Les vaccins anti-covid19. Cette charité morale et chrétienne inconnue de ces turbulents “antivax catholiques” crier sur les réseaux sociaux comme des poissonniers au marché local

- Nouvelles de l'Église -

VACCINS ANTI-COVID19. CETTE MORALE ET CETTE CHARITÉ CHRÉTIENNE INCONNUES AUX TURBULENTS « CATHOLIQUES ANTIVAX » QUI CRIENT À PROPOS DE LA DES MÉDIAS SOCIAUX COMME PÊCHEUR AU MARCHÉ LOCAL

.

Le catholique a le devoir moral de se faire vacciner par un profond sentiment de responsabilité envers l'humanité, car l'homme est son prochain qu'il doit non seulement respecter et protéger, mais qu'il doit aimer comme lui-même. Qu'il est difficile de faire comprendre à des sujets aveugles et obtus qu'ils fondaient leur idéologie anti-scientifique d'abord et avant tout sur le mépris flagrant de l'autre, qu'il s'agisse de l'individu ou de l'ensemble de la communauté scientifique mondiale. Et des attitudes similaires, pour un catholique, ils sont vraiment et profondément pécheurs.

.

.

.

Format d'impression PDF

.

.

.

.

soins intensifs

A ce sujet délicat pères dè L'île de Patmos ils ont dédié l'essai: L'Église et le coronavirus. Le sous-titre du livre est emblématique: "Entre supercazzole et épreuves de foi. L'apostolat des Pères de L'île de Patmos en temps de pandémie", né de la réflexion d'ouverture dans laquelle le théologien dominicain Gabriele Giordano M. Scardocci explique la signification de super cazzola, terme pris par le lexique philosophique pour indiquer des tournures de mots dépourvues de sens. Les réflexions de tous les trois suivent, y compris les très précieux du théologien capucin Ivano Liguori qui a passé des années de sa vie sacerdotale à servir dans le grand hôpital de Cagliari, au contact quotidien de la vie humaine, maladie et mort.

.

Si auparavant il convenait de se souvenir de notre travail de non-fiction, que nous vous recommandons sincèrement de lire, maintenant il faut articuler une prémisse, avant d'ouvrir la réflexion réelle.

.

Le mouvement du soi-disant antivax il a ses propres adhérents très virulents même au sein de notre monde catholique, bien qu'ils soient catholiques à leur manière. En fait, ils vont des catastrophistes millénaristes à ceux convaincus de l'immoralité diabolique des vaccins dans lesquels les fœtus de bébés avortés ont été mélangés. (!?). Ceux qui identifient le vaccin contre le col suivent marque de la bête qui apparaît dans le récit symbolique et parfois hermétique de l'Apocalypse du Bienheureux Apôtre Jean et d'autres qui parlent de la lutte finale imminente qui verra le triomphe définitif du Cœur Immaculé de Marie.

.

Si à ces différents novax extrémistes du catholicisme fais le toi-même expliquent que le Saint-Siège n'a pas tardé à clarifier la moralité des vaccins en répondant d'abord au canular des fœtus de bébés avortés lissés à l'intérieur de ceux-ci [voir document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi], la riposte du catto-idiot intégriste anti-TVA ne se fera pas attendre: "Le Saint-Siège a maintenant perdu les valeurs authentiques de l'Evangile et s'est soumis aux puissances mondiales fortes". Suivent ensuite les contumelia sur le Pontife régnant par de nombreux membres de ces groupes pseudo-catholiques qui résolvent le problème à sa racine en remettant directement en cause la validité de son élection au trône sacré.. Maquillage, également dans ce cas, à tous les canulars qui circulent depuis des années sur la fantastique invalidité de l'acte de démission du Souverain Pontife Benoît XVI.

.

Antivaxes qui se croient catholiques ils sont parmi tous les pires, parce qu'ils soutiennent leurs théories bizarres avec le surnaturel, tandis que les antivaxes séculaires s'appuient sur leurs troubles psychotiques évidents, ou sur des conspirations fantaisistes, sans déranger Dieu le Père, la Parole de Dieu incarnée, la Bienheureuse Vierge Marie et l'Apocalypse du Bienheureux Apôtre Jean.

.

L'expérience acquise en ces temps de pandémie enseigné, pour moi et mes collègues éditeurs, que parler à l'antivax est inutile, parce qu'il est fermé au raisonnement et au sens critique. Toutes les raisons scientifiques les plus logiques peuvent être avancées, qu'il refusera toujours et en tout cas, soutenant des théories absurdes allant des complots planétaires à l'inexistence de Covid-19, ironiquement appelé “pandémence”, sans aucun respect pour les vivants qui ont été sauvés et pour la mémoire de tous ceux qui sont morts et de leurs familles qui souffrent encore de la perte de leurs proches.

.

Cependant, l'anti-vaccin a une réponse absurde qui est toujours prête: ne nie pas qu'il y a eu plusieurs millions de morts dans le monde, nie être mort du Covid-19, car selon lui nous n'avons aucune preuve. Inutile de lui rappeler 793 mort en un seul jour le 21 mars 2021 et la triste file de camions militaires transportant les corps hors de Bergame où il n'y avait plus de lieux d'inhumation et de crémation, parce que l'anti-vaccin a une réponse toute faite pour cela aussi: "Il n'a pas été prouvé qu'ils sont morts du Covid-19 car les autopsies n'ont pas été pratiquées". Face à une réponse similaire basée sur des croyances granitiques, illogiques et anti-scientifiques, on peut peut-être expliquer qu'il n'est pas possible de procéder à des autopsies sur les corps d'un nombre similaire de personnes décédées dans un moment d'urgence sans précédent comme celui que nous avons connu en 2020, avec les hôpitaux qui explosent et le personnel soignant à bout de force? Ou que peut-être, plutôt que de sauver la vie des vivants, des autopsies devaient être pratiquées sur les morts? Ou peut-être que la mémoire des médecins de plus de 80 ans qui ont repris le service a été perdue parce que, à commencer par les médecins, le personnel soignant avait été assommé par le virus qui avait surtout touché les médecins et para-médecins? Expliquer tout cela est malheureusement inutile, précisément parce que l'antivax a une réponse de déni irrationnelle prête à tout, tandis que l'antivax pseudo-catholique encore plus et encore pire. Celui d'une part, les autres par contre, ils se connectent à leurs sites et blogs complotistes de confiance et boivent tout et n'importe quoi comme des oies à qui on a donné des grains de sel comme nourriture.

.

A ces sujets impossibles à rayer dans leurs opinions radicales, J'ai essayé de raconter certaines expériences tristes que j'ai eues en tant que prêtre? Oui, Je l'ai fait, racontant, par exemple, qu'il est entré dans une unité de soins intensifs avec toutes les précautions les plus élevées parce qu'il était un ami médecin, 52 ans d'âge, était à haut risque de mortalité. Et comme un désir, sachant qu'il est proche de la mort, il m'a demandé. Ses collègues ont fait une exception, pour ce petit bonhomme, à la fois le lieu et surtout le nom de l'hôpital. Je ne suis pas vraiment entré, mais couvert de salopettes, avec masque, gants et visière, Je l'ai vu à un demi-mètre au-delà de la vitre. De l'intérieur, les infirmières ont poussé le lit gigogne jusqu'à la vitre et l'une des deux a activé le haut-parleur de son téléphone portable de l'intérieur, j'ai fait pareil avec le mien. J'ai souri à mon ami et lui ai dit: «Vous voulez demander au Dieu tout-puissant et miséricordieux dans votre cœur pour vos péchés?». Il a chuchoté deux fois: «… et et …". Levant la main devant le verre j'ai récité: «Ego, Faculté que le Siège apostolique, Et j'accorde la rémission du péché. Au nom du Père, et fils, et du Saint-Esprit» (Pour les facultés qui m'ont été conférées par le Siège Apostolique, je vous accorde la rémission de tous vos péchés …). Alors que j'ai commencé à réciter: «Par les mystères les plus sacrés de la réparation humaine, Que Dieu Tout Puissant vous pardonne tous les châtiments de la vie présente et future, ouvre les portes du paradis et amène-nous aux joies éternelles». Il a commencé à rouler des yeux et à devenir cyanosé. Les infirmières ont repoussé le lit dans sa position et je n'ai vu que le dos des deux et trois autres membres du personnel médical qui ont accouru.. Quand après quelques minutes ils se sont séparés de lui, l'un d'eux s'est tourné vers moi en secouant la tête. À ce moment-là, j'ai vu mon ami allongé sur le lit, les yeux bouleversés et la bouche grande ouverte.. C'était mort, de l'autre côté du verre, étouffé.

.

J'ai raconté cet épisode à un antivax qui prospère sur les conspirations et qui plaisante sur “pandémence” du Covid-19? Bien sûr, Je l'ai fait, mais avec ces résultats: on m'a répondu en déclarant avec une grande certitude et certitude que c'était la preuve prouvée que des gens avaient été tués avec les intubations, parce que s'ils ne leur avaient pas donné de ventilation artificielle, ils ne seraient pas morts. Un autre a répondu qu'il s'agissait de décès délibérément provoqués pour créer une grande instabilité socio-politique et nous mettre tous sous contrôle avec une vaccination sur tapis.. J'évite d'aller plus loin avec les réponses absurdes qui m'ont été données, surtout, dépourvu de respect humain pour les vivants et les morts. Quelle formation scientifique ces personnes avaient-elles? D'où ils ont tiré leurs certitudes de granit? Simple, ils sautent de blog en blog, entre conspirations et théories anti-scientifiques, sans que personne ne puisse les rayer, c'est là qu'ils obtiennent leurs titres. Leur ai-je déjà conseillé de voir le Site officiel du Ministère de la Santé ou celui de Agence du médicament? Bien sûr, je fais, mais pour l'antivax les seules vérités résident dans les déclarations dangereuses de ce scélérat de Stefano Montanari et de cette honte de l'italien de Antonio Papalardo, qui a quitté son poste de général à la retraite des carabiniers traduit en justice pour outrage au chef de l'Etat. C'est la triste morale de l'histoire: il est inutile de parler à certaines personnes, les inviter à raisonner ou à écouter les avis des experts qui, loin d'être infaillible, ils en savent certainement plus que les antivax sans aucune formation scientifique, car de toute façon ils continueront à se nourrir de buffles sur réseaux sociaux. Leur parler est donc une perte de temps qui implique deux efforts différents: on fait d'abord l'effort nécessaire pour se mettre en colère, alors l'effort nécessaire est fait pour se calmer.

.

La relation névrotique est intéressante de ces personnes lorsqu'elles effectuent des recherches sur Internet, où ils trouvent uniquement et exclusivement ce qu'ils veulent trouver à l'appui de leurs opinions, tout le reste n'existe pas. Ils critiquent impitoyablement les virologues - cela va sans dire sans avoir les outils scientifiques pour le faire -, les accusant d'être les serviteurs des puissances occultes ou à la solde des plus forts et inutile de dire des multinationales pharmaceutiques, mais aucun de ces antivaxes n'a jamais lu leurs articles scientifiques, les statistiques ont rapporté ou écouté leurs conférences. Antivax a créé un monde fermé à partir duquel il soutient et diffuse sans vergogne l'anti-science, critiquer la science avec des méthodes anti-scientifiques grossières, le tout après avoir refusé de lire, écouter et évaluer les raisons que la science apporte, parce que son monde oscille précisément entre Stefano Montanari et Antonio Pappalardo, les deux sujets vénéneux dont j'ai parlé plus tôt.

.

Essayez de raisonner avec un antivax c'est comme vouloir parler de respect des différentes cultures religieuses avec un fondamentaliste islamiste d'Isis. Au début, on pensait que les antivax devaient être traités avec empathie, c'est-à-dire bien taquinés et tout aussi bien ridiculisés pour essayer de les amener à prendre acte à quel point leurs croyances étaient bizarres et en dehors de tout critère scientifique. C'était une erreur pourtant, il aurait suffi de demander conseil à quelque psychiatre expert pour constater que le fanatique possédé par le fanatisme politique, ou pire encore religieux ou pseudo-religieux, en plus de ne pas posséder une veine ironique et humoristique, il est complètement dépourvu d'auto-ironie. Il n'a pour seul point de référence que les convictions qu'il s'est forgées et dont il n'entend pas discuter, sauf à devenir violent et agressif.

.

je me prends en exemple rappelant que de formation je suis théologien dogmatique et spécialiste de l'histoire du dogme. Il est évident que pour moi les dogmes sont les piliers fondateurs de notre foi. Mais je n'ai jamais eu de problème à traiter avec des gens et des érudits qui considèrent les dogmes comme de pures et simples inventions humaines., construit puis défini par des gens intelligents, ou des assemblées entières de personnes intelligentes - à commencer par le premier grand Concile de Nicée de l'année 325 - afin de maintenir le système debout la foi catholique que certains savants non croyants, un athée, ils le considèrent élaboré à table. Si bien que le christianisme eut le succès qu'il connut à partir du IVe siècle grâce à l'empereur Constantin, qui à sa manière en fut en grande partie le créateur, pas seulement l'avocat d'intérêts purement politiques. Face à cela et plus, car je suis théologien et beaucoup de mes confrères prêtres théologiens, nous n'avons jamais eu de problème pour avoir ces échanges? Au contraire, l'estime réciproque et aussi de belles amitiés humaines entre personnes très différentes naissaient presque toujours, même si certains croient et d'autres nient votre croyance. Tout s'est passé et a continué de se passer pour le simple fait que des deux côtés il n'y a jamais eu de fermeture, attitude fondamentaliste obtuse et étroite. Antivax, en revanche, est le paradigme de la personne fermée, obtuse et bornée qui structure son ressenti subjectif sur des formes d'intégralisme psychologique dangereux.

.

Pourquoi nous Pères de L'île de Patmos on s'est tout de suite fait vacciner notre tour vient d'arriver? Deux raisons principales: le premier, parce que la science a indiqué le vaccin comme le seul remède possible pour endiguer ou autrement limiter les effets du virus. Et aucun d'entre nous n'a les connaissances et les compétences scientifiques pour pouvoir dire que la science a tort, donc on a suivi, comme tout le monde devrait le faire, le conseil des spécialistes et des hommes de science. Le deuxième, car en tant que pasteurs aux soins des âmes et en tant que théologiens nous avons et vivons intérieurement et extérieurement, dans le fond et la forme, un profond sentiment de responsabilité envers l'humanité. Demande: la science et les hommes de science, ils peuvent faire des erreurs? Bien sûr, c'est arrivé plusieurs fois et ça arrivera aussi dans le futur, Mais, si nous voulons vraiment accorder le bénéfice de l'erreur humaine, mieux vaut l'accorder à la science et aux hommes de science qui cherchent à sauver des vies humaines, plutôt que d'accorder certains avantages à des ignorants arrogants dépourvus des bases de certaines sciences médicales. Et ça s'appelle la logique, ça s'appelle du bon sens, celle presque absente dans les antivaxes idéologiques et malheureusement aussi dans une tranche de plus en plus conséquente de la population.

.

Si tu ne peux pas raisonner avec les antivaxes, alors comment pouvez-vous interagir avec eux, scientifiquement établi que le seul système pour réduire les dégâts du Covid-19 est la vaccination de toute la population, quoi qu'ils disent? Le problème est juridique en ce qui concerne l'État laïc, morale en ce qui concerne notre foi catholique.

.

Commençons par l'état laïc: nous avons vu des groupes d'antivax exaltés crier «liberté, liberté!» Dans la rue pour réclamer leur « droit » à dire non au vaccin. La première question à se poser est la suivante: pour ces personnes, qu'est-ce que la liberté? Continuons avec les exemples: par hasard nous voulons inculper un couple qui décide d'avoir des rapports sexuels sur une plage bondée ou sur le banc d'un lieu public pour actes obscènes dans un lieu public? Ils le font parce qu'ils s'aiment et pour cette raison ils décident librement de faire l'amour, c'est leur droit de s'aimer et de faire l'amour, ou non? Comment peut-il exister dans le 2021 un système tellement rétrograde et puritain qu'il ose appeler “actes obscènes” la liberté qu'ont deux personnes de s'aimer? Alors c'est facile à dire: l'article 527 Code pénal il ne faut pas simplement dépénaliser, mais vient d'être aboli comme figure du crime. Comme vous pouvez le voir, la liberté est un concept dans lequel tout peut être enfermé, du droit d'un couple de copuler dans un lieu public au droit absolu et indiscutable de la femme d'avorter un enfant, à suivre du droit tout aussi absolu et indiscutable de pratiquer l'euthanasie. Tous ceux qui au fil du temps, dans divers pays du monde, ils voulaient transformer la vie humaine, la sienne mais surtout celle des autres, dans un bien disponible, ils l'ont toujours fait en criant deux mots: "Droits" et "libertés". De toute évidence, dans notre discours, ni l'avortement ni l'euthanasie ne sont en cause, mais la santé comprise comme un intérêt collectif. L'article 32 de la Constitution de la République italienne est très claire:

.

"La République protège la santé en tant que droit fondamental de l'individu et en tant qu'intérêt collectif, et garantit la gratuité des soins aux indigents".

.

En situation de pandémie, les gens peuvent nuire à la protection de la santé de la communauté parce que pour leurs raisons purement irrationnelles, vaccination de rejet anti-scientifique et idéologique? Le même article 32 cependant, il continue de préciser:

.

« Nul ne peut être obligé à un traitement médical spécifique si ce n'est par la loi. En aucun cas la loi ne peut violer les limites imposées par le respect de la personne humaine".

.

Notre Constitution est claire sans malentendu en indiquant que la santé est un bien collectif, mais qu'en même temps personne ne peut être contraint à un traitement de santé spécifique, sauf en conformité avec la loi. Ce sont à la fois deux points fixes et rigides. Et c'est justement le problème: il doit être établi clairement et précisément que ceux qui refusent la vaccination pour leurs propres raisons purement irrationnelles, anti-scientifique et idéologique, ou même pour des formes d'ignorance enracinées et invincibles, ils peuvent en fait causer de graves dommages à toute la communauté. Cependant, tout doit être prouvé de manière très rigoureuse dans la relation de cause à effet, suffisant pour pouvoir invoquer l'obligation du fait qu'aucun pays libéral, démocratique et véritablement civil n'a jamais admis que l'idée subjective mal comprise de "liberté" puisse causer de graves dommages à l'ensemble de la communauté. Personnellement - mais ma pensée, bien sûr, c'est un avis qui laisse le temps qu'il trouve -, Je pense que dans la situation actuelle, tous les éléments juridiques pourraient être utilisés pour imposer la vaccination obligatoire. Comme je le répète, cependant, tout doit être clarifié en matière de droit de la manière la plus rigoureuse possible, évitant ainsi de donner la vie, sinon, à un précédent dangereux en vertu duquel la permanence d'un patient en phase terminale ou la naissance d'un enfant atteint du syndrome de Down peut être déclarée malsaine demain.

.

En prenant celle du bien comme exemple propriétaires, on pourrait dire que l'Etat est un peu comme un parent qui, ayant le devoir de protéger une famille très nombreuse, ne peut en aucun cas laisser les uns causer un tort grave à tous les autres. Certes, l'État ne peut pas agir comme ce père faible et veule qui, le sourire peiné, essaie par tous les moyens de persuader un fils déraisonnable et rebelle de ne pas faire de mal aux autres., surtout quand cela ne considère pas cela comme un dommage mais plutôt comme l'exercice de son droit libre. On peut donc l'avertir, deux fois, mais au troisième il exercera son Puissance de manière coercitive et le forcera à faire ce qu'il doit faire pour ne pas nuire à autrui.

.

Dans un état comme le nôtre, composé majoritairement d'hommes politiques avides de voix comme des boulimiques voraces, prêt à oublier l'Antonio Gramsci, le Palmiro Togliatti et l'Enrico Berlinguer qui ont caractérisé leur glorieux passé de gauche italienne, s'incliner devant un pauvre analphabète comme ce certain Influencer Lombard qui déplace douze millions suiveurs. Avec, d'un autre côté, une droite dite populiste qui mesure la température menstruelle dans l'utérus du carré pour essayer de comprendre comment lui plaire et ainsi augmenter le consensus électoral à l'avenir, quelqu'un voit un état à l'horizon qui peut agir avec la sagesse du bien propriétaires?

.

Je suis vraiment émerveillé par notre Président de la République et de tous les hommes politiques qui invitent les franges de novax au sens des responsabilités, car ce serait comme demander à un aveugle de lire les panneaux de signalisation ou à un sourd d'apprécier la voix de la soprano Maria Callas. C'est pourquoi je ne comprends pas pourquoi la plus haute fonction de l'État et les politiciens de bon sens perdent inutilement du temps à travers ces exhortations qui, comme ils disent, elles peuvent avoir pour seul effet de rendre ces franges encore plus irrationnelles. À mon humble avis, une action législative décisive est nécessaire. Il ne suffit pas de dire que sans laissez-passer vert il ne sera pas possible d'entrer dans les lieux publics, donc soumis à toute une série de limitations. Il en faut plus: il est nécessaire d'établir par un décret-loi précis et décisif que les personnes opposées à la vaccination pour des raisons idéologiques-irrationnelles, s'ils contractent le virus sous une forme sévère, ils devront payer tous les frais de santé du premier au dernier, même parce que, une personne malade admise en réanimation, cela coûte à la communauté nationale des contribuables publics 2.000 euros par jour d'hospitalisation. Une telle décision serait également utile pour éviter d'autres injustices sociales possibles et pas du tout improbables, par exemple qu'une personne à qui il n'est pas possible d'administrer le vaccin en raison de ses pathologies graves et complexes, est infecté par l'antivax qui est alors hospitalisé en réanimation aux frais de la communauté, tandis que pour le patient qui n'a pas pu recevoir le vaccin il n'y aura pas de place pour l'hospitalisation. L'antivax sortira des soins intensifs et continuera de parler de conspirations des puissances fortes, si quoi que ce soit, il dénoncera également les médecins qui, sous prétexte de “pandémence” causé des dommages à ses organes internes, tandis que le patient qui n'a pas pu recevoir le vaccin mourra, parce que l'antivax a volé sa place en réanimation.

.

Il faut demander et exiger la cohérence de ces idéologues irrationnels, s'ils contractent le virus de “pandémence”, il devrait y avoir deux solutions: ou ils se soignent avec leur médecine alternative très exaltée, avec la naturopathie, l'homéopathie et moi cocktail d'acides aminés et de vitamines, ou bien ils paient les conséquences de leur cri de « liberté, liberté!»Paiement de tous les frais d'hospitalisation. Demande: tu peux, moralement, refuser le traitement et l'admission aux soins intensifs à une personne qui ne peut pas le payer? Je pense que oui, en effet, je crois qu'il serait non seulement possible mais aussi opportun et décisif, À cet égard, il suffirait de rappeler comment la saison des enlèvements en Calabre et en Sardaigne a pris fin. Blocage des avoirs des familles des personnes saisies et impossibilité de payer les rançons. Malheureusement, certains kidnappés ne sont jamais rentrés chez eux ou même leurs cadavres ont été retrouvés, cependant, la saison des enlèvements s'est définitivement terminée. Toujours, Malheureusement, non seulement c'est légal, mais il est même souhaitable et opportun de sacrifier une vie humaine dans certaines situations particulières pour en sauver mille autres du risque de mort. J'ai compris ce principe apparemment inhumain et cruel au milieu des années 90 à travers l'histoire d'une femme juive âgée, mère de quatre enfants, que du grenier où elle se cachait avec les trois autres enfants, elle a vu son fils aîné adolescent dans la rue, libéré pour ravitaillement - parce qu'être adolescent suscitait moins de suspicion - capturé par les S.S. en hiver de 1943. Ce qu'il aurait dû faire? Courir dans la rue en criant “rends-moi mon fils!”, capturant ainsi également les trois autres, soit elle finit par être capturée elle aussi et laisse les trois autres enfants seuls, déjà orphelins de père? Des esprits qui vivent de passions et expriment des jugements dictés par des émotions pures, quelle solution logique, rationnel et réaliste donnerait devant un tel cas?

.

Nous concluons maintenant avec le pire: les novax qui se croient catholiques et qui revendiquent le droit d'être catholiques à leur manière, comme c'est d'ailleurs le cas dans toutes les formes d'expression des intégristes. Tout d'abord, qu'est-ce que cela signifie:

.

« Précieuse aux yeux du Seigneur est la mort de ses fidèles »? [Doit 115, 15].

.

Cela peut signifier beaucoup de choses, partir du fait que personne, par l'égoïsme et les croyances idéologiques erronées, il peut mettre la vie des fidèles en danger, si précieux aux yeux du Seigneur. C'est toujours:

.

"Donne-moi l'intelligence et j'observerai ta Loi; Je vais le pratiquer de tout mon coeur. Guide-moi sur le chemin de tes commandements, puisqu'en elle je trouve ma joie" [Doit 119, 34-35].

.

Comment ces mots s'emboîtent avec qui, comme le pseudo-catholique fondmentaliste antivax, au lieu de cela, il refuse que l'intelligence élève à la loi la folie illogique qu'il a décidé d'abriter en lui? Même le dernier des fondamentalistes pseudo-catholiques convertis à la religion païenne moderne de l'anti-vaccinisme - sauf pour se sentir un catholique intégral dur et pur - est capable de réciter comme un baratin la phrase imprimée dans le Livre du Lévitique et ensuite également rapportée par la bouche du Christ Dieu dans les saints Evangiles:

.

«Vous ne détesterez pas votre frère dans votre cœur; gronder votre voisin aussi, mais ne te charge pas de péché à cause de lui. Tu ne te vengeras pas et tu n'en voudras pas aux enfants de ton peuple, mais tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur" [lv 19, 17-18].

.

Le catholique fanatique converti à la religion païenne de l'anti-vaccination, les paroles des Saintes Écritures et des Psaumes n'est pas vraiment capable de les recevoir. S'il les lit ensuite, malheureusement il ne peut pas les comprendre. Le frère est sans aucun doute notre prochain en chair et en os, mais c'est aussi un grand contenant dans lequel sont enfermées toutes sortes de fraternité: frère est le personnel médical et paramédical qui a effectué son travail dans un grand moment de crise sanitaire. Frère sont les virologues qui au lieu d'aller à la télévision - quoi qu'on en dise, car je les ai rencontrés dans les studios Mediaset et je leur ai parlé plusieurs fois -, ils auraient préféré rester dans leurs hôpitaux et laboratoires de recherche. À peine cependant, l'Association nationale des coiffeurs ou celle des esthéticiennes pourraient fournir des informations en cas d'urgence pandémique, l'Ordre National des Avocats, celle des Ingénieurs ou celle des Architectes. Et si quoi que ce soit,, aller chercher des informations, eux qui étaient les seuls à l'époque qualifiés pour le faire, ils ont sacrifié le peu de temps qu'il leur restait pour passer une heure ou deux avec leurs femmes et leurs enfants.

.

Dans les écrits, dans les messages, dans les déclarations des antivax catholiques il y a un mépris sarcastique intolérable qui dénote un manque presque total de charité chrétienne, il suffit de lire certains blogs ou magazines en ligne pour comprendre et toucher leur plus bas niveau humain. Des mots empreints de rancoeur, plein de menaces et de jugements moraux qui ne sont chrétiennement ni au ciel ni sur la terre.

.

"Aime ton prochain comme toi-même" c'est avant tout le protéger et le sauvegarder, parce qu'il n'y a pas de raison subjective, basé sur les émotions basé sur l'anti-science, au nom de laquelle on peut causer un tort grave à ses semblables, à commencer par le refus de vaccination.

.

En tant que citoyen de la République italienne, prêtre et théologien j'affirme que de refuser la vaccination en ce moment, après que la meilleure connaissance de la science mondiale moderne l'ait indiqué comme le seul remède à éviter, ou du moins pour réduire fortement les dégâts causés par le Covid-19, c'est moralement inacceptable, c'est-à-dire pécheur, comme un péché contre la charité. Et c'est parce que tout le récit de l'Ancien et du Nouveau Testament me dit exactement le contraire de ce qu'écrivent certains misérables, se qualifiant de "vrais catholiques" et de "vraie pensée catholique".

.

Dieu merci, je ne suis pas membre de la Conférence épiscopale italienne, si je l'étais, je n'hésiterais pas à proposer à tous les autres frères évêques l'adoption d'une décision drastique: sans pour autant passe-vert tu n'entres pas dans l'église. L'amour du prochain et notre refus décisif et total de toute forme d'idolâtrie nous l'imposent, y compris la religion païenne antivax moderne basée sur le culte d'une médecine alternative non spécifiée, de la naturopathie et de l'homéopathie. Sujets que vous pouvez mettre sous les yeux de personnes qui meurent d'étouffement par manque de respiration, mais que sans respect pour les morts et les vivants ils vous diront que ce n'est pas vrai, qui est tout un “pandémence”. C'est vrai, c'est un “pandémence”, pour être exact le “pandémence” idéologique-irrationnel et anti-scientifique de l'antivax, ignorant que les déments souffrent de “pandémence” ils existent, sont-ils!

.

Le catholique a le devoir moral de se faire vacciner par un profond sentiment de responsabilité envers l'humanité, car l'homme est son prochain qu'il doit non seulement respecter et protéger, mais qu'il doit aimer comme lui-même. Qu'il est difficile de faire comprendre à des sujets aveugles et obtus qu'ils fondaient leur idéologie anti-scientifique d'abord et avant tout sur le mépris flagrant de l'autre, qu'il s'agisse de l'individu ou de l'ensemble de la communauté scientifique mondiale. Et des attitudes similaires, pour un catholique, ils sont vraiment et profondément pécheurs.

.

de l'île de Patmos, 29 juillet 2021

.

Dans la note finale, je précise: à l'ère de l'analphabétisme numérique, un grand nombre de personnes, en plus de ne pas avoir la capacité de comprendre ce qu'ils lisent, ils ont du mal à comprendre le sens des mots dont ils ignorent la racine et l'étymologie. Et après avoir lu le titre et le sous-titre d'une écriture articulée comme celle-ci proposée à l'attention de nos lecteurs, l'analphabète numérique, ne lire que le titre et éventuellement le sous-titre, commence à devenir fou réseaux sociaux offensant et attribuant à l'Auteur ce qu'il n'aurait jamais cru, dit et écrit. Je pense avoir suffisamment expliqué que certains sujets sont irrécupérables parce qu'ils sont fermés aux mécanismes même élémentaires du raisonnement. Par souci de clarté je précise que je n'ai jamais soutenu l'obligation de vacciner, mais seulement soutenu et clarifié, d'un point de vue juridique et d'un point de vue moral, le devoir de vacciner. Et pour tous ceux qui connaissent la langue italienne - à l'exception des analphabètes numériques -, le parole “devoir” e “obligation” ils ont deux significations différentes dans le domaine du droit et dans le domaine de la doctrine catholique, donc deux modes d'application différents.

.

.

Chers lecteurs,

merci de lire l'article rédigé par le président de nos éditions [voir ICI], dans laquelle nous avions demandé une prise en charge du fonds de mes frais de justice après avoir fait l'objet d'un procès qui, pourtant infondé, cependant, cela m'oblige à procéder à ma défense devant le tribunal et m'oblige donc à dépenser de l'argent en frais juridiques. La logique est claire: frapper un pour les effrayer et mettre un millier d'entre eux au lit. Jusqu'à présent, nous avons collecté presque le nécessaire.

Pour cela, je remercie ceux qui ont jusqu'à présent envoyé une contribution pour le provision pour frais de justice et à qui j'ai envoyé un message de remerciement en privé. Malheureusement, je n'ai pas pu répondre à certaines d'entre elles, car avec leur don, ils n'ont pas envoyé de message avec leur e-mail, il était donc impossible même et seulement de les remercier. Je les remercie beaucoup dans ces lignes, désolé de ne pas pouvoir lui envoyer de message.

 

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

Lire la suite

Finalement, il a été découvert. L'écrivain fantôme du Souverain Pontife François est le Père Ariel S. Levi di Gualdo qui en a tenu un il y a un an “lecture” pour lequel il a exaspéré les propos inexacts “traditionalistes”, appelant à l'abolition du Motu Proprio de Benoît XVI le “Ancien Ordre de masse”

- Nouvelles de l'Église -

À LA FIN IL A ÉTÉ DÉCOUVERT. LA FANTÔME ÉCRIVAIN DU GRAND PONTIF FRANÇOIS EST LE PÈRE ARIEL S. LEVI di GUALDO QUI IL Y A UN AN EN GARDE UN LECTIO POURQUOI IL A BLESSÉ AUX TRADITIONNELS INAPPROPRIÉS, APPELANT À L'ABOLITION DE MOTU PROPRIO DE BENOÎT XVI LE MASSE ancien ordre

.

Juste et sans préjugés, Le père Ariel analyse et explique comment dans le présent il n'est pas possible d'émettre l'hypothèse d'un retour à un passé qui selon certains ne doit pas passer. En même temps, Mais, précise à quel point il est urgent de prendre des mesures correctives, procéder à une réforme de la réforme d'une liturgie sacrée devenue depuis des décennies le théâtre des personnalismes subjectifs et extravagants des célébrants, jusqu'à ce qu'il devienne instable et sujet à un caprice particulier, plutôt que d'être une expression priante de la dimension universelle de l'Église du Christ.

.

Auteur:
Jorge Facio Lynx
Président des Editions L'île de Patmos

.

.

.

«… Et ce n'est même pas la première fois!». Expression de rigueur, car à plusieurs reprises notre Père Ariel S. Situations anticipées de Levi di Gualdo, temps et même documents et actes pontificaux. Ses livres et articles publiés des années avant la survenance de certains événements le démontrent sans démenti possible. Ou peut-être qu'il ne décrit pas, dans le maintenant lointain 2010, la situation ecclésiale que nous vivons aujourd'hui dans votre livre Et Satan est devenu trinitaire?

.

Il y a plus d'un an, la 7 mai 2020, déchaîner l'ire de ceux qu'on appelle improprement les "traditionalistes", a publié une vidéo de l'un de ses lecture dans lequel il espérait, pas tant l'abolition de la motu proprio donnée par le Souverain Pontife Benoît XVI en 2007 qui a accordé l'utilisation gratuite du Missel romain de Saint-Pie V, mais en soutenant tout avec des raisons ecclésiologiques, pastorale et pédagogique. Dans ce lecture explique pourquoi il est souhaitable de procéder à l'abolition de l'usage du Missel de Saint Pie V accordé en 2007 col Propre Motu des Souverains Pontifes sur la liturgie romaine du Souverain Pontife Benoît XVI. Aller sur des critères historico-théologiques rigoureux, l'orateur explique tout d'abord quelles étaient les limites de la réforme liturgique du Concile Vatican II. Une réforme dont l'Église avait besoin, mais sur les résultats desquels, aujourd'hui, il y a beaucoup à discuter. Juste et sans préjugés, Le père Ariel analyse et explique comment dans le présent il n'est pas possible d'émettre l'hypothèse d'un retour à un passé qui selon certains ne doit pas passer. En même temps, Mais, précise à quel point il est urgent de prendre des mesures correctives, procéder à une réforme de la réforme d'une liturgie sacrée devenue depuis des décennies le théâtre des personnalismes subjectifs et extravagants des célébrants, jusqu'à ce qu'il devienne instable et sujet à un caprice particulier, plutôt que d'être une expression priante de la dimension universelle de l'Église du Christ.

.

Après un an et passe, ici est publié le 16 juillet 2021 la Lettre du Saint-Père François aux évêques du monde entier pour présenter le Motu Proprio Traditionis Custodes sur l'utilisation de la liturgie romaine avant la réforme de 1970. Cette Lettre Apostolique donnée sous forme de motu proprio il contient toutes les raisons énoncées et exprimées un an plus tôt par le Père Ariel, surtout dans le message explicatif adressée par le Saint-Père aux évêques. En bref, il semble écrit par lui.

.

Nous vous invitons à écouter son lectio de 7 mai 2021 puis lire le Lettre apostolique du Souverain Pontife Francesco del 16 juillet 2021. Et chacun fait ses propres évaluations, car les deux documents ont été examinés, aucune autre explication n'est nécessaire. En tout cas, nous avons trouvé que le vrai Fantôme écrivain du Souverain Pontife François est le Père Ariel S. Levi Gualdo.

.

de l'île de Patmos, 16 juillet 2021

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Pay Pal:







ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

BPM BANK
Rome, aucune agence. 59.
IBAN: IT 74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT: BAPPIT21D21

.
Si vous effectuez un virement, veuillez nous envoyer un e-mail de notification, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci, écrivez à cette adresse e-mail:

isoladipatmos@gmail.com

.

.

.

.

.

« La centième fois, une personne vient à elle pour confesser le même péché, il ne pense jamais qu'il y a peut-être “succion” un peu?». Au fil des siècles, la confession sacramentelle a subi des changements radicaux que beaucoup ignorent, espèce je “grands docteurs théologiens” de Facebook et Twitter

- Nouvelles de l'Église -

" SUR LES CENT FOIS QU'UNE PERSONNE VENAIT A ELLE POUR CONFESSER LE MEME PECHE, NE PENSEZ PAS QU'IL Y A PEUT-ÊTRE “SUCETTE” UN PEU?». AU COURS DES SIÈCLES, LA CONFESSION SACRAMENTALE A SUBI DES CHANGEMENTS RADICAUX QUE BEAUCOUP IGNORENT, ESPÈCES LA GRANDE “MÉDECINS THÉOLOGUES” DE FACEBOOK E TWITTER

.

Grâce à Des médias sociaux de nombreux, regroupés en légions denses d'imbéciles de plus en plus agressifs, mais surtout bien pire que l'invasion biblique des sauterelles, ils se forment généralement de cette manière: premier choix parmi un Blog à l'autre, puis ils s'essayent à utiliser des lemmes dont ils ne connaissent même pas le sens étymologique - mais surtout le sens qu'ils ont dans le langage philosophique, métaphysique et théologico-dogmatique -, enfin ils montent sur la chaise de Facebook o di Gazouillement donner des leçons de doctrine correcte à nous théologiens, tirer des conneries en rafales les unes après les autres avec une violence et une agressivité incroyables. Et pas toujours, Malheureusement, vous pouvez rire de l'absurdité de ces théologiens de l'internet.

.

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

.

.

Frère confesseur capucin (photo par Aldo Lancioni)

Csur la question qu'il a posée, un lecteur m'a inspiré cet article qui pourrait être utile à beaucoup de personnes:

.

«Il est vrai que le Christ condamne le péché et non le pécheur. Il est vrai que le pécheur doit être pardonné soixante-dix fois sept fois, donc toujours. Mais à la centième fois qu'une personne vient lui avouer le même péché, elle ne pense jamais qu'elle nous "suce" peut-être un peu? Les premières communautés chrétiennes si je me souviens bien ce n'est pas que je suis allé alors lire dans le jugement sur le pécheur et, après le péché, la contrition du cœur ne suffisait pas et avant d'être réadmis dans la communauté il dut passer sous la potence caudine publique. Probablement que mon sentiment de culpabilité vient d'ici... masochisme? Mais il me semble que même dans les canons apostoliques il est question de cette voie".

Gianbattista, 11 juillet 2021

.

Cette question offre l'opportunité faire de la dogmatique sacramentelle, sujet auquel je me suis beaucoup consacré avec l'histoire du dogme. Mais d'abord une prémisse, histoire de s'évader un peu de manière goliardique de la chaleur estivale qui nous enveloppe en ce milieu de ce mois de juillet, c'est une manière dont j'introduis souvent des thèmes particulièrement sérieux. Dans les temps tristes et confus que nous vivons, nous, prêtres et théologiens, devons faire face à la réalité des "catholiques" allant de l'esthétique magique au fidéisme le plus sinistre et vulgaire. Grâce à Des médias sociaux de nombreux, regroupés en légions denses d'imbéciles de plus en plus agressifs, mais surtout bien pire que l'invasion biblique des sauterelles, ils se forment généralement de cette manière: premier choix parmi un Blog à l'autre, puis ils s'essayent à utiliser des lemmes dont ils ne connaissent même pas le sens étymologique - mais surtout le sens qu'ils ont dans le langage philosophique, métaphysique et théologico-dogmatique -, enfin ils montent sur la chaise de Facebook o di Gazouillement donner leçons de doctrine correcte à nous théologiens, tirer des conneries en rafales les unes après les autres avec une violence et une agressivité incroyables. Et pas toujours, Malheureusement, vous pouvez rire de l'absurdité de ces théologiens de l'internet. Parfois oui, D'autres ne le font pas.

.

Voici un exemple typique de fidéisme sinistre et vulgaire basé sur l'esthétique magique, de la série... abracadabra la magie est faite! Une fille m'a grondé en écrivant sur ma page Facebook que "les prières récitées en latin sont très puissantes et le diable ne peut tout simplement pas les supporter", parce qu'il en a peur.

.

Pour la pédagogie, surtout par authentique charité chrétienne, de telles personnes ne peuvent pas être prises au sérieux, Il doit être pris pour un tour. Que pourrait-on faire d'autre avec des sujets qui, de leur chaire érigée sur réseaux sociaux ils pensent pouvoir parler du mystère de la grâce divine, du sacramentel - qui est la branche la plus complexe de la théologie dogmatique - et de la discipline des sacrements, avec la légère facilité avec laquelle on peut discuter avec le shamiste dans le salon de coiffure du dernier article de tabloïd publié Novella2000?

.

Alors vous comprenez qu'à ce moment-là, le coup de pied au cul visant ces personnes est l'acte le plus approprié et le plus pédagogique d'exercer une authentique charité chrétienne. puis, s'ils vous traitent de "prêtre vulgaire" pour avoir dit le petit mot qu'ils disent mal, Type connerie O ass jack, le problème est le leur, parce que s'il y a une chose qui le rend vraiment vulgaire, c'est précisément la présomption de l'ignorant, agressif et violent, convaincu qu'il sait et peut enseigner, ou si on préfèreimbécile métaphysique, qui, en plus de présumer savoir, présume aussi de donner des leçons aux théologiens de longue date. Ainsi atteint les extrêmes auxquels ces personnes sont capables d'atteindre, dites-leur si nécessaire "arrêtez, parce que tu as vraiment cassé les couilles de tout le monde: dans les cieux, sur terre et sous terre ", ce n'est rien de plus qu'un acte pédagogique. Ce qui n'est pas sérieux et qui s'avère si grotesque et non scientifique, anti-doctrinal et anti-théologique, il doit être privé de valeur. Et l'arme la plus efficace est justement faite d'ironie et d'un coup de pied au cul sage et charitable.

.

À cause de ce, à cette dame qui ne serait presque certainement pas en mesure de traduire même les premières lignes très simples de la De bello Gallico mais qui invoque ce "langage magique" pour terroriser le Diable, J'ai répondu que lorsque nous célébrons le sacrifice eucharistique en italien, ou quand au lieu de dire le Seigneur soit avec vous Disons Le Seigneur soit avec vous, le diable se perd dans le rire, ne pas se sentir touché par le latin magique qui le fait tomber instantanément effrayé et abasourdi.

.

Ce local complexe est en partie le résultat de la chaleur estivale et en partie avec un esprit goliardique pour dire que, quand on m'a posé des questions intelligentes comme celle envoyée par ce lecteur qui est le nôtre, c'est comme si je recevais un cadeau gratuit:

.

"La centième fois qu'une personne vient à elle pour lui avouer le même péché, elle ne pense jamais qu'elle nous "suce" peut-être un peu?».

.

Question pertinente, car justement dans ces cas on peut voir combien un confesseur sage et éclairé par la grâce de Dieu. Tout d'abord, il faut tenir compte du fait que le Christ, pierre angulaire divine, il a choisi Pierre pour la construction et le gouvernement de son Église (cf.. Mont 13, 16-20). Et de tous les Apôtres, Pierre était le plus fragile et le plus hautain, comme il l'a démontré à maintes reprises, en même temps même les plus lâches. Si nécessaire, il était confus, indécis et ambigu en matière de doctrine. C'était un naïf pêcheur galiléen, passionné et profondément bon qu'il le resta toute sa vie. Il n'a pas brillé pour l'intelligence, surtout pour la culture. Qu'il suffise de rappeler comment il fut noirci à Antioche par le Bienheureux Apôtre Paul, mais avec tout le respect que je lui dois pour sa primauté à la tête du Collège des Apôtres. Et maintenant, retraçons l'histoire d'Antioche racontée par l'Apôtre lui-même:

.

« Ma quando Cefa venne ad ANTIOCHIA, Je me suis opposé à lui ouvertement parce qu'il avait tort. En fait, avant que certains ne viennent de James, il mangeait avec les païens; maman, après leur venue, il a commencé à les éviter et à se tenir à l'écart, par peur des circoncis. Et les autres Juifs l'imitèrent aussi dans la simulation, à tel point que même Barnabas s'est laissé entraîner dans leur hypocrisie. Mais quand j'ai vu qu'ils ne conduisaient pas selon la vérité de l'évangile, J'ai dit à Cephas devant tout le monde: "Sois toi, que tu es juif, vivre comme les païens et non à la manière des juifs, comment pouvez-vous forcer les païens à vivre à la manière des juifs?”. Nous, que par naissance nous sommes juifs et non païens pécheurs, sachant cependant que l'homme n'est pas justifié par les oeuvres de la Loi mais seulement par la foi en Jésus-Christ, nous aussi avons cru en Jésus-Christ pour être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la Loi; car par les œuvres de la Loi, personne ne sera jamais justifié. Si donc nous qui cherchons la justification en Christ nous trouvons pécheurs comme les autres, Christ est peut-être un ministre du péché? Impossible! En fait, si je recommence à construire ce que j'ai détruit, Je me dénonce comme un transgresseur. En fait par la loi je suis mort à la loi, pour que je vive pour Dieu. J'ai été crucifié avec Christ, et je ne vis plus, mais le Christ vit en moi;. Et cette vie, que je vis dans le corps, Je le vis dans la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé et s'est livré pour moi. Donc je ne fais pas la grâce de Dieu en vain; en fait, si la justification vient de la Loi, Christ est mort en vain "" (Fille 2, 11-21).

.

Dans ce débat qui a eu lieu à Antioche, le Bienheureux Apôtre Paul énonce la théologie et la doctrine de la grâce et de la justification. Exactement ce qu'un frère augustin allemand connu sous le nom d'âne a mal compris, Je pense qu'il s'appelait Martin Luther, forger d'énormes dégâts produits dans l'église autour du 16ème siècle, avec tout le respect que je dois à une certaine flatterie catholique qui le désigne aujourd'hui comme un "réformateur" et qui appelle son hérésie schismatique "réforme". Entre autres, il provenait d'un ordre historique qui tire son nom de saint Augustin qui fut l'auteur de le etgratia, sans parler des pires dommages qu'il aurait pu faire s'il avait été une Miss bénédictine, comme les nombreuses qui peuplent les abbayes et monastères de notre temps, où la testostérone masculine semble être une denrée de plus en plus rare.

.

Restant toujours dans l'ordre des exemples hyperboliques: si un conclave avait eu lieu après la mort de Jésus-Christ, combien de Pierre auraient voté et combien de Paul? Quelle différence profonde il y avait entre Peter, Giacomo le Majeur et son frère Giovanni, indiqué par le Christ Dieu avec le nom araméen de "fils du tonnerre" - boanèrghes ―, puis rapporté en caractères grecs comme βοανηργες (cf.. Mc 3, 16-18). Si l'on compare Pierre avec des figures d'apôtres comme Jean ou Paul, la différence ressemblera à peu près à celle qui pourrait exister entre Alvaro Vitali et Marcello Mastroianni, entre Roberto Benigni et Gregory Peck. Pourtant, le Christ a choisi celui qui incarnait toutes nos fragilités humaines, en lui donnant les clés du royaume et le pouvoir de lier et de dénouer (cf.. Mont 16, 13-19), tout en ayant eu de bien meilleurs éléments pour choisir le Chef du Collège des Apôtres. Essayez alors de vous demander: parce qu'il a choisi Pierre et pas les autres?

.

Ce n'est pas un Ange de Dieu qui absout les péchés, pour diriger l'Église du Christ n'est pas une armée de Chérubins et de Séraphins, mais des prêtres, De un autre Christ agissant dans Personne Christi et qu'ils peuvent souvent être de pires pécheurs que celui à qui ils accordent la grâce et le pardon divin par l'absolution sacramentelle: "A qui vous pardonnez les péchés, il sera pardonné..." (Gv 20, 22-23).

.

Théologie, dogmatique sacramentelle d'une manière particulière, il ne peut pas être séparé de l'histoire du dogme, car au cours de deux mille ans la discipline des sacrements a subi des changements parfois radicaux, fruit d'une longue gestation comprise comme l'acquisition de la perception du sacrement et des sacrements en eux-mêmes. Ou peut-être que quelqu'un pense que les premiers chrétiens avaient la perception de la Sainte Eucharistie que nous avons aujourd'hui? Ou qu'ils affichent le Saint-Sacrement à l'intérieur de l'ostensoir pour l'adoration eucharistique, pratique de la dévotion sacrée au Très Saint Corps du Christ qui ne prendra vie que vers 1300 ans après la mort et la résurrection de la Parole de Dieu? Quels livres de prières les premiers chrétiens utilisaient-ils à l'époque apostolique et avec quel missel ils célébraient la sainte messe, ou si l'on préfère ce que certains contemporains ridicules appellent... la Masse de tous les temps? Les premiers chrétiens ont peut-être récité des prières à la Bienheureuse Vierge Marie? Les douze apôtres réunis ont chanté Salut Regina en grégorien en présence du Mater Dei pour l'honorer pendant qu'elle séjournait à Éphèse ou à Jérusalem? Ils vénéraient les reliques des Saints? Ils allaient en pèlerinage dans les sanctuaires où l'on pouvait gagner de l'indulgence, ou peut-être ont-ils envahi la colline de Medjugorje où, dans forfait voyage complet la conversion est également garantie, outre - bien sûr - l'apparition assurée de la Madone? Ou peut-être, après l'édit de février de Milan 313, les chrétiens ont crié, envahi le style néocatéchuménal: … «Nous avons été reconnus et approuvés… approuvés! Vous ne pouvez donc pas nous le dire et ne rien faire: nous avons été approuvés! Qui est contre nous est contre les augustes empereurs Constantin et Licinius qui nous ont approuvés … approuvé!»? Et toujours après cet édit, les chrétiens reçurent peut-être les anciennes basiliques de la romanites avec une place d'honneur dans l'ancien Sénat réservé à l'évêque de Rome? Honnêtement, j'aimerais savoir quels films de science-fiction certaines personnes ont vu, il serait intéressant de connaître au moins le titre.

.

Simplement dit,: un pécheur pourrait commettre ce péché particulier même une fois par 48 minerai, puis demander la grâce et le pardon de Dieu. Évidemment tant qu'il est repenti et "victime" de fragilité et de faiblesses qu'il ne peut pas gérer et surmonter pour le moment. C'est une tout autre affaire si le pécheur commet continuellement le même péché par indolence, la paresse ou l'égoïsme veut être faible et fragile et n'a en aucun cas l'intention de réagir à ces faiblesses et fragilités auxquelles il pourrait plutôt réagir, ou pire parce que convaincu ".... tant pis, alors j'irai me confesser ". Dans ce cas, pour le bien du pénitent, l'absolution peut même être refusée. Cependant, je peux vous garantir qu'il est difficile pour des personnes de ce genre - je dirais presque impossible - d'aller et venir au confessionnal pour demander pardon pour le même péché..

.

Le lecteur n'arrêtait pas de demander dans son message:

.

«Les premières communautés chrétiennes, si je me souviens bien, ce n'est pas que je sois allé si lu dans le jugement sur le pécheur et, après le péché, la contrition du coeur ne suffisait pas et avant d'être réadmis dans la communauté il dut passer sous les fourches caudines publiques".

.

C'est vrai, mais nous sommes au tout début de l'expérience chrétienne, à une époque où beaucoup n'étaient pas encore clairs sur ce qui s'était réellement passé, ce qui était grand pour toute l'humanité, du Calvaire au tombeau vide du Christ ressuscité, puis est monté au ciel. Les courants des premiers chrétiens étaient différents, deux sont les principaux: les judéo-jésuites, c'est-à-dire les Juifs qui avaient choisi de suivre le message du Christ et qui étaient très touchés par la culture juive et la loi rabbinique, en particulier du Pharisien, dont l'apôtre Paul lui-même est sorti (cf.. À 23, 6), et les païens convertis appartenant aux populations grecques et latines. Comme en témoigne "l'incident" d'Antioche entre les Apôtres Pierre et Paul, les échanges entre circoncis et incirconcis étaient très intenses. Et avec toute la confusion qui a souvent suivi, il a été débattu de savoir si les chrétiens devraient continuer la pratique rituelle de la circoncision. Beaucoup ont compris l'Eucharistie comme une célébration de Pâque (Pâque) qui au lieu d'une fois par an était célébrée une fois par semaine. Enfin, il suffirait de rappeler qu'il faudra désormais près de quatre siècles et deux grands conciles dogmatiques pour définir d'abord Nicée dans le 325, puis à Constantinople en 381, le mystère de la personne et de la nature du Christ. Et comme il n'y avait même pas de termes lexicaux pour le définir, les Pères de l'Église ont été contraints d'emprunter des terminologies au lexique philosophique grec et de les moduler pour donner une définition à ce mystère ineffable.

.

Au début, j'ai fait référence à la “docteurs en théologie sacramentelle” spécialisé à l'académie de Facebook et de Gazouillement - dont je me réfère au livre des Pères de l'île de Patmos: L'Église et le coronavirus - ceux à tromper pour l'impératif de conscience et surtout pour la charité chrétienne, prêt à se lancer dans des sujets pour lesquels souvent, sinon presque habituel, presbytres de soixante ans avec trente ans de ministère sacerdotal derrière eux, avant d'ouvrir la bouche, ils demandent des explications à un confrère théologien, si quoi que ce soit, vingt ans de moins qu'eux, avant d'entrer dans des dissertations très complexes sur le plan théologique, qui impliquent par conséquent des problèmes tout aussi complexes sur le plan historique. En effet, il est impossible de comprendre la discipline des sacrements si l'on ne connaît pas bien et en profondeur l'histoire.

.

C'est vrai, les premières communautés chrétiennes avaient une conception complètement différente du pardon des péchés, il suffit de dire que le sacrement de pénitence ne peut être reçu qu'une fois dans la vie, après un voyage de pénitence sous la conduite de l'évêque. Une fois que les fidèles ont reçu ce sacrement, ils ne pouvaient plus pécher, sauf à vos risques et périls, car il ne pourrait plus jamais le recevoir. Pendant sept siècles, l'absolution des péchés a été considérée comme un sacrement « non répétable ». Pour cette raison, les chrétiens ont essayé de recevoir l'absolution avant de mourir, ou en tout cas dans la vieillesse. Et beaucoup sont morts sans le recevoir.

.

Dans ces premiers siècles, le problème complexe de enfant. Terme latin qui signifie littéralement "glissé", utilisé pour désigner les chrétiens qui pendant les persécutions des troisième et quatrième siècles brûlaient de l'encens aux dieux païens faisant un acte d'adoration envers eux. Ce n'est pas par conviction mais parce qu'ils sont menacés de mort, donc seulement par peur de mourir. Avant même le cas de enfant la discipline de l'irrépétabilité de la pénitence a été tenue ferme. Sur la réadmission du enfant à la Communauté des croyants, l'Église primitive s'est trouvée divisée entre le courant Corneille, élu évêque de Rome en 251, enclins au pardon et à leur acceptation, et les fidèles du prêtre novatien qui leur refusèrent toute forme d'acceptation et qui finirent par être excommuniés par le synode romain. De lui est né le courant connu aujourd'hui sous le nom d'hérésie novatienne, qui pendant des siècles continua à trouver des adeptes. La bataille théologique menée contre les Novatiens par Ambroise, évêque de Mediolanum, est mémorable, qui, à la fin du IVe siècle, composa le du repentir, ouvrage divisé en deux livres dans lesquels il est réfuté: dans le premier, les thèses des adeptes de Novatien qui considéraient les péchés mortels non pardonnables et la nécessité de procéder à un nouveau baptême pour les adeptes de leur secte hérétique; dans le second, il propose une thèse savante sur le concept de pénitence et la manière dont elle doit être administrée. L'évêque Ambrose réfute les Novatiens en leur rappelant que la miséricorde de Dieu offre sa grâce à tous les pécheurs repentants. Il réaffirme le fondement analogique entre le baptême et la pénitence et réaffirme enfin l'irrépétabilité de ces deux sacrements qui génèrent une transformation substantielle de la vie de quiconque se repent des péchés commis et du mal qu'ils ont causé aux autres.. Les Novatiens prétendaient inviter d'une part la pénitence et le repentir, de l'autre, cependant, ils ont nié le pardon, convaincus de louer le Tout-Puissant avec leur rigueur, mais en fait méprisant la grâce et le pardon de Dieu à travers leur aveugle dureté de cœur. Permettez-moi maintenant d'évaluer, à quiconque n'a lu que quelques diatribes de certains soi-disant théologiens de l'Internet fais le toi-même, si celui de Novatien n'est pas par hasard l'une des diverses hérésies de retour de notre temps présent.

.

Avec la descendance des barbares d'Europe du Nord - qui peu après se convertit massivement au christianisme fasciné par les grandes et viriles figures de certains évêques et pères de l'Église -, l'hypothèse de rendre ce sacrement répétable pour rendre le chemin de conversion et de vie chrétienne moins impossible pour ces peuples commence à être émise.. Hypothèse devant laquelle de nombreux Pères de l'Église et théologiens de l'époque ont crié à l'hérésie! Probablement, un de ceux-là, ça aurait été Ambrose lui-même, vient de mentionner, qui, trois siècles plus tôt, avait réitéré l'irrépétabilité de la pénitence dans l'un de ses célèbres ouvrages théologiques.

.

Parce qu'avec les barbares convertis le besoin pastoral se fait sentir de rendre le sacrement répétable? Car au-delà de leur bonne volonté, leurs habitudes et leurs coutumes de vie étaient ce qu'ils étaient…, nous devons être reconnaissants aux barbares si ce sacrement devenait répétable. Ce n'est qu'au VIIe siècle que la pratique privée de la pénitence, quelque chose que nous devons aux moines irlandais qui vivaient à l'époque de San Colombano qui ont fondé le monastère de Bobbio au début du VIIe siècle et qui ont contribué à redonner vie à la pratique de ce sacrement à travers une dimension privée basée sur l'expiation de péchés capitaux. Comme ça, ces moines, descendus des régions du nord de l'Europe jusqu'en Italie, ils prirent l'habitude sacramentelle de « confesser » leurs péchés à un prêtre de manière à recevoir une pénitence, ce pénitence payée. Et ici, nous devons expliquer que pour pénitence payée nous entendons la classification des péchés auxquels correspondaient les pénitences à imposer. Ce système introduit au VIIe siècle commença à être pratiqué d'abord dans la sphère monastique., puis parmi les personnes avec une grande diffusion ultérieure. On doit donc la répétabilité de ce sacrement au saint colombien irlandais et à ses moines, au lieu de pouvoir le recevoir une fois dans sa vie. On lui doit aussi le secret du chemin pénitentiel au lieu de la dimension publique.

.

Dans les deux cents ans qui suivirent entre le VIIIe et le IXe siècle, je Livres de pénitence ils ont eu une grande diffusion et application. Le tarifs enfermés en eux consistaient principalement en des jeûnes imposés, qui selon la gravité du péché commis pouvait parfois durer des jours, d'autres fois des années. La honte voulue - parce que c'était en fait -, que le Livres de pénitence contenu en eux commutations qui permettait au pécheur de commuer son jeûne en oeuvres expiatoires faites par lui-même ou même exécutées par des tiers, tout en échange d'argent, célébrations des messes, dons de terres, construction d'églises et de monastères pour les pécheurs particulièrement riches. Puis vint le bord du ridicule, ceci juste pour se souvenir avec un aparté qu'à un certain moment de l'histoire, dans celui de Certaldo, Giovanni Boccaccio est né tout sauf par hasard au XIVe siècle et que certaines de ses nouvelles sont tout sauf des inventions fantaisistes. Alors je laisse le lecteur deviner, sans entrer dans des détails inutiles et honteux, quels abus sont à l'origine de certains commutations et combien de moines "saints" ont obtenu la construction de grands monastères en vendant l'expiation des péchés dans des faits concrets, tandis que certains souverains et puissants seigneurs féodaux soumis à de dures pénitences venaient payer leur propre fidèle serviteur pour faire pénitence à leur place (!?). Il y aura aussi une raison, si plusieurs conciles de l'Église condamnaient durement le péché honteux de la simonie, dont l'étymologie découle de l'histoire de Simon Magus qui tenta d'offrir de l'argent aux Apôtres pour recevoir les dons du Saint-Esprit par l'imposition de leurs mains (cf.. À 8, 18-19).

.

Par la suite, le sacrement de pénitence connaîtra de nouveaux développements et innovations entre le IXe et le Xe siècle, les théologiens carolingiens commençant à attirer l'attention de l'expiation des péchés à l'accusation des péchés, le considérant comme le véritable cœur de tout le processus pénitentiaire. Sans repentir sincère, il ne peut y avoir de pardon et la pénitence expiatoire peut risquer d'être une fin en soi.. Jusqu'au concile de Trente qui, en 1563 établit les normes de la confession avec un décret spécifique, structurer la discipline sacramentelle et canonique de ce sacrement tel que nous le connaissons aujourd'hui. Dans l'ère post-tridentine, des espaces et des lieux adaptés ont également été créés pour l'administration de ce sacrement., par exemple, les pénitenciers à l'intérieur des grandes cathédrales et basiliques, d'où l'utilisation de confessionnaux créés entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle pour assurer la confidentialité et la séparation entre le confesseur et le pénitent et pour favoriser la confession elle-même. Personne ne serait à l'aise, aux hommes et peut-être encore plus aux femmes, accusez vos péchés à un homme qui s'assied en face de vous et vous regarde en face pendant que vous parlez. Il est à noter que les confessionnaux ont été inventés par les jésuites, précisément les mêmes qui entre la fin des années soixante et les années soixante-dix du vingtième siècle ont été les premiers à les retirer de beaucoup de leurs églises pour les mettre dans les sous-sols, ou en les vendant à des antiquaires, si quoi que ce soit, pour donner de l'argent aux pauvres, vous l'esprit! En fait, la raison casuistique du jésuite, ou il est toujours noble en soi, ou en tout cas il le devient par manipulation.

.

Il n'est pas vrai que le pécheur "Avant d'être réadmis dans la communauté il a dû passer sous les fourches caudines publiques". Mais certains historiens l'écrivent, beaucoup le lisent et considèrent que de telles affirmations sont vraies, puis les diffusent comme telles. Ce n'était pas la confession des péchés qui était publique, mais l'état des pénitents, que oui il a été rendu public. Les pénitents, presque toujours réunis en groupes, ils devaient faire un chemin pénitentiel spécifique sous la direction de l'évêque, ils ne pouvaient certainement pas être gardés cachés, mais leurs péchés oui, à tel point que le Saint Pontife Léon le Grand, dont le long pontificat a duré de 440 Al 461, il a interdit la confession publique et l'a déclarée illégitime et contraire aux normes apostoliques:

.

"Nous interdisons qu'à cette occasion un écrit soit lu publiquement dans lequel leurs péchés sont énumérés en détail. En effet, il suffit que les fautes soient révélées à l'Evêque seul, en entretien privé" (Lettre 168).

.

De toutes ces notes historiques il faut comprendre que le sacrement de pénitence, comme les autres sacrements, a subi des mutations majeures au fil du temps, parfois vraiment radical. Toujours avec tout le respect que je dois à celui qui parle de Masse de tous les temps ou doctrine, règles et disciplines toujours et absolument immuables, avec beaucoup de sceau indiscutable « ça s'est toujours fait comme ça au cours des siècles!». Expression typique de l'imbécile qui ignore généralement tous les changements et événements survenus au cours des siècles, parce qu'un passé a été créé qui n'a jamais existé, pour rendre le présent irréel.

.

Je termine avec une pointe d'ironie raconter quand un méga-catéchiste de La secte néocatéchuménale il a secoué kikian-carmeniano sur la nécessité de revenir à l'Église des premières origines apostoliques. Et ici il faut préciser que la méga-catéchiste a fait les soi-disant scrutations - c'est-à-dire qu'elle a enquêté sur les consciences - non seulement des laïcs, mais même des prêtres e, lorsque leurs assemblées se tenaient dans les salles closes, elle a parlé et divagué des hérésies pures et simples, tandis que le prêtre présent était assis silencieusement à côté d'elle, silencieux, honte de lui-même et de la dignité sacerdotale. J'ai alors cité quelques passages de la Sainte Écriture dans lesquels le Bienheureux Apôtre Paul ne se limite pas à exhorter, mais il adresse de vraies intimations sévères:

.

« Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni usurper l'autorité sur l'homme; plutôt que ce soit dans le silence " (Tm 2, 12) «Comme dans toutes les communautés de fidèles, les femmes gardent le silence dans les assemblées, car il ne peut pas parler; mais devrait être subordonnée, comme la loi dit aussi. S'ils veulent apprendre quelque chose, interrogent leurs maris à la maison, il est inconvenant pour une femme de parler dans l'église " (Je Cor 14, 34-35).

.

avant ces passages clairs, Je lui ai dit que son travail était juste de se taire. Et cela dit, je lui ai demandé si elle avait l'intention de retourner à l'Église des origines et d'appliquer certains commandements et préceptes à la lettre, montrant ainsi qu'il aspire vraiment au retour aux origines espéré. Ne pas savoir quoi répondre, le pauvre ignorant, paradigme de ce que sont réellement les méga-catéchistes néokatekiki, il a littéralement cassé en déclarant: "Bien, tu sais toujours, que saint Paul était misogyne". Bien, même si ce n'est pas l'endroit, Je pense qu'il convient de préciser brièvement que le Bienheureux Apôtre, loin d'être misogyne, il adressa ces paroles aux habitants de Corinthe, société essentiellement matriarcale dans laquelle les femmes conditionnaient les hommes avec de fortes influences et pressions. Mais quand ils ont essayé de faire de même dans la communauté chrétienne, essayant de mettre les pieds sur la tête des évêques et des prêtres, l'Apôtre les rappela à l'ordre. Donc, l'avertissement "S'ils veulent apprendre quelque chose, questionner leurs maris à la maison ", très probablement, il visait précisément les épouses des premiers évêques et prêtres de cette zone géographique, il ressort clairement de cet autre passage de l'épître adressé au disciple Timothée:

.

«[…] l'évêque doit être irréprochable, le mari d'un temps, sobre, prudent, décent, hospitalier, capable d'enseigner, pas accro au vin, pas violent, mais doux, non querelleur, pas attaché à l'argent. Savoir bien gérer sa famille et avoir des enfants soumis en toute dignité, car si l'on ne sait pas gérer sa propre famille, comment peut-il prendre soin de l'Église de Dieu " (Tm 3, 2-5).

.

Le problème c'est que d'un côté on a des pseudo-catholiques plus ou moins sectaires qui invoquent le retour à des origines qu'ils ne connaissent pas et qui ne constituent au contraire qu'un noyau évolutif de départ auquel il n'est certainement pas souhaitable de revenir, car ce serait comme sortir de la voiture et revenir à l'époque d'avant l'invention de la roue. D'autre part, nous avons des pseudo-catholiques de tradition quelconque qui ont construit un passé qui n'a jamais existé, convaincu que le Bienheureux Apôtre Pierre a célébré le Masse de tous les temps vêtus d'habits solennels avec des prêtres assistants vêtus de chapes et des diacres vêtus de damas dalmatiques baroques. Bien sûr célébrer - cela va sans dire, Il va sans dire! - en latin parfait et magique, celui qui fait peur et chasse le diable, comme ce certain scientifique a écrit sur ma page Facebook. Et certainement Simon, fils de Jonas, dit Pierre, l'appelait aussi “Sainteté” O “Bienheureux Père”. En fait, lorsque les soldats romains l'ont arrêté sur la Via Appia pour l'emmener sur la colline du Vatican où il a été crucifié, ils lui ont ordonné: "Altolà, Souverain Pontife de l'Église Catholique Apostolique Romaine, Votre Sainteté est en état d'arrestation!». Et il a été entraîné vers la torture, donnant à la fin de sa vie la preuve du caractère héroïque de ses vertus et mourant par la grâce de Dieu martyr.

.

Il a fallu une vie à Peter pour mourir en martyr, après s'être enfui plusieurs fois, la dernière commande de la série peu de temps avant sa mort, pendant les persécutions de Néron, sous le règne duquel il a été capturé avec d'autres chrétiens en fuite et s'est retrouvé sur la croix dans ce qui, au début de l'ère romaine, était un endroit marécageux humide et insalubre en dehors du noyau urbain métropolitain: la colline du Vatican. Nom que certains dérivent de Vagitano, une divinité païenne qui protégeait les nouveau-nés lorsqu'ils poussaient leur premier cri. D'autres le tirent de prévisionniste, qui signifie en latin "prédire", le reliant donc au fait que dans cette région ils exerçaient leur profession de devins déjà à l'époque étrusque antique. Quel que soit le vrai sens du mot, il reste certain que le Vatican est un lieu où l'amour et le respect de la foi finit par être mis sur la croix, dans l'antiquité comme dans le monde contemporain.

.

de l'île de Patmos, 14 juillet 2021

.

.

.

Chers lecteurs,

sur “homosexualistes radicaux”, merci de lire l'article rédigé par le président de nos éditions [voir ICI], dans laquelle nous demandons une prise en charge du fonds de mes frais de justice. J'ai fait l'objet d'un procès qui, pourtant infondé, cependant, cela m'oblige à procéder à ma défense devant le tribunal et m'oblige donc à dépenser de l'argent en frais juridiques. La logique est claire: frapper un pour les effrayer et mettre un millier d'entre eux au lit. C'est pourquoi j'ai tellement confiance en votre aide précieuse.

Je remercie ceux qui ont jusqu'ici envoyé une contribution pour le provision pour frais de justice, et à qui j'ai envoyé un message de remerciement en privé. Malheureusement, à certains, je ne pouvais pas répondre à la place, car avec leur don, ils n'ont pas envoyé de message avec leur e-mail. Je les remercie beaucoup dans ces lignes, désolé de ne pas pouvoir lui envoyer un message de remerciement.

 

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

Lire la suite

Le projet de loi Zan: ce que je ne ferai pas “ennemis”, elles vont “copains”. Nous devons espérer et nous concentrer sur les amis homosexuels qui pensent clairement, car ils sont nombreux

- nouvelles ecclésiales -

LE DESSIN DE LA LOI ZAN: CE QUE LES "ENNEMIS" NE FONT PAS, "LES AMIS" SERONT. NOUS DEVONS ESPÉRER ET PARIER SUR DES AMIS HOMOSEXUELS QUI RAISONNENT DE MANIÈRE CLAIRE, PARCE QU'ILS SONT NOMBREUX

.

Amis gays, nous sommes honnêtes: ceux qui t'appellent fagot, ce sont les mêmes qui appellent une salope à une femme mal habillée et ce sont toujours les mêmes qui se mettent à jurer quand un religieux traverse la rue et se touche ensuite les parties génitales en signe superstitieux. Ce seraient ces pauvres gens, pas toi, devoir être aidé, parce que ceux qui commettent de tels excès connaissent des problèmes évidents dans leur vie qui ne sont certainement pas résolus par une disposition de la loi qui prévoit la répression, l'amende ou l'emprisonnement.

.

Auteur
Ivano Liguori, ofm. Cap.

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

.

.

la Fierté gai 2021 de Rome portait ceci en procession “pauvre christ” à partir de la place de la Basilique du Latran, siège de l'évêque de Rome président, passant devant la Basilique de Santa Maria Maggiore et fermant ces étudiants blasphématoires devant la Basilique de Santa Maria degli Angeli e dei Martiri, où au troisième siècle les chrétiens ont été martyrisés pendant les persécutions de Dioclétien. Cependant, une loi spécifique doit être approuvée qui criminalise toute personne qui offense le monde LGBT avec une extrême sévérité..

Fierté gai il ne représente pas les homosexuels et le monde gay, c'est bien de le préciser. Il a toujours été la manifestation grotesque des excès, du élégant et le blasphème ponctuel de tout ce qu'il y a de plus sacré et de plus cher au monde catholique et chrétien, le tout mis en scène par des personnages qui réclament protection et respect contre les lois pénales répressives, mais qui ont toujours revendiqué le droit d'insulter le sentiment religieux et la sensibilité humaine des autres. Manifestation grotesque organisée et menée par une minorité qui a toujours profondément embarrassé la majorité des homosexuels et le monde gay, que nous les Pères de L'île de Patmos nous en savons assez pour savoir qu'ils n'ont jamais mis les pieds dans ce théâtre ridicule-grotesque, tout comme les personnes directement concernées l'ont toujours déclaré, même si leurs voix, qui je le répète sont ceux de la plupart, ils ont toujours été étouffés par ceux des plus petits.

.

Vouloir paraphraser Georges Benjamin Clemenceau on peut dire que le projet de loi Zan est trop sérieux et exigeant pour le laisser entre les mains des politiciens. Et ce seront eux - les politiciens pro-Ddl Zan - qui l'enterreront sans le savoir. Mais allons-y dans l'ordre.

.

C'est certainement juste et approprié vite mis de côté les déclarations peu concluantes du batteur"peint et mari mal informé de Ferragni qui, dans sa dernière habitent le sien Instagram, il a fait une figure misérable et misérable en argumentant sur des choses qu'il ne connaît pas et qu'il ne comprend pas en raison d'un manque de préparation personnel évident et embarrassant à mort Sor Zan et Sor Cappato qui ont tenté de le corriger mais sans résultat.

.

Sœur Anna Monia Alfieri, de manière beaucoup plus polie mais décisive il a essayé de faire réfléchir notre personne très tatouée bauscia lui adressant une lettre de feu discuter avec lui sur le thème de l'Eglise et surtout sur le Zan Bill (bien plus qu'Alberto Ravagnani le célèbre pouvait faire don-catto-youtuber salué par Avenir et par la CEI). Mais, que veux-tu, les femmes ont toujours un avantage, Sœur Anna Monia d'une manière particulière.

.

Encore une fois, il n'y avait rien à faire, Malheureusement. Monsieur F. fort de sa 12 des millions de suiveurs continue dans sa mission d'éclairé que, du haut de la scène du Concertone le 1er mai, il dispense généreusement sa Vibhuti verbale très personnelle à tous ses dévots, qu'il dirige vers une belle pensée, au bon vote et au bon jeu. Cependant, nous devons prendre note d'une chose, les partisans de la loi Zan - M. F. y compris - ils ont vraiment peu de marge de manœuvre. La façon dont les choses se passent maintenant, ils semblent poussés jusqu'aux cordes et, de ce qu'il semble de l'extérieur (et peut-être aussi à l'intérieur!), ils ont contribué à créer cette situation pour eux, tout d'abord essayer de gagner facilement et ensuite essayer de mener une guerre éclair contre l'ennemi séculaire: l'église.

.

Au Sénat les politiciens pro-Ddl Zan ils ont stoïquement rejeté toute forme de médiation et de modification. Aux tables des chefs de groupe de la majorité ils ont considéré les alternatives proposées comme irrecevables. Sans qu'un coup de feu ne soit tiré, ils ont en fait ouvert la possibilité d'un vote secret, quelque chose qui se fait régulièrement - selon le processus du Sénat - lorsqu'il s'agit de situations comme celles-ci ou lorsqu'il s'agit de traiter des questions d'éthique. Avouons-le franchement la possibilité d'aller au vote secret effraie terriblement les partisans du Zan Bill car ils savent que c'est là - en secret - que la conscience de beaucoup d'entre eux sera plus libre de s'exprimer sans conditionnement politique et pressions des toute sorte de la part des groupes sociaux et lobby. Et c'est là, dans le scrutin secret - peu importe qu'il se fasse au Sénat ou à la Chambre - que ce qui apparaît clair à l'extérieur souvent changement d'accent et de pensées. Comment venir? bien, demandent aux adultes catholiques intégristes et traditionalistes qui, avec la loi sur le divorce et l'avortement, dans le secret de l'isoloir, ils ont fait l'école en donnant le meilleur d'eux-mêmes.

.

Le Zan Bill devra passer le test du vote secret au Sénat où chacun est confronté à sa propre conscience et non au parti ou aux lobbies. C'est curieux mais on dirait que déjà-vu de la confession guareschienne de Peppone, fait la nuit dans une église vide devant un Don Camillo en étole et jupon à l'intérieur du confessionnal, où l'âme rouge du maire de Brescello a fait place à celle du bon chrétien, craignant d'abord sa propre conscience dans laquelle ce Dieu qui s'efforçait de s'opposer en public et avec les camarades du parti avait dans le secret de son cœur une demeure stable et perpétuelle (Mont 6, 3-17).

.

Dieu guide l'histoire et la guide aussi à travers les consciences de ceux qui semblent, à nos yeux, les plus distants et hostiles à la foi mais qui se révèlent ensuite incroyablement les plus obséquieux, juste comme ça, chers lecteurs. Certainement beaucoup plus que ceux qui se disent catholiques engagés et apostoliques romains et qui passent leur temps à se moquer réseaux sociaux les prêtres les faisant taire de l'ignorance, pusillanimité et trahison. En effet, à la lecture des commentaires des derniers articles du Père Ariel sur le Zan Bill publiés sur L'île de Patmos et également partagé sur Facebook, Je suis impressionné par cette improbable Ligue catholique qui voudrait affronter la très redoutable et féroce armée LGBT+.

.

Chez ces catholiques il n'y a rien, mais rien de concret du tout et mature, et ceci est dit sans polémique. C'est sûrement la faute de nous, prêtres, qui avons élevé non pas des fidèles mais kamikaze. Si on enlève les invectives millénaires et les menaces de châtiment divin aux prêtres qui dans leur jugement erroné accueillent le pécheur en stigmatisant le péché, rien ne subsiste. Ou que dire des citations brouillées de la doctrine catholique et assaisonnées d'une sauce mariale déformée dénuée de tout sens théologique? Tout cela alimente le besoin de fomenter la haine et la diffamation du peuple arc-en-ciel contre une Église "médiévale" et obscurantiste, coupable d'avoir généré une pléthore d'enfants des plus miséricordieux.

.

Par charité, si les gens de l'arc-en-ciel ont comme parrainer Le mari de Ferragni, on n'est pas plus en forme parce qu'on a Mons. Nonzio Galantino. Toutes les personnes, le reste, il a ses soucis à la maison, cependant, je crois qu'il faut donner la parole à une confrontation étroite avec les vrais homosexuels bien plus nombreux que celui des Fierté qui n'aime pas monter sur scène mais qui est doté de cette délicatesse et de ce raffinement que nous avons pu apprécier chez le bien-aimé et feu Paolo Poli et chez d'autres après lui.

.

Je suis convaincu que c'est là qu'il faut insister chercher une vraie résistance, surtout quelle que soit l'Église catholique qui est aujourd'hui incapable d'offrir une analyse de bon sens sur le sujet ou d'exprimer la moindre dissidence. Si l'interdiction, par exemple, le cas du chemin qui est choisi à Rome pour montrer la Fierté. Itinéraire qui touche les endroits les plus chers du christianisme dans la ville éternelle. Le défilé du Fierté départ de la place de la basilique du Latran, la cathédrale métropolitaine où se trouve le siège de l'évêque de Rome. Suivez la Via Merulana et passez devant la Basilique de Santa Maria Maggiore, pour atteindre et finalement finir sur la Piazza della Repubblica, anciennement Piazza Exedra, devant la Basilique de Santa Maria degli Angeli e dei Martiri, dernier ouvrage créé par Michel-Ange sur l'ancien complexe des thermes de Dioclétien, lieu où les chrétiens ont été martyrisés au troisième siècle. Avez-vous déjà entendu parler de doléances publiques du Vicariat de Rome ou du C.E.I. ou par le Saint-Siège, chacun en fonction de sa compétence?

.

Ou vous avez peut-être entendu parler de divers journalistes et blogueurs catholiques, très actif sur le web, prendre la défense publique du Père Ariel suite au récent procès qui lui a été notifié pour la dénonciation d'un exposant et militant de la Lobby arcobaleno, avec une féroce association LGBT qui s'est constituée partie civile? Vous avez peut-être lu sur les profils Facebook de ces journalistes manifestement catholiques e pro-famille un pâle soutien au Père Ariel et à sa dignité de prêtre persécuté avant l'heure d'une procédure qui pourrait être menée avec beaucoup plus de férocité si la proposition de loi Zan était approuvée? Parce que pour moi c'est exactement le contraire: quand le Père Ariel a demandé à une fondation catholique ou à des catholiques apostoliques engagés et militants de l'aide pour les frais de justice, ainsi que de l'argent, tous ces grands défenseurs de la foi et de la morale ne lui ont même pas répondu. Au lieu de cela, ce sont nos lecteurs qui, a reconnu l'appel, ils nous envoient des offres gratuites pour le fonds des frais de justice, et nous ne cesserons jamais d'être reconnaissants à tous - à qui ils ont été répondus individuellement par des messages de remerciements. Cela dit, vous pouvez voir à quel point les exemples sont tristes et à quel point ils pourraient se multiplier. Comment l'intéressé pourrait-il ne pas comprendre que, avec sa célèbre ironie toscane-romaine, il y a quelques jours, dans l'un de nos entretiens privés, commenter: "Dieu nous garde des catholiques romains engagés et militants sur le front de la défense suprême de la foi, de la famille, de la morale et de la patrie chrétienne!».

.

Face à tant de croyants, clergé ou laïcs, qui s'enferment dans une supériorité indifférente qui reste confinée dans leur arrière-cour, il y a beaucoup d'homosexuels matures, qui non seulement ne sont pas de gauche, mais qui ne militent même pas dans le hall, dans les cercles et sections locales du parti. Mais qui ressentent le besoin profond d'en dire assez sur cette mauvaise habitude surréaliste qui nuit principalement à leur affectivité et l'utilise comme un bélier pour abattre des ennemis qui n'existent pas.. Les gens ordinaires, fiers de leur anonymat et de leur condition qui, comme dans les pages de l'écrivain Liala, ils ne laissent pas leur affectivité se spectaculairer et dépasser l'intimité de la chambre. Des personnes authentiques qui ne ressentent pas le besoin de s'enfermer dans le ghetto d'une catégorie protégée et qui vivent leur condition d'homosexuels avec sérénité en plein libre arbitre. Et si pour certains d'entre eux la position de l'Église ne pose pas de problème à leur vie - tout en rappelant que l'homosexualité pour l'Église constitue un désordre intrinsèque et un péché - d'autres souhaitent aussi préserver ce besoin de Dieu et de dialogue avec l'Église ce qui s'avère plus fort et plus nécessaire que la peur d'être insulté dans la rue.

.

Amis gays, nous sommes honnêtes: ceux qui t'appellent fagot, ce sont les mêmes qui appellent une salope à une femme mal habillée et ce sont toujours les mêmes qui se mettent à jurer quand un religieux traverse la rue et se touche ensuite les parties génitales en signe superstitieux. Ce seraient ces pauvres gens, pas toi, devoir être aidé, parce que ceux qui commettent de tels excès connaissent des problèmes évidents dans leur vie qui ne sont certainement pas résolus par une disposition de la loi qui prévoit la répression, l'amende ou l'emprisonnement.

.

Je voudrais enfin voir dans les débats télévisés et publics pas toujours les mêmes hôtes du Ddl Zan qui sont constamment présents dans chaque talk-show et qui discutent peut-être avec le prêtre ou avec le converti de service dans un dialogue bien mesuré mais terriblement ennuyeux. J'aimerais entendre des homosexuels ordinaires qui ne pensent pas comme Alessandro Zan mais qui ne seront jamais pris en considération car ils sont la preuve vivante que même dans le monde LGBT + il y a beaucoup de division et de divergence d'idées.

.

Le récit officiel doit être changé et dire avec simplicité que l'arc-en-ciel n'est pas représentatif de tout un chacun. Pas ce drapeau romantique qui regroupe et protège toute diversité. La véritable bannière de la protection est l'éducation qui forme l'homme à comprendre pleinement l'autre, comme il le répète depuis quelque temps dans ses écrits, conférences et allocutions télévisées Sœur Anna Monia che, à l'éducation et à l'école, il a consacré ses études et sa vie. Cette éducation est la base de la famille comme cellule de tout consortium humain. Notre Constitution le prévoit déjà, afin que le respect de l'individu à partir du sexe, du statut social, par race ou croyance, chacun est libre d'être ce qu'il est sans avoir à se procurer des vignettes de garantie. Et cette liberté constitutionnelle, Malheureusement, dans différents environnements LGBT+ et dans Fierté est abondamment ignoré et tout cela dans le silence le plus total et le plus coupable de ceux qui se lèvent pour défendre et promouvoir le Zan Bill.

.

J'aimerais entendre des mecs homosexuels comme Umberto La Morgia, Ferdinand Tripodi, le jeune juriste puis escorte Le Napolitain Francesco Mangiacapra - dont nos Editions publieront un livre très intéressant en septembre - et bien d'autres gays qui vivent leur affection de manière visible, des gars résolus qui s'opposent au Zan Bill non pas parce qu'ils sont homophobes ou parce qu'ils sont catholiques, mais simplement parce qu'ils sont capables de dédramatiser et de discerner une urgence qui n'existe que dans la tête des promoteurs de ce projet de loi qui vivent souvent des blessures profondes qui ne seront certainement pas pansées ou cicatrisées avec l'élimination des prétendus homophobes. Tout comme il y a des homosexuels de bon sens qui s'opposent au Zan Bill, donc il y a aussi des parlementaires et des sénateurs de bon sens qui appartiennent même au PD ou au Mouvement 5 stars ont acquis un jugement critique très précis sur ce projet de loi, le même jugement que le comptable Fantozzi a mûri concernant la Cuirassé Potemkine.

.

Le vote secret ne donnera certainement pas la parole aux homophobes, pas aux tireurs d'élite, pas à la fois gabbana, non pas aux différents Pillons de service mais à tous ceux qui, malgré leur apparente harmonie avec l'Honorable Zan, ils ne le soutiendront pas et peut-être ne le soutiennent-ils pas déjà car ils ont compris depuis longtemps que ce projet de loi comporte tellement de défauts, le mécontentement et les divisions que la seule façon de se prononcer sérieusement contre la discrimination est d'enterrer le Zan Bill, mettre fin à cette longue agonie.

.

Laconi, 12 juillet 2021

.

.

Chers lecteurs,

sur les "homosexualistes radicaux", merci de lire l'article rédigé par le président de nos éditions [voir ICI], dans laquelle nous demandons une prise en charge du fonds de mes frais de justice. J'ai fait l'objet d'un procès qui, pourtant infondé, cependant, cela m'oblige à procéder à ma défense devant le tribunal et m'oblige donc à dépenser de l'argent en frais juridiques. La logique est claire: frapper un pour les effrayer et mettre un millier d'entre eux au lit. C'est pourquoi j'ai tellement confiance en votre aide précieuse.

Je remercie ceux qui ont jusqu'ici envoyé une contribution pour le provision pour frais de justice, et à qui j'ai envoyé un message de remerciement en privé. Malheureusement, à certains, je ne pouvais pas répondre à la place, car avec leur don, ils n'ont pas envoyé de message avec leur e-mail. Je les remercie beaucoup dans ces lignes, désolé de ne pas pouvoir lui envoyer un message de remerciement.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Pay Pal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci:

isoladipatmos@gmail.com

.

.

.

 

.

.

.

 

Le Zan Bill et l'importance de la médiation sans compromis, ce que font certains catholiques “intégral”, pire que les homosexualistes radicaux, ils n'ont pas l'intention de comprendre, parce qu'ils ne connaissent pas la sagesse de l'Evangile

- Nouvelles de l'Église -

IL DISEGNO DI LEGGE ZAN E L’IMPORTANZA DI MEDIARE SENZA COMPROMESSI, CE QUE CERTAINS CATHOLIQUES “INTÉGRAL”, PIRE QUE LES HOMOSEXUALISTES RADICALES, ILS N'ONT PAS L'INTENTION DE COMPRENDRE, PARCE QU'ILS NE CONNAISSENT PAS LA SAGESSE DE L'EVANGILE

.

Réduits que nous sommes à une armée de Brancaleone, croyants du Christ per un verso e chierici per altro verso, contro quale agguerrito nemico si pensa di poter combattere? Volete sapere chi sono in realtà quei veri cattolici “integrali” che imperversano per i réseaux sociaux brandendo corone del rosario e Madonne parlanti con grave danno per l’immagine della Chiesa intera, che paventano fantascientifiche battaglie mistiche annunciando l’imminente trionfo del Cuore Immacolato di Maria? bientôt dit: sono delle povere crocerossine ignave che se dalla stanza dei lions de clavier fossero portati per davvero in una trincea di guerra, morirebbero soffocati tra la loro urina e i loro escrementi, perché la paura, dinanzi alle armi del nemico e al sangue dei morti ammazzati sul campo di battaglia, sarebbe tanta e tale che non riuscirebbero a trattenere neppure per cinque minuti i loro orifizi.

.

.

PDF artcolo formato stampa
.

.

.

.

Ricordi di vita e di rapporti umani Padre Ariel con l’amica trans Vlady Guadagno nella sala trucco degli studi Mediaset di Cologno Monzese (mai 2021)

Con quella divertita leggerezza estiva che non guasta, confido che dopo gli ultimi miei interventi televisivi al programma Zone blanche dirigé par Giuseppe Brindisi, la 19 mai, ed a Droit et inverse condotto da Paolo Del Debbio, la 24 juin, mi sono dovuto sorbire critiche in sé sempre legittime, seguite però da insulti che in sé non sono invece legittimi. Ne prendo uno tra i tanti e neppure il peggiore. Un tale, convinto di essere un autentico cattolico “integrale”, così commenta il mio colloquio con l’amico Alessandro Cecchi Paone e l’amica trans Vlady Guadagno al programma del 19 mai:

.

«Eri così remissivo che potevi dare il culo a Cecchi Paone direttamente negli studi di Mediaset» (!?).

.

Sorvoliamo sullo stile per concentrarci su altro: l’imbecille metafisico, presunto cattolico “integrale” o meno che sia, ha la capacità di farsi riconoscere all’istante con una epigrafe sintetica, senza bisogno di cimentarsi in un’articolata e complessa lectio magistralis. Pour que, in tono ilare, risposi in privata sede alcattolico integrale”:

.

«Credo che l’amico Alessandro Cecchi Paone abbia possibilità di scelta molto migliori, rispetto al culo di un prete».

.

Même parce que, se devo dirla mots ouverts, solo l’amabile e delicato Dottor Rocco Lapenta, mio colonoscopista di fiducia, ha il privilegio unico e irripetibile di entrarmici dentro col sondino seulement un, presso la Clinica Villa del Rosario di Roma, dove mi sottopongo a questa pratica affatto erotico-giocosa. Mio padre morì cinquantenne per un tumore al colon-retto, che in alcuni casi può essere ereditario, per ciò meglio controllarsi periodicamente e nel caso prevenire. E qui — sempre nell’ambito della leggerezza estiva — va detto che la mia colonoscopia è sempre un avvenimento in quella clinica, più delle partite in cui gioca la Roma, di cui le suore anziane sono tifose. Forse persino più atteso della stessa festa in cui si fa memoria liturgica di San Vincenzo Maria Pallotti, fondatore di quella Congregazione di suore, dette appunto Suore Pallottine, pour les amis Suore Pallottoline. Presto detto il motivo: vi sembro forse un soggetto da euforizzare, essendolo già fin troppo per natura? Immaginate per ciò cosa accade se sono sedato con anestetici che mi gasano. Ce sont les résultats: la suora assistente di sala operatoria, scuotendo la testa dinanzi agli sproloqui che uscivano dalla mia bocca mentre ero in stato di euforica incoscienza, sbotta:

.

«... ma che bocca de fogna c’ha questo! Ma c’avete portato ‘n sala operatoria pe ‘a colonoscopia ‘n prete, o er carbonaro ‘mbriaco der Marchese der Grillo?».

.

A chi non fosse chiaro ribadisco per l’ennesima volta: leggerezze estive. Comprensibili e forse anche opportune, considerando che tutti siamo reduci da mesi di lavoro e da vari confinement che in tante persone hanno lasciato il segno. Dio volesse che avessero lasciato anche una indelebile lezione di vita, comme nous Pères dØ L'île de Patmos spiegammo tra le righe del nostro libro L'Église et le coronavirus, in cui narriamo la nostra esperienza pastorale tutt’altro che facile in quei momenti di emergenza. Per questo ritengo che sorridere faccia tutt’altro che male. Nella vita bisogna essere seri e non seriosi, morali e non moralisti.

.

E mentre l’Italia si dibatteva in preda a una emergenza inaspettata senza precedenti, con rischi di collasso della nostra sanità ― che alla prova dei fatti ha retto però molto meglio rispetto ad altri Paesi europei specializzati a guardare l’Italia e gli italiani con la puzza sotto il naso ― con l’aggiunta di una crisi economica che a detta degli esperti non si vedeva dal dopoguerra, tra le priorità in agenda del nostro legislatore c’era il Disegno di legge Zan contro la omotransfobia.

.

Per poco possa valere il mio parere di persona con una pregressa formazione giuridica, debbo dire che ho faticato a trovare un vuoto normativo da colmare con una apposita legge, soprattutto con una legge che crea di fatto delle nuove categorie protette. Volutamente non mi lancio nel diritto penale e nel diritto costituzionale, che pure credo di conoscere e ricordare a sufficienza, né intendo disputare sui difetti di questo disegno per come al momento è formulato in bozza, cosa peraltro pressoché normale per tutti i Disegni di legge. Oppure spiegare ai sensi di diritto in che modo possa confliggere con alcune libertà fondamentali garantite dalla Costituzione, dalla libertà di pensiero e di opinione alla libertà d’insegnamento. Senza dimenticare il Concordato tra Stato e Chiesa, ricordato di recente dalla Santa Sede tra i gridi all’ingerenza clericale di giuristi e costituzionalisti che si sono improvvisati tali sulle piazze, attraverso le idiozie sparate da qualche influencer tutto tatuaggi e poco cervello, per seguire con alcune parate del Fierté gai dove l’eccesso grottesco è di casa. Il Concordato, revisionato nel 1984 da un Governo presieduto da un laicissimo Primo ministro socialista, garantisce alla Chiesa una libertà di pensiero, espressione e insegnamento che questo Disegno, se convertito in legge tal quale è stato scritto, finirebbe per limitare. Lo dissi direttamente a suo tempo anche all’Onorevole Alessandro Zan nel corso di una puntata di Droit et inverse, celui de 9 octobre 2020, citando un passo tratto dall’epistolario del Beato Apostolo Paolo, per poi domandare:

.

«Posto che alla fine della lettura di questa epistola nella quale si stigmatizza la sodomia, noi non diciamo parola dei Vescovi O parola del Padre Ariel, maman Parole de Dieu, demain, leggendo e commentando questo testo, rischio per caso di trovarmi con i Carabinieri che mi attendono in sacrestia alla fine della Santa Messa?».

.

E qui va chiarito che si stigmatizza la sodomia, non il sodomita. Passaggio non chiaro a coloro che agiscono mossi da passioni emotive irrazionali, contestando a priori e per partito preso una Chiesa di cui non conoscono la dottrina, il magistero e una condotta di vita morale che noi offriamo e proponiamo, ma che non imponiamo né mai imporremmo a nessuno. Per questo colsi l’occasione per spiegare in seguito in un altro programma, quello del 24 juin 2021:

.

«Non è facile far capire alle persone la differenza che corre tra peccato e peccatore. La Chiesa condanna il peccato ma accoglie sempre il peccatore, se non lo facesse, tradirebbe la missione che Cristo le ha affidato».

.

Per non parlare della non discriminazione, che la Chiesa ha fissato tre decenni prima del Disegno di legge Zan nel Catechismo che recita:

.

«Un numero non trascurabile di uomini e di donne presenta tendenze omosessuali profondamente radicate. Questa inclinazione, oggettivamente disordinata, costituisce per la maggior parte di loro una prova. Perciò devono essere accolti con rispetto, la compassion, délicatesse. A loro riguardo si eviterà ogni marchio di ingiusta discriminazione. Tali persone sono chiamate a realizzare la volontà di Dio nella loro vita, e, se sono cristiane, a unire al sacrificio della croce del Signore le difficoltà che possono incontrare in conseguenza della loro condizione» [n. 2358].

.

Dinanzi alla parola «disordine», non pochi esponenti dell’omosessualismo ideologico radicale, maestri insuperabili della estrapolazione selvaggia e della petit mot presa e isolata dal suo contesto, se potessero impugnare una legge mal fatta e ambigua non esiterebbero a chiedere la condanna della Chiesa e la cancellazione ― va da sé con tanto di procedimenti penali o di scuse ― di questa espressione da loro reputata altamente offensiva, o per meglio dire omofoba. Talmente incapaci sono a leggere che sulle righe si condanna con chiarezza non passibile di equivoci la pratica dell’omosessualità, non l’omosessuale, che troverà invece sempre accoglienza, comprensione e ascolto. Sinon, se lo rigettassimo o peggio discriminassimo, come dicevo poc’anzi tradiremmo il messaggio stesso di Cristo Dio e la missione che Egli ci ha affidato. I ciechi omosessualisti radicali ignorano con spirito di chiusura e cecità ideologica che la Chiesa, nella edizione del Catechismo del 1992, écrit:

.

«[...] A loro riguardo [Ndr degli omosessuali] si eviterà ogni marchio di ingiusta discriminazione».

.

Il tutto fu scritto quando l’Onorevole Alessandro Zan aveva appena 18 années e sedeva sui banchi delle scuole medie superiori, non certo su quelli del Parlamento della Repubblica.

.

Sempre nella puntata del 19 maggio di Zone blanche, entro i brevi tempi concessi a tutti gli opinionisti ospiti nei salotti televisivi ― dove certo non si possono fare conferenze né scendere troppo su complesse tematiche specialistiche ―, andando all’essenziale spiegai la differenza sostanziale che corre tra “compromesso” e “mediazione”. E lo feci portando come esempio uno dei miei formatori, diplomatico di lungo corso a servizio della Santa Sede, uomo di fede e santo vescovo, che mi trasmise l’importanza della mediazione scevra da compromessi.

.

In questi ultimi tempi ho subito vari attacchi più o meno … colonoscopici da parte di cattolici che dinanzi a certe mie parole hanno urlato al tradimento e alla resa, dopo che in più occasioni pubbliche ho affermato: né la Conferenza Episcopale Italiana né la Santa Sede hanno espressa e mostrata contrarietà alcuna verso questo Disegno di legge. Io sono membro del Corpo Mistico che è la Chiesa, di cui Cristo è capo e noi membra vive [cf.. Col 1, 18], se pertanto mi presento come presbitero e teologo in qualsiasi contesto pubblico, esprimo e diffondo il pensiero oggettivo della Chiesa, della Santa Sede e dei nostri Vescovi italiani, non certo il pensiero soggettivo mio, che non avrebbe né mai potrebbe avere alcuna rilevanza. Donc, se da pochi o molti è ritenuto necessario, che questo Disegno sia pure convertito in legge, nulla da dire e nulla da obiettare in tal senso da parte cattolica, come hanno espresso la Conferenza Episcopale Italiana prima e poi la Santa Sede a seguire. Però dopo averlo rivisto, garantendo una doppia tutela: l’azione penale e la condanna contro eventuali omofobi violenti ma al tempo stesso la libertà di pensiero, parole et d'expression, quindi il libero esercizio del ministero della Chiesa che ha il diritto di trasmettere la propria morale, previa tutela della libertà d’insegnamento nelle scuole, senza che in esse sia imposto ― in quelle statali come in quelle paritarie cattoliche ― l’indottrinamento al le genre. Ma soprattutto senza che nessuno, dal giorno dopo il varo di quella legge a seguire, ci subissi di querele, chiedendo ai tribunali di obbligarci a cancellare intere pagine della dottrina e della morale cattolica, che ripeto è offerta e proposta agli uomini di buona volontà, mai imposta a chiunque abbia la liberà volontà di rigettarla. Su questo bisogna mediare e trovare un accordo, non un compromesso. Proprio come fecero i nostri Padri Costituenti, dando all’Italia appena uscita dalla guerra una Carta Costituzionale che sintetizza quelle che furono le istanze di tutte le correnti: communistes, socialisti, libre, repubblicani, cattolici popolari …

.

In serena coscienza penso di poter dire che non c’è differenza tra certi omosessualisti appartenenti alle correnti più radicali e certi cattolici cosiddetti “integrali”, tenendo conto che i primi recano grandi disagi e imbarazzi alla comunità omosessuale, i secondi grandi disagi e imbarazzi alla Chiesa e alla comunità cattolica, perché gli uni come gli altri ragionano e lottano su basi puramente emotivo-ideologiche. Esattamente ciò che nel dibattito televisivo del 20 octobre 2020 rimproverai all’Onorevole Alessandro Zan affermando:

.

«[...] il legislatore dovrebbe ripartire dalla antica sapienza di Aristotele: la legge è ragione priva di passione. Mentre invece questo Disegno di legge pare giocato sulle passioni emotive».

.

Detto questo aggiungo per onestà intellettuale che i secondi soggetti ― i cattolici “integrali” ― hanno un’altra caratteristica che li rende particolarmente venefici e forse persino peggiori degli omosessualisti radicali: confondere la fede con il cieco e bieco fideismo, che della fede non è neppure cugino di terzo grado.

.

Per tutta una complessa serie di ragioni che analizzai ed esposi undici anni fa nel mio libro Et Satan est devenu trinitaire, oggi la Chiesa Cattolica sta vivendo un momento di grande debolezza e profonda decadenza che ha generato una crisi morale nel nostro clero senza precedenti storici. Il principio di autorità non è semplicemente entrato in crisi, è stato proprio distrutto. Quei certi preti che ogni tanto, come verginelle vilipese, si stracciano le vesti per una mia parola colorita ― detta rigorosamente in modo del tutto voluto proprio per irritarli, come ho fatto nella parte introduttiva di questo articolo tra culi e colonoscopie ―, sono gli stessi che poi disattendono i comandi dei loro vescovi diocesani o dei loro superiori maggiori religiosi, o che di loro sparlano male in giro per tutta la diocesi, solo perché il Sommo Sacerdote si è permesso di dargli un paterno e pacato suggerimento, offendendo e oltraggiando in tal modo il loro narcisismo clericale ipertrofico. Di tutt’altra pasta sono fatto io, rispetto a queste suscettibili vergini clericali, perché il mio Vescovo l’ho sempre venerato come immagine apostolica del Cristo che regge e tiene unite tutte le membra del corpo e quindi l’ho di rigore sempre ubbidito, o miei cari e implacabili critici clericali! Critici tra i quali spiccano, tra le vergini più vergini ― oltre che tra le più litigiose e velenose ―, i presbiteri appartenenti agli Ordini religiosi storici, che sempre di meno sanno dove alberga quella obbedienza da loro suggellata con un particolare voto solenne.

.

Réduits que nous sommes à une armée de Brancaleone, croyants du Christ per un verso e chierici per altro verso, contro quale agguerrito nemico si pensa di poter combattere? Volete sapere chi sono in realtà quei veri cattolici “integrali” che imperversano per i réseaux sociaux brandendo corone del rosario e Madonne parlanti con grave danno per l’immagine della Chiesa intera, che paventano fantascientifiche battaglie mistiche annunciando l’imminente trionfo del Cuore Immacolato di Maria? bientôt dit: sono delle povere crocerossine ignave che se dalla stanza dei lions de clavier fossero portati per davvero in una trincea di guerra, morirebbero soffocati tra la loro urina e i loro escrementi, perché la paura, dinanzi alle armi del nemico e al sangue dei morti ammazzati sul campo di battaglia, sarebbe tanta e tale che non riuscirebbero a trattenere neppure per cinque minuti i loro orifizi.

.

A tutti quei sedicenti cattolici “integrali” che non sanno cosa sia veramente il Vangelo e quanto eterna e senza tempo sia la parola santissima e sempre attuale in esso contenuta, per capire cosa sia la mediazione da perseguire, quando non si possono fare battaglie e tanto meno vincerle ― con buona pace dell’imminente e magico trionfo del Cuore Immacolato di Maria ridotta da certi tristi figuri a una via di mezzo tra la dea Athena e la fata Turchina ― basterebbe leggere questo passo:

.

«[...] quale re, partendo in guerra contro un altro re, non siede prima a esaminare se può affrontare con diecimila uomini chi gli viene incontro con ventimila? Se no, mentre l’altro è ancora lontano, gli manda un’ambasceria per la pace» [Lc 14, 31-32].

.

Questa è la sapienza della mediazione, con buona pace di certi cattolici “integrali” che impazzano sui réseaux sociaux tra immagini di cristi androgini photoshoppati e madonnine languide da cartone animato, plus ou moins lions de clavier ce, le calcul, la sanno più lunga di Gesù Cristo, ma soprattutto sono parecchio più sapienti di Lui. Avere creato infatti una cattolicità emotivo-narcisistica che non tiene conto della parola e del messaggio del Verbo di Dio incarnato, è moralmente cosa molto peggiore della pratica dell’omosessualità, lo dice con chiarezza Cristo tra le righe affermando:

.

«”In verità vi dico: les publicains et les prostituées entrent dans le royaume de Dieu. John est venu à vous dans la voie de la justice, et vous ne croyait pas; les publicains et les prostituées l'ont cru à la place. Le beurre, au contraire, en dépit d'avoir vu ces choses, vous ne vous repentez même pas croire en lui « » [Mont 21, 31-32].

.

C'est exact: «Non vi siete nemmeno pentiti per credergli», come invece hanno fatto, au cours du temps,, numerosi omosessuali racchiusi da Cristo, assieme a tanti altri peccatori di vario genere, nelle figure dei «pubblicani» e delle «prostitute», che sono una metafora e un paradigma che racchiude al proprio interno le miserie e le debolezze dell’intera umanità composta sia da eterosessuali sia da omosessuali.

.

de l'île de Patmos, 8 juillet 2021

.

.

.

Chers lecteurs,

sur “homosexualistes radicaux”, merci de lire l'article rédigé par le président de nos éditions [voir ICI], dans laquelle nous demandons une prise en charge du fonds de mes frais de justice. J'ai fait l'objet d'un procès qui, pourtant infondé, cependant, cela m'oblige à procéder à ma défense devant le tribunal et m'oblige donc à dépenser de l'argent en frais juridiques. La logique est claire: frapper un pour les effrayer et mettre un millier d'entre eux au lit. C'est pourquoi j'ai tellement confiance en votre aide précieuse.

Je remercie ceux qui ont jusqu'ici envoyé une contribution pour le provision pour frais de justice, et à qui j'ai envoyé un message de remerciement en privé. Malheureusement, à certains, je ne pouvais pas répondre à la place, car avec leur don, ils n'ont pas envoyé de message avec leur e-mail. Je les remercie beaucoup dans ces lignes, désolé de ne pas pouvoir lui envoyer un message de remerciement.

 

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

Lire la suite

Le père Ariel en procès: « J’ai souvent été en avance sur mon temps avec des livres et des articles, aujourd'hui je risque d'être un anticipateur de la “Conception de Zan” avant qu'il ne devienne loi de la République. Les catholiques qui disent qu'ils me respectent, ils seront prêts à mettre la main à la poche et à me soutenir pour les frais de justice?»

- Nouvelles de l'Église -

LE PÈRE ARIEL EN PROCÈS: «J'ai souvent été en avance sur mon temps avec des livres et des articles, AUJOURD'HUI RISQUE D'ÊTRE ANTICIPATIF DE LA CONCEPTION ZAN AVANT QU'IL DEVIENNENT LOI DE LA RÉPUBLIQUE. LES CATHOLIQUES QUI DISENT M'ESTIMER, ILS SERONT DISPOSES A METTRE LEURS MAINS A LA POCHE ET A ME SOUTENIR POUR LES FRAIS DE PROCESSUS?»

.

Devant un homosexuel qui représente Jésus-Christ comme un paria de Cage aux Folles (au sens propre: la cage des fous) l'amenant dans une procession moqueuse jusqu'au dernier Fierté gai Milan, aucun catholique n'a le droit de se sentir offensé, parce qu'ils ne sont que des expressions ludiques de la gaieté arc-en-ciel que tout peut se permettre, sauf à poursuivre quiconque ose répondre à ces insultes publiques, soulevant des questions graves proportionnées à l'extrême gravité de l'infraction.

.

Auteur:
Jorge Facio Lynx
Président des Editions L'île de Patmos

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

.

Sje peux revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent

Le paradigme de la société du troisième millénaire trouve sa synthèse dans cette réflexion de Gilbert Keith Chesterton:

.

« La grande marche de la destruction intellectuelle se poursuivra. Tout sera nié et cela deviendra un credo. Il est raisonnablement en mesure de nier les pierres de la rue; deviendra un dogme religieux pour réaffirmer. Il est un argument rationnel qu'il prend tout plongé dans un rêve; sera une forme sensible de mysticisme dire que nous sommes tous réveillés. Les feux seront super content d'être témoin que deux plus deux égalent quatre. Épées seront dégaina pour montrer que les feuilles sont vertes en été. Nous nous trouvons défendre non seulement les vertus incroyables et l'incroyable signifiance de la vie humaine, mais quelque chose encore plus incroyable, cette immense, univers impossible à regarder nous dans le visage. Nous allons nous battre pour des miracles visibles comme si elles étaient invisibles. Nous examinerons l'herbe et le ciel impossible avec un étrange courage. Nous serons parmi ceux qui ont vu et qui ont cru " (du travail Hérétiques).

.

Dans des circonstances telles que celle que nous allons maintenant raconter tu risques deux choses différentes: ou amertume, ou d'agréables surprises. Mais passons à l'histoire, à introduire avec une prémisse nécessaire: une affaire pénale étant en cours, il convient d'éviter d'entrer dans les détails et de se limiter à la narration du fait. Sinon vous risquez de faire comme ces prévenus assistés d'avocats superstar qui vont discuter de leurs processus dans les différents talk-show alors que la première phase du procès vient de commencer devant le tribunal.

.

Voici l'histoire: il y a des années, le père Ariel a pris la défense publique d'un prêtre âgé, téologue et universitaire, sbeffeggiato sui réseaux sociaux, puis dans la presse nationale, pour une demi-phrase coupée d'une de ses réponses données dans un contexte biblico-exégétique. Avec cette phrase extrapolée, on lui a fait dire ce qu'il n'avait jamais dit, que "les tremblements de terre sont une punition de Dieu".

.

Vous pouvez revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent …

Pour lancer l'actualité c'était un jeune journaliste appartenant à la branche la plus radicale du monde LGBT. père ariel, agissant comme un défense du théologien âgé dans un contexte polémique articulé, il a utilisé des expressions ironiques sous une forme interrogative, que l'intéressé a cependant jugé diffamatoire, pour cela il l'a poursuivi.

.

Le père Ariel n'a jamais su que dans 2017 avait été poursuivi en justice sous dell'art. 595 Code pénal et qu'il faisait l'objet d'une enquête. Il y a seulement trois mois et demi, convoqué à la Préfecture de Police du lieu où se trouve le Tribunal saisi, où il s'est présenté 45 minutes après avoir été contacté par téléphone, il a appris qu'il avait été poursuivi.

.

Je dois tout savoir une itérer maintenant commencé, il a d'abord procédé à la nomination d'un avocat pénaliste de confiance en tant que défenseur.

.

Vous pouvez revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent …

C'est l'histoire à grands traits, senza scendere in particolari. Pas parce que cela ne peut pas être fait, mais pourquoi pas, ce serait inapproprié et injuste. Ces colonnes ne sont pas le bon endroit pour exposer les raisons défensives, être présenté dans une instance appropriée devant l'organe judiciaire. Les procès ne sont ni dans les journaux ni dans les réseaux sociaux, car tous deux ne peuvent ni condamner ni absoudre, ils ne devraient jamais non plus, même s'ils prétendent souvent le faire en mettant des personnes ou des institutions entières en dérision publique.

.

c'est singulier être traduit en justice d'un sujet qui promeut le monde gay plus radicale et qui a toujours soutenu, par exemple avec des articles et diverses interventions publiques, certains défilés de Fierté gai, où pullulent toutes les pires profanations visant les figures et symboles les plus chers au christianisme, des ricanements envers Jésus-Christ à ceux envers la Bienheureuse Vierge Marie, considéré par certains comme pleinement légitime. Cependant, il n'est pas toléré que des questions de quelque nature que ce soit puissent être soulevées sur les promoteurs de l'idéologie LGBT. Il semble en effet que promouvoir les railleries envers Jésus-Christ dans la parodie d'un gay en talons hauts portant une croix sur laquelle au lieu de l'inscription latine I.N.R.I (Jésus de Nazareth, roi des Juifs) il y a un coq stylisé, ne peut constituer une insulte à la sensibilité des catholiques, parce que c'est accordé. Pas seulement, on prétend même qu'une loi spéciale est votée sous prétexte de condamner cette homophobie - que nous condamnons tous sans avoir besoin de lois qui changent le monde LGBT dans “catégorie protégée” [voir la dernière conférence télévisée du père Ariel sur cette question, à la minute 1:38 Suivant —, avec le risque sérieux de transformer des opinions défavorables en délit, où d'une part le droit à l'insulte blasphématoire est revendiqué, en revanche, ils n'hésitent pas à border des plaintes pour chaque soupir légitime visant à défendre leurs valeurs morales et leurs symboles religieux.

.

Vous pouvez revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent …

devant un gay qui représente Jésus-Christ comme une fuite de Cage aux Folles (au sens propre: la cage folle) l'amenant dans une procession moqueuse jusqu'au dernier Fierté gai Milan, aucun catholique n'a le droit de se sentir offensé, parce qu'ils ne sont que des expressions ludiques de la gaieté arc-en-ciel que tout peut se permettre, sauf à poursuivre quiconque ose répondre à ces insultes publiques, soulevant des questions sévères proportionnées à la gravité de l'offense infligée à ce qui est le plus sacré et le plus cher au christianisme.

.

Et dire que celle de l'Honorable Alessandro Zan ce n'est pour l'instant qu'un dessino di legge. Si c'est passé comme ils l'ont écrit, avec toute l'ambiguïté contenue dans le texte des articles 1, 4, 7, ce qui se passerait? Nous serons peut-être submergés de plaintes dès le lendemain, si quoi que ce soit, pour avoir expliqué le livre de la Genèse dans la partie où il est dit que Dieu mâle et femelle les a créés, ou pour avoir expliqué qu'une famille est composée d'un père et d'une mère et qu'eux seuls peuvent avoir un enfant, pour que deux riches gays qui produisent un bébé en payant le ventre d'une pauvre femme d'un pays en développement, ils font quelque chose d'inhumain? Nous ne parlons donc pas de certaines Lettres du Bienheureux Apôtre Paul dans lesquelles sont exprimées des paroles de condamnation de la pratique de la sodomie. [Voir. Je Cor 6, 9-11]. Demain, a pena querela, ci impediranno forse di leggere e spiegare certi testi sacri, poste ça quand même, toujours, La morale catholique condamne le péché mais pas le pécheur, rejeter le premier et toujours accueillir le second avec miséricorde et sans discrimination envers qui que ce soit? Ils traîneront les prêtres en justice après avoir lu certains passages dans les églises pendant la Sainte Messe, demandant le retrait immédiat du commerce des exemplaires des évangiles, si ces phrases ne sont pas coupées, si quoi que ce soit, avec beaucoup d'excuses adressées aux membres des groupes les plus sensibles et agressifs LGBT?

.

Vous pouvez revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent …

Simplement dit,: certains prêtres touchés par le complexe généralisé De Don Abbondio ils ne doivent pas être censurés, ils vont s'autocensurer. Ils diront que la Genèse est un texte ancien, que l'apôtre Paul a été exalté, peut-être même un peu’ homophobe quand il condamne les relations homosexuelles. Si le Zan Bill n'est pas reformulé, sauver la liberté d'opinion et d'enseignement des parents et des écoles catholiques, les groupes LGBT ils finiront par imposer la le genre forcé sous prétexte de condamner l'homotransphobie.

.

Face à un procès pénal cela signifie dépenser de l'argent que nous n'avons pas, on ne peut pas non plus s'endetter pour le faire. C'est pourquoi nous lançons une requête qui pourrait nous amener à avoir des satisfactions ou des peines inattendues plus grandes que le procès dont nous vous avons parlé.. Ceci est une simple demande: aidez-nous à payer les frais de justice du père Ariel. Nous demandons à ceux qui nous envoient des messages d'appréciation pour nos articles, livres et pour les discours télévisés du Père Ariel. Nous le demandons, surtout, à ces catholiques sur lesquels tu es réseaux sociaux ils se déchirent sur le « danger » du Zan Bill tel qu'il est formulé dans le projet. En effet, qu'il soit clair qu'avec le chiffon émotionnel des vêtements ou avec les débordements de certains catholiques lions de clavier personne n'est protégé. Au lieu de cela, mettez vos mains dans vos poches et envoyez une contribution à L'île de Patmos pour le fonds de dépenses nécessaire à la défense de première instance du père Ariel, il sera au contraire d'une grande utilité. En fait, dans la mesure où l'avocat entend limiter au maximum les frais, il faudra plusieurs milliers d'euros, parce que les processus coûtent. Il faut également garder à l'esprit - toujours en ce qui concerne les frais de justice - qu'en revanche il n'y a pas un seul, mais le segment le plus radical du monde LGBT, que par l'intermédiaire d'une association s'est déjà constitué partie civile. Et ils n'ont aucun problème à faire face aux frais juridiques et à faire traîner les procès pour les trois tribunaux, ils ont de l'argent, les prêteurs et les cabinets d'avocats qui travaillent spécialement pour eux, pour cela, ils n'ont épargné aucune dépense.

.

Vous pouvez revendiquer le respect et insulter les autres en même temps, sauf à les poursuivre s'ils réagissent à des infractions graves? Apparemment certains pensent qu'ils peuvent …

A toi le choix: vous pouvez étonner les Pères de L'île de Patmos ou les amer. Dans les deux cas les Pères ne cesseront d'œuvrer pour la vérité et le Peuple de Dieu, même quand les gens bavardent et ne jettent pas un sou face à l'urgence de la vraie nécessité. Mais il nous dit bien, il magnifie le courage des autres et la manière dont les vrais lions de Dieu défendent la vérité. Tous les compliments gratuits avec lesquels, cependant, les coûts d'un essai ne sont pas payés, surtout si d'un autre côté il y a un groupe féroce et idéologique qui ne veut pas traduire en justice le père Ariel, mais l'Église catholique. Et avec cela, nous avons clairement indiqué que les compliments des catholiques romains engagés et des militants habitués à agir armons-nous et... partons, ils ne sont d'aucune utilité pratique. Donc, ne nous envoyez pas de commentaires flatteurs ou d'expressions encourageantes de solidarité, envoyez-nous de l'argent!

.

Qui voudra nous soutenir pour le paiement des frais de justice du Père Ariel può inviare la propria libera donazione sul conto corrente delle Éditions L'île de Patmos oppure tramite il comodo e sicuro sistema Pay Pal, tous les détails se trouvent en bas de cette page. S'il vous plaît écrivez dans la description “frais de justice du père Ariel” et aussi pour nous envoyer un e-mail avec votre nom et votre adresse e-mail, afin que nous puissions vous adresser un message de remerciement pour votre contribution concrète et précieuse.

.

de l'île de Patmos, 3 juillet 2021

.

 

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Pay Pal:







ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

BPM BANK
Rome, aucune agence. 59.
IBAN: IT 74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT: BAPPIT21D21

.
Si vous effectuez un virement, veuillez nous envoyer un e-mail de notification, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci, écrivez à cette adresse e-mail:

isoladipatmos@gmail.com

.

.

.

.

.