Vittorio Messori défendre contre les faux dogmes de Leonardo Boff

DÉFENDRE VITTORIO MESSORI CONTRE LE FAUX DOGMI DE LEONARDO BOFF

 

J'interviens sur l'affaire de Messori pour ne pas approuver ou désapprouver ce qu'il a écrit, mais pour le défendre consciencieusement de la critique violente et insensée d'un religieux qui se présente comme un théologien et accuse le journaliste de mauvaise foi ou d'ignorance en matière théologique. C'est Léonard Boff. Sa critique de Messiri représente, juste dire, la somme de toutes les absurdités que les idéologues de la "théologie de la libération" ont écrites, avant et après la condamnation par le Saint-Siège, sur le message de l'Evangile et sur l'action de l'Eglise dans le monde.

Auteur Antonio Livi

Auteur
Antonio Livi

vittorio messori

le journaliste et écrivain catholique Vittorio Messori

Les considérations que Vittorio Messori a publiées sur Corriere della Sera sur le pontificat du pape Bergoglio l'année dernière 24 décembre [voir qui] ont suscité, comme il fallait s'y attendre, beaucoup de réactions différentes. Beaucoup les ont partagés, d'autres les ont sévèrement critiqués. Je n'entrerai pas dans les mérites de vos évaluations, que je considère cependant comme légitime. C'est un journaliste sérieux, d'un historien bien documenté et surtout d'un catholique de foi sincère et éclairée. Je le connais personnellement depuis de nombreuses années, j'ai lu tous ses livres, en commençant par le premier et le plus célèbre, celles Hypothèse sur Jésus qui laissait trop de place à une interprétation fidéiste de Pascal mais avait tout de même une remarquable efficacité apologétique. Ces derniers temps, j'ai toujours lu avec intérêt et aussi avec plaisir votre chronique sur Barre. Il y avait des journalistes catholiques comme ça! Dommage, je me suis toujours dit, qu'il n'était pas autorisé à continuer à écrire sur Venir ... Ça aurait été bien pour le "journal catholique" (et pour moi aussi, que depuis ce journal j'ai été littéralement mis au pilori).

Maman, je répète, Je n'entre pas dans le fond de ses considérations sur le pontificat du pape Bergoglio, parce que je suis d'avis que les journalistes devraient se limiter à l'information pour les affaires de l'Église, quel est leur métier et leur mission spécifique, sans influencer l'opinion publique catholique avec leurs opinions personnelles, inévitablement partiel, en ce sens qu'ils ne peuvent décrire qu'une partie de la réalité ecclésiale et n'exprimer sur elle que le point de vue d'une partie du peuple de Dieu.

Comme je l'ai déjà écrit sur le Boussole, Je préfère que l'actualité ecclésiale soit traitée avec une compétence authentiquement théologique et d'un point de vue exclusivement pastoral. Je me suis, inquiet en tant que prêtre de la désorientation doctrinale que je perçois chez les fidèles, J'ai pris plusieurs fois la parole sur la "question Bergoglio" invitant les catholiques à ne pas tenir compte de ce qu'est le pain quotidien des "Vaticanistes" (phrases et gestes suggérant des "ouvertures" ou des "fermetures", les nominations et révocations des hauts prélats), d'autre part, s'intéresser intelligemment à ce qui est proprement le Magistère de l'Église. Là, dans les documents du magistère de l'Église (qui est à certains points fondamentaux immuable et pérenne, dans d'autres, il procède historiquement aux "réformes dans la continuité" appropriées) les catholiques, aujourd'hui comme toujours, ils trouvent le guide sûr de leur conscience, l'orientation sûre pour professer et vivre la foi dans leur existence quotidienne.

Léonard Boff

Léonard Boff, ancien frère et prêtre franciscain a démissionné de l'état clérical, cohabite aujourd'hui avec son partenaire et se consacre à répandre des hérésies et des doctrines flagrantes “dogmatique” écologique et pro-marxiste

Mais maintenant je parle de l'affaire Messiri, ne pas approuver ou désapprouver ce qu'il a écrit, mais pour le défendre (c'est un must) de la critique violente et insensée d'un religieux qui se présente comme un théologien et accuse le journaliste de mauvaise foi ou d'ignorance en matière théologique. C'est Léonard Boff. Sa critique de Messiri (Cliquez ici) reprèsente, juste dire, la somme de toutes les absurdités que les idéologues de la "théologie de la libération" ont écrites, avant et après la condamnation par le Saint-Siège, sur le message de l'Evangile et sur l'action de l'Eglise dans le monde.

boff Jésus libérateur

une des pierres angulaires de la théologie de la libération

Boff accuse Messori d'ignorer le rôle de "l'Esprit", OMS, selon lui, il agirait même et encore mieux en dehors de l'Église catholique, qui ne peut pas "apprendre des autres". À cet égard, Boff, avec le ton du défenseur de ce qu'il appelle le Saint-Esprit, arriver à écrire: "C'est blasphémer contre le Saint-Esprit que de penser que les autres n'ont pensé qu'à tort. Pour cette raison, une Église ouverte comme le veut François de Rome est extrêmement importante. Elle doit être ouverte aux irruptions de l'Esprit appelées par certains théologiens « la fantaisie de Dieu », en raison de sa créativité et de sa nouveauté, dans les entreprises, dans le monde, dans l'histoire des peuples, chez les individus, dans les Églises et aussi dans l'Église catholique ", lequel, avant Francesco, cela aurait été trop lié au Christ, trop "christocentrique".

Selon l'ancien franciscain, que quand il est intéressé il se pose en amoureux de la doctrine (le sien), Vittorio Messori manque terriblement de théologie: il "se heurte à l'erreur théologique du christomonisme, c'est-à-dire, Seul le Christ compte. Il n'y a pas vraiment de place pour le Saint-Esprit. Tout dans l'Église se résout avec le Christ seul, quelque chose que le Jésus des Evangiles ne veut pas exactement".

puis, revenir pour assumer le rôle de l'antidogmatiste, ajoute: « Sans l'Esprit Saint, l'Église devient une lourde institution, ennuyeux, sans créativité et, à un certain point, il n'a rien à dire au monde qui ne soit pas toujours doctrine sur doctrine, sans susciter l'espoir et la joie de vivre". Il ignorerait aussi, pauvre Messori, sociologie religieuse: il n'aurait pas encore compris que l'Amérique latine est aujourd'hui le véritable centre de l'Église catholique, même si le nombre de Latino-Américains qui se déclarent catholiques diminue en raison du prosélytisme généralisé des sectes protestantes (en effet, c'est peut-être précisément pour cette raison que Boff estime que l'Amérique latine est à l'avant-garde).

Le christianisme et la théologie auraient fait de grands progrès en Amérique latine (au Brésil qui est la patrie de Leonardo Boff, au Pérou qui est la patrie de Gustavo Gutiérrez, et en Argentine qui est la maison de Jorge Mario Bergoglio) pour avoir écouté "l'Esprit", grâce aussi à la culture indigène (précolombien) qui libérerait l'Église de l'abstraction doctrinale de la théologie européenne, de l'allemand en particulier (la cible controversée est Benoît XVI, affectueusement rappelé par Messori), savoir interpréter l'Evangile en harmonie avec les revendications de libération des masses populaires. Qu'on le dise entre parenthèses, car ce n'est pas très important ici, le mythe de la théologie indigène latino-américaine est immédiatement réfuté, accidentellement, par Boff lui-même lorsqu'il cite son professeur Johan Baptist Metz comme la seule autorité théologique, initiateur en Allemagne de cette « théologie politique » dont dérivent les théologiens sud-américains de la libération, tous formés en Belgique, France et Allemagne, à commencer par le péruvien Gustavo Gutiérrez. Et ce n'est pas l'Europe centrale, en effet allemand, Karl Marx, le premier inspirateur de la "théologie de la libération"?

boff arcobaleno

la religion de la nouvelle Église écologique …

Mais ça, J'ai dit, c'est juste un intermède sarcastique. Le discours sérieux est le discours théologique, d'abord parce que l'approche théologique est la seule qui m'intéresse en ce qui concerne la pertinence ecclésiale et les changements possibles dans la doctrine de l'Église, et ensuite parce que le sujet principal du discours de Boff est précisément la "voix de l'Esprit", que le pape Bergoglio aurait écouté docilement tandis que ses prédécesseurs, en particulier Benoît XVI, ils auraient ignoré, fermés comme ils l'étaient dans le "christocentrisme", qui pour Boff signifie dogmatisme, juridisme, traditionalisme, centralisme vatican.

Maintenant je me demande: quel sens, théologiquement parlant, revendiquer l'exclusivité dans l'interprétation de "ce que l'Esprit dit aux églises"? C'est toujours. quel sens, théologiquement parlant, opposer sa propre interprétation des desseins du Saint-Esprit à la doctrine dogmatique et morale de l'Église? De tels discours sont compréhensibles, même si illogique, dans la bouche des hérétiques et des schismatiques, dans la bouche des propagandistes d'une des nombreuses sectes qui ont envahi l'Occident chrétien, vaguement lié au christianisme ou directement inspiré du bouddhisme, mais pas dans la bouche de ceux qui se présentent comme catholiques et, de surcroît, théologiens.

La norme fondamentale d'un discours authentiquement théologique, comme je l'ai clairement expliqué dans mon traité sur théologie Vrai et faux (où Leonardo Boff n'est pas mentionné, mais ses maîtres sont mentionnés). C'est l'intention d'illustrer rationnellement la vérité révélée par Dieu en Jésus-Christ, qui a confié l'interprétation authentique de son Evangile à son Eglise, c'est-à-dire aux Apôtres et à leurs successeurs légitimes, les évêques en communion avec le Pape, qui jouit aussi individuellement du charisme de l'infaillibilité.

En termes pratiques, cela signifie que quelqu'un comme Boff, qui méprise les dogmes et s'attribue cette infaillibilité qu'il ne reconnaît pas dans le magistère de l'Église, il ne parle pas en théologien. Bien sûr, Je lui donne le droit d'avoir ses idées, même les plus fous, sur le christianisme, mais s'il parle en public en s'adressant aux catholiques, J'ai le devoir d'avertir les croyants qu'il n'a pas l'autorité qui appartient à un théologien dans l'Église catholique: comme je dis toujours dans ces cas, c'est un faux prophète et un mauvais enseignant. Je l'ai dit plusieurs fois à propos de Vito Mancuso et Enzo Bianchi, Je n'ai pas hésité à le dire aussi à propos de Bruno Forte et Gianfranco Ravasi, qui occupent des positions importantes dans la hiérarchie ecclésiastique. Qui veut écouter leurs théories, sachez au moins que vous le faites à vos risques et périls (âme, bien sûr); J'ai prévenu tout le monde que je pouvais.

boff théologie de la libération

la manuela du petit pyromane …

Pour finir avec Boff. Que sait un chrétien sur le Saint-Esprit, qui comme Dieu est absolument transcendant? sa personne, au sein de la "Trinité immanente", il est particulièrement inaccessible à la connaissance humaine, à tel point qu'il est appelé "le Dieu inconnu", et aussi son action dans le monde (la soi-disant "Trinité économique") c'est complètement invisible, sauf par divulgation publique. Mais la révélation publique est celle du Fils de Dieu, le Verbe Incarné, l'Emmanuel, le "Dieu-avec-nous".

Ce que nous pouvons savoir sur les mystères de Dieu c'est seulement ce que le Christ nous a révélé. Comment contrastez-vous les vôtres (réclamations) connaissance de l'action de l'Esprit à ce que le Christ nous a révélé par le même Esprit? Et le Christ nous a révélé que le Saint-Esprit nous a été envoyé par lui-même et par le Père, le jour de la Pentecôte, pour le rendre efficace partout dans le monde, pour tout le temps de l'histoire, l'action salvifique de l'Eglise du Christ, par l'annonce de l'Évangile et la grâce des sacrements. Voici ce que nous savons du Saint-Esprit, et donc seulement cela peut être dit théologiquement, c'est sérieux, avec le prétexte d'être écouté par les croyants.

Le vrai théologien explique et applique à son temps et aux personnes auxquelles il s'adresse la vérité contenue dans la révélation publique, c'est-à-dire dans la doctrine de l'Église. Le vrai théologien ne prétend pas, comme le font les gnostiques, en savoir plus que je ne sais, des mystères de Dieu, tout fidèle, une personne qui, à tout moment, a reçu la révélation divine avec une foi sincère. Le vrai théologien, surtout, il ne fait pas passer ses conjectures personnelles et arbitraires pour la vérité divine, quelle que soit la sincérité avec laquelle ceux-ci sont servis au peuple (s'ils mentaient en sachant qu'ils mentaient, les faux prophètes seraient non seulement trompés mais réellement "séducteurs", comme l'Antéchrist dont parle l'Ecriture).

_____________________________________

Article publié le 2 janvier 2015 le sien

boussolecliquez sur le logo pour ouvrir l'article