L'euthanasie comme défaite anthropologique et échec moderne de la pietas et du traitement

- Ministère de la Santé -

L'EUTHANASIE COMME DÉFAITE ANTHROPOLOGIQUE ET ÉCHEC MODERNE DES PIETAS ET DES SOINS

Il serait intéressant de signaler, aux laïcs qui soutiennent l'euthanasie, que grâce au travail Des crimes et des châtiments de l'illuministe Cesare Beccaria commence à être aboli, déjà là 1786, la peine de mort par le système judiciaire de certains États et royaumes. Aujourd'hui au nom de cette même pensée des Lumières la peine de mort est réintroduite comme une conquête de la science et infligée comme un remède miséricordieux non plus aux délinquants publics mais à des publics innocents.

.

auteur
Ivano Liguori, ofm. Capp.

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

 

.

en images: Marco Cappato. La vie nous appartient vraiment?

Les positions récentes et indécentes prises de certains politiciens "catholiques" [voir QUI] ainsi que certains religieux sui generis [voir QUI] qui soutiennent le référendum sur l'euthanasie légale ouvrent des scénarios différents et inquiétants sur l'éthique de la vie qui concernent les droits et la protection de la santé des malades. « L'euthanasie et le suicide assisté sont en fait une nette défaite de ceux qui les théorisent, de ceux qui les décident et de ceux qui les pratiquent " [cf.. Lettre du bon samaritain, V.1; Conseil pontifical des travailleurs de la santé, Nouvelle Charte des Professionnels de Santé, n. 170] introduire effectivement le patient dans cet échec anthropologique moderne qui n'est plus capable de reconnaître la beauté et la dignité de la vie humaine même lorsqu'elle est grevée par l'infirmité ouhandicap.

.

ça t'oblige, donc, partager des dérives idéologiques qui encouragent de plus en plus la culture du gaspillage et de la mort dans laquelle l'homme finit par n'être vu et perçu qu'à partir de ce qu'il peut donner, à ce qu'elle peut faire et son appui autonome au sein de la communauté civile. L'être humain qui dans la maladie ou dans le handicap a perdu tout espoir de guérison se voit renié et limité, d'une manière complètement arbitraire, de leur qualité de vie par ceux qui ne la considèrent plus satisfaisante et digne d'être dans le monde des personnes saines et valides.

.

Le plus évident dans ces dérives éthiques elle consiste dans la perte complète de l'espérance qui est appelée à éclairer l'avenir, même quand il semble incertain. Le christianisme a assumé l'espérance comme une vertu théologale qui procède directement de Dieu puisque sa Providence opère aussi bien dans les derniers moments de la vie de l'homme que dans les premiers. Dans l'espérance chrétienne, tout est grâce, même celui d'un corps malade [Cf.. 2 Cor 12, 9] où resplendissent les souffrances du Sauveur crucifié [Cf.. Col 1, 24]. si, si l'espérance de la guérison a été perdue, il est encore possible de raviver l'espérance de la guérison qui est la même que le Sauveur réclame pour lui-même en la personne des affamés, de la soif, d'étrangers, des pauvres, des prisonniers et des malades et mourants [cf.. Mt 25, 31-46]. La remarque mattéenne du « tu me l'as fait » a le mérite de nous faire comprendre ce que devoir où se développent tous ces devoirs sacrés que l'homme exerce envers les autres hommes et qui dans l'Evangile deviennent grâce providentielle dans laquelle Dieu fait homme se révèle le sujet de soins compatissants. Pour cette raison,, en tant que chrétiens, il faut réitérer sans crainte de démentir que l'euthanasie n'est pas ce qu'on voudrait croire aujourd'hui, c'est-à-dire une mort digne mais seulement une manière trompeuse d'éprouver de la compassion et de l'empathie envers le malade, échappant à la fatigue de prendre soin de lui.

.

Le véritable individualisme du monde moderne, adopté un mode de vie ordinaire, il appauvrit les relations mutuelles en augmentant la solitude de l'homme pendant le temps de la maladie, conduisant ainsi le mourant à un désespoir total qui lui fait désirer une résolution rapide et indolore de sa propre condition d'infirmité en venant à choisir, presque comme une libération, l'euthanasie. Voici la raison pour laquelle aujourd'hui, face à l'obscurcissement des principes éthiques et religieux les plus élémentaires, les malades en phase terminale représentent aujourd'hui la catégorie la plus fragile et la plus exposée. Nous sommes face à une véritable urgence humanitaire qui ne peut plus être ignorée, puisque la civilisation d'un peuple et la sienne devoir elles se mesurent - avant même l'avènement du christianisme - sur la base du soin apporté aux faibles, les enfants, les personnes âgées, les malades et les mourants.

.

LA PROTECTION DES MALADIES TERMINALES ET L'INTERDICTION DE TUER

.

Il faut à tout prix protéger les malades en phase terminale éviter de transformer les derniers jours de leur vie terrestre en une sorte de bataille politique soit, pire, dans une sorte de revendication sociale portée par les visages familiers habituels qui, par hasard, ils sont plus que jamais attachés à leur existence terrestre. et oui, parce que parmi les nombreuses contradictions de la pensée laïque moderne, les partisans de l'euthanasie légale se souhaitent une longue espérance de vie et pensent comme de parfaits hypocondriaques pour tenter de conjurer et d'exorciser les maladies et les interventions sanitaires. Il en va de même pour les partisanes de l'avortement qui naissent au monde grâce à des mères qui n'ont pas honte de choisir la vie pour elles, rejetant l'interruption volontaire de grossesse très civile et responsable. (IVG). Cela suffirait à lui seul à souligner la déraison et l'illogisme de certains personnages dont la pensée tente de se tailler une place prépondérante dans la grande arène de l'opinion publique nationale et étrangère mais qu'il vaudrait mieux mettre de côté pour le bien de tous.

.

Laissant de côté ces contradictions séculaires, nous commençons à raisonner selon une solide pensée chrétienne. aller à la source qui est la Sainte Ecriture qui avertit:

.

« Son, ne te néglige pas dans la maladie, mais prie le Seigneur et il te guérira" [Monsieur 38, 9].

.

C'est l'invitation de Sirach ce qui n'est en aucun cas un fidéisme aveugle comme certains pourraient le penser. Dire "ne vous négligez pas dans la maladie" signifie deux choses essentielles: prendre conscience du soin de son propre corps donné gratuitement par le Seigneur; participer à une action de soins qui s'exprime dans un cheminement de foi au Dieu de la vie et de la résurrection, avec des signes sacramentels également thérapeutiques et dans une action caritative active qui accompagne le malade comme compagnon de route, surtout quand celle-ci est orientée vers la phase terminale de l'existence.

.

Notre corps ne nous appartient pas, elle nous a été donnée par Dieu pour une mission et se réalise avec la collaboration des parents dans le travail génératif. Comme une réalité qui a été accordée emprunté, le corps doit être protégé et préservé de tous ces événements indésirables qui menacent son intégrité et sa sécurité physique et spirituelle. Et cela ne s'applique pas seulement au cas de la maladie mais surtout aux tentatives désespérées d'euthanasie qui sont elles-mêmes des événements pathogènes., devant lequel il faut s'interroger à partir de ce cinquième commandement du Décalogue qu'il dit: "Tu ne tueras pas" [cf.. il est 20, 13].

.

Le commandement qui interdit de tuer il fait partie à la fois de la loi divine et de la loi naturelle. Elle est immuable et impérative et aucun législateur humain ne peut l'abroger sans tomber dans le délit de autorité et puissance. C'est ce que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a clairement expliqué lorsqu'elle dit:

.

"Aucun, dans n'importe quelle circonstance, peut revendiquer le droit de détruire directement un être humain innocent " [éducation Le don de la vie, n. 5].

.

donc, aucun être humain innocent peut être violé avec la mort procurée à la fois quand il est dans l'utérus et quand il est dans un lit de malade. L'innocence et l'innocence du fœtus, comme celui de la personne en phase terminale de faire tous les actes d'avortement, eugénisme et euthanasie enceinte de ce sang d'Abel qui crie de terre encore vengeance devant le trône du juge divin [Cf.. gn 4, 10].

.

Il serait intéressant de signaler, aux laïcs qui soutiennent l'euthanasie, que grâce au travail Des crimes et des châtiments de l'illuministe Cesare Beccaria commence à être aboli, déjà là 1786, la peine de mort par le système judiciaire de certains États et royaumes. Aujourd'hui au nom de cette même pensée des Lumières la peine de mort est réintroduite comme une conquête de la science et infligée comme un remède miséricordieux non plus aux délinquants publics mais à des publics innocents.

.

DROIT À LA VIE ET ​​DROIT À LA MORT

.

Face à ces douloureuses considérations il faut réfléchir et partir afin de formuler une nouvelle idée de la qualité de vie, santé et soins. La logique veut que si le corps devient une possession personnelle, un objet, ça peut aussi être (une façon)utilisé de manière égoïste et despotique, également de tiers, jusqu'à son épuisement complet, y compris la mort. Così come non può esistere un dispotico e arbitrario “diritto alla vita” a ogni costo e a qualunque prezzo, il ne peut même pas exister un « droit à la mort » qui inclut l'euthanasie même si elles sont très rares et sporadiques. Le droit à la vie suit la disposition providentielle que Dieu prédispose, qui n'entend pas donner la vie à l'homme comme un objet dont on peut se débarrasser arbitrairement. La vie est orientée vers une fin vers laquelle l'homme a la responsabilité de se diriger: sa perfection personnelle selon le plan et l'appel de Dieu [Cf.. Conseil pontifical Un coeur pour la promotion humaine et chrétienne, document Dans le Cadre, n. 2.1.1.]. C'est l'approche chrétienne de la vie qui se fonde sur le fait que

.

"L'homme est appelé à une plénitude de vie qui dépasse de loin les dimensions de son existence terrestre, puisqu'il consiste à participer à la vie même de Dieu" [Cf.. Evangile de la vie n. 2].

.

Cet appel-vocation surnaturelle au-delà de Dieu constitue la grandeur et la préciosité de l'existence humaine même dans sa phase terminale qui pour le croyant ne peut jamais être considérée comme une réalité "ultime", mais si quelque chose « avant-dernier » parce que sur le chemin de cette dimension eschatologique qui s'ouvre à la pleine vie dans laquelle Dieu sera tout en tous [cf.. 1Cor 15,20-28]. Pour cette raison,, semble évident, comment la vie de chaque individu est une réalité sacrée qui nous est confiée pour que nous la gardions avec un sens des responsabilités et la menions à la perfection dans l'amour et dans le don de nous-mêmes à Dieu et à nos frères: de la reconnaissance de devoir aux soins et des soins aux devoir.

.

LE BON SAMARITAIN ET L'ÉGLISE HOSPITALIÈRE

.

C'est pourquoi l'Église dans sa tradition bimillénaire a toujours mis en œuvre, sur l'escorte du Christ Bon Samaritain [cf.. Lc 10, 29-37], toutes ces œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles qui ont servi à aider l'homme au cours de son pèlerinage terrestre. Homme qui, plus souvent, il se retrouve à faire face à sa fragilité native qui implique à la fois des maux physiques et des maux de l'âme. Le Bon Samaritain est l'icône de la garde de la vie et de l'exercice miséricordieux des soins jusqu'à la fin. Il ne juge pas les assaillants de l'homme mais veille à ce qu'ils ne périssent pas, bien que d'autres aient déjà renoncé à l'aider et à lui donner un espoir de survie. Le Samaritain prend en charge le blessé et le délivre à son tour, afin que d'autres à sa place prennent soin de lui. Il n'est pas ce que nous appellerions aujourd'hui un soignant, il n'opère pas seul mais au sein d'une communauté de guérison à laquelle renvoie l'image de l'auberge. Nous introduisons ainsi une image ecclésiologique claire dans laquelle la communauté de foi, l'Eglise, il accueille les blessés des mains du Samaritain pour le conduire vers un accompagnement intemporel: "Prenez soin de lui... jusqu'à... mon retour" [Lc 10, 35]. Et ce retour eschatologique n'est pas seulement celui du Fils de Dieu dans sa gloire mais aussi la rencontre eschatologique dans laquelle l'homme, a mis fin à sa vie terrestre, il est réuni avec le Créateur.

.

Cette vision ecclésiologique est sans doute intéressante que le Pontife régnant dans sa première interview avec le magazine civilisation catholique [voir QUI; QUI], rappelle, définir et présenter l'Église comme hôpital de campagne après une bataille. Cette similitude qui a malheureusement disparu, en huit ans de pontificat, dans une série de clichés. En privant cette belle image de son sens originel, le paroxysme a été poussé en incluant des termes nettement chrétiens - tels que l'hospitalité, accueil et soins - au sein d'une herméneutique vidée du sens ecclésiologique au profit du socio-politique et socio-politique. Ce n'est pas un hasard si nous sommes aujourd'hui entourés de slogan qui louent l'hospitalité, prendre soin et prendre soin des abandonnés, mais, à la fois, on voit se multiplier slogan sur l'euthanasie. Face à cette illogisme de pensée, il devient impossible et hypocrite de parler d'acceptation sans réserve, de soins aimants et désintéressés pour aboutir à l'hospitalité du cœur qui prétend briser les murs de séparation. Il n'est pas difficile de comprendre que toutes ces choses sont louées à des fins de propagande et uniquement pour certaines catégories de personnes.. Impossible, donc, la conciliation des contraires, de ceux qui d'un côté se battent pour les plus faibles mais au nom de ces mêmes faibles sont prêts à proposer la mort quand la faiblesse de la maladie rend impossible toute guérison.

.

VERS DEUX OBJECTIFS: "AUCUNE COMPASSION" ET "PRENEZ SOIN DE LUI" [LC 10,33-34].

.

Après ces considérations et analyses il semble nécessaire et urgent de revenir à l'exemple unique et vrai du Bon Samaritain, qui est le Christ Seigneur, qui apprend à ses disciples à soigner tout le blessé en l'introduisant dans cette auberge-hôpital de campagne qu'est l'Église mère qui, tout comme il engendre la vie des fonts baptismaux, ainsi il plonge le mourant dans la grâce de la miséricorde. J'aime donner deux idées de travaux qui ont pour tâche d'éviter la tentation de l'euthanasie chez les chrétiens, ils ne le sont pas comme une pratique en soi mais surtout comme une vision éthique de la fin de vie.

.

Pour échapper à l'euthanasie, nous devons avoir la compassion du bon samaritain qui ne peut s'expliquer en d'autres termes que cet amour maternel qui se laisse blesser. Le Samaritain se laisse vulnérable par ce malheureux qui apparaît sur son chemin, les blessures de cet homme frappé par les brigands sont imprimées dans ses entrailles dans une sorte de transverbération pitoyable du cœur. Il va même jusqu'à risquer de perdre son entreprise afin d'aider ceux qui sont devant lui. Il y a un besoin urgent qui l'amène à avec-souffrir la faiblesse et la souffrance du blessé, tout comme il y a une volonté de rester là dans ce moment de souffrance et la croix, comme on le voit dans l'exemple de la Très Sainte Marie du Golgotha. Nous sommes confrontés à un impératif moral qui devient aussi un impératif d'assistance qui crée une sensibilité profonde envers ceux qui sont faibles ou blessés, avec le désir actif de vraiment soulager leurs douleurs. La vraie compassion et la vraie compassion prennent des actions concrètes et des solutions avec lesquelles il est possible d'intervenir et d'aider les malades [cf.. B. Moriconi (1997), La compassion, Dans Dictionnaire de théologie de la santé pastorale, pp. 227-234, Ed. Camilliens].

.

Nous comprenons bien qu'en tant que chrétiens notre pause devant les malades en phase terminale ça ne peut être que celui de qui veut avec-souffrir la conclusion naturelle d'une existence humaine dans laquelle Dieu s'est révélé. Si l'état terminal du malade ne nous fait pas tant mal aux intestins qu'il n'en prend tout son poids, nous ne ressentirons jamais la compassion du Bon Samaritain qui s'ouvre à une aide humaine et spirituelle efficace.. Être au courant de

.

"Il arrive un moment où il n'y a plus qu'à reconnaître l'impossibilité d'intervenir avec des thérapies spécifiques sur une maladie, qui en peu de temps se présente comme mortel" [lettre Bon samaritain, je]

.

Le chrétien commence à prendre en charge les mourants avec ce soin maternel qui est proximité, suppression de la peur et de l'abandon, encouragement et confiance dans le Seigneur ressuscité qui triomphe de toute angoisse mortelle. Ce n'est qu'ainsi que le malade se sentira entouré d'une présence aimante, maternel, humaine et chrétienne et ne cède pas à la dépression et à l'angoisse de ceux qui se sentent abandonnés à leur destin de souffrance et de mort demandent d'y mettre fin [Conseil pontifical des travailleurs de la santé, Nouvelle Charte des Professionnels de Santé, n. 170].

.

Après avoir eu la juste compassion pour les mourants vous devez vous occuper de lui, en fait il est toujours possible de guérir même lorsqu'il n'est plus possible de guérir. Il est bon de différencier les compétences et les domaines d'intervention du personnel spécialisé, de la famille et de la communauté ecclésiale. D'un point de vue médical, les établissements où sont soignés les malades en phase terminale, la hospice, Maisons de retraite, ils doivent être en mesure de garantir que les soins médicaux essentiels, palliatifs qui excluent toute forme de persistance. Même chose quand le malade en phase terminale est encore chez lui, les médecins et les spécialistes doivent pouvoir intervenir pour assurer l'assistance médico-infirmière nécessaire en limitant toutes les conditions de douleur et de souffrance liées aux états terminaux d'une maladie. De toute façon, aussi bien dans les établissements de santé que chez les particuliers, les soins palliatifs représentent la meilleure réponse d'assistance aux besoins physiques du patient et évitent de fait le choix de l'euthanasie qui reformule le concept de soins dans une mort anticipée et médicalement assistée [cf.. Conseil pontifical des travailleurs de la santé, Nouvelle Charte des Professionnels de Santé, n. 147; Jean-Paul II, Discours aux participants à la Conférence internationale sur l'assistance aux mourants (17 mars 1992), n. 5].

.

Prendre soin des malades en phase terminale il comprend non seulement les besoins médicaux mais aussi psychologiques et spirituels, quelque chose que la communauté chrétienne doit pouvoir faire avec sollicitude et sollicitude. L'annonce de l'Évangile aux mourants est fondamentale pour s'ouvrir à cette espérance qui ne déçoit pas. Administrer les sacrements de l'onction des malades à temps, auquel l'absolution des péchés est annexée avec une indulgence plénière, et l'administration du Saint Viatique est la manière ordinaire par laquelle un chrétien baptisé prend congé de ce monde pour s'éveiller en Dieu.

.

L'exercice de la charité envers les malades en phase terminale elle se réalise en voyant en lui le visage du Christ souffrant et mourant. Cela conduit la communauté ecclésiale à prier pour le mourant et à demander pour lui, au Père éternel, la miséricorde du pardon et la grâce de la réconciliation de toute la vie. C'est un moment fort dans lequel il est essentiel de lâcher les fautes du passé, péchés capitaux, les nœuds qui se sont accumulés est une façon de chercher et de se donner la paix. En pardonnant les dettes du mourant et en lui permettant de pardonner les nôtres, se crée cette communion mutuelle de charité dont nous avons tous besoin pour nous reconnaître comme chrétiens et enfants du Père qui est aux cieux., dans laquelle la perfection qui n'opère pas en vertu de cette logique non dénuée des intérêts de ceux qui ne connaissent pas Dieu devient visible [Cf.. Mt 5, 43-48].

.

La famille des malades en phase terminale est sans doute la plus exposée, mais aussi celui sur lequel tombent les plus grandes attentes des mourants. Mourir entouré de ceux qu'on a aimés et qui ont partagé l'existence avec nous est une grâce sans fin. De même, être proche dans la mort de ceux que nous avons aimés en tant que parent, fils, frère, ami est la forme la plus parfaite de communion d'amour que nous puissions réaliser humainement dans notre expérience terrestre. C'est pourquoi la présence de la famille auprès du mourant doit être constante et privilégiée, personne ne peut prendre sa place. Malgré cela, la famille a besoin d'être soutenue intelligemment pour ne pas succomber à la fatigue de la séparation d'avec son proche et à l'agonie suite au deuil. La communauté chrétienne, en tant que communauté de guérison - communauté de guérison -, côtoyer discrètement ces familles éprouvées, les soutenant en tous points pour imiter la sollicitude de Cyrène qui aide à porter le poids de la croix du Christ pendant un moment lorsqu'il s'effondre à terre. La communauté chrétienne est servante et guérisseuse, il est attentivement présent dans la souffrance mais agit dans le soin qu'est le diaconat de charité pour favoriser la santé intégrale (salut) delle persone.

.

Nous Pères dé L'île de Patmos, sur le plan humain et sacerdotal nous partageons fraternellement et gardons dans nos cœurs le tendre souvenir de nombreux malades en phase terminale, ou de personnes âgées qui s'éteignaient peu à peu comme des bougies éteintes. C'est parce que nous partageons également un autre élément: toute personne qui veut vraiment faire de la théologie ou approfondir certaines branches particulières d'étude et de recherche, il doit toujours le faire à partir de la prière et du matériel humain. Nous sommes Prêtres du Christ institués et docteurs consacrés pour guérir les âmes des hommes. Le plus jeune d'entre nous, père Gabriele, s'occupe des problèmes de la vie et des handicaps depuis qu'il est novice dans l'Ordre des Prêcheurs. Celui qui écrit ces lignes a passé des années de sa vie dans les salles d'un grand hôpital. père Ariel, qui n'a jamais exercé le ministère de curé et qui s'est toujours consacré à d'autres tâches, il administrait plus d'onctions aux malades et était assis au chevet des malades plus que ne le font souvent les curés des paroisses de 10.000 baptisé, si quoi que ce soit, parce que… engagé dans les réunions du conseil paroissial. Et quand on entre dans un confessionnal, on s'en sort souvent après les heures, pallier le « manque de temps » de divers curés qui, engagés dans des « activités pastorales » non spécifiées, ils n'ont pas le temps d'avouer, oublier que nous avons été consacrés prêtres pour célébrer le Sacrifice eucharistique, prêcher le saint évangile, pardonner les péchés et assister les malades et les mourants, tout le reste passe au second plan, des réunions du conseil paroissial aux plus hautes spéculations théologiques. C'est sur cette base que l'on peut expliquer à tous ceux qui pensent échapper à la douleur de la mort par l'euthanasie, que souvent dans la douleur et la souffrance est contenue cette grande sagesse qui fait de nous des hommes meilleurs. Résolvez tout en fuyant la maladie et la douleur avec une "mort douce", c'est ne pas avoir compris pourquoi on est né, ce qui vaut la peine d'être vécu et pourquoi, un jour, tu dois mourir, si quoi que ce soit, même la souffrance.

.

Il n'est pas facile de parler de l'élément salvifique de la douleur et de la souffrance à cette société maintenant dégénérée, mais si nous ne le faisons pas, même au prix de ne pas être compris, ou plus facilement au risque d'être mal compris, nous trahirons de la pire des manières la mission que nous a confiée le Christ qui a vaincu la mort et nous a fait participer à sa résurrection.

Laconi, 25 septembre 2021

.

.

.

AVIS

Chers lecteurs,

nous devions “mettre des règles” commenter des articles, une règle très simple: il suffit de s'inscrire. En effet, comme nous l'avons expliqué dans le lien vers lequel nous vous renvoyons, ayant en moyenne plus de deux millions de visites par mois L'île de Patmos est enclin à recevoir des centaines de messages de spam générés par des robots. Pour vous abonner, il suffit de vous connecter QUI et suivez les instructions que nous avons détaillées pour les moins expérimentés.

 

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces:

isoladipatmos@gmail.com

.

.

.

 

.

.

.

 

À propos de père Ivano

Ivano Liguori Dell'Ordine dei Frati Minori Cappuccini Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )