demande: “La messe de Paul VI est vraiment valide”?

« PAUL VI MASSE EST VRAIMENT VALIDE"?

« Chers Pères de’Île de Patmos, Parfois, il semble que dans nos églises les règnes de chaos liturgiques: Messe dialogate, prières du « spontané » fidèle embarrassant, paroles du missel ont changé à volonté du célébrant, chansons inopportuns, applaudissement et danse, Les femmes qui vont à l'autel pendant les fêtes comme il était maître. J'ai lu récemment un article qui répond par un théologien dominicain, Padre Thomas Calmel. Je suis impressionné et je voudrais savoir combien cette écriture est vrai, puis demandez: “La messe de Paul VI, Il est vraiment bon?”» [Chiara Caon, lecteur de Trente]

IMG_0931
Ariel S. Levi Gualdo pendant les vêpres solennelles

Cher Père Giovanni.

Un lecteur de Trente nous a envoyé un article sur le site Web Deuxième Concile du Vatican dans lequel un journaliste est un extrait de certaines parties de la pensée du Père Roger Thomas Calmel OP [1914-1975] qui soutient la thèse trompeuse sur la célébration de la Messe selon le Missel de Paul VI [voir QUI article complet]. Puisque le sujet des applications autour de gravite un frère dominicain votre, S'il vous plaît vous offrons une réponse à la question de notre lecteur.

La tâche L'île de Patmos nous nous sommes fixés Il est de rendre la théologie ecclésiale et pastorale à la fois d'une grande délicatesse qui voit beaucoup de nos fidèles de plus en plus désorienté, comme preuve la question soulevée par ce lecteur que cette désorientation est paradigme, parce qu'il ya beaucoup plus ou moins des lettres semblables qui viennent à notre rédaction Courrier.

Dans certains de mes articles précédents Je ironie et une certaine véhémence vers certains commentateurs qui ne sont pas simplement une « minorité” de “bruyant insatisfait « qui ne donne pas beaucoup de poids, mais semeurs d'erreurs voilées derrière la défense rassurante de le dépôt de la foi, jusqu'à ce que Funger souvent comme point de référence pour de nombreux égarés, incapable de saisir le drame des « guides aveugles » qui « filtre le moucheron et avaler le chameau dans certains mauvais maîtres » [cf. Mt 23, 24].

Dans la lutte contre certaines erreurs Elle s'impose à notre conscience un devoir sacerdotal de l'équilibre et la prudence résumée par la célèbre phrase: « Vous ne pouvez pas jeter le bébé avec l'eau du bain », parce que même dans les mauvaises positions, ou ceux qui sont parfois porteurs de bonne foi, il peut encore être bon. Cependant, la fable sage de l'eau de l'enfant et sale me amène, à craindre le danger de tomber dans un autre piège: même Arius et Pelage était le bon. Le premier était un homme de foi, le second un ascétique pieux, Les deux théologiens à tel point fine qui est mal à l'aise contre le premier Sant'Atanasio, contre le second saint Augustin, qu'ils n'auraient perdu leur temps précieux avec le petit village hérétique. Et à nos jours: Il n'a pas été, Mgr Marcel Lefebvre, un homme de profonde compassion; extraordinaire missionnaire au Sénégal formé de bons prêtres créant d'excellents résultats dans les premiers évêques locaux?

Voilà pourquoi je considère qu'il est tout à fait délicate chercher le bon nell'errante et les éléments positifs de l'union nell'eterodossia, parce que si cet acte n'est pas la prudence maximale et le respect du dépôt de la foi et l'enseignement de l'Eglise ne à toute épreuve, vous pouvez courir le risque de traîner dans notre maison les pires hérésies derrière des prétextes de dialogue œcuménique ou interreligieux, comme en témoignent quelques décennies certaine institution universitaire dans lequel un grand nombre de théologiens d'enseigner empaillé modernisme doctrines de la matrice protestante. Tout cela est arrivé parce que souvent nous avons essayé les bons et les points communs de l'union avec l'errance à nous traîner dans la maison même leurs erreurs graves, comme vous avez indiqué récemment dans une critique de la pensée du cardinal Carlo Maria Martini, certainement pas à sa personne digne [voir QUI], dont il fait écho peu de temps après l'autre mon analyse [voir QUI].

En tant que prêtres et théologiens nous sommes appelés à exercer le ministère sacré qui implique un devoir que nous ne pouvons pas échapper à la conscience impérative: nécessaire de dire à notre peuple ce qui est bien et le mal. Pour cela, nous utilisons un but purement pastoral l'outil précieux de ce magazine en ligne, Personnellement, je ne veux pas utiliser ou azzuffarmi “factions opposées” ni pour des polémiques stériles avec ceux qui sont pris à l'écoute de Grace, mais seulement pour servir la vérité et en effet le peuple que Dieu nous a confié, le cas échéant, sauver la Christi fideles à l'automne quelques mauvaises erreurs d'enseignants.

_______________________________________________________

Il répond à la République Dominicaine Giovanni Cavalcoli

John Cavalcoli en chœur 2
John Cavalcoli OP dans le chœur de son monastère dominicain pendant l'office divin

Je réponds avec plaisir au lecteur à Trento dire d'abord que dans le domaine de la liturgie, le Pontife Romain, Il exerce son autorité en tant que grand prêtre et animateur suprême du culte divin. Il n'est pas infaillible dans la régulation quand elle a organisé une cérémonie ou la réforme liturgique, quelque chose qui appartient à son pouvoir pastoral. Il est, cependant, dans l'interprétation, Cherish garder intacte l'essence ou la substance des sacrements, comme des vérités de la foi, parce qu'elle touche l'infaillibilité de son bureau d'enseignement.

L'essence immuable de la messe Elle est la suivante:

« Rite de culte de la Nouvelle Alliance, avec qui et pour lesquels, en la personne du prêtre célébrant en communion avec l'Eglise et pour l'Eglise, Christ dans l'Esprit Saint offre qu'il incruentemente se sacrifier au Père pour le salut du monde ".

Une réforme de la messe En outre, il peut être plus ou moins heureux, Vous aurez alors besoin une autre réforme ou de récupération qu'il ne l'avait abandonné, mais ne peut jamais modifier l'essence de la messe. Supposer que le pape tiendra une messe moderniste ou hérétique ou filoprotestante, est lui-même une hérésie, non pas en référence à son pouvoir pastoral, mais en tant que maître de la foi, étant donné que la messe est mystère. Dans la masse doit donc être distingué du rituel cérémonial. La première peut changer et est de droit ecclésiastique: le second est le droit immuable et divin.

Les règles de la célébration de masse - le soi-disant cérémonie - peut alors changer au cours des siècles, comme l'histoire de la liturgie. Mais l'essence de la messe est immuable, ainsi qu'il est prouvé par l'histoire, jusqu'à ce que la masse Novus ordo, au-delà des changements qui semblent parfois profonds, mais cela ne change pas la substance réellement, comme I définie ci-dessus.

Le pape n'a pas le pouvoir de changer la substance des Sacrements puis la structure essentielle du rite de la Sainte Messe, substance ou de l'essence qui n'est pas difficile de distinguer au-delà du cérémonial des changements qui ont eu lieu au cours de l'histoire.

mais maintenant, masse Novus ordo, Elle a été motivée par le Concile Vatican II avec des motifs sérieux connus de tous [Sacrosanctum Concilium, nn. 47-58]. Il a certainement un aspect œcuménique, mais il est insensé de dire qu'il est pro-protestant ou le modernisme infecté ou qu'il change la messe traditionnelle.

L'Eglise peut donner à ceux qui veulent la permission de célébrer seulement Vetus Ordo - comme il était avec saint Pio de Pietrelcina -, qui reste bien sûr valide; mais seulement si elles ne le font pas comme si la messe était valide juste cette. L'Eglise recommande et les commandes, ordinairement, la Novus ordo, pastoralement parce qu'il est plus adapté à la situation actuelle.

___________________________________________________________________

candélabreChers lecteurs.
Comme vous le savez notre travail est gratuit, mais les coûts d'exploitation du site sont nombreuses et doivent être pris en charge. Si vous voulez gagner de crédit avec le système PayPal même quelques euros nous aideront à soutenir vos frais de subsistance en allumant une bougie L'île de Patmos.





À propos de père Ariel

Ariel S. Levi di Gualdo Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

19 réflexions sur "demande: “La messe de Paul VI est vraiment valide”?

  1. C'est l'offense faite au Corps du Christ en réalité! Nous ne pouvons pas ignorer ce qui se passe pendant la messe actuelle, où, par contre, on parle de la cantine, plus de sacrifice (protestant). Approchez-vous de la SS à ce stade, Je pense que c'est un choix très téméraire. On considère que souvent (malheureusement) c'est le prêtre peu ou pas convaincu (la formation séminariste moderne, le rite de l'ordination presbytérienne, changé de forme de manière à le rendre absolument invalide) ignorant ce qu'est devenue la Sainte Messe aujourd'hui, la Consécration elle-même est sérieusement remise en question!
    il n'y a pas de pape (forme), il n'y a pas d'évêques, il n'y a pas de prêtres valablement consacrés. Si le formulaire n'est pas valide, le rite perdrait de sa valeur à mesure qu'il changeait, à quoi serviraient le rite et la forme ??!

    1. Cher Giancarlo,

      selon elle, le premier Vicaire du Christ sur Terre, le Bienheureux Apôtre Pierre, il a célébré une Eucharistie valide?
      Certainement pas, en effet j'oserais dire absolument non.
      Je vais expliquer pourquoi:

      1. contrairement à l'apôtre Paul cultivé, Je doute que l'apôtre Pierre connaisse vraiment le latin, donc il n'était même pas capable de lire le Canon romain du “Messe de” de saint Pie V qui a été créé par Dieu avant même le commencement des temps, c'est-à-dire avant la création même d'Adam et Eve;

      2. Je ne peux même pas imaginer l'apôtre Pierre chanter une préface latine en grégorien, je le vois surtout s'incliner devant le pied de l'autel pour réciter "Allez à l'autel …»;

      3. les consécrations épiscopales faites par le Bienheureux Apôtre Pierre étaient rigoureusement et absolument invalides, parce qu'ignorer tout introduction et le rite sacré du Saint Pontife Pie V, elle se limitait uniquement à l'imposition des mains, donc, depuis une quinzaine de siècles, nous avons eu des évêques dont l'invalidité d'ordination était plus ou moins égale à celle des anglicans actuels;

      3. bien que le premier Souverain Pontife, Pierre n'a pas célébré les pontificaux assistés de quatre diacres en dalmatique étincelante et de trois prêtres en chape solennelle selon le pontifical romain du “Messe de”;

      4. etc. … etc. …

      mais, Dieu merci, après des siècles d'abus liturgiques anormaux et d'Eucharistie absolument invalide, le Saint Pontife Pie V a donné à l'Église universelle un missel qui a finalement rendu valide l'Eucharistie.

      Suite à son raisonnement, Je pense que les choses se sont passées plus ou moins comme ça.

  2. Cette terrible combinaison est effrayante: Cavalcoli&Levi di Gualdo sont des dangers publics. Cependant, j'ai changé d'avis à propos de son père Cavalcoli,même s'il critiquait toutes les pierres angulaires de la vraie tradition,dont Romano Amerio … car il faut bien admettre que le rev. Levi di Gualdo est pire que le père dominicain Cavalcoli. On se doute que le rev. Levi di Gualdo est un infiltré du clergé diocésain au sein du pire de l'esprit agressif dominicain,tout dit par un (je l'avoue) qui théologiquement a toujours été inspiré par les grands théologiens franciscains de la grande école franciscaine,qui sont plus doux et moins bellicistes.

    1. Cher catholique désenchanté,

      J'avoue que dans l'histoire de mon Ordre il y a eu des polémiques excessivement sévères et même injustes. comme pour moi, si je suis sévère contre quelque théologien, comme par exemple Rahner, Schillebeeckx, Kasper, fort, Mancuso, Martini, de Mattei, le Siccardi ou Lefebvre, je le fais avec raison, se référant toujours au Magistère de l'Église.
      Quant à Amério, lis attentivement l'introduction que j'ai faite à l'édition de Fede&culture: Je ne remarque pas que des défauts, mais aussi la qualité.
      Quant aux théologiens franciscains, que je connais bien et que j'apprécie beaucoup, c'est vrai qu'ils craignent la polémique. En cela, ils peuvent aussi être un exemple pour nous Dominicains.
      cependant, dans certaines situations graves, pour le bien des âmes et pour les défendre de l'erreur qui fait perdre la foi et conduit à la damnation, c'est un devoir de se lever avec une énergie prophétique et un sens critique, sans peur des puissants et au prix de la souffrance jusqu'au don de la vie, contre les imposteurs et les falsificateurs de la Parole de Dieu.
      La méthode que j'ai suivie pendant quarante ans de pratique de la théologie m'apporte, à l'école de Saint Thomas et des grands Maîtres de mon Ordre, ne jamais écraser personne, mais pour toujours trouver dans tous les points positifs. Si tu ne parles à personne, ce n'est pas parce que je suis en colère contre lui, mais parce que c'est lui qui est en colère contre moi.

    2. cher.

      s'il vous plaît, de temps en temps envoyez-nous des commentaires parce qu'elle est hilarante.
      Le fait que je sois pire que le Père Giovanni Cavalcoli est un compliment que je ne peux accepter car je n'ai ni la sagesse ni la science pour être "pire" que lui, je prie et j'espère, dans de nombreuses années, réussir - je ne dis pas être "pire" - mais au moins proche de son niveau.
      Par ailleurs, je vous informe que les œuvres de Romano Amerio - sans doute grandioses mais également sans doute douteuses quand à partir de sa profession de philosophe il commence à faire celle de théologien et ecclésiologue - ne font pas partie des Livres de l'Apocalypse.. A moins qu'Amerio n'apparaisse dans un manuscrit perdu trouvé dans les grottes de Qumran. Ou peut-être avez-vous enfin découvert ce qu'est réellement la source dite « Q »? par hasard, cette source, est le travail iota Unum par Amério?
      Je n'ai pas besoin d'être un "infiltré", J'ai toujours été proche de l'Ordre Dominicain, non seulement pour ma révérence pour saint Thomas d'Aquin mais aussi pour celle que j'ai pour ce grand saint homme de Dieu par Domingo de Guzmán; J'ai aussi toujours été inspiré par le style des grands prédicateurs dominicains qui selon moi ont donné naissance à l'art de l'homilétique.
      Ce qui m'intéresserait plutôt de savoir, c'est qui sont les grands théologiens de la grande école franciscaine dont elle dit s'inspirer de la douceur., car je ne connais que San Bonaventura di Bagnoregio.
      Au cas où vous voudriez être l'ambassadeur de notre île de "Domini canes”Et être accrédité par nous à la grande école théologique franciscaine, sachez que nous vous donnerons un mandat immédiatement, prévoyant immédiatement la mise en place de la légation diplomatique.

  3. Toi Père Cavalcoli dit: “L'Eglise recommande et les commandes, ordinairement, le novus ordo, car pastoralement il est plus adapté à la situation d'aujourd'hui.”

    Alors pourquoi évidemment plus efficace?

    “Le fait est que tout ce qu'il veut, c'est juste l'efficacité, efficacité illimitée, c'est le moins qui est vraiment efficace, […] alors que ce qui semble le moins efficace (si elle se situe dans un ordre supérieur aux activités liées à la matière) c'est celui qui a la plus grande efficacité réelle. […] Il existe de nos jours, chez de nombreux chrétiens et aussi, peut-être sans qu'ils en soient clairement conscients, chez les prêtres et religieux dont le nombre est alarmant (Je l'ai surtout avec ces clercs), une tendance à donner la primauté à l'efficacité sur la Vérité. […] Parlez-nous de l'efficacité! Le résultat serait la défection d'une grande multitude. Le jour où l'efficacité prévaudra sur la Vérité ne viendra jamais pour l'Église, car ce jour-là, les portes de l'enfer prévaudraient sur lui.” (J. Maritain, Le paysan de la Garonne, ed. Le cercle, pp. 98,99)

    saluant la Cordially. Loué soit Jésus Christ.

    1. Cher Riccardo,

      je ne veux absolument pas “seulement l'efficacité, efficacité sans limites“. Le Concile n'en a pas voulu non plus dans sa réforme de la liturgie. Tu me fais dire à moi et à l'Église ce qu'on ne dit pas du tout, et nous avons l'air bien, depuis, comme le souligne bien Maritain, qui, après tout, est mon professeur, une telle chose serait malhonnête et opportuniste, sur le style de morale de Nietzsche ou Machiavel.
      Au lieu de cela, vouloir de l'efficacité, quand vous voulez le bien ou poursuivez une fin honnête avec des moyens honnêtes, il n'est en aucun cas interdit ou indésirable, mais c'est un devoir et une source de mérite.
      Efficacité en fait, en général, c'est la force avec laquelle une cause produit l'effet. bien, si la cause est bonne, plus l'efficacité de l'effet sera louable!
      Le mal est, comme le souligne bien Maritain, en recherchant l'efficacité pour elle-même, que notre action suive ou non la loi morale. Mais c'est la loi des criminels ou au mieux du monde.
      Il ne vous semble jamais que la réforme du Conseil ait été dictée par ce souci?
      Ensuite, j'expliquerai ce que je voulais dire exactement, c'est-à-dire ce que le Concile a voulu faire exactement avec la réforme de la messe.
      Il voulait simplement apporter des modifications accidentelles ou contingentes au cérémonial, en préservant évidemment l'essentiel du Rite, afin de mieux connaître la beauté de cela mystère, qui est la sainte messe, avec l'introduction de quelques astuces ou méthodes ou formes d'expression, linguistique, symbolique, gestuelle ou rubrique, qui facilitent la compréhension pour les gens de notre temps, le goût mystique, contemplatif et adorant le Mystère célébré sur l'autel. C'est tout.
      Donc au final, sûrement, une plus grande efficacité est en jeu. Mais quelle efficacité plus bénie que celle qui nous rapproche du Christ sacrement dans la divine liturgie?

      1. cher Père, dans ce que j'appelle prophétique Bref examen critique du Novus Ordo Missae, daté 1969 et ayant comme auteurs les cardinaux Ottaviani et Bacci, je trouve les causes, aussi mais pas seulement, de la profanation de la liturgie que vous indiquez parmi les nombreux maux qui affligent la catholicité, dans « Karl Rahner, Le Conseil a trahi " (ed. Foi et Culture, une fois. 17), travail dans lequel sur les pentes du Père Fabro, vous avez savamment cabossé la limousine théologique du jésuite allemand. Les deux Princes de l'Église ont rapidement souligné les aberrations et aberrations liturgiques, comme le grave vulnus dans le lien étroit entre fides quae et fides qua, infligée par le symbolisme extrême et la doctrine de la transsubstantiation contestée avec l'arrogance moderniste. C'est un exemple très flagrant, d'abandon de "l'ordre supérieur à celui des activités liées au sujet" et que, citant encore Maritain, il n'est efficace que pour ce qu'"il expose les âmes des gens à une belle désintégration intérieure et risque de les rendre infirmes spirituels difficiles à soigner".
        Je vous salue fraternellement en Christ, être toujours loué.

        1. Cher Riccardo,

          je Cardd. Bacci et Ottaviani ont exposé leur point de vue excessivement préoccupés par les dangers qui pourraient être inhérents à la Novus ordo. Cela ne plaisait pas du tout à Paul VI.
          Sans doute l'Eglise, comment le cérémonial du Vetus Ordo, demain ça pourrait changer l'actuel. Et il y en a aussi aujourd'hui, comme Benoît XVI l'a laissé entendre, raconter “réforme de la réforme”, qui pourrait entraîner la récupération d'éléments de la Vetus Ordo abandonné dans Novus.
          Pas de bon sens catholique, qui n'est pas empoisonné par le modernisme, questionne la beauté, la sublimité et la légalité de la célébration, dans des circonstances particulières, la Vetus Ordo.
          Cependant, le bon catholique accepte avec un esprit d'obéissance serein et confiant le Novus déclaré par l'Église comme un rite ordinaire et donc actuellement officiel.
          Les raisons pour lesquelles l'Église au Concile Vatican II a décidé une réforme du cérémonial, sont bien connus et sont exposés dans le Sacrosanctum Concilium dal n.47 al n.54. En substance, le Conseil a été ému par les cas suivants:

          1. Pour rendre le Rite plus compréhensible aux hommes de notre temps;
          2. Permettre aux fidèles de participer plus activement (hommes et femmes) à la fête;
          2. Donner à la façon dont nous célébrons une orientation œcuménique;
          3. Soulignez que l'offrande du Sacrifice n'est pas seulement celle du célébrant, mais de tout le peuple sacerdotal de Dieu;
          4. Insister davantage sur le fait que la messe est un précurseur de la résurrection, et donc du banquet messianique et de la joie.
          L'important à ce stade est de se rappeler que lorsque l'Église procède à une réforme du cérémonial, quelque chose qui s'est produit plusieurs fois au cours des siècles passés, cérémonial qui est une chose accidentelle et contingente, l'Église veille à ne pas toucher ou altérer le Rite dans son essence ou sa substance surnaturelle, car il n'a pas le pouvoir, le Rite étant institué une fois pour toutes par le Christ.

          L'église dans la messe, vetus la Novus ordo C'est, ça n'a toujours rien fait, aujourd'hui et jusqu'à la fin des siècles, ce que le Christ a fait: Fais ça dans ma mémoire.
          donc, l'accusation faite par les Lefebvriens que le Concile aurait changé l'essence de la messe est fausse et en effet hérétique; de même qu'il s'agit d'un acte d'impiété hérétique accompli par certains célébrants modernistes, qui osent changer le Canon de la messe à leur guise.
          Quant à Rahner, il est l'inspirateur des messes modernistes profanes et bizarres, qui n'ont rien à voir avec l'authenticité, digne, diligent, aussi, célébration fidèle et dévouée à Novus ordo recherché par Vatican II.

  4. Pour n'en nommer que quelques-uns, je me souviens que la messe était autorisée “contre le peuple” (ce n'est pas que le prêtre a d'abord tourné le dos à l'assemblée; les deux en premier, prêtre et assemblée, ils faisaient face à Dieu), Sainte Communion dans la main, l'élimination totale des chants latins et grégoriens au profit de la langue vernaculaire et des chants qui laissent peu de place à DIEU. La liturgie n'a pas à être là “cantine du mot”, pour cela il y a d'autres moments de catéchèse. La liturgie est l'offrande du Fils au Père qui est déjà préparé dans l'offertoire pour culminer dans le Sacrifice de la Croix et la victoire de la Résurrection. E’ le Fils qui s'offre, par le prêtre, mais “le fruit de la terre et de notre travail”. Il n'y a ni pain ni vin, mais le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus-Christ. la “le mystère de la foi” c'est si grand que certains mots sont chuchotés par le prêtre lui-même, au lieu de les proclamer. Le prêtre est l'intermédiaire entre le Fils qui s'offre au Père dans le pardon des péchés et l'assemblée qui, par le prêtre lui-même, participer à l'offre de “Hôtes” (victime). L'espace m'oblige à fermer, mais la beauté de la VO est à admirer…

  5. Je crois au rite romani “l'expérience est plus ancienne” est la bonne tandis que la “Le nouvel ordre de masse” n'est pas tout à fait. De là à dire que la NOM est gravement illégale et même déconseillée, en l'absence de l'ancien Rite, ce ne passa ! Personnellement, je me fais le dimanche 30 + 30 Km pour aller à une église où l'on pratique l'Ancien Rite, mais je le fais avec contentement car je crois que notre liturgie est dans le Vetus Ordo (VO), car le fait fondamental est la réaffirmation que la Sainte Messe est, en substance, un sacrifice identique à celui du Calvaire, se nettoyer sous une forme exsangue, nous est passé intact, dans le temps et l'espace. La NOM tend à amplifier le sentiment de “cantine du mot”, par rapport à “Table de l'Eucharistie” de la VO. Dans la VO chaque mot, chaque geste, même les silences et les murmures, ils sont précis, pas au hasard et vécu jusqu'au bout. Gardez à l'esprit que le NOM n'est pas le fruit des décisions du Concile Vatican II: Ceux qui la considèrent comme invalide se réfèrent à ce (ou ne convient pas) la nouvelle liturgie. la “art sacré” n'avait JAMAIS envisagé les changements apportés comme “expérimentation” et qui je suis maintenant, malheureusement, la…

  6. Ils n'ont jamais remis en question sa validité, cependant ils ont toujours affirmé que le NON est gravement illicite, et pendant des années, et je crois encore maintenant, ils invitaient les fidèles à sauter tranquillement le précepte du dimanche s'ils ne pouvaient pas aller au VO et à y remédier avec un chapelet…pardonne moi mais, si ce n'est pas une incitation au péché mortel, je ne sais pas quoi dire d'autre…

  7. je trouve la dernière partie intéressante: “l'Église conseille et ordonne, ordinairement, le novus ordo, pastoralement parce qu'il est plus adapté à la situation actuelle”.

    c'est toujours le cas, après 40 âge? Il y a de la confusion autour. Les laïcs sont partout, la messe est humiliée par des prêtres / forains ou par des caprices liturgiques (neocatecumenali).

    Un retour au rite antique ne serait pas un remède contre ces maux?

    Bon dimanche!

    1. Cher Paul,

      Il y a une limite même au romantisme et même au manque de mémoire historique, croyez-moi. Ou peut-être pensez-vous vraiment qu'avant la réforme liturgique du Concile Vatican II, les célébrations sacrées ont toutes été réalisées par de saints prêtres, dans une atmosphère de sacralité, du mysticisme, de dévotion absolue au sacré?
      Il n'a aucune idée des appels durs qui ont été faits par le bienheureux Pie IX, de Léon XIII, par San Pio X, par Pie XI concernant la négligence des prêtres, le manque de bienséance et de respect de la part des fidèles? Et vous l'esprit, Je n'ai pas touché à Pie XII exprès pour ne pas taquiner le mécontentement de ceux qui tournent le nez aussi sur lui comme coupables d'avoir réformé les rites sacrés de la Semaine Sainte dans les années 1950.
      Vous savez que dans les archives historiques diocésaines il y a des centaines de lettres des évêques à leur clergé, des décrets épiscopaux et enfin des sanctions canoniques imposées aux prêtres, précisément liés aux célébrations sacrées et à l'administration des sacrements?
      Il sait combien et combien sont les documents qui restent dans les registres dans lesquels les ordinaires diocésains reprochaient à leurs prêtres sur des tons souvent menaçants, car bon nombre d'entre eux ont célébré 7/8 minutes une messe de la feria, en sautant à trois ou quatre chuchotements les parties que le célébrant aurait dû réciter à voix basse mais que beaucoup ne récitaient pas du tout?
      En des temps idylliques, toute spiritualité, mysticisme et respect du sacré auquel vous semblez faire allusion, il y a eu des abus liturgiques à faire pâlir certaines franges des néocatéchuménaux les plus tapageurs d'aujourd'hui; et des formes de laisser-aller pas comparables à celles que l'on peut trouver dans certaines églises aujourd'hui.
      On ne peut pas changer le passé pour se leurrer que dans le passé tout était bon et saint.

      1. Qu'avant elles étaient toutes des roses et des fleurs du point de vue liturgique (et musical) je n'y crois pas, ne vous inquiétez pas.

        De sa réponse, cependant, il me semble presque que le babel des langues et des manières de célébrer résultant du nouveau rite est heureux.

        Passe une bonne semaine!

        1. Cher Paul.

          S'il vous plaît, ne me blâme pas de faire allusion à ça “le babel des langues et des manières de célébrer résultant du nouveau rite est presque heureux”, parce que je ne pense pas et je ne l'ai pas dit, être l'un de ces prêtres qui ne soupiraient même jamais, pas même un arc qui n'est pas écrit dans le Missel romain.
          J'ai 51 années et je me souviens très bien quand j'étais 8/9 et je suis allé au catéchisme pour me préparer à la première communion, on parle donc d'environ 42 il y a quelques années. J'étais l'un des très rares enfants à aller à l'église accompagnés de leur père et de leur mère, qui ont assisté à la messe du dimanche. La majorité absolue des autres enfants n'étaient accompagnés que de leur mère, très peu de pères; et ces quelques-uns se sont levés à l'arrière de l'église. Dès que le prêtre a commencé à prêcher après la lecture de l'Évangile, ils sont sortis de l'église pour aller fumer dans le cimetière, et dès que le prêtre avait fini, ils revenaient, restant impétueux au fond de l'église sans répondre à aucune invocation.
          Vous listerez les églises d'aujourd'hui pour moi – y compris celles envoyées par certains groupes de certains néocatéchuménaux sans scrupules; et je répète “certi” – où ces choses ont lieu actuellement. Si quoi que ce soit, aller parler à des prêtres de plus de 80 ans, pris au hasard ici et là, qui ont connu la situation précédente et la situation actuelle et leur demandent s'ils ont de la nostalgie pour ces moments merveilleux. Si quoi que ce soit, leur demander – à ces quatre-vingts ans – aussi autre chose: s'ils ont la nostalgie des confesseurs qu'ils ont connus et vécus lorsqu'ils ont eu 15/16 âge.
          Je réitère ce que j'ai écrit dans mon récent article: “Quand on n'a pas l'envie ou la force d'affronter la réalité présente avec toutes ses richesses et ses gros problèmes, il y a ceux qui reculent devant le passé qui ne doivent pas passer par”, ce qui à mon avis est faux et dangereux.
          en fait, avant que le Concile de Trente n'intervienne sur certaines questions de discipline ecclésiastique, dont certains sont aussi directement ou indirectement liés à la liturgie sacrée, il y avait des situations indescriptibles, en ce qui concerne la discipline des sacrements.
          A la fin du XIXe siècle, nombre de nos églises étaient équipées d'orgues munis de tambours, diverses batteries et hochets, car pendant les célébrations sacrées les organistes jouaient de la musique d'opéra profane, puis il arrivait que les gens allaient communier tandis que le “la plus sainte” orgue qui n'a certainement rien à voir avec les guitares d'aujourd'hui “sacrilège”, il jouait les airs de la Traviata ou de la Joyeuse Veuve.
          je répète, aujourd'hui, par rapport à d'autres temps passés plus ou moins récents, on passe comme on dit luxe, Je dis, l'histoire de l'Église le documente.

  8. Je suis beaucoup les publications du monde traditionnel, même celui de la FSSPX, et malgré une opinion négative sur la façon dont se déroule la messe Novus Ordo, ils n'ont jamais remis en question sa validité.

    1. Guido Cher.

      parfois, le mépris, d'où l'invitation implicite au mépris, cela peut être plus dommageable et nuisible que de déclarer quelque chose invalide. Évaluez-vous les tons inacceptables du point de vue ecclésial et pastoral avec lesquels vous vous êtes exprimé en 1987 Mgr Marcel Lefebre.
      Vous pouvez tout trouver sur le site officiel de la Fraternité Saint Pie X dans le paragraphe “Sans la messe tout s'effondre“.

      http://www.sanpiox.it/public/index.php?option=com_content&view=article&id=205:la-fraternita-sacerdotale-san-pio-x-e-roma&catid=64&Itemid=81

      L'ensemble du texte contient des critiques et des attaques inacceptables, surtout s'il est fait par un évêque contre la communion et l'unité de l'Église qui à travers un concile œcuménique a établi non seulement et pas tant une réforme liturgique, mais il établit de nouvelles doctrines fondées sur la tradition et sur le dépôt immuable de la foi.

Les commentaires sont fermés.