Tout ce qui est moderne n'est pas le modernisme. Réflexions sur le modernisme: modernistes et traditionalistes

TOUT CE QUI EST PAS MODERNE MODERNITÉ. RÉFLEXIONS SUR traditionalisme: Modernistes et traditionalistes

.

Le dialogue le plus urgent et important que nous devons aujourd'hui promouvoir est pas le dialogue avec les protestants, avec les orthodoxes, avec les juifs, avec des musulmans ou des non-croyants, et toutes choses utiles à faire; ce qui est urgent est le dialogue intra-ecclésial, le dialogue entre catholiques, parce qu'il ya en nous et parmi nous des divisions doctrinales et morales très grave et intolérable.

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
John Cavalcoli, À

.

Format PDF Imprimer l'article

.

Les Pères dè L'île de Patmos Ils sont restés amers sur le cas du prêtre Palerme Alessandro Minutella [voir QUI], ils ont décidé de consacrer deux écritures différentes: John Cavalcoli, une réflexion indirecte, mais lui précieux en raison du fait que tout ce qui est moderne n'est pas le modernisme; Ariel S. Levi Gualdo, plus directement, aussi il a estimé dans la conscience de devoir rappeler les devoirs de ses vœux sacerdotaux.

.

.

L'image vidéo Minutella
par une mauvaise théologie et la formation spirituelle du sacerdoce, Il peut se lever à l'idée tout à fait tort que ce qui est moderne est en soi moderniste. le prêtre Alessandro Palermo Minutella a malheureusement donné essai. Pour ouvrir la vidéo, cliquez sur l'image

Le dialogue le plus urgent et important aujourd'hui, nous devons promouvoir est pas le dialogue avec les protestants, avec les orthodoxes, avec les juifs, avec des musulmans ou des non-croyants, et toutes choses utiles à faire; ce qui est urgent est le dialogue intra-ecclésial, le dialogue entre catholiques, parce qu'il ya en nous et parmi nous des divisions doctrinales et morales très grave et intolérable.

.

Il ne sait plus ce que signifie être catholique, parce que tout le monde met ce titre ce qu'il veut, puis les idées les plus étranges, étrangers et contradictoires. Vous allez au supermarché des religions, vous choisissez ce que vous préférez, Il passe par l'évêque à la caisse pour payer, puis la maison, avec des produits achetés, il organise le menu de la semaine et inviter des amis.

.

Il est donc urgent que nous avons tous réunis autour du Pape, Professeur de la foi et gardien suprême et le promoteur dans l'unité au sol, la réconciliation et la paix dans l'Eglise, tout attentif et fidèle aux lignes fondamentales de son service pastoral, sans se soucier de plaider en faveur de certains de ses choix éventuels, parfois ils sont et restent discutables avec la liberté filiale de la pensée, mais en donnant en même temps chaque adulation stupide et critique malveillante.

.

.

Pour lire l'article complet cliquez ci-dessous:

02.04.2017 John Cavalcoli, OP - TOUT CE QUI EST PAS MODERNE LA MODERNITÉ. RÉFLEXIONS SUR traditionalisme: Modernistes et traditionalistes

.

.

.

.

.

.

 

avatar

À propos de isoladipatmos

6 réflexions sur "Tout ce qui est moderne n'est pas le modernisme. Réflexions sur le modernisme: modernistes et traditionalistes

  1. père Rev.do,
    je vous remercie beaucoup pour ces lignes vraiment “éclairage”!
    En les lisant, je compris que est ce que je dois en ces temps dramatiques confusion dans l'Église une “vero” le discernement des esprits, entre la vérité et le mensonge, comme il voulait à l'origine S. Ignazio (et non pas comme certains de ses faux disciples aujourd'hui!)!

    Permettez-moi de vous demander encore une fois – comme cela a déjà suggéré plus tôt - pour un examen attentif des « fondements philosophiques » qui sous-tend la présente « quatre postulats » dans Evangelii Gaudium, car il me semble que, profondeur à la lumière des analyses spécifiques telles que celles de Dom Meiattini et p. John Scalese, poggino maggiormente su un pensiero storicistico ed immanentista di stampo “hegeliano” piuttosto che su una corretta impostazione tomista…e questo basterebbe a comprendere le ragioni di tanta confusione oggi nella stessa Chiesa, perché adottando Hegel come presupposto del pensiero è inevitabile che si formino due “fazioni” di “destra” e di “sinistra” (se così possiamo dire!) come la storia ci ha dimostrato in altri ambiti…in tal caso la riconciliazione che lei auspica (e a cui io mi aggiungo!) tra “opposti” sarebbe molto

  2. père Rev.do,

    la ringrazio di cuore per queste righe davvero illuminanti !
    En les lisant, je compris que est ce que je dois en ces temps dramatiques confusion dans l'Eglise de faire un discernement « réel » des esprits, entre la vérité et le mensonge, comme il voulait à l'origine S. Ignazio (et non pas comme certains de ses faux disciples aujourd'hui!)!

    Je voudrais demander - comme l'a suggéré plus tôt - pour un examen attentif des « fondements philosophiques » qui sous-tend les « quatre postulats » présente dans La joie de l'Evangile, car il me semble que, une analyse approfondie à la lumière de ces enquêtes comme Dom Meiattini et le Père John Scalese, la plupart se reposent sur une pensée historiciste et moule immanentiste « hégélien » plutôt que sur l'approche appropriée thomiste ... et ce serait suffisant pour comprendre les raisons de tant de confusion aujourd'hui dans la même église, perché adottando Hegel come presupposto del pensiero è inevitabile che si formino due “fazioni” di “destra” e di “sinistra” (se così possiamo dire!) comme l'histoire nous a montré dans d'autres domaines ... où la réconciliation cas qu'elle espère (e a cui io mi aggiungo!) entre « opposés » serait malheureusement très difficile…

    Merci beaucoup pour votre travail important et souvenir dans la prière!

    Matteo

    1. Matthew Dear,

      le pape devrait corriger non seulement le premier, mais aussi la deuxième (par elle. Bianchi, Melloni, Kasper, Ravasi, soude, paille, fort, Galantino, etc.), montrant les deux parties en tant que tradition et progrès, fidélité et renouvellement, dogme et de l'histoire, Concile Vatican II et le Concile de Trente, mise en service Vetus Ordo et de masse Novus ordo pas opposé ni mutuellement exclusifs, mais au contraire, ils sont mutuellement complémentaires.

      Seul le dogme et l'hérésie, L'amour et la haine, la grâce et le péché, Christ avec Bélial ne reçoivent pas avec l'autre.

      la conviction que les fondements philosophiques de la La joie de l'Evangile “la plupart se reposent sur une pensée historiciste et immanentiste « hégélienne’ plutôt que sur l'approche appropriée thomiste” Il n'a pas de fondement, au-delà de certaines expressions du Pape qui peut donner lieu à des malentendus.

      Moi aussi, je l'ai soigneusement examiné l'Encyclique et, comme un savant philosophe et théologien de Hegel est celle de saint Thomas par 50 âge, Je peux vous garantir que le Pape, bien qu'il utilise une langue moderne ne pas thomiste, Il ne peut pas être soupçonné d'hégélianisme, ce qui est une forme d'idéalisme historiciste et panthéiste condamné à plusieurs reprises par l'Eglise depuis le XIXe siècle, une philosophie, que, au-delà de certains aspects positifs, imcompatibile est avec la foi catholique. si, accuser le pape d'être Hegel est comme lui hérétique, qui est non admissible.

      La chose que je remarque plutôt Encyclique est une profession réaliste, où le pape soutient la primauté de la réalité sur l'idéal.

      Même la controverse contre le pape “gnosticisme” – quelque chose de complètement nouveau et approprié nl pontificaux Magisterium – Il est certainement une polémique contre Hegel, Maritain qui caractérisait déjà comme gnostique dans sa philosophie morale.

      Et à droite sur le réalisme Papa Francesco je publiais le PATH magazine, l'Académie pontificale de théologie, à laquelle appartiennent, mon étude sur: “La dépendance de l'idée de la réalité dans Evangelii Gaudium” Francis Pape, 2, 2014, pp.287-316.

      Un théologien infecté hegelismo, comme il est connu, Il est tout à fait le Rahner. Qu'est-ce donc le temps des théologiens catholiques attendu par le Saint-Siège est la condamnation des erreurs rahneriani, che costituiscono un’interpretazione modernista del Concilio Vaticano II, che tanto danno ha arrecato ed arreca alla cultura cattolica e per conseguenza ai buoni costumi morali, senza per questo misconoscere i pregi dell’opera rahneriana.

      Semmai l’appunto che si può fare al Papa è una certa mancanza di imparzialità ed equidistanza nel giudicare dell’aspra e scandalosa controversia tra lefevriani e modernisti: troppo severo coi primi, troppo indulgente con i secondi. E’ una misericordia senso unico.

      1. Rev.do Padre,

        la ringrazio di cuore per la sua risposta che mi aiuta molto a fare chiarezza! Per unsemplice fedelecome me che ha solo i minimi rudimenti culturali per comprendere lo stretto indispensabile le assicuro che questo clima di confusione tra sacerdoti, théologie, savants où tout le monde “dit son” Il est vraiment formidable…dans mon petit chemin, je continue à obéir qu'à la voix du magistère et de confiance dans la prière au Père parce que je garde toujours de l'erreur, d'autre part, cependant, il parle à beaucoup de prêtres et d'autres amis fidèles pour nous “mouton” le scandale qui est allé à cause des multiples interprétations des mêmes textes (en écrivant aux documents du magistère depuis le concile de Trente aujourd'hui!) Il est énorme!

        Aussi parce que pendant beaucoup d'entre vous (comme elle, p. Scalese ou p. Livi) malgré les différences, cependant, vous êtes motivé par la recherche de la vérité, beaucoup de noms qu'elle a fait sont motivés par l'orgueil et la recherche du pouvoir et de prestige…mais ils ont beaucoup plus de couverture médiatique!

        En tout cas merci encore pour votre attention et, faire confiance dans son mémoire devant le Seigneur, Je vous assure de mes prières.

  3. Je suis plus souvent votre site avec intérêt. Félicitations à tous.
    L'argument que je viens d'une question sur la juxtaposition entre Lefebvre et modernistes. Je me demande s'il y a une logique et une mesure d'affirmer que les premiers sont si loin du Christ et l'Eglise que sont la deuxième. Si les premiers ont un concept de tradition à être revue,Ce dernier me semble que non seulement commis la même erreur de la première de plusieurs façons,mais aussi nier les vérités fondamentales de la foi. Je me trompe, mais je continue à voir plus d'irrégularités dans ceux qui nient la divinité de Marie que Lefebvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.