Le Quotidien New Compass et les putes de l'Evangile que « vous dans le précèdent royaume des cieux ». E’ donné lieu à une religion pire du protestantisme: la pute

LE NOUVEAU BUSH QUOTIDIEN ET QUE WHORES GOSPEL « VI ci-dessus DANS LE ROYAUME DES CIEUX". Il a été enfantée UN NOUVEAU RELIGION DE LA PIRE PROTESTANTISME: LA SALOPE

.

Malheureusement, dans le catholicisme contemporain a menacé à long une autre religion parallèle, qui est celui de whoredom. Et ce prostitue, un niveau d'information, il est paradigme La nouvelle boussole quotidienne, que l'on pourrait se définir comme un vrai magazine en ligne temps democristiana.

.

.

Auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

«[...] Et puis le charisme n'est pas conservé dans une bouteille d'eau distillée! Fidèle au charisme ne signifie pas « pietrificarlo », est le diable que « pétrifie », ne pas oublier! Fidèle au charisme ne signifie pas que l'écriture sur le parchemin et le mettre dans une image. La référence à l'héritage qui a laissé Don Giussani ne peut pas être réduite à un musée de souvenirs, des décisions, règles de conduite. Certes, il implique la fidélité à la tradition, mais la fidélité à la tradition - dit Mahler - « signifie garder en vie le feu et ne pas adorer les cendres ». Don Giussani ne te pardonnera jamais perdu votre liberté et vous trasformaste dans les guides de musée ou adorateurs de cendres. Préserver le feu la mémoire de cette première réunion et être libre!

[SS. François I., discours Communion et Libération, 2015. Texte intégral QUI]

.

.

ce n'est pas mal, est juste … la nature et la grâce

Je ne veux pas parler de moi, mon passé, ni mon présent privé. Je ne suis pas un sujet à selfies publié à chaque tour les pages WhatsApp e Facebook, parce que l'endroit approprié où « je manifeste » en public est de la chaire de l'église, où il est proclamé et prêché l'Evangile. Et quand je dois parler de moi, Je dois faire un grand effort, parfois un vrai sacrifice, surtout quand il vient à dire à tous les épisodes édifiants de ma vie passée.

Bien que je ne ai jamais eu aucun lien ni la formation, ni d'appartenir à 'L'Oeuvre de Dieu, que je suis très reconnaissant de l'Université pontificale de la Sainte Croix, Nous respectons cela comme la seule institution véritablement catholique dans le panorama désastreux des universités ecclésiastiques [cf. QUI], au moment où elle frappe une réponse très succincte donnée par le Saint Fondateur de, Josemaría Escrivá de Balaguer - qui a également dit mauvais mots comme moi -, que, pour un jeune prêtre qui est considéré comme digne de relever certains offices ecclésiastiques, Il a répondu: « Rappelez-vous que vous êtes devenu un prêtre pour célébrer le sacrifice eucharistique, d'administrer les sacrements de la Confession et Grace pertinents à votre degré, de servir et l'édification du Peuple de Dieu. À cause de ce, êtes-vous devenu prêtre ".

Ces paroles me touchaient profondément et que les deux partagés, Moi qui dans l'Église, je ne l'ai jamais aspirait à quoi que ce soit, en particulier en étant conscient que pour certains rôles - toujours laissé aux autres avec une joie profonde -, Je par la grâce de Dieu qualités et les compétences que ceux qui les pratiquent si médiocres, Ils ne sont pas même lointainement; et ne pas les avoir, soit par la grâce de Dieu, ni pour les dons de la nature, mais aussi en rapport avec le principe de la nature et la grâce [cf. Mont 25, 14-30].

La première sainte leçon que je l'ai fait depuis le début de la formation au sacerdoce, Il découle des désirs manifestes et les aspirations élevées de carrière nourrie par un évêque. La leçon que je dessinais était la suivante: Si le diable peut prendre l'ambition, nous pouvons faire tout ce qu'il veut, d'abord enlever la liberté des enfants de Dieu, parce qu'alors chaque soupir, action, relations humaines, etc., Il sera conditionné et vise seulement à leurs ambitions sauvages. Cet évêque, il était un ambitieux pathologique, Il n'a jamais compris pour me donner, à travers ce son grave défaut, et sauver la leçon la plus précieuse de ma future vie sacerdotale. Il est malheureusement certain qu'un jour il, a reçu le Saint-Sacrement des malades et le Saint Viatique, avant d'expirer prononcer ces derniers mots: "Monsieur, parce que tel ou tel ou tel autre secousse a été fait cardinaux, alors que je ne suis pas?”. E, dit cela, faire le fantôme, et je prierai beaucoup pour lui, parce que j'aimais tant la, alors qu'il a passé sa vie entouré de flagornerie proxénètes, en gardant une grande distance de ceux qui l'affection et le respect véritable qu'ils ont dit la vérité, mais la plupart n'aurait jamais trahi, même s'il a lui-même trahi.

Dans l'exercice de mon ministère sacré, quelques fois je dois me prendre comme exemple, mais il est clair: comme un exemple presque toujours négatif. Il se trouve que pendant quelques homélies, aborder certaines questions d'actualité, strictement liée aux paroles du Saint Evangile proclamé juste avant, Je me suis souvenu de ce que certaines débauches de la vie mènent à nous mettre comme des Ferrari sur la grande piste de course de ce péché mortel que j'ai couru à plein régime. Voici donc que plusieurs fois, dans le secret du for interne, pendant les Confessions sacramentelles, à un jeune garçon ou une fille qui m'a expliqué à quel point "une période d'essai de coexistence était importante, avant de franchir une étape importante comme le mariage", en répondant que ce choix n'était pas la bonne voie, J'ai expliqué: "Ne pense pas que je ne sais pas de quoi tu parles, parce que je ne suis pas un prêtre entré au séminaire à onze ans. j'ai eu des expériences avant toi, mais surtout plus et pire que toi. Je peux donc vous dire sur ma propre peau qu'une parodie de mariage déresponsabilisante, ça ne mène nulle part, pour ces raisons …".

Sans compter avec quelle sévérité j'ai traité certain maman catholiques engagés, de ceux qui autour du filet déchirent leurs vêtements La joie de l'amour, ou sur le danger sacrilège de la Sainte Communion pour les divorcés remariés, mais qui justifient en même temps que leur fils ou leur fille vive avec leur partenaire ou partenaire, car dans ce cas c'est "une coexistence pour une bonne fin", ou pourquoi "ils vont bientôt se marier". A cette armée de saintes mères, pour empêcher quiconque de répondre "qui sait, elle est prêtre, de certaines réalités?”, sans entrer dans le subtil j'ai répondu: "Ma mère, qu'elle est vraiment catholique, quand j'étais un bordel, ou quand dans les moments de "sérieux" j'étais un cohabitant sautant d'un partenaire à l'autre, elle ne m'a jamais permis de lui rendre visite avec l'un de mes ganze occasionnels. Et une fois, très sévèrement, il m'a dit: « Quand tu te maries, alors tu peux m'amener ta femme, mais je ne veux pas voir ou rencontrer tes amants chez moi "". J'étais tellement bouleversé et je me sentais tellement offensé, que je ne voulais plus revoir et entendre ma mère pendant plusieurs années. Mais ma mère, qu'une conscience chrétienne l'a vraiment, tout comme mon parent décédé l'avait, il n'a jamais accepté ma débauche, pour ne pas perdre l'enfant. Dissolution à la place, pour ne pas perdre ses enfants, sont acceptés par cette armée de saintes mères qui se déchaînent alors d'un blog à l'autre, tonnant contre les "concubines" et les "adultères", à laquelle les "infâmes" La joie de l'amour cela ouvrirait les portes de la Très Sainte Communion Eucharistique. En tout cas, ce n'est pas vrai, comme nous l'avons déjà expliqué les Pères de L'île de Patmos [voir QUI e QUI]. Ces gens qui deviennent fous du réseau télématique, en grand nombre sont pour la plupart des femmes frustrées qui, si nous allons enquêter sur, on découvre qu'ils ont des fils et des filles qui cohabitent béatement et des maris qui s'amusent plus ou moins au soleil avec la jeune secrétaire de bureau. Voici donc que pour la réaction, après avoir tonné contre les « adultères » et les « concubines », ils commencent à lier «de lourds fardeaux et à les placer sur les épaules du peuple, mais ils ne seront pas lever le petit doigt " [cf. Mont 23,4]. Et tandis qu'ils imposent "des fardeaux sur les épaules du peuple", ils se fichent que leurs filles ne se limitent même pas à cohabiter dans des "couples de fait", mais elles vivent et se comportent comme de vraies salopes. Bien sûr, aucun de ceux qui lisent sur internet certaines invectives contre les "adultères" et les "concubines" écrites par cette race de gens, il peut voir les actes de leurs filles et fils, peut-être même pourquoi, voir la progéniture de certains catholiques toujours aussi rigoureux et zélés sur la peau des enfants des autres au travail, plus que sur les sites du Véra&pur Tradition catholique on devrait aller sur des sites porno. Et si quelqu'un veut voir la véritable émeute des divorcés remariés, ou de ceux autrement marié que dans certains cas personne n'appelle "adultères" et "concubines" mais "précieux bienfaiteurs de nos œuvres pour sauvegarder la vraie foi et la doctrine authentique", il suffit qu'il apparaisse dans certains milieux du soi-disant et improprement dit Véra&pur Tradition catholique, dont les Lefebvriens, étant donné que la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ne pue jamais l'argent de ces nombreux "adultères" et "concubines" qui vantent des quartiers réels ou présumés de vieille noblesse et qui fondent comme neige au soleil, avec leurs portefeuilles, devant la fumée aromatique de l'encens et de la magie lalinorum. Si quoi que ce soit, se présenter aux solennelles liturgies vieilles-catholiques, à l'âge de soixante-dix ans bien au-delà, avec leurs "infirmières" qui ne ressemblent pas du tout à la talentueuse et laide Tina Pica [cf. QUI], mais qui semblent sortir d'un film érotique. Ou ils viennent à la soi-disant « messe toujours » avec leur charmante petite-fille de 25 ans, vient d'arriver frais et beau de Kiev. Et cela en dit long sur le fait que les pharisiens étaient moins hypocrites que l'évêque hérétique et schismatique Bernard Fellay, celui qui corrige très filialement le Souverain Pontife, mais qu'il se garde de corriger pas mal de bienfaiteurs de sa Fraternité, et surtout ces nombreux Brésiliens et Nord-Américains généreux appartenant à l'ultra droite, qui collectionnent les divorces avec la facilité avec laquelle un collectionneur collectionne les timbres. Mais d'autre part, L'empereur Vespasien l'a dit aussi lorsqu'on lui a reproché d'avoir imposé la taxe sur l'urine: «argent, non tu es » [l'argent ne pue pas, cf. QUI].

Mais revenons à moi et à ma débauche pour entrer plus tard dans le vif d'un tout autre sujet... seulement vingt ans après la mort de mon père, quand j'étais déjà prêtre, on m'a dit que mon parent, vient de mourir 56 années, il a prié et offert ses souffrances pendant sa maladie aussi pour le retour à la foi de son fils, qui pendant dix ans avait même refusé de passer devant une église. Mais si tu veux, en son temps, j'ai fait pire: J'ai même demandé que sur le registre des baptêmes - celui où est inscrite aujourd'hui mon ordination sacerdotale sacrée -, il a été noté que je n'appartenais pas à l'Église catholique.

Non pas que j'ai l'intention de justifier mon geste infâme, cependant, il convient de noter que c'était une réaction de jeunesse complètement fausse - mais toujours une réaction -, à certaines figures sacerdotales vraiment dévastatrices que j'avais connues et avec lesquelles j'avais eu affaire à plusieurs reprises, jusqu'à ce que je me forge l'idée que dans le clergé catholique il n'y avait pas que quelques brebis galeuses, mais qu'il devenait de plus en plus difficile de trouver une seule pomme saine. Et tout cela a généré en moi une douleur et un inconfort particuliers, car étant enfant, puis à l'adolescence, J'avais eu de Dieu la grâce et le privilège d'entrer en contact avec des prêtres vraiment saints, Je cite parmi eux un particulièrement bien connu du grand public catholique: Père Barsotti Divo.

Alors je sais ce que ça veut dire, et comment les jeunes en particulier peuvent s'éloigner à jamais de l'Église, quand au lieu de modèles de vertu sacerdotale, ils se présentent à eux certains vous réclamez des squelettes placé dans le Collège sacerdotal par la méchanceté de ces évêques qui, entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt, se sont retrouvés avec des séminaires déserts, au point de les remplir souvent de pédés et checchine, plongée e divine ...

De tout cela et même pire, la faute, cependant, n'incombe pas au Pontife régnant, qui a commencé son pontificat après quatre décennies de choix même dévastateurs faits par ses prédécesseurs suprêmes, ou par ceux à qui ils ont fait confiance, ou en qui ils avaient confiance, tandis que d'un côté les prêtres s'essayaient à toutes les saletés, au point que souvent, la plupart étaient des cochons, d'autant plus qu'ils ont fait carrière sous les différents pontificats aujourd'hui tant regrettés par ceux qui ont enfanté un passé mythique à l'histoire embaumée, mais en vérité ça n'a jamais existé. Et tandis que notre clergé devenait moralement de plus en plus impraticable, De document en document nous n'avons pas hésité à entrer dans les chambres de nos fidèles avec un coup de moral avec l'fronde de l'orfèvre, mesurer ses actes et ses méfaits. Et ce ne sont pas mes opinions peu généreuses, encore moins des "opinions subversives" contre la morale catholique qu'ils connaissent bien et que je pratique moi-même; celui qui vient d'être décrit est l'histoire de l'Église des quarante dernières années, une histoire écrite et documentée acte après acte, discours officiel sur discours officiel, dont beaucoup rappellent ce terrible avertissement: « Ils lient des fardeaux lourds et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne seront pas lever le petit doigt " [cf. Mont 23,4].

Si la grâce de Dieu m'a utilisé plusieurs fois reprendre et ramener plusieurs de ces traumatisés et éloignés des exploits de certains prêtres, c'est peut-être aussi pourquoi, de l'expérience de la vie, Je pouvais parfaitement comprendre ce qu'ils avaient vécu et ce qu'ils ressentaient, par conséquent comme un refus réactif qu'ils avaient développé envers l'Église catholique et surtout son clergé précipité aux normes morales historiques les plus basses. Et tandis que la situation morale du clergé était maintenant précipitée, la Sainte Église de Dieu gouvernée par le Saint Pontife Jean-Paul II s'est engagée à réitérer son « non aux préservatifs » catégorique, mais en même temps ordonnant un prêtre homosexuel après l'autre, permettre le développement d'une véritable épidémie de frocisme clérical, finalement payé aux États-Unis d'Amérique avec des diocèses contraints de se déclarer en faillite parce qu'ils étaient submergés de condamnations à dédommager les victimes de harcèlement, ou jusqu'à l'effondrement de l'Église d'Irlande submergée par des scandales sexuels vraiment indicibles. Et c'est surtout de ce point de vue que le Vénérable Pontife Benoît XVI a dû faire face à une crise morale du clergé aux proportions parfois effrayantes., tandis que le Pontife régnant héritait de toutes les séquelles d'une situation d'effondrement total, car les collaborateurs de confiance ont depuis longtemps disparu, fidèle et compétent, indispensable pour maintenir un bon pontificat et le rendre vraiment.

Souvent, parler aux personnes reconverties au catholicisme, J'ai dit et expliqué que l'expérience du bienheureux apôtre Paul ou du bienheureux évêque Augustin, ils ne sont pas, comme on le pense et le croit souvent, des cas isolés, unique et exceptionnel. Loin de là: ils sont un paradigme. Pour cette raison, j'ai raconté entre ces lignes la synthèse de mon histoire personnelle et du changement radical d'existence qui en a résulté; Je l'ai fait pour montrer que tout cela correspond à la dynamique de l'électrocution du Bienheureux Apôtre Paul le long de la route de Damas, ou à la conversion du bienheureux évêque Augustin, derrière laquelle il y avait les prières de sa sainte mère Monica, car derrière beaucoup de nos conversions ou reconversions il y a eu autant de saintes mères Monica. Et comme Saul de Tarse il prit le nom de Paul, et Aurelio di Tagaste celui d'Agostino, Moi qui avec mon baptême ai été appelé par mes parents Stefano Maria, avant mon ordination sacrée j'ai demandé à pouvoir m'appeler Ariel, Qu'est-ce que ça veut dire Lion de Dieu, ayant considéré - si je ne me suis pas trompé dans l'analyse et l'interprétation des signes du Saint-Esprit -, que de moi, Père a donné, il voulait exactement ce qui était imprimé dans le nom que j'ai pris avant l'ordination sacrée. Dans l'économie du salut, il y a en effet le moine chartreux qui se tait, et le lion rugissant. A moi, il aurait aimé le cloître de la Chartreuse et le retrait du monde dans le silence et l'occultation totale, mais je voulais, Dieu ne l'a pas voulu; et un choix de plaisir égoïste, cela ne peut jamais être appelé une vocation. En fait, ceux qui sont appelés à rugir ne peuvent pas se taire, celui qui est appelé à se taire ne peut rugir.

Le mot clé de tout ce discours, comme je le répète est le mot "cohérence". Ou comme je l'ai écrit plus tôt: si une personne n'a pas été et n'est pas à sa manière cohérente dans ses choix de péché, il ne peut jamais être saisi et remis à la grâce de Dieu et donc être cohérent dans la foi.

Les convertis ou reconvertis, n'hésitera jamais, sans gêne, se prendre en exemple, jeter sans honte, aux nombreux catholiques légers et superficiels, ce message clair: « Ma chère petite, mais si je l'ai fait, j'étais citoyen d'honneur de Sodome et Gomorrhe à l'époque, tu veux pas y arriver?».

Tout cela implique également un autre aspect: la capacité d'admettre, déclarer et réaffirmer publiquement un changement radical d'opinion. Pourquoi une conversion ou reconversion, cela implique aussi: une façon radicalement différente de penser et d'affronter la réalité et la vie elle-même. En effet, si j'étais évêque - c'est un exemple purement académique, bien sûr -, au prix de fermetures de paroisses faute de prêtres, Je ferais attention de ne pas consacrer des sujets dans l'Ordre Sacerdotal après des années de séminaire, seul l'aspect extérieur de la surface a changé, ils sont restés comme ils étaient. En effet, ceux qui accèdent au sacerdoce restent tels qu'ils sont, il ne peut recevoir par le Sacrement de l'Ordre un nouveau caractère qui se transforme et se forme pour la vie. C'est pourquoi il n'est jamais venu à l'esprit de personne de me nommer recteur d'un séminaire ou de m'élire à un évêché. Et ils avaient raison de ne pas, parce que je ne remplis pas l'église d'ordures, Je vide l'église des ordures. Et un recteur de séminaire ou un évêque-éboueur n'intéresse personne, pas même à l'Église "révolutionnaire" de François Ier. Et cela dit, je voudrais qu'il soit clair qu'avec ces mots je ne me suis pas auto-désigné, ceux qui me connaissent savent parfaitement que ce n'est pas le cas.

Malheureusement dans le catholicisme d'aujourd'hui une autre religion parallèle a été minée pendant un certain temps: la pute. De cette putain, un niveau d'information, ce magazine n'est pas non plus un paradigme en ligne d'hommes politiques indomptables et irréductibles de La nouvelle boussole quotidienne, qu'on pourrait définir comme un véritable magazine chrétien-démocrate.

Le temps change, personnes et situations, mais certains sujets sont toujours là, avec leur évêques référence qui travaille pour suinter du poison dans les coulisses, agir comme si nous étions toujours dansitalientta cinquante démocrates, où être embauché comme concierge dans une école publique la lettre de recommandation du curé était déterminante, être embauché comme employé dans un bureau de la municipalité de la ville, celui de l'évêque. Et à l'approche des élections, pas mal d'évêques ont convoqué tout le clergé pas pour les cours de remise à niveau nécessaires, ni de les instruire sur la meilleure façon de construire le Peuple de Dieu, mais pour en faire des propagandistes électoraux. Et pendant des semaines, depuis les chaires de l'église, au lieu d'explications au Saint Evangile, des rassemblements électoraux bavards ont été entendus. Voici, je évêques référence du directeur de La nouvelle boussole quotidienne, ils en rêvent encore, soit: comme rêver du cabriolet tiré par l'âne pendant que les missiles volent vers la lune.

Face à mon accusation de Puttanesimo adressée à La nouvelle boussole quotidienne, l'indignation ne suffit pas comme réaction, même parce que, comme l'a dit l'un d'eux évêque politicien de grande référence lorsqu'il a fallu défendre Silvio Berlusconi et ses bordels à ciel ouvert: "L'indignation n'est pas un sentiment chrétien". Ce n'est donc pas avec indignation que tu réagis, mais avec la vérité, qui est toujours objectif, jamais subjectif, parce que la vérité subjective n'est pas la vérité, mais c'est ton avis, qui comme tel laisse toujours le temps qu'il trouve.

A partir de mars 2013 Suivant, La Nouvelle boussole quotidienne elle s'est révélée plus papiste que le pape. Soupirer sur le Souverain Pontife François Ier aurait été impensable. Plusieurs signatures qui ont tenté une expression critique voilée et délicate sur le style pastoral du Pontife régnant, ils ont entendu parler du secrétaire provincial déchu des démocrates-chrétiens, à savoir Riccardo Cascioli, que "La ligne éditoriale ne permet aucune expression, même indirectement critique, de ce pontificat". Il est clair: témoins vivants, végéter et doté en ce sens d'une bonne mémoire, ils ne manquent pas du tout, au cas où l'intéressé aurait l'intention de protester, mais surtout nier.

All'epoca, le sien La nouvelle boussole tous les jours écrit le sociologue Massimo Introvigne, qui soit dit en passant est un excellent spécialiste de la sociologie des religions, ainsi que fondateur de la méritoire CESNUR [cf. QUI, QUI]. A chaque article dans lequel il magnifiait les merveilles de ce pontificat, Massimo Introvigne a été attaqué par toutes les branches catholiques qui ont montré de la perplexité pour certains styles pastoraux du Souverain Pontife François Ier. Il y avait même des blogs qui avaient créé des pages spéciales teasing plus ou moins intitulées "l'introvignata quotidienne », et en arrière pour suivre.

Il faut donc se demander: qu'est-il arrivé à ce digne magazine, qui aujourd'hui critique légitimement Avenir, L'Osservatore Romano, les plus proches collaborateurs du Souverain Pontife, mais surtout les choix pastoraux du Souverain Pontife lui-même? Quel est, le cœur de la « conversion » qui a conduit à un changement aussi radical, mais surtout à la découverte de ce sens critique pour lequel entre 2013 et le 2014, La nouvelle boussole quotidienne, il a évincé plusieurs collaborateurs parce qu'ils étaient jugés pas suffisamment papistes, ou comme on dirait aujourd'hui Bergogliani ? Comment se fait-il que le directeur de La nouvelle boussole quotidienne, hier comme aujourd'hui recommandé dans les coulisses par le même évêque - c'est ce qui se passe entre un appel téléphonique et un autre sur Eurostar il souhaitait que le Pontife régnant rejoigne bientôt la Maison du Père, puis plus tard pomper, toujours dans les coulisses, plusieurs signataires de la Correction filiale ―, a subi cette métamorphose? Car effectivement en comparaison, le Méthamorphose par Ovide, sont susceptibles d'être juste une blague, ensemble avec Eloge de la folie par Erasme de Rotterdam.

Alors voyons ce qui s'est passé pour inciter l'ultra papiste d'alors Nouvelle boussole quotidienne découvrir soudain que même un Souverain Pontife peut être critiqué si nécessaire, avec toute la bonne grâce de l'affaire et sous réserve que son autorité légitime ne soit pas mise en cause. C'est arrivé: Dans le 2015 le pape François Ier, il a donné deux claques fortes et bien méritées au Mouvement Communion et Libération, à travers un discours très décisif et très sévère que nous vous invitons à tout lire en entier, car ainsi vous pourrez comprendre l'origine de la "conversion" soudaine à la liberté des enfants de Dieu de La nouvelle boussole quotidienne et son directeur [cf. voir le texte QUI].

Après ce discours pontifical, une conversion a d'abord eu lieu, puis une métamorphose. E, soudain, nous avons assisté à la métamorphose que nous avons sous les yeux aujourd'hui: de la parution du correction filiale fait passer pour une simple obligation de déclaration, au prochain article d'Antonio Livi qui était comme une nouvelle pièce posée sur une vieille robe [cf. Mont 9, 14-17], ainsi qu'offensant à la fois pour l'intelligence de celui qui l'a écrit et pour l'intelligence de qui, et surtout canonistes et théologiens, ils l'ont lu. A suivre avec les attentats visant Andrea Tornielli, coupable d'être du prêtre et que l'on appelle Bergogliano.

Je précise que je suis un ami d'Andrea Tornielli depuis de nombreuses années, comme ils le sont d'Antonio Socci et Marco Tosatti. Ce sont trois personnes différentes, avec une approche différente de ce que les journalistes appellent le Phénomène de Bergoglio.

Andréa Tornielli c'est une personne qui se déplace avec prudence en raison de son caractère et de son style professionnel, et je n'ai jamais reconnu en lui un esprit fondé sur cet opportunisme de transfuges souvent contesté par ceux qui l'ont tourné à tort et à raison, mais pas seulement, car après l'avoir retourné et retourné, ils l'ont même teint avec des couleurs différentes, tout comme Riccardo Cascioli à la direction de La nouvelle boussole quotidienne.

Antonio Socci c'est un chrétien fougueux, un passionné et à bien des égards un homme de Dieu qui a traversé des épreuves et des souffrances à ne souhaiter à personne, en qui il a non seulement gardé sa foi, mais ça l'a renforcé, donnant en ce sens un exemple qui n'est certes pas anodin. Sa position à l'égard de ce pontificat est très critique, et c'est son droit légitime d'être critique, critiquer durement, parfois même impitoyable, certains choix du Souverain Pontife, ne jamais manquer de respect à sa personnalité d'Augusta et ne jamais remettre en question son autorité.

Marco Tosatti c'est un grand monsieur tout en délicatesse et en esprit expressif, lui aussi est perplexe face à certains choix pastoraux du Souverain Pontife, mais son style est différent et tout marqué à la manière d'un "vieux" monsieur du journalisme.

Ces trois professionnels, dans leur diversité, ils sont caractérisés par un élément: ce sont des hommes de foi, maris et pères exemplaires, modèles de vie familiale chrétienne, des gens qui aiment vraiment l'Église et aussi la papauté.

Je peux valoriser et avoir des relations avec des personnes animées de sentiments complètement opposés, par rapport à la situation ecclésiale et ecclésiastique actuelle, qui, comme je l'ai souvent écrit, est dans un état de déclin et de crise sans précédent historique. Mais je ne peux pas avoir d'estime pour les transfuges évidents sous la bannière de "rien ne s'est passé ”; qui ne trouvent rien de mieux à faire que de renvoyer explicitement ou implicitement Andrea Tornielli, qui dirige une agence d'information, Initié du Vatican, qui ne fait pas d'opinion ou d'analyse, mais il donne des nouvelles et des commentaires dessus, quand ça ne fait pas que donner des nouvelles et c'est tout.

La dernière attaque en série visant Andrea Tornielli ces jours-ci, c'est un vrai faux. Un chroniqueur de Le Corriere della Sera, Gian Antonio Stella, qui est un excellent journaliste mais pas un expert en matière ecclésiale et ecclésiastique, se soutenant pour cela dans un article écrit par Andrea Tornielli l'année dernière, il a écrit mot pour mot:

.

«[...] Les catholiques intégristes qui, il y a quelques jours, à l'occasion de l'anniversaire de la bataille de Lépante, ils disaient le chapelet contre les immigrés, surtout les musulmans (y compris les Syriens fuyant la férocité d'Assad et les égorgeurs de l'EI), ils font semblant d'ignorer que "leur" Pape n'a jamais renoncé à certains principes. Premier: le devoir chrétien d'accueillir. Mai. L'expert du Vatican Andrea Tornielli l'a rappelé il y a un an dans un article intitulé « Les immigrés, donc la Pologne "enterre" Jean-Paul II" [texte par A. Tornielli de 10.15.2016, QUI, texte de G.A. étoile de la 10.10.2017, QUI].

.

La réaction falsificatrice de La nouvelle boussole quotidienne était un tel article intitulé: "Parce que le pouvoir infâme les Polonais aidés par certains catholiques". Article dans lequel, à partir du titre lui-même, Andrea Tornielli est coincé dans un chaudron d'accusations, sans jamais avoir ridiculisé les catholiques polonais qui, à l'occasion de l'anniversaire de la victoire des chrétiens sur les musulmans à Lépante le 7 octobre 1571, ils ont organisé la récitation d'un Saint Rosaire aux confins du territoire polonais, avec la participation d'environ un million de fidèles [texte de B. Frigidaire de 12.10.2017, QUI].

Maintenant tu comprends bien que sur les lignes et derrière les lignes de La nouvelle boussole quotidienne, que d'ultra papiste il était entre 2013 et le 2014, est devenu aujourd'hui critique-acidulé après que le Pontife régnant a cédé deux sganascioni sains à Communion et Libération, ce n'est pas que rien ne s'est vraiment passé, mais il s'est passé beaucoup de choses, en particulier dans l'incohérence et l'arrogance conséquente envers les autres professionnels du journalisme. car personne ne, des colonnes de La nouvelle boussole quotidienne qui accorde des licences implicites ou explicites de transgression à gauche et à droite, il a déjà dit: "Nous avons changé d'avis". Ce qui n'est pas seulement légitime, car comme je crois l'avoir expliqué sur ma peau et sur ma propre vie des débauches passées et des péchés mortels, changer d'avis est souvent salvateur, parfois indispensable pour un vrai cheminement de foi. Si d'ailleurs je n'avais moi-même pas radicalement changé d'avis à l'époque, aujourd'hui je serais un tout autre genre d'homme, mais surtout je ne serais pas prêtre du Christ.

C'est pourquoi j'affirme en toute sérénité que la gifle donnée par le Souverain Pontife à Communion et Libération, en plus d'avoir été entièrement mérité, aidé à mettre plus de souris à l'air libre, à commencer par Riccardo Cascioli qui fustige ses autres collègues, les désignant avec une grande chute de style professionnel comme des dieux tireurs d'élite, ou plutôt des tireurs d'élite. Maintenant, Je ne sais pas si le directeur de La nouvelle boussole quotidienne j'ai fait comme moi le service militaire, ou s'il a été réformé lors du projet de visite, ou s'il se déclarait pacifiste et faisait le service civil alternatif, passant du temps à jouer avec les jeux vidéos, en tout cas il n'est pas nécessaire d'avoir étudié L'art de la guerre savoir qu'il tireur d'élite, le sniper, surtout après la guerre sanglante dans l'ex-Yougoslavie, est devenu synonyme de lâche. Des tireurs d'élite postés sur les bâtiments de Sarajevo, ils ont tiré sur des civils non armés, y compris les femmes et les enfants, souvent en les frappant délibérément par derrière, et ils étaient généralement bourrés de drogues euphorisantes; et quand l'euphorie est passée, ils sont devenus encore pires et plus sanguinaires.

Voici les souris décrites que le Souverain Pontife François Ier a fait sortir de deux claques. Ce sont des souris opportunistes et incohérentes, d'hommes politiques de bas rang qui représentent le paradigme des rats d'une religion complètement nouvelle et bien pire que ce protestantisme qui naît d'un schisme et d'une hérésie née du noyau chrétien par Martin Luther. Et cette nouvelle religion, qui n'est né d'aucun noyau chrétien, c'est Puttanesimo.

C'est à ces personnages que Notre-Seigneur Jésus-Christ dit: "Les prostituées vous précèdent dans le Royaume des Cieux" [cf. Mont 21, 38-32]. C'est ce que Riccardo Cascioli aurait dû expliquer en détail évêque de référence, Quel, si par le Souverain Pontife François Ier il avait été nommé cardinal, il aurait incinéré sur le bûcher quiconque aurait soupiré sur ce pontificat, au lieu de souhaiter au Pontife régnant de mourir bientôt en parlant au téléphone parmi les gens de la première classe d'un Eurostar.

Et si ce n'étaient que des souris aujourd'hui la démence que le Souverain Pontife François Ier a soufflé des coulisses où, pendant des décennies, ils ont travaillé pour endommager l'Église, ben je te dis: Moi, qui ai aussi été et suis critique à l'égard de nombreux choix pastoraux du Saint-Père - comme le démontrent de manière irréfutable nombre de mes écrits -, pour le seul mérite d'avoir diffusé Mort-aux-rats pontifical, je serais prêt à crier, déjà alors qu'il est toujours vivant ... saint immédiatement!

Dernière note de style et de caractère professionnel: notre magazine télématique L'île de Patmos a atteint douze millions de visites en ces jours d'octobre. Notre travail, qui est tout gratuit, cependant, cela implique des coûts de gestion élevés, comme cela arrive quand on travaille avec des moyens, instruments, programmes, fournisseur de serveur affaires et ainsi de suite. Nous nous sommes toujours et immédiatement confiés à la charité providentielle et gratuite des Lecteurs, qui jusqu'à présent nous ont soutenu, d'abord dans notre pleine et entière liberté. Lorsque, par contre, vous êtes certain parrainer ou certains mécènes, ça finit toujours par être désagréable livre paie à qui, à la fin, il s'agit de quoi dire et quoi ne pas dire.

Au Nouvelle boussole quotidienne qui donne aujourd'hui tireurs d'élite à l'autre, nous voulons aussi donner cette leçon de style et surtout de liberté chrétienne, vu la façon dont il tournait sa gabbana comme si de rien n'était, après les deux premières gifles données par le Souverain Pontife, au juste et saint mérite, au Mouvement de Communion et Libération.

Il est pas le cas - c'est juste une question -, leurs sponsors ont imposé un changement de politique éditoriale?

Empereur Vespasien, indiquant Pecunia non olet, il s'est trompé, parce que l'argent, en vérité, ils puent toujours, quand ils achètent ta liberté et quand ils font de ta conscience chrétienne un élastique actionnant un porte-monnaie accordéon.

.

de l'île de Patmos, 12 octobre 2017

.

.

Vidéo du discours du Souverain Pontife François Ier

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

4 réponses
    • Redazione de L'Isola di Patmos
      Rédacteur en chef de l'île de Patmos dit :

      Cher Beppe,

      c'est une faute de frappe, de temps en temps ils arrivent, même si nous essayons d'être prudents lors de la relecture.

  1. père ariel
    Don Francesco Messina dit :

    Ce commentaire n'est pas pour l'auteur de l'article, à qui je crois n'avoir rien à apprendre, mais un commentaire adressé aux lecteurs de cette île heureuse.
    Je ne sais pas combien seront capables de saisir l'amour profond qui imprègne les lignes de cet écrit, Sur et sous, parce que c'est un article composé de plusieurs couches: tout le monde peut le lire et le comprendre, tout le monde ne peut pas saisir, Mais, les différentes couches.
    L'auteur est, par moi (et je ne crois pas juste pour moi), un modèle de prêtre qui aime l'Église, aimer le peuple de Dieu, aime le pape, aime l'évêque.
    Je suis de plus en plus convaincu qu'il y a des évêques (beaucoup aujourd'hui, Malheureusement!) qui ne sont pas vraiment dignes d'avoir certains saints prêtres, parce qu'ils ne les méritent tout simplement pas. Bien sûr, l'Église les mérite toujours, Le peuple de Dieu les mérite.
    Donc, à ce stade, ou nous commençons à faire de saints prêtres des évêques, plutôt que ces rusés qui viennent aujourd'hui à l'épiscopat sur la mode de l'Église pauvre pour les pauvres, ou, puisque moi aussi je parle de gros mots, sachez que nous sommes destinés à nous noyer dans une mer de merde, entre prêtres scandaleux et évêques sans paternité pastorale qui se comportent comme des politiciens de carrière.
    Attention tout de même … y compris des évêques politiques de carrière qui aujourd'hui, faire carrière, ils ne parlent que des réfugiés et des immigrés, parce qu'ils sont aussi politiques, peut-être même pire que leurs prédécesseurs qui envoyaient le “pizzas” aux parlementaires de Montecitorio.

    Loué soit Jésus-Christ !

  2. Giorgio M.G.. dit :

    Illuminant comme toujours cher Père. Si ce sont les résultats de François I., tout en maintenant les perplexités potentielles, Je suis d'accord: “Saint Immédiatement”! L'action de Dieu semble exposer beaucoup de mauvaises herbes…ça fait mal…

Les commentaires sont désactivés.