Le pape Pie XII a proclamé le 1er novembre 1950 le dogme de l'Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie, dont la fête solennelle est célébrée le 15 août. A cette occasion, j'offre une réflexion théologique à tous ceux qui réclament la proclamation du dogme de Marie Co-rédemptrice, partir d'une question: Il est plus sérieux défi et déconstruire les principes de la Sainte Foi catholique, ou plus sérieux pour proclamer de nouveaux dogmes? Sans doute, il est plus grave la deuxième chose, qui, se trompant et semant la confusion parmi le Peuple de Dieu, remettent en question les dogmes par la relecture et la réinterprétation, jusqu'à atteindre leur de construction, on ne dit pas qu'il est animé d'intentions malveillantes, tout cela peut aussi être le résultat de cette mauvaise formation théologique transmise depuis plus d'un demi-siècle à des générations de prêtres et de théologiens. Nombreux sont mes confrères qui sont sortis prêtres de nos désastreux séminaires et ont bu le meilleur des hétérodoxies enseignées dans les universités ecclésiastiques., ils sont réellement convaincus que le mauvais est bon, que le défaut est vertus, que l'hérésie et l'orthodoxie est que l'orthodoxie est une hérésie. Pas mal de, induit à penser, ils en sont venus à admettre qu'ils ont reçu une mauvaise formation théologique et une mauvaise formation sacerdotale, essayant presque toujours avec effort et sacrifice d'y remédier. Ceux qui admettent tout cela jamais, en dépit de leurs lacunes troublantes, on les voit devenir évêques les uns après les autres.

.

Qui proclame des dogmes qui n'existent pas Il accomplit une plus grande erreur, car il fonctionne en se plaçant au-dessus de l'autorité du même sainte Église mère et professeur, détenteur d'une autorité qui dérive du Christ lui-même. Et ce dernier oui, qui est un dogme de la foi catholique, qui n'a pas venu à déduction logique, mais sur la base de paroles claires et précises prononcées par la Parole de Dieu faite Homme (cf.. Mont 13, 16-20). Et quand on proclame des dogmes qui n'existent pas et ne peuvent pas exister, dans ce cas on est dans le diabolique, parce que l'orgueil entre en scène dans sa pire manifestation: fierté intellectuelle. Je l'ai écrit et expliqué précédemment mais cela mérite de le répéter à nouveau: dans la soi-disant échelle des péchés capitaux, le Catéchisme de l'Église catholique indique la fierté en premier lieu, avec la paix douloureuse de ceux qui persistent à se concentrer dans la luxure - dont nous nous souvenons ne figure pas du tout en premier lieu, mais même pas à la seconde, au troisième et au quatrième - tout le mystère du mal, indépendamment du fait que les pires péchés vont tout le monde et la rigueur de sa ceinture à la hausse, pas au lieu de sa ceinture tomber, comme sur un ton ironique mais théologiquement très sérieux que j'ai écrit il y a des années [Voir Catéchisme n. 1866].

.

Je commence donc par un exemple ayant par objet le soi-disant Usual Noti, ceux qui entendent juste le son de la magie lalinorum ils perdent tout sens de la raison et tout sens critique, avec pour conséquence une distorsion totale de la réalité objective. Voici donc SE. Mons. Mario Oliveri, Évêque émérite de Albenga, sur la défensive pour dire qu'il n'était en aucun cas retiré de son siège épiscopal en tant que responsable - en partie même involontaire -, pour avoir réduit un diocèse à un authentique bordel, à un centre de collecte d'homosexuels déclarés expulsés pour de graves problèmes moraux par un ou plusieurs séminaires, jusqu'à se retrouver avec un nombre considérable de prêtres incontrôlables voués à toutes sortes de vices et tromperies patrimoniales utiles à l'entretien de leurs vices. Rien de tout cela ne saute le moins du monde aux yeux des Usual Notes, qui sans se décourager et obstinément continuent d'affirmer et d'écrire que le pauvre prélat a été persécuté de « l'Église moderniste » parce qu'il aimait Ancien Ordre de masse, occasion mitres pierreries soixante-dix centimètres de haut et donnant la sainte communion, all'inginocchiatoio sous le couvert soutenu par des chevaliers frac.

.

Tout comme il est arrivé - affirmer les Notes Usuelles -, aux membres de la Congrégation des Frères Franciscains, non seulement puni selon eux pour l'organisation de conférences critiques de Karl Rahner, d'avoir montré le danger de l'art moderne et la franc-maçonnerie; mais persécutés surtout parce qu'eux aussi célébraient - il va sans dire - le col Ancien Ordre de masse.

.

Dans les colonnes de notre magazine L'île de Patmos l'académicien pontifical dominicain Giovanni Cavalcoli et moi-même, plus tard le théologien capucin Ivano Liguori et le théologien dominicain Gabriele Giordano M. Scardocci nous avons écrit au fil des ans sur Karl Rahner, sur le modernisme et les modernistes, et ainsi de suite la franc-maçonnerie, dans des tons très critiques et durs. Nous n'avons même pas tiré en rafales, nous venons de tirer des obus de mortier lourds répétés, avec une sévérité beaucoup plus élevée que celle utilisée dans les conférences passées promues par les Franciscains de l'Immaculée Conception. Vous devez donc vous demander: parce qu'ils ne nous ont pas encore trouvé de postes de police? pouquoi, bien qu'il ait durement accusé Karl Rahner en l'indiquant comme la source d'origine de toutes les hérésies de retour qui envahissent l'Église aujourd'hui, séminaires et universités pontificales, aucune autorité ecclésiastique ne nous a jamais donné de soupirs et encore moins de rappels?

.

Quand il y a quelques années J'ai eu une conversation avec l'un des mariologues les plus distingués des frères franciscains de l'Immaculée Conception, J'ai été très impressionné par son fanatisme madonnolatrique, découler de son orgueil, parce qu'il a déjà pris le dogme de Maria Coredemptrix pour proclamation. En conséquence, au sein de cette congrégation, le dogme jamais proclamé de Maria Coredemptrix était en fait déjà écrit en dépôt de foi avec beaucoup de théologie et de culte promus et répandus. Le tout dans l'indifférence complète que tous les papes du XXe siècle, y compris ceux qui sont particulièrement consacrés à la Sainte Vierge Marie, même s'ils ont été plusieurs fois plaidés à cet effet, ils n'ont jamais voulu envisager l'éventuelle proclamation de ce nouveau dogme marial. Parmi ceux-ci, il suffit de mentionner le Saint Pontife Pie X, le vénérable Pape Pie XII, le Saint Pontife Paul VI et le Saint Pontife Jean Paul II qui voulaient que l'emblème de la Sainte Vierge soit gravé sur leurs armoiries papales, il était si dévoué à Mater Dei, enfin le Vénérable Pontife Benoît XVI, qui, en sa qualité de théologien, a expliqué et précisé avec la douceur timide - peut-être même excessive - qui l'a toujours caractérisé, que le terme même de "co-rédemptrice" a créé des problèmes au niveau théologique avec la christologie.

.

Le pape régnant - qui n'est pas timide et doux - il s'est exprimé trois fois [1] sur cette question en réitérant un non sec et catégorique:

.

« Notre-Dame n'a voulu enlever aucun titre à Jésus; elle a reçu le don d'être sa Mère et le devoir de nous accompagner en tant que Mère, être notre mère. Il ne s'est pas demandé d'être quasi-rédempteur ou d'être co-rédempteur: non. Le Rédempteur est un et ce titre n'est pas doublé" [2].

.

La réaction des Usual Notes plus radicales ça n'a pas tardé à venir: ils ont accusé le Souverain Pontife d'être un blasphémateur et un blasphémateur (!?). Raison de plus qu'il est bon de préciser: si la remise en cause du dogme de l'immaculée conception et de l'ascension au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie est erronée et hérétique, d'autre part, promulguer le dogme de Marie co-rédemptrice et agir en conséquence, jusqu'à diffuser la théologie si impudente, c'est bien plus grave. puis, si face à ces choses et à d'autres, le Saint-Siège intervient à un certain moment, il est inutile de crier « à la persécution de Ancien Ordre de masse!». Car si on veut être objectif et appliquer avant tout des critères de Aequitas ainsi que le sens de la mesure, de manière tout à fait raisonnable, nous pouvons dire qu'avant que la hache ne soit abaissée sur les pauvres franciscains de l'Immaculée Conception, les jésuites ont été durement touchés et, avec eux, divers autres ordres et congrégations historiques avec des problèmes internes beaucoup plus graves, mais surtout responsable de la diffusion des décennies d'une manière dangereuse - comme dans le cas des jésuites -, une pensée manifestement non-catholique. C'est quelque chose que les franciscains de l'Immaculée Conception ne peuvent pas être accusés de. Si en effet ces jeunes et simples fratachoni élevés par le père Stefano Maria Manelli, ils se sont trompés, cela s'est produit en grande partie de bonne foi et aussi par ignorance, sans doute animé des meilleures intentions intérieure et extérieure, par amour pour la vérité et la vénération authentique de la Sainte Eglise du Christ.

.

Les jésuites et les membres d'autres groupes religieux qui répandent les pires théologies destructrices, ils peuvent être sévèrement critiqués pour la manière dont ils déconstruisent ou actualisent les dogmes de la foi, mais les Franciscains de l'Immaculée Conception qui ont proclamé un dogme marial dans des faits concrets, le donnant pour existence et instituant le culte de Marie Co-rédemptrice, sur le plan théologique, ils ont commis une erreur bien plus grave, remplaçant ainsi l'autorité la plus haute et suprême de l'Église. Et ne t'objecte pas, de même que les jeûnes totaux de la théologie qui supposent pour cette raison pouvoir disserter dans les sphères les plus délicates de la dogmatique: «… Mais saint Louis Marie Grignion de Montfort dans son Traité de la vraie dévotion a écrit cela ... mais Notre-Dame d'Amsterdam dans une révélation privée a demandé cela ... ce mystique et ce visionnaire ont dit que dans une révélation privée, la Madone lui a demandé cela ... ".

.

La Bienheureuse Vierge Marie aurait demandé être proclamée co-rédemptrice avec un cinquième dogme marial? On sourit pour ne pas pleurer sur certaines bêtises qui rendent certains sujets assez arrogants et difficiles à gérer pour nous prêtres et pour nous théologiens, précisément parce que leur arrogance va de pair avec leur ignorance. Pourtant la réponse est simple: quelqu'un est prêt à croire que la Sainte Vierge qui se définissait comme humble servante, la femme de l'amour doué, silence et confidentialité, celui qui a pour but de conduire à Christ, peut vraiment demander aux voyants ou aux visionnaires dévalorisés d'être proclamés co-rédemptrices et mis presque sur un pied d'égalité avec le Divin Rédempteur?

.

Le terme même de co-rédemptrice c'est en soi une idiotie théologique solennelle qui crée d'énormes conflits avec la christologie et le mystère de la rédemption apporté uniquement par Dieu le Verbe incarné, qui n'a pas besoin de co-rédempteurs et de co-rédempteurs. Le mystère de la rédemption ne fait qu'un avec le mystère de la croix, sur lequel Dieu a fait l'homme est mort comme un agneau sacrificiel. Sur la croix, la Bienheureuse Vierge Marie n'a pas été clouée à mort comme un agneau sacrificiel, qu'à la fin de sa vie, elle s'est endormie et a été élevée au ciel, elle ne mourut pas et ressuscita le troisième jour, vainquant la mort. La Sainte Vierge, première créature de toute la création au-dessus de tous les saints pour sa pureté immaculée, il ne pardonne pas nos péchés et ne nous rachète pas, il intercède pour la rémission de nos péchés et pour notre rédemption. Quand nous nous tournons vers elle par la prière, à la fois dans le Avé Maria que dans Salut Regina toujours, à travers l'histoire et la tradition de l'Église, nous l'invoquons en disant "priez pour nous pécheurs", nous ne lui demandons pas de pardonner nos péchés ou de nous sauver.

.

Cela devrait suffire clore un discours qui ne peut être proposé sur le plan théologique comme celui de Marie co-rédemptrice. Une authentique idiotie théologique dont seuls les arrogants ignorants et les madonnolatri ignorant ce qu'est la vraie dévotion à la Sainte Vierge peuvent se nourrir., mais surtout quel est le véritable rôle confié par Dieu à Plein de grâce dans l'économie du salut.

.

de l'île de Patmos, 15 août 2022

Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie

.

Remarque

[1] Voir. 12 décembre 2019 homélie de la Sainte Messe en la fête de Notre-Dame de Guadalupe; 30 avril 2020, Sainte Messe à la chapelle du Martha Maison Sancthae; 24 mars 2021, dans le discours lors de l'audience générale.

[2] Voir. Sainte Messe à la chapelle du Martha Maison Sancthae.

.

.

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

L'« Église catholique apostolique ». Combien de mots nous utilisons et récitons sans connaître leur sens? Aux racines du concept "d'Apostolique"

— Théologique —

L'"ÉGLISE CATHOLIQUE APOSTOLIQUE". COMBIEN DE MOTS NOUS UTILISONS ET RÉCITONS SANS CONNAÎTRE LEUR SIGNIFICATION? AUX RACINES DU CONCEPT "APOSTOLIQUE"

.

C'est sans doute une phrase mnémotechnique, celle estampillée dans la partie de credo dans lequel on récite « Je crois que l'unique Église, Santa, catholique et apostolique ". Combien, cependant, connaissent le sens véritable et profond de « apostolique »? Cette partie est explicitement citée dans le credo dernier, mais cela ne signifie pas qu'il a une dernière place dans la réflexion théologique, donc dans la pratique de la vie de foi.

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

.

.

C'est sans doute une phrase mnémotechnique, celle estampillée dans la partie de credo dans lequel on récite « Je crois que l'unique Église, Santa, catholique et apostolique ". Combien, cependant, connaissent le sens véritable et profond de « apostolique »? Cette partie est explicitement citée dans le credo dernier, mais cela ne signifie pas qu'il a une dernière place dans la réflexion théologique, donc dans la pratique de la vie de foi. Alors dernier, mais pas pour ce dernier en importance, la note d'apostolicité ecclésiale jette un pont entre l'aspect personnel et communautaire de la foi. Cette connotation, en fait, décrit la fondation de la communauté des croyants, dans un triple sens:

.

  1. L'Église est bâtie sur le fondement des apôtres [Ef 2,20], les témoins choisis et envoyés en mission directement par le Christ,
  2. Il garde et transmet, avec l'aide de l'Esprit Saint qui l'habite de l'intérieur, l'enseignement du Christ, le bon dépôt de la foi et les paroles saines entendues par les Apôtres;
  3. « Jusqu'au retour du Christ, l'Église continue d'être éduquée, sanctifiés et guidés par les Apôtres grâce à leurs successeurs dans la mission pastorale: le collège des évêques, assistés de prêtres et unis au Successeur de Pierre et Pasteur Suprême de l'Église " [ CCC n. 857].

.

En un mot ces trois points ils offrent un aperçu de l'apostolicité de l'Église catholique. Nous allons maintenant les voir analytiquement, à partir de la Sainte Écriture où l'on trouve des références claires à la présence et au choix de Jésus des douze apôtres:

.

"Puis, appela à lui ses douze disciples, leur a donné le pouvoir de chasser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité" [Mont 10, 1-4]. Les noms des Douze Apôtres sont ceux-ci: le premier, Simone a appelé Pietro et Andrea son frère; Jacques de Zébédée et Jean son frère; Filippo et Bartolomeo; Thomas et Matthieu le collecteur d'impôts; Giacomo d'Alfeo et Taddeo; Simon le Cananéen et Judas l'Iscariote, le même qui l'a ensuite trahi.

.

L'évangéliste continue:

.

« Il monta ensuite sur la montagne, il appela à lui ceux qu'il voulait, et ils vinrent à lui. Il a nommé Douze pour être avec lui et aussi pour les envoyer prêcher et avoir le pouvoir de chasser les démons [Mc 3, 13].

.

C'est toujours:

.

«En ce temps-là, il se rendit à la montagne pour prier, et passé la nuit à prier Dieu. Quand il faisait jour, il appela à lui ses disciples et choisit douze, à qui il donna aussi le nom d'apôtres" [Lc 6, 12].

.

Les douze disciples sont appelés apôtres, le grec ἀπόστολοι (apôtres), en hébreu Messagers (shelichim, Pluriel de livreur, shaliach, qui dans ces deux langues signifie littéralement: envoyé, parce qu'à travers leur ministère, Jésus continue sa mission. En accueillant les douze, toute la personne du Christ est accueillie, comme on le lit dans « Qui vous accueille, m'accueille" [Mont 10, 40]. Le Christ choisit précisément douze apôtres. Le nombre de douze symbolise l'universalité et fait référence aux Douze Tribus d'Israël. La plus grande nouveauté dans la suite du Christ, il ne consiste pas tant dans le nombre, comme dans le fait que c'est le maître qui choisit les disciples: alors que généralement dans les temps anciens c'étaient les disciples qui choisissaient le maître duquel puiser les enseignements pour la vie spirituelle. Après les avoir choisis, Jésus les envoie prêcher d'abord dans tout le pays d'Israël, puis plus tard aux païens (peuples ou gentils définis). Ainsi, ils commencent à transmettre et à transmettre l'authentique enseignement du Christ. Ainsi Jésus forme alors un collège, c'est-à-dire un groupe stable d'envoyés avec la mission permanente de transmettre son message et dirigé par l'apôtre Pierre. Dans l'accomplissement de cette mission, le Saint-Esprit donne aux apôtres tous les moyens et la force nécessaire dont il a besoin, par une grâce très spéciale: ils ont donc les mêmes pouvoirs que le Christ: les envoyés sont donc capables d'annoncer et de propager les mystères divins, pardonner et remettre les péchés et guérir et chasser les démons. De plus, le Saint-Esprit lui donne l'intelligence d'approfondir, mieux méditer et annoncer le mystère du Christ.

.

Au sein du groupe des apôtres, nous avons vu que la présence de la figure de Simon Pierre. Il est investi d'un rôle particulier: il est mandaté par le Christ comme principe d'unité et de communion de foi; il est donc le chef visible de l'Église; les apôtres doivent être en communion avec lui et au-dessous de lui en ce qui concerne la doctrine du Christ: ceci, comme nous le verrons, s'appliquera également au successeur de Pierre, père, et aux évêques qui lui obéissent: avec Petro e sous Petro (avec Pierre et sous Pierre)

.

Approfondissons alors la figure de Pierre: il est chargé par le Christ d'une mission spéciale. Il est décrit dans un passage très important de l'Evangile:

.

"Simon Pierre a répondu: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ". et Jésus: "Quel chanceux êtes-vous, Simon fils de Jonas, car ni la chair ni le sang ne vous l'ont révélé, mais mon Père qui est aux cieux. Et je vous le dis: Tu es Pierre et sur ce roc je bâtirai mon Église et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle "". [Mont 16, 16-18].

.

Simone, dont Jésus a changé le nom en Pierre, il est le premier et le seul à reconnaître que le Christ est le fils de Dieu, du Dieu vivant. Il "a donc anticipé" les autres apôtres dans cet acte de foi: il est donc placé par Jésus à la tête du collège apostolique. Trois pouvoirs très spéciaux sont conférés à Peter, que les autres apôtres ne possèdent pas: tout d'abord il n'échouera jamais, car Pierre est la pierre visible et stable de la communauté des croyants; en deuxième, il a le pouvoir des clés du royaume e, la troisième, le pouvoir de délier et de lier. Nous entendons par là:

.

"Le pouvoir des clefs désigne l'autorité pour gouverner la maison de Dieu, dont elle est l'Église. Jésus, le bon berger [Gv 10, 11], a confirmé ce post après la résurrection: «Nourrir mes moutons» [Gv 21, 15-17]. Le pouvoir de lier et de délier indique l'autorité d'absoudre les péchés, prononcer des jugements en matière de doctrine et prendre des décisions disciplinaires dans l'Église. Jésus a donné cette autorité à l'Église par le ministère des Apôtres [cf.. Mont 18,18] et particulièrement de Pietro, le seul à qui il confia explicitement les clefs du Royaume " [cf.. CCC n. 553].

.

Nous savons traditionnellement que Pierre a été martyrisé à Rome en 64 après le Christ sur la colline du Vatican. Précédemment, il avait été incarcéré à la prison Mamertine, très proche du Capitole. Pierre donc, être chef des apôtres, dans son martyre près de Rome, il témoigne également de la primauté du siège romain sur les autres communautés de croyants. Une primauté qui n'est pas celle de la domination et du despotisme, mais de service et de coordination de tous les autres diocèses et églises du monde. Nous anticipons désormais un concept important: le primat pétrinien ne veut pas diminuer la collégialité, synodalité et travail commun et communautaire: en effet, Pierre et ses successeurs sont appelés à garantir et à conférer la dignité et l'autorité de tous les apôtres et de leurs successeurs, les évêques. En fait, comme nous le verrons bientôt, les évêques sont les successeurs des Apôtres. Précisons alors que les successeurs de Pierre sont ceux placés à la tête du diocèse de Rome, ou précisément les évêques de Rome. Historiquement, l'évêque de Rome, il est appelé par une série de noms: Pontife Maxime, Auguste Pontife, sa Sainteté, Saint Père, Bienheureux Père, ou avec le plus célèbre de Papa, qui selon une théorie historique serait l'abréviation de berger des bergers, berger de tous les bergers, O père des pauvres, père des pauvres.

.

Revenant à l'analyse des figures des apôtres, nous connaissons tous les apôtres, sauf Giovanni, mort à un âge très avancé, ils seront martyrisés lors de leurs missions en Orient et sur le territoire de l'Empire romain. Même depuis le martyre des apôtres, nous trouvons la confirmation que le but de la fondation et de la présence apostolique est d'amener toute la communauté vers un but eschatologique et de sainteté; tout travail apostolique a pour but de conduire chacun au royaume de Dieu.

.

Tandis que les apôtres et leurs premiers successeurs (pères apostoliques) les martyrs mouraient, il fallait que le message de Jésus soit transmis dans tous les cas: pour cela ils ont choisi des successeurs pour perpétuer la mission du Christ. Puis ils ont conféré le Saint Ordre de l'épiscopat, quel genre d'évêques consacrés (évêques), avec mandat de poursuivre la mission apostolique en tant que successeurs des Apôtres. En ce sens, nous dirons aussi que l'Église reçoit la profession de foi des apôtres à travers les successeurs de ceux qui furent les premiers adhérents au mouvement jésuite..

.

Essayons maintenant de comprendre pourquoi les évêques, recevoir le Saint Ordre, ils deviennent les successeurs officiels des Apôtres. Si nous lisons dans les Actes des Apôtres [cf.. 6, 26] nous constatons que les apôtres eux-mêmes se sont d'abord donnés des successeurs chargés de poursuivre et de consolider l'œuvre d'évangélisation commencée par les Apôtres. Ce travail s'appelle le traditio par deux anciens écrivains du christianisme, Tertullien et Irénée de Lyon. La traditio du latin il vient du verbe main et il implique l'action de transmettre et de transmettre la foi prêchée par les Apôtres; donc les évêques par institution divine ont pris la place des apôtres comme pasteurs et guides de la communauté ecclésiale. Cette passation s'opère dans un acte bien précis. Alors, transmission apostolique, il est conféré par la réception du sacrement de l'ordre, par la consécration épiscopale.

.

Précisons ce passage de l'ordination des évêques. Le Christ a institué les sacrements, qui ne sont pas nés de la créativité humaine, ils sont tous enfermés dans l'Apocalypse et dans les Evangiles. Ceci afin de préciser incidemment que certains courants du christianisme non catholique, enseignant que les sept sacrements, ou une partie d'entre eux, ils ne sont qu'une création humaine qui a eu lieu après l'empereur Constantin, à partir du 4ème siècle à suivre, je suis dans l'erreur flagrante, car tous les sacrements sont d'institution divine. Parmi les sept sacrements se trouve le sacrement de l'Ordre, qui est unique, mais divisé intérieurement en trois degrés: épiscopat (ou la plénitude du sacerdoce apostolique), presbyterium et diaconat. Ceux qui reçoivent ce sacrement, dans leur ministère individuel et personnel, ils sont appelés à la mission de conduire toute l'Église au bien commun et à la sainteté. C'est donc une tâche, à la fois singulier et à la fois communautaire. L'action de conférer l'Ordre Saint s'appelle l'ordination: en elle c'est Jésus qui, agissant dans personne Christi par un évêque, il ordonna prêtre et le consacra évêque: elle confère donc au prêtre la plénitude du sacerdoce apostolique pour accomplir cette mission. L'épiscopat est donc la plénitude du sacrement de l'Ordre parce qu'il contient la source même d'où dérivent les trois degrés du sacrement de l'Ordre.. En effet, l'évêque est aussi celui qui ordonne les diacres et les prêtres, et précisément comme mentionné ci-dessus, ordonne à un prêtre de devenir évêque.

.

Brièvement, nous dirons que la ligne de succession prévoit qu'un apôtre, reçu les pleins pouvoirs du Christ pour transmettre son enseignement et administrer tous les sacrements, ordonné père apostolique, lui donnant les mêmes pouvoirs et la même mission; à son tour le père apostolique ordonna un évêque, aux mêmes fins. Cet évêque, votre dos, ordonné un autre évêque et à travers l'histoire, en ordonnant successivement tous les évêques, c'est arrivé à aujourd'hui. Tout est défini: succession apostolique.

.

La transmission du mandat de transmettre et d'administrer les sacrements à plusieurs évêques à travers le monde, combien étaient les apôtres à l'origine, cela montre que l'Église a une nature apostolique, donc collégial et communautaire. La collégialité et l'apostolicité des Évêques impliquent d'une part l'unité entre le Pape et les Évêques parce que le Collège des Évêques est lié à son chef visible. Le Souverain Pontife n'est pas un tyran mais un garant du ministère même des Evêques. En effet, il est le garant de l'unité du corps ecclésial et est le fondement concret et matériel visible de l'unité ecclésiale. (Collégialité = élément de union dans la distinction).

.

D'un autre côté, la collégialité des évêques cela implique que ce collège ait un haut degré d'autorité sur toute l'Église. Les différents diocèses collaborent entre eux, chaque évêque peut prendre des décisions concernant les fidèles qui lui sont confiés sans toujours demander l'autorisation du siège de Rome. Aussi, les évêques, ils collaborent activement entre eux et avec le Pontife romain dans des moments spéciaux: nei synodi o, par exemple, dans un concile œcuménique. Un synode ou concile convoqué par les évêques est accepté et confirmé par le Pontife Romain, mais collégialement guidé: donc même ces réunions ecclésiales ne sont jamais réalisées par le Pontife Romain seul, à laquelle, cependant, il n'appartient qu'à, à la fin, decider.

.

Maintenant, nous avons compris comment l'évêque de Rome et les évêques du monde, en tant que successeurs des Apôtres, ils ont reçu le mandat du Christ. Nous dirons que dans ce mandat, ils se sont spécifiquement engagés dans trois tâches spécifiques à l'égard du peuple de Dieu: ces tâches sont appelées cadeaux (du devoir latin, tâche et aussi cadeau) et je suis le la tâche d'enseigner, la la tâche de sanctifier et le bureau directeur / contrôler.

.

La tâche d'enseigner c'est le devoir d'enseigner, transmettre l'enseignement du Christ; on l'appelle aussi le magistère ordinaire de l'évêque. Ce magistère / l'enseignement est concrétisé par l'évêque lorsqu'il enseigne avec autorité, qui vient du Christ, et a lieu lorsque l'évêque enseigne concrètement en matière de doctrine et de morale et que ces enseignements sont en communion avec le Souverain Pontife et l'Église Universelle. Ceci est un enseignement d'origine divine; puis le la tâche d'enseigner c'est la première tâche de l'évêque et concrètement avec elle nous entendons prêcher et enseigner ces vérités aux fidèles. Les fidèles, d'eux, ils sont appelés à écouter dans une obéissance active avec une adhésion filiale sincère à leur évêque même en posant des questions, des doutes et des éclaircissements pour mieux comprendre ces enseignements, pour approfondir la doctrine et mieux la vivre.

.

Avec la tâche de sanctifier: le devoir de conduire tout le peuple de Dieu à la sainteté est indiqué. L'évêque est l'économe, c'est-à-dire celui qui distribue la grâce du Christ et le Saint-Esprit à parts égales dans l'Église; cela se passe dans l'administration des sacrements et encore plus particulièrement dans la célébration eucharistique, où c'est l'Eucharistie qui fait l'Église, il le sanctifie et l'unit dans la catholicité; donc la vraie présence, réel, substance du Christ dans les espèces du pain et du vin unit tous les fidèles (clergé et fidèles); en même temps c'est l'Église qui fait l'Eucharistie, donc l'Église qui l'administre et la célèbre.

.

Avec la charge de gouverner/gouverner le devoir des évêques de gouverner et de gouverner les Églises individuelles est indiqué local ou diocèses; ils ont leur propre juridiction qui est exercée pour lui-même par chaque évêque de la manière ordinaire. Nous entendons par là que le pouvoir divin que chaque évêque possède immédiatement ne prévoit pas la délégation obligatoire à d'autres personnes: à un niveau concret, Mais, les évêques peuvent cependant décider de nommer des médiateurs et des délégués pour mieux gérer le territoire, par exemple les prêtres qui jouent le rôle de vicaires épiscopaux, foranei, judiciaire et qui exercent donc diverses fonctions au nom de l'évêque.

.

En conclusion ces trois cadeaux /Fonctions ils sont mis en œuvre avec l'aide d'anciens ou de prêtres, que malgré le fait de ne pas avoir la plénitude de l'ordre sacré comme l'évêque, eux aussi participent et sont coresponsables des trois cadeaux. le la tâche d'enseigner unepar exemple quand ils prêchent, ils enseignent et gouvernent le peuple de Dieu, surtout en paroisse. Ici le curé est aussi celui qui accompagne et donc gouverne le Peuple de Dieu vers la sainteté (exercice de pour gouverner); enfin le prêtre célèbre le culte puis administre les sacrements et prie pour les besoins du peuple et administre en même temps le sacrement de confession (exercice de la tâche de sanctifier).

.

Voulant aussi analyser synthétiquement le premier degré de la commande, on peut décrire rapidement l'activité des diacres. Eux aussi relèvent de la hiérarchie ecclésiale parce qu'ils sont appelés à servir: diacres est un mot grec qui peut être traduit par serviteur. Ils relèvent toujours de l'apostolicité de l'Église, parce qu'ils sont assistants à la liturgie, ils peuvent avoir des devoirs catéchétiques et para-liturgiques, bien que leur tâche principale, leur vocation n'est pas l'appel à administrer les sacrements de la même manière que les prêtres. Les diacres participent à l'apostolicité car ils sont appelés au service, surtout les oeuvres de charité, la gestion des activités administratives de l'Église. Dans certains cas, cependant, le diacre peut donner le sacrement du baptême et bénir le mariage. dans certains cas, cependant, le diacre peut donner le sacrement du baptême et bénir le mariage.

.

Rome, 18 janvier 2022

.

.

.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet, je recommande la lecture de ces livres:

Catéchisme de l'Église catholique, 553; 857 – 865.

Concile Vatican II, Cinstitution dogmatique Lumen gentium,18 – 23.

  1. McDowell, Le destin des apôtres. Examen des récits de martyre des disciples les plus proches de Jésus, Routledge, 2016.
  2. Virgile, La résurrection de Jésus, Carrefour, Publication Amazon, 2020.

.

.

.

.

Blog personnel

Père Gabriel

.

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

Nouvelles de la Province romaine dominicaine: visitez le site officiel des Dominicains, QUI

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

 









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

.

Leçon presque certainement inutile pour certains catholiques autodidactes sur la laïcité de l'État: le concept de loi naturelle des néo-scolastiques ressuscités, en plus de ne pas servir Dieu et la vérité, il est en conflit radical avec les deux fondements de la création de l'homme: liberté et libre arbitre

— Théologique —

LEÇON PRESQUE CERTAINEMENT INUTILE POUR CERTAINS CATHOLIQUES AUTO-APPRISES SUR LA LAICITE DE L'ETAT: LA NOTION DE DROIT NATUREL DE LA NEOSCHOLASTIQUE REVIVANTE, EN PLUS DE NE PAS SERVIR DIEU ET LA VÉRITÉ, C'EST EN CONFLIT RADICAL AVEC LES DEUX FONDEMENTS DE LA CRÉATION DE L'HOMME, LIBERTÉ ET LIBRE VOLONTÉ

.

Pour nous, hommes de foi, la raison et la science sont incontestables que Dieu a instillé dans le cœur de l'homme le sens naturel du bien et du mal, d'où les fondements de ces lois qui, peut-être, mais correct, ils sont définis comme loi naturelle. Le problème se pose lorsque l'on essaie de changer la loi naturelle ou la loi divine en loi positive, dans les lois de l'État qui lient tous les associés. Parce qu'à ce moment-là, le péché devient un crime, avec des conséquences dévastatrices et absolument indésirables.

.

Auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Article au format PDF imprimable
.

.

.

Norberto Bobbio, juriste et philosophe du droit

La décadence ecclésiale et ecclésiastique que nous vivons, affligé par ce sentiment d'impuissance engendré par le franchissement du seuil de non-retour, il a provoqué une crise de doctrine et de morale sans précédent dans l'histoire de l'Église. Peu de fidèles sont animés par la bonne volonté poussés par un processus réactif à suivre les enseignements des mauvais enseignants, se faire ses propres idées fausses en matière de doctrine, fidèle, du moral. Pour capturer ces personnes qui apparaissent comme des "brebis sans berger" [cf.. Mc 6, 34], les mauvais professeurs mettent toujours en avant: "Véritable tradition" et "défense de la vraie doctrine". Des mots magiques devant lesquels les perdus ne raisonnent plus et de manière non critique et illogique ils boivent tout ce qui leur est offert à l'intérieur du cocktail. Plus le non-sens dit de certains mauvais enseignants est grand, plus nombreux sont les fidèles perdus qui chercheront la sécurité en eux. Malheureusement, en essayant de les mettre devant la preuve de l'erreur, le risque le plus probable est de se retrouver face à des personnes fermées à tout raisonnement, parce que leur monde est celui de l'émotionnel et leur action celui des passions. Cela les rend incapables d'exercer un sens critique lucide et en même temps convaincus qu'ils ont atteint la lumière de la vérité authentique..

.

Le thème que je vais maintenant traiter est complexe en soi, cependant, il peut devenir accessible à tous ceux qui ne sont pas des spécialistes du domaine philosophique, juridique et théologique, tout d'abord en clarifiant deux concepts: loi naturelle et positivisme. De manière simpliste, peut-être même un peu grossier, mais compréhensible par tous, on peut dire que la loi naturelle est basée sur le concept de la loi de Dieu et le positivisme juridique sur la loi de l'homme. Les deux impliquent l'adhésion de tous les affiliés, car c'est ce que les lois exigent de par leur nature et leur structure: obéissance et observance de la part de l'homme.

.

D'un point de vue philosophico-juridique à l'époque j'ai assumé la pensée de Norberto Bobbio qui se définissait: "Avocat naturel dans l'esprit et positiviste dans l'application". Il est bon de clarifier cela immédiatement, même parce que, quand on a la grâce de ne pas être jésuite, toujours et à proprement parler, il se joue équitablement avec des cartes non couvertes. Alors je répète: mon cadre juridico-philosophique est basé sur l'école et la pensée de Norberto Bobbio.

.

La loi de l'État, connu sous le nom de positivisme juridique, face à une désobéissance qui se transforme en crime, le délinquant est condamné à une peine à purger en prison, ou une sanction exigeant une compensation en espèces. S'il n'y a pas de sanction pour ceux qui transgressent, la loi ne serait pas telle mais une sorte de proposition, une invitation à agir d'une certaine manière.

.

La loi naturelle ou loi divine, connu sous le nom de loi naturelle, il prévoit également des sanctions, cependant lié à la sphère spirituelle. Des sanctions pouvant aller de l'obligation de réparer le tort infligé à l'expiation de la pénitence, jusqu'à la punition la plus sévère et la plus drastique, excommunication, ce qui entraîne l'exclusion des fidèles de la communauté.

.

Avec ces premières descriptions cet élément fondamental sur lequel de nombreux philosophes et théologiens loisir faire une énorme confusion. Et ici nous clarifions un concept fondamental: la loi naturelle ou la loi divine condamne le péché, la loi positive des hommes condamne le crime. Au cours de cette discussion, il sera expliqué et démontré quels énormes déséquilibres et dommages peuvent résulter du fait de ne pas séparer ces deux sphères distinctes., qui peuvent avoir des échanges précieux entre eux, tirant également des idées et des inspirations les uns des autres, mais sans jamais tomber dans le mix.

.

Tout cela peut paraître clair et simple, à la place ce n'est pas, parce que décrit la signification des deux concepts, alors le problème prend forme: si les lois de l'homme, qui sont ceux des états séculiers, ils entrent en conflit avec ce que certains considèrent comme des lois divines, qui sont ceux de l'Église, qu'est-ce qui en sortirait? Les fidéistes pseudo-catholiques n'hésitent pas à répondre: «Les lois divines doivent prévaloir sur celles de l'État. Évident, ils viennent de Dieu ". Mais ce sont précisément des fidéistes pseudo-catholiques. Pour mieux clarifier, je me souviens qu'il y a des pages et des pages de mes articles et livres publiés, suivre de nombreuses conférences, où j'accuse l'Europe d'être malade de haine de soi, au point de rejeter les preuves indéniables de ses racines chrétiennes. Et les racines chrétiennes de l'Europe ne sont pas un concept abstrait, mais un fait historique indéniable qui ne devrait déranger aucun laïc radical nord-européen, à part les légendes noires sur l'Église catholique malicieusement et faussement emballées à table au mépris total des faits historiques, premier dans les cercles luthérien et calviniste, puis des Lumières et suivre les libéraux-maçonniques. Bien sûr, mà la, comme un esprit spéculatif modeste ayant atteint la maturité, J'ai rêvé d'invoquer les états séculiers pour changer les fondements de la révélation divine en lois obligatoires pour tous les citoyens, de théologie dogmatique, de la morale catholique et de la discipline des sacrements. La loi positive ne peut pas dicter de croire en Dieu, l'athéisme ne peut pas non plus être poursuivi comme un crime, même si certains fidéistes irrationnels aimeraient ça, mais ce sont précisément des fidéistes irrationnels. Le péché ne peut être confondu avec le crime, et le rejet de Dieu ne peut pas non plus être déclaré crime. Le péché, ou le rejet de Dieu, il ne peut pas devenir un crime passible de lois positives, cela tomberait dans le paradoxe, pas tellement juridique mais vraiment théologique, jusqu'à ce que le mystère de la création de l'homme soit annulé. Et qui pour des raisons idéologiques dictées par un concept méconnu de loi naturelle n'accepte pas ce critère de séparation décisive entre les deux sphères distinctes, aujourd'hui encore plus nécessaire qu'aux époques marquées par les Lumières du XIXe siècle, malheureusement il est destiné à vivre mal en tant que catholique et en tant que citoyen, donnant une idée frelatée et illogique-grotesque de la foi catholique.

.

LA VOIX D'UN ANGE DIT À SANT'AGOSTINO "TOLLE LEGE», PRENDRE ET LIRE, NE LUI DIT PAS: CONNECTEZ-VOUS À INTERNET ET FAITES UNE CULTURE SUR DES MÉDIAS SOCIAUX

.

Le problème qui affecte la société contemporaine est-ce que les gens n'étudient plus, ils ne lisent pas et ils ne réfléchissent pas, ils passent au crible et défilent rapidement, croyant enfin avoir compris. Ils sont capables d'utiliser le mot métaphysique avec facilité, si cependant on leur demande ce que cela signifie selon l'étymologie grecque, de qui il est né, qui l'a inventé, dans quel but et dans quel contexte historico-philosophique se développe cette pensée scientifique, tels que les principaux travaux métaphysiques de l'histoire de la philosophie et des écoles connexes, ici ils tombent de haut en terre comme les fruits pourris de l'arbre sec de leur sombre ignorance. Malheureusement, Internet et moi réseaux sociaux ils ont favorisé la destruction du sens critique chez l'homme moderne, l'esprit spéculatif et la capacité d'étudier. C'est la nouvelle forme d'analphabétisme numérique que les Pères de L'île de Patmos dans leur dernière publication: L'Église et le coronavirus. Entre supercazzole et épreuves de foi [cf.. QUI].

.

Je continue à clarifier: quand je parle de l'école je suis obligé de préciser que le classique - passe moi, celui sur lequel je me suis entraîné - à ne pas confondre avec sa parodie, neoscolastica décadente, qui enseignaient et se faisaient passer pour des formules dans le format Les pensées des baisers de Pérugine. Parce que c'est ce que ceux qui y font référence savent de manière inappropriée par morceaux, se leurrer et se leurrer en le sachant, avoir mémorisé quatre formules de perroquet à faire passer à chaque utilisation. En fait, le père du scolastique Sant’Anselmo d’Aosta et de suivre San Tommaso d’Aquino, elles appartiennent aux quatre formules de la néo-scolastique décadente de la fin du XIXe siècle début du XXe siècle comme peut le faire une comptine chantée en cercle par les enfants de l'école maternelle.

.

Des problèmes complexes donc, qui ne peuvent pas être des sujets de débat et de diffusion d'idées fausses par des catholiques non préparés qui ignorent la profondeur de thèmes aussi complexes qui impliquent des connaissances spécialisées approfondies dans le contexte historique, philosophique, théologique et juridique, mais qui se transforment en diffuseurs d'idées qui risquent de se situer entre l'absurde et l'aberrant, jusqu'au véritable blasphème inconscient tout typique de la ignorant appris, car - juste pour donner un exemple - nous ne pouvons pas mettre le concept philosophique d'Aristote du moteur immobile comme étant et fondement de toute l'action chrétienne. Ces sujets, mue par la pratique par des formes étroites de fermeture à la raison et à la comparaison, finissent toujours par susciter l'incompréhension et la haine du catholicisme et des catholiques par des penseurs laïcs de plus en plus sensibles et agressifs.

.

La voix d'un ange a dit à Sant'Agostino "Grand docteur», prendre et lire, c'est-à-dire étudier. Elle ne lui a pas dit: connectez-vous à Internet et découvrez réseaux sociaux sauter d'un blog à un autre. Malheureusement, amateurs sans formation juridique adéquate, philosophique et théologique, qui croient avoir tout compris et posséder le bien de la vérité divine et absolue, ils se lancent dans les thèmes les plus complexes puis commencent par des énoncés simplistes qui réduisent la scolastique et la métaphysique à un jeu de banalités: "... c'est la vérité métaphysique que la loi divine est écrite dans le cœur de l'homme et est donc supérieure à la loi des états". bientôt dit: étant par définition étymologique ignorant celui qui ignore, par conséquence logique, il se révélera ignorant de ce que cela impliquait, même dans des persécutions féroces contre l'Église catholique, depuis l'ère pré-constantinienne jusqu'aux pires régimes dictatoriaux du XXe siècle, l'ayant exprimé avec une légèreté sans précédent: "Les lois de Dieu sont supérieures aux lois de l'homme, donc que "la loi divine doit prévaloir sur la loi des États qui doit être soumise à la loi divine".

.

DONNER À CÉSAR CE QUI EST CÉSAR ET À DIEU CE QUI EST DE DIEU EST CE PRINCIPE DE DEUXIÈME SÉPARATION ENTRE LE POUVOIR POLITIQUE ET LE POUVOIR RELIGIEUX QUI SERA UNIQUEMENT COMPRIS DIX-DIX SIÈCLES PLUS TARD

.

Pour comprendre il faut partir de loin: pouquoi, pendant les persécutions de Decius et Dioclétien des deuxième et troisième siècles de nombreux chrétiens sont morts en martyrs dans les arènes romaines? Principalement à cause de ce malentendu qui est désormais proposé par l'ignorance numérique des apprentis sorciers fidéistes qui, sans rien comprendre de la philosophie, théologie, la loi et la morale persistent à ne rien comprendre, même à l'histoire. La raison est bientôt dite et expliquée: les Romains étaient convaincus de ce que les chrétiens n'avaient jamais revendiqué: que leur Dieu était supérieur à César. Les communautés chrétiennes n'ont rien affirmé de tout cela, ils étaient tellement conscients qu'on ne peut pas comparer Dieu à l'homme et l'homme à Dieu et rivaliser les uns avec les autres au même niveau, donc les lois divines ne peuvent pas être mises en conflit avec les lois humaines. Surtout, ils savaient que le Christ lui-même avait ordonné de "Donner à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu" [cf.. Mont 22, 21]. Bien lire cette phrase, tout esprit véritablement philosophique et théologique, donc spéculatif, comprend que la séparation entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux que la Parole de Dieu avait déjà esquissée plusieurs siècles avant la naissance des Lumières, Le libéralisme et la Révolution française avec ses guillotines activées après des procès sommaires farfelus célébrés au nom de la liberté, d'égalité et de fraternité. Qui "donne à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu", à l'époque, il ne pouvait être compris ni par l'empereur tolérant Constantin ni par les premières communautés chrétiennes, car il aurait fallu une maturation de plusieurs siècles. Ce n'est pas un hasard si les premiers grands conciles dogmatiques de l'histoire de l'Église, à commencer par le grand concile de Nicée de l'année 325, ont été convoqués et présidés par l'empereur, le dernier en série, le deuxième concile de Nicée de 787, il a été convoqué par l'impératrice Irène à la demande humble et très courtoise du Souverain Pontife Adrien Ier, de la série: Si Votre Majesté est d'accord et si cela ne vous dérange pas, J'oserais proposer un conseil.

.

Ils se demandent les partisans d'une loi naturelle à l'équilibre entre onirique et bizarre: car tous les premiers grands conseils ont été convoqués et présidés par les empereurs d'Orient? Simple, car il n'y avait pas de séparation entre le pouvoir politique et religieux et parce qu'en Orient le pouvoir politique l'emportait totalement sur le pouvoir religieux. Cette sujétion, plus qu'un mélange, il a même un nom spécifique, cela s'appelle césaropapisme. Par conséquent, les empereurs étaient très intéressés à savoir ce qu'était l'hérésie, parce que l'hérésie était considérée comme un crime grave et que les hérétiques étaient poursuivis et condamnés par la loi. Face à ces faits historiques, les partisans d'une loi naturelle à l'équilibre entre onirique et bizarre, pour qui l'histoire est évidemment un accessoire totalement inutile, ils devraient se demander: mais vraiment on peut aspirer à revenir à ces temps «heureux» et «idylliques» où le péché était un crime et l'hérésie un crime poursuivi par la loi de l'État?

.

Le mélange du droit naturel et du droit positif, si en Orient il soumettait totalement l'Église à l'État, en Occident, en revanche, il s'agissait d'un bras de fer incessant entre le pouvoir politique et religieux, qu'à des intervalles de temps prévalaient les uns sur les autres, jouer sur l'intrigue et le chantage, ainsi que sur la vie de populations entières, toujours et de rigueur avec des résultats et des conséquences souhaitables seulement par ceux qui, en plus de ne pas connaître l'histoire, ils ont maintenant créé une histoire passée qui n'a jamais existé, tout pour justifier la mauvaise pensée de leur triste présent fait de vérités numériques acquises principalement à la grande académie de réseaux sociaux.

.

Devant un interlocuteur qui a revendiqué de manière décisive et incontestable la primauté absolue de la Loi Naturelle Divine, déclarant que l'État aurait le devoir de l'appliquer, au début j'ai répondu: «Vous réalisez que faire des revendications similaires à une société laïque est de plus en plus hostile aux dimensions de la transcendance, le seul résultat que vous pouvez obtenir est de faire haïr le catholicisme et les catholiques?». La réponse était encore plus déconcertante: "Et quel est le problème? Nous devons être détestés, l'Évangile le dit aussi clairement ". Il va sans dire que des discours de ce genre conduisent aux pires formes d'intégralisme religieux, sans considérer que le Saint Evangile ne nous invite pas du tout à être haï, moins que tout désirer la haine comme une sorte de bien à atteindre, après l'avoir stimulé par des provocations inutiles et dangereuses, parce que stimuler la haine signifie inciter au péché, c'est-à-dire commettre un péché pire que celui qui déchaîne alors la haine par processus réactif. Christ Dieu affirme:

.

« Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant. Si vous étiez du monde, le monde vous aimer comme son propre; parce que vous n'êtes pas du monde, mais je vous ai choisi dans le monde, c'est pourquoi le monde te déteste" [Gv 15, 18-21].

.

Faites attention: Christ Maître Divin il explique aux apôtres d'hier et à ceux d'aujourd'hui comment et pourquoi il peut arriver que le monde ait de la haine envers nous. Mais c'est une explication donnée, pas une invitation à être détesté. Lisez cette phrase en pensant qu'à travers des attaques de pensée ou des provocations, vous avez le devoir d'être haï par le monde, cela signifie avoir l'incapacité totale de lire et de comprendre le Saint Evangile.

.

Les amateurs de la foi que sans professeurs et guides, sans école, sans cours de formation spirituelle adéquats, ils prennent les Saintes Écritures en main, puis, sauter d'un blog à un autre crée une "culture religieuse", sinon pire philosophique, théologique, morale et juridique, se blesser gravement, aux autres et à l'image de l'Église devant les laïcs, qui identifient souvent certaines formes de fidéisme aveugle et ignorant madonnari d'assalto avec "l'esprit des catholiques". Mes amis laïques et non croyants, vivant en contact avec moi ils connaissent bien notre triste réalité. Ils savent, que si nous essayons de reprendre, corriger et éduquer ces sujets, en réponse ils se raidissent, puis ils se retournent contre nous, au point que nous, prêtres et théologiens, n'avons rien compris aux fondements de la foi et de la doctrine catholiques. En fait, avoir lu d'un blog à un autre des textes qui parlent des messages et des révélations des saints et des mystiques, ou étant particulièrement dévouée à cette Madone qui a donné des secrets tremblants qu'ils ont compris à certains voyants, grâce à un autre grand "théologien académique" qui sur la chaîne Youtube a posté une vidéo dans laquelle il explique le vrai troisième secret de Fatima, selon lui faux et ensuite caché par l'Église ... eh bien, acquis tout ce bien de l'intellect et de la science dans le domaine de la doctrine et de la foi, ils n'ont pas besoin d'écouter les paroles des prêtres et des théologiens, qui essaient en vain de les reprendre et de les guider, mais surtout pour les récupérer à la vraie foi. C'est pourquoi mes amis laïcs et non croyants qui connaissent cette triste réalité qui est la nôtre, ils m'offrent toujours compréhension et solidarité, sans perdre une occasion de me dire: «Je ne veux pas être à ta place, pourquoi avoir affaire à une telle pléthore de fidèles, ça doit être vraiment frustrant ". Et de discuter de cette réalité il y a des mois avec un célèbre virologue italien, l'éminent clinicien et académicien m'a répondu: "Lors d'une conférence, j'ai été interpellé par une esthéticienne-masseuse qui a pris la parole en déclarant des absurdités illogiques et anti-scientifiques sur les vaccins., après avoir fait une "culture" sur les sites et blogs de conspirateurs anti-vax. Vous voyez, Père cher, tu es un homme de foi, malheureusement pas moi, mais nous partageons tous les deux le même triste destin, les mêmes frustrations, dans notre planète des imbéciles ".

.

CETTE RELATION INDÉPENDANTE ENTRE LE DROIT NATUREL, GRÂCE ET LIBERTÉ

.

Pour nous, hommes de foi, de la raison et de la science, c'est incontestable que Dieu a instillé dans le cœur de l'homme le sens naturel du bien et du mal, d'où les fondements de ces lois qui, peut-être, mais correct, ils sont définis comme loi naturelle. Le problème se pose lorsque l'on essaie de changer la loi naturelle ou la loi divine en loi positive, dans les lois de l'État qui lient tous les associés. Parce qu'à ce moment-là, le péché devient un crime, avec des conséquences dévastatrices et absolument indésirables.

.

Un interlocuteur a répondu à ces explications: «Le péché n'est pas un droit!». Affirmation qui constitue la phrase gagnante avec laquelle les mauvais maîtres de la «vraie tradition» et de la défense «de la vraie doctrine» ont toujours pensé fermer la bouche à tout interlocuteur. J'ai répondu que je savais très bien, expliquant ci-dessous que le péché naît, cependant, de la liberté et du libre arbitre de l'homme, qui sont les deux suffixes de sa création. Face au péché d'Adam et Eve, il serait juste de se demander: parce que Dieu ne l'a pas empêché de se commettre? Sinon pour les deux, il pourrait le faire pour le bien de l'humanité innocente, qu'à cause d'eux, il hériterait d'une nature corrompue. Et ici, il est nécessaire de rappeler à tous ceux qui croient connaître la doctrine catholique en profondeur, que l'original n'est pas un péché commis par nous, mais un péché contracté à nous transmis avec la nature à l'origine corrompue par le péché d'autrui. Et pourquoi Dieu n'a-t-il pas empêché nos ancêtres de commettre un péché qui aurait des répercussions aux conséquences similaires pour toute l'humanité future? Si, avant d'aller plus loin, aucune réponse claire et précise n'est donnée, on pourrait en déduire que Dieu se situe entre l'esprit injuste et inconstant irresponsable. La réponse est simple, pour ceux qui ont l'habitude de raisonner sur les critères de la vraie métaphysique: si Dieu n'a pas empêché la commission de ce péché c'est parce qu'il ne se contredit pas, Il est la cohérence divine à l'état pur. Pour cette raison, Dieu n'aurait jamais été contre la liberté de l'homme, même pas face aux conséquences dévastatrices du péché originel, qui sont entièrement logiques et conséquentes.

.

Les avocats spécialisés en droit naturel de l'académie Internet qui invoquent la suprématie absolue du droit naturel et qui considèrent qu'il est du devoir des États de l'appliquer comme une loi supérieure, souffrent d'une maladie dangereuse typique de ceux qui prétendent imposer ce que même Dieu n'a pas osé imposer à l'homme. Mais ils font, ils voudraient! Mais ça empire: ils le feraient au nom de Dieu et de la loi de Dieu, insouciant que Dieu n'a jamais violé ou limité la liberté de l'homme de quelque manière que ce soit. L'homme n'a pas le droit de pécher, parce que le péché n'est pas un droit. Mais il a la pleine liberté de pécher, parce que Dieu le lui a accordé en vertu de la liberté et du libre arbitre qu'il lui a donné. C'est le passage fondamental qui échappe au faux avocat naturel, qui vise essentiellement à remplacer Dieu sous le prétexte de Dieu. Tout comme cela a été fait à plusieurs reprises au cours de l'histoire de l'humanité, au prix de vies humaines et au prix de la destruction de nombreux esprits brillants ignoblement castrés.

.

En philosophie et théologie, mais aussi en droit, tu ne peux pas te cacher derrière un doigt, à moins de tomber dans des sophismes ou des pharisaïsmes qui ne profitent pas à ceux qui en abusent et encore moins à ceux dont on s'attendrait à être entendu. La clarté passe donc par la clarification d'évidences dont certains ont peur et que d'autres voudraient garder cachés. Chez les citoyens d'un État ou dans toute communauté d'associés, une conception morale ne peut être imposée que de deux manières: ou par le pouvoir de la grâce surnaturelle, qui cependant agit et produit ses fruits s'il est accepté par la liberté et le libre arbitre de l'homme en vertu de son esprit rationnel, ou par la contrainte de l'État. Dans ce second cas, le principe de la grâce se transforme en terrible malheur. Une troisième possibilité n'existe pas. C'est pourquoi ça a toujours été, ceux qui essaient d'atténuer ces deux réalités uniques et opposées, grimpe sur les miroirs pour cacher la conséquence inévitable qui découlerait de l'application de la loi naturelle à travers le “bras armé” de la loi positive: l'État soumis à la loi naturelle ou à la loi divine poursuivrait le péché en tant que crime. je répète: dans le premier cas, grâce à l'action de grâce acceptée, l'observance de la loi naturelle passe par la liberté de l'homme, dans le second cas, respect de la loi naturelle, se déroule à travers une véritable violence exercée sur la liberté de l'homme, que même Dieu n'a jamais limité ou annulé. Simplement dit,: dans le second cas, nous sommes confrontés au véritable mépris de la grâce qui ne fonctionne que par la liberté de l'homme. C'est en fait la grâce qui sous-tend la loi naturelle, avec tout le respect que je dois à ceux qui font de la poésie, disant avec une imprécision risible que la loi naturelle est basée sur le cœur et l'intelligence, pour ne pas affronter le mystère de la grâce qui ne peut être séparé de la liberté et du libre arbitre de l'homme. Pour cette raison, ceux qui propagent une idée déformée de la loi naturelle, c'est le moins qu'on puisse dire, doivent nécessairement escalader les miroirs, quelque chose qui a toujours caractérisé les limites des esprits non spéculatifs, ni philosophique ni théologique, qui prétendent cependant pouvoir spéculer sur les systèmes maximaux. Voici donc l'escalade sur des miroirs glissants et le lancement de ce qu'ils croient être le grand dard gagnant, la phrase est déjà répétée deux fois: «Le péché n'est pas un droit!». C'est vrai, cependant, il faudrait ajouter que nul ne peut revendiquer le droit d'empêcher un homme, avec violence privée ou avec la contrainte de la loi positive de commettre le péché, parce que Dieu lui-même n'a pas empêché l'homme de pécher. Et pour son péché, l'homme a récolté toutes les conséquences, rechute pour lui sur l'ensemble de l'humanité.

.

La blague n'est pas une sanction mais juste pertinent: si au lieu de Dieu, qui à l'époque agissait d'une certaine manière, nous avons eu des fidéistes pseudo-naturels, encore aujourd'hui l'humanité vivrait heureux dans le jardin d'Eden, sans connaître la souffrance, la maladie, décadence physique et mort, qui sont - nous nous en souvenons - toutes les conséquences du péché originel. Donc, si au lieu de Dieu nous avions certains avocats pseudo-naturels, nous serions toujours dans le jardin d'Eden, car ils auraient définitivement empêché, avec toute la coercition de l'affaire, à Adam et Eve, commettre le péché originel, après avoir confondu de manière grotesque la liberté de l'homme de pécher avec le péché, qui au contraire ne peut être considéré comme un droit.

.

SAINT THOMAS D’AQUINO QUE CEUX QUI NE LE CONNAISSENT PAS AIMENT TELLEMENT, LAISSONS-LE DIRE CE QU'IL N'A JAMAIS DIT ET CES DOCUMENTS DE LA HAUTE MAGISTE ADRESSÉS AUX HOMMES D'UN MONDE ET D'UNE SOCIÉTÉ QUI N'EXISTE PLUS.

.

Face à ces arguments, les avocats naturels de rêve commencent généralement à extraire des preuves irréfutables à l'appui de ce que les documents du Magistère de l'Église affirment aussi splendides que datés. Ce faisant, ils montrent une autre forme d'ignorance grossière qui les conduit à dogmatiser des documents et des actes qui contiennent des expressions de grande inspiration et de haute stature., cependant, ils se réfèrent à des contextes politiques, social et pastoral lié à une société et à un monde qui n'existe plus. Il s'agit d'une autre pathologie d'où naît alors une maladie grave: le fixisme sur le passé qui nous empêche de faire face à la réalité du présent. A cette maladie s'ajoute une troisième, plus grave: la dogmatisation de ces documents, qui étaient opportunes et précieuses dans les contextes historiques réels d'une société et d'une histoire qui n'existe plus aujourd'hui. Et ainsi ils finissent par conférer le rang de dogme aux déclarations d'un magistère suprême adressées aux hommes et à la société d'un monde passé, convaincus qu'ils ont plus raison que jamais quand, à l'appui de leur thèse erronée, illogique et anti-historique, ils commencent: "Ah, mais il est écrit dans un document du magistère suprême!».

.

Encore une fois, des exemples sont toujours nécessaires pour tout faire comprendre. Commençons donc de San Tommaso d'Aquino, qui plait terriblement à ceux qui ne le connaissent pas et que pour cela, plus que de l'utiliser, ils en abusent de la pire des manières. Dans sa dissertation sur le droit naturel, saint Thomas continue des questions philosophico-théologique. Sur le sujet il ne sanctionne ni les absolus ni les vérités de foi. Pour comprendre ces des questions cependant, il faut avant tout connaître l'histoire, la politique et la société du XIIIe siècle, en particulier les grands glossateurs bolognais qui ont travaillé entre le 11e et le 12e siècle, car Thomas d'Aquin s'y réfère en se disputant sur certains des questions, puis de savoir quel était leur concept de loi naturelle et de droit positif. Cependant, tout cela échappe au fidéiste sauvage de la loi pseudo-naturelle qui pense connaître Thomas d'Aquin et peut le vendre en doses de pilules homéopathiques..

.

Pour le grand docteur de l'Église la loi naturelle existe et comment, mais il peut être rejeté par l'homme en raison de l'existence de vices ou de fermetures décidées aux actions de grâce. Et d'ailleurs, quand Thomas d'Aquin parle de grâce, il se réfère principalement à l'œuvre de Saint Augustin, le etgratia. Donc, dans la langue d'Aquin, Quand cela vient à “vizio” il est entendu qu'il peut être à la fois intellectuel et intellectuel et moral, puis un habitude qui peut conduire l'homme à choisir le mal, toujours sur le principe de la liberté et du libre arbitre qui lui sont accordés par Dieu. Donc, pour le Docteur Angélicus, la loi morale donne des valeurs qui ne peuvent être comprises de manière oppressive et encore plus coercitive. Ce sont des valeurs qui viennent de la nature rationnelle de l'homme et qui peuvent être progressivement mises en œuvre à travers les principes et les actions de la grâce. Mais surtout d'un chemin à emprunter dans l'histoire pour l'application de la loi naturelle, selon les différentes significations de la personne, du temps et du lieu [cf.. Le gouvernement du, Somme théologique q. 77, a.2 et a.4]. Ce, Thomas d'Aquin dit, avec tout le respect que je dois à ceux qui ne le savent pas mais qui essaient de l'utiliser et d'en abuser comme bon leur semble, comme si Saint Thomas d'Aquin était un type de mot magique-kabbalistique Hocus Pocus O abracadabra, avec lequel vous essayez de résoudre n'importe quel arcane; avec lequel même le dernier des ignorants qui croit pouvoir découvrir des sciences et des spécialités très complexes, il croit pouvoir légitimer ses propres erreurs énormes.

.

C'est tout aussi faux et trompeur se référer au magistère des Souverains Pontifes qui se sont exprimés sur la question spécifique de la Loi Naturelle au XIXe siècle, au milieu de l'ère des Lumières, avec l'Église durement attaquée et attaquée par les courants de libéralisme nés sur les cendres de la Révolution française. Essayer d'appliquer ces documents à la contemporanéité est un jeu d'absurdité. Il en va de même pour ceux qui utilisent et abusent du magistère du Souverain Pontife Pie XII, à partir de son mémorable message radio auquel certains sujets se réfèrent pour étayer leurs thèses sur la Loi Naturelle écrites par Dieu dans le cœur de l'homme. Ce message radio remonte à 1942 et a été donnée au cours du cours complet de la Seconde Guerre mondiale, quand le nazisme dévorait tous les pays européens un morceau à la fois et de l'autre côté il y avait le Soviet de Staline. Et Hitler pour une chose, Staline d'autre part, ils avaient donné naissance à une loi naturelle païenne et athée, utilisant pour sa réalisation les styles typiques des pires intégralismes religieux, qui se réfèrent toujours aux critères d'application de la loi divine qui est au-dessus de toute loi humaine, y compris les régimes athées, qui au fil du temps ont créé les pires formes de droit juridique religieux, maintenant diviniser le peuple et sa race, divinisant maintenant le marxisme et la classe ouvrière.

.

Certains documents ont une grande valeur s'ils sont placés dans leur histoire, tâtonné, cependant, pour les mettre à jour aujourd'hui, c'est quelque chose de vraiment bizarre. En effet, il existe un magistère qui parle à l'éternel, ce qui définit les dogmes de la foi, ou qui énonce définitivement des doctrines ou des disciplines ecclésiastiques sur les fondements dogmatiques de la foi, et il y a un magistère qui parle aux sociétés, aux hommes, à la politique et à l'histoire d'une époque spécifique, après quoi le discours est clos. Voici, il n'y a rien de pire que ceux qui ne savent pas lire le magistère et ne peuvent pas le replacer dans son contexte dogmatique précis, doctrinal, historique, pastorale, politique et social, mais qui prétend pouvoir le lire au point d'en abuser avec des coupures et des coutures maladroites, copier et coller, enfin tout transformer en dogme, évidemment pour l'utilisation et le soutien de leurs thèses bizarres.

.

Pour comprendre ce que le magistère a exprimé il suffirait d'analyser le langage et l'approche différents avec lesquels le thème du positivisme juridique ou du droit naturel est abordé dans l'encyclique Veritatis splendor du Saint Pontife Jean-Paul II, ou dans son encyclique Foi et Raison. Il suffirait de lire le document de la Commission théologique internationale de 2009, inclus sous le titre: À la recherche d'une éthique universelle: nouveau regard sur la loi naturelle. Raison de plus pour comprendre les erreurs auxquelles les personnes sans école peuvent faire face, la formation et la méthode supposent traiter à la légère des questions qui, pour beaucoup, ont impliqué toute une vie d'étude et de recherche, certainement pas couper et coudre, copier et coller …

.

CETTE LONGUE FOLLE DE LA COMBINAISON ENTRE L'AUTEL ET LE TRONE

.

Essayons maintenant d'identifier le vrai problème sous-jacent, parce que ce qui ronge certains esprits tordus et déformés, est-ce que dans le 1929 l'Église catholique reconnaît par les pactes du Latran la souveraineté pleine et légitime de l'État laïc et libéral du Royaume d'Italie. Pour toute réponse, avec la signature d'un chef de gouvernement qui était un ancien socialiste resté anticlérical et blasphémateur romagnole toute sa vie, l'Église reçoit le sop de «religion d'État», avec son enseignement obligatoire dans les écoles, le mariage religieux qui produit aussi des effets civils et des soucoupes de diverses lentilles à suivre. Mais, comme toutes les lentilles données au pauvre Ésaü qui a vendu son droit d'aînesse pour une soupe [cf.. Gén 25, 29-33], tels ils sont et tels ils restent, Lentilles. Incidemment: alors que tous les pays libéraux d'Europe avaient déjà adopté des lois sur le divorce civil, le royaume d'Italie, pour ne pas risquer la clôture définitive de la question romaine avec les pactes du Latran, il a renoncé à faire passer cette loi. Et cette vraie maison de ces anticléricaux furieux était les Savoys, avec un Parlement royal formé par une majorité de fascistes incrédules, feint de croire que le mariage sacré est écrit dans la loi naturelle éternelle avec son indissolubilité divine. Rode donc encore, à certains esprits tordus et déformés, que l'Eglise, après de nouvelles bouffées, a ensuite reconnu la laïcité légitime de l'État républicain dans l'immédiat après-guerre, dans la conscience sage que cette laïcité, dans un régime de séparation claire entre le pouvoir politique et religieux, entre loi naturelle et positivisme juridique, qui peuvent avoir des échanges mais jamais fusionner en une seule essence ou expression de la loi universelle, c'était très utile surtout pour la mission même de l'Église, c'était bénéfique pour le droit naturel et c'était bénéfique pour le positivisme juridique.

.

Le positivisme juridique regorge d'institutions juridiques qui sont nés parce qu'ils sont inspirés par la loi naturelle ou parce qu'ils ont tiré leur fondement directement des Saintes Écritures. Pensez simplement au concept de "personne morale", présent aujourd'hui dans tous les codes civils du monde. C'est en fait une institution entièrement modulée par le principe paulinien de "corps mystique", alors que le Bienheureux Apôtre dépeint l'Église comme un corps unitaire dont le Christ est la tête et nous sommes tous membres [Col 1, 18]. Mais puiser l'inspiration, ou parfois même fondation, ne signifie pas que l'État, à travers la loi positive, devrait transformer les Saintes Écritures ou la morale catholique en lois contraignantes pour tous les citoyens.

.

Et pourtant, il y a toujours des sujets redondants de cette séparation claire et qui rêve encore de la combinaison néfaste du trône et de l'autel, avec l'autel qui tente de l'emporter sur le trône de toutes les manières et qui au cours de l'histoire ne nous a conduit qu'à des situations désastreuses et à une grande dégradation morale, produit au sein de l'Église et du clergé précisément à cause de ce mélange empoisonné de pouvoir politique et religieux. Un exemple parmi tant d'autres? Ce: à quels niveaux bas et bas l'épiscopat du royaume des Bourbons a été réduit, au moment où les évêques étaient choisis et élus suite à la satisfaction du souverain et du pouvoir politique? Le niveau le plus bas et le plus bas nous l'explique et documente un évêque lui-même dans ses écrits, est devenu plus tard un saint et un docteur de l'Église, Alphonse Marie de’ Liguori.

.

PARCE QUE JE SUIS FAVORABLE AU DIVORCE CIVIL TOUT EN CONSIDÉRANT LE MARIAGE SACRAMENTAL INDISSOLUBLE? COHÉRENCE OU CONTRE-SENS?

.

Certains catholiques italiens font une grave erreur quand ils placent le divorce et l'avortement au même niveau, se référant aux deux référendum qui ont vu les lois respectives qui réglementaient leur utilisation entrer en vigueur. Dire divorce et avortement plaçant ces deux réalités au même niveau, équivaut à combiner au même niveau l'infraction civile d'insolvabilité des paiements et le crime d'homicide volontaire prémédité. Ce sont deux éléments distincts sur lesquels je me suis exprimé en des termes jugés inacceptables par certains catholiques qui m'écoutaient., parce qu'ils sont convaincus que même les choses les plus impensables sont écrites sur la loi naturelle imprimée dans le cœur de l'homme. C'est la raison de la polémique: J'ai déclaré qu'en tant que catholique et en tant que prêtre, je n'oserais jamais empêcher deux non-catholiques, à deux non-croyants, ou aux personnes appartenant à l'une des différentes confessions religieuses qui reconnaissent la légitimité du divorce, annuler par cette institution juridique un mariage civil contracté devant un agent public de l'État, parce que je considère tout comme un acte légitime. En tant que catholique et en tant que prêtre, je ne rêverais jamais d'obliger les laïcs et les non-croyants à se soumettre à l'indissolubilité qu'implique le sacrement du mariage., faire appel à une loi naturelle à imposer à tous avec des lois positives. En fait, dans le premier cas, nous avons affaire à un contrat stipulé par deux contractants en vertu des lois positives, ou soi-disant lois civiles, dans le second cas, nous sommes confrontés à un sacrement d'institution divine, hypothèse dont c'est justement l'impossibilité de pouvoir le dissoudre. Et le concept du sacrement d'institution divine caractérisé comme mariage par l'élément d'indissolubilité, résiste très bien tout seul, il n'est pas nécessaire de recourir à des incitations supplémentaires, martelant en déclarant que le mariage est écrit en droit naturel, précisément parce que le mariage est dans sa substance profonde un sacrement d'institution divine.

.

Étant donné que la loi naturelle donnée par Dieu a toujours existé, si je n'ai pas mal lu le livre de la Genèse, il me semble me souvenir que Dieu les a créés hommes et femmes et leur a dit: «Soyez féconds et multipliez» [Gén 1, 28]. Où il est écrit qu'il les a unis dans un mariage indissoluble? La loi mosaïque prévoyait la répudiation par le mari de la femme et la possibilité d'en épouser une autre - lire divorce unilatéral de l'homme —, tous codifiés et inclus dans l'Ancien Testament [cf.. lv 22,3]. Alors c'est écrit, à moins qu'un avocat naturel ne doute que l'ancienne loi ait été vraiment donnée par Dieu à Moïse. À ce point, l'avocat internet titulaire d'un doctorat en sciences bibliques après avoir consulté trois blogs différents qui garantissent “tout sur la Bible”, donc fort dans sa dialectique invincible il répond: "Erreur, plutôt: hérésie! Dans la Genèse, il est écrit que l'homme s'unira à sa femme " [cf.. Gén 2, 24]. Oui, il est vrai, mais le terme «épouse» est utilisé dans les traductions modernes. Si l'avocat Internet déjà diplômé en sciences bibliques consulterait également le forum spécialisé “apprenez l'hébreu biblique en seulement trois heures”, trouvera cela dans le texte original, le juif, ce qui se traduit par «épouse», ça sonne différent, au niveau sémantique …

.

C'est le Christ Dieu qui a affirmé que la possibilité de quitter la femme il a été donné «Pour la dureté de votre cœur […] mais au début ce n'était pas comme ça " [Mont 19, 8]. Il est évident que "depuis le commencement" fait référence à avant le péché originel, à quelle était la dimension perdue de l'éternelle harmonie parfaite de la création. Ce n'est pas un hasard si le terme utilisé par le Christ est Au début, Depuis le début [Voir. Gén. Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre] puis traduit fidèlement en grec par “avant”, “dans l'antiquité” [Voir. Gén. ἐν ἀρχῇ ἐποίησεν ὁ θεὸς τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν]. E Depuis le début il n'y avait pas de péché originel. Alors Christ Dieu a clarifié: «Par conséquent, ce que Dieu a uni, ne laisse pas l'homme se séparer " [Mont 19, 6]. Nous réfléchissons, si la loi naturelle a toujours existé et que le mariage y a toujours été enfermé, il aurait toujours dû être indissoluble et surtout monogame, ou non? Ce que Dieu fait, il fait d'abord un décret législatif provisoire puis une véritable loi constitutionnelle? À l'évidence des faits imprimés dans les Écritures sacrées, il semble que pour la loi de l'Ancien Testament il n'en était pas ainsi et que le mariage devient indissoluble par la révélation de la Parole de Dieu.. Donc l'un des deux - mais les fidéistes de la loi pseudo-naturelle de la loi naturelle éternelle doivent répondre à cela -, ou la loi naturelle, qui existe et est donnée par Dieu, a eu une évolution dans l'histoire de l'homme, ou Christ Dieu a donné une nouvelle loi avec effet rétroactif depuis le début des temps. Je ne vois pas beaucoup d'autres solutions.

.

En dehors des blagues visant à encourager le sérieux du sujet et les mécanismes de raisonnement chez ceux qui ne sont pas fermés au raisonnement: La loi naturelle n'est pas quelque chose comme par magie encore comme certains le comprennent, puisqu'ils sont incapables de comprendre que le Créateur est aussi le Pédagogue Divin Suprême. La loi naturelle a évolué grâce à la grâce et à la miséricorde de Dieu au cours de l'histoire humaine à travers un processus graduel. Comment progressivement Dieu s'est révélé à l'homme, du buisson ardent de Moïse [cf.. Est 3, 1-6] jusqu'à l'incarnation de la Parole de Dieu [Gv 1, 1-18]. Un exemple de l'évolution de la loi naturelle est la phrase du Christ Dieu qui clarifie pourquoi l'institution de la répudiation a été accordée.: "Pour la dureté de ton cœur" [Mont 19, 8]. Une gradualité résumée par saint Thomas d'Aquin dans son Summa contre les Gentils, où il traite et explique, toujours par le principe de la gradualité historique, l'élément de l'indissolubilité du mariage. Et ce thème est traité avec une haute compétence spécialisée par notre théologien dominicain Gabriele Giordano M. Scardocci, l'un des pères de l'île de Patmos, dans l'un de ses précieux ouvrages auxquels je me réfère et qui mérite d'être lu: Ce grand mystère: le sacrement du mariage à Saint Thomas d'Aquin» [voir, QUI].

.

Après avoir tout clarifié, je suis aussi devenu très critique en disant que le Saint Pontife Paul VI, à mon humble avis, il a eu tort de ne pas demander immédiatement, après l'entrée en vigueur en 1975 du droit civil sur le divorce, la modification du concordat entre l'État et l'Église, renoncer à la possibilité réglementée par les pactes du Latran qui permettent la célébration du mariage religieux avec également des effets civils. Là aussi, il aurait été cohérent de revenir à une séparation claire. Les fidèles auraient pu recevoir le sacrement dans les églises, puis ils allaient à la Municipalité pour signer leur contrat de mariage, célébrant ainsi deux mariages distincts: ce qu'est pour l'Église et les croyants un sacrement qui entraîne l'indissolubilité; quoi pour l'Etat et qui pour les laïcs et les non-croyants n'est au contraire qu'un contrat qui peut être dissous si nécessaire. Donc deux actes distincts et séparés, sans aucun mélange ni lien entre eux. Malheureusement, l'Église n'a pas pu, pour l'ancien esprit du césaropapisme, renoncer à garder la pointe du pied dans le domaine politique et administratif. Et ici la vérité historique dicte de se souvenir que signer dans les années soixante-dix, pas tant la loi du divorce - dont je ne conteste pas la légitimité, toujours dans les termes clairement expliqués ci-dessus -, mais celui sur la légalisation de l'avortement en 1978, c'étaient les politiciens des démocrates-chrétiens, dont aucun ne leur vint à l'esprit de soulever des problèmes de conscience, démissionner de leurs postes politiques, ouvrir une crise gouvernementale et laisser cette loi être adoptée par d'autres. Ils sont tous restés à leur poste et ont mis leurs signatures dessus, essayant de se cacher derrière le doigt de "l'acte dû", en commençant par Giulio Andreotti, qui a navigué sur toutes les eaux et traversé tous les ponts, des sacristies aux tribunaux. L'histoire du souverain belge est une autre histoire, Re Baldovino, un vrai croyant et un vrai catholique, qui en tant que tel a refusé de signer la loi sur l'avortement, à tel point que le Parlement a eu recours à un expédient inhabituel: le dirigeant a abdiqué pour 48 minerai. Cette loi a passé, mais pas avec son approbation et sa signature.

.

LE REFUS DE LA LOI SUR L'AVORTEMENT EST BASÉ SUR DE PROFONDES PROBLÈMES DE CONSCIENCE QUI IMPLIQUENT LE BIEN INDISPONIBLE DE LA VIE HUMAINE, POUR CELA L'ÉTAT FOURNIT ÉGALEMENT UNE LOI SUR L'OBJECTION DE CONSCIENCE

.

Il est bon de répéter que si d'une part je fais habituellement une distinction claire entre le sacrement indissoluble et le contrat de mariage civil, reconnaître les non-catholiques, non-croyants ou appartenant à d'autres confessions religieuses, le droit de pouvoir divorcer, juger à cette fin légitime et même vouloir qu'une loi sur le divorce civil soit appropriée, d'un autre côté je ne peux pas, sur le plan moral, éthique et théologique, exprimer un concept similaire en ce qui concerne la loi sur l'avortement, parce que la vie humaine entre en jeu, qui n'est pas un bien disponible ni pour la mère ni pour l'État. Les féministes radicales crient aussi "l'utérus est à moi et j'en fais ce que je veux!», car personne ne peut prétendre que la vie humaine des autres est la sienne et qu'il peut en faire ce qu'il veut, y compris sa suppression. L'avortement n'est pas un droit car personne ne peut légitimement tuer un être humain innocent. Pour cela les deux choses, divorce et avortement, ils sont totalement distincts, car face à l'avortement, le principe de respect qui conduit à dire ne peut s'appliquer: Je ne peux pas empêcher un non-catholique, à un non-croyant ou à un membre d'une autre religion qui considère l'avortement légal, la liberté ou le droit de pouvoir avorter un être humain, parce que c'est moralement inacceptable. Tuer un être humain innocent, il ne peut jamais entrer dans la sphère des droits et libertés. Quelle est la raison pour laquelle cette, contextuellement à cette loi terrifiante, le législateur a également veillé à adopter une loi spéciale sur l'objection de conscience, conscient que la légalisation de l'avortement aurait profondément touché de nombreuses consciences. et notez, pas seulement les consciences des catholiques, parce que je peux témoigner que je ne connais pas quelques non-croyants, athées inclus, qui sont définitivement contre l'avortement, si quoi que ce soit, alors que peu de catholiques sont très permissifs dans ce. Sinon, la référendum pour l'approbation de cette loi, comment ça aurait pu passer, dans un pays comme l'Italie, où à l'époque le 96% certains Italiens ont été baptisés? le référendum il avait une majorité et la loi a été adoptée sous un gouvernement très chrétien-démocrate, car les premiers à voter en faveur étaient des armées de catholiques baciapiles.

.

En tant que citoyen, je souffre que cette loi existe dans mon pays à travers lequel des dizaines de milliers de bébés sont tués dans le ventre de leur mère chaque année. Je serais le premier à aller voter et à inviter à aller voter si un référendum pour l'abrogation de cette loi. Mais malheureusement, si les catholiques italiens du 1978 ils ont voté en faveur de l'avortement dans le secret des urnes, sauf pour revenir le dimanche suivant pour embrasser les tas d'eau bénite ou pour amener les mariées-filles à l'autel avec trois mètres de traîne blanche entre cascades de fleurs et de violonate, ce qui reste des catholiques en 2020 irait en masse directement dans la rue pour défendre le «droit» à l'avortement.

.

QU'EST-CE QUE L'APPLICATION DU DROIT NATUREL POURRAIT LE COMPRENDRE??

.

Je retourne au début pour expliquer en conclusion qui de l'ère post-constantinienne à suivre, l'Église n'a pas connu de moments heureux en raison du mélange de l'autel et du trône, entre pouvoir politique et pouvoir religieux fusionnés indistinctement. Évidemment, nous parlons d'autres périodes historiques, où des éléments qui semblent aujourd'hui nuisibles, ou même néfaste à nos yeux, ils avaient leur propre raison d'être. Essayons de clarifier avec un exemple: c'est un élément tout à fait évident de dire aujourd'hui que la souveraineté appartient au peuple qui la délègue à ses dirigeants à travers le mécanisme d'élections libres [cf.. Constitution de la République italienne, art. 1]. Mais un concept similaire exprimé au IVe siècle à l'époque du concile de Nicée, mais aussi au XVIe siècle à l'époque du concile de Trente, cela aurait semblé en partie incompréhensible et en partie absurde, et les maîtres de la loi naturelle et de la loi naturelle auraient crié d'horreur, sinon à l'hérésie! En fait, n'oublions pas cela jusqu'à des temps pas si lointains, dans le rituel romain, il y avait le rite sacré de la consécration du roi, complet avec invocation au Saint-Esprit. Peut-être est-il bon de se rappeler que ce demi-antéchrist de Napoléon est couronné dans la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1804, présente la bénédiction Souverain Pontife Pie VII qui a dû subir une grande humiliation, quand cet ancien caporal corse prit la couronne et la plaça sur sa tête seule, dire en substance au pontife romain: tu es juste un extra à mon jeu. Cela fait donc sourire de penser qu'en 2020 nous devons encore débattre avec les catholiques pour loisir, champions de «vraie tradition» et défenseurs «de la vraie doctrine» qui affirment avec une nonchalance troublante que la loi positive doit être soumise à la loi naturelle et que les États auraient l'obligation d'appliquer les lois écrites par Dieu dans le cœur de l'homme. Peut-être aspirent-ils à revenir aux temps "heureux" où le roi, tyran absolu et, si nécessaire, sanglant, il fut consacré par le Pontife romain en sa haute qualité de roi des rois de la Terre? Avec l'autel qui essaie de mettre ses pieds sur la tête du trône et avec le trône qui met l'autel sous vos pieds pour une assiette de lentilles?

.

Que découlerait d'un état qui transformé le péché en crime? Dans ce cas, il faut dire que l'Etat doit tout d'abord rendre le baptême obligatoire. Ou pourrait-il éventuellement, un État soumis à la Loi Naturelle suprême et divine écrite dans le cœur de l'homme, pour empêcher un enfant d'être lavé de la tache du péché originel? Et un politicien, un magistrat et un administrateur public non conformes aux principes fondamentaux de la foi et de la morale catholiques, il pourrait occuper certains postes? Évidemment pas, car un demi-mécréant placé dans certains rôles pourrait causer d'énormes dommages à la Sainte Foi et à l'éternelle Loi Naturelle écrite dans le cœur de l'homme. Par conséquent, l'un des sujets d'examen fondamentaux du concours d'accès à la justice devrait être la connaissance parfaite et approfondie du Catéchisme de l'Église catholique.. Et être candidat à la Chambre des députés ou au Sénat de la République, le certificat anti-mafia ne serait pas nécessaire mais celui de la Conférence épiscopale italienne certifiant la catholicité du candidat. Et si deux jeunes décident de vivre ensemble en dehors du mariage? Quelle horrible violation de la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme ils feraient? Dans ce cas, les carabiniers devraient courir chez eux pour les empêcher de vivre ensemble, puis punissez-les adéquatement pour ce péché-crime contre la loi naturelle qui a imprimé le mariage et son indissolubilité dans le cœur de l'homme, ou non? Parce que les relations sexuelles avant le mariage sont interdites par la loi naturelle éternelle inscrite dans le cœur de l'homme depuis la nuit des temps, vero? toutefois, je fideisti pseudo-giusnaturalisti, ils sont convaincus que Dieu n'avait même pas fini de créer les organes génitaux d'Adam et Eve qui avaient déjà imprimé sur l'éternelle Loi Naturelle écrite dans le cœur humain l'interdiction des relations sexuelles avant le mariage, c'est naturel, plutôt, c'est la vérité de la foi! Et si deux hommes libres, les adultes et les personnes consentantes décident d'avoir des relations sexuelles entre eux? Dans ce cas, l'État devrait appliquer des sanctions très sévères, face à ce qui est pour la morale catholique le grave péché contre nature qui, selon l'expression biblique archaïque, crie vengeance devant Dieu. Et sur ce sentier, nous pourrions continuer avec de nombreux autres exemples, tous logiques et conséquents, sur la suprématie de la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme sur les lois positives de l'État.

.

À la fin du discours Je signale une question que j'ai posée à un interlocuteur auquel j'ai posé: si votre souhait se réalise que la loi positive est soumise à la loi naturelle écrite par Dieu dans le cœur de l'homme, expliquez-moi ce que deviendraient les protestants, héritiers et propagateurs de l'hérésie luthérienne, dans un contexte aussi "idyllique"? La réponse était vraiment dérangeante, mais je t'invite à en rire, comme rire d'une blague grotesque: "L'État a le devoir de défendre la vérité contre l'erreur, parce que l'erreur ne peut être acceptée et tolérée au nom de la liberté ". C'est-à-dire: non-catholiques, les laïcs et les non-croyants doivent être forcés de croire aux vérités annoncées par l'Église selon lesquelles l'État aurait le devoir de se défendre contre l'erreur. et notez: ceux qui pensent de cette façon, non seulement ils se sentent comme de vrais catholiques, mais ils s'en prennent aussi à nous lorsque nous essayons d'expliquer leurs erreurs grossières et dangereuses.

.

Et avec cela, il est dit que par certaines idées mal comprises de la loi naturelle, par conséquence évidente, seul le régime de l'Ayatollah Khomeiny peut naître, que lui aussi a fait, comme beaucoup d'autres dictateurs, à une loi naturelle divine donnée par Dieu: le Coran. Toutes les théocraties les pires et les plus violentes des pays islamiques sont basées sur une loi naturelle de dérivation divine, supérieur en tant que tel à toute loi positive. C'est pourquoi je dis qu'il faut rire de certaines croyances erronées, rire pour ne pas pleurer. Bien sûr, Je suis désolé et cela me fait souffrir lorsque j'entends certains discours prononcés par des catholiques obstinément par erreur, qui sont plus fiers que jamais de leur erreur et n'acceptent aucune correction raisonnable, tellement se sentent-ils bien et en vérité, si quoi que ce soit, évoquant une métaphysique qu'ils ne connaissent pas et un pauvre saint Thomas d'Aquin qui n'a jamais même vaguement pensé à ce qu'ils lui attribuent, ils sont tellement spécialisés dans la découpe d'un morceau par un La question du Somme théologique, l'isoler du contexte, totalement mal compris, lui faire dire ce qui n'est pas écrit dans le texte et enfin, à ceux qui connaissent Thomas d'Aquin les nient, répondre aveuglément est têtu: "Ah, dit saint Thomas d'Aquin!». Et si quoi que ce soit,, à vous qui pratiquez Thomas d'Aquin depuis une vie, ils vous intimident aussi: "Mais si vous ne connaissez pas Saint Thomas d'Aquin, puis étudiez-le!». Pour cela, je me retrouve obligé d'être d'accord avec un athée laïque, très peu de tendresse envers l'Église catholique et le catholicisme, qui s’adressait aux journalistes peu avant d’obtenir un autre diplôme à Turin honoris causa, il a dit:

.

"JE réseaux sociaux ils donnent le droit de parler à des légions d'idiots qui auparavant ne parlaient au bar qu'après un verre de vin, sans nuire à la communauté. Ils ont été immédiatement réduits au silence, alors que maintenant, ils ont le même droit de parler qu'un lauréat du prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles ".

.

Cette phrase n'a pas été prononcée par la Sainte Mère Teresa de Calcutta quand à 1979 il a reçu le prix Nobel de la paix à Stockholm, il l'a dit en 2015 le petit saint Umberto Eco, commentant que dans des faits concrets, le dernier des théoriciens du complot qu'il publie sur Youtube une vidéo anonyme montrant que la terre est plate, il sera plus suivi et écouté qu'un prix Nobel de physique. Exactement comme cela nous arrive, prêtres et théologiens, que par beaucoup de nos fidèles nous ne sommes pas pris en considération et le moins écoutés, ils sont tellement occupés à suivre les conneries pseudo-théologiques du dernier des imbéciles réseaux sociaux, ou par des journalistes à la retraite devenus ecclésiologues dans l'équilibre entre potins et fantasmes-théologie. Comment blâmer cet athée anticlérical d'Umberto Eco, nous prêtres et théologiens en particulier, qu'avec nos fidèles docteurs sur internet en philosophie, sciences bibliques, théologie, dogmatique sacramentelle et morale catholique, nous sommes obligés de subir ce que nous souffrons et de prendre des coups si nous osons essayer de les corriger?

.

de l'île de Patmos, 15 décembre 2020

.

.

.

SOUTENEZ L'ÎLE DE PATMOS EN ACHETANT LES LIVRES DE NOS ÉDITIONS, QUI

.

Comment aider notre travail:

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Éditions L'île de Patmos

ALLAIENT: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

Lire la suite

Le devin Tirésias et le christianisme: la réalité du handicap, entre joie et espoir

— Théologique —

LE SOOTER TIRESIA ET CHRISTIANITÉ: LA RÉALITÉ DU HANDICAP, ENTRE ESPOIR ET JOIE

Le handicap, relève certainement du thème de la souffrance, de ceux qui sont affligés et qui seront réconfortés, selon la béatitude évangélique. Les personnes touchées par un handicap sont pleinement incluses dans celles qui sont accueillies au sein de l'amour trinitaire. Le monde de la culture, de réflexion philosophique et anthropologique a toujours été fascinée et en même temps ébranlée par ce thème.

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

Ulysse et le devin Tiresias

Un des thèmes forts qui impliquent beaucoup sur le plan émotionnel et intellectuel chaque fidèle, par le croyant individuel, au prêtre, de l'homme de culture au théologien, c'est certainement la question du handicap. Pour être précis, il n'y a pas de handicap dans l'abstrait, mais il y a des personnes handicapées physiques ou mentales, qui peut être congénitale, innée ou acquise.

.

Je voudrais esquisser réflexions biblico-théologiques sur le thème du handicap. je suis conscient, avec toute la tradition chrétienne, que le mystère du mal et de la souffrance humains reste un mystère et ne peut jamais être entièrement révélé. Mais cela peut être envisagé, scruté avec un œil de foi, espoir et charité et être placé dans le plan le plus élevé et le plus grand du plan de Dieu.

.

Dans cet article, tout d'abord, nous ferons quelques considérations historiques sur l'une des personnes handicapées les plus célèbres et les plus anciennes de l'histoire, le devin Tiresias. ensuite, nous passerons au thème de la souffrance dans la sphère chrétienne.

.

UNE PERSONNE HANDICAPÉE CONNUE À L'ANTIQUITÉ. TIRESIA, DOUCEUR AVEUGLE.

.

Le handicap, relève certainement du thème de la souffrance, de ceux qui sont affligés et qui seront réconfortés, selon la béatitude évangélique. Les personnes touchées par un handicap sont pleinement incluses dans celles qui sont accueillies au sein de l'amour trinitaire. Le monde de la culture, de réflexion philosophique et anthropologique a toujours été fascinée et en même temps ébranlée par ce thème. A tel point qu'elle s'est récemment laissée interroger par le handicap, essayer de construire une réflexion. Je voudrais tout d'abord rappeler le texte de Gian Antonio Stella: NombreusesLa longue bataille des handicapés pour changer l'histoire, récemment publié par le célèbre journaliste de Corriere della Sera. Avec une orientation journalistique, Stella essaie de faire un excursus à partir de différentes figures historiques de personnes handicapées qui ont vraiment proposé leur expérience innovante pour l'époque de l'histoire dans laquelle elles ont vécu. Je ne voudrais cependant pas m'attarder sur ce texte [1].

.

Depuis quelque temps la culture sicilienne il a perdu l'un de ses écrivains les plus féconds, Andrea Camilleri. Presque comme un testament, avec quelques livres maintenant sortis, l'auteur de Porto Empedocle, connu pour avoir créé le personnage de l'inspecteur Montalbano, a publié un texte intitulé Conversations sur Tiresia. C'est un petit livret qui reproduit fidèlement le texte du spectacle homonyme mis en scène en juin dernier 2018 et joué par Camilleri lui-même.

.

Le thème central du texte, comme le dit le titre, est la figure du devin Tiresias. Figure légendaire, dont on sait peu de choses. Bien sûr, di lui, on sait qu'il est originaire de Thèbes, a une fille nommée Manto, elle devine aussi, mais surtout qu'il est aveugle, ou comme on dirait aujourd'hui: non vedente. La pièce est petite excursus de l'ironie, moquerie et quelques fouilles dans le monde d'aujourd'hui, comment ce chiffre a été décrit, moqué et en même temps aimé et respecté au fil des siècles. notoirement, L'antiquité grecque a produit une série de sources sur Tiresias. La chose la plus intéressante à noter est que dans une antiquité préchrétienne, qui avait une relation très difficile avec les personnes handicapées, d'autre part, une figure handicapée physique comme Tiresias est restée vivante dans l'écriture de ces auteurs. Bien sûr, la figure du devin thébain, c'est avant tout intéressant pour une réflexion culturelle sur le handicap.

.

Le pseudo Apollodore il a essayé d'expliquer d'où provenait la cécité de Tiresias. Alors il a rapporté trois récits, dans son Biblioteca; les deuxième et troisième récits sont particulièrement intéressants[2], également raconté en salle dans le texte de Camilleri. Dans le deuxième récit, celui selon Apollodorus, Tiresia est le fils d'Evereo et de la nymphe Cariclo: la cécité vient de la punition d'Athéna que Tiresias a vu nue prendre un bain; puis Cariclo est intervenu et a demandé grâce pour son fils. Athéna n'a pas enlevé l'aveuglement du misérable voyer, mais rejoint dans la capacité d'être devin. Le troisième récit Apollodore reprend celui du poète grec Hésiode, et c'est le plus complexe, car il insère d'autres éléments. Tiresias médité en marchant sur le mont Citerone: ici, il a vu deux serpents en train d'union sexuelle puis, dégoûté, il a décidé de piétiner et de tuer la femelle. Dès que l'aspe lubrique a été écrasé, comme par magie, Tiresias est passé d'homme à femme. Cette image, il incite Camilleri à mettre dans la bouche de Tirésias une considération théologique liée aux serpents:

.

«Adolescente, j'aimais beaucoup faire de longues promenades solitaires sur le Citerone et un jour, tout à coup, alors que j'étais assis sur une pierre, J'ai vu deux gros serpents enroulés se précipiter vers moi en train de se reproduire. J'étais perdu dans mes pensées, pour cela j'ai réagi comme je n'aurais jamais dû. Pourquoi avec des serpents, sul Citerone, il fallait faire attention. Afin de posséder Perséphone, Zeus s'est changé en serpent et Cadmus s'est également «affirmé» pour ses escapades. Donc, dans ces reptiles, un dieu pourrait se cacher "[3].

.

Nous reviendrons sur ce détail sous peu. Nous observons comment Tiresias est vraiment sage: c'est-à-dire qu'il est capable d'aller au-delà de l'aspect matériel et de saisir la nature divine même d'un acte aussi animal que l'union sexuelle. Toutefois, procéder à la narration, on sait que plus tard le devin thébain est redevenu un homme, mais son malheur n'était pas fini. En fait, dans une durée indéterminée, Zeus et Hera se sont disputés et se sont souvent retrouvés divisés par une controverse: si dans l'acte sexuel l'homme ou la femme ressentait plus de plaisir. Ils n'ont pu parvenir à aucune conclusion car en fait les deux positions principales se faisaient face: Zeus, il a prétendu que c'était la femme, alors qu'Era était l'homme. Pour régler le différend, ils ont décidé de se tourner vers Tiresias, considéré comme le seul qui aurait pu le résoudre puisqu'il avait testé à la fois la nature masculine et féminine. Il aurait peut-être été préférable que Tiresias ait suivi le vieil adage de ne pas mettre un doigt entre mari et femme[4]. Maman, pour ce temps, il n'a pas fait attention à ça. Alors, une fois convoqué par les deux dieux querelleurs pour résoudre le problème de dépassement, a répondu que le plaisir sexuel se compose de dix parties: l'homme n'en essaie qu'un et la femme neuf, donc une femme ressent un plaisir neuf fois plus grand que celui d'un homme. Tiresias a pensé à répondre faisant ainsi une faveur à Hera, croyant que la déesse avait répondu selon son propre raisonnement. La déesse, au lieu, elle était furieuse que Tiresias ait révélé ce secret: et donc ça l'a aveuglé. Au lieu de Zeus, contrairement à la réaction de sa femme, il a décidé de réparer les dommages subis, et a permis à Tiresias de prévoir l'avenir et le don de vivre pendant sept générations. E Questo, dans la perspective grecque, cela impliquait d'avoir une vie pratiquement éternelle.

.

Voici donc les trois éléments mis en évidence dans le handicap de Tiresias: la cécité suit la punition de connaître un secret profond de l'homme. Tiresia, un peu comme Prométhée, il est à blâmer d'avoir osé deviner et raisonner, aller au-delà du réalisable: donc d'être entré dans les plus hautes sphères de l'intimité de l'homme et de la femme. D'avoir su dissoudre le secret même du don total d'homme à femme et vice versa, donc de leur identité profonde. En même temps, Tiresias est entré dans le secret profond du plaisir corporel et à l'origine de la vie. Era davvero non può reggere questo affronto. Comme ça, il pense qu'il déplaît à Tiresias, l'aveuglant: mais ce faisant, il l'éloigne de la vue des choses matérielles et le laisse pour toujours à la vue de l'information, notions et concepts supérieurs. J'ose dire que Tirésias est peut-être l'esclave de la caverne platonicienne qui, libéré des pièges des visions matérielles, voit enfin la lumière des Idées., dans l'éternité de la vérité intemporelle. Mais je ne veux pas entrer dans une analyse platonique.

.

Revenons plutôt au handicap de Tiresias est ajouté, avec l'action de Zeus, le don de la prévoyance et de la vie éternelle. Le chef-d'œuvre anthropologique de Tirésias le Thébain est définitivement achevé. Le handicap, tellement condamné, tellement stigmatisé dans le monde grec, et plutôt, à Tiresia, chargé d'un ensemble de cadeaux extraordinaires offerts par les dieux[5]. Donc le manque de lumière sur les choses de tous les jours importe peu.

.

Tiresias connaît le fait présent dans ses secrets les plus intimes. Il en va de même pour les événements futurs: sait ce qui est plus profond, ce qui est le plus recherché par tous les Grecs, philosophe, mathématique, astronome ou historien. Le savant Paolo Scarpi écrit à ce sujet:

.

«[…] La cécité de Tiresias est en réalité la condition pour lui de remplir son rôle de devin […] Les trois raisons présentées dans la bibliothèque, […], en réalité, ils semblent reliés par un dénominateur commun représenté par le code optique sur lequel l'histoire est construite. […] la vue entre directement en question, se configurant comme une transgression d'un code de conduite énoncé par Callimaco […] (les lois de Cronos établissent ainsi qui voit un immortel contre sa volonté, paiera un très bon prix pour cette vue)»[6]

.

En confirmation de cela il semble intéressant de noter ce que Odyssée du devin thébain. Homer offre une tâche importante à Tiresias, en fait dans le dixième canto nous lisons:

.

"Pour demander à l'âme des Thébains Tiresias,

le devin aveugle, dont les précordi sont fermes:

à lui seul Persephone a donné même quand il était mort,

la faculté d'être sage; les autres sont des ombres errantes "[7]

.

Ulisse, nell’Ade, il est obligé de chercher Tiresias, pour découvrir le chemin du retour à Ithaque. Dans les vers du poème homérique, nous lisons entre les lignes que seuls Tiresias bénéficient des dons extraordinaires qui le rendent si sage. J'ajoute quelques éléments supplémentaires: dans Tebaide, le poète Stazio décrit que Tiresias, sourd-muet et aveugle en même temps, conserve ses pouvoirs extraordinaires. Qui, handicap physique, c'est encore plus prononcé, néanmoins, la sagesse et la prophétie restent. Et ils auront un rôle dramatique dans Sophocle.

.

Nell 'Œdipe Re, Tiresias s'appelle prophétiser aussi l'inceste célèbre entre Œdipe et Jocaste et le meurtre de Laius: dans cette tragédie la prophétie des aveugles est même un élément d'aide à la découverte d'une action morale condamnée par le temps. La contribution de Tirésias devient fondamentale dans la dissolution du drame d'Œdipe.

.

Retour et conclusion de la lecture du texte de Camilleri, Je trouve un magnifique poème dédié à Tiresias par le poète Thomas Sterne Elliott

.

«Je Tiresias, bien qu'aveugle, bouton entre deux vis,

vieil homme aux seins de femme flétris, je vois

à l'heure violette, l'heure du soir qui vient

sur le chemin du retour, et ramener le marin à la maison de la mer,

Je peux voir la dactylo à la maison à l'heure du thé, dégage le petit déjeuner,

allume la cuisinière et sort les conserves.

Dehors la fenêtre traînait dangereusement pour sécher

Ses combinaisons touchées par les derniers rayons du soleil,

sur le canapé (son lit la nuit) ils sont bondés

chaussettes, chaussons, chemises et corsets.

Je Tiresias, vieil homme aux seins ratatinés,

vous percevez la scène, et prédit le reste -

Moi aussi je m'attendais à l'invité attendu.

Le sien, le jeune homme pustuleux, arrive,

employé d'une petite agence de location, d'un seul coup d'œil

baldanzoso,

une des personnes à qui la sécurité est

comme un chapeau haut de forme à un paysan enrichi.

Le moment est venu, comme il conjecture,

le déjeuner est terminé, elle s'ennuie et est fatiguée,

essayez de l'embaucher dans des caresses

qui ne sont pas rejetés, même si indésirable.

Excité et déterminé, il attaque tout d'un coup;

explorer les mains ne rencontre aucune défense;

sa vanité n'exige aucune réponse

et prend l'indifférence comme bienvenue.

(Et moi, Tiresias, j'ai tout pré-offert

Qu'est-ce qui a été fait sur ce même canapé ou lit;

Moi qui me suis assis sous les murs de Thèbes

et j'ai marché parmi les plus humbles morts).

[...]

Puis je suis venu à Carthage

Brûlant brûlant brûlant brûlant

O Seigneur tu me prends

O Seigneur tu saisis

Brûlant[8]

.

L'analyse du handicap de Tiresias il montre donc à quel point le handicap a une valeur contradictoire dans le monde préchrétien: dans lequel une relation de damnation est mise en évidence, stigmate, suppression e, de l'autre, presque plutôt un état d'élévation vers des connaissances supérieures. La question du handicap, pour les Grecs, il appelait donc à une connaissance sapientielle du présent, une connaissance prophétique du futur, un appel à la vie éternelle (certainement pas des mêmes caractéristiques que le Royaume chrétien de Dieu). De toute évidence, l'aspect totalement absent du handicap de Tiresias, comme d'ailleurs dans toute réflexion grecque avant la venue du Christ, c'est évidemment le lien entre l'activité divine et humaine: cette relation entre la grâce et la nature qui ne sera explorée que par la suite par la théologie catholique.

.

En fait, Tiresias souffre d'un handicap dans sa nature humaine comme punition: il n'est pas expliqué par les mythes grecs de quelle manière, après avoir obtenu l'invalidité, sa personne est amenée, par le handicap, vers un chemin d'amélioration et d'élévation morale avec l'aide des dieux. Le handicap, à Tiresia, bref, c'est une méthodologie épistémologique spéciale mais pas une de sanctification. Une manière particulière de savoir mais pas de s'élever à une relation avec le sacré. D'un autre côté, son caractère est complètement différent, le sentiment de souffrance physique, et donc aussi une déficience visuelle, depuis l'avènement de Jésus-Christ: tous les handicaps font partie de l'affliction et de l'amour souffrant du Christ. Ils peuvent donc être regroupés sous la grande catégorie de la souffrance.

.

AFFLIT MAIS INTIMALEMENT UNIS DANS L'AMOUR SOUFFRANT DE JESUS

.

Une chose est sûre. À propos du christianisme, il est fondé par Jésus et c'est une religion de joie; en fait, Christianisme, tout a commencé par un joyeux impératif. «Kaire / Réjouis-toi Maria!» [9] alors l'archange Gabriel salua l'adolescente Marie. Nous reconnaissons certainement avec Joseph Ratzinger que "le christianisme est donc la foi de la joie"[10]. et pourtant, sur le chemin d'une foi catholique joyeuse, il n'échappe pas à certaines questions particulièrement délicates comme la souffrance, pénitence et douleur. Pensons un instant que dans le chemin de l'Église catholique il y a une grande période de pénitence et d'ascétisme: Prêté. Car le Carême est avant tout un temps de conversion, mais aussi un temps de désert et de réflexion. Dans cette période, il y a une invitation à s'attarder, dans notre prière ou méditation personnelle, sur les questions qui sont habituellement difficiles à assimiler et à traiter, comme le péché, la morte, la maladie, la douleur. La souffrance est une question très sensible. C'est surtout délicat car il est vécu par les hommes et les femmes. Thème que nous avons tous touché de première main. Ces hommes souffrent. Par conséquent, ils sont affligés. En fait, l'un des thèmes dont l'Ancien Testament nous parle aussi est la souffrance. Pensons, par exemple, à l'histoire du livre de Job. tuomo droit, aujourd'hui on dira un pieux, une personne décente et très dévouée. Le monsieur, donc, il permet au diable d'être jugé dans la souffrance morale, on se souvient en fait que tous ses enfants ont été tués; donc, matière, on se souvient qu'il a perdu tous ses biens; enfin la physique, nous nous souvenons qu'il est tombé gravement malade de la lèpre et a été isolé de tout le monde, sauf de quatre amis.

.

In Giobbe, selon les exégètes, on retrouve quatre réactions typiquement humaines. La prima è l’accettazione (cf.. Go 1,22). Il accepte pacifiquement que tout cela vient de Dieu. En même temps, il exige également de lui une sorte de retour dans le futur. La deuxième réaction, c'est la rébellion (cf.. Go 3, 1). Il voudra même mourir. C'est aussi une réaction typique des malades d'aujourd'hui: c'est un désir de tranquillité et de paix. La troisième réaction est la garde (cf.. Go 40). Job se confie à Dieu en reconnaissant sa petitesse, une créature créée, par rapport à Dieu le créateur incréé. Alors il compte vraiment sur le Créateur car il reconnaît qu'il était fier et prétentieux envers lui. Quatrième réaction, la récompense surnaturelle (Go 42,7). On rend à Job tout ce qu'il avait perdu d'une double manière [11].

.

Job est affligé. Dieu après un voyage de conversion, de purification et de croissance est consolé par Dieu. J'ai été très impressionné quand j'entends aussi la voix d'un affligé. Un affligé il y a quelques années: mais que dans son aujourd'hui, comme aujourd'hui il a été abandonné par tous. Pour cela je voudrais maintenant farvi ascoltare la voce di quel genere di afflitto che, contrairement à Job, pas l'avoir fait.

.

"J'habitais (mâle) depuis trente ans, quelqu'un dira que c'est trop peu. Que quelqu'un n'est pas capable d'établir quelles sont les limites de la tolérance, parce qu'ils sont subjectifs, pas objectif. J'ai essayé d'être une bonne personne, J'ai fait beaucoup d'erreurs, J'ai fait de nombreuses tentatives, J'ai essayé de donner un sens et un but en utilisant mes ressources, faire un art de l'inconfort. Mais les questions ne finissent jamais, et j'en ai marre de l'entendre. Et j'en ai marre du pormène aussi. J'en ai marre de faire des efforts sans obtenir de résultats, marre des critiques, marre des entretiens d'embauche comme graphiste inutile, fatigué de gaspiller des sentiments et des désirs pour l'autre sexe (qui n'a évidemment pas besoin de moi), fatigué d'envier, marre de se demander ce que c'est que de gagner, d'avoir à justifier mon existence sans l'avoir déterminée, marre de devoir répondre aux attentes de tout le monde sans jamais avoir rencontré les miennes, fatigué de mettre un bon visage sur la malchance, feindre l'intérêt, me tromper, se moquer de, d'être mis de côté et de se faire dire que la sensibilité est une grande qualité. [...] Rien ne peut être attendu de cette réalité. Vous ne pouvez pas vous attendre à un travail, on ne peut pas s'attendre à être aimé, on ne peut pas s'attendre à une reconnaissance, vous ne pouvez pas vous attendre à la sécurité, on ne peut pas s'attendre à un environnement stable. [...] Sono entrato in questo mondo da persona libera, et en tant que personne libre je m'en suis sorti, parce que je n'aimais même pas ça un peu. Assez d'hypocrisies. [...] Je sais que cela te semble fou, mais ce n'est pas. C'est juste une déception. L'envie est passée: pas ici et pas maintenant. Je ne peux pas imposer mon essence, mais mon absence fait, et le néant absolu vaut toujours mieux qu'un tout où vous ne pouvez pas être heureux de faire votre destin. [...] Pardonne-moi, maman et papa, se potete, mais maintenant je suis de nouveau à la maison. Je vais bien"[12].

.

C'est terrible de lire de telles lignes. Il est presque impossible de comprendre la douleur d'un jeune qui veut se suicider. Il est absolument impossible de comprendre la douleur de ces parents qui ont perdu un enfant de cette manière. et pourtant, ce jeune homme était affligé. Un affligé laissé seul par tous: abandonné à la mentalité et à la mode du monde, qui croit et inculque à tous que le suicide est le seul moyen de vivre leur liberté. C'est la liberté que le monde d'aujourd'hui veut nous convaincre aussi, catholiques, que c'est celle à vivre: une liberté qui n'est pas la vraie liberté. Cette liberté qui s'exprimerait dans les techniques de suicide assisté et d'euthanasie, comme cela s'est produit pour l'affaire, s'est levé au premier plan des nouvelles, par Dj Fabio. Dj Fabio a également souffert, celui que nous appellerons bibliquement affligé[13]. Le monde, au lieu de lui donner une vraie liberté, il l'a abandonné pour de bon. L'état de droit lui offre même des raisons et une jurisprudence pour fonder la croyance que l'on ne peut sortir de la souffrance qu'en se suicidant. Comme si le suicide était l'expression maximale d'une «liberté»[14]. Cette liberté qui élimine la souffrance et l'affliction. Parce qu'une vie souffrante et affligée n'a aucune valeur, puis il est éliminé. Il est pris et jeté. Et tout est déguisé avec le mot magique: li-ber-Ta. Trois syllabes avec lesquelles aujourd'hui nous surfons sur la vague et permettons tout.

.

"Nous vivons à une époque où nous n'avons le droit de vivre que s'ils sont parfaits. Toute insuffisance, toute faiblesse, toute fragilité semble interdite "[15]

.

Il n'y a qu'une seule réponse à cette terrible conviction de la culture d'aujourd'hui. La vraie réponse que chacun de nous peut donner est la suivante: la joie de Jésus-Christ. Il répond à une logique de mort, de la culture jetable, de la nécroculture simplement en montrant la joie et l'amour que Jésus avait pour les affligés. Parce que Jésus-Christ lui-même a souvent rencontré la souffrance. Autrement dit, Jésus a rencontré des gens souffrant et affligés: qui dans le corps et qui dans l'esprit. Et il s'est mis au service d'eux et de leurs parents et amis. Pour cela, il a pu reléguer une place spéciale dans les Béatitudes à la souffrance: "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront réconfortés"[16].

.

Si nous jetons un œil à l'Évangile de la résurrection de Lazare, voyons immédiatement comment Jésus se rapporte à la mort de son cher ami Lazare. Jésus lui-même pleure. Il est affligé, et vit ce moment avec d'autres affligés. Essayons de suivre de près le texte de l'Évangile:

.

«Jésus l'aimait beaucoup (Agapan = aimé avec miséricorde) à Marta, à sa soeur [Marie] et à Lazare. Marta alors, comme il savait que Jésus venait, est allé le rencontrer; Maria, d'autre part, était assise dans la maison. Marthe a dit à Jésus: "Monsieur, si vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort! Mais même maintenant je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu vous donnera ". Gesù le disse: "Ton frère ressuscitera". Marta lui a répondu: "Je sais qu'il se relèvera le dernier jour". Gesù le disse: "Je suis la résurrection et la vie; qui croit en moi, même s'il meurt, vivra; quiconque vit et croit en moi, ne mourra pas pour toujours. Tu crois ça?». Elle lui a répondu: “Sì, ô Seigneur, Je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu qui doit venir au monde " (= pepisteuka, le verbe grec exprime un fort acte de foi) Puis Jésus la vit pleurer et les Juifs qui étaient venus avec elle pleurèrent aussi, il était profondément ému (mâts embryonnaires = se mettre en colère), il était bouleversé et a dit: "Où l'avez-vous placé?”. Ils lui ont dit: "Monsieur, viens et vois!”. Jésus a fondu en larmes. Puis les Juifs ont dit: «Voyez comment elle l'aimait!”. Après avoir placé la pierre dans laquelle Lazare avait été placé, Jésus a alors levé les yeux et dit: « Père, merci de m'avoir écouté. Je savais que tu m'écoutais toujours, mais je l'ai dit pour les gens autour de moi, pour qu'ils croient que tu m'as envoyé ". E, dit cela, il a crié fort: "Lazare, vieni fuori!”. Le mort est sorti, avec ses pieds et ses mains enveloppés de bandages, et le visage couvert d'un linceul. Jésus leur a dit: "Détachez-le et laissez-le aller" "[17].

.

Essayons de lire le texte analytiquement. au verset 5 nous voyons tout d'abord que Jésus accomplit l'action deAgapan c'est-à-dire qu'il aimait profondément Marta, Maria et Lazzaro. Agapao est le verbe grec dont il provient agapè, que nous traduisons précisément avec Mercy. Alors il les a aimés avec miséricorde. Aussi aux versets 20 – 27 Jésus est réprimandé par Marthe, plus tard aussi par Maria, de ne pas avoir été présent au moment de la mort de Lazare. Il obtient d'eux un acte de foi en la vie éternelle qui passe par Sa Présence: la présence de Jésus, Fils de Dieu dans le monde. ensuite (cf.. V.33) quand il apprend plus tard la mort de Lazare, Jésus est ému: il a un mouvement de passion en colère (il en va de même pour le verbe grec mâts embryonnaires), de l'aversion pour la mort qui est l'un des effets causés par le péché originel à son tour engendré par le diable. Jésus lui-même, alors, exprime l'aversion et l'hostilité envers la mort. Commenter les versets 41 – 42, l'exégète Brown écrit:

.

"Par l'exercice de la puissance de Jésus, qui est la puissance du Père, ils connaîtront le Père et recevront ainsi la vie eux-mêmes. Jésus n'obtiendra rien pour lui-même, il veut seulement que ses auditeurs connaissent le Père qui l'a envoyé. [...] La chose cruciale est que Jésus a donné la vie physique comme un signe de sa puissance de donner la vie éternelle sur cette terre et comme une promesse qu'au dernier jour il ressuscitera les morts "[18].

.

mars, Maria et Lazzaro sont affligés. Jésus lui fait découvrir, en plein malheur, une relation vraie et réelle avec Dieu. La souffrance devient alors l'un des «lieux» possibles pour vraiment rencontrer l'amour du Seigneur et en recevoir la consolation. Comme Dieu l'a fait avec Job et comme maintenant Jésus le fait avec Lazare. En effet, l'affliction, cela peut générer un sentiment d'isolement: comme nous l'avons vu jusqu'à présent, la souffrance, si d'un côté c'est une expérience, par contre c'est en même temps une expérience solitaire, permis par Dieu à l'individu et uniquement à l'individu. De manière indirecte, il affecte également les proches, les amis et les voisins de l'affligé, mais il sert avant tout au célibataire. Ces affligés ne sont pas si loin dans le temps et l'espace de nos vies.

.

Nous aussi pouvons être miséricordieux et montrer l'amour de Dieu aux affligés. Nous pouvons exprimer et communiquer la joie et la vitalité de Jésus à travers nos frères souffrants? Par l'exercice d'œuvres de miséricorde matérielles et corporelles, il est possible d'exprimer le sens biblique de consolation. Voici le lien entre la consolation et le sentiment de fraternité: savoir entrer dans le drame de quelqu'un et le soutenir. Être vraiment avec - frères par la Miséricorde / Agape de Dieu pour l'autre. Vivre en aidant les affligés c'est les soutenir. En étant un support alors il y a trois dérives qu'il faut absolument éviter:

.

α) avoir pitié de l'affligé. En d'autres termes, il existe un risque de créer une victimisation. A travers cette dynamique, la personne est coincée dans sa propre douleur et se referme dans un narcissisme qui l'empêche de guérir [19].

b) L'effet narcotique. Autrement dit, essayer de se débarrasser de la douleur en y mettant la conscience. La personne est donc poussée par la société à vivre comme si la douleur n'existait pas. Cela conduit à la superficialité, ce qui est dangereux car il reporte le problème de la douleur et l'aggrave[20]. En effet, échapper à un problème signifie l'aggraver.

c) Invitez les affligés à voir qui est pire que lui: il n'y a rien de pire que de faire de l'existence comme un classement de Serie A et de dire qui est meilleur et qui est pire. Cela n'a aucun sens de consoler quelqu'un en disant "car il y a ceux qui sont plus mal lotis que vous, tu dois aller bien " [21].

.

Voyons voir', donc, l'œuvre de miséricorde consoler les affligés en quoi il consiste vraiment. Les paroles du prêtre Fabio Rosini qui écrit nous aideront:

.

La douleur physique peut être dure, mais s'il y a une raison, c'est pris en charge, le coeur est serein; si, toutefois, la douleur est sans explication puis devient insupportable. L'affliction a besoin d'un mot pour la remplir, qui t'adresse, une indication qui guide la compréhension " [22]

.

Le même mot consolation (en hébreu nacham), bibliquement il est rendu avec les verbes au repos, fermarsi, trouver la tranquillité ou même se réfugier[23]. C'est ce que nous venons de voir faire Jésus avec les proches affligés de Lazare. Apaiser une personne signifie lui donner cette parole de plénitude, de compréhension, sens que la douleur semble lui avoir volé.

.

"Quiconque accomplit l'acte consulaire est capable de se mettre à côté du malade en lui montrant ce qu'il ne voit pas et en lui permettant d'ouvrir son cœur, le regard, l'esprit à une autre perspective, une profondeur intégrale qui donne l'exhaustivité "[24].

.

Dans un certain sens, tous les chrétiens sont appelés à consoler, rappelez-vous que ce sont eux qui sont appelés à donner cette complétude. Voilà donc l'appel à être ceux qui se souviennent que Dieu est avant tout espoir dans la souffrance. Rappelez au monde et à la culture d'aujourd'hui que l'espoir est un acte typiquement humain, mais en même temps en élevant: car il permet même aux pires affligés de s'élever au-dessus de leur douleur. Comme l'écrit toujours Fabio Rosini, consulaire, donner de l'espoir signifie essentiellement, faire un acte de miséricorde qui "rend l'éternité présente, qui révèle le visage de Dieu dans la douleur "[25]. Cela nous permettra également de recommencer à espérer. Et espérer est un acte typiquement chrétien. Suite, espérer est l'acte typiquement catholique! Parce que le croyant est celui qui a mis toute confiance en Jésus. Et tout comme Martha et Maria, il exprime son espoir à haute voix dans la douleur. Gardez toujours cela à l'esprit, pendant que vous préparez des sandwichs pour les pauvres, pendant que vous préparez la civière vertébrale, pendant que vous réorganisez les installations de protection civile. Espérer signifie avant tout allumer l'attente d'un Dieu qui est l'immensément bien bien absolu.

.

Chacun de nous peut être porteur d'espoir, porteurs de joie même pour les affligés des quartiers les plus pauvres, à l'affligé en raison de chagrin ou de dépression, ou précisément d'un handicap. Voici donc qu'en reliant ces réflexions au handicap, nous dirons que même la personne handicapée, malgré ses afflictions et ses douleurs physiques, il est appelé à un chemin de joie et de sanctification. Il y a toujours un plan supérieur vers lequel Dieu le Père dirige, comment il a dirigé les souffrances de Jésus de la Passion, à la joie de la résurrection. Nous aussi serons transportés vers la joie de la consolation. Parce que quand nous consolerons un affligé, cela nous fera vraiment découvrir la joie de notre vie. Toute notre vie sera de savoir redécouvrir la présence d'un Dieu trinitaire, qui est avec nous même dans la douleur. C'est en aimant qui est affligé, lui faisant redécouvrir cette joie de vivre, nous pourrons dire avec le poète Giacomo Leopardi "Je n'ai jamais senti autant vivre qu'aimer" [26].

.

Rome, 4 novembre 2020

.

_______________

REMARQUE

[1] Le lecteur peut consulter pour plus d'informations: g. UNE. Stella, Divers - La longue bataille des handicapés pour changer l'histoire, Solférino, 2019, Milan.

[2] Pseudo-Apollodoro, Biblioteca, III, 6, 7.

[3] UNE. Camilleri, Conversations sur Tiresia, Sellerio, Palerme, 2019.

[4] UNE. Camilleri, op.cit.

[5] Le long de cette même ligne, M se dresse. Schianchi, Histoire du handicap - De la punition des dieux à la crise de l'aide sociale, Carocci, Rome, 2012, 40.

[6] Apollodoro, Mythes grecs, par P. Chaussures, traduz. chez M.G. Ciani, Monadori, Milan, 1996, 55.

[7] Odyssée X, 492 e sgg., Traduction par G. Aurelio Privitera

[8] T.S. Elliott, Wasteland mentionné dans A. Cammileri, Conversations sur Tiresia, 41 – 42. Vérifiez à nouveau la page.

[9] Lucas 1, 26.

[10]J. Joseph Ratzinger, Éléments de théologie fondamentale, Morcelliana, Brescia, 69.

[11] S. Pinto, Les secrets de la sagesse, Introduction à la sagesse et aux livres poétiques , St.Paul, Cinisello Balsamo, 2013, 21 – 23.

[12] Lettre de M., un suicide dans la trentaine, extrait de http://messaggeroveneto.gelocal.it/udine/cronaca/2017/02/07/news/non-posso-passare-il-tempo-a-cercare-di-sopravvivere-1.14839837 dernier accès 10/01/20 minerai 18.07.

[13] Voir. http://www.huffingtonpost.it/2017/02/28/fidanzata-dj-fabo-vorrei-notte-non-finisse_n_15055120.html Dernier accès 23 mars 2017 minerai 16.43).

[14] https://www.repubblica.it/cronaca/2019/09/25/news/consulta_cappato_dj_fabo_sentenza-236870232/ Dernier accès 10/01/10 minerai 18.16.

[15]UNE. D’AVENIA, L'art d'être fragile, 2016, 147.

[16] Mont 5,4

[17] Évangile selon Jean, capitolo 11.

[18] R. E. marron, Giovanni, 2014, pp 567 – 568

[19] Fabio ROSINI, Seul l'amour crée, 2016, p. 121.

[20] Au même endroit.

[21] Fabio ROSINI, au,cit, p. 122.

[22] Fabio ROSINI, p. 120.

[23] Fabio ROSINI, p. 127.

[24] Fabio ROSINI p. 129.

[25] Fabio ROSINI, p. 129.

[26] (Zibaldone 1819 – 1820.)

.

.

Blog personnel

Père Gabriel

.

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

Nouvelles de la Province romaine dominicaine: visitez le site officiel des Dominicains, QUI

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

..

.

.