noter sur l'infaillibilité papale

NOTE SUR L'INFALLIBILITÉ PONTIFIQUE

Une clarification supplémentaire du théologien Giovanni Cavalcoli sur l'infaillibilité du Souverain Pontife en référence à son article précédent [QUI] et un article récent publié sur église&Postconcilio [QUI] dans lequel est cité un essai intéressant et écrit du défunt et vaillant père passioniste Enrico Zoffoli.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

Mme Maria Guarini posté sur son site église&Postconcilio un essai intéressant et écrit par feu et vaillant père Enrico Zoffoli, vrai combattant de la foi, qui en temps voulu il a dénoncé “les hérésies de la Voie Néocatéchuménale” [voir QUI] fondé en 1972 à Madrid par Kiko Arguello et Carmen Hernandez.

Cependant, je voudrais apporter une clarification dicté par ma crainte bien fondée qu'une affirmation de ce vénérable père passioniste puisse être mal comprise, et est-ce: "Le Pape n'est infaillible que dans des conditions connues de tous".

Clarifions d'abord ce que cela signifie “infaillible en termes de doctrine. Ça veut dire “ne peut pas être faux“. bien, dire que le pape est infaillible, cela signifie qu'il dit la vérité sans pouvoir se tromper. À cet égard, probablement le Père Enrico Zoffoli fait référence au dogme de l'infaillibilité papale défini par le Concile Vatican I. [Denz. 3074], dans lequel les conditions d'une telle infaillibilité sont établies.

Cependant, il y a un risque de malentendu ici. Le Conseil pose certaines conditions d'infaillibilité, c'est-à-dire lorsque le Pape déclare qu'une proposition donnée est contenue dans la Révélation divine: le soi-disant “définition dogmatique”, qui constitue une proposition de foi définie comme telle, être cru avec la foi divine. Mais le Concile ne dit pas que le Pape n'est infaillible que dans ces conditions, parce que d'autres conditions existent, plus commun et moins solennel, encore plus basique, nécessaire et suffisant pour l'infaillibilité. Ils ne sont pas indiqués par le Conseil, mais on les retrouve dans d'autres lieux du Magistère et dans la Tradition.

Les conditions établies par Vatican I ils représentent l'autorité suprême du Magistère de l'Église; ils donnent la plus grande certitude qu'une proposition est de foi; mais ces conditions se produisent très rarement et dans des circonstances tout à fait exceptionnelles.

Il y a donc aussi des degrés d'infaillibilité inférieurs, Le plus commun, simple et ordinaire, dans lequel le Pape enseigne une doctrine définitive et immuable, absolument vrai, même si ce n'est pas avec des formules de définition comme dans les définitions dogmatiques. Ça vient alors, Ici aussi, d'une doctrine qui ne peut jamais être fausse, et donc c'est infaillible. En fait, l'infaillibilité d'une doctrine ne dépend pas de l'accent, par la manière ou la forme expressive sous laquelle il est enseigné, mais par la valeur ou le poids du contenu.

Le chemin ne concerne que la certitude et non la vérité d'une doctrine. Que ce soit le ministère des transports ou l'agent de la circulation qui me dit que la circulation automobile est interdite dans le centre historique de la ville, cela ne touche pas à la vérité du contenu, mais son autorité. Donc dans les doctrines de la foi et de la morale. Quand le pape leur enseigne, qu'il le fasse simplement ou solennellement, pastoral ou dogmatique, définissant ou non définissant, nouveau ou traditionnel, l'essentiel est qu'en tout cas il s'agit d'une doctrine de foi ou du moins liée à la foi.

Dans le cas des doctrines nouveau du Concile Vatican II, cette question se pose, par exemple, dans la Constitution dogmatique Lumen Gentium, où les définitions de l'Église sont données, charismes, de la hiérarchie, de fidèles, de laïcs, de religieux, etc.. Même dans ce cas, des doctrines infaillibles sont données, c'est absolument vrai, même s'ils n'ont pas été définis solennellement dans les conditions prescrites par Vatican I.

En réalité aujourd'hui, il semble que les conditions d'infaillibilité ne sont pas vraiment “à toutes les notes”, comme le dit le père Enrico Zoffoli avec optimisme. C'est précisément pour cette raison que saint Jean-Paul II en 1998 a publié la Lettre apostolique Pour protéger la foi, accompagné d'une annexe de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi [voir QUI], qui expose trois degrés d'infaillibilité, dont seule la première correspond à celle établie par Vatican I.

Par conséquent, la méthode suivie par certains n'est pas honnête de ne prendre pour infaillibles que les doctrines du premier degré pour avoir le prétexte de considérer les doctrines de Vatican II comme faillibles ou même fausses parce qu'elles ne sont pas exprimées dans la voie définitive du premier degré. Cela ne veut absolument pas dire que tous les enseignements du Concile sont infaillibles, mais seuls les doctrinaux sont. Et c'est faux, comme certains le prétendent, que le Concile n'était que pastoral et pas aussi doctrinal. en fait, s'occuper des Lefebvriens, Benoît XVI a déclaré que certains des enseignements du Concile sont discutables, ne faisant expressément référence qu'à ceux spécifiquement pastoraux. Vice versa cependant, s'adressant toujours aux Lefebvriens, leur a dit que, s'ils voulaient être en pleine communion avec l'Église, ils ont dû accepter les doctrines du Concile: référence évidente à leur infaillibilité, qui est plutôt nié par les Lefebvriens.

Donc aussi dans les enseignements des papes il faut faire la distinction entre les dogmatiques-doctrinales et les pastorales-disciplinaires. Le pape n'est infaillible que dans l'ancien, pas en quelques secondes. Un exemple frappant de ceci est l'histoire dramatique des rapports de Alexandre VI avec Savonarole, sur lequel nous venons de publier un article. Le pape a traité Savonarole injustement, mais en tant que pape, enseignant de la foi et pasteur de l'Église, il a toujours fait son devoir.

Varazze, 28 mars 2015

______________________________________________

Cet article est une note explicative supplémentaire à mon article précédent, voir QUI

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

2 réflexions sur "noter sur l'infaillibilité papale

  1. Définir des formules ne se résume pas à la proclamation de dogmes, mais ils peuvent aussi être trouvés … [COMMENTAIRE CENSORED]

    les raisons sont expliquées dans la réponse du Père Ariel ci-dessous

    1. Caro Bazzaz.

      Avec vos commentaires, vous vous ridiculisez devant tous ceux qui, sans déranger la théologie, ils connaissent simplement bien le Catéchisme de l'Église catholique.
      La rédaction de’Île de Patmos elle est sincèrement déchirée entre la destruction de ces écrits ou leur publication, étant donné que la liberté d'expression qui nous oblige à ne pas publier uniquement des commentaires de bienvenue est remise en question, ou ceux de remerciements et souvent aussi d'éloges adressés aux auteurs et au travail de notre magazine en ligne.

      C'est pourquoi j'ai décidé de perdre un temps plus précieux à vous répondre, me déclarant malgré ce temps comme “perdu” au début car nous lui avons répondu plusieurs fois sur un ton sérieux et plaisant, mais en vain.

      Pour commencer, je vous invite à avoir le sens des proportions pour ces raisons évidentes:

      1. Le père Giovanni Cavalcoli est un prêtre dominicain de 74 âge, c'est-à-dire un vieux prêtre, auquel vous devez le respect en tant que ministre dans le sacré;
      2. il est membre d'un glorieux Ordre historique composé principalement d'érudits, en particulier des théologiens et des philosophes, qu'il a donné à l'Église au cours des siècles bénis, santi, docteurs de l'Église et personnalités auxquelles le monde philosophique et théologique est encore reconnaissant aujourd'hui, par conséquent, vous devez rendre hommage à ce membre de l'Ordre des Prêcheurs, car sinon il manque de respect à tout un Ordre;
      3. l'homme à qui elle s'adresse avec des messages parfois vraiment délirants et presque toujours imprégnés d'une ignorance manifeste basée sur son manque de connaissance des rudiments de la foi et de la doctrine catholique, il est un philosophe métaphysique et théologien dogmatique avec une vie consacrée à l'enseignement de disciplines philosophiques et théologiques dans des institutions académiques ecclésiastiques dignes, et est rappelé avec une vénération reconnaissante par des dizaines de ses anciens élèves, aujourd'hui membres de familles religieuses, membres du clergé séculier et régulier, des laïcs et des femmes qui se sont consacrées à des études philosophiques et théologiques. donc, lui manquer de respect, elle manque de respect par réflexe à beaucoup d'autres personnes, y compris moi et mon collaborateur direct;
      4. le niveau théologique du Père Giovanni est tel que le Saint-Siège a voulu qu'il soit membre ordinaire de l'Académie Pontificale de Théologie, qui, pour tout expliquer à des non-experts, dans le monde séculier, cela équivaudrait à tous égards à être élu membre de l'Académie française. C'est aussi pourquoi vous devez respect au Père Giovanni, car sinon, il manque également de respect pour le Saint-Siège qui voulait qu'il fasse partie de la plus prestigieuse institution académique-théologique de l'Église catholique.

      Elle est incapable de “Explique” au père Giovanni, ni en dessous – et je le redis ci-dessous – même pas moi, ni au secrétaire de notre rédaction, philosophe et théologien thomiste jeune et talentueux, mais pas même à notre chat philosophe Hypatie, qu'est-ce que le dogme, l'histoire du dogme en général, la traditio catholica, la liturgie et la dogmatique sacramentelle.

      Clarifié une fois pour toutes que vous ne pouvez pas être un interlocuteur mais seulement un fanatique pseudo-catholique qui, comme on dit dans le jargon télématique, joue troll [1], le libellé’Île de Patmos l'informe qu'à partir de maintenant, elle supprimera certains de ses messages sans porter atteinte à la liberté d'expression de quelque manière que ce soit et sans être accusée de publier uniquement des commentaires d'approbation adressés au magazine et à ses rédacteurs en chef, parce que sur’Île de Patmos le débat est toujours le bienvenu et en effet béni, à condition que l'on ne fasse pas semblant de corriger par une erreur évidente et insensée, pas rarement même dans des tons insultants, qui vit à la place, le respect, connaît et applique la doctrine catholique et le magistère de l'Église.

      _________________________________

      [1] Sujet qui interagit avec les autres à travers des messages provocateurs, irritants, hors sujet ou tout simplement absurde, dans le but de perturber la communication et de remuer l'esprit des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.