Un pape moderne? La fausseté de Raniero La Valle

- défendre le pape de faux amis -

Un POPE MODERNISTA? Sham DE LA VALLÉE RANIERO

.

Il est très triste et scandaleux qu'un homme d'expérience précieuse et longue vie comme La Valle est tombée si bas calomnier le pape alors qu'il croit lui louer, ne pas avoir remarqué être devenus, avec ses blasphèmes, misérable instrument d'un plan maçonnique de destruction de l'Eglise, inexorablement vouée à l'échec, ne pas sûrement que tous les ennemis de Dieu.

.

.

auteur
John Cavalcoli, o.p.

.

.

Raniero Valley et le Saint-Père
Raniero La Valle et le Pape François Ier

Raniero La Valle, tout comme les modernistes coutume, en particulier rahneriani, Il prétend présenter sa thèse comme une interprétation hérétique des doctrines du Conseil, mais, depuis règne le Pape actuel, modernistes ont augmenté leur audace et effronterie, et ils sont venus au point de présenter leurs hérésies même la pensée de lui-même le Saint-Père, en profitant de certaines de ses expressions occasionnelles, que, contrairement à la précédente langue Pontifes, il a toujours été clair, si vous payez, si elle est pas correctement interprété et contextualisée, doit être compris dans un sens ou rahneriano moderne [article suivant …].

.

Pour lire l'article complet cliquez ci-dessous:

.

John Cavalcoli, À - Un POPE MODERNISTA? Sham DE LA VALLÉE RANIERO

.

.

.

.

.

.

.

À propos de isoladipatmos

6 réflexions sur "Un pape moderne? La fausseté de Raniero La Valle

  1. trois observations:
    1. citation de http://www.raimon-panikkar.org/italiano/biografia.html
    qui résume l'expérience spirituelle complexe de Pannikar:
    « Je suis parti chrétien, J'ai découvert le retour hindouiste et bouddhiste, sans cesser pour cela d'être un chrétien "
    2. La Valle – à l'appui de sa thèse – et utilisations récupère “mal”(?) expressions aussi différentes de Benoît XVI. Juste rien à redire, père Cavalcoli?

    3. tous “modernistes” Je suis très bavard, apprécier une autorité particulière et sont souvent l'hospitalité privilégiée et accueillir même les médias catholiques les plus renommés, un terrain fertile pour répandre leurs idées hérétiques … Comment avertir les opérateurs et les lecteurs de ces sites souvent imprudents …

  2. Je salue son héroïsme pédagogique du patient, car je sens une certaine impatience qui a démissionné face à ces sophistes, pas trop sophistiqué, jouer avec la nature conventionnelle du langage, qui est aussi l'héritage du péché originel, pour semer la confusion avec l'air insupportablement pieux. Sur la question de la relation entre la justice et la miséricorde, s'ils voulaient vraiment comprendre, Il suffirait de leur rappeler que la miséricorde et la justice ne peut pas être séparés, ainsi que vous ne pouvez pas séparer la foi des œuvres. Vous pouvez distinguer, mais, dans une logique discursive, mais plus est le degré auquel ils sont exercés, plus ils deviennent impossibles à distinguer. Sur la question de la fraternité universelle, serait suffisant pour leur rappeler qu'il est vrai que, au sens large, nous sommes tous frères et enfants de Dieu parce qu'il a créé: mais il est vrai aussi que seuls ceux qui acceptent sa paternité, faire sa volonté, devient vraiment un enfant de Dieu; tandis que ceux qui rejettent, ne pas faire sa volonté, devient un fils de la rébellion, fils du diable.

  3. Sur la question de la non-violence, Il suffit de leur rappeler que soit il est vrai que Dieu n'est pas violent, mais pas dans le sens où il est strictement non-violente: Être Dieu est suprêmement, Il n'est pas quelque chose de non-être; comme vous le dites, Il ne lâche: plutôt exerce son pouvoir de gouverner le but de notre salut que le mal et la violence qui ne viennent pas de lui. Enfin, je note combien il serait facile pour un de ces beaux parleurs malicieux dire que je suis en désaccord avec elle parce qu'elle a écrit que « tout cela n'a pas d'enfants de Dieu », alors que je l'ai écrit que « dans un sens large, nous sommes tous les enfants de Dieu "; ou parce que vous avez écrit que « Dieu est non-violente, MA est faible ", alors que je l'ai écrit que « Dieu n'est pas violent, mais pas dans le sens où il est strictement non-violente ": à ce moment-là, je dirais que pour les envoyer en enfer…

  4. Pour être juste, cependant, nous devons reconnaître que notre Saint-Père François semble que nous mettons l'engagement pour nous de ne pas manquer “certaines de ses expressions occasionnelles “, comme quand il a dit, en ce qui concerne l'esclavage, que “Et « péché mortel. Aujourd'hui, nous disons. Là, on a dit: 'Non'. plutôt, certains disaient que vous pourriez faire, parce que ces gens avaient aucune âme! Mais il a dû aller à mieux comprendre la foi, pour mieux comprendre la morale “, comme si, à cette époque, l'Eglise avait pas parlé clairement contre l'esclavage.

    source: http://it.radiovaticana.va/news/2017/05/11/papa_a_santa_marta_camminare_sempre_per_comprendere_la_fede/1311441

    1. Il me semble que pour ainsi dire à double constante des discours du pape est due, contre son gré, à la théologie immanentiste de moule dont oui est alimenté et dans lequel il a voulu voir en particulier l'aspect apparemment miséricordieux. Cette vision d'un peuple en marche vers la plénitude du temps et à une vérité qui se révèle étape par étape en elle-même peut-être bien, mais à condition qu'il soit clair que le vrai “plénitude des temps” sera accompli dans l'éternel se produira à la fin de ce monde et qui nous permettra de voir la vérité “face à face”; une vérité que, dans ce siècle, nous pouvons, avec l'aide du Saint-Esprit, essayer d'alléger, ne pas changer. Sur la question de l'esclavage, humblement nous voudrions dire que peut-être le Pape ferait bien de relire cette petite page de Léon XIII: non seulement pour le contenu, mais aussi pour la capacité de synthétiser, la colonne vertébrale et l'élégance du texte.

      https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/it/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_20111890_catholicae-ecclesiae.html

Laisser un commentaire