"Le jeu du loto est l'impôt des imbéciles". Nous légalisons tout: Avortement, euthanasie, route, la prostitution, pari … pourquoi ne pas aussi légaliser le féminicide?

« LE JEU DU LOT EST L'IMPÔT DE LA FESSI ». NOUS LEGALISONS TOUT: AVORTEMENT, EUTHANASIE, MÉDICAMENT, LA PROSTITUTION, JEU DE HASARD... POURQUOI NE PAS LÉGALISER AUSSI LE FÉMINICIDE?

 

Il semble juste qu'un monstre qui tue une femme finisse en prison comme autrefois il y avait des femmes et des gynécologues qui ont tué des enfants avec un avortement illégal? Si une mère qui tue son enfant et un gynécologue ne finissent pas en prison comme un tueur exécute le meurtre, parce qu'un homme doit finir par tuer une femme? Tout au plus, confions-le à une association caritative et laissons-le faire un travail socialement utile.

- Actualité -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

Emma Bonino promotrice de diverses campagnes contre les objecteurs de conscience

Dans son cabaret yiddish l'enseignant Moni Ovadia des blagues sur la graine d'un vieux Juif avare qui suppliait avec insistance le Seigneur de le faire gagner à la loterie. Après des prières lancinantes ça résonne sur le ciel de celui-là shtetl une voix agacée: « Shlomo, Je te fais aussi gagner, mais vous dépensez deux dollars et achetez au moins un billet!».

.

Il y a de nombreuses années, quand j'étais étudiant à l'université, le prix en argent de l'ancienne loterie du Nouvel An avait atteint cinq milliards de l'ancienne lire. Tous mes compagnons avaient acheté au moins un billet, sauf moi. Un ami m'a demandé pourquoi je n'en avais pas acheté pour quelques lires, moins cher qu'un paquet de cigarettes. J'ai répondu: "Les chances de gagner sont si faibles que si je gagne vraiment, j'aurai la chance de trouver le ticket gagnant par terre en marchant dans la rue".

.

Jeux d'argent ça a toujours été un gros business pour la pègre, notamment pour les associations mafieuses présentes dans notre pays: la Camorra, la 'ndragheta et la Cosa Nostra. le 27 juin 1998 la loi qui rend le jeu légal dans notre pays entre en vigueur, réglementés et gérés par les monopoles d'État. Dans les années suivantes, le Législateur est intervenu avec d'autres lois: Dans le 2005 promulgue la loi m. 266 qui définit le rôle de la Société autonome des monopoles d'État qui s'occupe des jeux impliquant des gains en espèces et le contraste de la jungle des sites illégaux sans autorisation de l'État pour opérer en Italie, en particulier ceux de vidéo poker en ligne, ayant son domicile dans un paradis fiscal et le fournisseur de serveur dans un pays asiatique éloigné, libre de toutes les règles des différents États nationaux. Compris entre 2009 et le 2011 le Législateur traite de la protection des mineurs de 18 années, à qui il est interdit de jouer en vertu des lois 88/2009 e 98/2011. Ces lois ont augmenté les peines pour ceux qui ne respectent pas les mesures nécessaires sur les interdictions imposées aux mineurs, en particulier pour les sites Internet et les centres de jeux et de paris. Dans 2012 un décret-loi nommé d'après Renato Balduzzi, à l'époque ministre de la santé, traité de la dépendance au jeu, connue sous le nom de ludopathie, un trouble qui relève de la sphère délicate de l'expertise psychiatrique.

.

Il existe deux courants de pensée: les partisans du jeu légal soutiennent que l'interdire favoriserait la propagation de sites non autorisés et de salles de jeu clandestines gérées principalement par le crime organisé. Les contraires soutiennent que le fléau de la dépendance, Dépendance au jeu, cela peut conduire à la ruine de familles entières, à tout cela, il faut ajouter les dépenses considérables supportées par le Service national de santé pour le traitement des joueurs compulsifs.

.

C'est maintenant une idée largement répandue que pour éviter le mal il faut recourir au mal en disant que le mal est bien. Clarifions: la «grande italiana» Senatore Emma Bonino, selon la malheureuse définition papale en plus de qualifier l'avortement de "grande réussite sociale" et de porter plainte auprès du Parlement européen et de la Cour internationale de justice présence excessive de médecins objecteurs de conscience dans notre pays - c'est ce qui fait qu'il, précisément, un "grand italien" digne de la louange papale en tant que tel -, maintient toujours que l'avortement légalisé a éradiqué l'avortement clandestin, mettre fin au fléau des pauvres qui meurent seulement un de septicémie sous le couteau des mères, tandis que les riches se rendaient dans les cliniques suisses pour se faire avorter en toute sécurité. Pourquoi ne pas appliquer exactement la même logique et déclarer que le fémicide devrait être légalisé, ou au moins le dépénaliser? Il semble juste qu'un monstre qui tue une femme finisse en prison comme autrefois il y avait des femmes et des gynécologues qui ont tué des enfants avec un avortement illégal? Si une mère qui tue son enfant et un gynécologue ne finissent pas en prison comme un tueur exécute le meurtre sur demande, parce qu'un homme doit finir par tuer une femme? Tout au plus, confions-le à une association caritative et laissons-le faire un travail socialement utile.

.

L'hyperbole est évidente, seuls les aveugles émotionnels et les analphabètes numériques peuvent ne pas saisir le sens complètement provocateur, paradoxal et non des moindres grotesque aussi, mal compris le sens clair et m'accusant finalement d'avoir incité au féminicide. Et je peux vous garantir qu'il ne manquera pas de ce genre de webeti qui n'ont lu que le titre et peut-être le sous-titre. Pas seulement parce que je webeti ils ne meurent jamais, mais pourquoi s'il avait aussi reçu une balle dans le front, tu es sûr que la balle ricocherait pour aller tuer un pauvre innocent qui passait dans la rue.

.

Mais c'est la logique avec qui pendant des décennies, à commencer par la loi sur la légalisation de l'avortement, les Italiens ont été drogués par ce parti méphistophélique connu sous le nom de parti radical, dont la logique émotionnelle est connue: pourquoi forcer une pauvre femme à risquer sa vie sous le couteau d'une momie, pendant que les dames riches vont se faire avorter en Suisse? Oui, mais les membres du parti méphistophélique, à la tête de tous Marco Pannella et Emma Bonino grand italien pontifical, ils n'ont jamais répondu à une question fondamentale: et qui serait-ce qui forcerait à la fois la pauvre femme et la femme riche à tuer un être humain innocent? Il est peut-être moralement permis, aussi obligatoire, tuer des créatures innocentes et sans défense?

.

Mettez cette pensée à travers d'autres suivront en conséquence. Par exemple, on sait que l'un des plus anciens métiers du monde est la prostitution. Alors qu'il ne peut pas être éradiqué, dans ce cas légalisons-le. Il en est de même pour la consommation de drogues douces ou dures. Une fois la prostitution et la drogue légalisées, peut-être n'aurions-nous pas privé les différentes mafias et associations criminelles d'un important chiffre d'affaires, toujours selon le principe de l'avortement légal qui aurait vaincu l'avortement clandestin? En gros c'est simple à faire, il suffit que l'État - qui est déjà devenu infanticide avec la loi no. 194 du 1978 - vous devenez également un exterminateur de malades en phase terminale, proxénète des prostituées, trafiquant de drogue et ainsi de suite à suivre. Sinon, quel genre d'état civil, quel genre d'État de droit serait le nôtre, s'il a nié le "droit" de se suicider, la prostitution, prendre de la hauteur? De cette façon, le mal cessera d'être un mal et sera légalisé et deviendra licite. Au contraire, on imposera aux putains l'obligation d'avoir une licence commerciale régulière, nous leur donnerons un numéro de TVA avec un taux de 22%, l'obligation d'émettre des reçus fiscaux client après client et enfin de déposer la déclaration fiscale annuelle. Già me le immagino le ricevute delle mignotte con il dettaglio delle prestazioni e relativi prezzi varianti dai rapporti anali sino a quelli sadomaso. Si tu veux je peux aussi imaginer le visage du comptable, à la fois la pute et le client, al quale queste ricevute saranno presentate per la dichiarazione fiscale annuale e da inserire sotto chissà quale voce di deducibilità per il cliente.

.

Il sera donc bon de passer à autre chose, dans cette société italique cathophobe semi-esclavagiste du Vatican et donc loin d'atteindre les niveaux de grande civilisation des pays scandinaves, que depuis quelques décennies l'heureux record mondial de suicides et le taux le plus élevé de syndromes dépressifs aigus se disputent avec le Japon.

.

S'il est prévu de remédier à certains problèmes de légalisations, peu pensent à remplacer les espèces par de la monnaie électronique, ce qui pourrait être bénéfique en agissant comme un grand moyen de dissuasion dans un pays où les données Istat de 2018 parler de 110 milliards d'évasion fiscale par an, d'une économie souterraine égale à 192 des milliards et des activités illégales s'élevant à 19 des milliards. De toute évidence, celle sur les activités illégales est un chiffre très approximatif, parce que le chiffre d'affaires du crime est beaucoup plus élevé. Avec la monnaie électronique qui implique la traçabilité, comment un bordel paierait-il une putain? bientôt dit: ou la femme a un mécanisme improbable pour glisser des cartes de crédit et de débit entre les seins ou les fesses, ou le paiement serait pour le moins difficile. Tout aussi difficile pour un entrepreneur criminel de payer illégalement des travailleurs sans cotisations ni couverture d'assurance, dans un pays comme le nôtre où les médias sont enregistrés 3 décès par jour au travail, selon les données statistiques de 2019. Il en serait de même pour le grand nombre d'artisans qui, dans le sud de l'Italie en particulier, exercent des activités de maçonnerie, plombiers, électriciens, aérien, Techniciens en informatique… sans être nulle part en tant qu'entreprises individuelles ou travailleurs indépendants. Et il n'y en a pas quelques-uns qui bénéficient actuellement également de revenu de grillino de citoyenneté, tout en empochant quelques milliers d'euros par mois au noir total sans payer ne serait-ce que l'ombre d'un impôt ou d'une cotisation. Avec monnaie électronique traçable, comment le citoyen pourrait les payer? Cela vaut aussi bien pour le plombier que pour le pigiste aux honoraires salés, qui demande en souriant au client: "Avec ou sans facture?».

.

Une fois la loi faite, la supercherie a été découverte, récite l'un des idiomes les plus connus de notre sol italien. Ce qui est sans doute vrai, dans lequel nous, Italiens, avons toujours été les maîtres. Cependant, même le savoir-faire le plus ingénieux et le plus imaginatif a des limites.: il est en effet vrai que le flair frauduleux du grain napolitain imité par Totò, peut aussi parvient même à vendre la fontaine de Trevi à un touriste italo-américain, cependant, même les tricheurs les plus fantaisistes ne peuvent pas réussir à contourner certaines lois anti-fraude, car ce serait comme prétendre être capable de défier les lois naturelles de la physique. Preuve en est - pour donner un exemple - les tests actuels pour les permis de conduire ou ceux pour l'admission à la faculté de médecine et de chirurgie, impossible à manipuler, car ils sont centralisés et blindés par un système électronique impénétrable qui rend impossible l'identification de la personne à favoriser par le parrain de garde.

.

Avec monnaie électronique traçable, comment un trafiquant de drogue ou un recel de biens volés pourrait être impliqué dans le commerce criminel? Quelqu'un pense qu'il pourrait se tourner vers son ami boucher ou vers le buraliste docile pour se faire glisser avec des transactions inexistantes avec des guichets automatiques ou des cartes de crédit? Et même si elle a fait, comment, le boucher ou son ami buraliste pourrait alors lui donner de l'argent en échange, escroqueries de style sur le revenu de citoyenneté, s'il n'y a pas de papier-monnaie et que tout ne procède que par des circuits électroniques traçables?

.

Nous avons pu légaliser l'avortement, nous sommes en train de légaliser l'euthanasie, nous avons fait du jeu un monopole d'État et nous sommes incapables d'écraser l'évasion fiscale, la prostitution, trafic de drogue et milieux criminels de toutes sortes car selon certains, la monnaie électronique serait une atteinte aux libertés individuelles et un contrôle exercé sur les citoyens bien pire que celui du Big Brother de George Orwell? Mais nous sommes vraiment une société de schizophrènes limite!

.

Une personne opposée à la monnaie électronique dit-il d'un ton bêtement provocateur: « Et vous les prêtres, comment prendriez-vous des offrandes pour les églises, pour des activités caritatives, pour la célébration des Saintes Messes, etc.?». J'ai répondu: "Facile, avec de la monnaie électronique. Au contraire, ce serait plus commode et pratique que la petite monnaie que ces gros poux de nombreux fidèles mettent dans le panier d'offrande, nous obligeant à changer quelques kilos de pièces en quelques morceaux de papier 5, 10, 20 centimes". Et j'ai poursuivi en expliquant que pour nous les prêtres, membres d'un groupe religieux reconnu par l'État comme institution de droit public, monnaie électronique, pour les offres et plus, ce ne serait pas du tout un problème, plutôt une grande et pratique commodité. Au contraire, ce serait un problème pour la famille Casamonica qui gère également la tournée de mendicité dans la capitale italienne. Ou quelqu'un peut-il imaginer un gitan pétulant - ou si nous préférons la langue politiquement correcte un Rom - ennuyer les passants en demandant de l'argent au position à portée de main pour les transactions aux guichets automatiques et par carte de crédit? Dans nos églises, nous pourrions facilement installer un mécanisme électronique pour le paiement et la collecte des offrandes, tels que ceux que l'on trouve dans tous les centres et lieux où les paiements peuvent être effectués en libre service. Mais nous sommes un corps de droit public, pas le circuit de mendicité du clan Casamonica, nous ne sommes ni receleur ni trafiquants de drogue.

.

Pourtant notre glorieuse République le système de perception des taxes l'a trouvé. Dans l'ensemble, c'est un système plus ancien qu'on ne pourrait l'imaginer: le jeu du loto, qu'à l'aube de l'unification de l'Italie, un grand homme d'État, Comte Camillo Benso de Cavour, appelé "l'impôt des imbéciles". En effet, selon les données rapportées dans un livre très intéressant publié dans 2017 et écrit par Giulia Migneco et Claudio Forleo, qui a suivi une seconde écrites par les mêmes auteurs au cours de la confinement du Covid-19, avec le jeu légalisé, l'État a encaissé 2018 la quantité de 105 milliards d'euros. Un montant qui correspond ironiquement à ce qu'Istat indique comme le volume d'évasion fiscale dans notre pays, égal à 110 milliards d'euros. Le grand homme d'État du XIXe siècle avait donc raison lorsqu'il qualifiait le lot de "l'impôt des fous". Avec le recul j'ajoute: l'Italien se sent si intelligent et a le droit d'échapper aux impôts, jusqu'à ne pas payer les impôts utiles pour maintenir en place le système de notre État-providence. Mais en même temps, elle est tellement stupide qu'elle court au bureau de la loterie pour payer la "taxe des imbéciles", se placer devant tout le monde sur la table du bar avec une pièce de monnaie à la main pour gratter un ticket après l'autre en grattant&vinci.

.

De la dépendance au jeu par rapport à la morale catholique ans, j'ai consacré une conférence à la demande et à l'invitation des amis de la Lions club. Je n'ai pas grand chose à ajouter à ce que j'ai dit à l'époque, Je renvoie donc à l'enregistrement de ce ma conférence que vous pouvez trouver sur le YouTube à partir de L'île de Patmos.

.

Dans nos paroisses et centres Caritas il y a beaucoup de gens qui viennent demander de l'aide pour les nécessités de base, ou parce que je suis sur le point de voir la lumière ou le gaz coupé, après avoir gaspillé les salaires et les pensions dans le jeu légalisé. A beaucoup de mes frères au coeur tendre qui m'ont dit à maintes reprises "comment ne pouvez-vous pas les aider?», J'ai répondu qu'apporter une aide quelconque à une personne dépendante au jeu, c'est comme acheter de la drogue pour un toxicomane en sevrage, comment payer les services d'une prostituée à un accro au sexe. Ce n'est pas de la charité, mais pure inconscience. C'est surtout le mal qui s'ajoute au mal que ces sujets s'infligent à eux-mêmes et à leurs familles. Affecté par la dépendance au jeu, après avoir saigné à mort pour avoir payé "l'impôt des imbéciles", il faut le dire d'un ton sévère et presque toujours avec une vilaine figure: que vous éteigniez aussi la lumière ou le gaz, que vous avez également des difficultés à faire vos courses et à manger, Je m'en fous et ne dois pas m'en soucier, le moins aie pitié. La seule aide que je puisse vous apporter et qu'en conscience je suis tenu de vous apporter, est de vous référer à un bon psychiatre qui pourra vous guérir de cette dangereuse addiction.

.

C'est une immense tristesse voir des retraités âgés sortir des buralistes avec des lignes à gratter&gagner et aller peu de temps après au centre Caritas pour demander quelques courses. Tout aussi triste de voir des files de personnes, jeunes et vieux, dont de nombreux pères et mères de famille, brûler des sommes d'argent pour des systèmes de nombres improbables, tandis que le méga panneau d'affichage montre la somme stratosphérique de la cagnotte écrite en grosses lettres, qui est aujourd'hui égal à 259.600.000 euro. Figure devant laquelle des fraudeurs fiscaux souffrant d'addiction aux jeux d'argent qui justifient leurs fraudes auprès de l'Etat en s'abritant derrière le doigt du "je ne paye pas les salaires des politiciens avec mes impôts", ils ne réalisent même pas que les impôts les paient de la pire façon, comme de parfaits imbéciles, coupon derrière coupon, éraflure&gagner au scratch&vinci. Outre le fait que le salaire tant décrié des politiciens, dans les poches du budget général de l'état équivaut à quelques euros dans nos poches, bien qu'il ait toujours été l'excuse et le doigt ridicule derrière lequel s'abritent petits et grands fraudeurs fiscaux.

.

Si la cagnotte a atteint ce chiffre, certains se sont demandé à combien s'élevait la somme bien plus élevée obtenue avec les paris des monopoles d'État? Il n'est pas facile de vivre dans un pays où l'avortement est considéré comme "un droit acquis" et une "grande réussite sociale", où l'on pense que l'euthanasie est "un acte d'humanité envers un pauvre malade en phase terminale", où l'état gagne de l'argent sur le jeu, auquel d'une part il incite, en revanche, il invite à la prudence car "le jeu peut être addictif". Mais, une monnaie électronique traçable qui porterait un coup fatal au crime organisé, pour le trafic de drogue, à la prostitution, au travail illégal, l'évasion fiscale et ainsi de suite à suivre, qu'aucun, car ce serait une atteinte grave aux libertés individuelles.

.

Le peuple italien a un concept très étrange de "droit" et de "liberté", incité qu'il est à gratter dans l'espoir de gagner, avec un État qui se rassure en prévenant que "le jeu peut créer une dépendance" et qu'il va bientôt nous donner l'euthanasie, mariage de même sexe, la possibilité d'adopter des enfants pour les couples gais et lesbiens, médicaments gratuits et bien d'autres merveilleux droits liés à de véritables aberrations transformées en bien selon la loi.

 

De Isola Patmos, 25 août 2022

.

.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Emiliano Mandrone, Monnaie électronique pour la lutte contre l'évasion fiscale? dans le magazine en ligne Economics and Politics, édition de 4 novembre 2019

Ardizzi et P. Jouer, Le coût social des instruments de paiement en Italie, Questions institutionnelles, Banque d'Italie, 2012.

Grazini, Vers une monnaie numérique publique: l'audace de Christine Lagarde et la prudence de Mario Draghi, Économie et politique, 2019.

Mandrone, Le gang honnête qui veut de l'argent électronique, lavoce.info, 2015.

Mandrone, Le rôle social de l'éducation économique, INAPP, 2017.

Réalfonzo, 100 milliards de sous-investissement public et déficit de compétitivité. L'Italie a besoin de politiques industrielles, Économie et politique, 2019.

KS. Rogoff, La fin de l'argent. Une proposition pour limiter les dégâts du cash, L'essayeur, 2017.

Velours, g. Casamatta, L. Bousquet, g. Poniatowski, Estimation de l'évasion fiscale internationale par les particuliers, WP Non 76, Commission européenne, 2019.

Années 2013-2016 l'économie non observée dans les comptes nationaux, Statistiques du rapport, ETAT, 2018

.

.

___________________

Chers lecteurs,

merci de lire cet article [voir ICI] et d'être aussi sensible et attentionné que possible

Je vous remercie

.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

4 réponses
  1. Antonello
    Antonello dit :

    Se è lecito a una madre uccidere la propria creatura nel proprio grembo, cosa impedisce qualsiasi abominio? Questo era già stato grossomodo il pensiero espresso da Madre Teresa. Donc, Oui: perché un femminicida deve essere punito e una persona che procura aborto no? D’altronde circa nel 50% dei casi un aborto non è un femminicidio? Eh, ma non si puó dire. E invece è giunta l’ora di gridare dai tetti che l’aborto è un abominio, che l’aborto è il più attive degli omicidi, e che una persona è tale dal momento del concepimento. Io sono io dal momento del concepimento, non una settimana dopo, quaranta giorni dopo, o qualche mese dopo. Se mi madre mi avesse abortito a una settimana, a quaranta giorni, a qualche mese o anche solo cin la pillola del giorno dopo, semplicemente io non sarei qui perché sarei morto!

    • père ariel
      père ariel dit :

      Cher Orenzo,

      il Santo Padre non conoscevae tutt’oggi non conosce benela complessa storia della politica italiana, c'est un fait, per il quale non sarebbe giusto imputargli colpe.

      Se invece vogliamo attribuirgli delle responsabilità tutte quante sue dirette, possiamo imputargli di essersi circondato di persone che sono risultati nel corso degli anni consiglieri mediocri e affetti da spirito vanesio, pronti ad adulare, a gridareviva il migrantema senza un barlume di coraggio necessario a dire all’occorrenza: “Sainteté, questo è sbagliatoquesto è pericolosoquesto finirebbe col dare vita a un vespaio per questo e quest’altro motivo …”. Il delicato ruolo di un consigliere è questo, non certo fare il ruffiano al gridoi poveri avanti a tuttonella spasmodica attesa che gli cada in testa una berretta rossa.

      E tutti questi sono fatti e dati oggettivi che nessuno dovrebbe negare.

      Qualcuno di questi consiglieri maldestri gli avrà suggerito quella frase, senza che il Santo Padre potesse neppure immaginare le gravi ferite inferte da un personaggio come Emma Bonino alla società italiana, essendo appunto strettamente legata alla storia della società e della politica italiana, che di certo il Santo Padre non ha avuto modo di vivere e conoscere.

      A questo si aggiunga la cattiveria, di fatto oggettiva, con la quale sia lei che Marco Pannella hanno attaccato per anni e anni il mondo cattolico colpevole a loro dire di non riconoscere quanto meravigliosa fosse lagrande conquista sociale dell’aborto”, al punto da portare avanti ripetute campagneno Vatican no Taliban”, o a issare cartelloni con su scrittoregalate al Papa un manuale di istologia!”, riferito al Santo Pontefice Giovanni Paolo II.

      Pour moi personnellement, io prego che dopo questo legittimo successore del Beato Apostolo Pietro, al quale dobbiamo a prescindere filiale rispetto e devota obbedienza, il prossimo legittimo successore sia dotato di più sapienza e prudenza, almeno quanto basta a non circondarsi di ruffiani delinquenti.

Les commentaires sont désactivés.