Un pays ne se sauve pas avec des votes protestataires. En tant qu'électorat catholique pour les prochaines élections qui risquent d'être encore une autre “vote du ventre”?

UN PAESE NON SI SALVA CON I VOTI DI PROTESTA. QUALE ELETTORATO CATTOLICO PER LE IMMINENTI ELEZIONI CHE RISCHIANO DI ESSERE L’ENNESIMO “VOTO DI PANCIA”?

Della politica nostrana ci rimangono con ilare amarezza le boutade de quelques personnages de farce, phrases emblématiques plus dignes d'un marcheur que d'un homme d'État appelé à garder le bien et le beau d'un pays: "On va ouvrir le Parlement comme une boîte de thon [...] On n'est pas là pour repérer les jaguars". Et entre une boîte de thon et un jaguar le 25 Septembre approche et ce que font les catholiques, Ce qu'ils pensent, où ils sont?

- Nouvelles de l'Église -

.

Auteur
Ivano Liguori, ofm. Cap.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

Je crains que même les élections politiques du 25 Septembre ne sera plus l'expression d'un vote ventre ce n'est pas d'un vrai sentiment démocratique qui tient dûment compte du bien de notre pays. C'est pourquoi je suis indécis de voter ou non. Pour un prêtre, le vœu est une grave affaire de conscience morale, pas seulement un devoir civique inscrit dans la Constitution.

.

Un vote du ventre, comment va celui du 25 septembre, nous n'en avons pas besoin maintenant, elle n'a jamais et ne sera jamais utilisée pour construire un avenir équilibré et sensé. Quiconque pense encore que quelque chose pourrait changer à partir des prochaines élections a très tort, rien ne changera, parce que la politique - la vraie, celui de nos pères grecs - a été conçu non pas pour changer le système mais pour changer l'homme de l'intérieur. En tant que prêtre, je suis autorisé à dire que l'homme doit être converti? Parce que c'est le coeur du problème, l'effort pélagien de volontarisme ne suffit pas. L'homme s'éduque à peine, apprendre de ses erreurs et de son histoire, que la plupart du temps il ne sait pas et ignore. Si c'était si simple, nous aurions depuis longtemps cessé de formuler et de poursuivre des lois et des politiques anti-humaines, degne delle più spietate politiche totalitarie che volta per volta ciclicamente si ripropongono.

.

Si nous avions accordé plus d'attention à l'histoire, nous aurions compris que les réalités qui améliorent vraiment le monde ont toutes la note de la gratuité et de l'investissement non remboursable. je pense, par exemple, à la santé publique, à l'école et au monde de l'éducation. L'école et la santé sont ces réalités magnifiques dans lesquelles il faut investir généreusement sans rien attendre en retour, car les fruits ne sont pas immédiatement visibles mais sur la durée et la récompense ne sera certainement pas quantifiable en chiffres monétaires mais en hommes meilleurs, compatissant et sage.

.

Nous voulions profiter des hôpitaux en les transformant en entreprises où il fait bon économiser sur les infirmités pour augmenter la visibilité du cadre de service et où les pathologies sont catégorisées selon une valeur politique et certainement pas clinique. En l'espace de cinquante ans, l'école est devenue le foyer d'une tolérance idéologique dans laquelle les élèves - de moins en moins sages et fiers de l'être - ne sont pas amenés à penser avec sens critique et liberté. En effet, on a supposé que trop d'études étaient même délétères, il a donc fallu introduire une alternance avec le travail, dans l'illusion de planifier un emploi permanent après le lycée. Mais même en cela, nous avons fait pire, venir à concevoir le revenu mirifico de la citoyenneté qui conduit à la preuve des faits pour évaluer l'étude et le travail comme des dévalorisations dont il faut se méfier dont il est possible de vivre uniquement et uniquement en revendiquant des droits au lieu de s'occuper de devoirs.

.

C'était les droits constituer la charnière de la politique toute italienne des dix dernières années. Droits, nous nous concentrons sur les droits, seuls et seuls droits! Oubliant que pour bien pousser la semence de tout droit doit rencontrer le sol des devoirs, un terrain difficile à travailler qui demande le sacrifice de chacun.

.

Pour cette raison, je suis convaincu, à la fois en tant que croyant et en tant que prêtre, que les prochaines élections continueront de déplaire à la majeure partie de l'Italie et à cet électorat catholique qui y reste encore.

.

Toute la gestion politique était emblématique pendant la pandémie de Covid-19 du dernier gouvernement Draghi et des deux gouvernements Conte. Il a été bien mis en évidence à quel point le baril sombre de la politique italienne est profond, blessure et blessure, ça s'appelle gratter. Au cours des deux dernières années, nous avons vraiment frôlé le soulèvement populaire, quant aux événements de Trieste - quelque chose qui se serait certainement passé dans un pays plus réaliste que l'Italie - mais pas en Italie, nous avons toujours été les champions de la séparation avec la réalité, pour mettre un patch sur tout et nous le faire aimer, jusqu'à connivence avec le mal.

.

Même face à cet important détachement de la réalité, Je suis convaincu qu'il y a encore beaucoup de bonnes personnes en Italie: il y a, ils existent et existeront aussi dans le futur, mais ils sont suffisamment sensés pour ne pas entrer dans le tourbillon de la politique qui apparaît comme ce comte Ugolin qui ne lésine pas à dévorer ses enfants. Bien conscient des mécanismes du pouvoir politique, ils gardent socratiquement loin de l'attrait des tyrans, qui déclament vertueusement des exemples de crédibilité, l'honnêteté et l'incorruptibilité mais qui ont fini par se corrompre par la fin de ces fameux fifres de montagne qui allaient jouer et étaient joués.

.

De notre propre politique nous sommes laissés avec une amertume hilarante boutade de quelques personnages de farce, phrases emblématiques plus dignes d'un marcheur que d'un homme d'État appelé à garder le bien et le beau d'un pays: "On va ouvrir le Parlement comme une boîte de thon [...] On n'est pas là pour repérer les jaguars". Et entre une boîte de thon et un jaguar le 25 Septembre approche et ce que font les catholiques, Ce qu'ils pensent, où ils sont? Oui, où ils sont? Pas au sens de leur poids politique qui est inexistant (il n'y a plus de vrai politicien catholique depuis l'époque de Giorgio La Pira) mais au moins en tant que croyants là où ils sont? Quelle direction sont-ils appelés à choisir pour ne pas être de connivence avec certaines structures de péché? Malheureusement, on a déjà vécu ça, il y a un sérieux danger que la politique, libre de tout et de tous, peut se corrompre en une structure de péché, ennemi de Dieu et de l'homme, et tomber dans ce péché originel dans lequel la vérité et la vertu sont exclues. Face au souci obsessionnel de laïciser la politique (et politiciens) on en est venu à oublier l'areté (vertu), la vertu sacrée par excellence que chaque politicien et politicienne devrait poursuivre.

.

Saint Thomas Plus, un politicien catholique aussi, était bien conscient du danger pour un croyant de vivre dans un État corrompu et de la nécessité de résister en tant que croyants, car le mal des gouvernants affecte non seulement une partie de la nation mais tous ses membres et ce qui est objectivement mal pour une partie est aussi mal pour l'autre. Dit Saint Thomas Plus:

.

« Si nous vivions dans un état où la vertu était profitable, le bon sens nous rendrait saints. Mais depuis qu'on voit que la cupidité, colère, l'orgueil et la bêtise rapportent souvent beaucoup plus que la charité, à la pudeur, justice et sagesse, Peut-être que nous devons rester un peu stables, même au prix d'être des héros".

.

L'avarice aujourd'hui, colère, orgueil et bêtise sont les lignes directrices dans lesquelles se tisseront les intrigues d'un vote de ventre qui finiront par créer des citoyens mécontents et trompés. Ne nous faisons pas d'illusions, aujourd'hui, même les partis qui se sont construits autour des pierres angulaires de la pensée alternative et de l'anti-système et qui insistent sur l'abolition de Green Pass, sur la fin de l'obligation de vaccination, sur la réinsertion des personnes suspendues de travail, sur la position de la guerre en Ukraine, sur des factures chères, ils s'arrêteront devant des valeurs non négociables. Et que doit faire un catholique? Pincez-vous le nez et choisissez entre le pire et le moins pire? Mais même non!

.

Il va de soi qu'aucune partie c'est important (pas zéro points) osera dire n'importe quoi sur des valeurs non négociables essentiel pour un croyant, parce qu'ils sont bien conscients de réduire leur électorat. Face à des problèmes importants tels que l'avortement, La fin de la vie, suicide assisté, la légalisation des drogues douces, On peut dire que les problèmes LGBT tels que les fêtes sont vraiment anti-système? Quelles parties épouseront la charité, à la pudeur, justice et sagesse dans leur programme électoral? Certainement pas l'actuel centre-droit dont la coalition actuelle est aussi gênante que celle du centre-gauche. Regardez juste quelques talk-show pour savoir combien de politiciens masculins, mais surtout des femmes candidates dans les partis qui se référeraient même virtuellement aux valeurs chrétiennes, ils deviennent doux comme du beurre au soleil sur certains sujets très sensibles, ils mettent la main en avant et justifient promptement de manière décisive et rassurante que la Loi 194 Ne pas toucher. Certains ont même laissé échapper qu'il s'agit d'un "droit acquis", implicite: intangible! Et ce seraient les partis et leurs candidats respectifs qui voudraient tenter de courtiser le perdu, électorat catholique confus et découragé? Et n'espérez même pas le salut des nouvelles coalitions issues de la gestation tourmentée d'un temps de pandémie, où les Masanielli se sont perdus, quelques années et ils seront des clones de l'ancien mouvement cinq étoiles.

.

En tant que chrétiens, il ne reste rien d'autre qui a du sens faire sinon prier, avec cette même demande que le bienheureux apôtre Paul a faite à Timothée:

.

« Je vous recommande donc, d'abord, poser des questions, plaidoyers, prières et remerciements pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont au pouvoir, que nous puissions mener une vie calme et tranquille, en toute piété et dignité " (1Tm 2,1-2).

.

Nous devons prier - comme nous le faisons dans la prière universelle du Vendredi Saint - afin que ceux qui sont appelés à gouverner la communauté civile soient éclairés par le Seigneur dans leur esprit et leur cœur afin que le bien commun soit atteint, à la vraie liberté et paix. Nous devons prier, demander au Seigneur la force de promouvoir une politique chrétienne qui change l'homme de l'intérieur et non le système. Une politique de la vertu, dans lequel la belle, le bien et le vrai inspirent les gouvernants à autre chose qu'un fauteuil et une rente. Je ne sais pas si ce sera possible mais nous avons déjà touché le fond, alors, que dis-tu, au moins on essaie?

.

Laconi, 12 septembre 2022

 

 

 

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

1 réponse
  1. piertoussaint
    piertoussaint dit :

    Cher Père Ivano,
    sono il referente per Firenze del Popolo della Famiglia (PdF), partito politico che si presenta alle prossime elezioni sotto la siglaAlternativa per l’Italia” (APLI), in federazione con il movimento EXIT. Mi fa molto piacere informare Lei e i lettori dell'”Île de Patmos” che la visione politica di APLI si ispira alla Dottrina sociale cattolica. Il nostro programma, che è conciso ma non riusciamo comunque a pubblicare interamente in questo commento, per ovvie ragioni di spazio, è però leggibile a questo link:
    https://www.facebook.com/popolodellafamigliafirenze/posts/pfbid0CokuK6GsMhgeRMm7wrSL1Empv6timgzVo6ojTV2kYQLHB1uf2oqyecYXt9sXPGv5l

    dove vengono anche esaminate le differenze sostanziali tra noi e tutti gli altri partiti.
    Noi siamo NO-green pass, e siamo anche totalmente per i princìpi non negoziabili. Quindi abbiamo, Entre autres, la tutela della vita dal concepimento alla morte naturale, la promozione decisa della maternità con ilReddito di maternità”, per battere la crisi demografica, la “diritto universale a nascereinserito nell’Art.1 della Costituzione, la massima proiezione di sussidiarietà e la massima partecipazione delle persone, delle famiglie e deicorpi intermedialla gestione della cosa pubblica.Quindi, fra i cinque punti prioritari di programma, abbiamo pure il buono scuola a costo standard, per la piena ed effettiva libertà di educazionequello che nessun altro partito vorrà MAI dare ai genitori, per mantenere la mano dello Stato-Leviatano sulle nuove generazioni, e plasmarle secondo i suoi desideri

Les commentaires sont désactivés.