La joie de l'amour, “auto-critique saine”

- Coin des Confrères invités de’Île de Patmos -

la joie, « SANTÉ AUTOCRITIQUE »

.

Il est possible que, progressivement les années passent, les exhortations apostoliques post-synodales deviennent de plus en plus longues? Il est possible qu'il ne soit pas possible de résumer les résultats des discussions des Pères en quelques propositions? la coupe, en général, ça va bien avec efficacité et incisivité: lorsque vous allez au-delà de ce qui est nécessaire pour transmettre un certain message, la plupart du temps, cela signifiait que les idées n'étaient pas très claires.

.

.

John Scalese, CRSP
John Scalese, CRSP *

.

.

.

Canova eros et psyché
Eros et psyché, œuvre d'Antonio Canova

On m'a demandé une intervention sur l'exhortation apostolique La joie de l'amour. Les lecteurs qui me suivent Depuis le début [cf. QUI] ils savent que je n'aime pas vraiment commenter les documents pontificaux. J'ai écrit à une autre occasion: "Les phrases ne sont pas discutées, appliquer ". Dans cette circonstance, donc, au lieu d'entrer dans les mérites de l'exhortation, Je préférerais me concentrer principalement sur certains aspects procéduraux, même s'il sera inévitable de faire des références au contenu.

.

le document nous invite être humble et réaliste et de faire une "autocritique saine" [n.36]. Je crois que cette attitude ne doit pas être dirigée uniquement vers l'Église du passé et sa pratique pastorale, mais, être authentique, devrait s'étendre à 360 ° et donc aussi à l'Église d'aujourd'hui. Je voudrais donc poser quelques questions, pas avec un esprit polémique, mais comme simple invitation à la réflexion.

.

la joie
l'exhortation post-synodale aimer la joie

Il est correct de revenir aux questions qui avait déjà été abordé relativement récemment (le précédent Synode sur la famille remonte à 1980), sans que la situation ait radicalement changé entre-temps? Il est vrai qu'au cours de ces trente-cinq ans il y a eu pas mal de nouveautés, qui n'avait pas été abordé alors (p. c'est., fertilisation assistée, mère de substitution, la théorie de le genre, unions homosexuelles, la adoption du beau-fils, etc.); mais il est également vrai que ces questions n'ont pas été au centre des travaux des derniers synodes et ne sont abordées qu'en partie et en passant dans l'exhortation apostolique. L'attention semblait se focaliser exclusivement sur une question déjà largement débattue et définie: accès aux sacrements par les divorcés et remariés civilement. La question avait été résolue avec autorité dans l'exhortation apostolique entreprise familiale (n. 84); son enseignement a ensuite été repris de atéchisme de l'Église catholique (n. 1650) et confirmé par la Lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 14 septembre 1994 et la Déclaration du Conseil Pontifical pour les textes législatifs de 24 juin 2000. J'apprécie pleinement que La joie de l'amour il échappe à cette logique doctrinale-juridique, se placer à un niveau exquisément pastoral; je demande juste: il est juste de remettre en cause un enseignement désormais pratiquement définitif?

.

le Saint-Père François avec le cardinal Carlo Caffarra, aujourd'hui Archevêque émérite de Bologne, considéré comme l'un des plus grands experts des problèmes familiaux

La procédure suivie est correcte pour résoudre ce problème? D'abord le Consistoire Extraordinaire en février 2014; puis l'assemblée extraordinaire du Synode des évêques en octobre de la même année; ensuite, l'émanation des deux motu proprio sur les causes de nullité matrimoniale en août 2015; puis l'assemblée ordinaire du Synode des évêques en octobre immédiatement suivant; enfin, l'exhortation apostolique post-synodale qui vient d'être publiée. Jamais auparavant une telle procédure n'avait été vue: une seule assemblée synodale ne suffisait pas, dûment préparé? Ce «martèlement» de deux ans était vraiment nécessaire? Quelle amende? Sans oublier les anomalies enregistrées en cours de route: le secret du rapport au consistoire et du débat synodal; le rapport après un long débat synode 2014, qui ne reflétait pas les résultats du débat; le rapport final du même Synode, qui reprenait des thèmes qui n'avaient pas été approuvés par les Pères; la lettre confidentielle des treize cardinaux au début du Synode 2015, dénoncé publiquement comme une "conspiration"; etc.: ce sont des choses normales?

.

synode des évêques assis
une session du Synode des évêques sur la famille

Il est correct de suggérer certaines solutions pastorales, qui n'avait pas été acceptée par les Pères synodaux (et ne pouvait donc pas être inclus dans le texte de l'exhortation), dans les notes du document? Il est correct de remettre en question l'enseignement d'un document antérieur dans un document de magistère avec la formule suivante: "Beaucoup ... détectent" [note 329)] "Beaucoup" qui? Ils "détectent" à quel titre? aussi, quel type d'adhésion la note exige 351, qui admet une possibilité en contraste ouvert avec l'enseignement et la pratique ininterrompue de l'Église, basée sur des arguments déjà pris en considération et jugés insuffisants pour justifier une exception à cet enseignement et à cette pratique [cf. la Lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 14 septembre 1994, en particulier le n.5: "Cette pratique de ne pas admettre les divorcés et remariés à l'Eucharistie], présenté [la entreprise familiale] comme contraignant, il ne peut pas être modifié selon les situations "]?

.

assemblée des fidèles
assemblée des fidèles

Tu ne devrais pas t'inquiéter, lors de la publication d'un document, ce qui viendra aux fidèles? Dans joie évangélique se tenait, avec raison, le problème de la communication du message évangélique [n ° 41)] dans La joie de l'amour met en garde contre "éviter le risque sérieux de messages erronés" [n.300]. Le fait que des commentaires contradictoires aient été publiés dans les jours qui ont suivi la publication de l'exhortation ne doit pas nous faire réfléchir? Ce ne sera pas que le langage utilisé n’était pas assez clair? Il est possible que sur le même document il y ait ceux qui disent que rien ne change et ceux qui le considèrent comme révolutionnaire? Si une déclaration était claire, il ne devrait pas être possible de donner deux interprétations opposées en même temps. La confusion causée ne doit pas être un appel au réveil? Dans La joie de l'amour le problème n'est pas ignoré: "Je comprends ceux qui préfèrent une pastorale plus rigide qui ne donne lieu à aucune confusion" [n.308], mais, avec joie évangélique [n ° 45)], la réponse est qu'une Église qui «ne renonce pas au bien possible est préférable, même si elle court le risque de se salir avec de la boue de la route ". Il est même tentant de penser que la confusion est intentionnellement recherchée, car en lui l'Esprit agirait et en lui Dieu doit être recherché. Personnellement je préfère croire, avec Saint Paul, que «Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix " [1 Cor 14:33].

.

livres
les anciens, amour et belles étagères …

Il est possible que, progressivement les années passent, les exhortations apostoliques post-synodales deviennent de plus en plus longues? Il est possible qu'il ne soit pas possible de résumer les résultats des discussions des Pères en quelques propositions? la coupe, en général, ça va bien avec efficacité et incisivité: lorsque vous allez au-delà de ce qui est nécessaire pour transmettre un certain message, la plupart du temps, cela signifiait que les idées n'étaient pas très claires. Sans oublier que, traitement de documents trop longs, il y a un risque de décourager même les plus disposés à entreprendre la lecture et de les forcer à se satisfaire des résumés, généralement partiel et biaisé, ce que font les médias.

.

psychothérapie
«… commence à me parler de ton enfance "

Il faut vraiment que les documents papaux se transforment en traités de psychologie, la pédagogie, théologie morale, pastoral, spiritualité? Telle est la tâche du Magistère de l'Église? Premièrement, il est dit que «toutes les discussions doctrinales, la morale ou la pastorale doit être résolue avec des interventions du magistère " [n.3] puis, de facto, on se prononce sur tous les aspects et on risque même de tomber dans cette "casuistique insupportable", qui a également, avec des mots, on dit qu'il désapprouve [n.304]. Le magistère a la tâche d'interpréter la parole de Dieu [la Parole de Dieu, n.10; Catéchisme de l'Église catholique, n.85], définir les vérités de la foi, pour garder et interpréter la loi morale, pas seulement évangélique, mais aussi naturel [humanae vitae, n.4]. Le reste - l'explication, l'étude approfondie, Applications pratiques, etc.. - a toujours été laissé aux théologiens, ai confessori, aux maîtres de l'esprit, à la conscience bien formée des fidèles individuels. Une exhortation apostolique, destiné à tous les fidèles, ne peut pas, à mon avis, devenir un manuel pour les confesseurs.

.

abstrait
le problème de l'abstrait …

Il est juste d'insister sur l'abstrait de la doctrine [nn. 22; 36; 59; 201; 312], en le contrastant avec le discernement et l'accompagnement pastoral, il n'y avait presque aucune possibilité de coexistence entre les deux réalités? Que la doctrine est abstraite, il ne compte pas le souligner: c'est par nature; comme la pratique, en soi, c'est pratique. Mais cela ne signifie pas que dans la vie humaine, il n'y a pas besoin des deux: la praxis découle toujours d'une théorie, pense juste que dans La joie de l'amour se répète deux fois, nos. 3 e 261, un principe philosophique - et donc abstrait - qui avait déjà été énoncé dans joie évangélique nos. 222-225: "Le temps est plus grand que l'espace". C'est pourquoi il est important que la pratique, être bon ("Orthopraxie"), s'inspire d'une vraie doctrine ("orthodoxie"); autrement, une doctrine erronée engendrerait inévitablement de mauvaises pratiques. Dédaigner la doctrine ne sert à rien, il ne sert qu'à priver la praxis de son fondement, de la lumière qui doit le guider. Vous ne le remarquez pas, aussi, que le parler la pratique n'est pas identifiée à la pratique elle-même, mais il n'en constitue qu'un théorie de pratique? Et la théorie de la praxis est encore une théorie, aussi abstraite que la doctrine à laquelle la praxis doit être opposée.

.

Bologne-église-de-Baraccano-années 50 Giuseppe Savini
Bologne, Église de Baraccano, Années 1950 [photo de Giuseppe Savini]

Décrivez l'Église du passé en tant qu'Église exclusivement intéressée par la pureté de la doctrine et indifférente aux vrais problèmes des gens, ce n'est peut-être pas une caricature qui ne correspond en aucune façon à la réalité historique? Arriver à utiliser certaines expressions [n. 49: «Au lieu d'offrir le pouvoir de guérison de la grâce et la lumière de l'Évangile, certains veulent "endoctriner" l'Evangile, le transformer en "pierres mortes à jeter sur les autres" "; n. 305: "Un pasteur ne peut pas se sentir satisfait simplement en appliquant des lois morales à ceux qui vivent dans des situations" irrégulières ", comme s'il s'agissait de pierres jetées contre la vie des gens. C'est le cas des cœurs fermés, qui se cachent souvent même derrière les enseignements de l'Église «pour s'asseoir sur la chaise de Moïse et juger, parfois avec la supériorité et la superficialité, cas difficiles et familles blessées ""] ce n'est pas seulement offensant, mais faux et peu généreux envers ce que l'Église a fait et continue de faire, malgré mille contradictions et infidélités, pour le salut des âmes. Dans l'Église discernement et accompagnement pastoral, peut-être appelé par des noms différents et sans faire trop de théories, ils ont toujours été là; jusqu'à présent, tout le monde faisait son travail: le magistère a enseigné la doctrine, les théologiens l'ont exploré, les confesseurs et les directeurs spirituels l'ont appliqué à des cas individuels. Aujourd'hui, cependant, il semblerait que personne ne soit plus capable de distinguer la spécificité de leur rôle.

.

Transformer les exigences de la vie chrétienne en «idéaux» [nn. 34; 36; 38; 119; 157; 230; 292; 298; 303; 307; 308] cela ne veut pas dire - vraiment dans ce cas - transformer le christianisme en quelque chose d'abstrait, pire, dans une philosophie, sinon même dans une idéologie? Cela ne veut pas dire oublier que la parole de Dieu est vivante et efficace [Eb 4:12], que la vérité révélée est une «vérité qui sauve» [la Parole de Dieu, n. 7; Gaudium et spes, n. 28], que l'Évangile "est la puissance de Dieu pour le salut de celui qui croit" [Rm 1:16], que "Dieu ne commande pas l'impossible; mais, quand il commande, vous exhorte à faire ce que vous pouvez et à demander ce que vous ne pouvez pas, et vous aide à le faire " [Concile de Trente, Décret sur la justification, c. 11; cf Augustine, le etgratia, 43, 50]?

.

ministère pastoral
la pastorale ne peut ignorer la doctrine et vice versa …

Nous sommes sûrs que la "conversion pastorale" [joie évangélique, n. 25], ce qui est exigé de l'Église aujourd'hui, sois bon pour ça? J'ai l'impression qu'il y a un malentendu fondamental derrière cette conversion, déjà présent au moment de l'annonce du Concile Vatican II et est descendu jusqu'à nos jours: penser qu'il n'est plus nécessaire pour l'Église aujourd'hui de s'occuper de la doctrine, c'est déjà suffisamment clair, connu et accepté de tous, et que nous ne devrions nous préoccuper que de la pratique pastorale. Mais nous sommes bien sûrs que la doctrine est si claire aujourd'hui, qui ne nécessite pas une enquête plus approfondie et à protéger contre les interprétations erronées? Nous sommes sûrs que tout le monde, aujourd'hui, connaître la doctrine chrétienne? Il ne suffit pas de répondre à ces questions en disant qu'il y a Catéchisme de l'Église catholique: première, car il n'est pas acquis que tout le monde le connaisse; deuxième, parce que, même quand c'était connu, pas forcément partagé par tous. S'il est vrai que «la miséricorde n'exclut pas la justice et la vérité, mais avant tout, nous devons dire que la miséricorde est la plénitude de la justice et la manifestation la plus brillante de la vérité de Dieu " [La joie de l'amour, n. 311], il est également vrai que «ne diminuez en rien la doctrine salutaire du Christ, c'est une forme éminente de charité envers les âmes " [humanae vitae, n. 29; cf entreprise familiale, n. 33;Réconciliation et pénitence, n. 34; Veritatis splendor, n. 95]. Et le service que le magistère doit offrir à l'Église est, d'abord, le service de la vérité [Catéchisme de l'Église catholique, n. 890]; précisément en enseignant la vérité qui sauve le magistère, il assume une attitude pastorale et «miséricordieuse» envers les âmes. Seulement lorsque le magistère a rempli sa tâche principale, les agents pastoraux pourront, à son tour, formation de la conscience, faire une œuvre de discernement et accompagner les âmes dans leur chemin de vie chrétienne.

.

.

* John Scalese [Roma, 1955] il est prêtre et théologien de l'Ordre des Clercs réguliers de Saint-Paul (Pères Barnabites).

.

.

.,Franc

Pensées libres d'un Querciolino errant,

par Giovanni Scalese

[publié le 14 avril 2016]

.

__________________________

graphiques et photos par la rédaction de’Île de Pamos

.

.

.

.

.

.

.

À propos de préparation

La Redazione de L'Isola di Patmos Articoli Redazionali ( Cliquez sur le nom pour lire tous les articles )

11 réflexions sur "La joie de l'amour, “auto-critique saine”

  1. Chère Madame,

    doit certainement être supposé, dans ceux qui ont écrit l'exhortation apostolique, les meilleures intentions et l'envie de rencontrer ceux qui se trouvent dans des situations difficiles. Le problème est de savoir quelle est la bonne attitude pastorale à adopter: si celui de ses amis (“aujourd'hui, avec le pape François, tout est devenu possible”) ou plutôt pas celle exprimée dans la déclaration citée dans ma réponse précédente (“L'Église réaffirme son souci maternel pour les fidèles qui se trouvent dans cette situation ou dans d'autres situations similaires, qui les empêchent d'être admis à la table eucharistique. Ce qui est énoncé dans cette déclaration n'est pas en contradiction avec le grand désir d'encourager la participation de ces enfants à la vie ecclésiale, qui peuvent déjà s'exprimer sous de nombreuses formes compatibles avec leur situation. plutôt, le devoir de réitérer cette impossibilité d'admettre à l'Eucharistie est une condition du vrai pastoralisme, d'un véritable souci du bien de ces fidèles et de toute l'Église”). personnellement, Je vous invite à poursuivre la ligne de conduite adoptée jusqu'à présent, dans l'espoir que la situation pourra bientôt être résolue devant les tribunaux.

  2. Cher Père. Tout d'abord, merci pour votre article qui avec les deux autres sur le sujet rédigés par les autres pères nous offre une vision très large.
    Permettez-moi d'apporter mon expérience …
    Ho 38 ans et mon premier mariage a été un désastre. Étant donné que mon ancien mari s'est avéré être un dangereux violent, qui m'a causé des blessures à plusieurs reprises et transporté aux urgences, que les mêmes juges ecclésiastiques ont admis, quand ils ont examiné l'affaire, que “séparation canonique” c'était complètement nécessaire … malgré cela, le tribunal ecclésiastique n'a pas reconnu les éléments de nullité, et j'ai accepté le “pas de place pour procéder”.
    Après la séparation, eu lieu trois ans après le mariage, à l'âge de 32 âge, et après le divorce, obtenu quand j'avais 34, J'ai rencontré un homme vraiment extraordinaire, célibataire, et après deux ans nous nous sommes mariés civilement, quand j'étais 36. Aujourd'hui, nous avons un bébé d'un an, de mon mariage précédent, je n'ai pas eu d'enfants.
    Merci à mon mari, qui est un homme de foi, Moi aussi je suis revenu à la foi, et aujourd'hui je suis engagé dans diverses activités bénévoles, à la fois avec la paroisse et avec Caritas.
    Mon mari et moi., contrairement à ce que disent certains catholiques d'un article sur les blogs, nous sommes incapables de vivre comme frère et sœur, chose, surtout à un jeune âge, c'est vraiment et à peine réaliste.
    Nous sommes tous les deux conscients, et nous en souffrons aussi, que notre situation n'est pas régulière, et nous sommes également conscients que pour l'Église nous sommes deux concubines, et pour cette raison même, même si nous assistons à la messe, nous ne recevons pas la communion.
    Nous avons inventé, de facto, une famille vraiment chrétienne, et nous sommes sûrs que peut-être même notre salut ne sera pas exclu.
    Ce qui me dérange, puisque beaucoup ont commencé à se disputer et à se battre sur ce synode, le fait que beaucoup ont transformé le problème des sacrements pour les divorcés et remariés en leur propre combat personnel.
    Il ya un mois, mon mari et moi, nous avons eu une rencontre avec le chef du tribunal diocésain, aujourd'hui, selon le motu proprio du pape François, peut considérer les causes. Ils nous ont fait comprendre que mon cas était traité de manière très restrictive, sans prendre en compte “il manque deux éléments” qui sont à la base même de la validité de la Sainte-Cène. Alors ils ont rouvert la procédure, me faisant comprendre qu'il y a de bons espoirs.
    mal, pour le grand contentement, J'en ai parlé avec des amis de la paroisse, mais deux de ceux présents, les vrais catholiques, ceux de la guerre, ceux pour lesquels il doit être noir ou blanc, ils se moquaient de moi en disant qu'aujourd'hui, avec le pape François, tout est devenu possible.
    J'ai lu l'exhortation post-synodale, e, sincèrement, ainsi que long, Je l'ai trouvé déroutant, pas clair … mais peut-être parce que je ne peux pas le comprendre. Il fait certainement des hypothèses, ne donne pas de réponses, et ça je ne sais pas, si c'est bon, vous les spécialistes théologiens pouvez l'évaluer. En le lisant, mais, je me demandais, alors je lui demande: peut etre que, qui l'a écrit, a essayé de s'immerger dans l'inconfort et la souffrance de qui sait combien de personnes m'aiment et aiment mon mari?
    Merci pour le patient à l'écoute.

  3. Je voudrais demander au Père Scalese si l'interdiction d'accès à la Communion pour les divorcés et remariés est une Loi Divine et donc immuable ou une loi ecclésiastique et en tant que telle sujette à d'éventuelles modifications..

    1. J'ai lu dans la Déclaration du Conseil Pontifical pour les textes législatifs sur l'admissibilité à la Sainte Communion des divorcés remariés de la 24 juin 2000 (voir http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/intrptxt/documents/rc_pc_intrptxt_doc_20000706_declaration_it.html), à propos de can. 915 («Les excommuniés et interdits ne sont pas admis à la sainte communion, après l'imposition ou la déclaration de la peine et d'autres personnes qui persévèrent obstinément dans un péché grave manifeste "): «L'interdiction faite dans le canon précité, par sa nature, il dérive de la loi divine et transcende la sphère des lois ecclésiastiques positives: ceux-ci ne peuvent induire des changements législatifs contraires à la doctrine de l'Église. Le texte scripturaire auquel la tradition ecclésiale se réfère toujours est celui de saint Paul: “C'est pourquoi quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur d'une manière indigne, péchés contre le corps et le sang du Seigneur. chaque, donc, examiner lui-même, et ainsi manger du pain et boire de la coupe; Pour toute personne qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, il mange et boit sa propre condamnation” (1 Cor 11, 27-29)».

  4. D'abord, Je tiens à remercier Don Angelo pour le meilleur commentaire qui puisse être fait: “Au lieu de donner le poisson, il nous a offert toute la canne pour pêcher nous-mêmes”. C'est ce que j'ai toujours essayé de faire dans l'enseignement; Je n'avais pas réalisé que je l'avais fait dans ce cas.

    Al Sig. Monari et Sr. M. Paola répond en disant qu'il ne faut pas s'attendre à La joie de l'amour la clarté que nous aimerions, réponses nettes OUI ou NON. Et c'est parce que nous sommes entrés dans une nouvelle phase: nous sommes passés du niveau doctrinal au niveau pastoral. Je ne mentionne que quelques phrases qui expliquent cela “conversion pastorale”:

    - «Il ne s’agit pas seulement de présenter une législation, mais pour proposer des valeurs " (n. 201);

    - "Si vous prenez en compte l'innombrable variété de situations concrètes, … il est compréhensible qu'une nouvelle norme générale de type canonique ne soit pas attendue du Synode ou de cette Exhortation, applicable à tous les cas " (n. 300);

    - «Je comprends ceux qui préfèrent une pastorale plus rigide qui ne donne lieu à aucune confusion. Mais je crois sincèrement que Jésus veut une Église attentive au bien que l'Esprit déverse au milieu de la fragilité " (n. 308).

  5. père, merci pour votre article éclairant, avant quoi je vous demande si vous pouvez m'éclairer avec une réponse à ma question: un document comme Amoris laetitia doit servir à donner des réponses claires et précises. Mais je n'ai lu que des hypothèses, Puisqu'il touche à des questions liées aux sacrements, Je demande: elle ne pense pas qu'il fût nécessaire de donner des dispositions précises et sans équivoque, je le répète, Je ne trouve pas dans le texte?

    Sr. Maria Paola

  6. Tour. père.

    une question.
    En trois jours j'ai lu le texte, et peut-être ma faute, ou mon incapacité, dedans je n'ai pas trouvé ( peut-être que je l'aurai manqué), comment se comporter.
    Puisqu'ils voulaient réduire tout ce synode à une question de donner ou non l'Eucharistie aux divorcés remariés, ma question est simple: J'ai tort, ou dans ces 260 pages, tout est supposé, mais ce n'est pas dit cependant “et” et ce n'est pas dit cependant “non”?
    Tu m'éclaire.
    merci.

  7. Félicitations pour l'article savant et stimulant et bien trouvé ici sur l'île de Patmos, J'ai suivi le blog du “chêne errant”.
    Je suis diocésain, mais je suis allé au lycée et au lycée à l'époque avec les Barnabites.

  8. L'île de Patmos nous a à nouveau offert de magnifiques articles, écrit par trois prêtres et théologiens, dont l'un a été écrit par un invité d'honneur exceptionnel, Père Giovanni Scalese, que je suis sur son blog depuis un certain temps.
    L'idée d'un espace spécial pour la publication d'articles d'autres prêtres et théologiens est excellente.
    La série de questions qui composent l'article du père Giovanni est excellente, pédagogue subtil. Au lieu de donner le poisson, il nous a offert toute la canne pour pêcher nous-mêmes.

  9. Cher Père Giovanni Scalese, quel plaisir de la retrouver sur l'île de Patmos en si bonne compagnie!
    Je ne la connais pas personnellement, mais je le lis depuis un certain temps, et je l'ai lu avec l'affection d'un “querciolino”.
    Je fais partie des Florentins qui ont étudié dans votre collège à La Querce … quels merveilleux souvenirs j'ai! Espèces des pères Barnabites. Et comme c'est triste, quand aujourd'hui, plus de soixante, Je passe mon ancien collège fermé.
    Merci pour cet article.

    Carlo Alberto Manfredini

Les commentaires sont fermés.