Les lettres de Berlicche et l'éloge de la folie sur l'euthanasie, catholicité e “croyants laïcs”

- Nouvelles de l'Église -

LES LETTRES DE BERLICCHE ET L'ÉLOGE DE LA FOLIE À PROPOS DE L'EUTHANASIE, CATHOLICITÉ ET « CROYANTS LACS »

.

Un athée peut aussi se sentir bien et bien l'euthanasie et exprimer les raisons à n'importe quel endroit. Je ne conteste pas la liberté de pensée et d'expression, à la fois sacro-saint et garanti pour tous. Mais à quel point ces idées peuvent-elles être considérées comme solidement ancrées dans les racines chrétiennes et dans les Lumières ou dans la modernité?

.

Auteur:
Gabriele Giordano M. Scardocci, o.p.

.

.

Format d'impression de l'entretien PDF
.

.

.

Michel Pacher [1435-1498]. Munich, Ancienne Pinacothèque, du monastère de Novacella: «Agostino, le diable et le livre des vices" (1480)

en cette période d'incertitude et la confusion sociale due à la pandémie de covid19, il semble étrange et déplacé de proposer un référendum sur l'euthanasie, presque comme s'il s'agissait d'un sujet à résoudre rapidement, comme la pandémie.

.

Je ne veux pas entrer là-dedans dans de longues discussions juridiques, dont je ne suis pas un expert, Je veux juste devenir un observateur attentif de la réalité environnante. Je n'aime même pas finir dans la polémique, comme déjà expliqué par le passé dans notre livre consacré à super-pots de cyber théologiens, cependant, je pense que je dois dire quelque chose sur les effets que la collecte de signatures pour le référendum a sur les fidèles catholiques. Surtout après avoir enduré les ébats d'un prêtre qui « en tant que prêtre » a dit « oui à l'euthanasie » et à qui Le Père Ivano Liguori a dédié des paroles précises et sévères.

.

Nous parlons évidemment - toujours au sujet de supercazzole de supercazzolari - de l'équipe de catholiques adultes ce, sur la base d'une recherche aiguë et approfondie sur Wikipédia qui confirment leurs théories farfelues, ils acceptent de signer facilement pour le référendum. Ensuite, si quoi que ce soit, ils se dirigent vers la messe sans sourciller, recevoir la communion, convaincus qu'ils ont fait de leur mieux; convaincu que la religion est une chose et la politique une chose (!?).

.

En feuilletant il y a des jours le Corriere della Sera, parmi les lettres envoyées à Aldo Grasso Je suis tombé sur la catégorie indéfinie du "croyant laïc", en fait, il se disait lecteur. Je ne vais pas juger la personne qui a écrit la lettre, dont je n'ai aucune connaissance et désir d'exprimer mes jugements. je répète: je ne le connais pas, à part le nom que j'omettreai volontiers, et je ne connais même pas son niveau d'études. En fait pourtant, du contenu des sujets proposés, Il me semble remarquer qu'entre les lignes il y a une évidente confusion dans le contenu: confusion peut-être un peu’ recherché et un peu’ spontané.

.

Dans ce texte il semble relire un argument qui rappelle l'écriture interlocutoire du personnage Berlicche, dans le plus connu Lettres de Berlicche de C. S. Lewis. Dans ce livre le petit diable Berlicche, à la retraite, enseigne le plus jeune Malacoda, qui le remplacera, insinuer des doutes inexistants mais apparemment fondés et ainsi conduire l'homme au péché. Le mode argumentatif me semble très similaire. L'auteur de cette lettre n'est pas comparable au diable, mais ses écrits et ses arguments rappellent l'idée décrite par Lewis.

.

La principale raison sur laquelle je voudrais me concentrer réside dans le fait qu'il semble contenir un petit résumé de ce que courant dominant les croyances culturelles comme vérités sacrées concernant l'euthanasie. Il s'agit avant tout d'un résumé de ce que courant dominant il croit être incontestablement conscient de la relation entre la morale catholique et l'euthanasie. écrit l'auteur: «[...] en tant que croyant laïc, je demande aux croyants intransigeants ". La lettre commence par les mots "croyant laïc", ce qui n'éclaire rien des connaissances de l'écrivain sur la foi et la morale. Même en supposant que par profane, nous entendons le grec Laos (gens), on perçoit immédiatement et intuitivement que l'écrivain n'a pas été ordonné dans le sacré, il n'est pas non plus le fils d'un institut religieux et par la suite ordonné prêtre. Donc, logiquement, il est évident que l'auteur n'est pas un prêtre. Baptisé ou non, l'écrivain se présente donc comme un non-prêtre qui dit croire en quelque chose. Par la suite il semble lire l'un de ses opposants aux soi-disant "croyants intransigeants". Par conséquent, s'il y a un conflit, cela signifie que l'Auteur croit qu'il est plus compréhensif, raisonnable et ouvert par rapport aux intransigeants "fermés". Quel genre de croyants seront-ils, s'il se définit comme croyant laïc et au contraire, intransigeant? De là, il ne semble pas être en mesure de donner une certaine réponse, bien que pour le moment nous n'ayons pas eu de clarifications sur le contenu des croyances de l'auteur. En continuant la lecture, nous avons cependant quelques éclaircissements: «[...] il est permis à l'homme de prolonger la vie de mois/années en déléguant toutes les fonctions vitales à une machine?».

.

La première question montre une image d'idées que l'auteur propose avec une série de questions suggestives. Ici, la technique de la question rhétorique est utilisée: c'est-à-dire dans les questions qui sont posées comme des questions consciencieuses et scrupuleuses, propose des réponses qui semblent aller de soi et qui peuvent être déduites des mêmes questions. Donc, admis et non accordé qu'ils sont, l'Auteur commence par un sujet de nature médicale scientifique (fonctions vitales / machine). L'argument exprimé, cependant, semble un peu’ me trompe. Ce qui signifie prolonger la vie et être attaché à une voiture? On aurait attendu au moins une série d'explications avec des exemples concrets et des arguments scientifiques avec lesquels il est démontré que les thérapies existantes n'auraient fait que déléguer toutes les fonctions vitales à une machine.. Tout cela est plutôt absent.

.

Cela demande un petit effort’ comprendre, considérant qu'il existe bien une condition objective dans laquelle une personne peut déléguer toutes les fonctions vitales à une machine qui, sans aucune intervention médicale, infirmières et opérateurs, peut à lui seul assurer complètement ses fonctions vitales. La machinerie indéfinie, il peut peut-être remplacer complètement le rythme cardiaque, l'échange pulmonaire d'oxygène et de dioxyde de carbone ainsi que la production des sécrétions des organes internes? La personne qui a besoin de cette machine, plus raisonnablement, il aura besoin d'une technologie auxiliaire mais jamais complètement de remplacement. En fait, comme le sait le concept de machine lui-même, il ne peut jamais et en aucun cas remplacer complètement l'intégrité des fonctions d'un homme, cela ne peut que l'aider à vivre une vie difficile mais toujours satisfaisante, jusqu'à son accomplissement naturel. Cette personne, même si athée, il peut améliorer les moments de souffrance, de la douleur et de la dépendance comme des moments où elle exprime toute sa singularité et sa beauté, où la technologie auxiliaire peut lui faire découvrir des talents cachés et des capacités de résilience qu'il ne savait même pas qu'il avait.

.

Il faut rester assez perplexe face à la question posée, presque comme si l'euthanasie était la seule et authentique solution à un mode de vie dans lequel le soutien d'une autre personne ou d'une technologie est demandé. Mais si c'est le cas, également la personne qui vit avec des jambes ou des bras prothétiques, il peut avoir l'impression de vivre une vie indigne et demander de débrancher la voiture et d'être tué. À ce moment-là, toute interprétation subjective de "la vie digne d'être vécue" aurait libre cours et devrait être prise au sérieux sans même en discuter, remplacer la valeur de la personne entendue comme sujet moral et juridique.

.

Pour l'instant je n'ai cité aucun texte de la tradition confessionnelle catholique. Qu'il suffise de ne penser qu'à l'éthique aristotélicienne des vertus, par lequel l'homme expérimente l'harmonie dans les bons moyens vertueux qui l'aident à vivre les moments tragiques de la vie sans tomber dans le désespoir; mais aussi aller vers des philosophes proches des Lumières, concernant la centralité de la personne je repense à la leçon kantienne du deuxième impératif catégorique, inséré à l'intérieur du Fondation de la métaphysique des costumes:

.

«Agissez de manière à traiter l'humanité, à la fois dans votre propre personne et dans celle de l'autre, toujours aussi comme une fin et jamais simplement comme un moyen." (je. côté, Fondation de la métaphysique de la morale, BA 67-68)

.

Donc garder une personne en vie c'est reconnaître sa centralité, unicité et objectif: chaque personne est un centre propulseur d'idées, valeurs, la créativité, actions qui doivent être accompagnées à tout moment de sa vie et non assassinées par un acte arbitraire et idéologique.

.

Aller plus loin, le cadre des arguments se complique:

.

"Nous ne devrions pas considérer la création d'une vie artificielle comme un 'péché mortel', contrairement à la volonté de Dieu qui avait fixé le temps pour une mort naturelle? Débrancher "l'épine" ne remettra pas, en revanche, le destin d'une de ses créatures entre les mains de Dieu? Les deux voleurs crucifiés sur le Golgotha ​​ont eu les jambes cassées pour hâter leur mort, alors que le début de la Pâque est imminent. Au Christ crucifié, selon les prophéties, ils n'ont pas été brisés parce que son Père l'a recueilli en esprit avant ce dernier supplice. Ça aurait été une euthanasie"?

.

L'auteur de la lettre immédiatement elle passe d'une analyse plus ou moins médico-scientifique à une analyse plus ou moins théologique, s'attarder sur les termes du péché, vita, Volonté de Dieu, prédestination. E, en deux lignes, elle prétend proposer sa propre synthèse schématique du mystère christologique de la Croix et de la Rédemption. Il va sans dire: les deux étages, le médico-scientifique et le théologique, ils sont assimilés et placés de manière assez confuse. Je soupçonne que l'auteur anonyme n'a aucune notion des termes bibliques et de la mission trinitaire. En fait, il est convaincu qu'il a des arguments invincibles pour soutenir sa thèse, ce, si non erreur, il me semble maintenant que je peux dire euthanasie dans la nature. Cela dit, il est clair que la réponse est non à toutes les questions posées. Mais pour répondre, nous “croyants intransigeants” - que nous sommes assez fous pour croire à la Tradition, à l'Écriture et au Magistère de l'Église catholique - nous devons puiser précisément dans le contenu du dépôt de la foi qui nous constitue précisément en tant que "croyants intransigeants", selon le sens de l'auteur. Donc la réponse est non, car donner la santé à une personne qui souffre n'est pas créer une vie artificielle. L'homme, en fait, il ne peut rien créer, mais seulement construire, manipuler, retravailler un sujet existant. Dans la Genèse et le deuxième livre des Maccabées [cf.. 2 Mac 7, 28] tout cela est clair, même à une simple analyse textuelle: Dieu crée à partir de rien (en hébreu seulement), l'homme construit, produire. De plus, Dieu ne prédit pas d'abord ce qui se passera ensuite, c'est-à-dire définitivement la date précise à laquelle un homme mourra. Dieu en effet, selon la théologie catholique, il vit dans un état d'éternel présent simultané. Il vit dans un état intemporel où il n'y a ni avant ni après. Par conséquent, il ne peut pas préfixer quelque chose avant ou après Lui.

.

Débrancher est l'acte de tuer une personne à tort besoin de soutien et de thérapie; Je ne comprends pas comment cela peut être appelé un acte typique du plan de Dieu. Dans la logique de l'Auteur anonyme, Jésus, pour rester dans le plan de Dieu, il lui faudrait tuer le paralytique que les quatre amis descendirent du toit sur son petit lit [cf.. Mc 2, 1-12], les aveugles de Jéricho qui lui ont demandé de l'écouter [cf.. Mont 20, 29-34], ou même assassiner le serviteur du centurion, souffrant et paralysé sur le lit. Peut-être, peut-être que les évangélistes n'ont pas vraiment compris ce que voulait dire Jésus. Mais notre auteur anonyme l'a mieux compris, environ deux mille ans plus tard, donner des "perles de foi" sans concession sur la page des lecteurs Le Corriere della Sera.

.

Je pense qu'il est clair que débrancher est de désobéir au plan créateur de Dieu, qui donne à l'homme la vie et la liberté. Lui seul peut appeler ces dons pour lui-même, parce qu'il est le donneur d'origine. Il ne tient qu'à nous les hommes de garder ces dons de Dieu. Il convient également de noter que les deux voleurs se sont cassé les jambes et que Jésus-Christ n'est pas, car selon l'interprétation de notre Auteur on aurait dû lui épargner le supplice de la croix. Au Christ crucifié, selon les prophéties, ils n'ont pas été brisés parce que son Père l'a recueilli en esprit avant ce dernier supplice. Et cela aurait été l'euthanasie?

.

J'ai eu du mal à ne pas sourire face à ce sophisme évident de nature théologique: en effet le Père envoie son Fils précisément pour donner sa vie sur la Croix. C'est le but ultime de la mission trinitaire de l'Incarnation. Le Fils est envoyé pour générer un effet de grâce et de rédemption dans toute l'humanité, à travers la torture et la mort de la croix. Que les soldats romains ne lui cassent pas les jambes, c'est absolument accidentel par rapport aux terribles souffrances déjà reçues et à la mort de Jésus qui était en fait imminente. Le Père ne protège le Fils d'aucune douleur, en effet Jésus lui-même en est conscient, de l'arrivée de son moment dramatique, quand il décide d'aimer jusqu'au bout [cf.. Gv, 13-1].

.

L'argument ne fonctionne même pas d'un point de vue logique: si une personne est sur la croix et est appelée à elle-même en esprit, cela signifie qu'il souffre déjà et simplement, comme c'est normal, meurt soudainement. En fait, la croix était un châtiment terrible qui était infligé dans les temps anciens précisément parce qu'il engendrait des souffrances atroces et un stigmate identificatoire sur la personne condamnée.. Être crucifié signifiait avoir déjà subi un grand nombre de gifles, coups, fouetter, crachats et insultes personnelles, après avoir marché un long voyage portant une lourde croix de bois sur ses épaules au-dessus d'un corps déjà lourdement blessé par mille douleurs. Alors s'est terminé le voyage jusqu'au point d'élever la croix, le condamné a été cloué les mains et les pieds avec de longues pointes battues avec de gros marteaux directement dans la chair. Finalement hissé haut, exposés aux intempéries et aux agents atmosphériques, jusqu'à la mort, que compte tenu de l'ensemble des violences subies était imminent.

.

Dans la logique de l'Auteur anonyme tout cela ne serait pas considéré comme une torture, Je crois et je fais l'hypothèse, mais comme une sorte de croisière sur un luxueux navire Costa, avec beaucoup de cocktail e Heureux Heure. Il est évident que parler d'enlever la torture du Christ souffrant dans la Passion exclusivement parce que le Père ne permet pas aux soldats de lui casser les jambes, ça montre que tu ne connais pas l'histoire, ni les institutions de sanction du droit romain de l'époque et encore moins les notions fondamentales de la foi et de la théologie catholique. Pourquoi alors nous lançons-nous dans une analyse aussi curieuse et imaginative de la Passion du Christ? Au cher lecteur "croyant laïc", peut-être que cela l'agacera d'entendre qu'il se trompe sur ses convictions christologiques, sur la base d'arguments de la foi catholique? Il n'aurait donc pas été plus prudent pour lui de ne pas s'exprimer sur des sujets qu'il ne connaît pas à fond?

.

Peut-être la partie la plus comique de cet échange correspondance à la réserve elle-même réponse d'Aldo Grasso, qu'en répondant à l'écrivain, il témoigne qu'Umberto Veronesi lui-même - partisan bien connu de l'euthanasie - avait eu de multiples témoignages de malades, rien de tout cela « au cours des nombreuses années passées au chevet de patients en phase terminale, il expliqua, personne ne lui avait jamais demandé de mourir. Tout le monde lui avait toujours demandé de guérir; même contre toute évidence, même quand ce n'était clairement plus possible". Quoi dire: respecter le principe de non-contradiction!

.

Toute cette longue discussion d'une lettre publique, lisible par tous et analysé dans un journal national, il est donc destiné à montrer l'incroyable mentalité qui sous-tend la culture de la mort, ainsi défini par le Saint Pontife Jean Paul II. Une mentalité qui a ses propres dogmes et croyances, prêt à inventer et à modifier ancien nouveau également des notions, idées et notions objectives dans le contexte biblique, théologique, docteur, légal, éthique, moral pour être considéré comme absolument inattaquable.

.

Rappelez-vous: un athée peut aussi se sentir bien et bien l'euthanasie et exprimer les raisons à n'importe quel endroit. Je ne conteste pas la liberté de pensée et d'expression, à la fois sacro-saint et garanti pour tous. Mais à quel point ces idées peuvent-elles être considérées comme solidement ancrées dans les racines chrétiennes et dans les Lumières ou dans la modernité? Ces arguments bizarres ne sont au contraire que le résultat d'une réinterprétation idéologique totale qui porte atteinte à la liberté même de pensée et d'expression sur laquelle elle prétend se fonder. En fait, une mentalité euthanasique aura tendance à inculquer ses idées de manière idéologique et propagandiste, proposant ceux qui le contredisent comme « sectaires, intransigeant, médiéval, confessionnel " sans laisser la liberté de construire un espace critique dans la conscience de l'homme. Qui est un sanctuaire immatériel et la source originelle de toute liberté.

.

Je conclus en saluant l'Auteur inconnu avec affection préciser que je ne suis pas en colère contre lui, mais admettre publiquement que certains sujets m'ont fait sourire, là où il y aurait des larmes de sang à pleurer.

.

Rome, 20 septembre 2021

.

.

AVIS

Chers lecteurs,

nous avons dû "fixer des règles" pour commenter les articles, une règle très simple: il suffit de s'inscrire. Comme en fait nous l'avons expliqué dans le lien auquel nous nous référons, ayant en moyenne plus de deux millions de visites par mois L'île de Patmos est enclin à recevoir des centaines de messages de spam générés par des robots. Pour vous abonner, il suffit de vous connecter QUI et suivez les instructions que nous avons détaillées pour les moins expérimentés.

.

 

.

.

.

Blog personnel

Père Gabriel

.

.

Nouvelles de la Province romaine dominicaine: visitez le site officiel des Dominicains, QUI

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:









ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
Merci [ isoladipatmos@gmail.com ]

..

.

.

4 réponses
  1. Lettres à l'éditeur
    Lettres à l'éditeur dit :

    Gent.mo Padre Domenicano,

    sono un chirurgo (amico del nostro comune amico Padre Ariel che conosco da anni), non ho il dono della fede, actuellement, non escludo niente, Mais.
    Parlo dall’interno dell’ambito clinico, temo totalmente ignorato, nel corso di questa campagna pro eutanasia, promossa dai soliti noti e basata di rigore sui «casi limite» o sui «casi rarissimi», per parafrasare Padre Ariel a proposito del suo precedente articolo sul tema dell’eutanasia.

    Personnellement, che come ho detto non ho il dono della fede, mai parteciperei in modo diretto e neppure indiretto alsuicidio assistitodi una persona. Mio compito è salvare le vite, non dare la morte.

    Coloro che stanno portando avanti queste campagne sanno, o forse fingono di non sapere, che i medici favorevoli all’eutanasia rischiano domani di contarli sulle punta delle dita di due mani scarse? Ma non perché «cattolici intransigenti», anzi semmai affatto credenti, ma rispettosi della vita e del Giuramento di Ippocrate.
    O si vuole ignorare che buona parte degli obbiettori di coscienza per quanto riguarda l’aborto non sono «medici cattolici intransigenti» ma solo medici che hanno un certo concetto della vita umana?

    Seguiterò sempre a leggervi e … peut être! Se un giorno cadrò sulla via di Damasco mi rialzerete voi.

    bon travail!

    M.P.
    Rome

  2. Lettres à l'éditeur
    Lettres à l'éditeur dit :

    Caro Père,

    la suggestiva promessa eutanasica è quella di una morte gestibile nella misura in cui è consensualmente procurata. Se il momento della morte diventa una funzione della mia volontà la morte sembra perdere il suo carattere annichilente e l’io sembra poter trionfare sulla propria mortalità.
    Quella eutanasica è la stessa promessa fatta da Cristo, ma con ben altre condizioni: «Se uno osserva le mie parole non vedrà mai la morte» (Gv. 8, 51).
    L’eutanasia promette alla persona di non vedere mai la morte.

    Antonio Caragliu
    juriste

  3. Lettres à l'éditeur
    Lettres à l'éditeur dit :

    Gentile Padre Gabriele Giordano M. Scardocci,

    Sono anni che leggo L’Isola di Patmos, pur non avendo inviato mai messaggi e commenti. Oggi mi sento tirata per i capelli a farlo.

    2002, mon fils, 16 années, rientrando a casa alle 19, d’inverno, è investito sullo scooter da un 24enne strafumato di hashish. Trauma cranico grave e altri danni che non sto a dettagliare. Giunge in ospedale privo di conoscenza e, già nel pronto soccorso d’urgenza, è dichiarato lo stato di coma.

    Non mi dilungo, le dico solo che mio figlio è stato in coma profondo per 13 mesi e mezzo. L’investitore se l’è cavata con meno, per sei mesi dovette frequentare un centro di recupero psicologico, per sei ore al giorno. Mais laissons …

    Ciò che voglio dirle è che nei lunghi mesi di questa esperienza non ho mai conosciuto nessun luminare, nessun medico e nessun paramedico che abbia ipotizzato, Qu'est ce que je dis … anche solo alluso astaccare la spina”. Solo alcune conoscenti allusero al distacco della spina, e erano tutte donne coi santini dei padripii dentro la borsetta e sempre aggiornate sui messaggi della madonna di Medjugorje. I medici e paramedici non credenti no, mai alluso a che … ah, Dans certains cas, staccare la spina

    Risvegliandosi dal coma, mio figlio avrebbe dovuto riportare danni permanenti gravissimi o almeno gravi. Après 10 giorni camminava con le stampelle e dopo 14 sans pour autant, nessun danno al cervello.
    I due luminari che lo hanno seguito non sono credenti e dopo il risveglio dissero che non potevano parlare come me di miracolo ma potevano dire che delle risorse del cervello umano la scienza è lontana dal conoscere tutto e che quello che non è spiegabile oggi può esserlo domani.

    Dico per esempio. Se la legge consentisse di staccare le cosiddette macchine, e se (non sarebbe mai accaduto) io lo avessi chiesto e fatto? Non avrei forse tolta la vita a mio figlio? Sono contro l’accadimento terapeutico ma sono anche contro a togliere la vita a una persona che, pure in stato di coma, vive sempre.

    Oggi mio figlio è sposato e ha un bambino e una bambina, al maschietto è stato dato il nome di mio marito morto per un tumore nel 1998.
    Scusi la durezza Padre, ma quando leggo le dichiarazioni di Marco Cappato e quando lo sento parlare (a dire il vero cambio subito canale) mi sembra di sentir parlare il demonio, e se sbaglio e se manco di carità cristiana la prego di correggermi.

    Pregherò per voi e per la vostra missione di sacerdoti

    Francesca Romana (Rome)

    • Père Gabriel
      Père Gabriel dit :

      Chère Madame Francesca Romana,

      Je suis, ceux comme le tien, testimonianze che toccano davvero il cuore e che donano tanta gioia anche a me che ho scritto l’articolo.

      Spesso si dice finché c’è vita c’è speranza, io direi che finché c’è la speranza teologale ogni vita è speranza ed esperienza di grazia.

      Questa sua storia lo conferma.

Les commentaires sont désactivés.