"Le Saint-Esprit et nous". Il n'y a plus les évêques et les catholiques du passé

- Nouvelles de l'Église -

"LE SAINT-ESPRIT ET NOUS". IL N'Y A PLUS D'ÉVÊQUES ET DE CATHOLIQUES UNE FOIS

.

[…] le moment est également venu pour les fidèles de choisir ce qui est nécessaire, traverser les charbons ardents de la modernité et des droits absolus assumés au fanatisme contre l'Église. Ces droits, même en période de pandémie, ils ne constituent jamais un remède au mal, ils s'autodétruisent immédiatement et se laïcisent et se légalisent, deviennent des droits positifs qui affectent la chair des plus faibles et des plus sans défense et attaquent cette composante sacramentelle et liturgique qui a dans l'Eucharistie son apogée de la foi nécessaire, célébré quotidiennement.

.

auteur
Ivano Liguori, ofm. Capp.

.

.

Format PDF Imprimer l'article
.

.

.

Note du directeur en charge de L'île de Patmos publié à des heures 19.45

l'article du Père Ivano Liguori, ofm. Capp. qui suit a été publié à des heures 17,45 la 4 novembre. Quelques heures après la rédaction de Avvenire.it supprimé la pièce à laquelle notre éditeur faisait référence. Cet article maintenant ce n'est plus visible. Des traces en restent dans le journal du diocèse de Senigallia que j'ai rapporté presque entièrement [voir QUI] bien, dans l'ensemble, une commodité de moins sur ces colonnes. Je regrette la chute de l'Union soviétique, parce que s'il restait debout, aujourd'hui le directeur en charge de se produire pourrait être fortement revendiqué par la Douma en tant que directeur de la vérité.

Ariel S. Levi Gualdo

 

 

.

.

cadeau d'un de nos confrères napolitains: «facite ammuina!»

Un journal qui se dit catholique, ce qu'il doit faire, c'est avant tout soutenir et accompagner la foi des chrétiens dans la vie quotidienne, préserver les simples de trébucher.

.

Sans trop de fioritures et l'inévitable fanatisme de la sacristie, utiliser un style journalistique charismatique capable d'instaurer la confiance, pour lire le monde de manière prophétique, selon ce Royaume de Dieu qui est déjà présent parmi nous (cf.. Lc 17,20) et qu'un croyant devrait reconnaître de loin.

.

Selon toute probabilité, je me trompe, je suis comme d'habitude aussi ancien et trop naïf pour ce siècle, dans lequel être un chrétien adulte signifie réformer l'irréformable et proposer un Dieu alternatif sagement brillant qui chevauche le Dieu de Jésus-Christ. cependant, une le coût d'être répétitif et odieux, je dois insister sur un fait: Je trouve toujours un manque évident de cette belle vertu cardinale qu'est la prudence. Vertu qui doit être demandée au Saint-Esprit au quotidien et qui est requise non seulement pour une personne consacrée dans l'épiscopat et dans le sacerdoce mais aussi pour un simple fidèle baptisé qui joue un rôle au sein de l'Église, surtout si ce rôle implique l'information et la formation.

.

Pourquoi dis-je cela? Je vais aller droit au but. J'apprends d'Avvenire [cf.. marchandises QUI] d'une enquête menée par l'Institut IPSOS selon laquelle les deux tiers des croyants auraient jugé nécessaire de suspendre les célébrations avec les gens pendant la lockdown national entre mars et mai. Apparemment, 88% des chrétiens de nos communautés ont promu des mesures anti-Covid dans l'église.

.

Possible? Il semblerait que oui! Donc selon ces données et selon la lecture donnée par se produire, le cri: «Rends-nous à S. Messe »est l'oeuvre d'une certaine vulgate de fanatiques de baisers. L'arrêt des célébrations de la «porte ouverte» voit la promotion complète de Popolo des paroisses. Je ne sais pas pour toi, mais je, lire certaines choses, Je suis vraiment mauvaise. En réalité, si la solution semblait réussie la première fois, ce sera aussi dans le cas d'une seconde confinement Noël, ainsi que des rumeurs répandues ces jours.

.

Et je dis cela avec la plus profonde inquiétude parce que, après presque un an de vie avec Covid, cette position ne peut plus être justifiée par l'émotivité ou la surprise. Il est clair qu'il assume les caractéristiques d'un véritable choix de domaine raisonné, une décision précise entre foi et nécessité comme je l'écrivais dans ces colonnes il y a quelques mois, choix soutenu par un droit interprété de «faire le bien» qui voit dans la sécurité publique la suprema lex.

.

À tous les catholiques passionnés de droit et de Cicéron, Je me souviens du premier pour un chrétien catholique suprema lex il est, et restera toujours, Jésus-Christ, fondation et moyen d'atteindre le salut des âmes. À cet égard, je cite et partage ce que pense le cardinal Sarah:

.

"L'existence terrestre est importante, mais la vie éternelle est bien plus importante: partager la même vie avec Dieu pour l'éternité est notre objectif, notre vocation " (cf.. Lettre aux présidents des conférences épiscopales sur la célébration de la liturgie pendant et après la pandémie de Covid-19, Revenons avec joie à l'Eucharistie!).

.

Pour cette raison, cette enquête paru dans le journal des évêques me fait mal dans le double rôle de prêtre et de chrétien, révélant un défaut très spécifique parmi les croyants catholiques italiens qui devraient être guéris plutôt que parrainés.

.

Je ne peux m'identifier en tant que curé de la paroisse aux soins des âmes aux nombreux frères prêtres qui n'ont pas encore fini d'expliquer à leurs Conseils pastoraux la splendide lettre de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements qui nous invite à reprendre la vie chrétienne en partant de l'Eucharistie célébrée en communauté en Dies Domini.

.

Comment les prêtres pourront éduquer leurs fidèles se nourrir de Jésus Eucharistie et transmettre les vérités de la foi catholique dans la communion ecclésiale dominicale, si ces fidèles préfèrent un Credo Travail intelligent, facilement vécu de la maison?

.

Comment justifier auprès des catéchistes et des familles d'enfants et des garçons sur un chemin de foi qu'un nouveau confinement liturgique / catéchétique n'est pas seulement bon et juste mais c'est même souhaitable, lorsque l'Office national de catéchèse a publié des directives claires pour la catéchèse en Italie au moment de Covid? Directives responsables, prudent et sûr mais qui ne peut pas répudier et saper l'annonce kérygmatique consciencieuse qu'il a dans l'Évangile de saint Matthieu [cf.. Mt 28,19-20] le sceau contraignant du Sauveur au Collège apostolique.

.

Vous comprendrez bien que nous sommes face à un carrefour et entre les deux, l'un est vrai et l'autre faux. Ou les catholiques en Italie ont conquis en 2020 le trophée Nietzsche et sont venus à la mort de Dieu considérés comme un fardeau insupportable en période de pandémie, et puis il est bon qu'ils le communiquent officiellement à leurs évêques, belles âmes d'hospitalité, pour qu'ils prennent note. ou, si non, les évêques devraient empêcher de telles positions de circuler dans leur journal, qui n'ont d'autre conséquence que d'augmenter la consternation et l'inconfort de cette 12% des catholiques qui considèrent toujours la Sainte Messe comme indispensable.

.

Parce que la Sainte Messe appartient au Christ, pas de tout "Franceschiello" qui avec son édit galvanise les marins au cri de "Faire Ammuina» (vous salissez).

.

Et de ammuina - confusion - dans cette période historique il y en a trop, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église tellement qu'il fallait des pasteurs prudents et sages comme le bon évêque émérite d'Ascoli Piceno, Giovanni D'Ercole [cf.. Mon article précédent, QUI] qui a eu l'audace d'affirmer que «l'Église n'est pas le lieu de la contagion», démontrant ainsi un équilibre rare entre prudence pastorale et amour du prochain, tout combiné avec cette primauté de l'obéissance au Christ devant César.

.

Ils nous disent d'obéir? Eh bien, nous le ferons et avec joie, tel que rapporté par le bienheureux évangéliste Luc dans le livre des Actes des Apôtres. Obéissez en écoutant cette voix apostolique qui nous dit de nos jours:

.

"Nous avons décidé, le Saint-Esprit et nous, ne vous imposer aucune obligation autre que ces choses nécessaires ... " (À. 15,28)

.

C'est ce que nous voulons entendre, chers pères évêques. Impose le joug de la nécessité sur nous, nous tournerons volontiers notre cou et notre dos au doux joug de l'Eucharistie célébrée en communauté le jour du Seigneur, le seul Seigneur nécessaire dans une Église de faux indispensables.

.

De même, le moment est également venu pour les fidèles de choisir le nécessaire, traversant les charbons ardents de la modernité et des droits absolus, assumé au fanatisme contre l'Église. Ces droits, même en période de pandémie, ils ne constituent jamais un remède au mal, ils s'autodétruisent immédiatement et se laïcisent et se légalisent, deviennent des droits positifs qui affectent la chair des plus faibles et des plus sans défense et attaquent cette composante sacramentelle et liturgique qui a dans l'Eucharistie son apogée de la foi nécessaire, célébré quotidiennement.

.

Laconi, 4 novembre 2020

.

 

Nous rappelons aux lecteurs que le livre des Pères de l'île de Patmos est en avance, que vous pouvez commander maintenant et le recevoir dans quelques jours. Entrez simplement dans notre librairie: QUI.

 

 

 

 

 

 

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

PayPal - La méthode rapide, de manière fiable et innovante de payer et d'être payé.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Editions L'île de Patmos

ils étaient: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

À propos de père Ivano

Ivano Liguori Dell'Ordine dei Frati Minori Cappuccini Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

19 réflexions sur ""Le Saint-Esprit et nous". Il n'y a plus les évêques et les catholiques du passé

  1. Sur le journal en question, j'ai remarqué que da “Journal catholique” est devenu “Journal d'inspiration catholique” et j'ai peur de la prochaine étape, maintenant ferme, sera de devenir “Journal inspirant”. personnellement, Je le lis encore juste parce qu'il m'est envoyé - je ne sais pas pourquoi- maison gratuite, malgré l'annulation de l'abonnement il y a longtemps.
    malheureusement, dans mon petit, J'ai aussi remarqué la diminution des fidèles après la reprise, comme je l'avais craint lorsque la suspension des messes a été décidée. malheureusement, mais, Je ne vois pas que les plus de 65 ans sont absents de l'église (de moi, il y en a plusieurs parmi les 80 e i 90 âge), mais le plus jeune de 50. J'espère ne plus avoir à voir le manque de récolte ce printemps, ce qui était une vraie douleur pour moi. pour ce, mais, nous, catholiques, devons revendiquer nos prérogatives constitutionnelles à l'État…

  2. Révérend Père Ivano,

    Je partage avec vous qu'il y a un choix clair de la part de la plupart des épiscopats de faire comprendre aux gens que les sacrements, et en particulier le sacrifice eucharistique, ils ne sont pas le cœur battant de notre vie de foi, avec de nombreuses salutations à la liturgie culmen et fons’ promu par le Conseil
    J'ai également remarqué cela lors d'une récente interview avec le Saint-Père François ( https://www.adnkronos.com/fatti/cronaca/2020/10/30/papa-francesco-all-adnkronos-covid-corruzione-benedetto_chrA2saxr5INZHQvsZT44N.html?refresh_ce ), dont je cite un passage qui m'a personnellement plus scandalisé que les déclarations pontificales sur les gays et autres

    Je ne veux pas entrer dans les décisions politiques du gouvernement italien mais je vais vous raconter une histoire qui m'a déplu: J'ai entendu parler d'un évêque qui a dit qu'avec cette pandémie, les gens sont “inhabituel” - c'est ce qu'il a dit – Aller à l'église, qui ne reviendra jamais pour s'agenouiller devant un crucifix ou pour recevoir le corps du Christ. Je dis que si ça “personnes”, comme l'appelle l'évêque, il venait à l'église par habitude alors il ferait mieux de rester à la maison. E’ le Saint-Esprit appelle les gens. Peut-être après ce dur test, avec ces nouvelles difficultés, avec la souffrance qui entre dans les maisons, les fidèles seront plus réels, plus authentique, croyez-moi, ce sera comme ça

    à savoir, pratiquement le Pape a donné le feu vert pour violer le précepte du dimanche à tous les fidèles `` faux '', pas authentique '. en fait c'est aussi un déni des sacrements comme médicament pour le malade

    1. Le Pape n'a donné le feu vert à rien, il a seulement dit que tu n'allais pas à la messe le dimanche “par habitude”. Ou pourquoi “ça a toujours été comme ça”. Il a parfaitement raison de dire que l'église n'a pas besoin de tels fidèles aujourd'hui. A mon avis, ce Pape scandalise non pas parce qu'il parle de manière confuse, mais parce qu'il parle d'une manière réelle, sans trop de mots.

      1. mais il vaut mieux aller à l'église par habitude ou ne pas y aller du tout?
        dans le premier cas, une personne peut être stimulée par la Parole de Dieu, du sermon, de la liturgie et passer d'une relation froide avec Dieu à une relation plus vraie et plus complète. il est vrai que Dieu peut donner la grâce de la conversion quand et comment il veut, mais plus il y a de bonnes opportunités, mieux c'est
        dans le second cas, en restant à la maison, qu'est-ce qu'il finit par faire? finit par regarder pornazzi!
        avec l'histoire des meilleurs mais bons’ nous risquons vraiment de tuer la vie de nos communautés, et nous finirons par nous enfermer dans un élitisme qui nous est nuisible et désolé pour Dieu
        puis le pape François n'a pas dit que l'Église est un hôpital de campagne’ guérir les blessures de l'humanité? et les 'fidèles par habitude’ il ne fait pas partie de ces patients? et nous voulons le jeter…

  3. Estimé P. Ariel,
    concernant les allégations de violations graves des secrets papaux par Mgr. Viganò, même le Christ a transgressé la loi (“Le samedi est pour l'homme et non l'homme pour samedi”); le but du bien de l'Église (qui concerne la totalité des personnes) c'est beaucoup plus important que de protéger une minorité de personnes, comme dans la comparaison que vous avez rapportée que je ne considère pas comme équivalente. Dernièrement, j'ai beaucoup de mal à reconnaître le pape actuel en tant que tel (dans le Credo nous disons “Je crois l'Église” non “le Pape”), de plus, la démission de Benoît XVI semble avoir été forcée et donc invalide, il aurait suffi de lui laisser le guide spirituel et le reste de l'administration exécutive pour le confier à un collège de cardinaux. Je ne sais pas quoi faire d'une Église dominée par le monde et par Satan et j'y reste aussi “seulement pour les sacrements” comme l'a dit Don Milani.

    1. Chère Claudia,

      le sujet est très délicat et sa comparaison évangélique tend davantage vers l'émotionnel (compréhensible) qu'à l'objectif.
      être clair, ce raisonnement n'est pas de sa faute, si quoi que ce soit, c'est notre faute si nous avons trop longtemps renoncé à notre mission fondamentale: guider et instruire le peuple de Dieu, comme guides et enseignants institués par le sacrement de la grâce.

      La réponse à l'ordre:

      – Vous citez un passage évangélique à travers lequel Jésus-Christ met en évidence l'élément d'hypocrisie et le culte idolâtre des préceptes créés par les hommes autour de la loi mosaïque. Dans de nombreux autres passages des Saints Évangiles, Jésus-Christ ne montre pas seulement du respect pour la loi, mais il enseigne ce qu'est le vrai respect pour la loi des saints patriarches et prophètes.

      – Nous sommes dotés de conscience et de libre arbitre en tant qu'esprit pensant et rationnel. L'Église a un ensemble complexe de lois qui en apparence, dans des cas très particuliers, ils peuvent apparaître en conflit avec notre conscience, avec ce que nous considérons bien, en supposant que c'est. Si ce conflit surgit, comme il a été créé dans le pauvre archevêque Carlo Maria Viganò, que devons-nous suivre, comme évêques ou prêtres liés par des promesses précises et solennelles: ce que l'Église nous indique, ou ce que nous pensons être bon? Il est clair, cette, ce n'est pas une question de style, sous la forme ou pire d'un cerveau jeté dans le stockage, mais c'est vraiment une question de foi. Plus évident que jamais, l'Eglise, peut me demander, par l'Autorité ecclésiastique légitime, pour mener des actions contraires à le dépôt de la foi et à la morale catholique, ou crimes, mais cela pourrait me demander d'observer et d'obéir à beaucoup de choses avec lesquelles je ne suis pas d'accord, ou que je crois même être faux et nuisible. Dans ce cas,, que dois-je postuler? J'applique le “mais à mon avis … Je pense que …” ou je me remets dans l'obéissance à l'Église?
      Peut-être qu'un exemple concret clarifiera tout mieux: il y a presque dix ans, totalement injuste, J'ai reçu l'ordre de ne pas écrire et de ne pas publier. Mais pas parce que j'ai écrit des choses fausses ou inappropriées, rien! Mais parce que j'avais fouetté plusieurs ecclésiastiques avec une raison juste et méritée, en particulier le lobby gay venimeux. Et ainsi, un curieux espiègle qui s'était senti piqué, avait convaincu mon évêque à l'époque que “ce prêtre gênant” cela aurait pu lui créer des problèmes dans sa course vers le cardinalat, donné presque certain et certain.
      J'aurais pu avoir toutes les raisons humaines et apparentes de dire que je n'étais pas obligé d'obéir à un ordre donné par un évêque ambitieux qui, ridiculisé par les curiaux et touché par eux à son point faible, il m'avait donné un ordre complètement injuste.
      Au lieu de cela, j'ai obéi à cet ordre injuste et pendant un an je n'ai rien publié. Cet évêque n'est pas devenu cardinal, en effet, il a fait de nombreuses petites figures et finalement, sa retraite de la chaire épiscopale, a été salué par l'ensemble du presbytère comme la fin malheureuse du gouvernement d'un “danger public”.
      Tout cela pour dire: J'ai le droit de critiquer l'Autorité ecclésiastique, c'est l'Église elle-même qui m'accorde le droit d'exercer un sens critique, même sévèrement, toujours dans les limites du permis. Mais ce que je ne peux et ne dois pas faire, c'est désobéir à l'Autorité ecclésiastique en me plaçant comme juge au-dessus d'elle. Ce que je ne peux pas et ne dois pas faire.
      Désobéir à une commande, c'était aussi injuste, pour un prêtre c'est une chose très sérieuse. Mieux vaut faire quelque chose de mal en obéissant à l'Autorité ecclésiastique, que de faire la bonne chose en désobéissance à l'Autorité ecclésiastique. puis, devant Dieu, l'Autorité ecclésiastique qui a utilisé sa propre puissance pour inciter un prêtre à exécuter un ordre injuste ou faux ou porter atteinte à sa personne et à la dignité humaine, il devra en répondre sérieusement jusqu'au risque réel de finir par souffrir éternellement en Enfer.

      – E’ vero, dans le Credo on dit de “croire en l'Église et non au pape”, mais il faut se rappeler que le Pontife romain n'est pas le président d'une république parlementaire démocratique, mais le Vicaire du Christ sur terre, successeur légitime du bienheureux apôtre Pierre à qui le Christ Dieu a donné le pouvoir de lier et de délier. Alors fais attention à diviser “église” e “Papa”, comme elle risque de le faire, parce que c'est très dangereux. que ledit: Je peux aussi affirmer – et je l'ai fait plus d'une fois – que le Pontife régnant court le risque sérieux de rentrer dans l'histoire comme l'un des pires Souverains Pontifes de l'histoire de l'Église. C'est ce que je peux dire, Personne ne peut m'arreter. Ce que je ne peux pas faire, ni ne vais-je jamais, c'est remettre en question son autorité légitime et lui refuser l'obéissance et le respect dû. prudence: obéir et respecter ne veut pas dire estime. On peut en effet obéir et respecter une personne sans être en aucune façon obligée de l'estimer. Le devis, en fait, si le Souverain Pontife le veut, il doit le gagner, parce que ce n'est pas à lui, mais respect et obéissance oui, ceux qui lui sont dus.

      – au sujet de “décharge” dit-il “forcé” de Benoît XVI et pour cela “non valide”, vous dites simplement que le vénérable prédécesseur du souverain pontife n'est qu'un misérable menteur. En fait, je vous rappelle que Benoît XVI, à plusieurs reprises, il a réaffirmé la pleine et totale liberté de son acte de renonciation. Alors gardez à l'esprit qu'un pontife romain ne démissionne pas, mais il peut faire un acte de renonciation. maintenant, l'un des deux: o Benoît XVI est en effet un menteur, ou il a signé la renonciation avec un revolver visant sa tête. Mais ni n'est vrai ni l'autre, il nous a dit, Benoît XVI a expliqué et réitéré qu'en ce sens, ou dis la vérité – et je crois que ça le dit – ou est un menteur – et je ne pense pas que ce soit -.

      – Don Lorenzo Milani Je le considère comme l'un des différents mauvais maîtres du XXe siècle, mais c'est mon avis basé sur plusieurs de ses écrits, discours et actions. imaginer, il y a une armée de Cattocomunistes qui le voudraient “saint maintenant!”. que ledit: dans l'Église on ne reste pas seulement pour les sacrements, parce que les sacrements sont cette grâce surnaturelle qui sanctifie tout un chemin de foi, à travers cette obéissance qui – autant que Milani rationné en disant “l'obéissance n'est plus une vertu – cela reste toujours une vertu fondamentale.

      Après avoir répondu à vos déclarations, je voudrais préciser que lorsque nous prêtres rencontrons des fidèles qui pensent comme vous, la question que nous devrions nous poser, très sérieusement c'est très urgent, ce serait un: si nos fidèles le pensent, où est-ce que nous avons commis une erreur? Parce qu'une chose est certaine: c'est nous qui avons tort. Et je me limite à nous prêtres, par modestie survolant nos évêques capables de ne parler que de “pauvres et migrants”, “pourtours existentielles” e “sortie de l'église”, tandis que les membres du Peuple de Dieu, de plus en plus perdu, ce sont des orphelins de guides solides et sûrs et nos églises deviennent de plus en plus vides.

      lei, chère Claudia, dans son mauvais raisonnement, il n'a pas une mais mille justifications. Nous prêtres, plutôt, non. Nous n'avons pas une seule et misérable justification.

      Priez pour nous et acceptez ma bénédiction.

        1. Cher Stefano,

          qui ne m'a pas donné de chaise d'évêque, que ni dans le passé ni surtout dans un moment comme notre présent n'aurait absolument jamais accepté, avoir toute ma sincère et profonde gratitude, parce qu'il m'a sauvé de l'enfer sur cette terre au sein de cette Église. Je crois que dans un délai maximum d'un an j'aurais dû abandonner mon poste de professeur à cause de la guerre à mort qu'ils m'auraient fait, mais surtout pour les problèmes insurmontables qui auraient créé une bonne partie de mes prêtres et de tous les évêques des diocèses voisins qui lui auraient donné un coup de main, accablant la Congrégation pour les évêques de protestations, simplement parce que j'aurais été coupable d'être un évêque catholique.

        2. Dans mon diocèse à un comme le père Ariel, son 90 prêtres que nous sommes: 20 (10 des plus jeunes et 10 des plus anciens) ils l'emmenaient à la vieille chaise de gestation, Et ils ne voulaient pas simplement embrasser sa main, mais aussi la chaussure, et ils l'auraient aussi proposé déjà dans la vie comme saint patron du diocèse, d'autres 70 les prêtres auraient versé du cyanure dans la burette de vin pour la Sainte Messe.

      1. Cher Père Ivano,

        Je pense que le thème que vous abordez dans ce discours est très important. Je me rends compte que très souvent juste le thème “Samedi pour homme” la “l'homme pour samedi” Je suis très confus si j'essaye de l'étendre au-delà du cas spécifique du sabbat pour les juifs. Je suis aussi souvent confus par le thème de la conscience contre l'obéissance à l'autorité, et le concept de “primauté de la conscience” ça me tourmente pas un peu parce que’ souvent je ne peux pas tout à fait comprendre si certaines pensées viennent de ma conscience (et si donc je dois lui donner une importance primordiale) ou s'ils sont autres et donc à ignorer autant que possible (mais en même temps j'ai peur de les ignorer au cas où ils seraient conscients et ce serait un péché d'aller contre eux)… et ultimement, puis, comment reconnaître la vraie voix de Dieu en nous. Je pense que cette question est très importante, et je voudrais vous demander gentiment si vous pouvez’ écrire un article encore plus dans le futur’ détaillé de sa réponse, comme forme de catéchèse sur un sujet sur lequel je crois ne pas être le seul à avoir des idées’ embrouiller, et en même temps je crois que c'est d'une importance fondamentale.
        Merci pour votre réponse à Claudia, et à l'avance pour toute information complémentaire sur ce sujet.

  4. Lors de la clôture j'ai manqué l'Eucharistie. Après la réouverture des églises, je suis retourné, confiant dans le respect des règles par tous. Utilisation de masques: souvent prêtres sans sauver la communion, distribué dans une rangée plutôt que sur place, certains fidèles avec le nez nu et d'autres même la bouche, chanteurs et lecteurs sans. Ceci en tout, tous, l'église où j'ai été. Enfin, il y avait des gens avec le nez et la bouche découverts, et à la fin le prêtre ôta son masque pour chanter un hymne, avec la ventilation pour mieux propager le virus éventuellement! À mes doléances, il a dit que le masque ne l'enlèverait plus jamais, très bien alors, mais pour les personnes sans masques il ne pouvait rien y faire et rester à la maison. Je lui ai demandé au moins de se souvenir de son utilisation pendant la messe. Regardez les messes à la télévision, tu vois la même chose; dimanche dernier le curé toussait même. Dans un environnement fermé, ce sont des comportements à très haut risque, comme le démontre amplement: avoir le nez découvert équivaut à pas de masque; chanter propage le virus dans un rayon de plusieurs mètres. . J'ai aussi une personne fragile à la maison. J'ai consulté un prêtre qui nous suit et nous avons recommencé à voir les messes à la télé. E’ si difficile pour le célébrant et les lecteurs de ne pas enlever le masque? E’ si difficile pour les fidèles de bien se couvrir le nez et la bouche? E’ indispensable pour chanter quand l'orgue suffirait? Je vis tout ça comme de la violence. Je ne trouve pas juste qu'en fait je sois empêché de participer à l'Eucharistie pour…

  5. La seule chose à faire en réaction à ce qui se passe est ce que nous savons tous …
    Exprimé dans cette dernière lettre de Mons Carlo Maria Vigano '.
    https://www.marcotosatti.com/2020/11/05/appello-di-mons-vigano-agli-americani-cattolici-e-non/

    2 il y a mille ans, au Calvaire, notre Seigneur Jésus-Christ est monté…..maintenant c'est nous .
    Alors il y aura la libération ….
    Je pense que les douleurs ont commencé …des moments difficiles nous attendent .

    1. Je comprends que malheureusement, l'émotivité basée sur “à mon avis…”, “Je pense que…”, “Je sens ça…”, c'est littéralement aveuglant les gens.
      Si quelque chose cela peut vous faire réfléchir, Je copie et colle le texte traduit en italien de la version latine fidèle du serment solennel fait par le très petit archevêque héroïque Carlo Maria Vigano:

      «Je… en présence de… touchant les évangiles sacrés de Dieu avec ma main, Je promets de garder fidèlement le secret pontifical dans les causes et les affaires qui doivent être traitées sous ce secret, de sorte qu'en aucun cas, sous n'importe quel prétexte, est d'un plus grand bien, est d'une cause très urgente et très grave, Je serai autorisé à violer le secret susmentionné. Je promets de garder le secret, comme ci-dessus, même après la conclusion des poursuites et des affaires, pour lequel ce secret a été expressément imposé. Si dans tous les cas j'ai des doutes sur l'obligation du secret susmentionné, Je m'en tiendrai à l'interprétation en faveur du secret lui-même. De même, je suis conscient que le transgresseur de ce secret commet un péché grave. Que Dieu m'aide et que ces Saintes Évangiles que je touche de ma main m'aident »

      ayant dit cela je vous demande: selon elle, ce que cela signifie

      «[…] en aucun cas, sous n'importe quel prétexte, est d'un plus grand bien, est d'une cause très urgente et très grave, Je serai autorisé à enfreindre le secret susmentionné "?

      Carlo Maria Viganò a fait ce que j'aurais fait si par hypothèse malheureuse – Il est un exemple, est clair – J'avais violé le sceau sacramentel en rapportant publiquement que le signor Caio, 50 âge, mari et père de trois filles, il m'a avoué qu'il avait une attirance irrésistible pour les prostituées mineures avec lesquelles il a eu plusieurs relations sexuelles.
      À ce stade, je décide de violer le secret, motivant tout en disant que j'avais l'intention de protéger les jeunes prostituées et de faire honte publiquement à M. Caio..

      Cela a fait Viganò, donc s'il vous plait, ne nous l'apportez pas comme modèle, cette pauvre idole de paille que beaucoup ont élevée sur les cendres de notre pauvre Église dévastée.

      1. Viganò, celui qui soutient que Trump doit sauver le monde des ténèbres et que le pape François est un émissaire antéchrist. Mais comment allez-vous après ces gens? Viens? son, don Minutella… Maintenant, il y a aussi les commentaires d'un certain vicaire de Savonese contre le Pape qui serait un hérétique à convertir. Tous pour déchirer leurs vêtements pour les phrases du pape sur les gays, quand dans l'église la grande majorité des prêtres sont maintenant gay, (tout prouvé, vérifié, notamment par le journaliste Martel avec son essai Sodoma). Que puis, l'une des rares certitudes que nous ayons aujourd'hui est que le pape François n'est pas homosexuel. Et c'est curieux, comme écrit par Martel lui-même, ce qui arrive souvent aux prélats qui attaquent le plus avec véhémence les homosexuels et les ouvertures présumées sont précisément des homosexuels. Les célébrités “rigidi dire” (aussi connu personnellement). Tous avec le même style. Pizzi, lacets, obsession de la liturgie, souvent l'ancien. Gardiens de la doctrine sacrée, mais jusqu'à ce qu'il s'agisse de leur chambre.

        1. Lis ce livre:

          https://www.amazon.it/Satana-fece-trino-individualismo-disubbidienza/dp/8894463206/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=isoladipatmos-21&linkCode=w00&linkId=3ca7df3551b5c9143bed1500a68fbd7a&creativeASIN=8894463206

          J'ai analysé certaines choses et je leur ai dit de l'intérieur, en tant que prêtre et connaissant une cause profonde, Je ne suis pas un profane approximatif et stupide comme Martel. Il bavarde, à la place je fais du texte, avec une rigueur scientifique.

      2. Sa réponse est intéressante
        Peut-être que plus tard j'exprime un commentaire .
        Ayant dit et étant donné que je "ne sragiono pas" ( Je déduis cela de sa déclaration ) et je n'essaye pas d'introduire le "virus Vigano" dans ce forum ( comme tu l'impliques…)
        Ce que Vigano a exprimé "est en parfait accord avec ce que je pense et ce que j’ai mûri au fil du temps indépendamment de Vigano".
        Ce n'est pas tout blanc ou tout noir .
        Je peux faire miennes certaines choses de Vigano et d'autres pas comme celles du père Livio ( Je viens d'entendre la catéchèse du matin 9 novembre: et littéralement parfait ) comme les vidéos de toi cher Don Ariel et ce magazine en ligne que je considère parfois bien comme excellent car je partage et suis la Minutella ( pardonne-moi le grave manque …. mais c'est ainsi….) .
        Pourtant à Vigano 'Père Livio , Don Ariel , Minutella …. il n'y a absolument aucune uniformité dans le discours que vous menez … plutôt…

        Je suis l'écoute avec un vif intérêt ( même à partir de ce précieux blog, je télécharge les articles en version papier et les garde sous forme de garde-manger dans la bibliothèque ) le tout sans préjugé et sans partisanerie en tant que "fan" de l'un ou de l'autre et puis je résume en gardant quoi grâce à mon discernement ( Bon ou Mauvais ) je me sens bien ( rien n'entre dans le "à mon avis…" )
        Tout soumettre à une vérification continue . La partisanerie des «fans» soit tout blanc soit tout noir , Je ne les aime pas et ils déforment .
        au sujet de :

        https://www.marcotosatti.com/2020/11/09/vigano-la-grande-informazione-censura-i-brogli-di-biden/

        salutations

      3. J'ai développé l'idée que cette image clairement décrite par Cesare Sachetti est clairement vraie ( ce n'est pas du tout une conspiration … pour rien) , net de Vigano 'ou pas , l'appel lancé par le même à la prière des chrétiens de toute condition , âge , statut social , santé ou pas , parce que le moment est très sérieux , crucial …. c'est valide et maintenant plus approprié que jamais

        Ce qui se passe est d'une gravité sans précédent et les conséquences seront encore pires( surtout pour les chrétiens …surtout les catholiques : Kamala Harris & L'entreprise enseigne; que l'adorable / marionnette Biden s'inquiète moins ).
        Ils vont promouvoir et parrainer tout ce qui est anti-chrétien dans tout l'Occident comme jamais auparavant : les conditions préalables viendront accélérer ou plutôt imposer l'esprit anti-chrétien .
        Appelez ça le temps de l'antéchrist si vous voulez …

    1. Cher Fabio,

      que l'expression "Faire ammuina"Que ce soit ou non considéré comme un fait historique, aux fins de l'article, ça ne paraît pas décisif. en fait, la citation a été choisie comme exemple simple, signaler une expression dialectale bien connue, ancré dans la culture napolitaine, que d'exprimer une situation très claire de confusion ou plutôt de bruit. Et nous n'avons pas vraiment besoin de bruit en ce moment dans l'Église, même si le bruit provient d'un journal défini comme "catholique", qui bien qu'il ne soit plus acheté par personne – comme vous l'avez précisé - il doit toujours être considéré comme la voix des évêques italiens. Et à cet égard - laissez-moi dire – une voix bruyante non plus animée par la Parole du Christ mais par une parole sécularisée et laïcisante qui devrait susciter l'inquiétude. Tout bon.

Les commentaires sont fermés.