Tout ira bien, ou bien tout contribue au bien dans les plans de Dieu? pandémie, c'était peut-être une précieuse leçon perdue?

- Nouvelles de l'Église -

TOUT IRA BIEN, OU TOUT EST UNE COMPÉTITION DANS LE PLAN DE DIEU? LA PANDÉMIE, PEUT-ÊTRE UNE LEÇON PRÉCIEUSE PERDUE?

.

"Tout ira bien". Non, n'allait pas, ça ne va pas et tout ne se passera pas comme par magie; qui dit juste "tout ira bien", sans fonder son espérance en Dieu, l'illusion que la pandémie est une simple parenthèse, après quoi elle peut retourner à son ancienne vie, au monde d'avant, comme si de rien n'était. Non. Ce ne sera pas bien, car au lieu de saisir l'opportunité de la pandémie pour se ressaisir, réaliser une fois pour toutes que nous sommes mortels, abandonner le péché et se convertir au bien, retourne à Dieu et arrête de faire confiance à l'homme en vain, on continue comme et plus qu'avant à oublier Dieu et à pécher contre lui.

 

John Zanchi

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

LECTURE AUDIO DE L'ARTICLE

Les Pères dè L'île de Patmos ont inséré dans les articles la lecture audio pour les lecteurs touchés par ces handicaps qui les empêchent de lire et de fournir un service également à ceux qui voyagent et ne savent pas lire peuvent profiter de la lecture audio

.

.

… Tout ira bien

Par l'Apôtre Saint Paul le Saint-Esprit nous révèle cette nouvelle réconfortante:

.

«Nous savons que tout contribue au bien, pour ceux qui aiment Dieu, pour ceux qui ont été appelés selon son plan " [Rm 8, 28].

.

Saint Paul dit: «Tout contribue au bien», "tout", aussi ce que beaucoup d'hommes considèrent comme des malheurs; mais cela n'est possible que parce que le Fils de Dieu a eu pitié de nous, pauvres hommes ruinés par le péché, dévoué à la perdition éternelle: pour nous, hommes pécheurs et perdus, la Parole de Dieu est incarnée, pour nous hommes pécheurs et perdus Jésus le Rédempteur s'est sacrifié sur la croix, pour nous hommes pécheurs et perdus Christ Dieu est ressuscité, à nous qui croyons en lui, le vivant a donné le Saint-Esprit. Personne n'est donc plus optimiste que nous chrétiens et nous chrétiens ne pouvons jamais être désespérés, car nous sommes les seuls au monde à avoir un espoir bien fondé qui ne déçoit jamais.

.

L'exemple maximal de l'optimisme chrétien et nous avons la force de l'espérance chrétienne dans le bon voleur: fini sur la croix à la suite de sa vie passée dans le péché, juste au dernier moment, il a accepté la grâce divine de la conversion et du pardon, reconnaissant en Jésus-Christ son Roi et Sauveur; la croix - le malheur suprême - est devenue le méchant jusqu'alors maléfique, la bonne occasion de devenir enfin bon et, immédiatement après la mort, aller avec Jésus pour triompher au paradis. S'il n'avait pas été crucifié, le voleur n'aurait pas sauvé son âme.

.

«Tout contribue au bien», sûrement, mais seulement "pour ceux qui aiment Dieu", pas pour ceux qui n'en ont pas peur, ils le méprisent et le haïssent; en fait, l'autre voleur qui a été crucifié avec Jésus était mauvais et voulait rester mauvais et, après la mort, parti en enfer, car il n'aimait pas Dieu et sur la croix il gaspilla le peu de souffle qu'il lui restait pour insulter Jésus.

.

«Tout contribue au bien»; à une oreille peu profonde, ces mots d'inspiration divine semblent assez similaires à d'autres mots que, en cette période de pandémie, nous entendions souvent perroquet plus ou moins répéter: "Tout ira bien".

.

Le concept paulinien "Tout contribue au bien" et le slogan des derniers mois "Tout ira bien": ils semblent deux manières équivalentes de dire la même chose, mais il est pas vrai. Il suffirait de demander: "Tout ira bien" ... et pourquoi? Dites simplement "tout ira bien", sans rien ajouter d'autre, sans faire appel à Dieu, cela signifie ne faire confiance qu'à l'homme, n'attendez pas le salut de la seule personne qui puisse nous le donner, c'est Dieu, mais par l'homme. en fait, l'une des chansons populaires, récemment sonné par la publicité commerciale, hurle obsessionnellement: "Je crois aux humains!». Il ne dit pas: "Je crois en Dieu"", mais «je crois aux êtres humains!». C'est le grand blasphème de notre temps: mettre l'homme à la place de Dieu. Et oui la Sainte Écriture, déjà dans l'Ancien Testament, Etats: "Merde l'homme qui fait confiance à l'homme, qui met son soutien dans la chair et son cœur s'éloigne du Seigneur » [fournit 17, 5]. Et ainsi, la pandémie arrive et, au lieu de chercher l'aide du Seigneur et le salut de l'âme et du corps que lui seul peut nous donner, il "fait confiance à l'homme" et à ses impuissance, avec les résultats désastreux que nous éprouvons sur notre peau, se leurrer et se leurrer avec la devise: "Tout ira bien". Non, tout ne s'est pas bien passé, surtout pour les nombreux, trop de décès étouffés par le virus en réanimation, spirale au sel, sans sacrements, sans la présence réconfortante d'êtres chers, dont les corps ont été immédiatement empilés et brûlés, sans un chiffon de funérailles, sans prière, sans une autopsie qui aurait permis de mieux comprendre comment aider les malades, sans attendre l'aggravation physique alors inacceptable.

.

Filet de propagande politique, cela ne va pas du tout d'un point de vue économique, professionnel et culturel et les perspectives d'avenir sont déjà de plus en plus à court terme.

.

"Tout ira bien"; volonté! Mais en attendant, de peur de mourir, nous avons accepté supinely la limitation de toute liberté personnelle, la suspension de facto de la démocratie; de peur de ne plus pouvoir vivre physiquement, nous sommes réduits à survivre, c'est-à-dire que nous nous sommes réduits à rien d'autre qu'à reporter la mort physique, que tôt ou tard viendra pour tout le monde de toute façon. Rappelez-vous: Je ne dis pas que nous avons fait de mal en prenant certaines des précautions personnelles et sociales prises pour éviter la propagation de l'infection. Je dis que - face au danger - dis simplement "Tout ira bien" et c'est tout, sans rien ajouter d'autre, sans faire appel à Dieu, c'est quelque chose qui manifeste un optimisme stérile et déraisonnable de la volonté totalement infondée. Au-delà des intentions subjectives - que je ne juge pas car seul Dieu les connaît - essayez de me rassurer avec les coups de «Tout ira bien» et c'est tout, il ressemble aux pratiques superstitieuses de ceux qui pensent retirer le mauvais œil d'eux-mêmes par des gestes apotropaïques, c'est-à-dire faire des cornes, toucher le fer, lire l'horoscope, etc., etc. … Et il a la même efficacité, c'est-à-dire aucun.

.

"Tout ira bien". Non, n'allait pas, ça ne va pas et tout ne se passera pas comme par magie; qui dit juste "tout ira bien", sans fonder son espérance en Dieu, l'illusion que la pandémie est une simple parenthèse, après quoi elle peut retourner à son ancienne vie, au monde d'avant, comme si de rien n'était. Non. Ce ne sera pas bien, car au lieu de saisir l'opportunité de la pandémie pour se ressaisir, réaliser une fois pour toutes que nous sommes mortels, abandonner le péché et se convertir au bien, retourne à Dieu et arrête de faire confiance à l'homme en vain, on continue comme et plus qu'avant à oublier Dieu et à pécher contre lui.

.

Non, ça ne va pas bien, car pendant la pandémie sur les balcons et les fenêtres les signes dessinés avec l'arc en ciel du 'sont apparusTout ira bien, pas les crucifix et les madones. E, depuis le début de la pandémie, nos églises sont encore plus vides qu'avant, même le dimanche.

.

Non, ça ne va pas bien, parce que les messes et autres sacrements ont été suspendus trop facilement, comme si c'étaient des choses sans importance, plutôt, tout a été fait pour convaincre les gens que les églises seraient l'endroit le plus dangereux pour la santé, ou même ça, recevoir la sainte communion, est une sorte de danger pour la santé. plutôt, se masser dans les centres commerciaux, dans les supermarchés et les bars, C'est très bien, car il importe seulement de satisfaire les besoins corporels!

.

Dire "tout ira bien", devrait impliquer que "la pandémie contribuera également à notre véritable bien", mais seulement si nous nous en rendons compte, même la pandémie, c'est un avertissement clair, par Dieu au moins autorisé, pour rappeler tout le monde à la conversion et à la repentance. C'est l'Évangile qui nous autorise à dire ceci. L'homme qui avait été paralysé pour de bon 38 âge, après avoir été instantanément guéri par Jésus à la piscine probatoire de Jérusalem, elle l'a entendu le dire: «Ici tu es guérie; ne pèche plus, pour que quelque chose de pire ne vous arrive pas » [Gv 5, 14]. Restez paralysé pour de bon 38 des années sembleraient l'un des plus grands malheurs qui puissent arriver, Pourtant Jésus dit qu'il y a quelque chose de bien pire, c'est-à-dire la damnation éternelle de l'âme. Dit d'une manière mise à jour: ici, le pire de l'infection semble être passé; mais ne pèche plus, parce que quelque chose de pire ne t'arrive pas.

.

Toujours Jésus, dans l'Évangile il prévient: «Ces dix-huit, au-dessus duquel est tombé Siloam tour est tombée, Vous croyez qu'ils étaient plus coupables que tous les habitants de Jérusalem? Non, Je vous le dis, mais à moins que vous vous repentez, périrez tous de la même manière » [Lc 14, 4 - 5]. Dit sous une forme mise à jour: ceux qui sont morts de la pandémie, croient qu'ils étaient plus coupables que tous les habitants de l'Italie? Non, Je vous le dis, mais à moins que vous vous repentez, périrez tous de la même manière. Et puis rien n'aurait valu la peine d'être répété de manière obsessionnelle: "Tout ira bien", sans rien ajouter d'autre.

.

«Tout contribue au bien, pour ceux qui aiment Dieu ». en fait, qui aime Dieu et le met en premier dans ses pensées, dans ses mots, dans ses œuvres, sait aussi profiter de la pandémie, en faisant pénitence pour ses péchés et en aimant encore plus Dieu et son prochain pour l'amour de Dieu, mettant toute sa confiance non dans l'homme mortel, mais seulement en Dieu et démontrant sa foi en la vie éternelle par des paroles et des actes.

.

«Tout contribue au bien, pour ceux qui aiment Dieu ». L'homme qui, inspiré par l'Esprit Saint, a écrit ces mots immortels, c'est-à-dire l'apôtre Saint Paul, il savait exactement ce qu'il disait; après sa prodigieuse conversion, sa vie a été gâchée par d'innombrables et terribles épreuves, dont il se souvient lui-même:

.

«Cinq fois des Juifs, j'ai reçu trente-neuf coups sûrs [c'est-à-dire que j'ai été battu presque à mort]; trois fois j'ai été battu avec des tiges, J'étais une fois lapidé, trois fois j'ai été détruit, J'ai passé un jour et une nuit à la merci des vagues. D'innombrables voyages, risques fluviaux, dangers des brigands, dangers de mes compatriotes, dangers des païens, dangers dans la ville, dangers dans le désert, dangers sur la mer, dangers des faux frères; fatigue et travail, veillées sans nombre, Affamé et assoiffé, jeûne fréquent, froid et nudité » [2Cor 11, 24 - 27].

.

Au milieu de tout ça, l'apôtre saint Paul n'a pas hésité dans la foi, n'a pas perdu espoir, la charité n'était pas perdue; en effet, il a tout enduré de manière chrétienne, comme une occasion de faire pénitence pour les péchés graves commis avant sa conversion et de grandir dans l'amour de Dieu et se dépenser pour le salut éternel de son prochain. Pour cette raison, il est resté indomptable et fidèle jusqu'à la fin, dans le dernier emprisonnement subi à cause de l'Évangile, au seuil de la mort en décapitant, il a écrit:

.

«J'ai combattu le bon combat, J'ai fini la course, J'ai gardé la foi. Maintenant, je n'ai plus que la couronne de justice que le Seigneur, le bon juge, me délivrera ce jour-là; Pas seulement moi, mais aussi à tous ceux qui ont attendu sa manifestation avec amour " [2Tm 4, 7 - 8].

.

San Paolo n'était pas du tout le type qu'il dit: "Tout ira bien", ou "Je crois aux humains". Saint Paul dit: «Tout contribue au bien, pour ceux qui aiment Dieu "et" je sais en qui j'ai cru " [2Tm 1, 12].

.

Dans certains passages des Saintes Écritures, livre des Rois [3, 5. 7 - 12] et l'Évangile de l'évangéliste Saint Matthieu [13, 44 - 52] ils nous avertissent et nous invitent à être sages, c'est-à-dire aimer Dieu avec chacun de nous, prêt à tout sacrifier - y compris nous - pour Lui, donc aimer son prochain pour l'amour de Dieu, donc aussi nous aimer, c'est-à-dire s'inquiéter de notre salut éternel:

.

«Chaque scribe, devenir disciple du royaume des cieux, est comme un propriétaire qui extrait des choses nouvelles et anciennes de son trésor » [Mt 13, 56].

.

le chrétien, imprégné de sagesse divine, sait aussi profiter spirituellement de la pandémie, car il met sa foi dans son espérance en Dieu et non bêtement dans les hommes, de sorte que pour lui «tout contribue au bien».

.

Arezzo, 5 août 2020

.

.

Cet article a été obtenu à partir d'une homélie prononcée dans l'église cathédrale des Saints Pierre et Don à Arezzo, dimanche 26 juillet 2020, XVII du temps ordinaire après la Pentecôte

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

PayPal - La méthode rapide, de manière fiable et innovante de payer et d'être payé.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Editions L'île de Patmos

ils étaient: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.


avatar

À propos de isoladipatmos

5 réflexions sur "Tout ira bien, ou bien tout contribue au bien dans les plans de Dieu? pandémie, c'était peut-être une précieuse leçon perdue?

  1. Merci Père John.

    J'écoute toujours l'article du frère Ivano Liguori publié l'autre jour.
    Venir à nous Père Giovanni, à propos de votre article j'exprime mes pensées ici. A part ça tout ira bien… à l'époque, quand tout le monde chantait face au balcon, J'aurais aimé voir quelqu'un chanter une prière à Notre-Dame ou à Jésus-Christ, et à la place rien, juste absurde, seuls les mots adaptés à la perception d'une vie exclusivement terrestre.

    Le malheur, nulle part, c'est que j'ai dû utiliser le terme “exclusif” pour exprimer mon concept. Je dis cela parce qu'à mon avis ces jours-ci, presque personne ne croit plus en une vie immortelle, c'est-à-dire après cette vie terrestre, pour nous il y aura l'ascension dans le royaume des cieux j'ai la descente dans l'abîme de l'enfer.

    C'est une période historique presque sans précédent que nous vivons, et selon ce que nous apprenons des Saintes Écritures chrétiennes, une fois que nous avons frappé la tache, on pourrait dire le point de non retour, c'est-à-dire quand nous vivrons dans un état ignoble sans Dieu, alors nous ne savons même pas si nous ou si nos enfants verrons la victoire de notre Seigneur Jésus.

    en bref, quand nous avons atteint l'abîme ici sur cette terre, et il y aura le triomphe du Cœur Immaculé de Marie nous ne savons même pas qui vous assistera car nous ne savons pas quand cela arrivera. Je suis désolé de ne pas pouvoir vous assister.

    Merci à ceux qui ont écrit l'homélie et surtout merci pour la fonction Audio, très bienvenu…

    1. C'est sans aucun doute sans défaut, mais prudent. En fait, la grande illusion n'est pas tant de faire confiance à une humanité générique, qui peut résoudre les problèmes, pandémie incluse. L'homme en qui nous avons confiance est désormais configuré comme l'antéchrist, qui pense détenir le pouvoir financier et politique. Il est le faussaire par excellence: il transforme les pierres en pain et donne des repas gratuits à tout le monde, via l'imprimante rotative de contrefaçon ( ne pas oublier? Easyng quantitatif,ces économistes courtois étaient brillants, grand Sauveur du futur vous êtes nos jeunes nos concitoyens maintenant enfin au Vatican), et puis la myriade de lois fiat au mépris des lois universelles naturelles. Cher Père, votre analyse approfondie de qui est l'homme. bénis-moi. Christ Kingdoms. Po’

  2. Un article irréprochable et prudent pour donner une lecture de l'actualité sanitaire avec le regard de la foi éclairé par la raison. Je souscris pleinement à l'article du confrère.

  3. merci, J'ai enfin lu que même vous, les pères de l'île de Patmos, avez adopté une position plus critique concernant les choix faits pendant les longs mois de suspension des messes sacrées.. Les églises se sont maintenant vidées de 70-80 %, Je pense définitivement pour les prochaines fois car il y a une perception que le commandement et le précepte festifs ont été suspendus indéfiniment, aussi grâce au climat terroriste des médias de masse: par peur ou, plus souvent , avec l'excuse “covid” que la paix de la conscience de nombreux fidèles ne reviendront pas.
    Je remercie le Seigneur d'avoir toujours trouvé de vrais prêtres qui ne m'ont jamais refusé les sacrements; ceux qui, par contre, rencontraient des managers-mercenaires-pharisiens prêts à chasser les fidèles à moins de 200m ont eu de grands dommages à la foi, perd souvent toute confiance en l'Église. J'espère que tous les prêtres profiteront de cette trêve d'été pour un sain examen de conscience en vue des prévarications à venir du pouvoir de l'Etat sur l'Église, qui malheureusement, je crains, continuera et s'aggravera à l'avenir; évidemment tout est permis par le Seigneur pour une vraie conversion et pour le bien de ceux qui l'aiment!

  4. article belle, molto istruttivo ed illuminante. Gran parte delle persone non pensano più a Dio e a lui non fanno affidamento. Si affidano ad altri uomini. Non sa quanto dolore provo a vivere in un mondo totalmente circondato da queste persone, nel lavoro, tempo libero, tra amici e meno amici, parenti o semplici conoscenti, e con una Chiesa in profonda crisi perché coloro che la governano a Roma hanno ceduto a Satana. Grazie padre Giovanni. Gesù ha tuttavia promesso che le porte degli inferi non prevarranno sulla sua Chiesa, e dopo un momento di crisi risorgerà più bella di prima e anche l’umanità si risolleverà dal fango, anche se dopo molte tribolazioni.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.