L'affaire de “sœur Cristina”. Souviens-toi chère Christina, quand tu chantes, mets Christ dans les notes sinon ton renoncement ne t'aura rien appris

LE CAS DE "SOEUR CRISTINA". SOUVENEZ-VOUS CHER CRISTINA, QUAND CHANTERAS-TU, METTRE LE CHRIST DANS LES NOTES SINON VOTRE RENONCIATION NE VOUS AURAIT RIEN APPRIS

Maintenant ses anciennes soeurs, les chères Ursulines de la Sainte Famille, ils ont encore une chance d'aider Cristina, lui montrer sa proximité et lui fournir une aide matérielle dévouée. Sans lésiner sur quelques claques salutaires, sont à côté d'elle, tout comme le Christ l'a fait avec ce jeune homme riche qui ne voulait pas le suivre.

- Nouvelles de l'Église -

Auteur
Ivano Liguori, ofm. Cap..

.

Article au format PDF imprimable

 

.

La lecture audio sera disponible le matin du 26 novembre

.

Entretien avec Sr. Cristina

Sœur Cristina Scuccia, la nonne chantante du Congrégation des Ursulines de la Sainte Famille, il a quitté la vie consacrée pour suivre peut-être la sienne (vera?) vocation dans le monde du chant [voir: qui, qui, qui e qui]. C'est une nouvelle d'il y a quelques jours.

.

A cette nouvelle récente, Le Père Ariel a déjà consacré un court article avec lequel je suis entièrement d'accord en ce qui concerne le réalisme et l'équilibre [voir: qui]. Toutefois, en tant que prêtre religieux de l'Ordre des Capucins, je voudrais moi aussi faire quelques considérations à ce sujet, qui, à certains égards, ressembleront à de véritables provocations, pouvant déplaire à quelqu'un, mais qui aura le mérite de mettre en lumière certaines des hypocrisies les plus courantes de la vie consacrée déguisées en sentiments de piété.

.

Tout d'abord, il y a quelque chose à informer les nombreuses belles âmes ― ceux qui en ces heures dans vrai vie o sui social jouent au tir au pigeon avec les pauvres ex Ursuline ― que chaque année la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique gère de nombreuses demandes de religieux qui demandent à quitter leur ordre, votre institut ou congrégation auquel vous appartenez. De qui est-ce la faute? Pourquoi cela arrive-t-il? Je ne peux pas toujours me donner une réponse convaincante, selon l'avis éclairé de quelques belles âmes, la faute revient sans doute au pape jésuite ou peut-être à ces religieux qui nous ont fait pleurer Madone avec des péchés contre le sixième commandement ou peut-être de ceux qui ne peuvent se résigner à vivre selon un style religieux grotesque typique des moines du film Le nom de la rose de Jean-Jacques Annaud ou les nonnes improbables du film Acte sœur. Parce que pour certaines belles âmes et blogueurs de chats experts, toute la tradition et lalinorum, le religieux est un masque grotesque entre le psychiatrique et le burlesque, un mélange de mortification et de cilice, troubles de l'humeur et envies de roman qui démangent Oiseaux de ronce, bref un vrai fou.

.

Donc, quand ça arrive qu'un homme consacré raccroche son habit, immédiatement nous commençons à chercher les raisons - réelles ou présumées - et nous procédons avec la délicatesse et le tact d'un rouleau compresseur à l'intérieur d'une cristallerie Swarovski. Mais nous ici, de l'agréable Île de Patmos nous ne voulons pas être un rouleau compresseur, nous savons bien que certains abandons ont certainement raison car ils manquent du minimum de conscience et de liberté nécessaires pour vivre en consacrés et se constituer dans le monde comme des flambeaux de lumière, signes prophétiques pour l'Église. Plus d'abandons, au lieu, elles constituent de véritables injustices laissées échapper à la légère et naissent le plus souvent du désespoir, de la solitude, de la misère humaine et de la fadeur paraculaggine de quelques supérieurs qui échangent les cadeau du gouvernement avec le privilège de sa propre irréprochabilité dans laquelle l'erreur personnelle n'existe jamais et s'il y en a, c'est normalement toujours et seulement le "religieux problématique" qui décide de partir.

.

Honnêtement, après plus de vingt ans de vie religieuse ― J'entrai chez les Frères Mineurs Capucins 21 ans lors d'études universitaires en pharmacie ― je ne suis plus en mesure d'être scandalisé par ces défections, comme les sorties ou les abandons sont appelés dans un langage technique froid. Au contraire, je dis la vérité, face à un confrère qui non seulement suspend tout jugement mais choisit délibérément de passer quelques mots, sachant qu'il est urgent de démontrer l'amour d'une grand-mère qui, devant son petit-fils le plus téméraire et le plus rebelle, a encore le souci de demander: "Comment allez-vous? As-tu mangé?». Et Dieu seul sait combien peuvent être expressifs les yeux et le regard d'un religieux qui a pris la douloureuse décision de partir.. demande comment tu vas, c'est partager bien plus qu'une onde sentimentale. A mon humble avis c'est verser du baume sur le dernier acte de miséricorde envers un homme en crise. Et n'est-ce pas peut-être la manière d'interpréter la parabole du Père Miséricordieux de Luc ancien que tout le monde se vante d'apprécier mais que très peu pratiquent surtout s'ils sont religieux, prêtres ou catholiques doc?

.

Peut-être le petit (transpiration) Christine, catapulté dans ce monde misérable du divertissement, dévorant et dévorant, elle avait juste besoin d'entendre plus souvent la question de sa grand-mère: "Comment allez-vous? As-tu mangé?», qui se traduit alors par "Tu es heureux? Jésus et l'Église remplissent vraiment votre vie? tu dissipe, tu es énervé? Vous priez? Votre cœur, votre âme, ton désir est peut-être mauvais d'une certaine manière?». Parce que ce sont les questions qui aident à prévenir les crises personnelles, maladies spirituelles, les fonds de vices que le diable déchaîne pour détourner le religieux de son chemin de perfection comme l'a dit Mgr San Macario.

.

Dans ma vie religieuse J'ai rencontré plusieurs fois des supérieurs et des directeurs d'élèves qui étaient plus soucieux de la présence de leurs frères dans la chorale que de leur vrai bonheur. Scrupuleux pour surveiller si les frères récitaient le bréviaire dans son intégralité mais pas aussi diligents pour remarquer si leurs frères s'ouvraient au sourire et à la joie à l'intérieur du couvent. Souci de l'observance régulière, de l'utilisation de l'argent mais pas du tout intéressé de savoir si le frère avait réussi à bien dormir ou non, peut-être affligé par quelque fantôme de l'âme. J'ai rencontré autant de supérieurs et de directeurs d'élèves qui ont fait de la vie religieuse un renouveau de Instagram e TIC Tac. Un réalité où les religieux chantent, balla, fais-le montrer l'homme, fait tout et son contraire, et où le seul chemin vers la perfection consiste dans l'observance de la devise de 1968 "interdit d'interdire" car Jésus est l'as du tout qui est bon par dessus tout, de la scène de Sanremo à la Grande Chartreuse.

.

Mais maintenant un 45 ans d'âge je commence à faire du vintage, rappelant qu'un temps pour quitter le couvent, il fallait frapper à la porte du père tuteur (le supérieur local) et demander la permission: « Bénissez mon père, Je peux aller à…» et après avoir fait des courses à l'extérieur du couvent, retournez voir le gardien et répétez: "Dieu soit béni, je suis de retour". Ces choses ne sont plus utilisées aujourd'hui, les jeunes novices et étudiants ont souvent beaucoup de libertés dès le noviciat (J'ai eu mon premier téléphone portable en tant que diacre à l'âge de 33 années) et ce qu'il y a vingt ans pouvait être considéré comme des formalités aujourd'hui je comprends que c'étaient des manières d'expérimenter la filiation et la paternité spirituelle, avec cette fraternité évangélique qui unit et protège tous les religieux.

.

L'affaire de (transpiration) Christine il est emblématique de cette vérité qui nous dit que même les religieux quittent la scène. Avec les couples qui explosent (voir Albano et Romina, Totti et Ilary), je suis jolie si habilement, les frères que oui ils expulsent et les nonnes qui sont… eh bien vous voyez l'idée. C'est la vérité nue de notre « Église sortante », certainement pas une vérité récente, ces choses se sont toujours produites et se reproduiront, souvenez-vous simplement de précédents illustres tels que Sœur Sourire o De Joseph Cionfoli. Peut-être des vérités inconfortables auxquelles il faut trouver une réponse mais surtout un moyen de les prévenir. Parce que je suis sûr que c'est Sister Smile, tout comme Fra Giuseppe Cionfoli et maintenant Sœur Cristina avaient certainement été choisis et aimés de Dieu dans leur choix de vie religieuse, mais ils n'ont pas eu la grâce de rencontrer des enseignants capables de les accepter tels qu'ils étaient, accompagner leurs talents vers une purification mature qui limite les tentations et la nostalgie. De telles défections dans la vie religieuse ne sont jamais faciles et il faut avoir un regard beaucoup plus compatissant et complexe sur toutes les diverses conspirations que les gens suivent normalement dans ces cas..

.

La dimension de fragilité de l'Église elle implique aussi la possibilité d'un abandon de l'état de vie consacrée, mais il y en a peu qui veulent le reconnaître et très peu qui veulent aimer et soutenir ces frères dans le besoin de manière libre et désintéressée. Parce que l'essence de la vie baptismale, dont la vie religieuse est la pleine maturité, ce n'est rien d'autre que l'amour jusqu'au bout. C'est là, dans l'amour comme martyr-témoin que la crédibilité et la sainteté de l'Église et de nous chrétiens résident: "La façon dont vous vous aimez, ils reconnaîtront que vous êtes mes disciples" [cf.. Gv 13,35]. Et au lieu de cela, vous ne lisez que les commentaires de vierges vilipendées qui sont consternées que Cristina Scuccia ne soit plus religieuse, criant à la trahison de Judas et à la lâcheté. Face à ces propos je me tais car sinon je finirais par dire des choses peu charitables.

.

Essayons de comprendre une fois pour toutes que l'amour chrétien est ce qui est le plus méprisé, un amour qui aime ce qui est brisé, qui fait scandale, un amour qui marche sur les chemins tortueux et creux d'une humanité décadente. Le reste, ce n'est pas ce que le Seigneur Jésus a fait avec chacun de nous? "Quand nous étions encore faibles, en temps voulu, Christ est mort pour les méchants" [cf.. Rm 5,6]. C'est encore vrai aujourd'hui, Christ continue de mourir pour nous chaque jour, les gens entassés, qui se lie à lui-même par le lien d'une consécration spéciale, de baptême, religieux ou sacerdotal, et qui appelle nécessairement une conversion qui nous fait passer de l'abandon des ténèbres à la splendeur de la lumière.

.

Christ nous aime, baptisé, religieux et prêtres, non pas parce que nous sommes parfaits mais justement parce que nous sommes imparfaits, vraiment impie, pas encore entré là-dedans pietas du jour de Pâques qui n'est certainement pas accessible avec un effort de volonté mais comment grâce offerte gratuitement demander au Saint-Esprit chaque jour avec larmes. La vie religieuse est un chemin de perfection qui ne se réalise que lorsque l'image du Christ, homme nouveau, est né en nous. Et cette livraison prend certainement du temps, de la paternité et de la maternité spirituelles, d'un accompagnement affectueux et souffert, denrée très rare parmi les supérieurs religieux d'une « Église sortante », de plus en plus directeur comme c'est le cas pour de nombreux évêques.

.

Je considère le cas de (transpiration) Cristina Scuccia pas une exception mais l'expression d'une tendance bien connue de ceux qui vivent et travaillent dans le monde réel de la vie consacrée. Si l'on passe ensuite à l'examen des cas d'abandon, nous constatons que ce ne sont pas des hommes et des femmes religieux avec des limitations humaines et spirituelles qui partent mais exactement le contraire. On se retrouve souvent face à des personnalités vraiment talentueuses, doté de charisme, une intelligence vive et qui ont un bagage culturel respectable, assez pour lui faire obtenir des qualifications académiques importantes. Ce sont comme des grosses cylindrées confiées à des gens sans expérience de conduite. E (transpiration) Cristina a des qualités qui ont sans doute été mal canalisées. Des qualités qui pouvaient la soutenir et l'aider dans sa vocation et qui ont plutôt été utilisées pour chevaucher la vocation religieuse en créant une alternative qui répondrait aux besoins temporels d'une jeune congrégation religieuse, que du travail de chant de la sœur aurait peut-être aussi bénéficié de grosses sommes d'argent? Cela ne devrait pas être scandaleux car même les nonnes doivent manger et entretenir leurs structures, mais peut-être y a-t-il besoin d'une réflexion approfondie qui tienne compte de certaines priorités à reconsidérer.

.

cas d'abandon dans la grande majorité des cas, ils ne concernent même pas le célibat - tout comme les nombreuses belles âmes, tout Cœur de Jésus et de Marie, s'y attendraient - et cela signifie qu'on ne sort pas parce qu'on veut se marier ou parce qu'on est ne plus pouvoir respecter le vœu de chasteté. La raison de l'échec réside dans quelque chose d'entièrement différent: beaucoup plus profond, beaucoup plus complexe, bien plus concret. À cause de ce, tout abandon reste mystérieux, connu seulement pour certains aspects mais toujours injugable par les hommes donc prêt à juger et à tout classer dans des catégories rassurantes. Seul Dieu qui est Père peut connaître profondément le cœur de l'homme, aussi de celui qui décide dans sa liberté d'abandonner la vocation qui lui a été offerte mais qui ne peut échapper à la vocation commune de tout baptisé qui est l'appel commun à la sainteté qui va au-delà de l'état de vie (peu importe s'il est consacré, marié ou Célibataire).

.

Pour cette raison,, arrêtons de jouer au pigeon avec l'ex (transpiration) Christine, avec elle ainsi qu'avec les autres anciens religieux. Ce n'est pas un cas médiatique à afficher dans les tabloïds ou les blogs catholiques. En ce moment de fragilité, bien que l'apparence et la maquillage dites le contraire, cette fille a besoin d'une aide sincère pour reconstruire sa vie mais surtout elle doit apprendre à ne pas se livrer aux mirages du monde impitoyable du spectacle qui voit le religieux ou l'ex religieux comme un animal à exhiber pour faire public. Rappelez-vous le cas de Don Alberto Ravagnani d'abord utilisé par Fedez, puis intimidé et maudit à? Bien, ce sont les vraies perspectives.

.

Il y eut d'abord Sœur Cristina, maintenant il y a Cristina Scuccia femme de ménage en Espagne, demain ce sera peut-être une femme anonyme avec un mariage raté derrière elle et des enfants à charge qui chante dans des clubs espagnols pour pouvoir joindre les deux bouts. Alors la gloire du monde, la gloire des hommes, ainsi que la gloire de la scène.

.

Maintenant ses anciennes soeurs, les chères Ursulines de la Sainte Famille, ils ont encore une chance d'aider Cristina, lui montrer sa proximité et lui fournir une aide matérielle dévouée. Sans lésiner sur quelques claques salutaires, sont à côté d'elle, tout comme le Christ l'a fait avec ce jeune homme riche qui ne voulait pas le suivre. Soyons sûrs, la proposition passe, l'amour du Christ demeure, quoique voilé dans cette triste nostalgie que seuls les yeux peuvent exprimer, comme ce jeune homme riche qui est parti parce qu'il avait beaucoup de biens, mais parmi les nombreux biens qu'il possédait, il lui fallait le seul nécessaire qui donnerait de la valeur à tous les autres.

.

Christine, souviens-toi quand tu chantes, mets Christ dans les notes sinon ton renoncement ne t'aura rien appris.

Laconi, 25 novembre 2022

 

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

1 réponse
  1. Stefano Delle Chiaie
    Stefano Delle Chiaie dit :

    A distanza di quasi due settimane e di due comparsate televisive consecutive sulla stessa trasmissione Mediaset, continua a tener banco come una breaking news la svestizione di Suor Cristina, a dimostrazione del valore pedagogico che il main stream attribuisce all’esempio edificante di questa religiosa recuperata al mondo e alle sue Forze Speciali di influencer. Mi imbatto stancamente ancora una volta, stavolta sul Corriere.it, nell’ennesima reiterazione di questa notiziona, colpito però da una didascalia del sottotitolo: “Papa Francesco capirebbe”. Avendo letto altrove che Papa Francesco l’avrebbe invece incoraggiata a proseguire nella sua dimensione spiritual-musicale, mi addentro nell’articolo che in effetti conferma il virgolettato, apprendendo altresì che, secondo questa pecorella prima smarrita e poi ritrovata, Francesco approverebbe la sua rinuncia ai voti perchéintorno a sé vuole pastori (e suore) che puzzano di pecora non di muffa”. Enfin, l’immancabile domanda che vale tutto il salario del povero giornalista pagato 50,00 euri a pezzo “E’ contraria o favorevole ai matrimoni gay?”, e altrettanto scontata la risposta “qui suis-je pour juger…Dio predica solo l’amore, se due persone si vogliono bene cosa c’è di male?”. Quanto basta per rassicurarmi sui buoni propositi ribaditi dalla neo cattolica adulta in testa all’articolo: “la mia fede non è crollata e continuerò a diffondere il messaggio evangelico anche senza il velo”.

Les commentaires sont désactivés.