– théologique – Création et évolution: la méthode de la science et de la métaphysique

— Théologique —

 

CRÉATION ET ÉVOLUTION:

LA MÉTHODE DE LA SCIENCE ET DE LA MÉTAPHYSIQUE

 

Auteur John Cavalcoli OP

Auteur
Giovanni Cavalcoli OP

 

La théorie évolutionniste ne pourrait remplacer la théorie créationniste que si l'on imaginait que l'homme est originaire, comme elle soutient l'évolutionnisme matérialiste, d'une forme animale similaire et inférieure, sans couture entre la nature animale et la nature ou l'espèce humaine, de manière à nier la création immédiate de l'âme humaine par Dieu [...] L'évolution peut donc s'accorder avec la doctrine de la création, je sais, comme Pie XII l'avertit à l'époque dans l'encyclique Humani Generis de 1950, il est admis précisément que Dieu crée immédiatement l'âme humaine, même en supposant ou en émettant l'hypothèse qu'il est infusé dans un être vivant infrahumain précédent: «de la matière déjà existante et vivante" ...

Pour accéder à l'article cliquez ci-dessous:

Giovanni Cavalcoli, AU – Création et évolution

1 réponse
  1. Robert dit :

    Articolo davvero molto interessante, del quale ringrazio.
    La questione mi interessa moltissimo, anche perché ci si gioca tutta la fondatezza della nostra fede.
    Il riferimento di San Paolo alla morte che entra nel mondo a seguito del peccato, l’ho sempre intesa come ‘morte dell’uomo’, la perdita dell’originario stato di immortalità, dono preternaturale che gli animali non hanno mai posseduto. L’animale muore per unmale di natura”; non così l’uomo. Un elemento tra i tanti che mi fa diffidare del passaggio animale irrazionale/uomo è la quesitone dell’anima: come potrebbe Dio “détruire” un’anima passibile per far posto a quella immortale umana? Dio non fa il male, lo permette soltanto. In un articolo che una volta lessi e tradussi (dall’inglese) si sostiene che ‘ex iam exsistente ecc.debba essere inteso comemateria vivente organica preesistente” et pas “animale inferiorea escludere una genitorialità diretta da animali. E poi c’è la questione della

Les commentaires sont désactivés.