Islam et guerre religieuse

– théologique –

ISLAM ET LA GUERRE DE RELIGION

.

Il a tendance à être ceux qui sont violents par nature, mais aussi ceux qui ont été violées. Le Dieu du Coran, bien que le vrai Dieu, tel que reconnu par le Concile Vatican lui-même, c'est pourtant, comme le rappelle Benoît XVI, mal conçu comme un Dieu violent, qui génère des gens violents. C'est un Dieu tyrannique, despotique, volubile, peu fiable et capricieux, contraire à la raison. En ce sens elle ne donne pas naissance à des hommes libres, mais des esclaves, qui deviennent violents pour se rattraper, sur le modèle de ce dieu.

.

.

Auteur John Cavalcoli OP

Auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Ce n'est pas en vain que l'autorité porte l'épée; elle est en effet au service de Dieu pour la juste condamnation de ceux qui font le mal

[Rm 13,4]

.

.

Les Pères de la’Île de Patmos, dans leurs fidèles service à la foi catholique, accepter de nombreuses demandes de clarification reçues de nos lecteurs au cours de la semaine dernière, ont décidé de consacrer quelques articles historiques, philosophique et théologique au problème de plus en plus ressenti de l'Islam, surtout sa relation avec la violence et la guerre.

.

.

Pour ouvrir l'élément cliquez ci-dessous:

10.08.2016 Giovanni Cavalcoli, OP - REFLEXIONS SUR LA GUERRE DE RELIGION

.

.

________________________

Chers lecteurs.

Nous sommes heureux de vous informer qu'à partir du 1er Janvier de l'année en cours à ce jour, 10 août, L'île de Patmos Il a dépassé 4.000.000. visites.

maintenant et vous tous aussi se rappeler que nous, pour répandre la foi et de la doctrine catholique, “nous ne sommes pas financés par l'émir du Qatar, ni l'Arabie Saoudite“. Notre gestion du travail et le site de ce notre magazine en ligne est pris en charge par plus, entièrement, avec vos offres.

Si vous pouvez et si vous s'il vous plaît nous et notre travail apostolique rappelle, en utilisant le système Paypal pratique et sûr au bas à droite sur page d'accueil.

Merci!

 

.

.

.

.

 

2 réponses
  1. Hector dit :

    Une question qui me taraude, auquel je ne peux pas répondre.
    Parce que le pape François ne célèbre pas publiquement et solennellement la fête de l'Assomption?
    Les autres papes avaient une considération très différente.

  2. à vos marques, prêt? Partez dit :

    Je crois qu'il est faux de justifier la guerre, même les plus réglementés et "respectueux". Jésus, arrêtant Pietro dit-il “celui qui blesse par l'épée, de l'épée périt”: précisément dans l'acte défensif par excellence et certainement le plus justifiable qui soit, orienté pour préserver le Maître de la violence qu'il subirait. Je n'ai jamais voulu un message sur la légalité de l'usage de la violence dans l'Evangile. Même dans l'expression de Jésus adressée à Pilate je ne vois pas la guerre: en effet dans le Royaume de Dieu il ne peut y avoir que la Paix. Alors, la phrase? Le combat perdu était spirituel: la foule a crié de mettre Jésus à mort. Il n'y a pas de Kaifa dans le Royaume de Dieu: car il y a un abîme infranchissable qui le sépare des Enfers. La guerre et la mort sont des instruments de satan. Exprimé aujourd'hui comme alors selon la logique de “Justice divine”, mondanizzata. Justice représentée par les maîtres du temple de l'époque. Représenté par l'esprit qui conduit à l'exécution de l'Agneau dans Son Corps Mystique. Pour le triomphe de Dieu, seulement l'immolation “matériellement passif” a plein sens de témoignage. Et c'est ce qui se passe chez les martyrs brutalement tués aujourd'hui. Avec le Sanhédrin qui loue une vie. Ce”.

Les commentaires sont désactivés.