Père Ariel Auteur

aimer la joie. casque SIAT, cependant, payer des impôts, parce que le paiement des impôts est un véritable dogme de foi

LA JOIE DE L'AMOUR. SIAT CASQUES, MAIS payer des impôts, POURQUOI LE PAIEMENT DES DROITS ET A LA FOI DE VRAI DOGMA

.

Il est facile et confortable d'entrer dans le doigt d'autres personnes pointant chambres de la peine comme un nouveau dogme de la foi « tant qu'ils vivent comme frère et sœur '. Je vais, hypocrites jamais, que «coulez le moucheron» dans les chambres d'autres personnes, puis "vous avalez un chameau" [cf. Mont 23,24] êtes-vous prêt à accepter, faire le vôtre et répandre dogme incontestable de la foi: « Donnez à César ce qui est à César», alors payer les impôts sans murmure, surtout sans azzardarvi dire qui sont riches et qui ne sont pas à droite?

.

.

Père Ariel Auteur

Auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Article au format PDF imprimable

.

.

Père Ariel Caro.

Une expropriation prolétarienne a eu lieu dans l'Église! En fait, si j'ai bien compris les propos du lecteur qui signe son commentaire sur son article comme "nonsonobigotto”, un nom qui est un programme, en pratique cela arriverait: la Hiérarchie trahit, puis par le peuple, contre toute idée hiérarchique, le "Saint-Esprit" susciterait des poches de résistance composées de canonistes très humbles et de théologiens improvisés qui seraient capables d'écraser les traîtres choisis par le Christ et qui avec une révolution bolchevique rendraient la foi à l'Église, plutôt, ils le rembourseraient à partir de zéro comme ils le comprennent, c'est-à-dire Dieu ... Exceptionnel! Nous sommes seuls dans la destruction idéologique et théologique de tout le Magistère de l'Église, mais les très humbles théologiens qui attaquent le pape tous les jours en connaissent un de plus que le diable et alors... alors, allez: à la rescousse!

Giorgio M.G.. locatelli

.

.

.

Pape signature

Le pape Francis a signé l'Exhortation post-synodale La joie de l'amour

Avec votre question notre lecteur se concentre sur un problème qui a ses racines dans la fin des années quatre-vingt début des années quatre-vingt-dix et qui se développe au sein de l'Église grâce à la mieux que le pire du post-conseil. Et quand je dis mieux que le pire du post-conseil, Je ne parle pas du Concile Œcuménique Vatican II, plutôt l'inverse: Je fais référence en fait à la pire des trahisons qui ont eu lieu dans ce grand concile de l'Église par tous ceux qui, se déplaçant sous le dangereux prétexte de l'interprétation de ses textes et de son esprit, ils ont fini par donner vie à ça egomenico Conseil de théologiens qui n'a jamais été célébré et qui n'a jamais été écrit par les Pères de l'Église.

.

Ces sujets que j'appellerai théologatres traîtres au conseil, ont créé une grande confusion sur ce que sont dans l'Église les fonctions des laïcs participant au sacerdoce commun des baptisés par le sacrement du baptême, et les clercs, choisis par le mystère de la grâce et institués par le sacrement de l'Ordre et seuls participants au sacerdoce ministériel du Christ, ainsi que les gardiens légitimes du la tâche d'enseigner, un cadeau qu'aucun profane, même pas un laïc titulaire d'un doctorat en théologie, peut faire de l'exercice avec autorité et le grâce dont le prêtre revêt le bidon et doit l'exercer fonction consécration. Cette énorme confusion a créé des situations désormais ingérables, grâce au cri de « collectif syndical » ou « collectif de gauche » résumé dans le slogan dévastateur: «Plus de dialogues, plus de collégialité, plus de démocratie dans l'Eglise ". Un cri auquel le slogan s'ajoute en conséquence: « Plus de place pour les laïcs dans l'Église ».

.

Basé sur cette prémisse, donner vie à une situation qui apparaît aujourd'hui incontrôlée et incontrôlable - comme on peut le voir de blog en blog, où même le dernier des laïcs qui est passé par le catéchisme se sent théologien et excellent canoniste, à tel point qu'il est considéré dans le droit de contester depuis le Pontife Romain jusqu'au dernier prêtre de’le monde catholique - deux facteurs différents ont contribué qui, se joignant, ont créé les effets explosifs que l'union du potassium avec le soufre peut créer: la chute du mur de Berlin et la prise de contrôle incontrôlée de certains mouvements laïcs sous le pontificat de Jean-Paul II, en particulier Néocatéchumènes et Charismatiques.

.

Procédons dans l'ordre, à partir de cette grande armée de gens des années soixante-dix, à suivre tout au long des années 1980, ils appartenaient aux grands "église messianique communiste". Je parle des enfants de "l'imagination au pouvoir", de "l'interdit d'interdire", convaincu que dans le « paradis prolétarien » du «Sainte mère L'Union soviétique "laisse briller le" soleil du futur ". Je me réfère à ceux qui, idéologique et beaucoup plus aveugle que l'aveugle de Jéricho [cf. Mc 10, 51-52], quand les chars Les Russes ont envahi en août 1968 Prague, sans prononcer un discours et loin de condamner cette action, ils ont simplement déplacé en silence leur besoin irrépressible d'« idéologie messianique » vers la Chine Boucher Mao Zedong. Le mythe chinois est également tombé, ici, ils transmigrent en masse vers le Cuba exotique du dictateur Fidel Castro, transformer cet être abject et sanguinaire d'Ernesto Guevara en un "doux Christ", surnommé pas par hasard par les boliviens le cochon [porc], pour indiquer à quel point il était sale à l'extérieur et sale à l'intérieur.

.

Nen novembre de 1989 Le communisme s'effondre imploser sur lui-même, événement historique sanctionné par des images de la chute du mur de Berlin. À ce moment-là, cette armée d'orphelins idéologiques sans plus de patrie ni de messie, jeté de l'Europe à la Chine aux Caraïbes Cuba, se retrouvent face à ce que leur bien-aimé Sigmund Freud appellerait le "processus de deuil". Le problème est que ces personnes n'ont pas du tout fait le deuil, mais encore une fois ils ont procédé - encore une fois en utilisant un terme freudien - à un processus de traduction. Alors voilà quel paradoxe, l'église catholique, leur ennemi acharné jusqu'à hier, avec son Paul VI moqué dans le journal satirique de la gauche radicale Mal et avec son Jean-Paul II accusé jusqu'à peu auparavant par le même d'anachronisme et d'anticommunisme idéologique aveugle d'une matrice cataclysmique, est devenu - et je le répète: par paradoxe et non par la foi - leur point de refuge, leur dernier recours.

.

Cette horde barbare d'anciens idéologues, ils ne sont pas entrés ou ré-entrés dans l'Église par un cheminement de foi et de purification pour atteindre ainsi la transformation, plutôt l'inverse! Ils y sont entrés les jambes droites et se sont amenés comme ils étaient, au point de créer en son sein un processus de transformation très négatif. Le tout sous les yeux du Souverain Pontife Jean-Paul II qui malheureusement, les émissions de preuves, ce problème ne semble pas l'avoir vraiment perçu. En fait, je doute que ce Saint Pontife, lors de certaines de ses rencontres océaniques, jamais compris que de l'acclamer comme un chef ils étaient les mêmes que jusqu'à récemment, de la manière habituelle mais surtout avec le même esprit, ils avaient acclamé le Soviet de Moscou, puis Mao Zedong, puis Castro et Ernesto Guevara. Et si ce n'étaient pas les protagonistes directs concernés qui l'acclamaient depuis des lustres, ils étaient leurs enfants nés et élevés dans cet esprit et qui sont d'abord devenus aussi jeunes, puis à l'âge adulte, pires que leurs propres parents.

.

Ces sujets, qui ont besoin de "structures solides" qu'ils exercent sur eux une pression psychologique à la fois individuelle et collective, où ils pourraient converger? Mais il est évident: comme les cochons racontés par l'Evangile qui sautent de la falaise [cf. Lc 8, 26-37], ils ont fusionné avec les Néocatéchumènes et les Charismatiques, à l'intérieur duquel il y a un chef, un guide fort qui exerce une pression sous prétexte de collectivisme appelé maintenant communautarisme; ou de la démocratie appelée maintenant participation des laïcs, O collégialité.

.

L'Autorité Ecclésiastique de moins en moins vigilante et aveugle, n'a jamais voulu passer au crible le nombre d'orphelins inconsolables qui ont grandi dans les rangs du Parti communiste, ou bien pire que Lotta Continua et la démocratie prolétarienne, qu'aujourd'hui, plus de soixante, ce sont des méga-catéchistes célèbres et incontestés du Chemin Néocatéchuménal, qui, loin d'avoir été réellement convertie et transformée, ils ont juste changé de camp en gardant le même esprit de base, à partir de l'esprit répressif et coercitif envers ceux qui aujourd'hui n'appellent plus comme hier "sales fascistes", ils les appellent "fermés au Saint-Esprit", ou plus simplement "sous influence diabolique". Le style change mais le fond reste le même: la diabolisation et peut-être la destruction de tous ceux qui ne pensent pas comme eux. À cet égard, je me réfère au savant article de mon sage collaborateur Jorge A. Facio Lince sur le communisme Gramscien [cf. QUI].

.

Ça fait vraiment mal qu'un connaisseur expert de l'idéologie communiste comme le Souverain Pontife Jean-Paul II, jamais remarqué la situation dangereuse qui se créait au sein de l'Église. Mais d'autre part, i Neocatecumenali, ils avaient adopté des comportements particulièrement chers au futur Saint Pontife: d'abord la famille et les enfants, d'où l'hommage à la morale sexuelle. Et cela ne l'a pas amené à s'interroger sur ce qui est très négatif, au niveau ecclésial, il y avait dans cette secte dans laquelle, d'une part les enfants cuisinaient et la morale sexuelle si chère à Jean-Paul II était promue, mais d'autre part, une église a été créée dans l'Église, une communauté au sein de la communauté ecclésiale, En bref: une véritable secte para-catholique.

..

C'est vrai, les Néocatéchumènes ont fait de la liturgie sacrée et de l'Eucharistie ce qu'ils voulaient et comment ils voulaient; ils ont fait une énorme confusion entre le sacerdoce commun des baptisés et le sacerdoce ministériel du Christ, proclamer sur les toits que nous étions tous prêtres; ils avaient un catéchisme parallèle et partaient en mission dans le monde pour annoncer le "verbe sacré”Par M. Kiko Arguello… cependant, ils ont eu des enfants et ont condamné la contraception et le laxisme en faisant la promotion de la morale sexuelle. Et pendant que cela se passait, aucun des solons du Saint-Siège ne s'est demandé: mais le centre, le cœur et le moteur de la vie de l'Église, c'est cette Eucharistie détruite par les arbitres des Néocatéchumènes au point de frôler le blasphème et la profanation, ou l'interdiction morale d'utiliser des pilules contraceptives et des préservatifs? En bref: la Parole a été faite chair, ou la Parole a été faite contre les contraceptifs?

.

Si le Mouvement Néocatéchuménal, au lieu de promouvoir une morale sexuelle et familiale pour ainsi dire "plus rigide", avait plutôt favorisé un certain laxisme, Jean-Paul II n'aurait pas hésité un instant à les déclarer "hors-la-loi" et à les balayer d'un coup de balai. Mais depuis, bien qu'au prix de leurs ravages eucharistiques, de leurs immenses abus liturgiques et d'une conception mal comprise et promue du sacerdoce, les néocatéchumènes défendaient la famille et la morale sexuelle, si je m'en sortais toujours et en tout cas, et surtout sous le long pontificat de Jean-Paul II.

.

Quiconque voulait m'accuser: "Comment osez-vous critiquer un Saint?». Je réponds que je n'ai jamais critiqué le magistère suprême de ce Saint Pontife, Je l'ai toujours promu et je continue encore à le promouvoir aujourd'hui. Et quiconque veut approfondir le discours théologique et doctrinal sur le fait que les Saints, en dépit d'être tel et en tant que tel un modèle de vertus héroïques, ils ne sont pas parfaits, peut aller lire, dans les archives deÎle de Patmos, un vieil article de moi appelé: «Les saints désagréables, Papes inclus " [cf. QUI].

.

Les résultats de tout cela c'étaient la laïcisation progressive des clercs et la cléricalisation dangereuse des laïcs, avec des conséquences dévastatrices sur le plan pastoral. Je vais maintenant essayer de m'expliquer avec des exemples: dans nos églises le presbytère était circonscrit par la balustrade, dont la fonction était de délimiter et d'indiquer l'espace du soi-disant Saint des saints. À cette balustrade, les fidèles se sont agenouillés pour recevoir la Très Sainte Eucharistie. Et cela s'est produit en ces temps pas si lointains où il ne serait jamais venu à l'esprit de personne de recevoir l'Eucharistie assis sur une chaise à sa place selon les dispositions arbitraires et irrévérencieuses dictées par les seigneurs laïcs Kiko Arguello et Carmen Hernandez.. Et cela dit, une prémisse est maintenant nécessaire: aucun document du Concile Vatican II, commençant par Saint Conseil a jamais établi que les balustrades, et surtout ceux des églises historiques monumentales, de même les autels devant Dieu [face à l'est] ont été renversés, comme le faisaient les prêtres à la place, ou comme les évêques eux-mêmes l'ont fait, faisant souvent d'énormes ravages sur le patrimoine historique et artistique, basé sur le principe erroné que la balustrade était un "vieux signe de division" entre les fidèles et le prêtre. Certaines déclarations et explications, quoique parfois venant d'évêques et de prêtres, ils sont faux et trompeurs, étant donné que la balustrade était un signe de respect sacré, et avait une fonction théologique et pastorale précise toute liée à cette crainte sacrée de Dieu dont on ne parle plus aujourd'hui; et on n'en a pas parlé depuis que je théologatres ils ont commencé à confondre la peur sacrée avec la peur du Père. Et nous avons finalement surmonté, tant au niveau liturgique, tant sur le plan théologique que le… complexe d'Œdipe.

.

Le presbytère est ainsi devenu le lieu de passage des laïcs "Participant" et "actif", avec une présence prépondérante et souvent écrasante de femmes qui s'arrogent des droits et des prérogatives qui ne leur appartiennent pas notamment quant aux hommes laïcs.

..

Initialement beaucoup de prêtres accueilli certaines intrusions dangereuses qui touchaient la sphère de la liturgie et de la pastorale étroitement liée à la figure sacerdotale. Et "enfin" jeter leurs soutanes dignes et austères, maintenant confus en jeans et pull comme des profanes parmi des profanes, les prêtres pouvaient enfin ouvrir les portes à tous ces pires empiètements des laïcs qui, au départ, rendaient les prêtres plus libres de se consacrer à l'activisme politique, aux confabulations sociologiques, à la figure du prêtre homme comme tout le monde au milieu de tout le monde sans différences ni barrières... en somme: laisser les prêtres beaucoup plus libres de s'occuper de leurs propres affaires.

.

Une fois que, qui est allé apporter l'Eucharistie aux malades? Évident, le pasteur. Pas même le diacre, bien qu'il ait la faculté, toujours et à proprement parler le curé. Aujourd'hui, au lieu, qui va là? Mais évident: la « femme pieuse » ministre extraordinaire de la Communion, à laquelle de nombreux curés sont obligés de demander s'il vous plaît la clé du tabernacle. Et qui fut le premier à enseigner le catéchisme aux enfants, ou s'il ne pouvait tenir seul tous les cours de catéchisme, superviser et instruire les catéchistes? Mais évident: le pasteur. Et qui ils étaient, ceux qui ont été nommés catéchistes? Les personnes nommées étaient des hommes et des femmes, presque toujours âgé, modèles reconnus de vertu chrétienne, maîtrise souvent et volontiers, enseignants catholiques à la retraite et enseignants qui, avec toute leur expérience d'enseignement, ont assuré ce précieux service dans nos paroisses. Aujourd'hui, qui arrive au lieu de trouver des catéchistes comme catéchistes ... et je le répète: avant tout et surtout comme "catéchistes"? Mais évident, il arrive souvent de trouver des femmes mortelles dans la vingtaine, pas rarement avec une minijupe, hipster et hanches découvertes, avec des cales de 15 centimètres aux pieds et ainsi de suite. Mais surtout, aujourd'hui, les curés enseignent le catéchisme? Bien sûr que non, une moyenne de 9 le sien 10 ils ne le font pas, parce qu'ils sont engagés dans ... - écoutez, écouter! - activités pastorales! En bref: ils se répandent comme une traînée de poudre et de nombreux curés démesurément et décemment qui n'ont pas le temps de faire communier les malades, ils n'ont pas le temps d'avouer, surtout pour faire des directions spirituelles, ils n'ont pas le temps de faire le catéchisme… et tout ça parce que - et encore je le répète: écouter, écouter! -… parce qu'ils sont engagés dans des activités pastorales. Personnellement, si j'étais évêque - et il va sans dire que c'est un exemple purement académique -, alors j'ai découvert que mes prêtres nommés comme curés n'apportent pas l'Eucharistie aux malades, ils n'avouent pas, ils ne font pas de directives spirituelles, ils ne font pas le catéchisme, tout cela parce qu'ils sont engagés dans… des activités pastorales, Je les appellerais et exigerais qu'on m'informe sur place quelles sont ces activités pastorales très importantes qui sont tout à fait supérieures à celles qu'ils n'exercent pas ou qui, pire, délèguent parfois à des laïcs; Et s'ils ne me donnaient pas plus que des explications plausibles, Je pense que je les jouerais comme on joue de la cornemuse à Noël.

.

Plus de prêtres se sont retirés de leur terre se consacrer à autre chose qu'à des activités pastorales, de l'activisme social et politique à la protection de l'environnement, plus de laïcs, mais surtout les laïcs agressifs, ils ont envahi des champs qui sont en eux-mêmes le terrain pastoral du prêtre. Et si hier, devant un théologien qualifié, pas même les prêtres, parfois même les évêques eux-mêmes n'osaient pas gémir, transmettre la sagesse authentique d'un théologien senior vraiment sage, aujourd'hui il arrive au contraire que même le champion des ignorants de nos laïcs lève le poing en l'air et tape du pied sur le sol pour attiser des disputes humoristiques sans tête ni queue au cri de … "Je ne suis pas d'accord, parce que je pense que …», donc aussi eziandio "Ce que je pense est juste et correct, ce que je ressens ".

.

Tout cela est une conséquence logique du fait que, tandis que le prêtre en jeans et chandail assiste à la réunion du conseil municipal où l'on discute du problème des réfugiés ou de la pollution de l'environnement, les femmes pieuses vont apporter l'Eucharistie aux malades, ils enseignent le catéchisme sans aucune surveillance, ils ont l'église paroissiale comme ils aiment le mieux, les régler motu proprio règles liturgiques, etc.. Et si devant cette prise de terrain le pasteur ne s'adapte pas, voici les laïcs, et en particulier les laïcs, ils lui rendent la vie impossible et complètement invivable. Si donc, devant des curés semblables, les néocatéchumènes entrent dans la paroisse, à ce moment-là, le prêtre assume le rôle de simple "consécrateur d'hôtes”, et une fois la célébration eucharistique terminée, sa place est de s'asseoir dans un silence respectueux à côté du méga-catéchiste kikiano la veille de sa descente de l'échafaudage sur lequel il avait été maçon toute sa vie, et qui lance l'une après l'autre des bévues et souvent de véritables hérésies en matière de doctrine et de foi, notamment dans le domaine de la pneumatologie. Mais malheur de lui dire quelque chose. Premier, car il te répondra que tu es hostile à l'Esprit, seconde, car il vous dira que ce qui compte c'est d'avoir l'Esprit, la troisième, car c'est l'Esprit qui donne la vraie connaissance, pas l'étude, pas la culture théologique.

.

Cette arrogance de plus en plus intolérable - et que je, en tant que prêtre, Je n'ai jamais toléré et n'ai pas l'intention de tolérer dans l'exercice de mon ministère sacré - c'est un élément qui unit à la fois les soi-disant traditionalistes et les soi-disant progressistes. Et recevez, ils promeuvent des collectes de signatures référendaires contre une disposition prise personnellement par le Souverain Pontife, qui, comme je l'expliquais dans mon article précédent, n'est soumise à aucune union humaine [cf. QUI]; secondes, franchir les balustrades et reléguer le prêtre de tous d'un coup de pied au cul, comme un parmi tous, ils ont proclamé - au nom d'un concile qui n'a jamais été célébré et d'un mouvement malade mais pourtant toléré par Jean-Paul II - que nous sommes tous prêtres.

.

Cette armée de canonistes et de théologiens improvisés auquel notre lecteur aigu Giorgio M.G se réfère. locatelli, ils sont le produit d'une situation ecclésiale et ecclésiastique désormais totalement dégénérée. Je suis le produit des enfants de “imagination au pouvoir” il est né en “Il est interdit d'interdire” qui après la chute du mur de Berlin n'ont jamais réussi à faire le deuil et qu'ils ont transféré à l'Église, à travers le processus de traduction, la pire de leurs idéologies, le pire de leur messianisme post-communiste. Tout cela avec un problème majeur: ils ne se sont pas convertis au catholicisme, mais ils ont essayé et essaient encore de convertir le catholicisme à l'idéologie messianique communiste dont ils sont devenus orphelins et dont ils ne se sont jamais séparés; idéologie transférée au niveau éducatif sur leurs enfants, qui sont aujourd'hui encore pires que leurs parents. Et cet esprit délétère et dangereux, a trouvé sa place dans certains mouvements, d'une manière très particulière dans le Chemin Néocatéchuménal.

.

Le débat sur les divorcés remariés il s'agit d'un problème de base: sexe. En fait, si le sexe n'avait pas été impliqué, il n'y aurait pas eu de polémique pré-synodale et post-synodale, Mai!

.

Le problème est que cette armée de pauvres détraqués et dérangés, ils ne parviennent pas à saisir et à comprendre un élément essentiel à la fois de la vie chrétienne et du mystère du salut: nous serons jugés par Dieu sur la charité, indiquée non par hasard par le bienheureux apôtre Paul comme la plus importante des vertus théologales dans un passage de la correspondance paulinienne qui est le cœur de la théologie catholique, toujours connu comme Hymne à la Charité, où il nous recommande:

.

Même si je parlais les langues des hommes et des anges, mais je n'avais pas la charité, ils sont comme un bronze qui résonne ou un clavecin qui tinte. Et si j'avais le don de prophétie et que je connaissais tous les mystères et toute la science, et possédait la plénitude de la foi pour porter des montagnes, mais je n'avais pas la charité, je ne suis rien. Et si moi aussi je distribuais toutes mes substances et donnais mon corps à brûler, mais je n'avais pas la charité, rien ne me profite. La charité est patiente, la charité est gentille; la charité n'est pas envieuse, ne se vante pas, ne gonfle pas, ne manque pas de respect, ne recherche pas son intérêt, ne te fâche pas, il ne tient pas compte du mal reçu, n'apprécie pas l'injustice, mais prend plaisir à la vérité. Tout couvre, tout le monde croit, j'espère tout, supporte tout. La charité ne finira jamais. Les prophéties disparaîtront; le don des langues cessera et la science disparaîtra. Notre connaissance est imparfaite et notre prophétie est imparfaite. Mais quand vient ce qui est parfait, ce qui est imparfait disparaîtra. Quand j'étais petit, j'ai parlé comme un enfant, je pensais comme un enfant, J'ai raisonné comme un enfant. Maman, devenir un homme, ce qui était enfant j'ai abandonné. Maintenant nous voyons comme dans un miroir, d'une manière confuse; mais ensuite nous verrons face à face. Maintenant je sais imparfaitement, mais alors je saurai parfaitement, comme je suis aussi connu. Ce sont donc les trois choses qui restent: Foi, espoir et charité; mais de tous le plus grand est la charité! [Je Cor 13, 1-13]

.

A ceux que le Saint-Père désigne à juste titre comme Pharisiens modernes, Pélagiens, amoureux du légalisme, ou de ce que j'appelle la morale inhumaine qui comme telle ne peut jamais être la morale catholique, un problème sous-jacent échappe: il y a beaucoup de péchés graves, effectivement très sérieux, beaucoup plus grave que les péchés diversement liés au sexe ou au vice dit capital de la luxure, qui vont tous de la ceinture vers le haut. Mais pour eux, au lieu, il n'y a que des péchés qui partent de la taille. Bref, on est face à des gens qui ont un mauvais rapport avec la sexualité humaine, au lieu de cela, ils ont une véritable obsession pour le sexe.

.

En tant que célibataire et lié par le libre choix de sa vie à la chasteté, J'ai été agressé à plusieurs reprises par de terribles urticaires aussi souvent que des seigneurs laïcs, avec une légèreté nauséabonde et une confiance intolérable, ils ont prononcé la phrase comme un dogme de foi: « Les divorcés remariés? A condition de vivre comme frère et soeur, pourquoi alors, ensuite, pouvez …". Et à chaque fois ces jours-ci j'entends la phrase "comme frère et soeur", l'adrénaline fond dans mon sang, Je suis si attentif en tant que pasteur dans le soin des âmes, comme confesseur et comme directeur spirituel, combien de drames vivent certaines familles. Mais surtout je sais, Je fréquente et j'ai des rapports quotidiens avec des divorcés remariés qui ont toujours garanti à leurs enfants la meilleure éducation catholique, au sein de familles authentiquement chrétiennes, dans laquelle l'un des deux époux est, le cas échéant, divorcé et remarié civilement en secondes noces. Un esprit chrétien que l'on ne retrouve malheureusement pas dans beaucoup de familles dites régulières dans lesquelles, quand l'enfant rentre du catéchisme, les parents s'amusent à lui dire en plaisantant et en méprisant l'exact opposé de ce qu'on leur expliquait en paroisse, les instruisant dès l'enfance à comprendre que « les prêtres et tous ceux qui entourent les prêtres, a toujours dit beaucoup de débit binaire». Cette phrase citée m'a été donnée il y a trois ans, pendant la confession, par un adolescent qui trois jours plus tard recevrait le sacrement de confirmation dans la cathédrale de San Gimignano, où j'étais juste pour avouer les prochaines confirmations.

.

D'autant plus que je suis prêtre et pasteur au soin des âmes, par mystère de grâce dispensateur des sacrements, Je ne me suis jamais permis et ne me permettrai jamais de pointer du doigt certains “couples irréguliers” prononcer la phrase pharisienne: "Tant que tu vis comme un frère et une soeur", je suis tellement conscient, en tant que confesseur et directeur spirituel, que les pires péchés contre la charité, presque tous et à proprement parler de la ceinture vers le haut et sont commis par de nombreuses personnes qui vivent dans des situations matrimoniales et familiales de fait et de droit pleinement conformes et régulières aux lois canoniques.

.

Le manque de délicatesse de ces néo-pharisiens qui condamnent de l'empyrée de leur colossale ignorance théologique et canonique au nom d'une loi dure qui est leur loi humaine et non la loi divine du Christ, c'est une source de douleur et d'embarras pour moi, surtout quand elle se conjugue avec la présomption d'honorer et de se sentir à ce titre de vrais et authentiques catholiques, défenseurs de la seule et vraie foi.

.

Mais amenons maintenant la question à un niveau strictement théologique. Les partisans indomptables du "dogme" "tant qu'ils vivront en frère et soeur", faire référence à une déclaration de Conseil Pontifical pour les Textes législatifs [cf. QUI] ce que, puisqu'il ne s'agit nullement d'un acte solennel du magistère infaillible, j'ai donc discuté et légitimement réfuté dans mon article précédent [cf. QUI]. Un énoncé dans lequel une expression paulinienne est utilisée comme support qui constitue un énoncé de principe général, tourné comme tel vers le péché, génériquement, pas à un seul péché spécifique:

.

C'est pourquoi quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur d'une manière indigne, péchés contre le corps et le sang du Seigneur. Chaque, donc, examiner lui-même, et ainsi manger du pain et boire de la coupe; car quiconque mange et boit sans reconnaître le corps du Seigneur, il mange et boit sa propre condamnation [1 Cor 11, 27-29]

.

Colombe, le Saint Apôtre fait expressément référence aux adultères et aux concubines? Il se réfère au péché, peut-être pourrait-il même traiter ces nombreux péchés allant de la ceinture vers le haut, étant donné que pour l'Apôtre, la reine des vertus, c'est la charité; et la charité est également diversement liée à la sexualité humaine, indubitablement, mais certainement pas et pas seulement à la sexualité humaine.

.

En supposant que ces défenseurs de la vraie et unique vérité, s'élever à la doctrine immuable de l'Église, ou plutôt une loi ecclésiastique positive du vrai et propre dogme de la foi, ils utilisent comme support une affirmation de principe général du Bienheureux Apôtre Paul, je pense que tous, c'est-à-dire des théologiens improvisés et des canonistes de la dernière heure qui de blog en blog débattent avec une dureté de cœur impitoyable sur des événements qui touchent à un sujet très délicat comme la famille, offrent maintenant une réponse entièrement théologique et juridique à la La question que je vais maintenant leur donner à tous.

.

Adopter son propre principe, Je ne me référerai pas maintenant à une déclaration générique telle que celle du Bienheureux Apôtre Paul, mais à une déclaration claire et précise adressée à un fait également clair et précis, prononcé non par un Apôtre, mais du Verbe de Dieu incarné, de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui s'exprime ainsi:

.

Puis les pharisiens, retraité, ils ont pris conseil pour voir s'ils l'ont surpris dans ses discours. Alors ils lui envoyèrent leurs disciples, avec les Hérodiens, pour lui dire: "Maestro, nous savons que tu es véridique et que tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité et que tu ne crains personne parce que tu ne regardes personne en face. Alors donnez nous votre avis: Il est permis ou non de payer l'impôt à César?». Mais Jésus, conscients de leur malice, Il a répondu: « Hypocrites!, Pourquoi me tentez-vous? Montrez-moi la pièce d'impôt ". Et ils l'ont amené une pièce d'argent. Il leur a demandé: "A qui appartient cette image et l'inscription?». Ils lui ont répondu: "César". Puis il leur a dit: « Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». A ces mots, ils furent surpris et, laisse le, ils sont partis [Mont 22, 15-22].

.

Simplement dit,: si l'Apôtre Paul n'affirme pas que les concubines et les adultères ne doivent pas avoir accès à l'Eucharistie, à moins qu'ils vivent comme frère et sœur, dans ce passage clair et précis de l'Evangile la Parole de Dieu répond en affirmant que les impôts doivent être payés à César, ce qui implique un avertissement clair: il n'est pas permis de ne pas payer d'impôts.

.

Dépenserunque a étudié l'Ecriture Sainte avec tout ce que cela comporte de connaissances anthropologiques et historiques, il sait ce que cela signifiait de payer des impôts dans l'ancienne Judée. Parmi les provinces romaines, la Judée était la plus harcelée, les taxes étaient très élevées; et ceux qui n'ont pas payé d'impôts, parfois ils ont dû succomber à des douleurs qui n'étaient pas pour les subtils. Dans la meilleure hypothèse, les fraudeurs fiscaux ont été fouettés sanglants, d'autres ont payé directement de leur vie, et dans le but "pédagogique" d'effrayer les autres fraudeurs fiscaux, ils étaient parfois condamnés à la peine de crucifixion.

.

Dans l'ancienne Judée, les agents de la Guardia di Finanza ne sont pas arrivés rédiger des procès-verbaux et infliger des amendes souvent, À nos jours, plus ils sont élevés, plus ils ne sont pas payés. Nous connaissons tous des fraudeurs fiscaux condamnés mais immédiatement en liberté qui nous dépassent avec leurs voitures à cent mille euros. Mais ce n'était pas le cas en Judée: les impôts n'étaient pas seulement élevés, ils étaient juste injustes; ce n'est pas un hasard si les juifs appelaient les romains "peuple affamé".

.

Maintenant, vous comprenez, amoureux de la morale dure et pure, inamovibles dispensateurs de sentences même envers les actes doctrinaux du Pontife Romain, ainsi que les défenseurs du dogme de la foi "tant qu'ils vivent en frère et sœur", que devant l'avertissement "donne à César ce qui appartient à César", nous sommes face à une véritable expression dogmatique de la foi éternelle et immuable, loi divine à l'état pur, certainement pas face à une règle de principe concernant le péché exprimée en termes généraux par un Apôtre, car nous sommes ici face à un dogme clair et précis qui ne permet pas la discussion, et le dogme est le suivant: « Payer des impôts à l'État».

.

Je peux déjà entendre vos voix de loin, chers théologiens improvisés et canonistes inamovibles sur la peau des autres, et ensemble avec vos voix j'entends toutes vos raisons et justifications, qu'un par un je puisse t'anticiper: «Vous ne pouvez pas payer des impôts à un État dont la fiscalité dans certains secteurs atteint le 50%, parce que ce ne sont pas des taxes, c'est un vol ... c'est un vol, comme disait le Serviteur de Dieu Silvio Berlusconi, pour les amis fleurs, quand il était président du conseil des ministres". A suivre ensuite avec la justification basée sur le principe que "l'autre est pire", toujours et la rigueur, ainsi de suite avec la litanie sur le fait que "…avec les impôts nous sommes obligés de payer des salaires et des pensions en or aux politiciens... leurs privilèges... leurs voitures bleues... tandis que les pauvres retraités avec des pensions minimales meurent de faim... tandis que les familles honnêtes ont du mal à payer leurs factures d'électricité et de gaz …». Oévidemment aucun d'entre vous, se tournera vers le positif des impôts, par exemple le service national de santé gratuit pour tous, écoles gratuites pour tous, de nombreuses garanties d'assistance et ainsi de suite… non. A devoir vous justifier, vous n'énumérerez que les choses négatives et s'il faut vraiment admettre que le droit à la santé et à l'éducation est gratuit et garanti à tous, à ce moment-là, vous continuerez à vous justifier en disant: "Et, mais le système national de santé est nul et les écoles aussi »… Eh, comme je te connais bien, Pharisiens d'hier et d'aujourd'hui!

.

Mes messieurs: le dogme est le dogme et Christ Dieu est clair, précis et décisif en disant qu'à César, le tasse, ils viennent de payer. Le Christ savait très bien comment les anciens de la puissance romaine en Judée se délectaient et se donnaient à la bonne vie, tandis que les pauvres juifs avaient souvent faim; la Parole de Dieu le savait, mais même le sachant, il a proclamé ce dogme de foi: "Payer les impôts à l'Etat". Et ce dogme est la loi divine éternelle et immuable.

.

A cette bande d'hypocrites, que derrière le paravent d'un quelconque catholicisme vidé de charité et bourré des pires légalismes, ils rendent si mauvais service à l'Église et à la foi, Je réponds alors avec les mêmes paroles de Christ Dieu:

.

Ainsi tu as annulé la parole de Dieu au nom de ta tradition. Les hypocrites! Esaïe a bien prophétisé de vous, disant: «Ce peuple m'honore des lèvres mais son cœur est loin de moi. En vain qu'ils me rendent un culte, l'enseignement des doctrines les commandements d'hommes » [cf. Mont 15, 5-9].

.

Il est facile et confortable d'entrer dans les chambres d'autres personnes avec un doigt pointé condamner comme un nouveau dogme de foi "tant qu'ils vivent comme frère et soeur". Je vais, hypocrites jamais, que «coulez le moucheron» dans les chambres d'autres personnes, puis "vous avalez un chameau" [cf. Mont 23,24], êtes-vous prêt à accepter, faire le vôtre et répandre dogme incontestable de la foi: « Donnez à César ce qui est à César», alors payer les impôts sans murmure, surtout sans azzardarvi dire qui sont riches et qui ne sont pas à droite?

.

Car voyez-vous, par moi, moralement parlant, une “zélé” Catholique régulièrement marié à sa femme, qui n'utilise pas de moyens contraceptifs et qui respecte les prescriptions de la morale sexuelle, qui fait ensuite travailler illégalement une vingtaine de travailleurs sous-payés dans son entreprise, la plupart d'entre eux sont des jeunes qui ne peuvent pas se marier et fonder une famille, parce qu'ils ne savent pas s'ils auront encore le boulot le mois prochain… pour moi, moralement parlant, ce très grand pécheur commet un péché bien pire qu'un couple marié irrégulier qui ne vit pas comme frère et soeur, qui vivent dans une situation incontestablement irrégulière, mais que dans leur propre “coupable” chambre à coucher ne jouent pas du tout à leurs propres fins de profit et d'égoïsme sur la vie des autres en exploitant de la pire des manières le besoin de travail d'une vingtaine de personnes, avec tous les désagréments relatifs également étendus aux familles de ces vingt ouvriers.

.

Et qui a des questions à poser sur moi, à la fois comme prêtre et comme théologien, veuillez prendre et envoyer mon texte à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, afin que son orthodoxie théologique et sa pleine conformité à la morale catholique puissent être examinées par elle. Et si dans mon discours il y avait des erreurs doctrinales présentées et disséminées par un prêtre appelé à garder et répandre la foi dans le Peuple de Dieu et à protéger et sauvegarder le patrimoine moral de l'Église, soyez assuré que ce Dicastère ne manquera pas de demander à mon évêque de me taire et de m'irriguer, si le cas l'exige, toutes les sanctions canoniques méritées, aussi parce que j'ai disserté sur ce qui représente pour beaucoup l'origine et le centre de tout le mystère du mal: sexe et sexualité humaine. Pas pour rien, le Bienheureux Paolo Apostolo, dans un passage de la correspondance paulinienne qui est le cœur de la théologie catholique, toujours connu comme Hymne à la continence sexuelle, nous recommande:

.

Ce sont donc les trois choses qui restent: Foi, espoir et continence sexuelle; mais de tous le plus grand est la continence sexuelle! Où chacun vivra en frères et sœurs, même si cela conduit à l'extinction de l'espèce humaine. Mais la "morale" de la moralistes inhumains sera en sécurité, et leur idée du sexe angélique ne finira jamais.

 

.

.

.

.

.

.

.

39 réponses
  1. Vincenzo dit :

    Si può e si deve fare a meno delle spiegazioni di chi usa male S. Tommaso, mettendosi a discutere pretestuosamente sulla maggiore gravità della superbia rispetto alla lussuria, e, dimenticando peròche se si ha uno dei 7, allora si hanno tutti, e quindi ciascuno ha il volto anche degli altri sei.

  2. Pour naviguer est nécessaire dit :

    Grazie per questa ottima riflessione, Don Ariel. Schietta, Vous avez besoin, condivisibile quasi alla virgola.

    Colgo l’occasione per segnalare un’altra forma di grave corruzione morale su cui si tende oltremodo a sorvolare, aussi (se non soprattutto) negli ambienti ecclesiastici: quella del dipendente pubblico il quale abbia ottenuto un posto di lavorodi fatto una posizione di rendita vitaliziaper via fraudolenta, cioè attraverso un concorso vinto grazie a raccomandazione, cooptazione o nepotismo. È una prassi che, al pari di quella dell’evasione fiscale (e forse persino di più), meriterebbe dure parole di condanna, poiché in molti casi si traduce in un vero e proprio furto dell’esistenza altrui (Colombe “d'autres” è chi quel posto di lavoro, se tutto si fosse svolto in modo onesto, l’avrebbe ottenuto per merito e capacità).

  3. Gianluca Bazzaz dit :

    Poichè nel Decalogo c’è scritto anche di non fornicare, cosa che nel caso dei divorziati risposati avviene in abbondanza a meno che non vivano da fratello e sorella, è naturale conseguenza che i succitati soggetti non accedano alla Comunione in quanto sono in stato di peccato mortale. Quello che mi sfugge è perchè lei, Les chevaux, Bergoglio e ….compagnia cantante vogliano farli accedere a questo Sacramento contribuendo così ad una profanazione, rischiando la perdita delle anime cheimprudentementeseguano questi falsi maestri….,..e falsi pastori oltre alla morte eterna sua e dei suoi compagni di…..”chanteurs”. Semplice no?

  4. Hector dit :

    Una riflessione autocritica. Emilio qui sopra parla del prete. Quando mai io cristiano conformo il mio agire agli insegnamentiriportati nel Vangeloche Gesù ha rivolto a me e a tutti coloro che dichiariamo di credere in Lui e che dovremmo SEMPRE praticare?
    Mi sovvengono alcuni passi di Luca, 6 (discorso della pianura)
    «Siate misericordiosi come il Padre vostro è misericordioso» (6,36).
    «Non giudicate e non sarete giudicati; ne condamne pas et tu ne seras pas condamné; perdonate e sarete perdonati!» (6,37).
    Vorrei dire (e pretenderei di imporre) la mia interpretazione sulla quaestio divorziati risposati, Ecco Gesù mi domanda : “Hector! Perchè guardi la pagliuzza (Péché) che è nell’occhio del tuo fratello (divorcé et remarié) e non ti accorgi della trave (ogni genere di peccato) che è nel tuo occhio?” (6,41) “Come puoi dire al tuo fratello: Permetti che tolga la pagliuzza che è nel tuo occhio, e tu non vedi la trave che è nel tuo? Ipocrita, togli prima la trave dal tuo occhio e allora potrai vederci bene nel togliere la pagliuzza dall’occhio del tuo fratello. “(6,42)

    Ipocrita! Colto in flagranza, taccio,

  5. Ricardo Toscano dit :

    Buongiorno Reverendo P. Arielle,

    sono un laico che ha già commentato su questo sito. Stando ai suoi scritti esiste una parte di cattolici che è ortodossa per quanto riguarda la morale sessuale ma lassista per il resto.

    Appoggiarsi a questo per condannare le loro posizioni in morale sessuale è scorretto. Se non pagano le tasse cambia forse il valore di verità delle proposizioni che enunciano? Io ad esempio sono peccatore e dico che i precetti di Dio vanno osservati tutti.

    Ci sono dei separati e riaccompagnati che danno una buona educazione ai loro figli? bien, quando fanno questo fanno bene, ma fanno male a vivere da separati e riaccompagnati. Ci sono delle persone con una vita sessuale ordinata che insegnano ai figli a disprezzare i ministri di Dio? bien, per la prima cosa fanno bene, per la seconda no.

    Le tasse vanno pagate, non bisogna avere rapporti fuori dal matrimonio, e dubito che vada bene vivere da fratello e sorella.

    • Ricardo Toscano dit :

      …e dubito che vada bene vivere da fratello e sorella.

      Giusto per evitare fraintendimenti, volevo dire che dubito della liceità del vivere come fratello e sorella.

  6. GianlucaM dit :

    Cher père Ariel,
    premesso che non sono un teologo e anzi, sono ancora parecchio ignorante, ma cerco di mettere sempre al primo posto la ragione, io non sono d’accordo su alcune cose che ha scritto (in questo ed in altri articoli), in particolare riguardo alla comunione ai divorziati risposati che non vivono comefratello e sorella”. Tra l’altro mi pare di aver capito dai suoi scritti, che il Santo Padre non l’ha approvata; sebbene leggendo l’esortazione apostolica mi pareva di leggere (sempre in modo ambiguo) l’opposto. Di questo quindi sono contento.

    Ed è giusto che lei si sia soffermato sul fatto che, sebbene l’adulterio e la fornicazione siano dei peccati gravi, esistono anche peccati molto più gravi.

    Detto ciò la devo ringraziare sinceramente perché i Suoi scritti, come quelli del padre Cavalcoli, sono comunque illuminanti e, questi sì illuminati dallo Spirito, mettono quei seri dubbi che fanno bene alla fede e alla ragione e possono rimettere sulla retta via, in particolare in momenti come questo dove il torbido e la nebbia sono molto fitti.

    Gianluca M.

  7. émilio dit :

    Testo approfondito e condivisibile, qualche nota marginale:
    bunga è il nome di una antica tribù del Congo nord ovest, dove uno dei nomi di Dio è Kunji, sino a qualche anno fa presente in Tibet come frequente interiezione, vedasi Folco Maraini, e nel nome di uno dei monti sacri in Asia, Hunzakunjila storia attribuita a Berlusconi è un falso
    Pelagio era contro la predestinazione e Agostino organizzò un concilio via il suo segretario OrosioAgostino approva la tortura dei sospettati di frequentare luoghi pagani, dichiara che la penetrazione è conseguenza del peccato originale e che il piacere è stato dato come tentazione da rifiutare
    mi chiedo da un podi tempo quale percentuale di cristiani abbia mai letto il vangelo.. più dell’uno per mille?. una pia donna che porta la comunione non voleva credermi quando dissi che Gesù era ebreo. Ma quando mai un prete dice di leggere il Vangelo?

  8. Hector dit :

    Tour. Père,
    richiamo la Vostra attenzione, Sua e di padre Cavalcoli, su questo articolo:
    http://www.corrispondenzaromana.it/amoris-laetitia-chiarire-per-evitare-una-confusione-generale/
    Il paradosso delle interpretazioni contraddittorie di «Amoris laetitia» secondo
    Mons. Schneider. Poiché troppianche altolocatiinterpretanopro domo propria”.
    E’ proprio così difficile, nei documenti papali, usare il linguaggio evangelico dei piccoli e dei semplici? Non dovrebbe intervenire la Congregazione preposta alla custodia della Dottrina?

    • Ariel S. Levi Gualdo
      Ariel S. Levi Gualdo dit :

      Cher Ettore.

      Grazie per la sua segnalazione e il suo quesito a dir poco pertinente.
      Come forse lei ricorderà, au départ, poco dopo l’uscita del testo di questa esortazione apostolica post-sinodale, io me ne uscii con un articolo nel quale lamentavo la sua lunghezza, il suo linguaggio a tratti ambiguo, l’eccessivo indugiare sul sociologico e sullo psicologico, etc … En bref, criticai l’impianto strutturale linguistico, étant donné que, un documento pontificio, è un documento che comunica e che deve comunicare, non è un insieme di opinioni o di trattati di sociologia, etc …

      Mais toi, da acuto osservatore qual è, avrà invece notato che in quel mio primo articolo, non toccavo, anzi non sfioravo neppure lontanamente la dottrina, perché questa è altra cosa. E quando infatti si è trattato di entrare nello stretto merito dottrinario, io ho scritto e affermato, in altri due successivi articoli, che i documenti pontifici si applicano e basta, non si discutono, tanto meno si contestano.

      Il problema iniziale, quello della lunghezza a tratti logorroica e dello stile di linguaggio non felice, può indurre molti a fare pericolosi taglia e cuci tirando fuori dal documento ciò che esso dottrinalmente non contiene affatto.

      C'est la raison pourquoi, assieme a lei, mi auspico che quanto prima, il competente dicastero, che è la Congregazione per la dottrina della fede, diffonda un documento di una pagina e mezzo precisando in un semplice ed elementare schema quella che è la dottrina contenuta in questo documento e le dottrine già vigenti che questo documento conferma e integra.

      E ancora ribadisco: da subito ho manifestato che la lunghezza, lo stile logorroico e a tratti contorto di quel documento non mi piaceva. une autre chose, au lieu, è la dottrina che quel documento contiene.

      • vincenzo dit :

        Scusi eh, docteur. rev Ariel Gualdo, io non sono addetto ai lavori, ma di cosa sta parlando?Se sappiamo tutti ,Corrige moi si je me trompe, che il Papa con questo Documento non parla ex cathedra e non cambia nulla sulla dottrina, ma si focalizza sulla pastorale?Quale Dottrina?Lei parla molto, ma poi fa una confusione notevole, bien sûr’ parlarsi addosso e girare intorno al proprio ombelico. meno male che non avendoli, non le ho dato denari a sostegno del blog.Cosialmeno mi daingiustamente dell’avaro e mi crea un merito per il Paradiso.Ma io la prevengo,sperando che rinunciare a un merito ne crei uno maggiore ,Che ne dice?Mi potrebbe illuminare,s'il te plaît ?

        • Ariel S. Levi Gualdo
          Ariel S. Levi Gualdo dit :

          Bien.

          Allora prendiamo attoe di ciò tutti quanti la ringraziamoche se non c’è da parte del Sommo Pontefice un pronunciamento infallibile du trône, tutte quante le direttive pastorali, le discipline, le esortazioni e le dichiarazioni, non hanno alcun genere di valore, meno che mai vincolante per i vescovi, je presbiteri, les diacres, les fidèles.

          Merci.

  9. Athanase dit :

    «“La mancanza di delicatezza di questi neo-farisei che sentenziano dall’empireo della loro colossale ignoranza teologica e canonica in nome di una dura legge che è la legge umana loro e non la legge divina di Cristo, c'est une source de douleur et d'embarras pour moi, surtout quand elle se conjugue avec la présomption d'honorer et de se sentir à ce titre de vrais et authentiques catholiques, défenseurs de la seule et vraie foi»

    Mi scusi ma è stato proprio il Verbo di Dio Incarnato ad affermare: “ciò che Iddio ha congiunto l’uomo non separi” (Mont 19,5-6); “Chiunque ripudia la propria moglie e ne prende un’altra, commet un adultère; e chiunque, prende quella che è stata ripudiata dal marito, commette adulterio” (Lc 16, 18); e l’Apostolo Paolo così si esprime: “ai coniugati, ordino, pas moi, ma il Signore, che la moglie non si separi dal marito, e qualora si sia separata, rimanga senza rimaritarsi, o si ricongiunga con suo marito” (1Cor 7,10-11). Dunque che l’adulterio e gli atti sessuali compiuti fuori da un valido matrimonio costituiscano peccato grave è di Rivelazione Divina, essendo essi condannati sia nell’Antico che nel Nuovo Testamento per bocca dello stesso Verbo di Dio Incarnato. A questo proposito i neo-farisei sono proprio quelli che oggi come ai tempi di Gesù inventano eccezioni alla regola, ritenendosi probabilmente più buoni e misericordiosi di Cristo stesso che all’adultera disse “va e non peccare più”. Non capisco poi perché mettere in contrasto il sesto e il settimo comandamento: sia l’uno che l’altro dovrebbero essere rispettati. Non è che perché uno afferma di non pagare le tasse allora l’adulterio diventa lecito e cessa di essere un peccato grave. Concludo con una frase di un grande e coraggioso Vescovo cattolico: “Ammettere le coppie in «unione irregolare» alla santa Comunione, permettendo loro di praticare gli atti riservati ai coniugi del matrimonio valido, equivarrebbe all’usurpazione di un potere, che però non compete ad alcuna autorità umana, perché si tratterebbe qui di una pretesa di correggere la stessa Parola di Dio.” A questo link il testo completo dell’intervento di S.E Mons. Athanasius Schneider sull’Esortazione Apostolica Amoris Laetizia (da leggere e meditare)
    http://www.corrispondenzaromana.it/amoris-laetitia-chiarire-per-evitare-una-confusione-generale/

    • Ariel S. Levi Gualdo
      Ariel S. Levi Gualdo dit :

      La ringrazio per la sua dotta disquisizione e la ringrazio per avere citato quel sant’uomo del Vescovo Athanasius Schneider, che è Vescovo in quanto in comunione con il Vescovo di Roma, non certo in comunione con se stesso, vale a dire quanto basta per evitare che qualsiasi cattolico possa usare, in modo diretto o indiretto le espressioni di un Vescovo per anteporle a quelle del Vescovo di Roma.

      Maintenant, siccome lei sta commentando un mio articolo nel quale io procedo inizialmente con una analisi storico-sociale-ecclesiale, per seguire con una questione teologica, se vuole commentare questo articolo deve entrare nel merito dello stesso. Se poi vuole usare un articolo per esprimere le sue opinioni, questa è altra cosa.

      La questione che io sollevo, proprio basandomi sull’impianto di ragioni da lei testé addotte, est le suivant: “Pagare le tasse allo Stato è una legge positiva divina data dal Verbo di Dio incarnato. Donc, pagare le tasse allo Stato, è un dogma della fede cattolica”.

      Questa la questione che io ho sollevato, questa è la questione alla quale lei dovrebbe dare risposta usando lo stesso metro di ragioni che usa per dichiarare che èlegge divinail fatto che i divorziati risposati, etc … etc …

      In caso contrario rischia solo di parlarsi addosso da se stesso.

      • Gianluca Bazzaz dit :

        Pagare le tasse allo Statoè legge positiva UMANA che Cristo riprende nel brano citato dal Vangelo; “Vivere come fratello e sorellaè Legge Positiva DIVINA discendente dal Comandamento Divino di non fornicare. Il Vescovo Mons Shneider è Vescovo in quanto in Comunione con il Papa Benedetto XVI.

        • Ariel S. Levi Gualdo
          Ariel S. Levi Gualdo dit :

          Caro Sig. Bazzaz.

          Le prime due righe le ha scritte il suo “théologien” de confiance, mentre la seguente invettiva, quella riguardo il Vescovo Athanasius Schneider in comunione con Benedetto XVI, quella l’ha scritta lei.

          Laissez-moi, o comunque chieda al suo “théologien” di fiducia quanto segue: come mai quando si tratta di malversazioni legate ai soldi, con tutto l’egoismo, Orgueil, l’invidia e l’avarizia che spesso e quasi sempre ad esse è legata, il massimo che si riesce a strapparvi è unlegge positiva umana, pure se ricorronoad eccezione della lussuriatutti quanti i peccati capitali?

          Se uno non paga la giusta mercede all’operaio, è noto e risaputo che commette un peccato reputato a tal punto grave da essere definito dalla dottrina sociale della Chiesa come uno dei peccati gravissimi chegridano vendetta al cospetto di Dio”.

          Ma nulla da farelegge positiva umana.

          Mais, se si parla di sesso e di sessualità umana, allora lì entra in gioco la legge divina.
          Riferisca allora al suo “théologien”, visto ormai questo nostro parlare per interposta persona, che il Verbo di Dio non si è incarnato e non è morto sulla croce unicamente per redimere:

          1. gli adolescenti che colti da tempeste ormonali si masturbano;
          2. i giovani che hanno rapporti sessuali prima del matrimonio;
          3. i coniugi che usano contraccettivi e pillole anticoncezionali;
          4. les divorcés remariés.

          mentre tutto il resto sono faccende legate alla legge positiva umana.

          Et quand le Christ reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts, non giudicherà:

          1. gli adolescenti che colti da tempeste ormonali si masturbano;
          2. i giovani che hanno rapporti sessuali prima del matrimonio;
          3. i coniugi che usano contraccettivi e pillole anticoncezionali;
          4. les divorcés remariés.

          E tanto meno, Dominiddio, si farà tenere la contabilità delle anime da spedire all’Inferno da coloro che hanno sfruttato il prossimo, che si sono arricchiti sui bisogni altrui, che hanno umiliato e sottopagato i lavoratori e costretto alla sofferenza e al disagio i loro figli e le loro intere famiglie, ai quali dubito conferirà il premio della beatitudine essendo essi venuti solamente meno ad alcunequisquilielegate puramente alla legge positiva umana.

          Le ricordo che i peccati capitali sono sette, ed al primo posto, come regina e auriga di tutti i vizi capitali, non c’è la lussuria, ma c’è la superbia, da sempre considerato il peggiore, il più temibile tra i peccati capitali, il più difficile in assoluto da guarire.

          Se lei si prende cura di studiarsi i trattati di morale ma soprattutto la letteratura dei Santi Padri della Chiesa, apprenderà e scoprirà che è la superbia a rendere totalmente ciechi, pas la luxure. E’ altresì noto e risaputo da sempre che è molto più facile recuperare un lussurioso che un superbo.

          Per questo è difficile recuperare lei, Signer. Bazzaz, pouquoi “Malheureusement”, elle, non è un lussurioso.

          • père ariel
            P. Andréa, O.M.I. dit :

            Consiglio non richiesto: se non riesce a far tesoro di quel che padre Ariel le ha detto e spiegato, almeno ci rifletta con cura.
            Lei mostra livore, sprezzo e odio in ogni sua riga. Non è, ce, un giudizio temerario nei confronti suoi, ma solo una presa d’atto basata su ciò che lei scrive.
            Lasci stare i divorziati risposati e le loro situazioni di irregolarità e di peccato, perché il suo manifesto peccato di odio, riversato a piene mani sul Papa e su due degni sacerdoti come Cavalcoli e Levi di Gualdo, è peggiore di qualsiasi adulterio. Lei palesa in pubblico peccati più gravi dell’adulterio, pur vantando di fare battaglie contro il peccato altrui.
            Ma da un confessore lei c’è mai andato?

            père Andrea

          • Gianluca Bazzaz dit :

            Perchè allarga il discorso ad altri peccati che io non ho preso in considerazione in quanto ho risposto solo ed unicamente a ciò da lei richiestomi, cela signifie “Non pagare le tasse”?
            Cosa è questa, la sua nuova tattica dialettica? Perchè lei vuole che ilpagamento delle tassesia elevato a dogma di fede? Cosa c’entra ilpagamento delle tasse” avec le “vivere da fratello e sorella”? Dovrebbe sapere che ilvivere da fratello e sorellariguarda la natura umana così come è stata decretata da Dio e quindi è legge Divina immodificabile, le risulta che il pagamento delle tasse rientri tra gli aspetti costitutivi della natura umana?

          • Ariel S. Levi Gualdo
            Ariel S. Levi Gualdo dit :

            Signer. Bazzaz.

            Tout d'abord, lei si è messo a disquisire con commenti a un mio articolo nel quale io sollevo una fantastica La question dogmatica, giocata su quella che i greci chiamavano iperbole. Pertanto è ovvio, che trattassi il tema delle tasse, fa strutturalmente parte dell’articolo in questione.

            Le confermo che il suo anziano teologo non conosce, oltre alla teologia, neppure il Catechismo della Chiesa Cattolica, Je vais vous expliquer pourquoi:

            «Non rubare» con tutto ciò che questo comando imperativo comporta sul piano della dottrina della fede, è un comando dato da Dio, a meno che, trattandosi di soldi, lei e il suo teologo non concordiate che il Patriarca Mosè, quando s’è trattato di scrivere «non desiderare la donna d’altri» o «ne commettez pas d'adultère», ha capito bene, mentre quando il Creatore gli ha detto «non rubare», ha capito male.

            La questio è pertanto semplice: nel Decalogo, vi sono comandi imperativi legati alla legge divina e comandi riconducibili invece solo alla legge umana?

            en outre, dans mon article, io faccio un riferimento preciso alle tasse, cosa che può comportare in sé e di per sé, moralement parlant, un rubare peggiore di altri generi di furti. En fait, qui ne paie pas d'impôts, non è che sottrae i soldi allo Stato, od ai politici brutti, Sales et méchants … non, non! Chi non paga le tasse deruba la collettività nazionale intera. Con buona pace degli evasorileggasi ladriche si giustificano dando a credere che loro, non pagando le tasse, non danno soldi allo Stato, o ai politici.

  10. Manuel dit :

    Anche a me fanno molto ridere certe espressioni dei suoi articoli, cher P. Arielle. Grazie perché ci aiuta a riflettere e a tenere il baricentro dritto, un grazie sincero!
    Manuel

  11. père ariel
    Don Ciro dit :

    Ecco che cosa è accaduto
    … ma mère (maledetto il giorno che le ho insegnato a usare internet e che per il suo compleanno le ho regalo un ipad!), appena terminata la Messa si è precipitata in sacrestia. Mia madre, tu l’hai conosciuta, è una donna semplice, una napoletana del popolo tutta cuore, con un cervello che funziona a economia, per evitare che si consumi troppo.
    E questa mattina aveva la faccia sconvolta come quando mi venne a dire: “Si è dimesso il papa!”.
    puis, après, le chiesi scusa, maman, en ce moment, arrabbiatissimo, le risposi: “possibile che tu non ne capisca mai una giusta?”.
    E con la solita faccia di quel 2013 mon dit (questa volta con l’ipad acceso in mano): “il tuo amico, père ariel, ha dichiarato un nuovo dogma di fede”.
    … “dammi qua!”. E le ho strappato l’ipad di mano.
    Quando mi sono messo a leggere e a ridere, e a ridere, e a rideremia madre ha detto: “ma allora è un dogma scherzoso?”.
    Le ho risposto: “Mamma, è scherzoso, ma credimi, è geniale, veramente geniale”.

    • père ariel
      Don Stefano Bellobuono dit :

      Con un figlio prete come te, la mia povera mamma, che da anni è ormai in paradiso, avrebbe riso persino quando ormai, sofferente per la malattia fisica, recitava il rosario.
      Ma hai detto tutto quello che andava dettoè scherzoso ma veramente geniale”.
      Tu as raison, veramente geniale.

      • père ariel
        Don Angelo Rossit dit :

        Premesso: quando leggo certi articoli, spero anzitutto di trovare un commento di don Ciro.
        E premesso questo vi dico solidale e concorde: un indubbio colpo di genio, dinanzi al quale le possibilità non sono molte: o tacere, o andare a spaccarsi la testa sul muro.

    • Ariel S. Levi Gualdo
      Ariel S. Levi Gualdo dit :

      Cari Confratelli,

      grazie per i vostri eccessi di generosità.
      Ciò che don Ciro non vi ha raccontato è il fatto che sua madre è tale e quale a lui, nel senso che è una fabbrica inesauribile di battute ad alto concentrato di umorismo.

      Ciò che ricordo e che adesso condivido con voi, fu quella mattina del fatidico febbraio 2013, in cui anch’io ricevetti una telefonata da mia madre. Avevo appena accompagnato Jorge, il mio collaboratore, davanti ai cancelli della Lateranense, dove zelante e soprattutto penitente il giovane stava ultimando gli studi teologici, per poi uscire da quel cancello e non rientrarvi mai più.

      Rispondo in macchina (ovviamente in viva-voce!) a mia madre, che senza dirmi ne buongiorno ne altro, mi intima: «Dove sei?». Domanda peraltro non da lei, che mai si permetterebbe di domandarmi dove sono, o meno che mai che cosa sto facendo
      «sono in macchina».
      Ribatte lei: «allora prova ad accendere la radio, n'importe quel, perché tanto ne stanno parlando tutti, radio, televisioni …»
      je demande: «Va bene, ma dimmi che cosa è successo»?
      Et elle: «Si è dimesso Benedetto XVI».
      Rimango un attimo ammutolito e le rispondo: «Dimmi un po’, dopo tanti anni che hai smesso, per caso hai ricominciato a fumare, buttandoti direttamente al crack anziché alle sigarette?».

      Non dimenticherò mai quella telefonata dietro a San Giovanni in Laterano, quando nel febbraio del 2013 detti della drogata a mia madre.

      • père ariel
        Don Luciano dit :

        Io ero invece in montagna con gli scouts, quando mi telefonò mia madre concitata, annunciandomi il fatto. Siccome mia madre soffre di un brutto diabete, in tono perentorio le dissi: misurati immediatamente la glicemia!
        Voici, io credo che se ci mettiamo a fare un’indagine, scopriamo chissà quanti preti che, raggiunti dalle loro madri per telefono, hanno dato alle poverette più o meno delle allucinate.

  12. père ariel
    Un PADRE SINODALE dit :

    Rev.mo e caro Ariel.

    So di poter contare sulla Tua riservatezza e su quella dell’insigne teologo domenicano Padre Giovanni Cavalcoli.

    Non è un mistero che i Vostri scritti abbiano circolato nell’aula durante l’ultimo Sinodo sulla famiglia, in particolare l’intervista riportata su Avvenire di Padre Cavalcoli, e non è un mistero che, per diversi di noi Padri sinodali, siano stati anche spunto di serie e di profonde riflessioni.

    Puoi stare certo (ma questo lo sai!) che nessuno ti chiamerà a dar conto alla Congregazione per la dottrina della fede, in specie per ciò che, in modo sapiente, hai scritto in quest’ultimo articolo.

    Il Padre Cavalcoli, e Tu stesso, avreste dovuto essere in quella nostra assemblea, forse più e forse meglio di altre persone invitate

    Puoi, se Vuoi, pubblicare questo mio commento. Non che io abbia problemi a firmarlo, ma Ti chiedo di omettere il mio nome per un solo motivo: evitare che esso possa essere unicamente oggetto di inutili polemiche, rigorosamente fuori contesto e fuori tema, che non servono assolutamente a niente, perché non servono a capire e non servono a chiarire.

    Ti benedico di cuore.

  13. Gianluca Bazzaz dit :

    E chi sono i “au cœur dur” secondo San Paolo? lei, come bergoglio, hanno scambiato i “au cœur dur” con quelli che rispettano e seguono i Comandamenti di Dio ed avete “dédouanés” i peccatori che i Comandamenti di Dio li tragrediscono. E’ un’inversione diabolica per cui chiamate “pharisiens” coloro che seguono la Legge di Dio.

    • Ariel S. Levi Gualdo
      Ariel S. Levi Gualdo dit :

      Signer. Bazzaz.

      Lei si ostina a lanciare invettive, mais en même temps si ostina a non rispondere assolutamente alla questione teologica ben precisa che in questo articolo è stata sollevata: elle, riconosce che «pagare le tasse allo Stato», è un dogma di fede, in quanto legge divina perenne e immutabile enunciata personalmente dal Verbo di Dio Incarnato?

      À cela, il doit répondre, se vuole interloquire: deve rispondere a questa precisa questione di alta teologia dogmatica.

      Merci!

      • Gianluca Bazzaz dit :

        Pagare le tasse allo statonon solo non è un dogma di fede ma attualmente è ingiusto pagarle in quanto sono enormemente elevate e stanno distruggendo l’economia per un piano studiato a tavolino dalla massoneria e dai banchieri centrali in favore della finanza internazionale guidati da ebrei come lei.

        • Ariel S. Levi Gualdo
          Ariel S. Levi Gualdo dit :

          Signer. Bazzaz.

          Prendiamo atto, a conclusione di quanto ella ha scritto, che Cristo si è sbagliato, ed ha dato un comando iniquo poi riportato nel Vangelo [Mont 22, 15-22]

          • Gianluca Bazzaz dit :

            Cristo non si è sbagliato ma ora Cesare stà prendendo molto di più di ciò che gli è dovuto, Chiaro ora?

          • Ariel S. Levi Gualdo
            Ariel S. Levi Gualdo dit :

            Excusez-moi …

            Lei mi sta forse dicendo che l’attuale Cesare è peggio di quello che ieri, nella Giudea, condannava alla fustigazione chi non pagava le tasse, o che a scopo persuasivo condannava alla crocifissione gli evasori per far capire a tutti gli altri che era bene non pensassero neppure di non versare tributi a Cesare? E le risulta forse che l’attuale Cesare, a coloro che non pagano i tributi, tolga i figli e le figlie per venderli al mercato degli schiavi come risarcimento per i tributi non pagati?
            Signer. Bazzaz, se lei non fosse ridicolo, sarebbe veramente comico.

          • Gianluca Bazzaz dit :

            ed inoltre veda di non fare il “rusé” visto che dovrebbe sapere meglio di mè che i dogmi di fede sono fondati su Verità Divine e Leggi Divine e non su leggi umane come può essere quella di pagare le tasse.

            ____________

            A chiusura di discussione: la Redazione dell’Isola di Patmos prende atto che il Verbo di Dio non aveva chiara la distinzione tra leggi divine e leggi umane. Donc, ciò che della Sua parola ci fa comodo èlegge divina”, ciò che invece non ci fa comodo èlegge umana”.

          • Vincent Véga dit :

            Caro il mio dottore della legge Gianluca Bazzorini, uno dei comandamenti è non rubare, e se qualcuno non paga le tasse ruba, allo Stato e a chi le tasse non può evaderle, e questo lo dice un imprenditore (ho un’azienda di famiglia) non un dipendente in preda al rosico.

            Purtroppo lei, da buon dottore della legge, si occupa del peccato della mutandune, ma è disposto ad accondiscendere verso peccati ben più gravi contro il prossimo e contro la Carità di due persone adulte e consenzienti che fanno l’amore.

            Bene ha fatto padre Ariel a mettere alla berlina lei e quelli come lei. La cosa divertente è che magari sareste disposti, mentre giustificate il non pagare le tasse (che è la violazione del comandamento non rubare) a schierarvi a favore di persone di questo tipo http://www.ilsecoloxix.it/p/italia/2014/06/23/ARVJQIs-convivere_novarese_uccidere.shtml

            Di gente come voi si può solo avere compassione.
            Salut.

            Bonne journée.

  14. Gianluca Bazzaz dit :

    Guardi come ha ridotto il suo cervello la pratica sessuale che lei attivamente compie e che l’ha portata a scrivere tutte queste scemenze ed eresie in merito allanormache persua bontàe quella del Cavalcoli chiamatenorma ecclesiasticariferita alfratello e sorella”. Ma lei lo sà che San Paolo cita ifornicatoriquali una delle categorie che non entreranno nel Regno dei Cieli e secondo lei, perchè i divorziati risposati devono vivere, da quella che lei in modo blasfemo irride, donne “fratello e sorellase non per evitare di entrare tra ifornicatori”?

    • Ariel S. Levi Gualdo
      Ariel S. Levi Gualdo dit :

      E secondo San Paolo, i duri di cuore chiusi alla grazia di Dio e sprezzanti la carità cristiana, entreranno invece nel Regno dei Cieli?

  15. Alexandre B. dit :

    Volevo solo esprimere il fatto che mi trovo a ridere di gusto sulle mie miserie leggendo i testi di padre Ariel .
    Posso solo dire che ho sbagliato nel poter giudicare questioni teologiche da profano. Mi accorgo di saperne molto poco per non dire niente. Così le sue sferzate mi fanno ridere ed il ridere mi fa molto bene perché é come vedere sorridere il Signore sui miei limiti.

    Mi viene voglia di abbracciarvi (io giocherei allegramente a pallone con voi) e vi invito a continuare a prenderci a legnate per il nostro bene!

    Con viva stima

    Alexandre

Les commentaires sont désactivés.