Excommunication comme remède hérésie

Père John

- Nouvelles de l'Église -

L'EXCOMMUNICATION COMME RECOURS À HÉRÉSIE

.

La partie ou de ne pas appartenir à l'Eglise, le séjour ou de quitter l'Eglise ne sont pas des choses simples. sûrement, il peut y avoir des formes de séparation totale et, comme la perte de la foi avec l'apostasie. Mais il y a généralement différents degrés de séparation et donc d'excommunication. Il faut aussi voir quelle idée on se fait de l'Église et de l'appartenance à l'Église ou de la communion ecclésiale. On peut être convaincu qu'il appartient pleinement à l'Église et n'en appartient que partiellement, comme les protestants ou les modernistes.

.

auteur
John Cavalcoli, o.p.

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

.

photo Alinari 1950 – les frères dominicains, pendant la Festa della Fiorita à Florence, ils rendent hommage à l'endroit où Girolamo Savonarola a été pendu et brûlé

Saint Paul l'Apôtre avertit: «Si quelqu'un vous prêche un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!!» [Fille 1,9].

.

Dans chaque communauté le président a le pouvoir et le devoir de protéger la communauté par des interventions correctives ou coercitives appropriées de la part des membres qui la perturbent ou mettent en danger le bon ordre et la paix. Ce principe de justice s'applique également à l'Église, comme le stipule le Code de droit canonique: « L'Eglise a un droit inné et propre de contraindre des sanctions pénales les fidèles qui ont commis des crimes » [pouvez. 1311].

.

Depuis les premiers temps de l'Église les apôtres, reprendre la tradition de la synagogue, qui a expulsé l'indiscipliné, les fauteurs de troubles et les apostats, ils ont exercé un pouvoir judiciaire contre les crimes graves, comme en témoigne l'épisode d'Ananias et Sapphira [cf. À 5, 1-11]. Ainsi saint Paul expulse l'incestueux de la communauté [cf. I Cor 5,8]. Pour condamner les vagabonds, il utilise un terme grec: anathème, correspondant à l'hébreu chèrem, qui signifie "maudit" et donc "excommunié". Alors il prévient: «Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, les deux anathème!» [I Cor 16,22]. E: «Si quelqu'un vous prêche un évangile différent, les deux anathème» [Fille 1.8]. Jésus lui-même jette des malédictions plusieurs fois. Et en effet,, depuis les premiers siècles les conciles déclarent anathème, c'est-à-dire excommunié ceux qui soutiennent les erreurs condamnées.

.

Saint Thomas d'Aquin explique l'Origine du concept de anathème et donc d'excommunication. Dice l'Aquinate: « anathème est une voix grecque composée de anà, qui signifie `` au-dessus '' et thèse, qui signifie 'position', pour appeler 'anatomie'' Qu'est-ce-qui-est-placé-dessus ', parce que quand quelque chose était pris comme proie que les gens ne voulaient pas utiliser, il était suspendu dans le temple, de sorte que jusqu'à aujourd'hui, l'habitude a prévalu que les choses qui sont séparées de l'usage commun des hommes, ils s'appelaient "anàtemi", comme nous le voyons dans le livre de la Genèse: «Que cette ville soit anathème [1] et tout ce qui s'y trouve sera consacré au Seigneur " [Gs 6,17]» [2].

.

d'où, dans les conciles œcuméniques, la formule largement utilisée anathema sit, qui apparaîtra pour la dernière fois au Concile Vatican I, pendant qu'il est absent du Concile Vatican II, ce qui ne signifie manifestement pas que le Conseil ne condamne pas les erreurs, prétendant qu'il encourt l'excommunication. L’excommunication d’aujourd’hui est ce que l’Église a appelé dans le passé anatomie, ie malédiction: un verdict condamnant une erreur ou un vagabond, prononcé par les autorités avec l'imposition d'une peine et l'expulsion ou l'éloignement du dissident ou du criminel de la communauté.

.

«Maudire» dans ce contexte biblique signifie «dire le mal», mais pas dans le sens de la médisance, plutôt dans le sens de déclarer au tribunal que quelqu'un a bavardé ou fait du tort et qu'il mérite donc d'être puni, mérite une douleur dans le cul. En ce sens, la Bible dit que Dieu maudit les méchants et que Christ au Jugement dernier pousse le réprouvé loin de lui-même. [cf. Mt 25,41]. La malédiction peut frapper de mauvaises actions, mais cela peut aussi affecter la personne qui a commis cette action. Il est vrai que tant l'Évangile [cf. Lc 6,28], ce que saint Paul recommande de ne pas maudire [cf. Rm 12,14]. Mais ces interdictions affectent ceux qui maudissent les innocents, tout comme il est interdit de tuer des innocents, mais pas le criminel. autrement, l'Église n'aurait pas anathématisé les hérétiques et les schismatiques pendant des siècles et des millénaires. Et si aujourd'hui nous n'entendons plus ou ne lisons plus les papes maudissent les hérétiques, nous ne pouvons ignorer que l'Église n'a abandonné ce langage que récemment, qu'il utilise tranquillement depuis longtemps, mais qu'aujourd'hui, dans le climat actuel d'œcuménisme et de dialogue interreligieux, ça nous embarrasserait en fait. En fait, aujourd'hui il nous semble que la malédiction est provoquée par la haine. Mais ce n'est pas forcément le cas. Destiné au sens juridique, c'est un acte de justice. Et si la parole a été abandonnée par le Magistère de l'Église, le terme équivalent d '"excommunication" demeure. maintenant, communion, unité, paix, La charité mutuelle et la concorde dans l'Église naissent de l'acceptation commune par tous les fidèles des mêmes vérités de foi et de la même discipline enseignées par le Magistère de l'Église sous la direction du Souverain Pontife. On comprend alors que l'hérétique mérite d'être excommunié. L'Église est une communauté unie, coordonné et concordant dans l'amour mutuel par le Saint-Esprit, qui soutient le Pape dans la tâche de fonder la communion fraternelle et la communion avec Dieu sur la vérité de la Parole de Dieu acceptée par tous. cependant, avec la permission de Dieu, au sein de l'Église terrestre, le diable fonctionne, avec sa suite d '"enfants du diable" [Jn 3, 10]. Cela fait naître et se propager des hérésies dans l'Église, pour lequel l'autorité ecclésiastique est obligée d'intervenir pour avertir les fidèles et arrêter la propagation de l'erreur. Alors c'est arrivé, par exemple, avec le phénomène du modernisme à l'époque de Saint Pie X et de quelques théologiens, comme Ernesto Buonaiuti, Alfred Loisy, George Tyrrell, Romolo Murri et autres.

.

En fait, il arrive de temps en temps que le diable persuade et pousser astucieusement et méchamment certains frères imprudents, ambitieux et imprudent, qui peuvent aussi être bergers, déformer le concept de l'Église et travailler à le diviser, le profaner et le détruire, agissant insidieusement et secrètement, avec des prétextes vains et spéciaux de réforme ou de conservation, à ne pas découvrir et séduire plus facilement.

.

Ces faux catholiques, séduit par Satan, ils révèlent ouvertement leurs plans pervers et subversifs, par exemple les maçons ou les athées, seulement à ces imbéciles ou misérables qui, après les avoir bien payés, peut-être avec de petites flatteries ou des promesses étincelantes, ils savent qu'ils ont maintenant des alliés ou en main dans le travail satanique entrepris, pendant qu'ils gardent le secret ou savent se déguiser devant les vrais fidèles. En ce sens, le droit canonique met en garde contre "les associations qui complotent contre l'Église" [pouvez. 1374].

.

Après avoir tissé leurs trames, les hérétiques et les schismatiques émergent soudainement de l'obscurité et frappent par surprise, comme le dit le psaume: «Ils aiguisent leur langue comme une épée, ils tirent des mots amers comme des flèches pour frapper furtivement les innocents; ils l'ont frappé par surprise et n'ont pas peur. Ils persistent à faire le mal; ils acceptent de cacher des pièges " [volonté 64 3-6]. "Le misérable succombe à l'orgueil des méchants et tombe dans les pièges complotés" [volonté 9, 23]. Ceux-ci peuvent être des groupes de pouvoir et de pression cachés au sein de l'Église et au sein de la même classe d'évêques ou de cardinaux, qui semblent respectueux de l'autorité pontificale. Mais à l'œil expert, comme celle du bon docteur, quelques signes ou symptômes suffisent à entrevoir la pourriture qui se cache sous la belle apparence, comme ces tombes blanchies à la chaux dont parle le Seigneur. Il s'agit de cet «ennemi» [Mt 13, 25-36], dont parle l'Évangile, qui a secrètement semé des mauvaises herbes dans le champ de maïs. A cet égard,, Jésus recommande de laisser pousser le blé et les mauvaises herbes ensemble, de peur, supprimer ceci, cela aussi est supprimé. Nous devons attendre, il dit, le jour du Seigneur, quand Il révèle les secrets des cœurs, rendra justice. maintenant, il est clair qu'ici Jésus fait référence au jugement divin de la fin du monde, jugement définitif et sans appel, fixant le destin ultime de nous tous. Mais cela n'empêche nullement Jésus de confier le pouvoir judiciaire aux pasteurs de l'Église, principalement à Pierre, quand il lui ordonne de nourrir ses moutons. Il est également clair que ce pouvoir, limité et faillible, se réfère uniquement au forum externe et ne prétend pas scruter les profondeurs de la conscience, que seul Dieu sait. cependant, à ce pouvoir, fonctionnel pour maintenir le bon ordre de paix dans l'Église, Le Christ a assigné le droit et le devoir de fixer les conditions et les degrés d'appartenance à l'Église pour tous, donc ce n'est pas interdit, en temps opportun et pour des raisons valables, d'exclure de la communion ecclésiale - voici l'excommunication - ceux qui s'en rendent indignes soit pour leurs fausses idées, soit pour leur mauvaise conduite.

.

L'EXCOMMUNICATION EXCLUT DE LA COMMUNION ECCLÉSIALE

.

L'excommunication est un décret de l'autorité, Pape ou évêque, avec lequel le prélat, afin de corriger - pénis médicinal la censurer, titre IV, chapitre I - ou pour protéger la communauté - pénalités expiatoires, Chapitre II -, impose des sanctions qui de diverses manières isolent la personne excommuniée de la communauté et limitent la possibilité d'avoir des relations avec elle ou de l'influencer, parce que cette activité est considérée comme dangereuse ou en tout cas répréhensible. Ces sanctions peuvent être, par exemple: ou transfert dans une autre résidence, exilé, o la révocation d'un bureau o l'interdiction de quitter le domicile ou l'interdiction de la publicité ou de l'administration ou de la réception des sacrements, jusqu'à la réduction à l'état laïc des clercs ou à l'expulsion de l'institut des religieux.

.

Le schisme et l'hérésie sont en eux-mêmes des péchés mortels. Ils sont punis selon le droit canonique. Il est possible que ces criminels échappent à la justice de l'Église, mais ils n'échappent pas au jugement de Dieu. Chaque fidèle doit savoir reconnaître le schismatique et l'hérétique, sans attendre la sentence de l'Église, car il doit se défendre de ces tentations diaboliques. Pour cette Écriture donne plusieurs avertissements.

.

Dans la phrase pour hérésie, l'Église est infaillible et ne se contredit jamais. D'un autre côté, en excommuniant l'Église, cela peut être faux ou cela peut supprimer l'excommunication. C'est parce que dans la question de l'hérésie il y a un jeu de la vérité de la foi, qui ne change pas et dans ce domaine le Souverain Pontife a reçu une promesse expresse du Christ de ne pas se tromper. Au lieu de cela, l'excommunication peut être liée à la conduite de l'excommunié, qui peut se corriger, pour qu'il puisse être retiré. Cependant, l'effet de l'excommunication demeure, ce qui peut aussi être injuste, illégal ou invalide, il ne touche en aucun cas l'état de l'âme de l'excommunié devant Dieu, déclarez qu'il pourrait s'agir d'un péché mortel - et le schisme et l'hérésie sont en eux-mêmes un péché mortel -, mais cela pourrait aussi être un état de grâce, comme l'excommunié est injustement blâmé. pour ce, pouvoir ecclésiastique, comme Girolamo Savonarola dit fièrement à son bourreau montant à la potence, il peut exclure de l'Église terrestre, mais pas du céleste.

.

Il faut dire aussi qu'appartenir à l'Église et par conséquent la communion ecclésiale et son exclusion - c'est-à-dire l'excommunication - n'est pas un simple acte de volonté, avec lequel il peut accepter ou rejeter à toto une proposition ou une injonction qui vous est faite, ce que ce serait de rester dans une chambre, ou pour en sortir.

.

La partie ou de ne pas appartenir à l'Eglise, le séjour ou de quitter l'Eglise ne sont pas des choses simples. sûrement, il peut y avoir des formes de séparation totale et, comme la perte de la foi avec l'apostasie. Mais il y a généralement différents degrés de séparation et donc d'excommunication. Il faut aussi voir quelle idée on se fait de l'Église et de l'appartenance à l'Église ou de la communion ecclésiale. On peut être convaincu qu'il appartient pleinement à l'Église et n'en appartient que partiellement, comme les protestants ou les modernistes. pour ce, il existe généralement des degrés d'appartenance et des degrés d'exclusion ou de séparation. pour ce, les excommunications n'ont pas toutes le même poids ou le même niveau. La branche peut être périclitante à différents niveaux. Il peut être séparé par certaines valeurs, mais pas par d'autres. inversement, la communion ecclésiale est le sommet d'une appartenance qui part d'un degré minimum pour s'élever au maximum. Ici, nous sommes aidés par l'image évangélique de la vigne et des sarments. Une branche peut être partiellement détachée de la vigne, mais il reçoit toujours sa sève. Ainsi, les frères séparés jouissent d'une certaine communion avec l'Église catholique, même si cette communion n'est pas pleine.

.

Chaque fidèle doit savoir distinguer le blé des mauvaises herbes, il doit savoir juger par lui-même si un autre frère, était théologien, évêque ou cardinal, est ou n'est pas en communion avec l'Église, et par conséquent y assister, si c'est en communion; reste loin, si ce n'est pas en communion. Voici donc les directives du Nouveau Testament: "Tenez-vous loin de tout frère qui se comporte de manière indisciplinée" [II Ts 3,6]. «Si quelqu'un n'obéit pas à ce que nous disons par lettre, prendre note de lui et rompre les relations " [v. 14]. "Reste loin de l'hérétique [airetikòn]» [Tt 3,10]. «Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cet enseignement, ne le recevez pas dans votre maison, ni saluer, puisque quiconque le salue participe à ses œuvres perverses " [II Jn 10-11]. Ce sont évidemment des cas dans lesquels le dialogue est impossible ou gênant ou dangereux ou inutile pour les raisons suivantes: soit parce que l'hérétique n'accepte pas la correction, soit parce qu'il essaie lui-même de nous séduire, soit parce qu'il nous traite avec mépris.

.

Afin de préserver et promouvoir les valeurs théoriques et morales sur laquelle se tient la structure de l'Église, Santa, catholique et apostolique, il doit donc être le plus grand soin de tous les fidèles, mais surtout des pasteurs et théologiens sous la supervision et la direction du Pape, veillez à ce que la saine doctrine de l'Évangile soit correctement interprétée par tous, accepté, partagé, répandue et défense contre les hérésies, qui sont précisément le rejet ou la déformation des vérités de la foi. Le prélat, donc, dans l'Eglise, et surtout le Souverain Pontife, gardien suprême de l'unité de l'Église et avocat de la communion ecclésiale, ils ont le droit d'expulser de l'Église, c'est excommunier, ces fidèles, qui, soit pour leur attitude schismatique, soit pour leurs idées hérétiques ou scandaleuses, ils falsifient la doctrine, ils désobéissent au Souverain Pontife ou créent des divisions dans l'Église.

.

Il y a des fidèles qui en fait soit à cause de leurs idées soit de leur conduite, ils sont en dehors de l'Église et contre l'Église, pourtant ils veulent rester là pour changer les choses avec leurs erreurs. Il arrive dans ces cas que le prélat naïf ou complice ne les excommunie pas, mais laissez-les faire ou même les soutenir, ou, qui les invite à prêcher aux fidèles dans les églises. A l'inverse, il y a des évêques, prêtres et fidèles en pleine communion avec l'Église, dont ils peuvent dénoncer les maux et les scandales, mais, pour les pasteurs ou théologiens schismatiques ou hérétiques opposés, ils sont traités par eux comme s'ils étaient excommuniés. Il y a donc une différence entre l'excommunication officielle et le fait d'être en dehors de l'appareil ecclésiastique.

.

Tout chrétien peut être hérétique, schismatique ou excommunié, En plus du Pape, qui par l'assistance divine est le gardien suprême de la vérité évangélique et de la communion ecclésiale. En fait, être excommunié implique de rompre avec un supérieur ecclésiastique ou avec le Pape. Mais le Pape n'a évidemment pas de terre supérieure à laquelle il puisse se rebeller, sinon Jésus-Christ. Et aussi il faut noter qu'un Pape peut être un mauvais pasteur de l'Église, mais ça ne peut pas enseigner l'hérésie. pour ce, le Code place parmi les "crimes contre la religion et l'unité de l'Église" [Partie II, titre I], «L'apostasie, hérésie et schisme " [pouvez. 1364], ainsi que la publication et la diffusion du «blasphème, de l'infraction aux bonnes mœurs, d'insultes, l'excitation de la haine ou du mépris contre la religion ou l'Église [pouvez. 1369] et les enseignements de doctrines condamnés soit par le Pontife romain, soit par le Concile œcuménique " [pouvez. 1371], qui équivaut au rejet ou à la fausse interprétation ou à la falsification des enseignements du Pape ou du Concile. C'est pourquoi le crime d'hérésie mérite une excommunication [Cann. 1364, 1331].

.

L'excommunication peut être automatique la peines sententiae. Le premier est automatiquement déclenché à la fin de l'acte criminel, par exemple, battre la personne du Pape ou embrasser une hérésie pour laquelle l'excommunication est déjà prévue. automatique cela signifie que la sentence a déjà été prononcée. phrase au lieu de cela, cela signifie qu'un processus est nécessaire, après quoi le juge prononce la sentence, par exemple pour déterminer si une personne est ou non hérétique.

.

EXEMPLES NOTABLES D'EXCOMMUNICATION

.

Un exemple récent, c'est celle des quatre évêques lefévriens, qui, d'abord excommunié, ils ont ensuite été libérés par Benoît XVI. Au lieu de cela, ceux qui soutiennent la messe Vetus Ordo - ce qui est en soi légitime - mais refuse, comme Lefebvre, masse Novus ordo accusation de pro-luthéranisme, il est excommunié. La masse Novus ordo en fait il représente le moment maximum de la communion ecclésiale. Refuser cette messe signifie donc se séparer de la communion ecclésiale et pour cette raison on est frappé par l'excommunication.

.

La révocation mutuelle de l'excommunication entre le bienheureux Paul VI et le patriarche Athénagoras est restée célèbre. Cependant, on se demande quel sens avait eu l'excommunication du Pape par le patriarche Michele Cerulario en 1054. Le pape peut excommunier, mais il ne peut pas être excommunié, car il n'a pas de supérieur sur terre dont il puisse se séparer. En fait, le Pape est le principe de la communion ecclésiastique, tandis que le fidèle est ce qui dérive de ce principe. Maintenant, le principe peut être séparé du principe, mais le principe ne peut pas se séparer de lui-même. Puis le patriarche de Constantinople, excommunier le pape, il n'a rien fait d'autre que se séparer de l'Église. Paul VI a fait un geste magnanime révoquant l'excommunication d'Athénagoras, mais le patriarche, au-delà de son amitié avec Paul VI, il a fait un geste objectivement et juridiquement nul, car rien n'avait été son excommunication. Il faut également noter que l'Église peut lever l'excommunication des hérétiques qui restent hérétiques, tout comme nos frères orthodoxes, étant donné que le différend sur le Filioque. Il est donc évident que cette réintégration d'entre eux implique une communion très imparfaite, compte tenu de la persistance des carences doctrinales.

.

Il y a eu des excommunications à travers l'histoire qui non seulement n'a pas eu l'effet désiré d'inciter ou de stimuler la personne excommuniée à se repentir, mais qui a eu pour effet de le provoquer encore plus à la haine contre le Pape et l'Église, comme cela s'est produit avec l'excommunication de Luther par le pape Léon X et saint Pie V contre la reine Elizabeth d'Angleterre. Si l'excommunié a déjà un large public, il en est fier et le rend fort, par quoi l'excommunication le bouleverse et l'exacerbe davantage. Ce sont les saints, par exemple un San Pio da Pietrelcina, qui se soumettent également à une censure injuste. Mais les hérétiques, puissants et fauteurs de troubles excommuniés, ils font facilement pire. pour ce, surtout aujourd'hui quand les modernistes sont très puissants, les papes renoncent à les excommunier.

.

Quant à l'excommunication à ceux qui professent la doctrine du communisme athée marxiste, imposé par Pie XII, il n'a jamais été aboli, bien que l'Église n'en ait plus parlé depuis. cependant, cette excommunication conserve en fait sa valeur, car il est évidemment impossible pour un athée de participer à la communion ecclésiale.

.

combien à l'adhésion à la franc-maçonnerie, un décret de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 1984 avertit que quiconque est affilié à la franc-maçonnerie est dans le péché mortel et ne peut pas recevoir la communion. Dans ce cas également, la raison de l'excommunication est évidente: La franc-maçonnerie ne reconnaît pas le dogme de la communion des saints.

.

Quant à l'excommunication d'associés mafieux, il est motivé par le fait qu'il s'agit d'une association criminelle visant le vol et l'extorsion avec recours au meurtre et à la vengeance privée, il est donc évident qu'un membre de cette association ne peut bénéficier de la communion ecclésiale. La même chose est vraie des modernistes, qui, ils ont une conception de l'Église incompatible avec celle de l'Église catholique.

.

LES RAISONS ET LES OBJECTIFS DE L'EXCOMMUNICATION

.

Ceux qui répandent des hérésies méritent d'être excommuniés, turbo, fait mal, offense ou désorganise la communauté, cela crée le scandale et les divisions parmi les fidèles, désobéit à l'autorité. Malheureusement, aujourd'hui, de manière macroscopique - sauf pour ne pas vouloir voir pourquoi ils sont bloqués par la peur ou le respect humain ou parce qu'ils sont dans le char des modernistes ou parce qu'ils sont impliqués ou parce qu'ils sont fermés dans leurs propres petits intérêts ou parce qu'ils sont affectés par l'allochisme doctrinal [3] - ces personnages se multiplient, ils sont honorés et s'élèvent vers les hauts lieux, tandis que ceux qui sont vraiment en communion avec l'Église sont battus, humilié ou marginalisé. Ainsi les excommunicables ne sont pas excommuniés et il arrive que ceux qui sont en communion sont excommuniés ou du moins traités comme s'ils étaient excommuniés.. Une belle confusion et injustice, où quiconque aime c'est le diable, maître de l'obscurantisme qui mène à la perdition.

.

Sur la question des espèces de l'excommunication, il faut se poser trois questions: une première question est de distinguer l'excommunication juste ou licite de l'excommunication injuste ou illicite; une seconde est de distinguer l'excommunication valide de l'excommunication invalide ou nulle; et un troisième est de distinguer l'excommunication déclarée ou officielle de l'excommunication réelle ou factuelle.

.

L'excommunication a raison, lorsque le prélat intervient ému par le souci de sauvegarder la vérité de la foi, communion ecclésiale et appeler le rebelle à l'obéissance. À propos de l'excommunication injuste, plutôt, Saint Thomas d'Aquin dit que l'excommunication peut être injuste soit par l'excommuniant, soit par l'excommunié. Dans le premier cas, il prend effet, c'est-à-dire que le sujet est officiellement excommunié par décret public, bien qu'il ne mérite pas cette disposition et au contraire, il aurait mérité un décret de louange. Donc l'excommunication peut être injuste, comme motivé non par le respect de l'autorité supérieure, comment serait le Magistère de l'Église, ou crainte de Dieu ou amour de la vérité ou de l'Église, mais par ignorance, de la haine ou de l'envie des excommuniés; ou elle peut être injuste parce qu'elle n'a pas de fondement juridique ou doctrinal ou de raison, et en effet basée sur de fausses accusations et des raisons ou prétextes hérétiques [4]. Le premier est valide mais illégal; le second est invalide et nul.

.

Le prélat doit être très prudent pour comprendre et évaluer les raisons qui guident la pensée et l'action du supposé dissident ou hérétique, surtout s'il a beaucoup de followers, pour ne pas confondre un prophète avec un rebelle, comme cela s'est produit avec Savonarole ou vice versa pour ne pas confondre un rebelle avec un réformateur, comme cela est arrivé à certains évêques allemands envers Luther, qui, au lieu de condamner le soi-disant «réformateur», ils sont allés aux côtés de Luther. Le prélat n'est pas pressé de juger, ne vous laissez pas influencer par le climat passionné et biaisé qui survient habituellement autour de ces événements, être prudent dans l'évaluation des accusations portées par l'environnement contre l'auteur présumé de l'infraction et préférer l'écouter et le consulter directement. Si c'est le cas, mettre en place un processus, pour ne pas risquer de condamner un innocent ou d'acquitter un coupable.

.

Il peut aussi arriver qu'une excommunication injuste est infligé par un prélat hérétique, qui ne peut pas être officiellement excommunié, pour lequel il n'est pas substantiellement et effectivement en communion avec l'Église, tandis que le sujet a officiellement excommunié, comme Orthodox, il reste en fait en communion avec l'Église.

.

Il est clair qu'un prélat qui excommunie sur la base d'une fausse conception de l'Église ou d'obéissance ou sans être le premier à être soumis au supérieur majeur ou au Pontife romain ou à la Parole de Dieu, excommunication invalide, pour qui en soi, une telle excommunication, il est nul et ne devrait avoir aucun effet. cependant, de facto, l'action d'un prélat autoritaire, influences, tyran, soutenu par ses pairs ou par des puissances mondaines envers une personne honnête mais sans défense, il peut encore produire un effet social délétère, exerçant la violence sur l'excommunié et sur ses disciples, il le calomnie dans la communauté et nuit à la communauté elle-même si trompée par la fausse excommunication.

.

Saint Thomas d'Aquin enseigne que dans ces cas la personne excommuniée peut avoir recours à des supérieurs majeurs. sûrement, si c'est le pape qui a injustement excommunié, nous devrons endurer avec patience, éviter d'adopter des attitudes vengeresses ou rancunières, ce qui mettrait certainement l'excommunié, au cas où il aurait raison, du mauvais côté. Si donc, comme ce fut le cas avec Luther, le rebelle est excommunié à juste titre, il est clair que toute contestation par l'excommunié, cela aggraverait encore sa culpabilité.

.

Le fait qu'une excommunication ne présente aucun vice de forme - être par exemple émané d'une autorité légitime ou entrer dans le fond - ne signifie pas nécessairement qu'il a raison, approprié, charité, légitime. Cela peut provenir de l'arrogance ou d'une faute grave chez l'excommuniant, comme ce fut l'excommunication de Savonarole par Alexandre VI. Et si l'excommunication est également infectée de vices de forme, comme le résultat d'un abus de pouvoir ou, comme observé par saint Thomas d'Aquin, être "non dû ou parce que la peine est contraire à l'ordre juridique" [5], ainsi que d'être injuste dans le contenu et les motifs, ce n'est complètement rien.

.

Les cas de ce genre sont courants aujourd'hui en raison du fait que le modernisme s'est répandu parmi les évêques, il n'est donc pas seulement rare qu'un évêque excommunie un hérétique, mais il arrive même que des fidèles orthodoxes soient excommuniés par des évêques hérétiques. Il est clair qu'une excommunication motivée par une cause hérétique, étant contraire aux normes de la foi et de la loi, Ce n'est rien, dont l'excommunié ne pouvait en principe pas en tenir compte. Sennonché, mais, il est possible que dans ce cas le prélat fasse rage encore plus, pour que les excommuniés soient résignés. De ce point de vue, saint Thomas d'Aquin observe qu'une excommunication peut être injuste et pourtant avoir l'effet punitif [6], auquel il a excommunié, dans l'hypothèse, il n'a aucun moyen de s'échapper ou de se libérer, car à la place, il a eu la chance de pouvoir faire San Giovanni della Croce, s'échapper de la prison du couvent.

.

L'excommunication a un double objectif: première, être une punition exemplaire et saine; exemplaire, pour décourager les autres d'imiter l'excommunié; saluer, c'est-à-dire de nature à inciter les excommuniés à la resipiscence, à la repentance et à la pénitence, afin qu'il puisse se corriger et être réintégré dans la communion ecclésiale. pour ce, ça ne doit pas être excessif non plus, ni trop doux, mais à la mesure de l'étendue des dommages causés à lui-même et à l'Église par le schismatique ou l'hérétique et à la qualité et à la quantité de ses forces morales et à sa réputation dans l'Église, ainsi que l'ascendant, de la renommée et de la suite qu'il a en elle. Il ne faut pas trop l'isoler de la communauté, pour qu'il n'aggrave pas son hostilité à son égard et ne se sente pas tenté de l'abandonner complètement, mais un certain degré d'estime et de considération y soit maintenu. En effet, il arrive que le dissident soit l'objet d'une hostilité injuste et exagérée de la part de certains ennemis fidèles ou trop zélés, malin ou d'intelligence courte, pour lequel le prélat doit défendre et protéger le dissident aussi contre eux.

.

L'excommunication ne doit pas non plus laisser trop de liberté d'action et de mouvement à l'excommunié, il ne devrait pas non plus le laisser trop intégré dans la communauté, parce que cela lui permettrait de continuer à répandre ses hérésies et à fomenter une rébellion contre l'Église. Les excommunications sont trop douces, et purement formel, qui ne dérangent pas trop les excommuniés, ils perdent leur efficacité dissuasive et éducative, ils sont moqués par lui et ses partisans et n'ont aucun effet, sinon pour créer un martyr aux yeux des adeptes. Telle sera probablement l'excommunication de la mafia et, malheureusement, c'était l'excommunication des communistes.

.

Deuxième but de l'excommunication c'est clarifier dans le sens d'aider à discerner qui appartient à l'Église et qui est à l'extérieur, il s'agit donc de libérer l'Église d'un agent dangereux en décourageant les fidèles de vouloir le suivre. Il peut arriver que l'Église soit trop sévère dans ces interventions, comme cela semble être arrivé dans le cas de Pietro Valdo au XIIe siècle, des Albigeois au XIIIe siècle, par Jan Hus au XVe siècle et par Luther. Ils n'ont pas manqué de bonnes idées pour proposer une réforme de l'Église, bien que certainement leurs hérésies étaient condamnables. Cependant, ils ont également compté dans leurs rangs de bonne foi, par lequel, si nous avions eu plus confiance dans le dialogue, peut-être qu'une division douloureuse qui dure encore après des siècles aurait été évitée.

.

LA RECONSTRUCTION DE LA COMMUNION

.

Paradigmatic est la parabole du fils prodigue [Lc 15, 11-32]. L'excommunié n'est pas tant celui qui est expulsé, mais c'est celui qui s'en va. Le décret d'excommunication n'est souvent rien de plus que la triste reconnaissance et la triste nouvelle publique que le frère nous a quittés et est devenu notre ennemi. Il n'y a pas tant d'indignation dans l'excommunication, plutôt la douleur et l'espoir que le fils perdu sera retrouvé. C'était lui qui voulait partir. Et si un frère est expulsé, c'est parce qu'il n'était déjà pratiquement pas en communion et perturbé la communion. Alors à quoi s'attend l'excommunication?? Le retour du frère, son repentir, son repentir. Pourquoi les phénomènes de conversion sont-ils si rares? Peut-être que l'Église n'a pas encore fait assez pour récupérer ces frères, ces moutons perdus. Trop de sévérité et trop peu de miséricorde ont été utilisés. C'est du moins ce que pensait saint Jean XXIII quand il a voulu et appelé le Concile Vatican II. Nous voulions retenir le fils prodigue par la force, sans essayer de le convaincre de ce à quoi il ferait face en quittant la maison de son père. mais, il faut aussi reconnaître franchement que dans de nombreux cas l'honnêteté et l'humilité dont le fils prodigue fait preuve dans la parabole lucanienne, remarquant la mauvaise affaire qu'il a conclue en quittant la maison de son père, ils ont toujours été des vertus rares. Les hérétiques semblent presque toujours aimer manger les caroubes des porcs, et ils s'en vantent, les dorant avec des guirlandes spéciales, comme s'ils étaient un signe de liberté et de sagesse, et en effet ils invitent les autres à les suivre et d'autres les suivent.

.

Ce que l'Église peut faire dans ces cas? Avec le Concile Vatican II, il a décidé de prendre une nouvelle voie, qui minimise le recours à la sévérité et donc à l'excommunication et aux anathema sit. Certains théologiens ont interprété le choix conciliaire comme signifiant que le Concile supposerait que tous les hommes, au moins inconsciemment, ils cherchent Dieu et sont en grâce; c'est pourquoi l'annonce de l'Evangile ne doit plus être proposée dans les termes catégoriques et menaçants d'une AUTOROUTE AUT: comme seul moyen de salut, refus qui ouvre l'abîme de l'enfer: soit tu crois, soit tu ne seras pas sauvé; mais simplement comme une annonce de miséricorde, dont tous les hommes de bonne volonté sont déjà l'objet, peut-être inconsciemment, quelle que soit la religion à laquelle ils appartiennent. Dans cette vision optimiste, puisque tout le monde est sauvé, chacun est libre de suivre sa propre religion. Les conflits doctrinaux n'auraient pas d'importance. Le fait décisif serait que tous sont l'objet de la volonté divine salvifique. Tout le monde alors, peut-être inconsciemment, Ils appartiennent à l'Eglise, qui embrasse toutes les religions, sans exception.

.

Pour les modernistes on ne peut pas dire, puis, aux luthériens, au juif ou au musulman: Vous avez tort. En effet, il peut toujours nous dire: J'ai tort pour toi, mais pas dans ma religion. On comprend alors comment dans cette vision relativiste l'excommunication perd son sens ou son intérêt. Il est clair qu'une Église qui ne se considère pas en possession de la vérité absolue, comme le conçoivent les modernistes, ne distingue plus clairement et définitivement le dogme de l'hérésie, donc l'idée même d'excommunication n'a aucun sens pour elle. Elle s'oppose donc à l'Église du passé, dit par eux préconciliaire, qui semble maintenant taxer et illibérale, irrespectueux du pluralisme, et liberté de conscience.

.

D'autres disent: la gravité et la menace de l'enfer n'ont pas aidé. Mais alors ce ne sera pas qu'à la fin la miséricorde divine atteigne tout le monde et que tout le monde est sauvé? Nous respectons la diversité, nous nous concentrons sur le dialogue et sur ce qui nous unit: les intérêts communs de la paix et de la justice. CA va bien. cependant, il y a des vérités qui touchent Dieu ou le salut, que les frères séparés n'aiment pas. Alors que faisons-nous? quelques-uns, Je suis d'avis qu'il est bon de garder le silence à leur sujet et de n'admettre que les vérités sur lesquelles nous sommes tous d'accord. Nous laissons les autres facultatifs aux confessions individuelles. Mais ce n'est pas le commandement du Christ. Et en fait, le Concile propose à nouveau l'Évangile à toute l'humanité.

.

Le Conseil, mais, contrairement aux précédents, conscient de la tendance irrémédiable humaine à pécher, propre à la nature déchue, donc principalement dédié à la lutte contre le monde et à la condamnation des erreurs et des vices, avec les châtiments connexes infligés au désobéissant, il semble animé par la confiance de pouvoir construire l'harmonie générale de l'humanité autour du Christ sur cette terre [cf. Pacem in Terris], dans la confiance de pouvoir réaliser la collaboration de l'Église avec le monde, pour pouvoir construire une humanité juste, unis et pacifiques, dans lequel l'Église et le monde s'entendent. Le monde est considéré comme substantiellement ouvert à l'acceptation de l'Évangile, et l'Église semble convaincue qu'elle peut conquérir le monde entier, parce que le monde entier attend le Christ. Et ainsi le Concile semble minimiser la tendance des hommes à la méchanceté et au péché - d'où le besoin de coercition et de discipline -, résultant du péché originel et croyez que l'éducation, le témoignage et la prédication de l'Évangile suffisent à créer ici-bas une humanité finalement juste, heureux et agréable.

.

et pourtant, l'Apocalypse, prévoit que le choc de l'Église avec le monde - la femme et le dragon - durera jusqu'à la parousie, ainsi la conclusion de l'histoire ne sera pas la symbiose de l'Église avec le monde et l'unification générale de l'humanité dans l'harmonie et la paix, mais plutôt la victoire de Christ sur les puissances du mal et la séparation définitive du blé de la mauvaise herbe, avec le salut des élus et la damnation des réprouvés.

.

Une autre chose à noter: jusqu'à Vatican II, l'Église a toujours continué à clarifier son identité et à s'opposer au monde. D'où la facilité avec laquelle il se disputait avec le monde, il condamne les erreurs du monde et excommunie ceux qui cèdent aux séductions du monde, surtout du monde moderne. Elle a pris grand soin de ses enfants, il voulait qu'ils soient protégés des pièges du monde et des erreurs des autres religions, y compris les chrétiens non catholiques, alors qu'elle était sévère envers le monde, dans lequel il ne voyait presque que les dangers et la corruption. S'il a contacté le monde, le but était de le convertir à l'Évangile, selon le commandement du Christ.

.

Vatican II s'est adressé à l'Église à une plus grande ouverture aux valeurs du monde et des autres confessions religieuses. Cela a conduit à un enrichissement et une amélioration du costume, de la théologie et de la culture catholiques, mais en même temps le souci de préserver l'Église de la pénétration en elle de doctrines erronées ou dangereuses a diminué. Alors il est arrivé que, si d'une part l'Église a adopté une attitude plus conciliante envers le monde, d'autre part, des conflits internes et la corruption ont surgi en raison de la pénétration des erreurs du monde et des mauvaises coutumes, pénétration insuffisamment empêchée par les bergers, qui ont considérablement réduit l'utilisation de l'excommunication.

.

Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est un plus grand soin des bergers, à commencer par le pape, la bonne formation des fidèles et des pasteurs eux-mêmes, à pacifier des âmes amèrement divisées par une opposition misérable et gangréneuse entre Lefebvriens et modernistes, qui traîne depuis cinquante ans, dans la défense de l'Église contre la pénétration d'idées fausses ou hétérodoxes et donc dans la reprise modérée d'un usage sage et prudent de l'institution de l'excommunication, sans pour autant renoncer à ce que le Concile a produit dans la relation de l'Église avec le monde moderne. Il est clair que l'œuvre d'évangélisation doit se poursuivre; mais il ne faut pas se tromper que dans un avenir lointain ou proche l'humanité se rassemblera autour de l'Église. Il n'y a pas non plus d'espoir pour une coexistence pacifique mondiale entre les religions, comme certains spéculent ou espèrent.

.

Au christianisme, par la volonté du Christ, la domination du monde appartient. Les religions doivent être soumises à la religion chrétienne catholique. Le christianisme ne convient pas, par sa nature, être une religion à égalité avec les autres, comme s'il s'agissait d'un parti politique dans un parlement mondial. Ne confondons pas les relations civiles entre religions avec l'Organisation des Nations Unies. Ce ne sont pas les choses prévues par l'eschatologie apocalyptique. Le christianisme continuera de s'étendre, mais toujours en lutte contre les forces de Satan. Toujours, dans l'Eglise, le blé et les mauvaises herbes se mêleront, elle doit toujours se purifier du péché et expulser l'indigne de son sein, il sera toujours combattu par les ennemis et il sera toujours persécuté. Il progressera et se renouvellera toujours dans l'histoire, et il convertira les cœurs au Christ, accueillera toujours de nouveaux enfants, et générera de nouveaux saints, jusqu'à, à une époque connue seulement de Dieu, l'Église paraîtra vaincue et la grande apostasie se produira, planifié par San Paolo, qui cependant précédera le retour triomphal du glorieux Christ.

.

Varazze 24 septembre 2018

.

.

______________________

REMARQUE

[1] "Voué à l'extermination" (eb. Cherem), dans le trad. de la CEI.

[2] Commentaire sur les lettres de saint Paul, c.9, 3, lect.I, n.739, éditions Marietti,Turin-Rome 1953, p.134.

[3] Défaut spirituel imputable à l'opportunisme, à la flatterie et à la lâcheté, aujourd'hui répandu parmi les évêques, pour lequel ils, par ignorance grossière ou par respect humain ou par attachement au siège épiscopal, ils ne remarquent même pas qu'ils sont pris par le nez par les hérétiques. Non seulement ils fuient devant le loup qui est entré dans la bergerie, mais ils ne remarquent même pas sa présence, confiant d'importantes charges ecclésiastiques à des personnes qui devraient être excommuniées.

[4] Summa Theologiae, suppl., q.21, a.4.

[5] ibid.

[6] Summa Theologiae, suppl., q.21, a.4.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ [email protected] ]

.

.

.

.

.

Père John

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

Une réflexion sur "Excommunication comme remède hérésie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.