Les nominations épiscopales désastreuses d’une Église qui méprise et détruit les talents pour faire prévaloir l’idéologie

LE DISASTROSE NOMINE EPISCOPALI DI UNA CHIESA CHE SPREZZA E DISTRUGGE IL TALENTO PER FAR PREVALERE L’IDEOLOGIA

Nla 1960, tandis qu'aux Etats-Unis il y avait la ségrégation raciale entre Noirs et Blancs, aboli seulement 4 anni dopo dal Civil Rights Act, sentir, la Tanzanienne Laurean Rugambwa, neoeletto cardinale, vestito di rosso porpora con ermellino e cappa magna riceveva il baciamano a ginocchio flesso da parte dei membri della più antica nobiltà pontificia. Conosce il Santo Padre Francesco queste edificanti perle di storia legate a una curia romana che bacia la mano a un cardinale negro mentre negli Stati Uniti i negri non potevano neppure salire sui mezzi pubblici?

 

 

Article au format PDF imprimable

 

.

Prendere parroci di consolidata esperienza e promuoverli all’episcopato non sarebbe di per sé cosa sbagliata, parce que ce qu'ils ont besoin vital du grand nombre de petits, ma anche medie diocesi italiane è la figura di un vescovo con esperienza pastorale, che sappia trattare coi suoi presbiteri e accogliere e guidare la porzione di gregge del Popolo di Dio a lui affidato. Essere però parroco, o esserlo stato, non è affatto una garanzia, perché al vescovo è richiesta una particolare completezza che pochi parroci hanno, specie quelli che per giungere all’episcopato sono riuscito a cucirsi addosso ilfortunatocurriculum di «prete di frontiera» o «di periferia», imprescindibile e determinante sotto questo pontificato. Il Vescovo deve anzitutto saper governare i propri presbiteri con autorità e autorevolezza, confermandoli giorno dietro giorno nella fede (cf.. Lc 22, 31-34) puis conduire dans une décisives et crédibles Peuple de Dieu.

il Cardinale Laurean Rugambwa, foto d’archivio, Cité du Vatican,1960

I vescovi devono rifuggire dagli atteggiamenti degli smidollati che per accontentare tutti e non scontentare nessuno creano situazioni di paralisi auto-distruttiva, perché di fatto non governano la loro Chiesa particolare e lasciano che a governarla siano le prepotenze, querelles et prêtres arbitrarities divisés entre eux, où la lumière est seulement l'arrogance du plus fort dans le temps que vous êtes placé dans les bons endroits après avoir recueilli les pires armes de chantage. Prêtres dans certains diocèses, bien que ne représentant qu'un petit nombre de trois ou quatre éléments, hanno messo sotto scacco e ridotto al silenzio tre o quattro vescovi uno appresso all’altro, après leur avoir fait comprendre qu'ils avaient dans les instruments à main de chantage à la fois sur le côté moral aussi bien sur le plan économique pour faire sauter tout un diocèse, con tutte le implicazioni di carattere penale nel caso in cui certe notizie fossero giunte alle competenti autorità giudiziarie civili e penali. Et pas quelques évêques italiens, Dans de telles situations, Ils sont restés avec leur belle pastorale dans sa main utilisée uniquement comme bibelot Liturgique pour faire quoi que ce soit fait, o meglio sì, a fare solo le comparse sulla scena del teatrino.

L'évêque doit être un maître de la doctrine. E qui si noti che non ho detto un teologo sopraffino, ma un maestro di dottrina, capable d'enseigner et si nécessaire de faire respecter le Magistère de l'Eglise que le gardien suprême dans son Église particulière le dépôt de la foi. Considerate però le omelie registrate che sono state pronunciate sia per il loro insediamento in cattedra sia durante i primi atti di ministero episcopale da parte di diversi di questi vescovi provenienti da paroisses-existentiels-dispositifs, la dottrina di diversi di loro non è poi così entusiasmante; e quando non si conosce bene e a fondo il le dépôt de la foi, la sauvegarde, il est pas facile, même si, bien sûr, pas de limite à la grâce de l'Esprit Saint, che però è bene non sfidare sino ai livelli di certe infelici nomine.

L'évêque doit aussi être un connaisseur du droit e avere un naturale senso spiccato della giustizia. Et ici noter: Je ne dis pas que ce devrait être un médecin suprêmement en droit canon, mais une personne avec le sens du droit, car dans le cas contraire, glisser facilement dans l'agence libre, usine toutes les pires injustices. Dans ce cas aussi, un grand nombre des nouvelles recrues, lasciano parecchio a desiderare pure in tal senso, pur essendo stati parroci Peripheral-existentielle per tanti anni ed essersi presentati come paladini della Chiesa povera per i poveri che guarda ai profughi e ai Rom.

L'évêque est le liturgiste suprême et la célébration de l'Eucharistie dépend de la validité de toutes les messes célébrées dans sa propre Église particulière. Et même dans ce cas, il est bon de dissimuler la manière bâclée et approximative avec laquelle certains évêques paroisses-existentiels-dispositifs, réelle ou présumée, Ils ont été pris pendant des années et des années par de nombreux cameramen, tout en célébrant les liturgies que vous voudrez peut-être jeter un voile.

Sia le mode, tant conformismes, conduire par différentes voies, mais à la fois parallèle à la même catastrophe. En fait, prima della moda conformista dei vescovi-parroci-periferico-esistenziali, abbiamo vissuto sia la moda dei vescovi-curiali con Giovanni Paolo II sia la moda dei vescovi-professori con Benedetto XVI. ces secondes, perlopiù legati all’ultimo scorcio di pontificato di Giovanni Paolo II e al successivo pontificato di Benedetto XVI, que la réalisation de la façon dont l'intérieur de l'Eglise du ferment d'hérésie ou d'erreurs doctrinales avait poussé à la hausse énorme panettone, à un recours, au lieu de fermer les usines de panettone, invece di togliere a certe pontificie università e pontifici atenei il titolo “pontificio”, si comincia a far nominare vescovi dei professori di teologia più o meno illustri, spesso proprio provenienti da queste stesse fabbriche di eresie, à l'intérieur duquel étaient eux-mêmes les premiers et les plus pernicieux orateurs. Malheureusement ces professeurs, alcuni dei quali teologi veri altri dei puri palloni gonfiati, nel corso del tempo hanno seminato in giro per le diocesi tanti e tali danni che in molti casi occorreranno decenni prima che vi si possa porre rimedio, en particulier lorsque de tels dommages graves sont liés aux ordinations sacerdotales de nombreux sujets mauvais en tant que tel ne devrait jamais sont devenus prêtres.

I problemi non si risolvono passando da una moda all’altra, Il a déjà fait la politique. O forse la Chiesa vuol ripetere gli errori dei politici? Quelqu'un se souvient du temps où, avant la chute politique à des niveaux historiques de crédibilité, i partiti politici italiani tentarono di allettare gli elettori candidando attori, chanteurs et joueurs sur la liste électorale? A dire il vero fu candidata ed eletta anche una celebre pornstars. Vogliamo ripetere questi stessi errori nella Chiesa, pornstars inclus?

Il problema non è che per divenire vescovi sia necessario essere stati parroci, ou professeurs de théologie, ou qui travaillent dans les fonctions Curia. Il est en fait pas le rôle qui rend saint homme, mais l'homme qui sanctifie le rôle qui a été nommé à. Un buon vescovo può uscir fuori da un parroco di periferia come da un luminare della teologia, da un addetto al servizio diplomatico come da un presbitero che ha servito la Chiesa in un ospedale specializzato nella cura di malati terminali, da un missionario che ha trascorso molti anni della sua vita nei villaggi più poveri del Congo come da un ricercatore che gran parte della sua vita l’ha trascorsa dentro gli archivi e le biblioteche storiche, perché è l’uomo che fa il buon vescovo, non lo specifico incarico ch’egli ha ricoperto. Contrariamente si rischia di ragionare e di assegnare episcopati sulla base di stereotipi ideologici, con i risultati desolanti che finiscono poi per brillare alla luce del sole oggi.

Parlando del dramma degli auto-candidati e della mafia clericale che li promuove, in un mio libro pubblicato agli inizi del 2011[1], en parlant de l'épiscopat et de notre vocation naturelle à la sainteté, écrit dans l'eau de notre baptême, Il a dit qu'il appartient à l'Église d'établir comment consacrée dans le sacrement de l'Ordre devrait jouer et de payer leurs services reconnaissants et précieux; l'hypothèse que ce qui est à la base de la nature du sacrement de l'Ordre. Il est inacceptable que les prêtres sont proposés comme candidats à l'épiscopat, ou évêques proposent aux principaux sites métropolitains, bureau de la Curie romaine ou le titre honorifique de cardinaux. Quiconque, de manière directe ou indirecte, il a fait, la peine devrait être exclu de toute possibilité de promotion. Personne ne en fait la promotion et consacré évêque pour son prestige personnel, mais d'être un serviteur fidèle et dévoué à l'Église particulière qui lui est confiée, en gardant toujours à l'esprit que Dieu est incarné en Jésus de ne pas être servi, mais pour servir (cf.. Mont 20,28). Nous devons donc travailler à un jour à un résultat important: un clergé catholique formés par des prêtres séculiers et religieux sont bien conscients que d'être évêque d'un grand et important diocèse ou être pasteur d'une petite paroisse de campagne est tout aussi digne et important pour l'Eglise, au sein de laquelle l'évêque du plus grand diocèse et curé de la petite offre d'église de campagne à la fois un service essentiel, unis par leur nature même des fonctionnaires.

Dans l'Église, il est la figure inspirante précieuse e l’alto esempio del Santo Vescovo Carlo Borromeo, mais il est source d'inspiration tout aussi précieux de pas moins élevé et par exemple: Jean-Marie Vianney, eletto non a caso patrono dei sacerdoti. Nessuna mente savia avrebbe mai inviato Carlo Borromeo come parroco ad Ars e Jean-Marie Vianney come vescovo a Milano; ma è appunto la Chiesa la unica, la sola a stabilire chi deve diventare vescovo di Milano e chi curato di Ars, pour mieux développer sa vocation naturelle à la sainteté et à préserver et à sauver la foi du Peuple de Dieu.

Quando al buon senso subentrano però le mode ou des stratégies de marché ont joué sur des slogans publicitaires réel, il rischio che si corre è di mettere Giovanni Maria Vianney a fare il Vescovo di Milano e Carlo Borromeo a fare il curato ad Ars, avec un triste résultats conséquents: ni l'un ni l'autre deviendront saints. Le premier, ne deviendra pas saint parce être un sujet inapproprié de ne pas jusqu'à l'évêque de Milan; Le deuxième, ne deviendra pas saint, parce qu'il est un sujet inapproprié que pas au prêtre à Ars, et les deux sèment des dégâts sans fin.

Dans l'état dans lequel nous nous trouvons, il est inutile de chercher petite, stratégies futiles et de bureau, aujourd'hui ciblé les professeurs de boulangerie et curial, demain dans les curés qui ont pris sur eux-mêmes en quelque sorte - ou une plaisanterie très intelligent - l'odeur des pauvres et de ces banlieues existentielles qui semblent sortir de la mode aujourd'hui. Ciascuna di queste scelte sono solo palliativi che portano al totale fallimento. Qu'est-ce, en fait, ne semble pas entrer dans les toujours plus petites têtes de certains ecclésiastiques, è che per giungere a essere veramente perfetti nell’unità (cf.. Gv 17, 23) Nous devons procéder si nécessaire avec les divisions dramatiques, conscients du fait que le Christ Seigneur est aussi venu apporter l'épée et la guerre, non solo la pace intesa alla maniera degli onirici pacifisti ideologici (cf.. Mont 10,34), Ayant à l'esprit que, tôt ou tard, au moment opportun, le blé sera séparé de la paille, quando si avrà la certezza che per strappare la gramigna non sia sacrificata neppure una spiga di grano. Cela ne veut pas dire que: les mauvaises herbes ups qui étouffent le bon grain de façon permanente, come di questi tempi stiamo invece facendo (cf.. Mont 13, 24-30).

Le odierne mode impediscono a delle aquile reali di accedere a uffici ecclesiastici dove potrebbero rendere ottimi servizi alla Chiesa. Perché le mode sono sempre nocive, de quelque nature qu'ils soient, y compris la recherche actuelle des curés avec le passé réel ou imaginaire entre Caritas, le baraccopoli e i campi Rom, perché ciò vuol dire che al presente, un homme de Dieu de complétude humaine extraordinaire, moral, théologique, giuridica e pastorale come Rafael Merry del Val, non seulement il ne serait jamais devenu cardinal, ma neppure vescovo e forse neppure prete, perché solo il suono del suo cognome farebbe storcere molti nasi che fingono di voler sentire unicamente l’odore delle pecore da prendere su se stessi, senza aver affatto capito quello che il Santo Padre Francesco voleva dire e trasmettere ai pastori in cura d’anime affermando di essere pastori con addosso l’odore delle pecore (cf.. QUI). Ni jamais il aurait fait une route un homme comme Giovanni Battista Montini, reo di provenire da una famiglia della vecchia e ricca borghesia lombarda[2]. Non indugiamo poi sulle infelici sorti che nella Chiesa à la mode di oggi sarebbero toccate a un soggetto come Eugenio Pacelli, sul quale meglio soprassedere per passare direttamente ad Angelo Giuseppe Roncalli, mais le vrai, pas tout santino de l'iconographie populaire. Aujourd'hui comme aujourd'hui, l'avenir St Jean XXIII, à l'apogée de la carrière diplomatique comme nonce apostolique à Paris, Il ne serait jamais devenu patriarche de Venise - plus ultra soixante -, après avoir passé toute sa vie dans le service diplomatique du Saint-Siège? Bien sûr que non, parce que si la logique avait été appliquée les fashionistas Aujourd'hui aurait été jugé définitivement un pasteur de quelque province Veneto qu'entre 1945 et le 1950 aveva arricchito il proprio curriculum dopo essersi dedicato ai profughi e agli orfani di guerra o per avere servito pasti ai senzatetto rimasti privi di casa dopo i bombardamenti degli Alleati sull’Italia.

Si, à certains évêchés sono inviati di prassi vescovi che hanno già maturato esperienze pastorali in altre diocesi dove hanno data buona prova di governo, il y a une raison, ou non? Si les bureaux de certains archevêque italien depuis des siècles cardinaux aussi des endroits, è perché vi sono antiche tradizioni legate alla storia e ai passati regni e principati della penisola italica; ce qui a établi une tradition que l'on dit être maintenu. Les règles et les habitudes peuvent être changées et, en fait,, de le faire, Peter n'a pas à demander la permission de personne. La limite, s'il veut, ou si elle a l'humilité nécessaire de le faire, peut demander aux gens qui sont certains mécanismes historiques et ecclésiales peuvent les connaître encore mieux que lui; ma lui solo, rimane munito della piena Puissance d'agir comme juge le plus approprié. Alors que le cardinal patriarche actuel de Venise n'a pas été créée, peut-être à la personne concernée n'a pas d'incidence quoi que ce soit, ma ai veneziani abituati ad avere da secoli un patriarca insignito anche del titolo onorifico cardinalizio interessa molto, tanto che questa mancata berretta rossa l’hanno vissuta come una umiliazione, alcuni persino come un affronto personale.

Capisco che il Santo Padre s’è dichiarato proveniente «dall’altra parte del mondo», ciò non vuol dire però cimentarsi nel fare stravaganze dell’altro mondo, car il est constant que l'Eglise italienne, à ses évêques et à son clergé, Soprattutto alla sua storia bimillenaria de, è dovuto perlomeno lo stesso rispetto che il Santo Padre mostra di avere per i profughi veri o presunti che sbarcano per una media talvolta di 700/800 une journée dans un pays - notre - incapable de contenir et d'aider un tel flot de personnes, parce que nous parlons de 400.000/ 500.000 persone all’anno che giungono su un territorio ― quello italiano ― che non è certo esteso come l’Argentina.

Alla Chiesa italiana e alla sua storia è dovuto perlomeno lo stesso rispetto che il Santo Padre ha per gli abitanti dei campi Rom, i cui addetti all’industria dell’accattonaggio bestemmiano Cristo e tutti i santi lungo Via della Conciliazione, davanti alla Papale arcibasilica di San Pietro, dietro a chi osa non dargli soldi. Il est pas beau ni bon, même pour un Pontife Romain, seppure avvolto da un’aura “liberista” alla quale credono solo coloro che dentro le chiese non ci entrano neppure per Natale e per Pasqua, qu'on le comprenne: «Je suis et je fais ce que je veux". Per noi è indubbio che tu sei Pietro, per i tuoi amici luterani o pentecostali non so’, ma per noi sì, vous êtes Peter. Donc, prima stabilisci regole precise, vous avez le plein pouvoir de le faire. Abolir Avant coutumes et pratiques, alors vous devriez nommer un cardinal qui vous voulez et quand vous voulez, la prévention d'une tranche de votre fidèle, qui, depuis des siècles, ils ont été à la tête de leur diocèse un évêque toujours créé des pratiques cardinales, debbano chiedersi che cosa hanno fatto di male alla Chiesa e al Santo Padre per ricevere da lui un simile schiaffo.

La Chiesa ha bisogno della propria saldezza e della propria stabilità, auxquels ils contribuent dans une certaine mesure les traditions et les coutumes de tous accidentelle et des quotas en tant que tels sont en train de changer et peuvent être supprimées à tout moment par le berger suprême. Mais je pense que le candidat le moins susceptible de rendre le jeu dangereux de déstabilisation sans règles établies avoir d'abord, est le successeur du prince des apôtres, aussi parce que, tôt ou tard, Peuple de Dieu, cela n'a jamais été un fou dans tout le cours de l'histoire du salut, Vous pourriez commencer à se demander: dans lequel pro 'tout cela, mais surtout, a qual prezzo dobbiamo pagare le eccentriche gesta di questo soggetto che pare affetto da gran sete di originalità? E stando almeno alle nostre chiese sempre più vuote, più che dinanzi a fedeli che si pongono certe domande, siamo dinanzi a un esercito sempre più numeroso di fedeli a tal punto disamorati da non ritenere utile porsi neppure domande preferiscono disertare o abbandonare direttamente le chiese.

La Chiesa non può rinunciare a essere madre e maestra au-delà du temps, delle mode e delle ideologie, perché la grandezza della Chiesa è sempre stata quella di essere proprio madre e maestra. E una buona maestra, laquelle il est aussi mère, principalement éduque. Ceci est la raison pour laquelle cette mère extraordinaire qui est un corps dont la tête est le Christ (cf.. Col 1, 18) Il n'a jamais fait la distinction de classe, race et nation. Nous savons tous les défauts de notre Église, sainte et pécheresse selon l'ancienne définition ambrosiana. Difetti storici che il sottoscritto conosce quanto basta per averli più volte stimmatizzati in ossequio al saggio monito del Sommo Pontefice Leone XIII che affermò:

"L'historien de l'Église sera plus fortement l'accent sur son origine divine comme il a été fidèle en aucun cas dissimuler la preuve que les péchés de ses enfants et parfois de ses propres ministres ne souffrent de cette épouse du Christ" (Discorso agli accademici di Francia, 8 septembre 1899).

Questa madre e maestra, al tempo stesso santa e peccatrice, même dans sa époques les plus controversées et vous contrastait vu jusqu'à leurs soi-disant dirigeants de nombreux hommes de familles très simples et modestes. Persino nelle sue epoche più controverse e contrastate riusciva a individuare il talento, plutôt: Je regardais droit. Qui dit aujourd'hui, con spirito tanto romanofobico quanto anti-storico, qui jusqu'à pas si longtemps, pour devenir évêques et cardinaux devait être appelé Borghese, Orsini, colonne, Odescalchi, Chigi, Médicis, Sforza ... mal et l'esprit, o meglio non conosce proprio la storia della Chiesa. Le cronologie dei vescovi che si sono succeduti nelle nostre numerose diocesi italiane, Ils comprennent de nombreux noms d'hommes issus de familles pauvres, entrati nei seminari con i corredi donati loro da un povero parroco di campagna che aveva raccolto offerte tra fedeli altrettanto poveri.

Ne pas oublier que, pour succéder au cardinal Rafael Merry del Val, qui avait une concentration sanguine des plus anciennes familles nobles de l'Europe, fu il Cardinale Pierre Gasparri, qui était secrétaire d'État sous le pape Benoît XV et Pie XI, nonché firmatario dei Accords du Latran che posero fine alla lunga Questione Romana cominciata con la presa di Roma il 20 septembre 1870 et la durée 59 lunghi anni sino al 1929. Pierre Gasparri, né dans les Marches dans un village de la province, Il venait d'une famille de paysans éleveurs. Nella curia romana, dove neppure i Sommi Pontefici sono mai stati esenti dall’attribuzione di un soprannome, era soprannominato, sans surprise, euh pecoraro. Pietro Gasparri fu un canonista di rara raffinatezza e determinante il suo contributo per la stesura del Codice di Diritto Canonico del 1917. De famille modeste est venu le Saint Pontife Pie X, qui a également qu'il voulait à côté de lui dans le rôle de secrétaire d'Etat, le cardinal Merry del Val. Da famiglia povera nacque il Cardinale Alfredo Ottaviani, dans le Trastevere, où son père travaillait comme ouvrier à un boulanger. le Cardinal Giuseppe Siri era figlio di un bidello e di una portinaia. Ci fermiamo a questi pochi esempi perché lunga sarebbe la lista di uomini i cui nomi sono oggi inseriti nella storia della Chiesa, affatto segnati dai cognomi delle più potenti famiglie principesche europee.

Cosa dire poi che nla 1960, mentre negli Stati Uniti d’America c’era la segregazione razziale tra bianchi e negri, aboli seulement 4 anni dopo dal Civil Rights Act, sentir, il tanzaniano Laurean Rugambwa, neoeletto cardinale, vestito di rosso porpora con ermellino e cappa magna riceveva il baciamano a ginocchio flesso da parte dei membri della più antica nobiltà pontificia. Conosce il Santo Padre Francesco queste edificanti perle di storia legate a una curia romana che bacia la mano a un cardinale negro mentre negli Stati Uniti i negri non potevano neppure salire sui mezzi pubblici? Il a informé, le Saint-Père François, que son Prédécesseur suprême Benoît XIV, nee Prospero Lambertini, Dans le 1741 non esitò a sfidare ― pur con tutti i rischi del caso ― le maggiori potenze europee, condamnant sans appel esclavage et déclarant illégale, sous peine d'excommunication immédiate, la vente et la réduction des Indiens à l'esclavage? Condamne, cependant, déjà livré plus tôt par ses prédécesseurs suprême Eugene IV (1435), Paul III (1537), urbain VIII (1639), nessuno dei quali proveniva dalle «periferie esistenziali» né mai avevano svolto alcun apostolato nelle misères de villas.

Temo che da alcuni decenni si siano frantumati equilibri delicati e antichi e che oggi si sia giunti all’apoteosi. homme jamais, dans le passé, un Rafael Merry del Val a empêché un prêtre de talent reconnu avec lui pour siéger sur les bancs du collège des cardinaux, comme coupable de venir d'humbles débuts. Quel che però si dovrebbe temere oggi è che numerosi Pietro Gasparri e Alfredo Ottaviani totalmente privi del grande talento e della grande pietà che caratterizzò questi uomini di Dio, mais remplis d'ambitions en échange de quoi ils ne pourraient aspirer dans le monde civilisé, peut empêcher un Merry del Val de devenir évêque et cardinal, perché «non corrispondente a quelli che oggi sono i criteri e gli stili pastorali» — da misères de villas - "Le Saint-Père Francesco", con tutto l’immane danno che ne deriverebbe e che ne è già derivato alla Chiesa privata ormai da anni di tale fede, talento e rara intelligenza.

Oggi La Chiesa non è più capace a educare e valorizzare i preziosi talenti donati da Dio a certi suoi figli. Non so se qualcuno rifletterà su tutto questo, in una Chiesa non più capace a cogliere il talento, a educare e per logica conseguenza a cogliere il talento e a mutare in autentici principi i Gasparri e gli Ottaviani, faisant d'eux les principes pour rien moins les principes d'un prince de naissance comme Merry del Val. Je crains que, dans ces tristes moments, dove tanti uomini di Chiesa paiono drogati dall’immediato e dal vivere giorno dietro giorno senza pensare al futuro e a costruire per il futuro, quelques-uns vont faire des réflexions similaires. Quand en fait, d'une part, ils font un coup d'Etat et l'autre cède à la mode, per prima cosa si perde la libertà dei figli di Dio e si cerca con le peggiori coercizioni e i peggiori arbitrî di obbligare anche gli altri alla perdita di questo prezioso dono di grazia. Une église qui vacille plus libre entre la faillite et la mode des expériences tout aussi infructueuses est lié à l'effondrement, à partir de son coeur: il Collegio degli Apostoli, dans lequel le recrutement d'un médiocre après l'autre en vigueur le coup d'Etat de la médiocrité de la puissance. Jamais comme aujourd'hui est en fait écho à la fausse alerte et trompeuse qui Judas:

«[...] puis Mary, a pris une livre d'un parfum de nard vrai, très précieux, Il oint les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux, et toute la maison fut remplie de l'odeur du parfum. Alors Judas Iscariote, un de ses disciples, qui trahira, il a dit: “Perché quest’olio profumato non si è venduto per trecento denari per poi darli ai poveri?”. Il a dit cela non pas parce qu'il se souciait des pauvres, mais parce qu'il était un voleur et, Il avait le sac, de prendre ce qu'on y mettait. Alors Jésus dit: “Lasciala fare, laissez-la garder pour le jour de ma sépulture. Pour les pauvres, vous avez toujours avec vous, ma non sempre avete me”» (Gv 12, 3-8).

Assieme al pretesto dei poveri rischiamo di avere anche un esercito di Giuda, des voleurs et des traîtres, nonché ruffiani, prêt à utiliser les pauvres comme faux étalon et comme un nouveau prétexte de promotion pour leur gain personnel, toujours tirée par les ambitions irrépressibles découlant de la reine mère de tous les péchés capitaux: Orgueil, qui a toujours stores, empêchant de percevoir correctement le présent et l'avenir de construire une manière sainte à la louange et la gloire de Dieu.

de l'île de Patmos, 5 mai 2024

.

REMARQUE

[1] Voir. Ariel S. Levi Gualdo, Et Satan est devenu trinitaire, j'ai éd. Rome 2011, réimpression, Rome 2019, Éditions L'île de Patmos.

[2] Voir. Ariel S. Levi Gualdo, Digressioni di un prete liberale, circa il vero curicculum di Giovanni Battista Montini, page 61 e ss.. Rome 2023, Éditions L'île de Patmos.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

"Quelque chose a changé". De Jack Nicholson au Cardinal Matteo Maria Zuppi, diplôme honorifique de l'Université de Catane

" QUELQUE CHOSE EST CHANGÉ ". DE JACK NICHOLSON AU CARDINAL MATTEO MARIA ZUPPI GRADUATION HONORAIRE À L'UNIVERSITÉ DE CATANE

«[…] Si des opinions différentes ne sont pas également les bienvenues, et peut-être même des mots de dissidence, il n'y aura pas de réel changement. Aujourd'hui l'assemblée de la CEI est un moratoire car il n'y a plus de chiffres significatifs; vous pourriez partager les positions de Siri ou Martini ou non, mais leurs interventions étaient des points de référence importants. Aujourd'hui seuls les proxénètes parlent, ceux qui veulent être vus […]» (extrait d'un entretien avec l'archevêque émérite de Pise Alessandro Plotti, ancien vice-président de la CEI)

 

Article au format PDF imprimable

 

 

.

À l'intérieur de l'Église aujourd'hui ça peut arriver de donner l'impression d'être sur ensemble cinématique du film, Quelque chose a changé, le protagoniste principal Jack Nicholson avec un adorable petit chien. Pour ceux qui ne l'ont pas vu, résumons brièvement: Melvin Udall, joué par Jack Nicholson, est un célèbre écrivain de romans d'amour, misanthrope et souffrant de névrose obsessionnelle-compulsive qui, à travers un enchevêtrement hilarant de faits dans lequel il se retrouve impliqué avec la serveuse d'un restaurant, à un peintre gay qui est son voisin et son petit chien Griffon de Bruxelles, arrive à une transformation inattendue et incroyable qui l'amène à devenir même une personne tendre et adorable.

Face à certains faits, dis ça aujourd'hui Quelque chose a changé c'est réducteur, parce que nous sommes confrontés à des revirements si radicaux qu'ils sont difficiles à interpréter. Comme quand le 12 Avril l'Université de Catane a décerné le diplôme de master honoris causa dans Politique mondiale et relations euro-méditerranéennes à Son Éminence le Cardinal Matteo Maria Zuppi, Archevêque métropolitain de Bologne et président de la Conférence épiscopale italienne.

je pense que ce n'est pas pertinent se concentrer sur les relations qui ont eu lieu depuis avant 17 février 1861 - date qui marqua la chute du royaume des Bourbons - relient cette université aux loges historiques de la franc-maçonnerie de la ville, comme figure parmi les noms de nombreux universitaires illustres qui furent membres de la franc-maçonnerie pendant deux siècles. A moins que les nombreuses affiches funéraires avec leur nom et les initiales A:.g:.ré:.g:.UNE:.ré:.tu:. (acronyme qui indique: À la Gloire du Grand Architecte de l'Univers) accroché dans la ville de l'Etna au cours des dernières décennies, il ne s'agissait pas seulement de farces de la part des imprimeurs de Catane ou de la rédaction de Sicile et de le journal sicilien qui voulaient jouer sur la page de leurs nécrologies publiées contre rémunération pour commémorer le défunt.

Être franc-maçon n’est pas inconvenant, ni même un crime, l'adhésion à une association historique est légale et légitime; à moins que ce soit une Lodge déviante comme P2, qui vient de la franc-maçonnerie mais n'en est pas du tout une expression, mais seulement un détour. Cette affiliation aux Loges est incompatible avec l'appartenance à l'Église catholique, c'est encore une autre affaire, lié à ce système en partie gnostique et en partie ésotérique qui rend la franc-maçonnerie incompatible et inconciliable avec le catholicisme.

Sans même s'attarder sur l'anticléricalisme qui serpente à travers la tradition historique de l'Université de Catane, nos intérêts étant complètement différents, Cependant, quelques précisions s'imposent. Partons donc d'un exemple vraiment frappant, désormais fixé dans les chroniques historiques.: quand en novembre de 2007 il a été invité par le Recteur Magnificus pour inaugurer l'année académique à l'Université La Sapienza de Rome, le Souverain Pontife Benoît XVI a renoncé à en détenir un tonique inaugurale suite aux protestations de groupes d'étudiants et d'enseignants qui se sont soulevés aux cris de «l'université est laïque»!», tandis que ceux de nombreuses universités italiennes ont soutenu et soutenu la protestation, dont celui de Catane.

Avant que ça commence la saison des jeunes d'aujourd'hui l'évêque de Pecorecci - dont un bon nombre auraient échoué à un examen de théologie fondamentale il y a encore quelques décennies -, en Italie, nous avions plusieurs évêques qui étaient de grands érudits et des hommes de profonde culture, distribué dans tous ces différents domaines que dans un langage journalistique inapproprié, parce qu'il est en soi étranger à la structure même de l'Église, ils sont appelés traditionalistes, conservateur, progressistes. Ou pour reprendre les mots de l'archevêque de Pise Alessandro Plotti, qui était vice-président de la Conférence épiscopale italienne:

«Si des opinions différentes ne sont pas également les bienvenues, et peut-être même des mots de dissidence, il n'y aura pas de réel changement. Aujourd'hui l'assemblée de la CEI est un moratoire car il n'y a plus de chiffres significatifs; vous pourriez partager les positions de Siri ou Martini ou non, mais leurs interventions étaient des points de référence importants. Aujourd'hui seuls les proxénètes parlent, ceux qui veulent être vus; le thème pastoral est rejeté avec les groupes d'étude, qui dure en fait une demi-heure, et puis on ne parle que d'Otto per Mille et d'argent, ce qui pourrait très bien se faire par correspondance. Et dire que, par exemple, en ce qui concerne la famille, il y a vraiment de gros problèmes à affronter et tout le monde essaie de comprendre quelle direction prendra l'Église" (cf.. entretien publié dans Jésus la 10 février 2014, texte QUI).

Plusieurs de ces évêques à plusieurs reprises, au cours des dernières 30 années, dont Alessandro Plotti lui-même qui appartenait à la zone dite progressiste, ils ont dû renoncer aux invitations aux structures académiques et aux universités à cause des inévitables agitateurs étudiants, incités en coulisses par d'anciens professeurs de 1968, ils ont semé l'enfer (cf.. QUI). Le président de la Conférence épiscopale italienne de l'époque, Cardinal Camille Ruini, a été interpellé et hué à Sienne le 24 septembre 2005 (cf.. QUI) parce que «c'est le symbole du conservatisme, de l'attaque contre la laïcité de l'État et du déni des droits des homosexuels", comme l'a rapporté le représentant de la Ligue des Jeunes Communistes de Sienne lors de la conférence de presse (cf.. QUI).

Pourtant, nous ne sommes pas confrontés à des personnes différentes, parce que ceux qui ont fermé hier les portes au successeur des Pontifes Romains qui ont fondé l'Université La Sapienza, en en faisant un centre culturel universel, la science et la recherche au fil des siècles, ce sont les mêmes qui décernent les diplômes aujourd'hui honoris causa au président de la Conférence épiscopale italienne, n'est plus hué et critiqué comme son prédécesseur accusé d'être un violateur de la laïcité de l'Etat, mais accueilli avec des tapes dans le dos et appelé amicalement "Don Matteo".

Plus que de me demander Quelque chose a changé, nous devrions nous demander: qui a été exploité et pourquoi? Et il faudrait certainement aussi se demander: qui est un tel "proxénète" - pour citer Alessandro Plotti - qu'il ne comprend même pas, en raison de sa propre limitation inévitable et invincible, d'être exploité?

Essayons d'aller dans les coulisses du petit théâtre, parce que ce n'est pas si difficile: le procès contre Matteo Salvini, alors ministre de l'Intérieur, s'est ouvert à Catane, accusé d'avoir empêché fin juillet 2019 l'atterrissage de 116 immigrants illégaux du navire Gregoretti, escale dans le port de la ville d'Augusta dans la province de Syracuse (cf.. QUI). Que sous ce pontificat, celui des migrants, est un élément qui se situe entre névrose obsessionnelle et idéologie, c'est un fait totalement incontestable. De même que l'implication imprudente - en partie vérifiée et en partie encore à vérifier - que certains évêques ont eue avec un militant communiste comme Luca Casarini., qui doit être traité avec une extrême prudence et surtout avec la plus grande prudence, certainement pas invité au Synode des évêques.

Traduire de l’anglais vers l’italien l'obtention du diplôme honoris causa conféré est dans Politique mondiale e Relations euro-méditerranéennes. Incroyable! Les portes des universités étaient fermées aux Pontifes et aux Évêques d'hier, ou ils se criaient dessus lorsqu'ils s'approchaient d'institutions ou de fondations étatiques, parce que quelles que soient leurs tendances, qu'il soit conservateur ou progressiste, ils disaient toujours ce que le monde ne voulait pas entendre, par le cardinal archevêque métropolitain de Gênes Giuseppe Siri à l'archevêque métropolitain de Milan Carlo Maria Martini, Par ailleurs, mais tous deux s'inquiètent de la dérive laïciste que prend la société européenne, surtout dans son rejet parfois même haineux et violent du christianisme. Aujourd'hui, qui a plutôt décidé de se prostituer avec le monde, à travers de nombreux nouveaux évêques qui étaient tour à tour « voyous » et penauds, ici les présidents des conférences épiscopales italiennes tapent leurs mains sur les épaules, ils s'appellent "Don Matteo" et reçoivent des diplômes honoris causa précisément sur des questions politiques et euro-méditerranéennes sur lesquelles les lauréats eux-mêmes ont revendiqué la tête d'un ministre de la République italienne d'une manière plus sanguinaire que celle de Robespierre.

Même si en fait rien n'a changé, en tout cas, nous ne sommes pas des idiots et nous n'avons pas l'intention d'être traités comme tels par un monde qui montre qu'il nous aime au point que nous sommes prêts à avoir honte du Christ., tu oublies que c'est écrit:

« Qui aura honte de moi et de mes paroles devant cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges " (Mc 8,38).

Embarrassant et dangereux aussi peu nombreux que le bienheureux apôtre Paul le sera aujourd'hui plus que jamais:

"En fait, Il est peut-être la faveur des hommes que je l'intention de gagner, ou plutôt celle de Dieu? Ou suis-je essaie de plaire aux hommes? Si je plaisais encore plaire à des hommes, ne pas être un serviteur du Christ! Je vous déclare donc, frères et sœurs, que l'Évangile que j'annonce n'est pas modèle sur l'homme; car je ne l'ai ni reçu ni appris des hommes, mais par révélation de Jésus-Christ" (Fille 1,10 e ss.).

De cette entreprise qui, à l'instar de la France, veut inscrire le « grand droit universel à l'avortement » dans la Charte de l'Europe, Nous, catholiques, ne devons pas nous attendre à des applaudissements ou à des honneurs. S'ils nous applaudissent ou nous récompensent, c'est parce que nous sommes les premiers à rassurer les enfants du Prince de ce Monde sur le fait qu'en fin de compte "l'Évangile n'est pas une distillation de vérité", comme l'a récemment déclaré le président de la Conférence épiscopale italienne en répondant à un intervieweur de Le Corriere della Sera (cf.. QUI, QUI). Si je le voulais, je pourrais proposer à Son Éminence Très Révérende, pour les amis Don Matteo, aussi une autre expression efficace, en déclarant qu'il finirait bientôt par être le deuxième académicien italien nommé de France après Maurizio Serra, mais je préfère garder le silence et éviter de faire des suggestions.

de l'île de Patmos, 14 avril 2024

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Gabriele Giordano M. Scardocci
De l'ordre des prédicateurs
Presbytère et théologien

( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )
Père Gabriel

Le Diable parmi l'actualité criminelle, démangeaisons et réalité dans le 2024

LE DIABLE PARMI LE CRIME, DÉMANGEAISONS ET RÉALITÉ DANS 2024

« Les êtres humains sont des amphibiens – mi-esprit, mi-animal [...]. Come spiriti essi appartengono al mondo dell’eternità, ma come animali sono abitatori del tempo»

 

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

 

Article au format PDF imprimable

 

 

Nel febbraio di quest’anno i mezzi di comunicazione di massa hanno annunciato la terribile notizia di un omicidio familiare a sfondo religioso. Il tutto si è consumato, con particolare ed efferata crudeltà, ad Altavilla Milicia, in provincia di Palermo. Con l’ormai consolidato spirito di puro prurito i émission de télévision nazional-popolari ne hanno parlato per alcune settimane, mettendo a discutere nei salotti televisivi persone completamente prive di basilare conoscenza su certe tematiche.

Secondo le fonti giornalistiche un uomo avrebbe ucciso la sua famiglia, a eccezione della figlia diciassettenne. Successivamente avrebbe poi chiamato le forze dell’ordine per costituirsi. Il movente dell’omicidio, sempre secondo le fonti, sarebbe la presenza demoniaca in casa.

Di fronte a una tragedia del genere, che inizialmente mi ha molto scosso, ho ritenuto scelta migliore quella di tacere e di pregare. Se di fronte a questo raccapricciante episodio condanniamo fortemente questo omicidio e la chiamata in causa del Demonio da parte di persone esaltate, al contempo non ha senso mettersi a giudicarle per il loro status religioso e la loro fede, che Dio solo conosce. En tant que prêtre, frate domenicano e teologo penso sia però necessario chiarire qual è la vera natura del Demonio, e distinguere fra la responsabilità dell’Angelo decaduto e quella dell’uomo.

Per quanto un testo sul demonio attiri sempre, è per me importante scriverlo per risvegliare anche la coscienza e responsabilità personale nell’esercizio della virtù. Quante battaglie ci sono state nella storia d’Italia? Pensate alle guerre puniche e a Scipione, senza il quale non avremmo avuto la civiltà romana ma quella cartaginese. Pensate alla seconda guerra mondiale, quando gli alleati sono arrivati per liberare la nostra nazione dai nazisti. Ma questa battaglia ci coinvolge in quanto figli di Dio: tutti quanto siamo responsabili sia di noi stessi, in quanto persone, sia del Bene Comune nostro e degli altri. Uno degli esempi di applicazione del Bene Comune fu quando durante il Confinement ci impegnammo a rimanere in casa, permettendo la pratica di quel Bene Comune che secondo l’insegnamento della Chiesa è «l’insieme di quelle condizioni della vita sociale che permettono sia alle collettività sia ai singoli membri, pour atteindre sa perfection plus pleinement et plus rapidement " (Dottrina Sociale della Chiesa, 346). Maintenant, una delle condizioni che tutti col nostro sforzo virtuoso abbiamo raggiunto in quel momento fu finire al più presto la fase pandemica affinché tutti gli italiani possano perfezionarsi. Ma noi che siamo chiamati alla vita di fede, anche noi affrontiamo una battaglia speciale. Di questo ce ne parla San Paolo:

«La nostra battaglia, en fait, non è contro creature fatte di sangue e di carne, ma contro i Principati e le Potestà, contro i dominatori di questo mondo di tenebra, contro gli spiriti del male che abitano nelle regioni celesti» (Ef 6, 12).

Questa battaglia contro queste realtà spirituali, i demoni chiamandoli col loro nome, non è una battaglia a suon di colpi di spade, bacchetta magica o stregonerie. È una battaglia interiore, spirituale appunto, in cui il demonio cerca di deviarci dalla strada descritta da Dio per noi. Proviamo allora a fare una piccola descrizione del demonio, che vediamo innanzitutto agire contro Adamo ed Eva, innanzitutto in Genesi 3.

«Il serpente era la più astuta di tutte le bestie selvatiche fatte dal Signore Dio. Egli disse alla donna: “È vero che Dio ha detto: Non dovete mangiare di nessun albero del giardino?”. Rispose la donna al serpente: “Dei frutti degli alberi del giardino noi possiamo mangiare, ma del frutto dell’albero che sta in mezzo al giardino Dio ha detto: Non ne dovete mangiare e non lo dovete toccare, altrimenti morirete”. Ma il serpente disse alla donna: “Non morirete affatto! Au contraire, Dio sa che quando voi ne mangiaste, si aprirebbero i vostri occhi e diventereste come Dio, conoscendo il bene e il male”. Allora la donna vide che l’albero era buono da mangiare, gradito agli occhi e desiderabile per acquistare saggezza; prese del suo frutto e ne mangiò, poi ne diede anche al marito, che era con lei, e anch’egli ne mangiò».

Il testo biblico ci dice qualcosa di importantissimo. Quello che sappiamo legandolo insieme al Nuovo Testamento ― e che la Dottrina cattolica ha assunto ― è che Satana e gli angeli ribelli hanno disobbedito a Dio. Ce lo spiega San Pietro:

«Dio infatti non risparmiò gli angeli che avevano peccato, ma li precipitò in abissi tenebrosi, tenendoli prigionieri per il giudizio» (2Pt 2,4).

La teologia angelica e demoniaca offre un approfondimento al testo biblico. Il demonio è innanzitutto un angelo, un angelo che ha disobbedito a Dio ed è decaduto. Alors, ha le stesse caratteristiche naturali degli angeli, ma con delle differenze che vedremo adesso. Innanzitutto il demonio, essere spirituale privo di corpo, come tutte le creature è stato creato da Dio. In gergo tecnico si dice che è pura forma sostanziale senza materia.

Come allora spiegare apparizioni di angeli e demoni? Una domanda che è normale porsi, se la sono posta i teologi che poi hanno offerto diverse risposte. Secondo San Tommaso D’Aquino il Demonio, quando appare in un certo modo, è perché combina gli elementi naturali e materiali: dunque diremo ad esempio che crea dei giochi di luce, delle voci terribili e delle immagini inquietanti (Somme théologique, je, q. 41, a2, AD3). Non perché le abbia nella sua natura, ma perché è in grado di interagire sul mondo esterno e sull’uomo.

Secondo Padre Serge Thomas Bonino il Demonio si è macchiato di peccato d’orgoglio: en fait, essendo un ente spirituale voleva un bene spirituale. Il bene spirituale maggiore è ovviamente quello di essere come Dio. Ma il Demonio non voleva essere come Dio per un dono di grazia, spiega San Tommaso: pretendeva proprio di diventare Dio. En bref, davanti a Dio reclamava il diritto di essere chiamato alla partecipazione divina (S. Bonino, Les anges et les demons, Parole et Silence, 2007, 246 – 264). Questo non è mai un diritto, Il est un don de la grâce, che viene offerta dal Signore a chi si affida a Lui. Il demonio, secondo San Tommaso fu orgoglioso e non volle affidarsi a Dio, e pretendeva allora di farsi Dio da solo. Per questi motivi fu scagliato nella Geenna, e da lì prova a tirarsi sempre più dentro di essa e nell’Inferno. Il Demonio agisce sugli uomini proprio per tirarli tutti lontano da Dio e condursi verso l’inferno, dimensione e “luogo” tutt’altro che metaforico, ma reale e soprattutto eterno.

Pur essendo campioni di orgoglio e di egoismo, tutti i demoni si sono coalizzati, in un patto di soggezione a Satana, capo dei demoni, col fine di togliere credenti a Dio. Uniti, nel loro essere superbi, sanno di essere forti. Ma noi non siamo soli. Dio è con noi e basta conoscere in che modo essi agiscono: la tentazione. L’azione ordinaria con cui il Demonio ci ostacola e combatte è chiamata tradizionalmente tentazione. Questo però non implica che il Demonio compia azioni al posto nostro o costringendoci a compierle.

La tentazione è la dimensione della sollecitazione e dell’istigazione al peccato, anche più terribile. A noi non rimane che combattere e resistere a questo invito al male facendo uso della nostra libertà e del nostro libero arbitrio, attraverso i quali si può sia cadere nelle tentazioni diaboliche sia resistere e respingerle. È una battaglia impari ma noi non siamo soli. La grazia del Signore ci aiuta. Il demonio lo sa bene e per questo cerca di allontanarci da lui.

Clive Staples Lewis ha saputo dare voce in modo ottimo a questa certezza del Demonio, quando nella sua splendida opera Les lettres Screwtape fa dire al diavolo Berlicche:

« Les êtres humains sont des amphibiens – mi-esprit, mi-animal [...]. Come spiriti essi appartengono al mondo dell’eternità, ma come animali sono abitatori del tempo» (Le lettere di Berlicche, chapitre 8).

Rimaniamo sempre forti nella sua grazia, che attingiamo specialmente nei sacramenti e nell’intimità della preghiera. Con questi strumenti non dobbiamo temere nulla e diventare sempre più uomini e donne della virtù.

Concludiamo con l’aspetto: Demonio e prurito. I nostri Padri redattori Ariel Levi di Gualdo e Ivano Liguori, che a loro tempo fecero la formazione per gli esorcisti, hanno sempre ripetuto: «Del Demonio, nei contesti televisivi e sulla stampa, meno se ne parla, mieux ». Chiariamo cosa intendono dire: quando sentono affrontare in modo pruriginoso i delicati aspetti della demonologia ai vari émission de télévision téléviseurs, dove semmai qualche improvvido sacerdote o religioso accetta di parlare in un parterre popolato di soubrettes attempate messe nel ruolo di improbabili opinioniste e di laicisti più o meno aggressivi e irridenti, entrambi finiscono con l’essere assaliti da orticaria, ed è cosa del tutto comprensibile. Nessuno di noi dovrebbe prestarsi a fomentare, anche e solo involontariamente, certi giochi di prurito. Salvo essere zittito, se non aggredito dopo nemmeno mezzo minuto che tenta inutilmente di spiegare ciò che in quei contesti televisivi non interessa proprio, perché l’unica e sola cosa a cui si mira è il prurito, lo spettacolo, non di rado il poubelle. Per questo certi sacerdoti dovrebbero evitare di accettare inviti in quei salotti televisivi dove spiegare certi delicati temi e offrire su di essi chiarimenti è proprio impedito. È in questo senso che i nostri due confratelli affermano: «Del Demonio, meno se ne parla, mieux ». Cosa che equivale a dire: evitino, certi sacerdoti, di prestarsi a far ridere il Demonio mentre certi suoi fedeli accoliti non perdono occasione per mettere il prete o l’esorcista in difficoltà per poi esporlo nel ridicolo. Quelle est la raison pour laquelle cette, l’Associazione Italiana degli Esorcisti, ha più volte esortato sacerdoti ed esorcisti a non accettare inviti a programmi televisivi evitando di andare a parlare su certi temi dove è impossibile trattarli. Non tutti però ascoltano, come infatti dice Al Pacino a conclusione dello splendido film L’avvocato del Diavolo: «Vanità … tra tutti i peccati resta sempre il mio preferito».

Florence, 10 avril 2024

.

.

Abonnez-vous à notre chaîne Jordan du club théologique réalisé par le Père Gabriele en cliquant sur l'image

 

LES DERNIERS EPISODES SONT DISPONIBLES DANS L'ARCHIVE: QUI

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Nous informons l'Archevêque de Chieti-Vasto que le prêtre excommunié Alessandro Minutella réserve dans les structures religieuses de son diocèse pour célébrer les rites de la Semaine Sainte et continue ensuite au Grand Hôtel d'Assise.

NOUS INFORMONS L'ARCHEVÊQUE DE CHIETI-VASTO QUE LE PRÊTRE EXCOMMUNIQUÉ ALESSANDRO MINUTELLA RÉSERVE DANS LES STRUCTURES RELIGIEUSES DE SON DIOCÈSE POUR CÉLÉBRER LES RITES DE LA SEMAINE SAINTE ET PUIS CONTINUER AU GRAND HÔTEL D'ASSISE

Quand nous avons appelé la Casa del Pilgrino à Manoppello, institut fondé à l'époque par les Frères Mineurs Capucins, pour leur demander s'ils savaient qui ils accueilleraient, les responsables sont littéralement tombés des nuages ​​en répondant à ça pendant des heures 20 à 24 ils avaient fait une réservation auprès d'un groupe de "fans de basket" (!?)

- Nouvelles de l'Église -

Auteur
Les Pères de l'île de Patmos

.

 

M. Alessandro Minutella il a encouru l'excommunication automatique pour le schisme et l'hérésie (voir décret QUI), ensuite, par son obstination obstinée, il a été démis de l'état clérical par décret du Souverain Pontife François (voir décret QUI), elle ne fait donc plus partie de l'Église et du clergé catholique par décision de l'Autorité Ecclésiastique Suprême.

pendant des années voyage à travers l'Italie et l'Europe pour recueillir les personnes perdues et vulnérables, apportant au monde la "bonne nouvelle" que le Souverain Pontife Benoît XVI n'aurait jamais fait un acte de renonciation et que le Souverain Pontife François n'est rien d'autre qu'un "émissaire usurpateur satanique de l'Antéchrist".

Comme il fut excommunié et renvoyé de l'état clérical Monsieur.. Alessandro Minutella ne peut en aucun cas accéder aux lieux de culte ni utiliser les structures ecclésiastiques, il ne peut pas se qualifier comme prêtre catholique et ne peut pas porter l'habit ecclésiastique du clergé.

En signe clair de défi et de provocation a décidé de célébrer lors du Triduum pascal à Manoppello, dans une structure religieuse à côté du Sanctuaire de la Sainte Face. Mais venons-en à la tromperie: quand nous avons appelé le Maison du Pèlerin de Manoppello, institut fondé à l'époque par les Frères Mineurs Capucins, pour leur demander s'ils savaient qui ils accueilleraient, les responsables sont littéralement tombés des nuages ​​en répondant à ça pendant des heures 20 à 24 avait fait une réservation pour un groupe de «panier de supporters”. Il est clair que M.. Alessandro Minutella a envoyé ses soi-disant contacts pour faire une réservation provocatrice par tromperie, certainement pas en son nom ni celui de son association exotique d'hérétiques schismatiques, mais même au nom d'un … "panier de supporters” (!?) Cependant, l'archevêque de Chieti-Vasto saura quoi faire et comment le faire.

Le lendemain, M.. Alessandro Minutella et ses partisans seront tous Grand Hôtel à Assise, qui n'est pas une structure religieuse, mais bien qu'elle ne soit pas telle, c'est une structure qui grâce à la religiosité fonctionne et exerce son activité hôtelière, suffisamment pour empêcher qu'une personne expulsée de l'Église ne provoque une grave indignation du sentiment catholique, avec tous ses fanatiques à la remorque, directement dans l'un des plus grands lieux symboliques du monde de la religiosité chrétienne.

de l'île de Patmos, 22 mars 2024

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Gabriele Giordano M. Scardocci
De l'ordre des prédicateurs
Presbytère et théologien

( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )
Père Gabriel

Avortement, le nouveau dogme de notre temps avec le cri de liberté, Égalitariste, fraternité …

AVORTEMENT, LE NOUVEAU DOGME DE NOTRE TEMPS CRIANT LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ...

Pour la morale catholique qui descend de l'Évangile et de la tradition vivante de l'Église, ainsi que par réflexion rationnelle, l'avortement est un mal et un péché, un crime grave contre la vie pire que le meurtre d'un homme ou un fémicide. Un homme ou une femme dont la vie est attaquée, d'une certaine manière, ils pourraient aussi se défendre et échapper à la mort, ou fuir l'attaque du meurtrier, mais un enfant dans le ventre de sa mère n'est pas, il ne peut en aucun cas se défendre ni s'échapper.

 

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

 

Article au format PDF imprimable

 

 

Mère Teresa de Calcutta, lauréate du prix Nobel il a répété une phrase: «Le plus grand destructeur de la paix est l'avortement». L'expression lapidaire contient un défi aux dérives de la pensée moderne qui choisissent souvent la logique de la mort plutôt que celle de la vie.. Parmi eux, une certaine culture de la liberté qui a imposé la possibilité de choisir l'avortement., au point d’en faire un « dogme » contemporain., enracinée dans les convictions les plus profondes des gens et, bien sûr, des hommes politiques qui votent aux parlements et promulguent des lois favorisant l'interruption volontaire de grossesse. Lors de la dernière campagne électorale italienne, même certains hommes politiques d'inspiration catholique ont rassuré leurs électeurs. émission de télévision télévision affirmant: "l'avortement reste un droit intangible" (!?).

 

À propos de ça Je voudrais faire référence aux événements politiques survenus dans deux démocraties matures, quels sont les américains et les français, dans lequel on peut reconnaître la faiblesse d'une culture de la liberté d'un côté au détriment d'un autre plus faible, n'ayant presque aucun droit: celui de l'enfant à naître qui aspire à sa propre existence.

En novembre 2022 dans l'État du Montana (Etats-Unis) un référendum a eu lieu au cours duquel la question suivante a été proposée aux électeurs:

« Des soins médicaux doivent être prodigués aux enfants qui en ont besoin, si elles ont survécu à une tentative d'avortement?».

Le « non » a gagné, avec un pourcentage égal à 52% des électeurs. De l'avis de 231.345 les électeurs de cet État américain ne devraient pas recevoir de soins pour un enfant qui est en train de mourir parce que la première tentative visant à mettre fin à ses jours a échoué: la « liberté » d’une femme passe avant son droit à vivre. Selon les partisans du « non », le personnel soignant a parfaitement le droit de laisser mourir un enfant, à condition que la femme voie son choix et son corps « respectés ».. Ce sont des aberrations qui échappent à une conscience morale; il est en effet très difficile de comprendre comment l'événement s'est produit, nous allons jeter un coup d'oeil, d'une petite fille qui a survécu à une tentative d'avortement ratée, pourrait être défini comme une violence contre le corps de cette femme qui ne le voulait pas et qui devrait donc être laissée mourir, l'empêchant de recevoir des soins vitaux.

bientôt dit: précisément aujourd'hui, alors que la soi-disant bonne société se languit des cas de féminicide, en même temps, il faut noter que ce n'est pas considéré comme un fémicide si une fille naît vivante suite à un avortement bâclé, est laissé pour mourir. En fait, il ne s’agit que de féminicide si un homme tue une femme sous l’emprise d’une impulsion criminelle., mais pas si un gynécologue tue une petite fille, car dans ce deuxième cas nous sommes confrontés à l'exercice d'un droit légalement protégé, exercé par la mère à qui est reconnu le pouvoir de vie et de mort et réalisé par le gynécologue qui utilise l'art médical pour faire bénéficier la femme de ce droit incontestable. Au contraire, plus qu'incontestable, dogmatique!

Bien plus important que le référendum du Montana C'est la récente approbation définitive de l'amendement à la Constitution par le Parlement français, le Congrès du Parlement, que dans les chambres assemblées, Lundi 4 Mars de cette année, voulait inscrire le « droit » à l'avortement dans la Charte constitutionnelle. La France est désormais le premier pays non seulement en Europe, mais aussi dans le monde, d'inscrire le droit à l'avortement dans sa charte fondamentale. Ce droit était en France régi par la loi Simone Veil du 1975. Le vote du Parlement français e tons triomphalistes des commentaires qui l'exaltaient, en France comme dans la presse internationale, ils semblent transformer une tragédie pour s'indigner et lutter contre, dans une affirmation suprême de la dignité et de la liberté des femmes. L'avortement devient un symbole d'émancipation, prophétie d'une nouvelle façon de comprendre la féminité. Éclipsant une fois de plus l’urgence d’investir davantage de ressources pour les donner aux femmes, plutôt que le permis d'éliminer ses enfants, la possibilité de ne pas le faire. L'amendement à la Constitution désormais approuvé, fortement soutenu par le président Emmanuel Macron pour marquer une différence d'approche par rapport à un précédent arrêt de la Cour suprême des États-Unis (voir QUI), pose plusieurs problèmes par exemple à ces Français qui, suite à une confession religieuse qui répudie l'avortement, ils le considèrent désormais comme un droit inscrit dans la constitution. Pas d'Américains, dans le cas prévu par la Sentence susvisée qui a renvoyé la décision en matière d'avortement aux Etats fédéraux, il a été mis dans la position de choisir entre son statut de citoyen et sa conscience. Mais dans le cas français, oui.

L'avortement a toujours été une nécessité douloureuse pour de nombreuses femmes, dont ils furent eux-mêmes les premières victimes. Tuer l'enfant que vous portez dans votre ventre a toujours été et est toujours, pour une mère normale, un drame, rendu encore plus terrible par le fait qu'une société chauvine, encore aujourd'hui, il ne fait pas tout ce qu'il peut pour l'éviter, la laissant souvent seule pour faire l'expérience directe des nombreux problèmes qui rendent la maternité problématique. Pour cette raison, s’appuyer sur la reconnaissance logique de la liberté des femmes pour motiver une telle position politique pose plusieurs problèmes d’un point de vue philosophique., moral et biologique. Pour la biologie, par exemple, il n'y a pas de "sauts" entre la vie prénatale et la vie postnatale et une césure entre l'une et l'autre serait arbitraire: les enfants à naître sont des individus biologiquement humains, comme ceux qui sont nés. Tout dépend alors des justifications philosophiques et éthiques que l'on peut donner pour justifier l'avortement et de nombreux chercheurs, même les non-religieux, ont souligné que l'éthique chrétienne a mis au moins une barrière à ce que pourraient être les conséquences de droits similaires consacrés constitutionnellement et découlant des libertés individuelles. De cette manière, qui pourra décider à l'avenir qui est un sujet conscient de lui-même et qui ne fait pas partie des fœtus ?, un bébé, une personne malade mentale ou dans le coma, une personne atteinte de démence totale incapable de comprendre et de vouloir?

Les deux cas politiques rapportés ci-dessus ils nous font repenser à cette tradition spartiate liée au mont Taygète. Sur cette montagne, les enfants non désirés parce qu'ils n'étaient pas aptes à la vie militaire ou "déficients" étaient jetés de là et condamnés à mourir.. «La culture du jetable», comme le disait le Saint-Père François en 2023. pouquoi, comme nous le savons, pour une morale catholique qui dérive de l'Évangile et de la tradition vivante de l'Église, ainsi que par réflexion rationnelle, l'avortement est un mal et un péché, un crime grave contre la vie pire que le meurtre d'un homme ou un fémicide. Un homme ou une femme dont la vie est attaquée, d'une certaine manière, ils pourraient aussi se défendre et échapper à la mort, ou fuir l'attaque du meurtrier, mais un enfant dans le ventre de sa mère n'est pas, il ne peut en aucun cas se défendre ni s'échapper.

le Catéchisme de l'Église catholique rappeler aux croyants: «La vie humaine est sacrée parce que, depuis sa création, il implique l'action créatrice de Dieu et reste à jamais dans une relation privilégiée avec le Créateur, son seul but. Seul Dieu est le Seigneur de la vie du début à la fin: nul, dans n'importe quelle circonstance, peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent " (N° 2258). Et le numéro 2302 rappelle - en écho aux paroles de Mère Teresa rapportées au début - que parmi les ennemis de la paix, nous trouvons avant tout le meurtre.

Les Pontifes touchés par cette question de l'avortement ils ont tous pris une position claire et contraire. Le Saint-Père Francis, avec l'attitude colorée qui le distingue souvent, il a déclaré à plusieurs reprises que cette spirale de haine est évidente dans l'avortement, car lorsqu'on avorte, c'est comme payer un tueur à gages pour commettre un meurtre. (cf.. QUI). Le Saint-Père Benoît XVI rappelait il y a quelques années la terrible blessure ouverte par les lois sur l'avortement, indiquant: "Ils ont créé une mentalité de dévalorisation progressive de la valeur de la vie" (cf.. QUI). Le Magistère de Saint Jean-Paul II a été très clair à ce sujet: «Tout semble se dérouler dans le plus grand respect de la légalité, du moins lorsque les lois autorisant l'avortement ou l'euthanasie sont votées selon des règles dites démocratiques. En vérité, nous ne sommes confrontés qu'à un semblant tragique de légalité et d'idéal démocratique, ce qui est véritablement tel lorsqu'il reconnaît et protège la dignité de toute personne humaine, il est trahi dans ses fondements mêmes: «Comment est-il possible de parler encore de la dignité de chaque personne humaine, quand on laisse tuer les plus faibles et les plus innocents? Au nom de quelle justice s’exerce la discrimination la plus injuste entre les hommes ?, déclarer certains dignes de défense, tandis que d'autres cette dignité est niée?». Lorsque ces conditions se produisent, les dynamiques qui conduisent à la dissolution de la coexistence humaine authentique et à la désintégration de la réalité étatique elle-même sont déjà déclenchées.. Réclamer le droit à l'avortement, à l'infanticide, à l'euthanasie et la reconnaître légalement, équivaut à attribuer un sens pervers et injuste à la liberté humaine: celui du pouvoir absolu sur les autres et contre les autres. Mais c'est la mort de la vraie liberté: « En vérité,, en vérité je te dis: quiconque commet le péché est esclave du péché (Gv 8, 34)» (cf.. Evangile de la vie, n. 20).

Le drame de l'avortement, parce que ça reste ainsi, cela ne semble donc pas exactement libéral, depuis qu'il a pris la vie de quelqu'un, ça a été dit au début, la paix subit un blessure; et cette paix intérieure disparaît aussi, de l'âme, chez quelqu'un qui fait un geste si violent. À la fin, avec elle, au-delà de la liberté et de la paix, même l'espoir meurt. Tout d'abord celui du foetus, parce que l'avenir lui est interdit, son histoire humaine parmi ses pairs. Mais aussi celui de la femme qui, malgré toute l'aide sanitaire et psychologique, elle se retrouvera seule à franchir cette terrible étape. Cela peut vous consoler à ce moment-là de savoir que l'avortement fait partie de vos droits constitutionnels.? Ou bien il repensera à toute l'aide dont il aurait eu besoin - pas seulement morale et spirituelle., mais aussi économique, social et politique - afin qu'il n'ait pas à faire un choix similaire, elle et toutes les femmes du monde qui ont ôté la vie à leurs enfants?

Santa Maria Novella à Florence, 16 mars 2024

.

Père Gabriel, Rome, Place de la République (anciennement Piazza Exedra) Marche pour la vie

.

.

Abonnez-vous à notre chaîne Jordan du club théologique réalisé par le Père Gabriele en cliquant sur l'image

 

LES DERNIERS EPISODES SONT DISPONIBLES DANS L'ARCHIVE: QUI

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI et soutenez nos éditions en achetant et en distribuant nos livres.

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Un bon prêtre l'est s'il attend la fin de son mandat pour louer son Evêque.: Andréa Turazzi, à partir d'aujourd'hui évêque émérite du diocèse de Saint-Marin-Montefeltro

UN BON PRÊTRE EST TEL SI POUR LOUER SON ÉVÊQUE IL ATTEND LA FIN DE SON MANDAT ÉPISCOPAL: ANDREA TURAZZI, D'AUJOURD'HUI ÉVÊQUE ÉMÉRITE DU DIOCÈSE DE SAINT-MARIN-MONTEFELTRO

«Vénérable Évêque, Je veux que tu saches que pendant ton épiscopat tu m'as donné les dix meilleures années de mon sacerdoce, c'est quelque chose pour lequel je vous serai toujours profondément reconnaissant"

- Nouvelles de l'Église -

.

Article au format PDF imprimable

 

.

A partir d'aujourd'hui S.E.. Mons. Andréa Turazzi il est évêque émérite de Saint-Marin-Montefeltro, mon diocèse d'appartenance.

Mon évêque depuis un an, après m'avoir rencontré, il m'a dit en ce mois de mai lointain 2015: «Tu es né pour être chasseur et je suis né pour être vétérinaire». Il m'a souri tendrement et a continué: «L'Église a besoin de chasseurs et de vétérinaires, s'il te plaît, ne tire pas avec une chevrotine lourde, si quoi que ce soit, utilisez des granulés plus petits".

Pour un prêtre, ne pas aimer un évêque qui se présente ainsi est impossible. Et j'ai aimé mon évêque, même si je ne l'ai jamais dit publiquement, parce que cela n'aurait pas été approprié et prudent.

L'année dernière, alors qu'une polémique faisait rage dans laquelle j'avais directement plongé en soutane sans même me déshabiller et enfiler mon maillot de bain, il m'a dit: "Je ne remets pas en question tes raisons, impeccable sur le plan doctrinal et théologique, Je vous demande juste d'essayer d'être un peu plus modéré.". Après m'avoir adressé cette invitation, il a ajouté: "Bien sûr, personne ne peut dire que tu manques de courage, peut-être que tu en as même trop. Pour cela, je n'ai pas envie de m'adresser à toi d'une manière ou d'une autre, car telle est votre nature et le caractère que Dieu vous a donné, personne ne peut te demander d'être différent de ce que tu es, Je vous demande seulement un peu de modération dans la polémique légitime, rien de plus".

Comme toujours je l'ai écouté. Et quelques jours plus tard je lui ai envoyé un message privé dans lequel je le remerciais en ces termes: «Vénérable Évêque, Je veux que tu saches que pendant ton épiscopat tu m'as donné les dix meilleures années de mon sacerdoce, c'est quelque chose pour lequel je vous serai toujours profondément reconnaissant".

Si je dois utiliser ces mots d'affection c'est quelqu'un comme moi, que je n'ai pas hésité à qualifier publiquement de criminel un cardinal puissant, affirmant que j'aurais préféré avoir affaire à ceux de la Banda della Magliana plutôt qu'à lui et ses sbires (cf.. QUI), cela signifie que j'ai eu la grâce d'avoir comme Evêque un authentique homme de Dieu et un véritable modèle de Pasteur dans le soin des âmes, chose de plus en plus rare en ces tristes temps que vit l'Église universelle. Dans sa vie et dans son gouvernement épiscopal, mon évêque a été un modèle élevé et une réalisation vivante de l'enseignement des Pères de l'Église qui exhortent:

«Tous les prêtres, en union avec les évêques, ils participent au même et unique sacerdoce et ministère du Christ, de telle sorte que la même unité de consécration et de mission requiert la communion hiérarchique des prêtres avec l'ordre des évêques […] Les évêques donc, grâce au don du Saint-Esprit accordé aux prêtres dans l'ordination sacrée, ils ont en eux les collaborateurs et conseillers nécessaires au ministère et dans la fonction d'instruire, sanctifier et gouverner le peuple de Dieu […] Pour cette participation commune au même sacerdoce et au même ministère, les évêques devraient donc considérer les prêtres comme des frères et des amis, et prends soin d'eux, dans tout ce qu'ils peuvent, leur bien-être matériel et surtout spirituel" (Voir. Par décret des Presbytres de l'Ordre, n. 7).

Seulement maintenant qui n'a plus le pouvoir de gouvernance pastorale sur le diocèse et sur moi, Je peux dire publiquement à quel point je l'ai vénéré, apprécié et aimé mon évêque. Et comme ce n'était pas du tout difficile pour moi, avec un évêque comme ça, mettre en pratique cette exhortation des Pères de l'Église:

«Je presbiteri, pour leur part, en gardant à l'esprit la plénitude du sacrement de l'ordre dont jouissent les évêques, qu'ils vénèrent en eux l'autorité du Christ, le berger suprême. Qu'ils s'unissent donc à leur évêque avec une charité et une obéissance sincères.. Cette obéissance sacerdotale, imprégné par l’esprit de collaboration, il repose sur la même participation du ministère épiscopal, conféré aux prêtres par le sacrement de l'ordre et la mission canonique" (Voir. Par décret des Presbytres de l'Ordre, n. 7).

À l'évêque Le respect filial et l'obéissance dévouée sont dus par le prêtre, Nous le promettons solennellement le jour où nous recevrons la consécration sacerdotale. Et j'ai respecté et obéi à mon évêque, parce que c'était à cause de lui. Ensuite, je l'ai aussi respecté et aimé, mais pas parce que c'était dû à lui, parce que ni l'estime ni l'amour ne sont dus à aucun évêque en tant que tel; si je les versais sur lui, c'est parce qu'il les méritait profondément.

Désolé pour les frères prêtres et ça fait mal croyants du Christ de ce diocèse de Feretra que le mandat de l'évêque n'a pas été prolongé. On crierait presque au « gaspillage ».!» devant un homme de 75 années en parfaite santé physique, doté de toutes les forces humaines et spirituelles nécessaires, de connaissance et de sagesse. Mais d'autre part, la Rome de « l'Église-hôpital de campagne » et des « banlieues existentielles » semble y être habituée, aujourd'hui encore plus qu'hier, décider des cartes sèches, surtout lorsqu'il s'agit des "banlieues" tant vantées.

Je ne sais pas qui est son successeur parce que je ne le connais pas, Je sais seulement qu'il s'appelle Domenico Beneventi, 49 années, prêtre du diocèse d'Acerenza, un diocèse particulièrement cher au cardinal Crescenzio Sepe, très actif et travailleur ces derniers temps dans la présentation de nouveaux candidats aptes à l'épiscopat. Désormais, je souhaite que le nouvel évêque élu soit non seulement respecté et obéi, comme ce qui lui est dû par lien sacramentel; Je souhaite également qu'il soit aimé et estimé comme l'était son prédécesseur.. Mais l’amour et l’estime du clergé et des fidèles doivent se mériter au prix fort., souvent même au prix de larmes et de sang, précisément parce que ce ne sont pas des choses nécessaires. C'est le travail le plus dur pour un évêque, ce qui ne se traduit toujours en succès que chez d'authentiques hommes de Dieu, prêt à se conformer au mystère de la Croix du Christ Seigneur.

 

de l'île de Patmos, 3 février 2024

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

La charité lave et rend propre même l’argent sale, Les grands saints de la Charité nous l'enseignent dans l'histoire de l'Église

UNE CHARITÉ LAVE ET REND PROPRE MÊME L’ARGENT SALE, CE LO INSEGNANO NELLA STORIA DELLA CHIESA PROPRIO I GRANDI SANTI DELLA CARITÀ

Certi vescovi di Migrantopoli e Pauperopoli sembra che vogliano presentarsi oggi più puri e immacolati della Beata Vergine Maria, pur di piacere al mondo e compiacerlo. Sino a non capire che la carità «tutto copre» e «tutto trasforma», cosa che però non possono cogliere e capire, se come loro Presidente si ritrovano un soggetto che afferma: «il Vangelo non è un distillato di verità».

- Nouvelles de l'Église -

.

Format d'article PDF stampune

 

.

.

 

Quando il Beato Apostolo Paolo compose la lode alla carità parlò anche ai giorni nostri. Questa è la caratteristica della Parola di Dio: un linguaggio eterno che comunica agli uomini di tutti i tempi e che nel corso dei secoli svela messaggi nuovi racchiusi in quelle stesse parole.

Le Sacre Scritture hanno uno stile e un linguaggio apocalittico nel senso etimologico del termine. Benché nel linguaggio corrente parlato il termine apocalisse, le grec ἀποκάλυψις, sia erroneamente usato per indicare un evento catastrofico o la fine del mondo, il suo vero significato è “disvelare”, “togliere il velo che copre”, quindi scoprire. Tra il termine apocalisse e il termine epifania, derivante dal greco ἐπιφαίνω, che significa “mi rendo manifesto”, c’è uno stretto legame. L’epifania intesa come manifestazione della divinità è un continuo “disvelare” dei contenuti racchiusi sulle righe, dentro le righe e oltre le righe stesse delle Sacre Scritture che racchiudono la Parola di Dio.

Nel brano in questione, aussi connu sous le nom Hymne à la Charité, il Beato Apostolo Paolo esprime:

«La carità è paziente, la charité est gentille; la charité n'est pas envieuse, ne se vante pas, ne gonfle pas, ne manque pas de respect, ne recherche pas son intérêt, ne te fâche pas, il ne tient pas compte du mal reçu, n'apprécie pas l'injustice, mais prend plaisir à la vérité. Tout couvre, tout le monde croit, j'espère tout, supporte tout. La charité ne finira jamais. […] Ce sont donc les trois choses qui restent: Foi, espoir et charité; mais de tous le plus grand est la charité!» (Je Cor 1, 1-13)

Confrontiamo questo brano paolino, facile e comprensibile solo all’apparenza, con un recente fatto di cronaca ecclesiale:

«”L’Ospedale pediatrico Bambino Gesù di Roma ha fatto bene a rifiutare la ricca donazione della società Leonardo” perché “è denaro sporco, sporco di armi, sporco di sangue, sporco di guerra”. Mons. Giovanni Ricchiuti presidente nazionale di Pax Christi e vescovo di Altamura-Gravina-Acquaviva delle Fonti, prende una posizione più che netta dopo che la République ha scritto che sarebbe stato rifiutato un milione e mezzo di euro. “Finalmente” dice “Siamo in linea con una Chiesa che veramente si libera di questi condizionamenti, di queste elargizioni che vengono, come nel caso, da una industria che produce armi. Ha fatto bene il Vaticano a rifiutare questa offerta. Lo dico come vescovo: è una Chiesa che ama la verità”» (cf.. QUI e QUI).

D'abord une question. Dopo che il Presidente di Paix du Christ ha annunciato che la nostra attuale «è una Chiesa che ama la verità», si renderebbe necessario chiarire due cose fondamentali. la première: précédemment, l'église, per duemila anni quale verità amava, ammesso che la amasse? La deuxième: quelle est la vérité?

Récemment, il Presidente dei Vescovi d’Italia, nel totale silenzio del nostro episcopato nazionale ha affermato che «il Vangelo non è un distillato di verità» (cf.. QUI). Au moins, Ponce Pilate, a suo tempo non fece una affermazione come quella del Presidente dei Vescovi d’Italia, in modo molto più elegante rivolse al Cristo una domanda: «Qu'est-ce que la vérité?», Cos’è la verità (cf.. Gv 18,38).

Non è facile parlare di verità nella odierna Chiesa emozionale di Migrantopoli e Pauperopoli. Proviamo allora a rifarci a quel San Tommaso d’Aquino che nei salotti dei sempre più ignoranti clericali chic radical è variamente indicato come «vecchio» e «superato». Pour le Docteur Angélicus O Docteur communis La verità è Dio stesso ipsa summa et prima veritas (Summa, I q. 16 une. 5 c). La verità non si disvela mai pienamente, per questo motivo «verità ed opinione errata, verità e menzogna nel mondo sono continuamente mescolate in modo quasi inestricabile [...] diventa riconoscibile, se Dio diventa riconoscibile. Egli diventa riconoscibile in Gesù Cristo. In lui Dio è entrato nel mondo, ed ha innalzato il criterio della verità in mezzo alla storia» (Joseph Ratzinger, dans Jésus de Nazareth, la domanda di Pilato, pp. 216-218).

Per volontà del suo divino fondatore la Chiesa di Cristo non è nata per piacere al mondo e compiacerlo, ma per combatterlo:

« Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant. Si vous étiez du monde, le monde vous aimer comme son propre; parce que vous n'êtes pas du monde, mais je vous ai choisi dans le monde, c'est pourquoi le monde te déteste" (Gv 15, 18-19).

Se alla verità si sovrappongono opinioni errate che prendono vita da elementi emozionali soggettivi o collettivi, essa rimane completamente occultata nella emotiva Chiesa di Migrantopoli e Pauperopoli, dove non si esita ad affermare che «il Vangelo non è un distillato di verità», il tutto nel silenzio dell’intero l’episcopato italiano.

Rifiutando quella donazione si è cercato ancóra una volta di compiacere il mondo, in particolare quello composto da persone che lungi dall’andare alla Santa Messa per Pasqua e per Natale, non sanno farsi neppure il segno della croce. Questo il mondo al quale questa nostra Chiesa visibile dal sapore sempre più esotico desidera piacere a tutti i costi, dimenticando la propria storia, a partire da quella dei grandi Santi della carità.

Partiamo dai Gesuiti, ai quali nel momento storico presente è giusto conferire un meritato diritto di priorità: gli istituti faraonici costruiti in giro per il mondo, rasenti non di rado la megalomania, assieme alle chiese adiacenti i loro collegi, che in molte occasioni hanno fatto tanto irritare i vescovi diocesani, perché costruite volutamente più grandi, ricche e solenni delle loro chiese cattedrali, con i soldi e i contributi di chi furono costruiti? Perché gli spagnoli e i portoghesi che offrirono loro ampi finanziamenti erano gli stessi che gestivano il mercato della tratta degli schiavi o che all’occorrenza amministravano la giustizia in modo disinvolto, cela signifie: prima ti tagliavano la testa o t’impiccavano, poi eventualmente valutavano se avevi fatto veramente qualche cosa di sbagliato. I gesuiti odierni, che di Migrantopoli e Pauperopoli sono il motore ideologico propulsore, un minimo di memoria storia non ce l’hanno proprio?

Ai grandi Santi della Carità e ai grandi pedagoghi ai quali dobbiamo la fondazione di preziosi istituti assistenziali per orfani, anziani abbandonati, per l’istruzione dei fanciulli poveri e per l’accoglienza e la cura dei disabili, donne San Filippo Neri sino a San Giovanni Bosco, passando per San Vincenzo de Paoli e giungendo ai più recenti Saint Joseph Benoît Cottolengo, San Giovanni Calabria e San Luigi Orione, chi fornì i necessari fondi di danaro per la realizzazione delle loro opere? Quand dans le 1980 fu beatificato Luigi Orione, poco dopo si levarono varie proteste da parte di circoli di persone che non conoscevano neppure le prime sei parole del Notre père, inclusa la patetica protesta dell’ANPI (Associazione Nazionale Partigiani Italiani) che lo accusò di essere stato un sostenitore del regime fascista grazie al quale ebbe fondi per la realizzazione delle sue opere; protesta che fu poi ripetuta nel 2004, quando il Beato Luigi Orione fu canonizzato.

Le grandi opere di questi Santi della carità sono tutt’oggi attive, alcune delle quali costituiscono centri clinici e di assistenza considerati di vera eccellenza a livello europeo: l’opera torinese di San Giovanni Benedetto Cottolengo, le enormi opere assistenziali di Genova di San Luigi Orione, l’Ospedale Sacro Cuore di Verona di San Giovanni Calabria … qualcuno, si è mai domandato da dove e da chi provenissero i soldi? Più che altro viene da chiedersi se oggi, specie a fronte di certe assurde proteste, la Chiesa visibile avrebbe avuto il coraggio di beatificarli e canonizzarli, o se invece avrebbe ceduto a gruppi di persone che non conoscono neppure le prime sei parole del Notre père ma che pretendono pur malgrado di dettarci legge, con le nostre Autorità Ecclesiastiche che piegano il capo e cedono a capricci politici e ideologici da parte di ambienti non cattolici e non cristiani. A tal proposito rimando alle mie opere herbes Amare e Pie XII et la Shoah nelle quali spiego le influenze esterne esercitate da certi agguerriti gruppi che tentarono con ogni mezzo sleale, sino a ricorrere alla fabbricazione di veri e proprio falsi storici, di bloccare la causa di beatificazione di Pio XII e la cerimonia della beatificazione di Padre Leon Dehon per la quale era già stata fissata la data al 24 avril 2005 sur la place Saint-Pierre, ma che fu annullata per improbabili accuse di antisemitismo a lui mosse da alcuni circoli ebraici. Posto che mai e in alcun caso la Chiesa può prendere ordini dal moderno Gran Sinedrio e accettare le sue proteste, la domanda da porsi era la seguente: ammesso che il Padre Leon Dehon abbia scritto alcune frasi critiche sugli imprenditori ebrei — che andavano di rigore lette e contestualizzate storicamente nell’ambito della Rivoluzione industriale —, posto che il suo processo di beatificazione durò quasi mezzo secolo, perché certi circoli ebraici attesero pazienti fino a cerimonia di beatificazione fissata per dare vita a quella pubblica polemica sulla stampa mondiale? Simple: anche se quegli scritti li conoscevano da sempre, dovevano dimostrare, con una vera e propria prova di forza, che loro erano in grado di dare ordini alla Chiesa e indurla a retrocedere non solo da una decisione presa, ma addirittura da una cerimonia di beatificazione ormai già ufficializzata e fissata. Questo era il vero scopo, che fu ampiamente ottenuto per la prepotenza loro e la debolezza nostra. Il problema non era la beatificazione in sé e di per sé di Padre Leon Dehon, la Chiesa può beatificare chi vuole e non deve mai accettare a tal fine proteste, dato che gli ebrei non hanno alcun genere di obbligo a venerare i nostri Beati e Santi nelle loro sinagoghe, proprio come certe frange del sionismo politico, nato e sviluppatosi dal seno dell’Ebraismo, non accettano critiche rivolte all’Esercito Israeliano quando rade al suolo interi centri abitati sulla Striscia di Gaza, salvo gridare come prefiche all’antisemita verso chiunque osi dissentire verso azioni che non costituiscono legittima difesa ma veri e propri crimini contro humanité.

Questi grandi Santi della Carità non hanno esitato ad accettare soldi provenienti dai patrimoni di soggetti noti e conosciuti per la loro immoralità e per il modo alquanto disinvolto col quale portavano avanti i propri affari senza farsi troppi scrupoli. Li boni gesuiti che furono, la cui rigida morale era ben nota e che per lungo tempo hanno tentato di trasformare gli adolescenti in preda a crisi ormonali in un casto esercito di San Luigi Gonzaga, non si sono mai fatti particolari scrupoli nell’accettare cospicui donativi da parte dei più grandi puttanieri e fedifraghi delle corti spagnole. Puri e casti dovevano essere solo gli adolescenti, ai quali si imponeva nei loro collegi, sino a tempi tutt’altro che remoti, di dormire con le mani fuori dalle lenzuola del letto onde evitare il rischio di commettereabominevoli atti impuri”, pendant ce temps-là, sotto le lenzuola di coloro ai quali dovevano grandi elargizioni di danaro per la costruzione delle loro strutture faraoniche, si poteva fare invece di tutto e di più, in atti impuri veramente abominevoli.

Il grande problema ― posto che «il Vangelo non è un distillato di verità» ― è dato dalla incapacità di leggere le parole del Beato Apostolo Paolo sulla carità, per esempio l’affermazione che essa «tutto copre». Se le sue parole fossero lette e comprese nella loro profondità, si giungerebbe a comprendere che per la realizzazione di opere di carità si dovrebbe accettare non solo il danaro delle aziende che fabbricano armi, ma persino i soldi donati dai narcotrafficanti messicani. Perché se quei soldi sporchi sono interamente usati per opere di carità a favore di poveri, faible, oppressi, disabili e ammalati, diverranno comunque puliti, perché la carità «tutto copre», ou si nous préférons: «tutto trasforma», perché solo la divina carità, qui est le Christ, può mutare il male in bene, quindi i soldi sporchi in soldi puliti. In caso contrario potrebbe subentrare un problema teologico di non poco conto: negare che la grazia di Dio possa mutare il male in bene. Comme cela est bien connu, cependant,, una delle cose che di questi tempi va meno di moda nella Chiesa dell’emozionale e del politicamente corretto è proprio la teologia.

Certi vescovi di Migrantopoli e Pauperopoli sembra che vogliano presentarsi oggi più puri e immacolati della Beata Vergine Maria, pur di piacere al mondo e compiacerlo. Sino a non capire che la carità «tutto copre» e «tutto trasforma», cosa che però non possono cogliere e capire, se come loro Presidente si ritrovano un soggetto che afferma: «il Vangelo non è un distillato di verità».

de l'île de Patmos, 23 janvier 2024

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Giuseppe Betori, un homme de culture et un évêque qui a réussi la tâche difficile de se faire apprécier du presbytère florentin

GIUSEPPE BETORI, UN UOMO DI CULTURA E UN VESCOVO CHE È RIUSCITO NELLA DIFFICILE IMPRESA DI FARSI BENVOLERE DAL PRESBITERIO FIORENTINO

Mentre un misero spacciatore di veleno afferma: «Sans oublier que le clergé de Florence en a marre de Betori qui a fait plus de dégâts qu'autre chose», in tutti noi risuona invece una domanda che volendo suscita inquietudine nei nostri animi: et après?

- Nouvelles de l'Église -

.

Auteur
Simone Pifizzi

.

Article au format PDF imprimable

.

.

A partire dall’ultima settimana di Avvento e a seguire con le solennità del Santo Natale, i Padri de L’Isola di Patmos ― che prima di essere studiosi e pubblicisti sono anzitutto dei sacerdoti ― sono stati impegnati nelle attività pastorali. Certe solennità, in particolare il Santo Natale e la Santa Pasqua, sono sempre preceduti da predicazioni, confessioni e direzioni spirituali, oggi più che mai tutt’altro che facili, considerati i tempi di smarrimento che stanno vivendo i fedeli cattolici per un verso, noi preti per altro verso. Riprendiamo quindi le attività pubblicistiche su questa nostra rivista con la presentazione di un video molto interessante di cui vi raccomandiamo la visione.

Alla fine del prossimo mese di febbraio il Cardinale Giuseppe Betori, Archevêque métropolitain de Florence, festeggerà il suo 77° genetliaco. Di questi suoi anni di vita ne ha trascorsi 16 alla guida della Chiesa Fiorentina, che si appresta tra un poa lasciare nelle mani del suo successore.

Nonostante i giudizi malevoli diffusi recentemente da qualche oscuro personaggio penoso erettosi a giudice intransigente dell’intera gerarchia ecclesiastica (cf.. QUI) e che suole affermare «noi in Vaticano … qua in Vaticano …», salvo non potersi neppure avvicinare ai varchi d’ingresso di quel piccolo Stato Sovrano, nella gran parte del clero fiorentino c’è la consapevolezza che questo vescovo umbro ― pur con i limiti di ogni essere umano ― abbia dato veramente un grande contributo alla sua Chiesa particolare e all’intera Chiesa italiana. Per questo sarà senz’altro rimpianto per l’equilibrio, la lucidità e la profondità teologica e culturale che ha dimostrato nel suo servizio apostolico.

Facendo una analisi realistica dell’ultimo ventennio emergerà che abbiamo avuto modo di sperimentare due tipologie del tutto diverse di vescovi. Dans le passé, tra la fine del pontificato del Santo Pontefice Giovanni Paolo II e il pontificato del Venerabile Benedetto XVI abbiamo avuto la stagione dei “vescovi professori”. Compréhensible, la crisi della dottrina aveva generato situazioni che bene illustrò 14 anni fa il nostro Padre Ariel S. Levi di Gualdo in un suo libro sull’analisi della Chiesa:

«La crisi della dottrina ha generato una profonda crisi della fede che a sua volta ha dato vita a una crisi morale all’interno del nostro clero» (cf.. Et Satan est devenu trinitaire, Éditions L'île de Patmos, 2010).

Sur cette question è tornato anche di recente il nostro Padre Ivano Liguori con un suo articolo preciso e drammatico:

«Dal disorientamento dottrinale della Chiesa al peccato dei preti e al riciclo dei laici. Prospetto di una cultura intransigente che mentre condanna santifica e santificando condanna» (cf.. QUI).

I cosiddetti “vescovi professori”, alla luce di queste problematiche, di per sé non furono una cattiva idea, ma i risultati non sempre felici, quando incominciammo ad avere alla guida delle diocesi personaggi catapultati da una cattedra universitaria a una cattedra episcopale, perché si tratta di due cattedre sostanzialmente diverse. Vescovi spesso privi di esperienza pastorale che tendevano a rapportarsi ai propri preti come dei docenti con gli studenti o che trasformavano assemblee e incontri del clero in lezioni accademiche, ignorer, spesso non comprendendo proprio, i problemi che tutti i giorni vivevano e dovevano affrontare i loro presbiteri.

Al successivo cambio di vento si incominciò a invocare la necessità di «pastori con l’odore delle pecore», che di per sé non sarebbe un’idea affatto sbagliata, come di fondo non lo era quella dei “vescovi professori”. Malheureusement, quando dietro le apparenti buone intenzioni si insidia però l’ideologia, o se vogliamo la vera e propria prevenzione verso il «principesco» (!?) episcopato italiano, i risultati non possono essere che infelici. E oggi ci ritroviamo con un consistente numero di vescovi tirati fuori dai centri delle Caritas o da non meglio precisate «periferie», capaci solo a parlare di poveri, migranti e «Chiesa in uscita».

Anziché andare avanti siamo stati catapultati all’indietro, au début des années soixante-dix, quando i sessantottini parlavano di «vietato vietare» e di «immaginazione al potere». Sulla preparazione dottrinale e teologica di questi vescovi tutti proiettati in un sociale che abbiamo già visto abbondantemente fallire nei vari ambiti socio-assistenziali e politici, stendiamo per cristiana carità un velo pietoso. Quando infatti il Presidente dei Vescovi d’Italia risponde affermando che «il Vangelo non è un distillato di verità» (cf.. QUI), non c’è molto altro da aggiungere, sia riguardo i «preti di frontiera» o di «strada», sia riguardo la «Chiesa in uscita» che ci appare, più che in «uscita», sull’orlo del fallimento, prova n’è il fatto che si tenta da alcuni anni di risolvere i problemi commissariando tutto il commissariabile possibile e immaginabile, con una unica eccezione: la Compagnie de Jésus.

Il Cardinale Giuseppe Betori, forse uno degli ultimi di una generazione ormai in estinzione, ha saputo mettere la propria scienza e cultura a completo servizio della pastorale. Carattere al primo approccio introverso e timido, nei rapporti con il proprio clero ha mostrato grandi capacità di ascolto e accoglienza, è stato un maestro e un custode della fede, non un professore in cattedra. Ha amato la sua Chiesa e ha saputo farsi amare, persino da coloro che al suo arrivo lo accolsero con quell’aria di sufficienza, sospetto e diffidenza tipica di noi fiorentini, che siamo storicamente soggetti non propriamente facili da reggere, trattare e governare. Le sue omelie, sempre profonde ma al tempo stesso chiare e comprensibili, hanno suscitato stima e rispetto da parte dei fedeli cattolici.

E mentre un misero spacciatore di veleno afferma: «Sans oublier que le clergé de Florence en a marre de Betori qui a fait plus de dégâts qu'autre chose» (cf.. QUI), in tutti noi risuona invece una domanda che volendo suscita inquietudine nei nostri animi: et après?

Florence, 12 janvier 2024

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

À qui fait référence Marco Felipe Perfetti lorsqu'il déclare sur le site Silere Non Possum «ici au Vatican … nous au Vatican", s'il ne peut même pas mettre les pieds au Vatican?

QUI EST MARCO FELIPE PERFETTI SE RÉFÉRANT À LA DÉCLARATION DU SITE JE NE PEUX PAS ÊTRE SILENCIEUX «ICI AU VATICAN… NOUS AU VATICAN…», SI VOUS NE POUVEZ MÊME PAS METTRE LES PIEDS AU VATICAN?

Pourquoi s'embêter avec cette personne qui ne suscite aucun charme et aucun intérêt chez nous, mais seulement la compassion chrétienne et sacerdotale? Parce qu'il arrive très fréquemment que de nombreuses personnes d'Italie et de l'étranger nous demandent des informations sur ce "grand connaisseur" et "fréquentateur" du Saint-Siège et du Vatican..

- Nouvelles de l'Église -

.

Auteur
Rédacteurs en chef de l'île de Patmos

 

 

 

 

 

 

.

Les Pères de l'île de Patmos ils ont beaucoup de sujets intéressants à aborder dans le cadre de la doctrine de la foi et parler de certains personnages ne fait pas partie de leurs aspirations. Cependant, nous avons des devoirs auxquels nous ne pouvons nous soustraire. Le gestionnaire du site Je ne peux pas me taire continue de se présenter comme un excellent expert de la Curie romaine, du Saint-Siège et de l'État de la Cité du Vatican. Et cela crée effectivement plusieurs problèmes.

Récemment, lorsqu'il tenta de béatifier le malheureux archabbé de Montecassino décédé il y a quelques semaines, faisant allusion dans ses différents messages à ce que l'Église devrait s'excuser auprès de cet "innocent" (!?), ignorant complètement le fait que ses actes étaient et restent indescriptibles, par ces colonnes, il a été nié de manière sensationnelle par les dieux dubia à laquelle il n'a visiblement jamais répondu (voir l'article QUI).

Il tirait toujours en rafale sur les personnes et les institutions du Saint-Siège, aller à contre-courant de tout le monde, du Souverain Pontife aux soldats de la Gendarmerie vaticane. Depuis des mois, il se moque et insulte sans relâche Paolo Ruffini, Préfet du Dicastère pour les Communications du Saint-Siège, et Andrea Tornielli, Directeur des Médias du Saint-Siège, les désignant comme « incapables, incompétent, ignorant…», au point de les accuser d'être "analphabètes". Que cela plaise ou non, Andrea Tornielli est-il un professionnel du journalisme de renommée internationale et, après plus de trente ans de profession, l'un des experts du Vatican les plus connus au monde ?, Ce n'est pas quelque chose qui semble intéresser M. Marco Felipe Perfetti, à qui il serait inutile de rappeler que le directeur des Médias du Vatican, accusé à plusieurs reprises d'"analphabétisme", il ne s'est certainement pas auto-publié, comme il l'a fait, un livret à vos frais, parce qu'il est l'auteur de dizaines de livres traduits en plusieurs langues, y compris des biographies substantielles sur les Souverains Pontifes du XXe siècle qui, au niveau documentaire, restent des œuvres d'un grand intérêt historique.

Cependant, si des "dubia" calmes lui sont adressés qui est insolent et se moque de tout et de tout le monde, par le Souverain Pontife à suivre (voir la collection de vidéos QUI), dans ce cas, il n'hésiterait pas à envoyer un prêtre joyeux se plaindre à l'évêque de l'un de nous. Déjà, parce que depuis quelque temps M. Perfetti veut faire entrer le cheval de Troie gay dans l'Église, déclarant dans ses écrits et vidéos que les religieux qui se consacrent à la pratique de l'homosexualité sont uniquement des personnes qui ont le droit de vivre leur sexualité comme bon leur semble dans leur vie privée. Mais il démontre ainsi qu'il ignore - bien qu'il se présente comme un expert en droit canonique - que pour un prêtre, la notion de « vie privée » est très différente de la façon dont il la comprend., tant sur le plan de la morale catholique que sur celui du droit. L'exercice d'une sexualité contre nature - car l'homosexualité reste contre nature selon la doctrine catholique - s'il est pratiqué par un clerc relève en fait et en droit du crime très grave de sacrilège charnel., certainement pas dans l'exercice des libertés liées à la vie privée des clercs.

Pourquoi s'embêter avec cette personne ce qui ne suscite chez nous aucune fascination ni intérêt, mais seulement la compassion chrétienne et sacerdotale? Parce qu'il arrivait très fréquemment que davantage de personnes, d'Italie et de l'étranger, ils nous ont demandé des informations sur ce "grand connaisseur" et "fréquentateur" du Saint-Siège et du Vatican.

Comme déjà dit et expliqué précédemment (voir l'article QUI), Ce personnage ne peut pas mettre les pieds au Vatican, tant pour ce qu'il écrit que pour les éclats d'insolence qu'il profère. Et s'il s'approchait d'une des portes d'accès au territoire de cet État, ils ne lui permettraient même pas d'entrer..

Quand il utilise des expressions comme ça dans ses vidéos «ici au Vatican… nous au Vatican…», il se vante de connaissances et de relations qu'il n'a absolument pas. Les seules personnes qu'il connaît sont des mineurs anonymes de bas niveau qui sont restés liés au bûcher et qui expriment à travers lui leurs frustrations résultant de l'échec de leur carrière ecclésiastique., lui fournissant des doses de poison à répandre dans le réseaux sociaux. Sinon, aux nombreuses personnes naïves qui suivent son site et prennent pour vrai ce qu'il dit et écrit, il devrait prouver ses relations en tournant une de ses vidéos depuis l'intérieur de l'État de la Cité du Vatican. S'il ne peut pas le faire depuis la cour de San Damaso, ou en vous promenant sous les fresques de la Troisième Loggia de la Secrétairerie d'Etat, Je pourrais en tirer un depuis les jardins du Vatican, ou à l'angle du Palais du Gouvernorat sous la statue de San Michele Arcangelo, ou devant la belle Fontana del Veliero. Au lieu de cela, il continue de se présenter comme un grand expert des questions du Vatican tout en continuant à filmer et à diffuser des vidéos alors qu'il se trouve à proximité de la Via della Conciliazione., ou devant la colonnade du Bernin, ou principalement d'autres lieux externes ou internes, tous rigoureusement situés sur le territoire de la République italienne, sauf pour dire "ici au Vatican... nous au Vatican...".

Si grandir demande des efforts que certains ne supportent pas c'est leur problème, tant qu'ils ne font pas croire aux gens qu'ils sont ce qu'ils ne sont pas, ou d'entrer là où il n'est pas du tout autorisé à mettre les pieds, obligeant d'autres à répondre que ce grand habitué et connaisseur du Saint-Siège qui commence par dire "ici au Vatican... nous au Vatican...", au point de dater leurs vidéos avec les mots « Cité du Vatican », c'est simplement quelqu'un qui ne peut même pas s'approcher des portes d'accès à l'État de la Cité du Vatican. Et si l'intéressé pouvait démontrer le contraire, ça le prouve, répondre avec rigueur au bien-fondé de ce qui lui était contesté au regard de la véracité des faits.

de l'île de Patmos, 8 décembre 2023

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

Le cas de l'évêque de Tyler et du cardinal Raymond Leo Burke, le relativisme sain sur la figure du Souverain Pontife et la sage leçon du cardinal Carlo Caffarra

LE CAS DE L'ÉVÊQUE DE TYLER ET DU CARDINAL RAYMOND LEO BURKE, LE RELATIVISME SAIN SUR LA FIGURE DU SUPRÊME PONTIFE ET LA SAGES LEÇON DU CARDINAL CARLO CAFFARRA

Mieux vaut avoir un Souverain Pontife qui gouverne mal l'Église, cependant, accomplissant le pouvoir apostolique des clés conférées par le Christ Dieu à Pierre et à ses successeurs plutôt qu'à un pieux Pontife qui se fait retirer les clés consignées par le Christ Dieu à Pierre, laisser les autres ouvrir et fermer, lier et dénouer.

- Nouvelles de l'Église -

.

Article au format PDF imprimable

 

 

Certains soutiennent que François n'est pas un bon Souverain Pontife. Que ce soit le cas ou non est entièrement relatif, parce que François est le successeur légitime du bienheureux Apôtre Pierre. S'il a bien rempli sa haute fonction, il recevra de Dieu la récompense méritée., s'il a mal agi, il devra trembler devant l'avertissement du Saint Evangile:

"Pour ceux qui ont beaucoup donné, beaucoup sera demandé; à qui les hommes ont commis beaucoup, Il demandera plus " (Lc 12, 48).

Certains soutiennent «Je n'aime pas Francesco». La sympathie est entièrement relative, un Souverain Pontife ne doit pas susciter une sympathie émotionnelle mais un respect catholique et dévot, parce que c'est grâce à lui, il doit donc être suivi et obéi, qu'il soit gentil ou pas.

Certains soutiennent que François gouverne mal l'Église. Que vous le gouverniez bien ou mal est entièrement relatif, mieux vaut un Souverain Pontife qui gouverne même mal l'Église, il causera des dégâts bien moins graves que quelqu'un qui le laisse gouverner par des groupes de pouvoir féroces ou qui se laisse gouverner., car les dégâts causés par ce dernier seront bien plus importants que ceux causés par un mauvais gouvernement. Mieux vaut donc un Souverain Pontife qui gouverne mal l'Église, cependant, accomplissant le pouvoir apostolique des clés conférées par le Christ Dieu à Pierre et à ses successeurs (cf.. Mont 16, 19), au lieu d'un pieux Pontife à qui on enlève les clés remises par le Christ Dieu à Pierre, laisser les autres ouvrir et fermer, lier et dénouer.

Certains soutiennent «Francis s'exprime de manière ambiguë, répandant la confusion en matière de doctrine et de foi et pour cette raison, cela doit être corrigé". Cette affirmation marque le passage du relatif à l'absurde: le Souverain Pontife est le gardien suprême du dépôt de la foi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, il peut légitimement être critiqué avec respect., cependant, cela ne peut pas être exact. La correction, même le fraternel (cf.. Mont 18, 15-17) implique qu'une seule personne l'exerce, ou tout un collège de personnes dotées d'une autorité doctrinale et morale supérieure. Pas même un concile œcuménique, corps expressif le plus élevé de l'Église, pourrait définir n'importe quoi, sans l'approbation du chef suprême de l'Église. Critique du Souverain Pontife, dans les domaines où la critique est légitime et possible, implique l'exercice de la liberté des enfants de Dieu, tandis que le corriger impliquerait l'exercice d'une autorité supérieure à son, dont personne au monde n'est le gardien.

Certains publicistes et commentateurs ils déchirent leurs vêtements en criant à la persécution pour le renvoi de S.E.. Mons. Joseph Edward Strickland du président du diocèse de Tyler au Texas. Quelques jours plus tard, le déchirement des vêtements s'est poursuivi avec le cardinal Raymond Leo Burke, à qui le Souverain Pontife a décidé de retirer le bénéfice du logement gratuit propriété de l'APSA (Administration du Patrimoine du Siège Apostolique) il est né en plat cardinal, aujourd'hui appelée allocation cardinale. Dans ce cas également, il est nécessaire de comprendre avec un exemple: si je dis qu'inviter une figure douteuse et problématique comme Luca Casarini au Synode des évêques était imprudent, dans ce cas j'exprime un avis critique tout à fait légitime, Je pourrais tout aussi légitimement demander au Saint-Père qu'il serait peut-être opportun de demander compte et raison aux personnes de confiance qui le lui ont présenté., sans lui expliquer de manière prudente, précis et détaillé que ce personnage est un idéologue qui, tant dans le débat que dans la sphère politique, a toujours créé de grandes divisions et de forts contrastes. C'est une chose complètement différente si, comme l'a fait l'évêque de Tyler avant le Synode puis pendant le Synode actuel, J'avais déclaré que cette assemblée de discussion était gravement préjudiciable à la doctrine de la foi, pour l'Église et le Peuple de Dieu, parce que cela n'aurait pas été une opinion critique tout à fait légitime, mais un jugement d'un poids inacceptable, aussi parce qu'il contient une accusation implicite: le Souverain Pontife n'est pas en mesure de superviser la doctrine de la foi et donc de la sauvegarder.

Cardinal Raymond Leo Burke il organise des réunions et des conférences dans le monde entier depuis des années, sapant efficacement, quoique d'une manière pompeuse, le magistère du Souverain Pontife, invitant à une « résistance » nébuleuse et indéterminée, sans expliquer à qui il faut résister, mais en laissant clairement savoir à qui. Même dans ce cas, nous sommes bien au-delà du droit légitime de critique.

À propos, je voudrais mentionner que dans 2020 J'ai publié un livre au titre provocateur La tristesse de l'amour, dédié à la mémoire du cardinal Carlo Caffarra, dont j'étais un disciple, souvent en phase avec lui, d'autres fois, il critique respectueusement certaines de ses positions sur des questions morales. Et lui, qui était un grand homme et surtout un homme de Dieu, aimait discuter avec moi précisément sur les points sur lesquels je pouvais ne pas être d'accord., parce qu'il s'agit d'une spéculation théologique basée sur débat selon les styles et la tradition de la scolastique classique. Malheureusement, certains évêques et prêtres n'ont lu que le titre provocateur de ce livre., sans jamais avoir lu ne serait-ce que deux pages, ils m'ont accusé d'avoir écrit un ouvrage de non-fiction contre cette exhortation apostolique post-synodale. Ce qui est faux et extrêmement peu généreux envers moi, parce que dans ce livre on critiquait le style du langage, aux nombreux sociologismes à mon avis inutiles, sur plusieurs passages ambigus, peu clair et sujet à différentes interprétations. Nous sommes dans la sphère de l’exercice légitime de la pensée critique, ce qui cesserait de l'être si j'avais plutôt formulé des critiques, même indirectement ou de manière subliminale, à ce Synode et à l'exhortation finale publiée par le Souverain Pontife sous le titre de aimer la joie. Une exhortation qui laisse ouvertes des hypothèses de discussion sur des sujets encore à définir, sans la discipline antérieure établie par le Saint-Pontife Jean-Paul II dans son exhortation apostolique post-synodale Consortium familier a été modifié, par exemple en ce qui concerne l'admission aux sacrements des personnes divorcées remariées vivant en situation irrégulière. Donc, des évêques et des prêtres qui affirment la légalité de cette admission, parce qu'ils disent contenu et donné dans aimer la joie, ils déclarent faussement, ils sont dans une grave erreur et égarent les fidèles. Dans aimer la joie en fait, aucune autorisation dans ce sens n'est sanctionnée.

Cardinal Carlo Caffarra a donné une leçon solennelle 2017 à certains de nos concitoyens qui errent aujourd'hui de conférence en conférence pour appeler à la « résistance ». Il a donné cette leçon solennelle par une de ses mémorables déclarations, fait après que certains aient tenté de le présenter comme un antagoniste du Souverain Pontife François:

"Excusez la blague: J'aurais été plus heureux si l'on disait que l'archevêque de Bologne a un amant plutôt que si l'on disait qu'il a un esprit contraire à celui du pape.. Car si un évêque a une pensée contraire à celle du pape, il doit aller, mais juste vous devez aller par le diocèse. Parce que conduire les fidèles sur une route qui n'est pas ce que Jésus-Christ. Il se perdrait donc éternellement et risquerait la perte éternelle des fidèles.. Être considéré contre le Pape est quelque chose qui m'a profondément attristé, parce que c'est calomnieux. Car non seulement le Pape n’en a jamais parlé, mais quand il a parlé il a demandé un débat. Et le débat est vrai si toutes les voix peuvent parler. je suis né papiste, J'ai vécu en papiste et je veux mourir en papiste!».

Je crois au Saint-Père, à ce stade, dans l'ensemble, c'était aussi trop bon, avec l'évêque de Tyler et le cardinal Raymond Leo Burke. Personnellement, je ne l'aurais pas été, parce que pour le type que je suis, à un évêque ou un cardinal qui a remis en question à plusieurs reprises la protection de la doctrine de la foi par le Souverain Pontife, peut-être les aurais-je amenés à dire qu'Innocent III, Boniface VIII et Alexandre VI tous trois réunis étaient bien plus tendres et bien moins sévères que moi.

de l'île de Patmos, 6 décembre 2023

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.