"Si c'est un prêtre". Le cas bizarre et embarrassant de Don Ettore Cannavera et sa croyance a-catholique et a-théologique

- Église Nouvelles -

"SI C'EST UN PRÊTRE". Le cas bizarre et embarrassant de Don Ettore Cannavera et sa croyance a-catholique et a-théologique

« Il n'y a pas de contraste entre être prêtre et le douce mort». Malheureusement, nous pouvons déjà prévoir que personne ne prendra les mesures adéquates contre ce prêtre ingérable. Ni son évêque, ni la Congrégation pour le Clergé, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ne bougera pas non plus un muscle. En effet,, des prêtres comme lui, parfois un système corrompu et par conséquent corrompu est très utile. Ou comme disait San Bonaventura da Bagnoregio: « Rome corrompt les cardinaux qui corrompent les évêques qui corrompent les prêtres qui corrompent le peuple ».

.

auteur
Ivano Liguori, ofm. Capp.

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

.

.

.

Les confrères du presbytère de Cagliari ils savent très bien de qui on parle, en effet, peut-être certains d'entre eux préféreraient-ils oublier même le nom du brave Don Ettore Cannavera qui n'est certainement pas comparable au héros homérique pieux et vertueux homonyme de l'Iliade. En dehors du quartier de Cagliari, le personnage en question n'est pas connu, mais ces derniers jours, il a eu l'attention et l'espace dans les journaux de la gauche radicale et de la gauche radical chic, la le Manifeste une la République.

.

Dernièrement, il s'est fait remarquer pour avoir apposé - ainsi que le maire Giorgio Gori à Bergame [voir QUI] - sa signature prestigieuse en faveur du référendum abrogatif sur l'euthanasie légale [voir QUje], arguant qu'il n'y a pas de contraste entre être prêtre et être en faveur de la mort douce (sic!). Le journal où est rapportée l'interview signée par Patrizio Gonnella est l'affiche et le corps de l'article est assez intéressant pour comprendre la personnalité, la mentalité et la "théologie" de ce prêtre.

.

Peut-être pour quelqu'un Don Ettore Cannavera il pourrait aussi apparaître comme un sarde actuel Don Andrea Gallo, peut-être pour être honnête il n'est que le produit de ce 1968 social vulgaire et malsain qui n'a rien apporté de bon au monde, pour l'Italie et encore moins au sein de l'Église catholique qui paie désormais le prix de ces clercs qui à l'époque confondaient le Bon Pasteur avec Fidel Castro et le chant de’Réjouir avec Bonjour Belle. Et si pour Don Andrea Gallo nous pouvions au moins espérer la bonne influence et l'exemple pastoral du cardinal Giuseppe Siri - qui pouvait être accusé de tout sauf de ne pas avoir aimé le Christ, l'Eglise, le peuple de Dieu et le Magistère - pour Don Ettore Cannavera nous savons de quelle influence il est un disciple, il suffit d'écouter sa fière ouverture au 41e Congrès du Parti radical italien [voir QUI]. De ces idées, Don Ettore Cannavera est avocat et interprète depuis sa jeunesse, quelque chose qui l'a amené à soutenir la loi sur le divorce en tant que nouveau prêtre, puis à partager l'avortement, euthanasie et médicaments gratuits [voir QUI; QUI; QUI], tous les chevaux de bataille que l'on reconnaît sont présents dans la prédication historique laïque des deux fierté italienne Marco Pannella et Emma Bonino.

.

montre des preuves empiriques, cela suffirait pour pouvoir soulever des doutes fondés sur son choix vocationnel et sur les raisons relatives à la consécration presbytérale qui ne vise certainement pas ce type de combats sociaux, ce qu'un prêtre doit d'ailleurs s'abstenir de faire en ces termes. À moins que vous ne pensiez que San Giuseppe Cafasso, San Leonardo Murialdo, Saint Jean Bosco et Saint Jean-Baptiste Piamarta étaient moins prêtres sociaux et moins attentifs que lui à la pauvreté et à l'hospitalité, tout en restant profondément prêtres, fidèles et obéissants à l'Église et remparts d'intégrité au Magistère.

.

Il est clair que l'anthropologie qui guide l'esprit et l'action de Don Ettore Cannavera n'est certainement pas celle théologique liée à l'idée de l'homme qui a son modèle autoritaire en Christ [Cf.. Gv 19,5]. Il n'y a aucun sentiment catholique dans ce mode opératoire complètement dépourvu de cette idée d'un homme nouveau [Cf.. si 4] qui devient fils dans le Fils et frère de Jésus-Christ [Cfr Rm 8,15.23; 9,4; Fille 4,5]. L'idée d'un homme qui se conçoit comme un fils obéissant de l'Église parce qu'il est engendré comme tel par le sang du Christ sur la croix est totalement absente. en bref, dans tout ce modèle anthropologique culturel, il n'y a rien qui se réfère à une vérité révélée même minimale qui permette à l'homme d'être immergé dans cette grâce du Christ qui représente le seul impératif évangélique-moral dans lequel il est possible de trouver la paix pour l'ensemble .de l'homme. Et ils ne seront certainement pas les paradis artificiels anti-droits de l'homme pour représenter un joint anesthésiant pour rendre la fatigue de vivre plus supportable.

.

Pour Don Ettore Cannavera, il est évident, l'humanisme est celui des Lumières, l'homme est le démiurge de la raison seule qui crée le bonheur et le succès par lui-même, indépendamment de Dieu au début de la vie, ainsi que dans son cours naturel, jusqu'au moment de la mort, dans une vision biblique très personnelle et hautement discutable qui ne lésine pas sur l'égoïsme et l'égocentrisme roussiens.

.

C'est pourquoi il est logique de dire que cela pouvait être fait à moins qu'un évêque ne prononce sur lui la formule de la consécration et ne l'oigne du saint chrême, pour faire ces choses, il suffit d'être un politicien pas trop superfin. mais, Qu'est-ce que vous voulez, un prêtre politique garde le sien sex-appeal indispensable qui ne peut échapper aux journaux et aux caméras, quelque chose qui nourrit le narcissisme pathogène de ces sujets plus génuflés aux fêtes qu'aux tabernacles à l'ambroisie douce.

.

Et bien sûr, nous avons des armées de catholiques adultes qui louent ces sujets sacerdotaux comme l'avant-garde de la plus pure Église, humilier et dénigrer les quelques-uns qui restaient encore prêtres pour la sanctification du peuple qui leur était confié, par la prière, les sacrements et la charité en vérité [Cf.. Rituel romain d'ordination sacerdotale].

.

Si cela ne suffisait pas déjà J'ajoute qu'il faudrait peut-être revoir la validité de l'ordination sacerdotale de Don Ettore Cannavera, s'il était vraiment arrivé au sacerdoce mû par certaines convictions qui constituent un mépris décisif pour les piliers de la foi et son système dogmatique. en fait, notre brave, il n'y a aucun problème à affirmer des erreurs pernicieusement graves pour un prêtre: "Il n'y a pas d'enfer. Giovanni Papini le disait déjà dans les années 50. Je ne crois pas à l'enfer " [voir QUI]. Il cite Papini, avec la différence substantielle que l'on connaît d'une authentique conversion de Papini, Don Ettore n'a pas encore atteint une rumeur, mais sûrement quand cela arrive, vous pouvez le lire sur le Manifeste, son la République ou qui sait, peut-être au suivant Rencontre des radicaux italiens.

.

Thème très délicat celui de la validité des ordinations sacerdotales sacrées, sur laquelle ils ont débattu dans 2016, au niveau sacramentel, le théologique et le juridique les deux pères fondateurs de L'île de Patmos, l'académicien pontifical Giovanni Cavalcoli et le théologien dogmatique et historique du dogme Ariel S. Levi Gualdo. Nous renvoyons à leurs articles scientifiques, mais lisible et compréhensible par quiconque veut approfondir le sujet [Cf.. g. Cavalcoli QUI, COMME. Levi Gualdo, QUI, QUI].

.

Il suffirait d'utiliser un minimum de sens de la réalité pour voir qu'ici nous ne sommes malheureusement pas confrontés au cas d'un prêtre pécheur qui s'est égaré, quelque chose qui peut nous arriver à tous parce que nous ne sommes pas à l'abri de l'erreur et du péché, mais c'est un prêtre qui est tombé dans l'aveuglement luciférien qui conduit à échanger le mal contre le bien puis à le défendre assez fièrement pour le normaliser dans l'exercice du péché.

.

Mais tout cela aujourd'hui semble n'avoir aucune importance, car il suffit d'exploiter un bien philanthropique générique pour être en bonne conscience devant le monde sans le moindre besoin de conversion (comme c'était dans le cas de Gino Strada vous voyez QUI, QUI) et se laisser élever et sanctifier, pas par le Saint-Esprit, mais de l'esprit laïc qui jaillit de l'hyperuranium des droits civils intouchables dans lequel la reconnaissance publique en tant que commandant du mérite de la République italienne pour des actes d'héroïsme coule avec abondance, pour l'engagement solidaire, au sauvetage, pour des activités en faveur de l'inclusion sociale, dans la promotion de la culture, de la légalité et pour la lutte contre la violence [voir QUI].

.

Mais soyons sérieux? Quel héroïsme y a-t-il à défendre et à justifier l'attentat à la vie naissante, quel héroïsme dans la culture du jetable, quel héroïsme en se faisant l'arbitre de la vie et de la dignité d'un autre homme, quel héroïsme en permettant le divorce et l'annulation de la famille naturelle? personne, pas d'héroïsme, que de la lâcheté et de la timidité, seulement la marque du singe de Dieu qui promet à l'homme l'égalité divine dans le signe de la désobéissance [Cf.. gn 3,5].

.

Il serait judicieux d'utiliser la méthode du cardinal belge Joseph-Léon Cardijn dans ces cas et du père croate Tomislav Kolakovic, cette méthode qui nous permet de voir, juger et agir de manière évangélique face aux totalitarismes modérés déguisés en évangile des pauvres pour tenter de corriger formellement l'erreur et par la suite de récupérer le coupable (même s'il est prêtre) tombé en disgrâce à cause de l'excuse d'un péché et d'un crime.

.

malheureusement, on peut déjà prévoir, sans qualités particulières de clairvoyance, que personne ne prendra des mesures adéquates contre ce prêtre ingérable qui, dans le passé, a également enseigné à la Faculté pontificale de théologie de Sardaigne. Ni son évêque, ni la Congrégation pour le Clergé, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ne bougera pas non plus un muscle. En effet,, des prêtres comme lui, totalement ingérable, parfois un système corrompu et par conséquent corrompu est très utile. Ou comme disait San Bonaventura da Bagnoregio: « Rome corrompt les cardinaux qui corrompent les évêques qui corrompent les prêtres qui corrompent le peuple ».

.

Permettez-moi une digression cinématographique prendre Jack Nicholson comme exemple dans le film 1992 Code d'honneur. Nicholson joue le rôle d'un colonel cynique qui ne se soucie pas de la vérité et qui n'hésite pas à sacrifier la vie d'un de ses soldats sous l'illusion de respecter l'honneur de cette manière, l'austérité de la vie militaire et la sécurité nationale du pays.

.

Don Ettore Cannavera est comme ça, me rappelle le colonel Jessep de Jack Nicholson. Il est placé là mais pas pour la vérité de l'Evangile mais pour faire avancer les exigences d'un monde séculier qui se leurre pour protéger l'homme avec des droits civiques essentiels mais qui pour cause ne cligne pas des yeux à la mort procurée d'un fœtus dans l'utérus .maternelle, à la mort provoquée d'un malade en phase terminale, à la dissolution de la dignité humaine qui est enveloppée d'une couverture chaude et douce d'empathie dans un monde sans Christ ni Église.

.

Peut-être à la fin de sa vie, Don Ettore Cannavera, il écrira ses propres mémoires qui seront le manuel de formation des prêtres de demain. Peut-être à ses funérailles, comme ce fut le cas pour Don Andrea Gallo, le cardinal de service sera là pour lui rendre hommage et le soutien de l'Eglise pour son œuvre, que bien que inconfortable et hétérodoxe, en fait cela a été permis par un système corrompu et corrupteur qui corrompt les cardinaux qui corrompent les évêques qui corrompent les prêtres qui corrompent le peuple.

.

Laconi, 10 septembre 2021

.

auteur
Rédacteurs en chef de l'île de Patmos.

.

QUAND DANS LA TRAGÉDIE VOUS ESSAYEZ DE SDRAMMATISER: LE TANGO MODERNE DE L'ÉPISCOPAT ITALIEN. LES MOTS DE CETTE CHANSON LÉGÈRE SONT INTÉRESSANTS ET CORRESPONDANTS …

.

.

______________________

AVIS AUX LECTEURS

cher,

Octobre est le mois des dépenses pour nous car nous devons payer la cotisation annuelle serveur dédié pour un montant égal à 2.500 euro, ainsi que divers autres abonnements à des services de rédaction graphique utilisés comme outils de travail indispensables pour ce magazine, le tout pour un montant total de 5.200 euro. Chaque année nous avons toujours réussi à faire face à la dépense avec les offres des lecteurs qui constituent notre seul support. Nous remercions donc tous ceux qui, croire en notre travail apostolique, ils voudront aussi nous offrir une petite contribution.

Dans l'espace ci-dessous, vous pouvez trouver tous nos détails.

Ariel S. Levi Gualdo

 

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces:

isoladipatmos@gmail.com

.

.

.

 

.

.

.

 

À propos de père Ivano

Ivano Liguori Dell'Ordine dei Frati Minori Cappuccini Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

10 réflexions sur ""Si c'est un prêtre". Le cas bizarre et embarrassant de Don Ettore Cannavera et sa croyance a-catholique et a-théologique

  1. Un prêtre – lettre signée

    Cher Père Ivano,

    Je suis prêtre diocésain et j'ai lu cet article avec tant d'amertume.
    Malheureusement, je dois dire que notre diocèse compte également au moins un prêtre qui est dans des conditions similaires: me, devant des laïcs, a dit que de 20 années, il n'est plus sûr d'être chrétien et peut-être même pas croyant, ne croit pas en la divinité du Christ e, évident, même pas dans la Trinité; il ne croit pas à l'au-delà et évidemment même pas à la résurrection…

    Il a conclu en disant qu'il n'avait aucun espoir et qu'il ne voulait aucun.

    Bégaiement (il était mon professeur dogmatique, mais à l'époque il disait autre chose) J'ai dit: « Ecoute, je ne peux que prier pour toi!»
    "S'il vous plaît, ne priez pas pour que cela porte malheur" (sic).

    Bien sûr, il est tenu en haute estime par les dirigeants qui, jusqu'à ce qu'il soit disponible, ils lui ont confié les méditations de nos retraites (Je lui ai dit que tant qu'il les gardait, je n'aurais pas participé).

    On lui a garanti la messe du dimanche où il répand des poisons, erreurs, hérésies…
    J'en ai parlé avec l'évêque, réponse: “« Massii tu sais comment on fait don […], à cette messe on me dit qu'il y a beaucoup de monde….»
    J'ai répondu: "Ce sont les siens…»
    "Ce n'est pas un problème!répond l'évêque.
    «Votre Excellence, J'ai rempli mon devoir de vous faire prendre conscience, maintenant la balle est entre ses mains. La voir ".

    Rien ne s'est passé, ont réussi 4 âge…
    De plus, ses homélies sont sur un site tenu par ses propres, ou peut-être ses fans.
    Cependant, parfois je prie aussi pour lui…
    le seigneur juge sait comment se comporter et je n'ai rien à lui apprendre.

    Meilleurs voeux à vous tous

    Nom retenu

    ____________________________

    N.d.R.

    les prêtres qui interviennent et/ou parlent sur L'île de Patmos ils signent toujours, sous réserve de quelques exceptions. Par exemple comme dans ce cas. En effet, si le prêtre met son nom, cela rendrait identifiable à la fois le diocèse et les personnes utilisées pour décrire des faits et des situations très spécifiques. Parce que dans certains discours et discussions, les faits comptent, le paradigme compte, pas les gens qui sont ses protagonistes

  2. Andrea Del Seta

    Gent.mo et Rev.mo P. Ivano,

    peut-être une question naïve, peut-être idiot, peut-être par naïveté.
    Je vous raconte tout d'abord comment je me suis rencontré (pas en personne) il y a des années Père Ariel. Je l'ai rencontré parce qu'il a écrit un article (à mon humble avis clair et décisif) contester cette carte. Bagnasco a célébré, dans une situation grotesque, celui que vous mentionnez dans votre article, Don Andrea Gallo.
    Un article fort, mais vrai. Un rappel nécessaire, par un prêtre coriace, à un haut prélat puis président de la CEI, qui, comme prévu, s'est retrouvé parmi les drapeaux rouges, comunistoidi irréductible, et même trans qui a fait des éloges funèbres dans l'église à côté de l'autel.
    Le Père Ariel a particulièrement mis l'accent sur les communions sacrilèges, et puis tout le reste.
    Quelques jours plus tard, une déclaration de dissociation signée par son évêque est sortie.
    Mais le père Ariel n'avait dit que la vérité, rien que la vérité!

    Depuis, j'ai toujours lu les articles de ce talentueux théologien et, à l'île de Patmos, et à vous tous, Je dois vous remercier si j'ai pu comprendre et interpréter correctement les Saintes Écritures, le Magistère et la doctrine de l'Église.

    Je suis diplômé en lettres et par la suite diplômé de l'Institut Supérieur des Sciences Religieuses, en trois ans de cours personne ne m'a jamais appris ce que j'ai appris de toi, de la saine doctrine et de la saine théologie.

    donc, explique moi, si vous le pouvez: pour le Père Ariel qui reproche à un cardinal cette pitoyable représentation, un avis de dissociation commence (peut-être parce qu'il a touché un puissant cardinal de l'époque?), à un prêtre qui signe plutôt en faveur du référendum sur l'euthanasie et qui a une idée de l'église et une doctrine qui lui est propre, même pas le moindre communiqué de presse?
    Ou je suis confus, ou je suis naïf.

    Je vous remercie.

    1. Cher Andrea,

      Le Père Ivano, à qui elle s'adresse, répondra à sa question, alors que je, remis en cause, je réponds en ce qui me concerne, ayant cité avec précision et sincérité un fait douloureux remontant à 2013.

      Ce n'est pas moi qui ai fait mauvaise impression, mais l'Evêque que le communiqué l'a signé à l'improviste pour les raisons suivantes:

      1. il n'était plus mon Ordinaire diocésain car il a été déplacé vers un autre siège et déjà titulaire de ce siège épiscopal qui lui a été attribué, donc il n'y en avait pas puissance canonique sur moi;

      2. dans cette déclaration définie comme « ridicule » et « grossière » par les plus hauts échelons du Tribunal suprême de la Signature apostolique à laquelle j'ai immédiatement demandé des éclaircissements, aucune référence n'a été faite à un article violé du Code de droit canonique, n'en avoir violé aucun;

      3. l'évêque qui s'y est installé – c'est-à-dire l'évêque de mon diocèse – il a procédé à la suppression de cette déclaration qui n'a pas été correctement publiée sur le site officiel du diocèse mais sur le “page personnelle” du Vicaire général, qui me considérait sûrement comme le prêtre le plus merveilleux de tout le presbytère. Et il l'a fait enlever, évêque, considérant ce texte clairement nuisible non seulement à ma bonne réputation (pouvez. 220 le Code de Droit Canonique) mais aussi à l'image du diocèse et au souvenir laissé par son prédécesseur qui s'en est fait l'avocat ainsi que divers autres … des collégiens impulsifs et passionnés.

      La déclaration à laquelle vous faites référence a été extraite et exploitée à plusieurs reprises par des personnes qui ne pouvaient pas me démentir sur les mérites de mes déclarations correctes dans la doctrine de la foi, pour cela, ils ont essayé de m'attaquer de côté, mais avec un échec total.

      Au cours de mes années de sacerdoce, je n'ai jamais été rappelé pour quelque raison que ce soit par l'Autorité ecclésiastique et je n'ai jamais été soumis à des condamnations canoniques et à des peines de quelque nature que ce soit.. Donc dans l'état actuel des choses je suis un presbytre irréprochable sur le plan humain, morale et doctrinale, tout jusqu'à preuve du contraire pas facile.

      malheureusement, dans 2018, après 5 années de silence, j'ai été obligé de me défendre contre cette déclaration parce qu'elle a commencé à circuler le réseau social par certaines personnes de mauvaise foi qui s'opposent profondément à moi. Pour me défendre, j'ai été obligé de dire la vérité publiquement, rien que la vérité. S'il veut, il peut le trouver dans la deuxième partie de cet article douloureux et douloureux sur lequel aucun, des années plus tard, n'a même jamais poussé un soupir de dissidence, n'avoir exhibé que la vérité avec regret.

      C'est la voie, celui qui dit le contraire mentirait sans vergogne.

    2. Chère Andréa,

      j'aimerai pouvoir repondre a ta question en entier, pourtant je crains que vous et moi devions nous contenter du vide pneumatique que je vois de plus en plus souvent planer au sein de nombreuses curies diocésaines.

      La logique veut qu'un communiqué d'un évêque diocésain ou de sa curie soit émis en vue d'un besoin très spécifique., besoin ou en tout cas urgence qui a le caractère d'urgence. en fait, pour d'autres types de communications ordinaires, il existe différents canaux et méthodes. Le communiqué est un instrument important et rare et s'il est publié, il doit être pris en considération par les fidèles.

      Mais supposons aussi qu'un diocèse choisisse d'utiliser les communiqués de presse avec une généreuse libéralité pour informer les fidèles sur diverses questions. Maintenant, la question la plus appropriée dans ce cas serait une autre. C'est-à-dire quelles sont les choses considérées comme importantes pour un évêque et sa curie concernant le bien de l'Église, des fidèles et la santé de l'âme du peuple de Dieu?

      Permettez-moi d'expliquer, si un évêque connaît un prêtre hétérodoxe et en excommunication formelle à cause de ses actes, Actions, pensées et écrits publiquement exprimés et défendus, il est normal et logique de penser à une action immédiate pour avertir les fidèles et ainsi éviter le danger de scandale pour la foi. Si l'on pense que certains communiqués diocésains déconcertent la banalité, un cas comme celui décrit dans mon article devrait primer sur tout.

      Mais si cela ne se produit pas, la motivation s'exprime pour deux raisons fondamentales: ou l'évêque ne considère pas une correction nécessaire parce qu'il ne voit pas d'erreur formelle, donc il n'y a aucune raison de corriger; ou il soutient le travail de son prêtre et partage ses idées erronées et est donc complice de lui.

      La troisième possibilité existe mais nous devrions mal penser et commettre le péché. en fait, le plus logique serait que l'évêque n'ait pas envie de défier ces prêtres ingérables qui n'ont aucun scrupule à se moquer de tous ceux qui ne pensent pas comme eux et étant enfants de ce monde sont très malins et capables d'utiliser des outils mondains pour quitter leurs bergers "en pantalon de toile".

      Et nous voyons beaucoup de ces exemples, alors tu préfères tirer le meilleur parti d'une mauvaise situation. Et face à tant de sourires épiscopaux à pleines dents on constate aujourd'hui beaucoup de mauvais jeux qui le resteront encore longtemps.

      cordialité.

  3. Presbytère génois âgé

    Cher jeune frère prêtre de l'Ordre des Capucins,

    toujours et avec attention je te lis.
    Ho 82 ans et quand j'étais 26 (revenons 56 âge, exactement par an 1965), J'ai été prêtre pendant un an, timide à l'époque, même un petit peu’ gênant, mais aussi un peu’ l'âne, J'ai glissé en parlant de la SS. Trinity et a involontairement exprimé le concept millénariste pour lequel Gioacchino da Fiore a été condamné.
    Je n'étais même pas pasteur adjoint, j'étais aumônier.
    Le curé rapporta à l'archevêque, que sans aucune publicité, et sans que tout soit connu autour, même pas dans le presbytère lui-même, il m'a donné cette douleur médicinale: pendant trois mois il m'a été interdit de prêcher, et le dimanche, masse, Je ne pouvais le célébrer qu'en privé, et pendant six mois j'ai été suspendu du ministère de confesseur, étant donné qu'à cet âge j'avais le droit (d'autres fois!) seulement pour avouer des enfants de sexe masculin pas plus âgés que 14 âge.
    Mon archevêque était carte. Giuseppe Siri, que j'ai vénéré dans la vie et qu'aujourd'hui je vénère dans la mort.
    Il avait raison, faire ce qu'il a fait, et aujourd'hui, une 82 années joué, Je lui suis toujours reconnaissant et reconnaissant.

    Ma phrase est finie, il m'a envoyé à Rome, all'Angelicum, il m'a fait faire mes études de spécialisation en théologie dogmatique, qui a bien réussi, puis il voulait aussi que je fasse mon doctorat.
    Pendant des années, j'ai été enseignant dans les écoles publiques et aussi au séminaire.

    Cela parle de moi et de mon évêque. plutôt, en ce qui concerne les autres prêtres et évêques actuels, Tu as tout dit, il n'y a rien d'autre à ajouter.
    Je te bénis et tu me bénis.

    Un vieux prêtre génois

    (Nom retenu)

  4. Père Michèle M. o.p.

    Le coq est mort
    Il ne dira plus co co di
    Qu'est-ce qui va donner
    (*)

    et à la place de petits coqs grandissent et se multiplient à gauche et à droite (surtout à gauche) sans que personne ne vérifie plus le poulailler

    __________

    (*) N.d.R. – Célèbre chanson enfantine française: "Le coq est mort et ne dira plus de se blottir et de bosser"

  5. Don Stefano Ferrini

    Caro, père lucide et courageux Ivano, tout d'abord merci!
    Le problème, ce ne sont pas ces sujets qui parlent, mais nos évêques qui se taisent, seulement pour ensuite casser le c….. (comme dirait le père Ariel sans points) à nous qui donnons la vie, ou qu'au moins on essaie de lui donner, être au moins de bons prêtres.
    Souvenons-nous dans la prière.

  6. TED13

    Je félicite le Père Ivano pour cet article, que j'ai rencontré il y a des années à l'hôpital Brotzu de Cagliari où mon père est décédé en cancérologie. Lui et le père Giancarlo ont été merveilleux avec lui et avec nous, les membres de la famille.

    Andrea Efisio Ledda
    (Cagliari)

  7. Gionata Grisolia – FB

    Et tu n'as encore rien vu…chercher “Don Paolo Zambaldi” (don dans de nombreuses citations), il a même un blog où il diffuse son … “verbe” très personnel

  8. Gionata Fiorino – FB

    Quand je lis ces choses, vient à l'esprit (même si le contexte est peut-être différent), la fameuse phrase “…Le nom de Dieu est blasphémé à cause de toi parmi les païens” (Rm, 2, 24).
    L'hypocrisie des chrétiens est un désastre tant pour l'Église, à la fois pour ceux qui en sont sortis.

Les commentaires sont fermés.