toujours sur “divorcé et remarié”, le troisième tour avec Antonio Livi

TOUJOURS “DIVORCE REMARIÉ”, LE TROISIÈME ROND AVEC ANTONIO LIVI
.

L'Eglise ne dit nulle part que ces gens sont constamment privés de la grâce de Dieu, à-dire dans le péché mortel. plutôt, Déjà aujourd'hui, ils ont la permission de faire une communion spirituelle, Cela suppose qu'ils peuvent être dans la grâce, Giacchè, comme vous pourriez penser à faire une communion spirituelle dans un état de péché mortel?

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Monseigneur Antonio Livi m'a soulevé de nouvelles objections sur son site Union apostolique Fides et Ratio [voir QUI, QUI]; site auquel vous pouvez également accéder depuis page d'accueil dell’Île de Patmos glisser vers la droite sous l'en-tête “publications et associations”. A eux je réponds. Les objections sont numérotées. A chacun je suis ma réponse.

.

1. L'Église considère à juste titre ces personnes comme dans un «état de péché», c'est-à-dire dans une situation objective qui les prive de la grâce de Dieu et qui ne leur permet de recevoir l'absolution sacramentelle qu'après avoir montré au confesseur des signes concrets de conversion (repentance intérieure et réparation extérieure), ce qui leur permettrait de revenir à un "état de grâce" et de pouvoir recevoir la communion.

.

L'Église ne dit nulle part que ces personnes sont constamment privées de la grâce de Dieu, à-dire dans le péché mortel. plutôt, Déjà aujourd'hui, ils ont la permission de faire une communion spirituelle, Cela suppose qu'ils peuvent être dans la grâce, Giacchè, comme vous pourriez penser à faire une communion spirituelle dans un état de péché mortel?

.

2. le théologien dominicain ne veut pas prendre note de la distinction (que je lui ai déjà rappelé) entre "cas" (événement hypothétique considéré dans l'abstrait) c'est fait" (événement concret pouvant faire l'objet d'une expérience subjective et intersubjective). S'il avait pris en compte cette distinction logique, ne continuerait pas à accuser qui de «jugements irréfléchis», venir me, souviens-toi juste de ça, basé sur la doctrine du Magistère, les baptisés qui ont divorcé et ont établi une coexistence publique adultère sont objectivement (quant à l'objet moral d'une action libre et responsable) dans un état de péché mortel.

.

Tout ce que nous pouvons et devons dire ou savoir selon la doctrine de l'Église, est que les deux sont dans un état de vie illicite, irrégulier, très dangereux pour leurs âmes et sont un scandale pour les fidèles. Mais entre le savoir et prétendre qu'ils sont incessamment et inexorablement dans un état de culpabilité mortelle, ça marche beaucoup et ce serait, comme on dit en logique, une conséquence plus large des locaux. En fait, il faut distinguer l'état de vie d'une personne des actes moraux de cette personne, ou par l'état de la volonté de cette personne. L'état de vie demeure; la volonté peut changer d'un moment à l'autre du bien au mal et du mal au bien. Un état de vie peut favoriser ou empêcher le péché ou la grâce, mais ça ne peut pas les causer, parce que le péché est causé par la mauvaise volonté, tandis que la bonne action est causée par la bonne volonté mue par l'action divine de la grâce, ce que les théologiens ont appelé «prémotion physique». si, celui qui est dans l'état divorcé et remarié, peut être en grâce, tandis que celui qui a embrassé l'état de chartreux, il peut être dans le péché mortel.

.

3. Cavalcoli restreint indûment le cas de "l'état de péché" à la coexistence plus uxorio (objectivement adultère) entre des personnes qui ont divorcé de leur conjoint légitime. Avec cette restriction indue de l'affaire, il ne prend pas en compte toutes les autres responsabilités morales très graves que j'ai mentionnées plus tôt., et fait ensuite semblant d'ignorer que la responsabilité morale est personnelle: il n'y a pas de responsabilité en tant que couple, et donc il n'y a même pas la possibilité (proposé, comme nous l'avons vu, par l'archevêque d'Ancône) «absoudre» le couple comme sujet moral unique.

.

Malheureusement Antonio Livi me fait dire ce que je n'ai pas dit. premier, Je n'ai jamais dit que les deux se limitaient à ne commettre que des péchés contre la chasteté, mais, au contraire, J'ai mentionné la possibilité qu'ils commettent également d'autres péchés. selon, Je n'ai jamais parlé de "responsabilité de couple", car je sais très bien que chacun a sa propre responsabilité. Ainsi l'un des deux pourrait être en grâce et l'autre en péché.

.

4. Cavalcoli, que ces derniers temps, dans sa polémique contre les "Lefebvriens", il a affirmé que les enseignements de Vatican II sont considérés comme "infaillibles", qui voulait aussi se présenter comme un Concile non dogmatique (“pastoral”), maintenant il prétend que tous les enseignements contenus dans le magistère ordinaire sont également considérés comme "infaillibles", dogmatisme, mais simplement “pastoral”, de ce pape. À la fois, pour justifier les changements “disciplinaire” (mais de manière à impliquer une réforme doctrinale radicale) qu'il suppose et présuppose que le Pape souhaite introduire dans la pratique pastorale sur la famille, Cavalcoli prétend qu'il est considéré comme simplement "pastoral", et donc reformable, le magistère de Saint-Jean-Paul II sur le mariage: magistère qui, en revanche, est incontestablement dogmatique dans les intentions et dans la matière, ceci étant déjà défini en termes théologico-moraux irréformables par l'Écriture et par le Concile de Trente. Bref, c'est la loi de Dieu, interprété avec autorité et infailliblement proposé par l'Église. néanmoins, Cavalcoli, concernant le sacrement du mariage et l'accès aux sacrements de la Pénitence et de l'Eucharistie par les fidèles qui vivent en concubinage et ne veulent pas changer leur état de vie, il insiste sur le fait que l'Église peut et doit changer cette loi, le considérant de nature purement "disciplinaire", donc accidentel et temporaire, quand au contraire il se présente comme fondamental et pérenne.

.

Suite à ce qui a été déclaré par les papes post-conciliaires, au contraire, il faut tout d'abord dire que Vatican II n'était pas seulement pastoral, mais aussi doctrinal. Et si par "infaillible" nous entendons simplement que les doctrines - remarquez: les doctrines, pas les directives pastorales - du Concile ne contiennent pas d'erreurs, ce sera toujours vrai, et qu'ils ne peuvent pas se tromper maintenant ou dans le futur, Eh bien, je ne vois pas quel problème il y a à dire qu'ils sont infaillibles, au sens évident et actuel du mot, c'est-à-dire "qui ne peut pas se tromper", même s'il n'y a pas de nouvelles définitions dogmatiques certes infaillibles. en second lieu, J'ai déjà expliqué les deux sur’Île de Patmos que dans d'autres endroits où saint Jean-Paul II entreprise familiale il se borna simplement à se souvenir, justifier et recommander la loi ecclésiastique en vigueur, sans se poser la question de savoir s'il peut être changé.

J'ai déjà démontré dans des interventions précédentes sur’Île de Patmos et ailleurs, que la norme actuelle, dans la mesure où il est conforme à la loi divine, il n'en descend pas de manière nécessaire et unique, mais c'est une application pastorale parmi d'autres possibles. pour ce, l'Eglise, en vertu de son pouvoir juridictionnel (le "pouvoir des clés"), pour des raisons à vous de juger, ça peut le changer.

Ce n'est pas en jeu ici, comme dit Antonio Livi, L'interprétation", mais l'application de la loi divine, qui, dans l'étendue de ses applications possibles, peut en admettre d'autres, différent de l'actuel. Bien sûr, l'interprétation de la loi divine est une question dogmatique. Et ici c'est clair qu'il n'y a qu'une seule vérité. Mais ici c'est une question pratique: comment faire les sacrements, respectant leur essence immuable, peut porter le plus grand fruit possible de la grâce? Ici, plusieurs solutions possibles s'ouvrent. Et ici la sagesse pastorale de l'Église est mesurée.

en troisième lieu, Je voudrais demander à Antonio Livi où c'est que j'aurais déclaré "infaillible" tous les enseignements du Pontife actuel. Si quoi que ce soit, je l'ai défendu de ceux qui l'accusent d'hérésie. Mais je pense que j'ai le droit et le devoir de faire ça.

.
5. Cavalcoli se protège de l'intention présumée du pape François d'aller dans cette direction.

.

Au contraire, J'ai toujours dit que je ne suppose pas du tout que je sais ce que le Saint-Père décidera. J'ai simplement dit et prouvé que, s'il pense qu'il est juste d'accorder les sacrements aux divorcés et remariés, dans des cas particuliers et dans des conditions très spécifiques, a le pouvoir et est libre de le faire, sans avoir à l'accuser, comme le font certains exaltés, de l'hérésie.

.

6. Cavalcoli veut que la nouvelle discipline sacramentelle prévoie que "dans le forum interne" un fidèle peut être autorisé à recevoir la communion "même s'il n'a pas pu obtenir l'absolution", précisément avec le manque des conditions de la vraie contrition et l'intention de sortir de la situation illégitime. De ces exigences, comme je le disais, le prêtre confesseur est le juge, qui opère dans le forum interne, c'est-à-dire lors de l'entretien au confessionnal. Mais il peut, à la fois, refuser l'absolution sacramentelle aux fidèles - pour manque objectif des exigences établies par la loi divine et ecclésiastique sur le sacrement de pénitence – et «l'autorisez» à recevoir la communion tout de même car il est subjectivement convaincu que ce pénitent a été absous par Dieu «directement», c'est-à-dire extra-sacramentellement?

.

Si le pénitent n'est trouvé que dans un état de péché véniel, il n'est pas sans grâce. si, après s'être purifié des péchés par des actes pénitentiels personnels, peut aller à la communion, même sans avouer d'abord. mais, comme je le disais, il est clair que, si le Pape accorde les deux sacrements, ceux-là aussi, s'ils sont tombés dans le péché mortel, ils devront se confesser avant la communion, comme tous les autres fidèles.
Nous devons aussi nous souvenir de la doctrine de l'Église, selon lequel même ceux qui sont tombés dans le péché mortel et n'ont actuellement pas la possibilité de se confesser, il est pardonné par Dieu en vertu d'un acte de contrition ou d'une douleur parfaite, en vue d'accéder à la Sainte-Cène le plus tôt possible et si possible.

.

Varazze, 11 novembre 2015

.

.

______________________

NOTE

Cet article a été rédigé par le théologien dominicain Giovanni Cavalcoli quelques jours après la publication de l'article critique de Mons. Antonio Livi. Nous ne le publions que maintenant car pendant une semaine le Père Ariel S. Levi di Gualdo était engagé dans la prédication des exercices spirituels au clergé, alors que je, qu'à l'époque j'étais avec lui pour l'aider, Je ne pourrais pas à mon tour fournir. A rempli cet engagement, nous avons traité de divers sujets liés au christianisme et à l'islam suite aux attentats de Paris. C'est la raison pour laquelle nous avons publié cet article-réponse rédigé le 11 novembre avec plusieurs jours de retard.

.

Jorge A. Facio Lince

secrétaire de rédaction

.

.

.

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

Une réflexion sur "toujours sur “divorcé et remarié”, le troisième tour avec Antonio Livi

  1. Tour. père Cavalcoli,
    Leggo il titolo come un ossimoro: un d “Encore” fa da contrappuntoterzo round”.
    Siccome i contendenti non sonodilettanti” – tanto è di regola la durata un incontro dellanoble artloro riservatobensì trattandosi diesperti pluricampionientrambi abilissimi nel gioco di difesa e di rimessa, rintuzzandogli attacchi, corriamo il rischio di esaurire la distanza normalmente prevista quella delle dieci riprese, senza che la giurianoi lettoririesca ad individuare un chiaro vincitore e debba quindi ripiegare su un salomonico verdetto di parità.
    Fuor di metafora, Chers Pères, è mio auspicio che sia giunta l’ora di incontrarvi in campo neutro, lontani da occhi indiscreti,di guardarvi in faccia, di chiarirvi, di abbracciarvi e poi, a suggello della ritrovata concordia teologica e dottrinale, pubblicate un testo congiunto che evidenzi il molto che vi unisce, piuttosto che il pochino che vi divide. Ad majorem Dei gloriam.
    Sono certo che tanti vostri estimatori la pensino come me.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.