Si le démon qui a osé à tâtons même Christ, le Seigneur est capable de prendre l'ambition, Nous pouvons faire ce qu'il veut

L'Angolo di Savonarole: homilétique catholiques en temps de vaches maigres

SI LE DEMON qui osaient tâtonné MEME CHRIST LE SEIGNEUR ET PEUT prendre ambition VANITY, NOUS POUVONS FAIRE CE QUE VOUS VOULEZ

.

Si le diable parvient à nous rattraper au point faible de l'ambition et de la vanité, il peut faire ce qu'il veut avec nous et obtenir ce dont il a envie depuis la nuit des temps: que nous nous prosternions devant lui et que nous l'adorions comme Seigneur, si quelque chose après avoir dit, face au mal qui semble parfois presque étouffer l'Église elle-même: «... mais qui me le fait faire pour me mettre contre les acolytes puissants et dominateurs du Diable? Quelle est l'utilité de rendre la vie amère, quand vivre paisiblement, à l'intérieur de l'Église aujourd'hui, ne vois juste pas, ne pas parler et surtout toujours et strictement parlant de ses affaires?».

.

.

auteur
Ariel S. Levi Gualdo.

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

.

Laissez Jésus-Christ !

.

.

Jéricho, le mont de la quarantaine ou le mont de la tentation de Jésus-Christ

Sur la page de l'Évangile de ce 1er dimanche de Carême [voir le texte de la liturgie de la Parole, QUI] nous sommes confrontés à un paradoxe: vraiment il est arrivé que le diable a tenté Dieu incarné, la Parole devint chair? Il se peut que le diable ait essayé de frapper Dieu dans son humanité, feignant d'ignorer ce que Jésus était divin dans son humanité et sa divinité dans l'homme?

.

Aveuglé par l'orgueil et du délire de l'omnipotence, ils commencent toujours par se surestimer au maximum et sous-estimer les autres, pourquoi ils sont voués à l'échec. Il se peut qu'ils ne tombent pas dans un proche, mais inévitablement tomber au premier changement de la saison, avec le flétrissement des fleurs sauvages.

.

Dans l'Évangile des tentations, on pourrait penser que le diable lui-même surestime et sous-estimer Dieu. Dans les premiers siècles de l'Église, avec raison nous avons pu saisir et définir le mystère révélé de la personne du Christ: deux natures en une personne, l'humain et le divin. Merci aux esprits et au la sagesse du cœur des grands Pères de l'Église dans les huit premiers siècles de l'histoire du christianisme, le mystère de la personne du Christ a été défini, qui exigeait tout d'abord la création de terminologies appropriées, assumé à travers des lemmes tirés de la philosophie et du lexique grecs, modulé et appliqué à notre première grande spéculation théologique: être capable d'abord de percevoir puis de définir ce que l'on voulait dire en premier, avec les mots "Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu ..." [Gv 1,1]. Introduit par l'intellect au mystère du Christ, vrai Dieu et vrai homme, la raison doit céder la place à la foi [Cf. S.S. Jean-Paul II, encyclique Fides et Ratio], parce que le problème n'est plus lexical ou philosophique. Lorsque le portail de la foi s'ouvre, cela dépasse la logique humaine, la raison doit céder la place à d'autres catégories, par exemple au don de perception déposé en chaque homme par les dons de grâce du Saint-Esprit. Avec la raison humaine, nous devons lire les lignes de cet évangile, avec la foi, fruit de notre liberté bénie par la grâce de Dieu, il faut les pénétrer, parce que mot après mot, nous sommes d'abord présentés, puis amenés à réaliser à quel point la nature humaine de Jésus était réelle et parfaite.

.

Une partie de ce mystère ineffable il est également enfermé dans une autre réalité: combien en Jésus - vrai Dieu et vrai homme - la perfection divine pouvait coexister avec la fragilité humaine; car il est bien évident que le diable ne tente pas Christ-Dieu, mais l'Homme-Jésus, essayant de frapper les fragilités de sa parfaite humanité. Le diable essaie de corrompre la perfection divine de cette humanité comme dans le passé il a corrompu notre humanité créée à l'origine comme parfaite par Dieu.

.

Par conséquent, le diable montre ces fragilités tendres et humaines que Jésus lui-même montrera un par un tout au long de son existence, pendant lequel elle pleure [cf. Gv 11, 35] et est profondément ému [cf. Gv 11, 33], est émotionnellement troublé [cf. Gv11, 33], il souffre et a peur de la mort: "Père, si tu veux, loin de moi cette coupe. Néanmoins pas mon, mais la vôtre soit faite " [Lc 22, 41-42]. Jésus choisit de ne pas répondre à l'autorité lorsqu'il est interrogé [cf. Mt 27, 12] et pendant qu'il est accusé, au lieu de répondre, il commence à écrire avec un doigt sur le sol [cf. Gv 8,6], d'une manière provocante pour dire le moins. Il se rebelle à plusieurs reprises contre l'injustice perpétrée au nom de Dieu par les chefs religieux de l'époque et le fait même avec des mots durs., parfois délibérément offensant, par exemple, en qualifiant les religieux pratiquants zélés de «race de vipères» [cf. Mt 12, 34], consacré plus à la tradition qu'à la Parole de Dieu; et les apostrophise à plusieurs reprises comme des "hypocrites" [Mt 23, 13-29]. Je ne paie pas pour ça, étant donné que dans la langue de Jésus, appeler «race» ou «lignage» des vipères était offensant non seulement pour la personne concernée mais aussi pour tout son arbre généalogique, juge opportun d'augmenter la dose en les appelant également «serpents» [Mt 23, 33], sachant très bien que dans la culture juive de l'époque - et pas seulement dans la culture juive - le serpent était le symbole du mal. Il est enflammé de passion et affirme et accuse gravement que les hypocrites sont assis sur la chaise de Moïse qui ne font pas ce qu'ils prêchent [Mt 23, 1-3], équivaut à de nombreux ecclésiastiques zélés de l'époque aux "sépulcres blanchis à la chaux", en prenant soin de préciser à quel point ces tombes sont belles à l'extérieur mais pleines de pourriture putride à l'intérieur [cf. Mt 23, 27]. Il n'hésite pas à se fâcher et à mener ses mains, ou pour être exact, les cordes [cf. Mt 21, 12-13. Mc: 11, 11-15. Lc 19, 45-46]. Jésus est rempli de douleur et peut-être de déception intime lorsqu'il se tourne vers l'un de ses apôtres avec une question dramatique: "En bas de, avec un baiser tu trahis le fils de l'homme?» [Lc 22, 48]. Concernant cette dernière phrase, il y a deux choses auxquelles nous devons prêter attention, tout d'abord la question posée sous une forme interrogative que l'on retrouve également dans la version grecque originale, juste pour dire que ce n'est ni une formulation ni une traduction informelle: Jésus pose une question au traître en attendant une réponse, mais cela ne viendra jamais, parce que les traîtres ne répondent généralement pas, parce qu'ils sont par nature de mauvais lâches; parce que la force vient de Dieu, faiblesse du diable. C'est pourquoi l'homme de Dieu est intelligent, tandis que l'homme du diable est juste intelligent. Et alors qu'aujourd'hui on continue de commenter l'épisode et la figure de Judas, on ne se pose pas toujours la vraie question dramatique: combien l'homme Jésus a souffert face à la trahison de Judas? ou peut-être, encore plus que pour trahison, pour le manque de réponse de sa part? ici, essayons juste de penser combien aujourd'hui, même dans les plus hautes hiérarchies de la Sainte Eglise, ils refusent de répondre au Christ Seigneur qui continue de les interroger à travers leur voix, souvent de douleur profonde, de dévots Christi fideles et des prêtres fidèles.

.

Dans ces exploits, les actions et les paroles sont contenues et manifestent l'humanité de Jésus, qui continue de nous appeler tous si besoin, ses prêtres modernes, docteurs du droit et religieux zélés repliés dans l'idolâtrie des formes et traditions humaines, avec les titres de notre droit légitime: race de vipères ... hypocrites ... serpents ... sépulcres blanchis à la chaux … Mots actuels hier, mais peut-être même plus aujourd'hui. pour ce, lorsque la liturgie de la Parole nous oblige à prêcher certains de ces passages évangéliques, nous faisons toujours cela en parlant au passé, comme si la race des vipères, les hypocrites, les serpents et les tombes blanchies à la chaux n'étaient pas nous, mais seuls les membres de certains courants religieux du judaïsme de l'époque jésuite, maintenant mort et enterré dans l'histoire.

.

Ces mots éclairés avec passion, parfois même pédagogiquement agressif, résumer le mystère historique de l'humanité concrète et du viril bas gesuano, que s'il n'est pas recueilli et pénétré, il rendra impossible d'atteindre la communion parfaite avec le Christ de la foi: le Dieu incarné, mort et ressuscité.

.

L'homme Jésus ne peut pas être changé en un hybride sacré virilisé avec ses pieds sur le sol et ses yeux tournés vers le ciel, parce que ça offense, plutôt: c'est un blasphème contre son humanité et sa divinité. Pour lire ce passage sur les tentations il faut donc partir du fait de la foi que tout s'est réellement passé, que ce n'est pas une parabole ou une allégorie; puis concentrez-vous sur l'humanité historique concrète, physique et palpable de la Parole Divine: l'homme Jésus.

.

La première tentation que le Diable adresse est l'invitation à transformer les pierres en pain, à laquelle Jésus répond par une phrase tirée du livre du Deutéronome: "L'homme ne vivra pas de pain seulement" dont la suite est "... mais de toute parole qui vient de la bouche de Dieu" [Dt 8,3]. Nous sommes confrontés à la tentation de l'immédiat, complètement et immédiatement de manière concrète et superficielle, tandis qu'au contraire, notre concrétisation est ce qui vient de la bouche de Dieu, car cela seul est un pain de vie qui porte du fruit et une nourriture éternelle, ça coûte aussi de souffrir toute une vie, étant donné que face à la béatitude éternelle, la vie humaine n'est qu'un souffle, et dans ce souffle la douleur salvifique mérite aussi d'être ressentie [cf. S.S. Jean-Paul II, Passion sauver], pour payer le prix de notre rachat.

.

La deuxième tentation est peut-être la plus terrible: "Je vous donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes". C'est la tentation qui contient l'ambition et le désir de dominer les autres. C'est la soif de commander, le gouvernement n'est pas compris comme un service aux frères et aux membres du Peuple de Dieu, mais comme puissance pour le pouvoir qui conduit au parfait renversement diabolique: utiliser l'Église à des fins perverses dans le désir d'être quelqu'un, ou «devenir une personne importante par le sacerdoce» [Homélie du Souverain Pontife Benoît XVI pour l'ordination de 15 diacres, Basilique Vatican IV dimanche de Pâques, 7 mai 2006], mieux grâce à l'épiscopat, mieux encore à travers le cardinalat; plutôt que de servir l'Église avec amour et de toujours voir en elle le corps palpitant du Christ, notre mariée mystique vers laquelle nous courons à la rencontre de la passion des époux amoureux le jour de leur mariage, tel que décrit par l'évangéliste Jean à travers la poétique de ses pages.

.

Si le diable parvient à nous rattraper au point faible de l'ambition et avec vanité, il peut faire ce qu'il veut avec nous et obtenir ce qu'il a désiré depuis la nuit des temps: que nous nous prosternions devant lui et que nous l'adorions comme Seigneur, si quelque chose après avoir dit, face au mal qui semble parfois presque étouffer l'Église elle-même: «... mais qui me le fait faire pour me mettre contre les acolytes puissants et dominateurs du Diable? Quelle est l'utilité de rendre la vie amère, quand vivre paisiblement, à l'intérieur de l'Église aujourd'hui, ne vois juste pas, ne pas parler et surtout toujours et strictement parlant de ses affaires?».

.

Adresser homme Jésus la dernière tentation désespérée Satan devient théologien, peut-être aussi œcuméniste, peut-être même progressiste politiquement correct, le cas échéant, parler en allemand et en néerlandais plutôt qu'en araméen. Satan commence à parler avec maîtrise biblique comme s'il venait de terminer un doctorat en théologie sacrée de nos universités pontificales: «Si tu es le Fils de Dieu, descendre; c'est écrit en fait: “Il donnera l'ordre à ses anges pour vous, pour te garder en sécurité”» [Lc 4, 9-10].le diable, comme l'a dit saint Jérôme: "Il imite Dieu et veut créer une autre réalité" [La phrase exacte alors également reprise par Sant’Agostino est: Le diable est le singe, le diable est le singe de Dieu], parce qu'il est le maître du renversement; aussi du renversement de la Parole de Dieu utilisée de manière déviante pour accomplir de mauvaises actions. L'homme Jésus, que Dieu merci, il n'avait jamais étudié dans nos universités pontificales et que par nature il était politiquement incorrect, la Torah la connaissait mieux que le diable, puis il répond sans hésitation avec une autre citation biblique: "Vous ne testerez pas le Seigneur votre Dieu" [Dt 6,16]. Et un avertissement se dégage clairement de cette phrase: l'homme Jésus rappelle au diable qu'il est en effet un vrai homme, mais aussi vrai Dieu.

.

Finalement "Le diable s'est détourné de lui ..." on lit à la fin de cette page de l'Évangile, se terminant par la phrase: "... pour revenir à l'heure fixée", c'est-à-dire revenir à nous et parmi nous.

.

Satan existe aujourd'hui plus qu'hier. Ce n'est pas une image symbolique, ce n'est pas - comme certains théologiens des années 1970 l'appelaient, dont les théories sont malheureusement encore utilisées aujourd'hui pour former nos futurs prêtres - "une représentation mythique et allégorique des anciennes peurs ancestrales de l'homme". Satan existe, il est réel et veut voler notre image et ressemblance à Dieu plus que jamais; il veut voler notre étonnement et notre amour devant Dieu incarné qui est mort et ressuscité, qui en sa seule personne contient la nature humaine parfaite et la nature divine parfaite, nous apprenant à être de vrais hommes pour être de vrais enfants de Dieu à la manière que Dieu pensait de nous, créé et aimé avant même le début des temps.

.

De Isola Patmos, 10 mars 2019

.

.

.

.
.

et disponible Livre des messes pour les morts de L'île de Patmos [voir QUI]

.
«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

.

.

.

À propos de père Ariel

Ariel S. Levi di Gualdo Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

3 réflexions sur "Si le démon qui a osé à tâtons même Christ, le Seigneur est capable de prendre l'ambition, Nous pouvons faire ce qu'il veut

  1. Caro père Ariel,

    je voulais demander: Satan et l'enfer quand le Christ reviendra et que le jour du jugement viendra disparaîtront à jamais avec les damnés. oppure pas? L'éternité de l'enfer est un dogme de la foi, tu vas en enfer automatiquement si tu meurs dans le péché mortel? soit il faut un entêtement ou un désespoir de salut comme Judas? Puis la figure de Judas est réévaluée par les gnostiques, mais ce que dit la doctrine des pères de l'Église est dans le véritable enfer? J'aimerais ton avis.
    je vous remercie

    1. Cher Fabio

      les gens aujourd'hui, malgré la disponibilité de moyens électroniques et télématiques qui, s'ils sont bien utilisés, sont également des bibliothèques extraordinaires, ils ont tendance à aller boire dans des écrits pour le moins farfelus en matière de doctrine et de foi, où ça regorge de tout: catastrophistes, millénaristes, dépoussiéreurs des plus anciennes hérésies, sans parler des théologiens improvisés …

      Je clarifie: ma plainte ne vous est pas adressée et votre question est tout à fait pertinente, il s'adresse généralement au grand public qui nous lit.

      Si vous prenez le Catéchisme de l'Église catholique, dans la partie où il parle de la profession de foi et de la croyance en la vie éternelle [voir QUI], vous trouverez la doctrine sur l'enfer expliquée en détail, ce n'est pas “le temps” ni un jour n'est destiné à se terminer, mais c'est en effet éternel.

      enfer “le temps” ou pas censé être éternel, c'est une ancienne hérésie, le soi-disant ἀποκατάστασις [apokatastasis]. Cette doctrine erronée a été répandue par Origène qui a affirmé qu'à la fin des temps une restauration finale de toute la création aurait lieu avec la naissance d'un état de félicité., place que selon lui, la fin des temps, deux royaumes n'auraient pas pu exister: celle de Dieu et celle du mal, car tout serait enfin réconcilié avec l'amour. Dans l'année 553 l'Église a condamné cette doctrine comme hérétique au concile de Constantinople.

      Cette éternité doit être lue dans la perspective de ce qu'est la cohérence divine et de ce qu'est le don de la liberté et du libre arbitre donné par Dieu à l'homme depuis sa création.

      Même si nous utilisons l'expression “Dieu envoie en enfer” la “Dieu condamne à l'enfer”, cette expression fait certainement l'idée, mais d'un point de vue doctrinal et théologique il est correct jusqu'à un certain point, dans le sens où l'homme, en enfer on se condamne. Il serait donc plus juste de dire que Dieu laisse l'homme libre de “choisissez vous-même” ou “dannarsi” all'inferno, comment il a laissé nos ancêtres libres de laisser la corruption entrer sur la scène du monde et de l'humanité par le péché originel. enfer, bien que pour transmettre l'idée, il est décrit comme un lieu, c'est un état de l'âme dû au libre choix de l'homme. Et dans cet état, Dieu respecte pour l'éternité à la fois la décision des démons et celle des hommes qui ne veulent pas être en communion d'amour avec lui.. C'est l'enfer qui commence à se concrétiser en nous depuis cette vie terrestre.

      Quant à Judas Iscariot, le discours est tout sauf simple et l'histoire n'est pas dotée d'une réponse sûre. Permettez-moi d'expliquer: aucun de nous ne peut connaître le jugement donné par Dieu à une âme, y compris l'Eglise. Par conséquent, nous pouvons émettre l'hypothèse ou supposer que Judas est en enfer pour ce qu'il a fait et comment il l'a fait, mais nous ne pouvons pas l'affirmer, parce que personne ne peut être sûr, cela impliquerait en fait de connaître le jugement rendu par Dieu. Nous avons une obligation morale de dire à certains pécheurs qu'avec leurs actions ils risquent sérieusement l'enfer, mais aucun de nous, après qu'ils soient morts dans un état de péché mortel, peuvent décréter qu'ils sont définitivement et sans aucun doute en enfer.

      A ceci mon genre de réponse, certaines personnes ont répondu que le tel mystique ou le tel mystique a vu, dit et dit que … À ce moment-là, j'ai demandé si certaines visions de certains mystiques ou voyants étaient par hasard insérées par l'Église entre les Évangiles synoptiques et l'Évangile de Jean ou si elles étaient élevées au rang de magistère infaillible.. Tout pour revenir au discours initial des personnes qui boivent aux sources internet les plus polluées …

      Nous savons que Judas est mort par pendaison. La science nous montre que du moment où un homme met un nœud coulant autour de son cou jusqu'au moment de sa mort, cela peut prendre en moyenne quatre à cinq minutes.. Dans quatre ou cinq minutes, entre l'âme de ce suicide et la grâce de Dieu, ce qui peut arriver? Quelqu'un est peut-être capable de savoir et de déterminer comment, la grâce de Dieu, essayé de sauver cette âme?

      Preuve en est le fait qu'aujourd'hui l'Église ne refuse plus les funérailles aux personnes qui se sont suicidées. premier, parce que beaucoup d'entre eux ont peut-être agi non par mépris volontaire et délibéré de la vie, mais parce qu'ils souffrent de divers maux, y compris diverses formes graves de dépression, pas toujours identifié à temps; mais surtout parce que personne n'est donné pour savoir si la grâce de Dieu n'est pas intervenue pour sauver cette âme et lui accorder le don du Purgatoire.

      La grâce de Dieu essaiera toujours de nous sauver jusqu'au dernier souffle de la vie, tout comme certains hommes peuvent rejeter la grâce de Dieu jusqu'au dernier souffle de la vie.

      1. Excusez-moi Don Ariel, sur les visions de Fatima, Qu'est-ce que tu penses? Comment les comprendre, puisqu'ils ne font pas partie de la révélation? Sur Internet, vous pouvez trouver le texte d'une demande à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de clarifier le contenu du troisième secret (Voici le lien: http://disputationes-theologicae.blogspot.com/2018/12/segreto-di-fatima.html).
        Merci de votre attention et de toute précision que vous souhaiteriez apporter.

Les commentaires sont fermés.