LE chuchotement des vierges vilipendées qui esquivent le moucheron et avalent le chameau. Le rabbin israélien Rasson Arousi accuse le Souverain Pontife d'avoir prononcé des sentences désobligeantes sur la Torah

- Nouvelles de l'Église -

LE SIFFLET DES VIERGES VILIPESE QUI BALAYENT LE MOSCERINO ET AVALENT LE CAMEL. LE LAPIN ISRAÉLIEN RASSON AROUSI ACCUSE LE GRAND PONTIF D'AVOIR DIT DES PHRASES DIFFICILES SUR LE TORAH

.

Cette note polie de protestation par Rabbi Rasson Arousi nous ramène à l'époque et aux situations dans lesquelles le Christ Dieu a tonné: "Les guides aveugles, que vous filtrez le moucheron et avalez le chameau!» (Mt 23, 24). Alors que sur les textes talmudiques le “sacré” droit d'outrager Jésus-Christ de la pire des manières, la Vierge Marie et le christianisme.

.

auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

.

.

l'opéra chez Ariel S. Levi Gualdo, herbes Amare – Le siècle du sionisme, 1ère édition Rome 2006, réimprimer Rome 2021 par le Editions L'île de Patmos

Sur certaines questions J'ai écrit un essai complet en 2006 qui m'a engagé pendant cinq ans de recherches minutieuses et approfondies. je me réfère à mon livre Herbes Amare - Le siècle du sionisme, publié en réimpression de Editions L'île de Patmos dans 2021.

.

Nous arrivons à la réalité: certaines autorités religieuses juives de l'État divin et céleste d'Israël se sont plaints que le Souverain Pontife, en méditation lors de l'audience du 11 août, il aurait exprimé une invitation à dépasser la loi juive en la considérant comme obsolète. C'est une interprétation audacieuse des vierges vilipendées qui a presque le goût du procès d'intentions.

.

Le comité virginal juif écrit au cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens et chef de la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme. Dans sa lettre, Rabbi Rasson Arousi, Président de la Commission du Grand Rabbinat d'Israël pour le dialogue avec la Commission catholique chargée du dialogue avec le judaïsme, exprime sa préoccupation pour les paroles du Souverain Pontife, qui, selon lui, aurait présenté la foi chrétienne comme un dépassement de Torah, affirmant que ce dernier "ne donne plus la vie, et cela implique que la pratique religieuse juive à l'époque actuelle est obsolète".

.

Ce que le Souverain Pontife a vraiment exprimé? En fait ce serait “coupable” avoir commenté en ces termes la Lettre aux Galates du Bienheureux Apôtre Paul:

.

«[…] l'Apôtre explique aux Galates que, en effet, l'Alliance avec Dieu et la Loi mosaïque ne sont pas indissolublement liées et la Loi n'est pas la base de l'Alliance car elle est venue plus tard, c'était nécessaire et juste mais d'abord il y avait la promesse, l'Alliance. Ceux qui prétendent que la loi mosaïque est une partie constitutive de l'Alliance sont hors de question. Non, l'Alliance est d'abord, c'est l'appel à Abraham. La Torah, La loi en vigueur, il n'est pas inclus dans la promesse faite à Abraham. Cependant, il ne faut pas penser que saint Paul était contraire à la loi mosaïque. Non, il l'a regardée. à plusieurs reprises, dans ses lettres, il défend son origine divine et soutient qu'il a un rôle très spécifique dans l'histoire du salut. La Loi, cependant, ne donne pas la vie, il n'offre pas l'accomplissement de la promesse, car il n'est pas en mesure de le faire. C'est un chemin qui vous fait avancer vers une rencontre" [Texte intégral de la catéchèse].

.

Si sur les mots de cette exégèse sans faille les vierges se sont senties violées, c'est seulement parce qu'ils ne connaissent pas les saints évangiles et n'ont pas l'intention de les connaître et de les étudier, il suffit de les utiliser dans le leur yeshivot orthodoxe (écoles rabbiniques) adresser toutes sortes d'insolences au christianisme et à ce grand salaud (ventouse, Bastardo) de Jésus de Nazareth, né d'une prostituée qui s'est amusée avec un soldat romain. Parce que c'est ce que les vierges vilipendées enseignent dans les écoles rabbiniques de l'orthodoxie rigide, en particulier dans celles des communautés de Kassidim (cf.. Kallah, 1b-18b, Sanhédrin 67une, Chagigah 4b, Beth Jacobh, fol 127, Sanhédrin 103une, Sanhédrin 107b.).

.

Comme je l'explique dans mon essai, judaïsme, viens l'Islam, ce ne sont pas des phénomènes unitaires mais extrêmement fragmentés, constitué de communautés et d'écoles de pensée en lutte constante les unes contre les autres. Qu'il suffise de dire que certaines communautés orthodoxes ne consomment pas les aliments déclarés kascher (casher, autorisé, puri) par des rabbins orthodoxes d'autres communautés, ou la viande d'animaux abattus selon abattage (Sheciitah) l'abattage des animaux dont la viande est autorisée.

.

Quand certains solons romantiques du Saint-Siège ils m'ont dit "nous avons parlé avec le judaïsme". En réponse, j'ai toujours demandé: «Avec lequel des nombreux judaïsmes du monde pensez-vous avoir eu un dialogue? Car ils vont des orthodoxes divisés en sectes aux ultra-orthodoxes encore plus divisés en leur sein; des communautés conservatrices aux communautés réformées, par les juifs libéral Juifs ultra-libéral qui ont des rabbins lesbiens qui épousent des couples homosexuels. puis, avec quel judaïsme pensez-vous avoir parlé?». Parce que c'est le but: certains catholiques, en particulier les ecclésiastiques et les bibliques honoraires, maintenant ivre de dialogues non spécifiés, prêt à dialoguer avec tout sauf ce qui est catholique, ont toujours oublié que le judaïsme n'a pas d'autorité centrale et d'interprétation univoque de Torah e Talmud.

.

Ayant tout clarifié, il est bientôt dit: les journaux qui titrent aujourd'hui que le monde juif a soulevé une protestation, peut-être pensent-ils que papauté juive basée dans l'état divin et céleste d'Israël a fait entendre sa voix? En vérité, seule la voix d'un rabbin qui représente sa propre secte s'est élevée, faisant partie de la galaxie bigarrée du monde juif fragmenté et querelleur. Tu veux la preuve de tout ça, lié précisément à l'État divin et céleste d'Israël? bientôt dit: il y a des sectes juives pour la plupart liées à l'orthodoxie la plus rigide que cet état ne reconnaît pas, mais ils considèrent sa fondation comme un vrai blasphème. Parmi plusieurs de ces groupes cassidiques appelés haredim, les plus passionnés sont les Neturei Karta (Carte de Neturei), qu'en y vivant et en bénéficiant de toutes les prébendes que la législation de ce pays reconnaît aux religions, y compris l'exemption du service militaire obligatoire, ils ne reconnaissent en aucune façon sa légitimité et son existence.

.

Espérons que le cardinal Kurt Koch ne sors pas, en réponse, avec un message d'excuses, parce que s'il le faisait, cela offenserait les catholiques, c'est pourquoi nous, prêtres et érudits, qui avons consacré notre existence à étudier afin d'instruire, former et éclairer le Peuple de Dieu de plus en plus en désarroi.

.

La note polie de protestation par Rabbi Rasson Arousi nous ramène à l'époque et aux situations dans lesquelles le Christ Dieu a tonné:

.

"Les guides aveugles, que vous filtrez le moucheron et avalez le chameau!» (Mt 23, 24).

.

Essayons maintenant de mentionner quelques chameaux, parce que, en dehors de Jésus-Christ présenté dans le libelle du Toledot Yeshu comme un bâtard né de l'acte impur d'une prostituée, la figure de notre Divin Rédempteur est diversement vilipendée dans divers passages du Talmud babylonien, avec les vierges vilipendées que certaines pages lui enseignent dans les écoles rabbiniques orthodoxes au mépris du christianisme. Mais il y a plus: après cela, au cours des siècles passés, le Talmud il a été incendié à plusieurs reprises pour certains de ses contenus blasphématoires, les rabbins ont purgé certaines expressions dans les éditions suivantes, les rendant vagues et reportant des explications détaillées à l'enseignement donné verbalement. Peu de temps après la naissance de l'état divin et céleste d'Israël, ces expressions blasphématoires ont toutes été restaurées dans leur forme originale et sont encore aujourd'hui une source d'enseignement et de transmission par les principales écoles de l'orthodoxie juive. À cet égard,, Rabbi Rasson Arousi n'a rien à dire et à nous expliquer, alors qu'il a l'intention de gémir pour l'outrage de la virginité?

.

Les vierges romaines vilipendées - passer à un autre chameau, tout à nous, nostrano - qui, entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, a dirigé le mensuel hébreu Kshlom de la communauté juive de Rome, ils massacrèrent méthodiquement et perpétuèrent au fil du temps la figure du Souverain Pontife Pie XII (cf.. Herbes Amare - Le siècle du sionisme, cit. une fois. 279-365), publier et diffuser de faux historiens si grotesques que plusieurs historiens juifs de renommée et de réputation scientifique sont intervenus de diverses parties du monde, prendre ses distances avec certaines nouvelles nées d'invention pure et humoristique, ou mieux: par haine flagrante du christianisme. en Italie, parmi les différents juifs qui sont intervenus pour défendre la figure de Pie XII, il suffit de mentionner Paolo Mieli, qui sans hésiter a déclaré: "Je ne compte pas mes morts pour un innocent" (cf.. «Pour la défense de Pie XII – Les raisons de l'histoire ", L'Osservatore Romano, édition 14 juin 2009).

.

Passons à un autre chameau accouché puis avalé par les vierges vilipendées: dans 2007, S.E. Mons. Antonio Franco, Nonce apostolique dans l'État d'Israël, il a annoncé dans un communiqué qu'"il n'assisterait pas à une célébration le shoah au musée Yad Vashem où il y a une photo de Pie XII avec une légende qui le place parmi les principaux chefs d'État racistes" (Cf.. Herbes Amare - Le siècle du sionisme, cit. une fois. 359).

.

En conclusion, j'affirme, en science et conscience, que Rabbi Rasson Arousi est simplement ignorant au sens étymologique du terme, vale a dire: ignorer et, peut-être, il entend aussi ignorer toute la littérature évangélique, il semble tellement occupé à filtrer le moucheron et à avaler le chameau. La réponse à ses protestations risibles est en fait contenue dans le passage du Saint Evangile où le Christ Dieu affirme:

.

"Vous ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes; Je ne suis pas venu abolir, mais pour accomplir " (Mt 5, 17).

.

C'est exactement ce que le Souverain Pontife a rappelé faire l'exégèse d'une épître paulinienne.

.

Juste un ignorant arrogant peut écrire des notes de protestation nous considérant coupables de croire par la foi que le Christ est la Parole de Dieu incarnée dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie, est mort et ressuscité le troisième jour, monté au ciel et assis aujourd'hui à la droite du Père, que ce soit notre accomplissement, peut être le début pour nous, le centre et le but eschatologique ultime de tout notre humanisme. Notre foi en Christ ne peut pas être une insulte aux Juifs susceptibles, en particulier pour ceux qui dans leur littérature et leurs enseignements profanent le christianisme de toutes les manières et sous toutes les formes.

.

A tous ceux qui veulent en savoir plus ce discours complexe je me réfère à mon travail Herbes Amare - Le siècle du sionisme.

.

de l'île de Patmos, 27 août 2021

 

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

À propos de père Ariel

Ariel S. Levi di Gualdo Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

39 réflexions sur "LE chuchotement des vierges vilipendées qui esquivent le moucheron et avalent le chameau. Le rabbin israélien Rasson Arousi accuse le Souverain Pontife d'avoir prononcé des sentences désobligeantes sur la Torah

  1. Révérend p. Ariel,

    Je ne connaissais pas son texte « Erbe Amare” et en regardant sur internet j'ai vu qu'elle l'avait déjà publié il y a quelques années et il me semble que j'avais lu qu'elle s'était convertie au judaïsme avant de devenir prêtre. E’ vero? Comment il a pu se convertir au judaïsme compte tenu des hypothèses dont il parle dans son article?

    merci,

    Nicola

    1. Cher Nicolas,

      ma biographie c'est ça QUI
      malheureusement je ne peux pas répondre de ce que certains ont écrit sur moi, plusieurs d'entre eux, entre autre, anonyme.

      1. Révérend p. Ariel,

        Merci pour vos commentaires. Je m'excuse si par hasard je vous ai ennuyé [N.d.R. etc. … etc. … suit le message du Lecteur posant d'autres questions]

        _____________________________

        Cher Nicolas,

        elle ne m'a absolument pas dérangé, c'est pourquoi je lui ai répondu en privé par mail, puisque ses questions étaient un peu centrées’ sur le personnel. Dans ma réponse j'ai donc précisé que certaines informations n'étaient pas vraies.

        Malheureusement, elle envoie les commentaires à partir d'un e-mail … fais-le, vraisemblablement créé pour poser des questions personnelles en public qui ne me dérangent pas du tout, n'ayant pas de squelettes à cacher. en conséquence, le mail de réponse que je lui ai envoyé est revenu, simplement parce que l'adresse que vous avez indiquée n'existe pas du tout, comme vous pouvez le vérifier vous-même:

        nicolad@yahoo.it (nicolad@yahoo.it)
        Le message n'a pas pu être délivré. Quand Bureau 365 essayé d'envoyer le message, le serveur de messagerie externe a renvoyé l'erreur suivante.

        je crois que je t'ai tout dit.
        je vous salue avec une grande cordialité,

        Ariel S. Levi Gualdo

  2. Il serait plus intéressant de comprendre ce que “loi” tu parles de temps en temps Paul plutôt que de tout appuyer sur la Torah, et essayer de comprendre les raisons pour lesquelles il respectait les préceptes de la même, Timothée circoncis, et a fait vœu de Nazirite sous la pression de Jacques et parce qu'il a en outre distingué précisément s'il se référait à la loi juive et non à d'autres lois, les œuvres de la loi respectent la loi. Parce que la loi ne sauve ni ne justifie nous sommes d'accord, mais qu'un peu n'est pas nécessaire’ moins. En revanche, le débat le plus cocasse qui puisse suivre le discours juste mais banal du Pape, il est: “et puis les commandements?” D'autre part, l'apôtre dit que “Toute la loi trouve en effet sa plénitude dans un seul précepte: tu aimeras ton prochain comme toi-même” que donc la loi n'est pas nécessaire, cela n'étant faisable que dans la Charité de l'Unique Tripersonnel? Autant dire que la grâce est inutile…ou la sauce du discours s'est vite dite”En fait, même les circoncis eux-mêmes n'observent pas la loi, mais ils veulent que ta circoncision se vante de ta chair”.

    Ah.

    Fors eun po’ comme quand la pénitence était prescrite pour certains péchés et puis plus rien, ou la réduction à l'état laïc ou même l'excommunication et à la place rien. C'est pourquoi nous avons des prêtres qui ne devraient pas être des clercs même dans les rangs élevés qui ne devraient pas le rester ou n'auraient jamais dû le devenir et rien n'est fait., tout comme nous avons aussi des laïcs qui bavardent au lieu d'être chassés et anathémiés et rien n'est fait. La loi n'est pas nécessaire…il est…

    1. Les réponses à ses questions sur la Loi et la relation entre le Christ et la Loi et vice versa sont données par le Bienheureux Apôtre Paul dans:


      II Lettre aux Corinthiens

      Lettre aux Romains 7, 1-6

      mais surtout, le concept « Toute la loi trouve en effet sa plénitude dans un seul précepte: tu aimeras ton prochain comme toi-même" que tu mentionnes, c'est une extrapolation faite à partir d'un texte très complexe et articulé, tel est le Lettre aux Galates, dans laquelle le Bienheureux Apôtre explique avant tout la dimension christologique et christocentrique, comme dans ses autres épîtres (en Fil 2, 6-11 e dans Ef 1, 3-12), changer le précepte du livre du Lévitique de “souhaiter” dans “Amour christologique”. en fait, dans les anciens textes bibliques, il n'a pas été question de “amour du prochain” mais “désirer / respecter” et la traduction fidèle de l'hébreu serait: "Tu désireras / désireras pour ton prochain ce que tu désires pour toi-même" (lv 19, 18).

      1. Et qui l'explique maintenant à l'évangéliste Matthieu qui s'est trompé en mettant Jésus dans la bouche, quand il répond au docteur de la loi, le verbe “??”

          1. Merci pour la traduction de ces passages de la Première Alliance qui expliqueraient beaucoup de choses, mais j'espère sincèrement que la LXX grecque s'exprime de la même manière car le texte massorétique est assez récent et peu fiable.

            Je parlais justement de la lettre aux Romains, qui est la lettre la plus mal interprétée de Paul.

            Le plus triste c'est que les juifs ne sont pas exposés. Au moins le gars qu'il réprimande s'est exposé, et fait partie d'une école reconnaissable. Nous devrions tous savoir que dans le judaïsme, d'où nous sommes nés, matrilinéarité si jamais ça avait du sens, il ne l'a jamais eu au sens biologique ( en réalité, la matrilinéarité n'est valable que dans la mesure où la naissance d'une Juive de la Foi est dans le fait que le fils n'est pas un bâtard et le père un apostat ).
            Parce que cette crainte contre ceux qui se disent juifs et ne suivent même pas leur religion rabbinique qui est plus jeune que le christianisme?
            Charnel? Revenons à l'origine, nous sommes entourés d'Edomites, et je ne crois pas seulement parmi les juifs.

          2. Je m'excuse et essaie de mieux m'expliquer.
            – En réponse au docteur en droit, Jésus utilise un terme qui signifie “aimer / aimer profondément”.
            – Si l'interprétation correcte de ce terme de la Loi avait été "désir / respect", l'avocat l'aurait certainement signalé à Jésus.
            – E’ très probablement que, étant venu le “plénitude du temps”, certains courants doctoraux et rabbiniques, ils en étaient déjà venus à interpréter ce terme de la manière indiquée par le Christ.

          3. Cher orenzo,

            on s'est compris, je vais mieux m'expliquer.
            Les écoles bibliques rabbiniques ont toujours eu du mal à traduire le passage du Lévitique en question en utilisant le mot “amour”.
            Deux exemples rapportés en détail dans mon livre Erbe Amare que je reproduis ici:

            ________________

            DE “AMER HERBES” une fois. 372-373 – Les juifs subissent encore des ulcérations produites par des rabbins qui n'hésitent pas à remplacer le mot amour par des verbes moins dangereux. Même si l'amour traverse la littérature religieuse juive, il ne manque pas un esprit bienheureux qui le craint. Depuis deux millénaires, l'amour est le cheval de bataille que les chrétiens se sont approprié, mieux vaut donc ne pas confondre les idées de ces juifs qui doivent garder le drapeau de leur suprême diversité étendu au vent.
            Dans les premières années du vingtième siècle, un grand rabbin italien de la fin du dix-neuvième siècle traduisit ainsi le célèbre passage du Lévitique: "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Rav. Dante Lattes: Apologie du judaïsme [Éditeur Formiggini. Modena, 1923]). Après quelques décennies, un maître de l'école du XXe siècle traduit ainsi le même passage: « Souhaitez pour votre prochain comme pour vous-même » (Rav. Elia Artom: La vie d'Israël [Roma, 4Édition revue et mise à jour en 1993]).

            Au fil du temps, plusieurs rabbins ont silencieusement remplacé le verbe aimer...

            Dans les textes de la Bible en français, Anglais, italienne, Espagnol et allemand en usage dans l'Église catholique, dans l'Église chrétienne orthodoxe, dans la communauté anglicane et dans la communauté luthérienne, l'étape en question (lv 19, 18) il fait référence à l'amour du prochain, sans aucune incertitude.
            Dans la Bible adoptée par la Conférence épiscopale italienne , comme dans la Bible agréée et dans les textes bibliques utilisés par les différentes communautés protestantes, y compris les communautés chrétiennes les plus récentes, des mormons aux témoins de Jéhovah, sans peine de malentendu, on parle d'amour du prochain. Même dans la version arabe du Pentateuque utilisée dans les écoles religieuses musulmanes, il est question d'amour. Précisément parce que tous les autres parlent d'amour, dans la Torah en usage depuis près d'un demi-siècle dans les Communautés juives d'Italie, l'amour s'est transformé en un désir quelque peu obscur:

            «Ne te venge pas et ne garde pas rancune envers les enfants de ton peuple, et veux pour ton prochain ce que tu veux pour toi" (La Bible hébraïque, édité par Rav. Dario Di Segni. Lévitique: 19, 18. [Ed. La Giuntina, 1995]).

            Aimer son prochain est un précepte qui ne lie que les Israélites les uns aux autres? Pas du tout. Quelques lignes plus loin, il y a une référence claire au goy, à l'étranger, le non-juif:

            «[...] l'étranger qui habitera parmi vous, ça doit être comme un de tes natifs, et tu l'aimeras comme toi-même" (À partir de textes bibliques en français, Anglais, italienne, espagnol et allemand, en usage dans l'Église catholique, dans l'Église chrétienne orthodoxe, dans la communauté anglicane et dans la communauté luthérienne. En référence au livre du Lévitique, 19: 33-34).

            Selon la Torah, le prochain à aimer est donc le non-juif autant que le juif, donc ce deuxième verset peut paraître plus dangereux que le premier. Alors voici comment cela a été atténué:

            "L'étranger résidant avec vous doit être pour vous le même qu'un de vos natifs, et tu aimeras pour lui ce que tu aimes pour toi-même" (La Bible hébraïque, édité par Rav. Dario Di Segni. Lévitique: 19: 33-34 [Ed. La Giuntina, réimpression 1995]).

            En feuilletant l'édition en usage depuis le milieu du XIXe siècle dans les Communautés italiennes, il s'avère que dans le même passage le verbe aimer était magnifiquement utilisé:

            « Ne te venge pas et ne garde pas de haine pour les gens de ton peuple; plutôt, aime ton prochain comme toi-même" (Torah avec texte italien ci-contre. Date d'impression: Roma, 1872 [Italie. & heb. Pent.]. L'ancienne copie du texte porte le cachet de propriété du Temple juif de Rome. Ceci est le texte officiel approuvé par l'autorité rabbinique et adopté par le peuple pour suivre les liturgies de la synagogue).

            Dans le verset suivant, le plus dangereux dans lequel on pousse à accueillir et à aimer l'étranger, le texte du XIXe siècle ne nous invite pas à aimer avec douceur pour lui ce que nous aimons pour nous-mêmes, au contraire il dit:

            "Tu connais l'étranger, qui habitera avec toi, comme l'un de vous qui est natif du pays, alors aime-le comme toi-même " .
            Le Grand Rabbin de l'école de la fin du XIXe siècle mentionné ci-dessus, il ne se traduit pas en nous invitant à désirer pour les autres ce que nous voulons pour nous-mêmes, ni ne nous invite de manière ambiguë à aimer pour les autres ce que nous aimons généralement pour nous-mêmes:
            «Et quand un étranger émigra vers toi dans ton pays, ne lui fais pas d'injustice. L'étranger qui habite avec toi, il sera pour toi comme ton propre citoyen, et tu l'aimeras comme toi-même" (Supra).

            Vous êtes une personne intelligente, cher orenzo, donc, avec ce copier/coller d'un de mes livres que je vous propose de lire, il a parfaitement compris ce que je veux dire entre les lignes.

          4. Sapendo che laSeptuaginta”, datata a circa la metà del II° secolo a.C., era utilizzata dai cristiani per testimoniare che Gesù era il Messia atteso, gli Ebrei, dopo la caduta del Tempio, iniziarono a mettere per iscritto il testo Masoretico, lavoro ultimato nel X° secolo d.C..
            que ledit, ho trovato molto istruttiva la seguente lettura, anche perché chiarisce bene il rapporto tra San Paolo e la Legge: https://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/pcb_documents/rc_con_cfaith_doc_20020212_popolo-ebraico_it.html

  3. mah. J'ai lu la catéchèse du Pape dans son intégralité et je l'ai trouvée vraiment édifiante. Quel serait le scandale de dire que la loi agit comme un pédagogue, et cela seul ne suffit pas pour le salut, pour la rencontre avec Dieu? Quel scandale de dire que le Christ est l'accomplissement de la Loi et des Prophètes? volonté. La plupart des lettres pauliniennes sont centrées sur cette question, passer “de la loi à la grâce”, que la loi ne donne que la connaissance du péché, mais ça n'économise pas. En pratique, selon ce rabbin, il faudrait jeter une bonne partie des lettres de saint Paul au seau? volonté. Le Pape a dit des anecdotes si évidentes.. mah

    1. … et si le problème sous-jacent tacite et difficile à exprimer, étaient en effet notre existence importune en tant que chrétiens?

  4. Qui a des oreilles pour entendre, entend:
    – Alors qu'il sortait pour voyager, un homme a couru à sa rencontre et, se jetant à genoux devant lui, il a demandé: "Bon enseignant, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle?». Jésus lui a dit: «Pourquoi m'appelles-tu bon? Personne n'est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements: Ne tuez pas, ne commettez pas d'adultère, ne pas voler, ne faites pas de faux témoignage, ne pas tricher, honore ton père et ta mère ". (Mc 10.17-19)
    – « Ma, père, une chose: cela signifie que si je prie le Credo je n'ai pas à garder les commandements?". Non, les Commandements sont d'actualité en ce sens qu'ils sont des "pédagogues" qui vous conduisent à une rencontre avec Jésus. (et 11-08-2021)

    1. Mais le rabbin de service devrait être plus en colère que le Père contre le prophète Jérémie qui a affirmé au nom de D. : ” Les experts de la Torah ne m'ont jamais connu”(casquette 2).

      1. VOIR QUI la citation de notre lecteur

        ajouter:

        d'ailleurs, les anciens Israélites, après avoir été nourri dans le désert avec de la manne, ils se sont plaints que Dieu n'a fait pleuvoir que la manne du ciel.
        De tels pères, de tels enfants …

        VOIR ICI

      2. Identification à la Torah, avec la Loi et la Loi avec le Décalogue, c'est n'avoir rien compris à la Torah, qui pourrait être mieux traduit avec: éducation, enseignement, guide, doctrine, éducation, voie sapientielle, tradition…
        Je me demande aussi quel catholique, qui a au moins un minimum de catholicisme et un brin de rationalité, peut demander: “si je prie le Credo je n'ai pas à garder les Commandements?”

  5. Esimio p. Ariel,
    il est en colère contre le Talmud et non contre Celse d'avoir écrit ces choses avant tout le monde?
    GG

  6. Merci pour cet article instructif cher Père.
    Juste deux pensées. le premier: les pauvres métiers protestants sont toujours prêts à donner contre le Saint-Père pour tout, mais quand il dit bien ils se taisent. Pourtant, le catholicisme nous enseigne que quiconque dit bien doit toujours être loué…mais ils se taisaient. Preuve de leur horrible mauvaise foi.
    selon: des juifs convaincus auraient suffi à nier l'existence du Christ comme le font tant d'athées et tant d'ennemis de l'Église, au lieu de cela non…bien que l'insultant, ils le confirment historiquement. Jésus a existé, et s'ils leur racontent avec leur longue histoire biblique, alors sa véracité est certaine. Que dire alors?
    DIEU MERCI. Merci Jésus que tu es confirmé par “frères plus vieux” en continuité avec la véritable histoire de l'homme et de son salut.

  7. père. C'est la deuxième fois que je ne suis pas d'accord sur ce que tu écris dans un article. Et ça m'inquiète. Comment ne pas voir que Bergoglio fait pas à pas l'église catholique-chrétienne au niveau du protestant? Il est si habile dans ses discours abscons que je crains que ce ne soit pas lui qui donne naissance à ce qu'il dit dans ses catéchèses. A mon avis quelqu'un la conduit… Oh maman, adesso anche in questo caso qualcuno mi darà del complottista ?

    1. On ne peut pas se passer de Peter, qui que ce soit.
      Le protestantisme est né de Luther qui croyait que Pierre pouvait se passer de.
      nous, Peter, nous ne pouvons pas, nous ne devons pas et ne voulons pas nous passer, qui que ce soit.

      1. Mais père permets-moi, cette réponse est générique. J'ai compris que vous ne pouvez pas vous passer d'un Pape mais à propos de ce que vous avez écrit dans cet article, n'est même pas d'accord [CENSURE]

        1. Sortez tranquillement de votre tête que vous pouvez utiliser les espaces de L'île de Patmos , qui affiche également une moyenne de 20 millions de visites par an, faire de la publicité pour les théoriciens du complot, anti-papistes et vidéos postées sur YouTube par divers freaks cachés derrière l'anonymat, mais sors-le de ta tête.

    2. cher John,
      le complot en soi n'est rien comparé à sa matrice: ignorance. Et je ne dis pas ça pour l'offenser, mais parce que plusieurs fois il suit “la voix du peuple”, sans vraiment étudier ou approfondir les différentes questions.
      bien, si elle avait environ 2000 âge, saurait que la Tradition Sacrée “inchangeable” ed “éternel”, qui est tant défendu par le soi-disant “traditionalistes”, il n'existe pas dans les termes dans lesquels il est présenté, sauf en ce qui concerne le magistère infaillible et certain, c'est-à-dire les dogmes de la foi. Tout le reste peut faire l'objet d'une réflexion théologique, avec prudence et patience, toujours sur la base des Saintes Ecritures et de la Tradition.
      Pour vous donner un exemple, aide-moi à croire, si vous le pouvez (avec des sources certaines et fiables), que l'apôtre Pierre et ses successeurs immédiats (tout au long du premier millénaire) étaient les monarques absolus de toute l'Église catholique (à l'ouest et à l'est). Clairement, comme l'Église me propose de le faire, Je crois en la primauté du Pape, mais parce que l'Église me demande de le faire en communion avec le successeur de saint Pierre, en laissant de côté ce que je suppose que je sais et en essayant d'être aussi docile que possible. Pour accepter l'Evangile, il faut devenir ignorant. au fond, à quel point même les soucis les plus sérieux peuvent être, si le centre et notre guide est le Seigneur Jésus? grêle.

      1. Cher Vincenzo,

        Je me joins à votre réponse donnée à mon cher John en ajoutant simplement ceci: le Conseil de Nicée de l'année 325 c'était à bien des égards le plus important concile de l'Église, avec le Concile de Constantinople qui a suivi. Dans ce concile les dogmes christologiques fondamentaux ont été solennellement définis et de ces deux conciles le Symbole de la foi, appelé Niceno-Constantinopolitan, à savoir la credo que l'on récite encore dans les églises aujourd'hui.

        et pourtant, certains traditionnels de noartri, ils parlent comme si l'église, au III/IV siècle il avait été comme à celui de Pie VII au début de 1800. Avec une rare ignorance – compris comme un manque total de connaissances – malheureusement ils ignorent que le Souverain Pontife n'était même pas présent à ces deux grands et fondamentaux conciles. incidemment, temps, il ne s'appelait pas encore Souverain Pontife, titre qui sera utilisé vers le VIe siècle.

        L'Église du début du IVe siècle n'était certainement pas celle du Souverain Pontife Paul III qui en 1545 il a appelé le Concile de Trente, ni celle du Souverain Pontife Pie IX qui en 1869 convoqua le Concile Vatican I, ni celle du Souverain Pontife Jean XXIII qui en 1962 appelé le Concile Vatican II. Ceci est démontré par le fait que le Concile de Nicée et les suivants, jusqu'au IXe siècle, ils ont été convoqués et formellement présidés par l'empereur d'Orient, le dernier de la série commandé par l'impératrice Irène l'Athénienne. A Nicée et Constantinople, celui qui à l'époque était connu et appelé évêque de Rome, il n'était même pas présent à ces deux conciles qui définissaient les dogmes fondamentaux de la foi, était représenté, les chroniques racontent, par deux prêtres, mais beaucoup plus probablement par deux diacres, il n'était même pas représenté par deux évêques.

        Il faudra atteindre Leo I (440-461) et à Grégoire le Grand (590-604), de sorte que l'évêque de Rome a assumé un rôle de premier plan dans le christianisme occidental, combler par leurs initiatives, y compris politiques, le vide créé par la crise puis par la disparition de l'Empire romain d'Occident.

        J'avoue ma profonde frustration, que j'essaie souvent d'échapper par l'ironie et ass jack de certains sujets. J'essaie de transmettre depuis des années, avec les fondements de la foi et la saine doctrine de l'Église, aussi des éléments clairs et compréhensibles de l'histoire de l'Église et de l'histoire du dogme, faire comprendre qui nous sommes et d'où nous venons, faire comprendre comment l'Église a évolué sur le chemin depuis le premier âge apostolique. Malheureusement,, invariablement, la femme pieuse sort après une conversation avec la shampouineuse dans le salon de coiffure, ou l'analphabète numérique de service qui pense avoir tout compris de l'Église en lisant les coups de gueule entre politique et potins publiés sur les blogs de certains journalistes du Vatican à la retraite, qui du haut de sa chaise dressée sur internet secoue son petit doigt et dit … “Je ne suis pas d'accord … non, Il est pas, parce que Notre-Dame de Medjugorje, les messages de Garabandal, de la Madone d'Anguera, ils disent ça …”.

        Certains m'accusent de jurer, ben je te dis qu'aujourd'hui, pour être prêtres et être théologiens il ne suffit pas d'avoir beaucoup de cran, ça prend des balles au-delà de toute mesure, parce que le prêtre et le théologien doivent composer quotidiennement avec l'ignorance et l'arrogance de tant de prétendus catholiques qui sont dans des conditions d'analphabétisme numérique et qui ont parfois l'impossibilité de guider et de former, car ils sont fermés à tout type d'appel et d'enseignement correct.

        J'ai utilisé le paradigme du cran et des couilles simplement pour dire qu'aujourd'hui, être prêtre et théologien, une foi profonde est nécessaire, très solide et motivé, ce qui n'était pas nécessaire au 19ème siècle, face aux propos exprimés aussi par le dernier des curés du pays, aucun fidèle n'aurait osé soupirer. mais aujourd'hui, des gens qui ne connaissent pas les fondements de la doctrine catholique, à la fin de la messe ils arrivent à la sacristie, ils vous pointent du doigt et contestent l'homélie en disant: “… Je ne suis pas d'accord, car à mon avis … Je pense que …”. Et si vous leur posez une question sur le rudiment le plus simple du Catéchisme de l'Église catholique, ils ne savent pas quoi répondre.

        On pourrait dire: tu devrais essayer de te mettre à notre place pendant un mois et puis voir l'air qui tire.

        Merci pour votre commentaire intelligent et catholique.

        1. Caro père Ariel, si c'est la foi catholique, interprète, et si c'est une réponse intelligente et catholique en effet, puis ce que disent les autres prêtres sur le fond de la question posée dans son article, comme Don Curzio Nitoglia qui n'est pas le dernier à arriver, qui dit le contraire de ce qu'elle et Vincenzo disent, alors il n'y a pas de vérité certaine mais interprétable pour beaucoup de questions catholiques, eh bien je deviens bouddhiste. merci.

        2. je partage tout. merci, père Ariel.
          Le Seigneur est à côté d'elle. Courage et en avant.

      2. Merci Vincenzo. Donc cette foi catholique n'est qu'une blague car beaucoup, très interprétable. Le père Ariel dit une chose, Don Curzio Nitoglia autre, que c'est beau, ça ressemble à un jeu. Mais si je veux jouer au craps. Mieux vaut devenir bouddhiste.

        1. Vous venez de confirmer votre décision, détermination totale et absolue de ne pas écouter tout ça bref, ce qui est historiquement et théologiquement irréprochable vient de lui être expliqué dans l'échange intelligent et catholique entre Vincent et moi.

          Apporter le prêtre Curzio Nitoglia comme exemple et modèle, c'est comme s'attendre à ce que la Congrégation pour les Causes des Saints accepte de poursuivre le processus de béatification de Moana Pozzi.

          Le révérend Curzio Nitoglia a reçu l'ordination sacerdotale, d'une manière valide mais illégale, par l'évêque schismatique Marcel Lefebvre, puis il a abandonné la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X en raison de forts désaccords avec les supérieurs de la même.

          A l'heure actuelle c'est un “clerc errant” n'appartenant à aucun diocèse et n'étant incardiné dans aucun Ordre, Congrégation religieuse, Fraternité sacerdotale. Elle n'a donc pas d'évêque, ni un supérieur religieux, bref, c'est ce qu'on définit habituellement en langage profane “loose cannon”.
          Vous essayez de vous demander pourquoi, pas d'évêque au monde, il a accepté de l'accueillir dans son presbytère.

          Sinon je suis prêtre incardiné dans un diocèse, soumis à l'autorité d'un évêque et en pleine communion et obéissance avec mon évêque, qui me permet d'exercer les différents ministères que j'exerce au service de l'Église, y compris l'activité publicitaire et la publication de livres.

          Sa comparaison entre moi, prêtre à “règle parfaite” ea “prêtre totalement irrégulier” ça peut me paraître presque insultant, s'il n'y avait pas le fait qu'elle s'exprime par ignorance crasse.

          S'il souhaite ensuite devenir bouddhiste et ainsi libérer l'Église catholique de sa présence, sachez que cela fera quelque chose de plaisant à tous les croyants qui vivent la foi et les épreuves que la foi implique, maintenant avec une joie profonde maintenant avec une souffrance profonde, certainement pas en train de faire des crises de colère enfantines et stupides comme elle.

          Je te bénis de mon coeur.

          1. Désolé mais je ne libérerai pas l'Eglise de ma présence, même si ça lui plairait et cette supposition est déjà fausse pour un prêtre et en dit long, le révéler pour ce qu'il est, peut-être avez-vous oublié qu'un prêtre ne doit pas parler de cette façon. Tant pis pour l'évangélisation qu'il fait, félicitations. Elle fait exactement le contraire, celui qui n'est pas d'accord avec elle le jette. Mais je serai certainement celui qui me débarrassera de sa présence en suivant uniquement des prêtres reconnus par l'église (non excommunié) mais qui n'oserait jamais faire ses prétentions. le message d'accueil.

          2. Si c'est le cas, il a le devoir moral de prendre en premier ce que vous avez écrit publiquement, alors ce que je vous ai répondu et soumettre une note de protestation à l'Autorité ecclésiastique, à laquelle, cependant, il devra expliquer si c'est elle qui a craint de manière provocante sa conversion éventuelle au bouddhisme, ou si c'était moi – selon lui, un prêtre indigne – suggérer de façon téméraire de devenir bouddhiste.

            E’ elle qui a lancé une provocation, Je viens de répondre en nature à sa provocation. Ou peut-être veut-il affirmer, même face à des preuves avérées des faits, que c'est moi qui l'ai provoquée à l'improviste sans raison?

            S'il vous plait, asseyez vous, elle a le devoir moral de faire ce que je lui ai dit, vu et considéré qu'un prêtre indigne comme moi pouvait causer de très graves dommages à l'Église et au Peuple de Dieu.

        2. cher John,
          il suffit d'aller aux sources (à tous, et pas seulement ceux des derniers siècles) pour comprendre qui a raison, je connais don C. Nitoglia ou l'Église catholique.

          1. Vous dites que l'Église, mater et magistra, grossièrement faux en matière de doctrine et de foi?
            Mais tu es catholique, ou un membre d'une secte qui infiltre les discours en se faisant passer pour catholique?
            cependant, merci pour les fous rires que ça nous fait.

        3. Prenez les Evangiles en main et lisez-les à la lumière du Magistère intègre, c'est-à-dire du Catéchisme de l'Église catholique (utiliser l'ancienne édition), et ne vous laissez pas distraire par ceux qui enseignent des idéologies contraires au CEC.

  8. Félicitations pour l'article!
    Je suis prêtre franciscain et j'ai découvert l'ascendance juive dans ma famille. Je lis l'hébreu et le parle assez bien, mais le dialogue avec les nombreux judaïsmes que j'ai rencontrés sur mon chemin a presque toujours été une promenade nocturne, ivre, dans un champ de mines.

    1. Cher Frère,

      tu sais et tu m'apprends, tout comme un prêtre d'un glorieux Ordre mendiant, que nous, catholiques, avons en nous de nombreuses expressions différentes qui constituent de précieux charismes, don de grâce du Saint-Esprit. par exemple: Dominicains et Franciscains constituent les deux grands ordres mendiants, pourtant au fil des siècles, entre eux, des différences claires et différentes manières de comprendre et d'aborder certaines questions théologiques ont émergé, mais les deux, caractérisé par différents cadres de vie religieuse, ils contribuent à former la valeur de l'unité catholique.

      Nous avons aussi différentes écoles de pensée qui affrontent les grands enjeux théologiques de manière parfois même opposée, mais ces courants et pensées, même quand ils sont en désaccord les uns avec les autres, ils constituent le précieux patrimoine de la seule et unique Église catholique.

      Avec cette expérience qui est la nôtre, avec cette approche qui est la nôtre, ceux d'entre nous qui n'ont pas eu l'occasion de se plonger véritablement dans l'histoire et la réalité du judaïsme, ils ont tendance, en toute bonne foi, à y faire face de la manière la plus erronée, des biblistes de haut rang en tête. Pourquoi, comme tu dis à juste titre, on finit par dialoguer avec de nombreux judaïsmes qui ne conduisent pas à l'unité mais à une fragmentation plus dispersée, donc « mon chemin a presque toujours été une promenade de nuit, ivre, dans un champ de mines ".

      je termine par un exemple: extraire de Haron-ha Kodesh (pour ceux qui nous lisent: le grand tabernacle de la synagogue) la Sefer Torah (pour ceux qui nous lisent: le rouleau, le grand parchemin de la Torah) un soi-disant minien de 10 mâles adultes, à savoir 10 post puberi. Cependant, il y a des sectes juives qui n'acceptent pas d'inclure les Juifs dans le décompte, à toutes fins utiles telles que pour le Halaka (pour ceux qui nous lisent: loi rabbinique orthodoxe) car ils n'appartiennent pas à leur agrégation. Ce sont des choses que beaucoup de nos catholiques passionnés par le dialogue avec le judaïsme ne savent pas, avec beaucoup d'autres choses qui leur sont complètement inconnues.

      E’ dit bientôt: il serait pensable que je, me trouvant de passage dans l'un de vos couvent franciscain, n'est pas admis à la concélébration eucharistique, ou pire encore à la célébration eucharistique, parce qu'il était membre du clergé séculier, donc pas reconnu, prêtre, par les prêtres de la famille franciscaine? évident, que pour nous une telle chose, en plus d'être impensable, si cela se produisait, cela déclencherait la colère immédiate des évêques diocésains et des supérieurs majeurs de l'Ordre franciscain.

      plutôt, au sein des divers “Judaïsmes” fragmenté et belliqueux, où les communautés se désavouent et où les rabbins ne reconnaissent pas systématiquement l'autorité des rabbins des autres communautés, c'est une administration normale.

      Et certains de nos catholiques romantiques pensent qu'avoir parlé et rencontré un grand rabbin, ils parlaient “avec” judaïsme.

      Avec quelques mots sages, vous avez peint de manière chirurgicale cette réalité que certains de nos romantiques et maîtres catholiques enthousiastes du dialogue à tout prix et à tout prix, malheureusement ils ne sont pas vraiment capables de saisir.

      Avec une profonde fraternité sacerdotale,

      Ariel

      1. Quanta e quale conoscenza ci ha donato anche questa volta, padre.! Ho ascoltato l’audio e sono certa che solo un sordo possanon percepirel’essenzialitadelle Sue riflessioni, perfetto frutto di una fede austera ed inattaccabile. Certezza da molti smarrita o confusa con bizzarre e spicciole verità di questo ns infausto tempo.

  9. je me demande depuis quelques jours : mais qu'est-ce que le pape François a dit de si grave? mais maintenant toutes les occasions sont bonnes pour s'offrir un peu’ de notoriété….

  10. Cher père, je dois m'excuser mais je ne suis plus autant ces affaires d'église. Mais toujours poussé par la curiosité après avoir vu une vidéo qui en parlait, Je suis allé entendre ce que le Pape avait dit à l'audience du jour 11 ce mois-ci. J'ai bien compris ce que dit Bergoglio, mais ça ferme mal. En fait, Bergoglio conclut en disant que la rencontre avec Jésus est plus importante que toute la loi et que la loi mosaïque, c'est simplement un moyen d'arriver à Jésus, faire sa connaissance, depuis l'alliance du peuple de Dieu, la promesse faite par Dieu est sur la base de la Foi et non de la loi mosaïque qui est venue 450 ans après Abraham et que c'était plutôt la faute des missionnaires infiltrés parmi les Galates pour soutenir l'inviolabilité de la loi mosaïque, car combattre le paganisme et l'hydrolature de l'époque, a soutenu que la loi mosaïque était constitutive de’ alliance avec Dieu. En bref, ils ont clairement indiqué que sans observer la loi nosaique, nous ne pouvions pas être sauvés… A la fin de cette explication, Bergoglio met toujours l'accent sur le mot Amour. Dans cette audience générale le cher Père m'a semblé moins énigmatique que les autres fois, mais, cependant, je dirais à Bergoglio: ” mais excusez votre Sainteté, mais parce qu'aujourd'hui nous ne sommes peut-être pas à l'ère de l'idolâtrie et du paganisme?” Oui bien sûr!!! et alors???
    ???

Les commentaires sont fermés.