aimer la joie. Lust et le mariage. La pensée de l'apôtre Paul

la joie. Lust et le mariage. PENSÉE DU PAUL APÔTRE

 

.

A Saint-Paul, il est clair que pour lui la relation homme-femme correspond au rapport supérieur inférieur [I Cor 11, 7-9; 14,34; Tm 2, 11-14]. Mais ce sont ses idées. La doctrine au lieu de son mari « chef de la femme » [si 5, 22-33] Il est une autre affaire. En fait, alors que sur le sujet général « L'homme-femme » sentir Paul avec son rabbinique misogynie, la doctrine de la relation mari-femme certainement brille la beauté de la Parole de Dieu, cela ne va pas, et qui a été confirmé et approfondi par le Conseil, il est venu à affirmer que « leur union constitue la première forme de communion des personnes »

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

Giovanni Cavalcoli écrit: "Malheureusement, pendant de nombreux siècles, on ne s'est pas rendu compte que Paul ne reflétait pas authentiquement la vision de la Genèse ou même celle de l'Evangile" [ed. QUI]. ici, il a fallu Giovanni Cavalcoli pour dire que saint Paul, l'Apôtre des Gentils, le plus grand missionnaire et évangélisateur de l'histoire de l'Église "ne reflète pas authentiquement la vision de la Genèse ou même de l'Évangile". Et puis qui, de grâce, le reflète authentiquement? dépenses, après 2000 âge, il s'est rendu compte que saint Paul n'était pas inspiré par le Saint-Esprit mais par foia quand il a écrit ses épîtres? Mais Giovanni Cavalcoli, évidemment! Plus savant que San Girolamo, plus profond que Sant 'Agostino, plus spirituel que saint Thomas, plus mince que San Bonaventura. Plus inspiré que l'Esprit. ici, J'ai une proposition. Je propose de modifier une rubrique du missel selon le rite romain de la Sainte Messe. Quand 1 Cor 7,9, au lieu de "Parole de Dieu", on dira "Ici Paul ne reflète pas authentiquement la vision de la Genèse ou même de l'Evangile" ou "Parole de foia" ". A quoi les fidèles répondront avec jubilation «Nous rendons grâce à Cavalcoli!».

Matteo

.

.

.

4. bergoglionate
style, classe et surtout “haute catéchèse” Blog Bergoglionate

Commençons par la méthode de l'exégèse biblique, depuis m'être permis d'avoir remarqué qu'à Sao Paulo il y a des idées douteuses sur la concupiscence sexuelle, lié à son anti-féminisme, J'ai été attaqué de plusieurs côtés avec des accusations de modernisme et de rahnérisme [cf. QUI]. Je pense qu'il est bon de répondre à mes adversaires, parce que cela me donne l'occasion de m'expliquer davantage.

.

Tout d'abord, je rappelle à mes adversaires que j'ai écrit un livre de critique de Rahner, le fruit de trente ans d'études. Je vous invite à le lire [1]. Et au lieu de perdre du temps avec moi, essayez-les d'écrire une critique de Rahner comme celle que j'ai faite!

.

Alors je commence par un discours sur la méthode. Dans l'exégèse de la Sainte Écriture, il faut distinguer ce qui est vraiment la Parole de Dieu des idées de l'hagiographe ou de la culture de son temps. L'inerrance des Écritures fait évidemment référence à ces passages, dans lequel l'hagiographe, inspiré par Dieu, énonce les vérités révélées par Dieu, c'est-à-dire la vérité de la foi.

.

Senonché, mais, il est inévitable que l'hagiographe, être humain limité et faillible, comme tous, vous laissez également vos propres opinions ou votre temps s'écouler, qui ne sont pas la Parole de Dieu, mais ils peuvent être des idées très arriérées ou même fausses, évidemment sans intention de tromper, mais simplement soit par ignorance, soit par les limites de ses connaissances.

.

De cette façon,, le progrès des connaissances des enseignements bibliques implique le fait que, alors que ce qui appartient à l'Apocalypse demeure toujours inchangé, être la Parole de Dieu, les idées de l'hagiographe peuvent aussi être acceptées pendant longtemps; mais il est possible qu'à un moment donné, l'Église remarque, à la lumière de la Parole même de Dieu, qu'ils sont périmés ou à corriger.

.

C'était, après tout, d'opinions humaines, que l'Église n'accepte pas au sens de les dogmatiser - ce qu'elle ne pourrait jamais faire -, mais dans le sens où pour un temps, même plusieurs siècles, il ne les désapprouve pas et les laisse circuler. mais quand, avec le progrès de l'exégèse et la vie de l'Église elle-même, il est clair que ces idées sont dépassées ou erronées, l'Église intervient en adoptant la nouvelle et meilleure interprétation, qui reflète le mieux la vérité de la Parole de Dieu.

.

Antiquité, même millénaire, d'une doctrine biblique, il ne témoigne pas toujours de son immuabilité; il est nécessaire de vérifier dans des cas individuels s'il s'agit d'un donné de la foi ou un avis de l'hagiographe. Si l'Église se rend compte et quand elle se rend compte qu'il s'agissait d'une simple idée de l'hagiographe ou de son environnement culturel, il n'hésite pas à l'abandonner ou même à l'exclure explicitement, même s'il le fait avec tous les égards, ne pas manquer de respect à l'hagiographe.

.

Les défauts des modernistes et leur prétendue exégèse moderniste, à environ, ils ne sont pas donnés par ce principe de distinction entre les données révélées et les idées de l'hagiographe, mais de deux choses:

.

Première chose. Les modernistes sont des historicistes ou des évolutionnistes, c'est-à-dire qu'ils n'admettent pas de vérités universelles et immuables, pas même ceux de la foi. Pour eux tout change, même Dieu. puis, non seulement les idées de l'hagiographe changent, mais aussi les données révélées, en ce sens qu'aujourd'hui nous ne croyons plus aux mêmes vérités de foi, que saint Paul croyait, car même la vérité de la foi change avec le temps et varie selon les différentes cultures, donc pour eux il n'y a pas de foi unique, mais une pluralité de "croyances". Selon eux, il n'y a pas de vérités éternelles et supra-temporelles, mais La vérité est la fille du temps. Ce qui était vrai hier, c'est faux aujourd'hui et vice versa. donc, l'Église a tort de répéter toujours les mêmes doctrines ou les mêmes dogmes, parce que de cette façon, il est en retard sur le progrès historique.

.

Selon les modernistes, par exemple Schillebeeckx, l'identité du contenu de la foi dans le temps n'est pas assurée par des concepts dogmatiques, qui ne sont pas fixes, mais ils changent et doivent changer, selon les circonstances et les situations historico-culturelles. en fait, par Schillebeeckx, le concept ne saisit pas le réel en lui-même, mais il ne s'occupe que de toi sans l'atteindre. Le réel est plutôt capturé par une «expérience athématique préconceptuelle», béton, global et existentiel, qui en soi est inexprimable. Nous devons l'exprimer; mais, par la nature même de notre savoir, au moment où nous le faisons, nous sommes obligés d'utiliser simple, «modèles interprétatifs» incertains et précaires, qui ne sont que des images ou des métaphores ou des comparaisons, substantiellement subjectif, au moins par rapport à un moment donné ou à une culture donnée.

.

Qui prétend posséder, en matière de foi, vérités universelles, absolu et éternel, est une personne rigide et intolérante, ne sait pas apprécier le pluralisme, cela n'a aucun sens historique, c'est un arriéré, il ne comprend pas son temps, il est présomptueux, et un fondamentaliste. et dil suit cette gnoséologie relativiste et évolutionniste, dans le domaine de la connaissance de la foi, que le contact cognitif avec le Christ n'est pas assuré, comme dans les dogmes, à partir d'idées abstraites, mais de l'expérience athématique susmentionnée, impliquant la pratique, expérience qui serait la même foi, pour lequel nous puisons dans le mystère du Christ. Senonché, mais, par Schillebeeckx, quand on l'interprète, nous exprimons et communiquons par concepts, ces concepts ne sont pas et ne doivent pas toujours être les mêmes, mais ils sont et doivent changer et être différents, c'est-à-dire adapté au mystère que nous entendons saisir et exprimer, selon les horaires, circonstances et personnes, auquel nous nous adressons. Si l'on reste attaché à un concept dépassé ou passé, il vit en dehors de son temps et utilise un langage incompréhensible pour ses contemporains.

.

par exemple, pour exprimer aujourd'hui le mystère du Christ, Schillebeeckx propose d'arrêter de dire que "Jésus est Dieu", pourquoi cette expression, selon lui, ce serait un vestige de l'ancienne mythologie païenne de «l'homme divin» (theiós anèr), au contraire, il vaudrait mieux désigner le Christ comme un "prophète eschatologique". Et pareillement, au lieu de parler, comme le concile de Chalcédoine, de "une personne sur deux natures", il vaudrait mieux parler "d'une nature à deux personnes". Et ainsi de suite.

.

Deuxième chose. En interprétant les Écritures, les modernistes, comme les protestants, ils ne tiennent pas compte des passages que l'Église fait a déjà interprété ou même servir de justification, preuve scripturaire ou fondement d'un enseignement dogmatique, et donc ils ne respectent pas l'interprétation faite par l'Église, mais ils les interprètent à leur manière, tomber facilement dans l'hérésie.

.

Voici un exemple. l'Eglise, basé sur ces passages de l'Écriture, où on parle de l'âme humaine, insigne 1. la distinction entre l'âme et le corps [Concile du Latran IV du 1215; 2]; que l'âme est la forme substantielle du corps [Conseil des Viennes de 1312; 3]; que l'âme est immortelle [Concile du Latran V du 1513]. bien, Rahner, nier explicitement ces dogmes de l'Église, soutient que lorsque la Bible parle de l'âme, signifie toujours l'homme entier.

.

Dans la question à l'examen, le cas de San Paolo est certainement particulièrement délicat, puisqu'il n'est pas un simple hagiographe comme les autres, mais d'un éminent apôtre. Mais l'Église, qui ne fait attention qu'à la vérité, il n'a aucun problème à surmonter et à corriger même les idées humaines, conditionné historiquement, d'un San Paolo. Ce fait est observé avec une extrême clarté précisément en ce qui concerne notre thème de la luxure sexuelle, étroitement liée à celle de la dignité de la femme et du mariage, à tel point qu'il est bon de les traiter ensemble.

.

La doctrine paulinienne du mariage comme "remède à la concupiscence", il a en fait été enseigné par des moralistes jusqu'au Concile Vatican II, qui, vice versa, s'occuper du mariage, ne parle absolument pas de cette chose. Et depuis, les grands documents papaux, comme la vie humaine du Bienheureux Pape Paul VI, la entreprise familiale Saint-Jean-Paul II, jusqu'à La joie de l'amour du souverain pontife, Je suis sur cette ligne. Ce qui démontre clairement ce qu'est cette idée de São Paulo dépassé, et s'il est obsolète, de toute évidence, Paul ne parle pas réellement au nom de Dieu là-bas, mais en son propre nom, ou peut-être qu'il confond son idée de bonne foi avec une révélation divine.

.

Ce n'est pas évidemment ici pour remettre en question ou nier l'existence de la luxure sexuelle, ou la possibilité de l'annuler dans la vie présente. Au lieu de cela, c'est un héritage du péché originel présent en tout le monde, et qui consiste en une pulsion irrationnelle vers le plaisir sexuel et l'acte qui y correspond. La recherche du plaisir est une impulsion naturelle chez l'homme et l'animal. le problème, pour homme, est que cette recherche doit être rationnellement motivée; et sinon, elle est pécheresse. bien, la concupiscence fait que la personne de l'autre sexe nous attire avec une telle force, que dans certains cas, il est très difficile d'arrêter.

.

Saint Paul dit: qui ne peut pas retenir, se marier. Si, par contre, il le fait, tu ferais mieux de rester vierge. aujourd'hui, comme je l'ai dit dans mon article [cf. QUI], depuis après le concile, la L'Église parle différemment: tous, avec une bonne discipline, l'exercice et l'aide de la grâce, nous devons pouvoir nous dominer, se réguler, pour nous contrôler et nous retenir, alors ce n'est rien de plus que la vertu cardinale de la tempérance, obligatoire pour tous, si nous sommes appelés au mariage, si nous sommes appelés à la vie religieuse. Paul aussi, dans d'autres endroits, il l'admet sans problème. Et c'est certainement la Parole de Dieu.

.

Le choix de sa vocation, dans la spiritualité d'aujourd'hui, que ce soit le mariage, la vie consacrée ou le sacerdoce, il n'est plus compris en répondant à la question de savoir si je peux ou non me retenir du sexe. mais, en supposant que j'ai atteint ce degré de tempérance, qui me rend maître de mes instincts, ce choix doit être fait pour des raisons bien supérieures: c'est-à-dire la réponse au don de Dieu, ce que Paul lui-même reconnaît: "Chacun a son propre don de Dieu" [I Cor 7,7].

.

Cela signifie que l'acte conjugal il ne doit pas être considéré comme une conséquence de l'ouverture des fenêtres matrimoniales, à travers lequel éclate tumultueusement le torrent de la passion, mais légalisé, dans la vie conjugale. Cela ne doit pas être considéré comme une satisfaction, un débouché et en même temps une barrière légitime et tolérée, de la luxure, qui autrement se répandrait imparable, alors sa répression serait insupportable ou impossible, comme il le croyait Luther.

.

L'acte sexuel au lieu de cela, il doit être une expression de don de soi, volonté de rendre l'autre heureux et accueil reconnaissant de la don que l'autre fait de lui-même. Acte, que, comme je l'ai dit dans mon article précédent, exprime l'amour et augmente l'amour. L'accomplissement de la dette conjugale elle-même, qui est un devoir de justice et de service à l'autre, plus fréquent chez les personnes âgées, dans lequel la poussée deÉros, il doit continuer à être plus que jamais une expression d'amour. On pourrait même dire, penser au sacrement du mariage, que l'acte conjugal est signe et incitation à la sainteté.

.

Le changement de conception du mariage initiée par le Conseil consiste en une vision plus optimiste et plus noble, plus fidèle à la Genèse et l'Évangile: tandis qu'avant le Concile, le mariage était mis accentué à l'horizon de la nature déchue avec le péché originel et l'infériorité de la femme par rapport à l'homme, la nouvelle vision est définitivement placée à l'horizon de résurrection et d'égalité à caractère spécifique entre les deux et de complémentarité mutuelle.

.

La dignité des femmes aujourd'hui, il vaut mieux la lumière, ses qualités morales sont mieux mises en valeur, ses attitudes spirituelles les plus élevées, tandis qu'à l'inverse, les raisons ou les préjugés diminuent, que par le passé, comme dans l'Ancien Testament lui-même, ils ont fait voir à la femme presque un trop léger, un mineur, à responsabilité limitée. Elle était vue comme une créature fragile, impulsif, émotif, facile aux illusions, suggestionabile, non fiable, conduire, pour éduquer, contrôler, corriger et tenir à distance; ou un danger: une séductrice, presque une sorcière, dont il faut se méfier. au fond, la femme a été vue à la lumière de la pécheresse Eve et non de Notre-Dame.

.

À San Paolo il est évident que pour lui la relation homme-femme correspond à la relation supérieur-inférieur [I Cor 11, 7-9; 14,34; Tm 2, 11-14]. Mais ce sont ses idées. La doctrine au lieu de son mari « chef de la femme » [si 5, 22-33] Il est une autre affaire. En fait, alors que sur le sujet général « L'homme-femme » sentir Paul avec son rabbinique misogynie, la doctrine de la relation mari-femme certainement brille la beauté de la Parole de Dieu, cela ne va pas, et qui a été confirmé et approfondi par le Conseil, il est venu à affirmer que « leur union constitue la première forme de communion des personnes » [GS, 12].

.

Ces limites que l'on retrouve dans la conception paulinienne des femmes n'empêchent pas l'apôtre d'énoncer certains principes fondamentaux de la conception chrétienne de la femme, des principes, qui sont certainement l'objet de l'Apocalypse: le principe de la réciprocité: «Dans le Seigneur, ni la femme sans l'homme; l'homme n'est pas non plus sans femme " [I Cor 11,11]; et la perspective deunion eschatologique, où la résurrection des sexes est implicite, dont saint Jean-Paul II a longuement parlé dans ses catéchèses sur la théologie du corps: "Il n'y a plus d'homme ni de femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ " [Fille 3,28]. C'est la récupération claire de Gen 1-2, où l'égalité d'une dignité et d'une nature spécifiques est enseignée.

.

Avec le Conseil, cependant, il y a eu une amélioration de la vision de la femme, pour lequel elle, sans pour cela on tombe dans des optimismes faciles, on le voit plus à la lumière de Notre-Dame que d'Eve. Le Concile a confirmé la substance de la sublime doctrine paulinienne sur le mariage comme image mystique ("magnum mysterium"!) et un signe sacramentel de nul autre que l'union du Christ avec l'Église. Dans cette doctrine - et ici nous sommes vraiment dans la Parole de Dieu -, où rien ne transpire du mépris de Paul pour les femmes et de sa doctrine sur la luxure sexuelle, on ne semble même pas trouver le même auteur. le reste, une note discordante de Paolo lui-même semble se trouver au c.7 du Première Corinthiens, où il est difficile de s'accorder sur la sublime comparaison mystique susmentionnée avec la note peut-être trop humaine, selon laquelle «la femme mariée se soucie des choses du monde, comment son mari peut-il plaire " [v.34]. Mais si le mari est l'image du Christ, qu'en est-il de cette image alors? Nous sommes encore une fois de plus avec le remède de la concupiscence?

.

Le lien entre la femme est évident vu sous cet angle et le problème du contrôle sexuel. Les progrès de la connaissance de la dignité féminine au cours des siècles sont allés de pair avec une perspective plus élevée du mariage et de la sexualité. Il est également évident que, plus l'homme abandonne son complexe de supériorité et voit dans la femme moins la tentatrice ou la trop léger, plutôt le compagnon de voyage vers le ciel, l'union conjugale deviendra de moins en moins la soupape de sécurité et le débouché légitime et toléré de l'instinct et du don de plus en plus désintéressé de l'amour: la joie!

.

Varazze, 10 mai 2016

.

.

___________________

Remarque

[1] Karl Rahner. Le conseil a trahi, Faith questions&culture, Vérone 2009.

.

.

.

.

.

.

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

4 réflexions sur "aimer la joie. Lust et le mariage. La pensée de l'apôtre Paul

  1. L'acte sexuel, en revanche, doit être une expression du don de soi, la volonté de rendre l'autre heureux et l'acceptation reconnaissante du don que l'autre fait de lui-même.

  2. Entre ceux qui insultent et ceux qui applaudissent (dans les deux cas, peut-être, un po’ a priori) Je pense qu'il y a aussi ceux comme moi qui sont troublés à la lecture de ces articles de théologie.

    pour certains’ pendant des jours je pense aux deux derniers conciles œcuméniques, Je te lis et ressens une profonde tristesse.

    Je regrette le bon vieux temps, quand ces discussions théologiques sont restées parmi vous des initiés et que le Souverain Pontife connaissait à peine le nom.

    Seule la pensée qu'Il sauve me rassure. Avec l'aide de ta mère, clair.

    Un petit communiqué.

    sincèrement,
    Paolo.

  3. Cher Père Cavalcoli,

    J'ai vraiment du mal à réconcilier sa déclaration sur Paul “mais ce sont ses idées” avec quoi le “la providence a” dans ces passages:

    “Mais il n'est absolument pas permis de restreindre l'inspiration à seulement certaines parties de la Sainte Écriture., ou admettre que le même auteur sacré a commis une erreur. […] Il est donc inutile de dire ici que le Saint-Esprit a pris les hommes comme instruments d'écriture., comme si une erreur aurait certainement pu échapper à l'auteur principal, mais aux écrivains inspirés. […] Cela a toujours été cru par les saints pères: “donc – dit saint Augustin -, depuis qu'ils ont écrit ce qu'il a montré et dit, on ne peut en aucun cas dire que ce n'est pas lui qui a écrit, quand ses membres travaillent ce qu'ils savaient sous la parole du chef”. Et saint Grégoire le Grand dit: “E’ vraiment vain de chercher qui a écrit de telles choses, quand on croit fidèlement que l'auteur du livre est le Saint-Esprit. Alors il a écrit ces choses qui leur ont dicté d'être écrites; a écrit celui qui, même dans le travail de cela, était l'inspirateur”.

    Il doit être lu dans son contexte, J'ai dû m'éloigner pour des problèmes…

    1. Cher Fabrice.

      Le Pape se réfère à l'hagiographe comme inspiré par Dieu pour écrire ce que Dieu voulait qu'il écrive, enseigner les vérités immuables de la foi, pas à l'hagiographe comme un homme faillible lié aux idées changeantes de son temps.

      À cet égard, à la fois dans le domaine des enseignements spéculatifs et dans le domaine des enseignements moraux, la Bible témoigne d'un progrès et d'une révision continus des idées des hagiographes, progrès qui dépend précisément de leur adaptation progressive à ces vérités de foi, qu'ils enseignent eux-mêmes comme inspirés par Dieu.

      Il y a à considérer, aussi, que le magistère papal nous aide à discerner ce qui dans la Bible reflète les idées personnelles de l'hagiographe ou de son temps à partir de ce que l'hagiographe enseigne comme inspiré par Dieu, c'est-à-dire les vérités de la foi.

      autrement, si nous devions élever les idées des bons hagiographes à la Parole de Dieu, certainement de bonne foi, nous devrions considérer les sept jours de la création comme une révélation divine, les géants "fils de Dieu", qui rejoignent les belles femmes (gn 6,2), grands-parents qui vivent huit cents ans, Zoologie de l'Ancien Testament, intéressant, mais plus fiable, la conception ptolémaïque de l'univers, Arche de Noé, le passage de la mer Rouge entre deux barrières d'eau très hautes, le soleil qui s'arrête dans l'histoire de Josué, l'éthique agréable et matérialiste de Qoelet, la crainte de la femme, l'extermination de l'ennemi (Région), la peine de mort, la théocratie, la destruction des temples païens, le 24 générations d'Adam au Christ, tous les faits, sans exception, annoncé par l'Apocalypse et ainsi de suite.

      J'apporte deux exemples. premier, la conception de la femme. selon, la question de le remède de la concupiscence.

      Quant au premier point, les progrès des enseignements pontificaux sur les femmes sont désormais connus, déjà arrivé par Pie XII depuis 1939, mais surtout depuis après le Concile quand on sait très bien, combien de temps ça dure et - disons pur, injuste, au moins aux yeux d'aujourd'hui -, sont certains jugements sur les femmes présents dans l'Ancien Testament, comme par exemple ces: «Je trouve que la femme est plus amère que la mort, qui est tous les lacets: un filet son coeur, enchaîne ses bras. Qui plait à Dieu y échappe, mais le pécheur se fait prendre ". L'homme est un pécheur; mais la femme est bien pire: "Ce que je recherche toujours" (c'est-à-dire bonté) "et ça: un homme sur mille l'a trouvé. Mais je n'ai pas trouvé une femme parmi toutes " (q 7,26-27).

Les commentaires sont fermés.