sui “divorcé et remarié”. Nouvelle note des Pères Patmos

SUI DIVORCE REMARIÉ. NOUVELLE NOTE DES PÈRES DE DELL’ÎLE DE PATMOS

.

La crainte de certains, que si le pape devait donner la communion à divorcés remariés serait une attaque contre l'indivisibilité du mariage, Il n'a pas de fondement dogmatique; et de cette façon est confondu la droit civil avec la le droit ecclésiastique.

.

.

John Cavalcoli, À

Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Jésus leur a dit: «Pour la dureté de ton cœur, il [Moïse] a écrit cette norme pour vous. Mais au début de la création, Dieu les a créés hommes et femmes; car cet homme quittera son père et sa mère et les deux seront une seule chair. Alors ils ne sont plus deux, mais une seule chair. L’uomo dunque non separi ciò che Dio ha congiunto» [Mc. 10, 5-9]

.

.

.

bureau de John
John Cavalcoli, À

Un point à souligner et sur laquelle peut-être n'avons-nous pas assez insisté dans les réponses et dans les contradictions, est-ce que l'expression "divorcé et remarié", maintenant utilisé, c'est une fausse expression du point de vue de la morale catholique, tiré du langage du droit civil, admettre le divorce, alors que nous savons bien comment l'Évangile l'interdit.

Sans vouloir rejeter cette expression, ce qui est maintenant impossible, cependant, pour vraiment éclairer la question à la lumière de la morale catholique, nous les catholiques devrions dire, selon la langue traditionnelle de l'Église, qu'ils sont des concubines adultères. S'ils ont donc dissous le mariage précédent d'un point de vue civil, et si ce mariage était un sacrement, il est clair qu'un tel mariage, s'il est valide, reste valide.

La crainte de certains, que si le Saint-Père accordait la communion aux divorcés et remariés, il attaquerait donc l'indissolubilité du mariage, Il n'a pas de fondement dogmatique; et de cette manière le droit civil est confondu avec le droit ecclésiastique.

L'octroi éventuel de la communion, il ne supposerait pas du tout de la part de l'Église que le mariage religieux précédent doit être considéré comme dissous, même s'il y avait un divorce civil, alors qu'il reste toujours très valable pour l'éternité, si c'était un sacrement authentique.

Conférence d'Ariel
Ariel S. Levi Gualdo

Donc c'est la vraie image dans lequel, selon morale catholique, cette grave question des divorcés et remariés doit être placée d'une manière commode et fructueuse. Ceux qui soutiennent donc l'opportunité d'obtenir la communion, il doit démontrer que cette concession non seulement n'implique ni ne suppose rien blessure, sacrilège ou préjugé quant à la validité du mariage précédent, mais cela peut harmoniser, malgré tout, avec un respect pratique pour ce lien précédent, afin de puiser dans cet engagement passé, maintenant plus praticable, aussi paradoxal que cela puisse paraître, force de vivre la nouvelle coexistence en grâce.

Ce qui, en fait, peut relier et créer une continuité entre l'ancien syndicat et l'actuel, bien que objectivement en contraste les uns avec les autres, c'est la conscience, comme il est censé, avoir vécu en grâce dans l'union précédente et vivre en grâce dans la nouvelle, malgré le péché passé d'adultère, qui, cependant, est maintenant censé être pardonné par Dieu.

L'Église pourrait imposer aux cohabitants l'obligation de maintenir, si c'est possible, bonnes relations avec le conjoint précédent, pour le soutenir économiquement, s'il a besoin de e, si c'est possible, pour prendre soin de tous les enfants qu'ils ont eu dans leur précédent mariage.

Dans le nouveau lien le remarié devra garder une mémoire objective, calme et sympathique du conjoint précédent, prêt à pardonner les torts reçus, même si le conjoint garde des sentiments hostiles et ne pardonne pas.

Par conséquent aucun damnation de mémoire; au contraire, même si cela peut coûter leur fierté ou leur ressentiment compréhensible, les deux devraient toujours rappeler à Dieu le conjoint précédent et remercier Dieu pour tout le bien et les dons de Dieu reçus lors du mariage précédent. Ils devront également rappeler à Dieu avec gratitude tout le bien qu'ils ont voulu, peut-être pendant de nombreuses années, tous les événements heureux et toutes les expériences positives.

en fait, même si les hommes ont essayé de se diviser avec de vaines et fausses «lois civiles» ce que Dieu avait uni, le lien sacré librement contracté par le couple devant Dieu au moment de la célébration de la Sainte-Cène, c'est absolument indissoluble, car personne ne peut séparer ce que Dieu a voulu unir pour l'éternité, à tel point que les époux qui se sont séparés, être digne de la récompense céleste, ils doivent espérer être réconciliés et réunis au paradis pour toujours, renouveler les engagements sacrés foulés aux pieds dans ce monde.

Stoltissima, scandaleux, honteux, Une secte sage et donc indigne du nom chrétien était la proposition, à l'occasion du Synode, par le théologien Giovanni Cereti, qui a osé fonder l'admission du couple aux sacrements sur un prétendu droit du couple à «annuler le signe sacramentel du mariage», une fois qu'elle a trouvé impossible de maintenir le syndicat. Au contraire, c'est précisément au nom du respect de la dignité des sacrements comme moyen ordinaire de salut, que l'Église travaille toujours de manière maternelle et prévoyante tout son possible pour assurer la possibilité du salut même dans les situations humaines les plus dégradées et les plus désordonnées, conscient que Dieu étend sa miséricorde bien au-delà de la pratique sacramentelle limitée mais précieuse de l'Église.

.
De Isola Patmos, 2 novembre 2015

.

.

 

À propos de préparation

La Redazione de L'Isola di Patmos Articoli Redazionali ( Cliquez sur le nom pour lire tous les articles )

9 réflexions sur "sui “divorcé et remarié”. Nouvelle note des Pères Patmos

  1. Il vostro obiettivo, come quello di Bergoglio, è di portare più anime possibili all’impenitenza finale e quindi all’inferno. hérésies, sono quelle che affermate in merito alla comunione ai divorziati risposati (adultère).

    1. Caro Sig. Bazzaz.

      Meno male che al suo primo tentativo di fuoco dentro i locali dell’ex Sant’Uffizio, aujourd'hui Congrégation pour la Doctrine de la Foi, od in quelli del Tribunale ecclesiastico, scatterebbero immediatamente tutti gli impianti anti-incendio, parce que sinon, si non, lei ci avrebbe già bruciati vivi da tempo.

      1. père Ariel, s'il vous plaît, cerca di tenerti caro questo sig. Bazzaz, è un elemento mitico che ci dona gratis tante risate, per le quali gli siamo molto grati.

        Don Vittorio

        1. io proporrei una vera e propria rubrica umoristica, tipo intitolandola: “la bazzorinata della settimana”.
          Secondo me avrebbe molto sucesso.

        2. Se non ci fosse di mezzo la salvezza eterna delle anime, la quale è una cosa molto seria, sà che risate mi farei sulle sciocchezze scritte su questo sito in merito ai divorziati risposati? venez, don vittorio, è giusto che lei la prenda ironicamente: è indice che lei e la Dottrina Cattolica siete agli antipodi e neppure sà perchè e diventato Sacerdote.

          1. Ascoltami bene grandissimo idiota: te lo spiego subito perché sono diventato sacerdote e che cosa faccio. Mentre tu cazzeggi in fantacattolicesimi io lavoro dalla mattina alla sera come cappellano in un grande ospedale oncologico. Se quindi mi vieni a trovare, ti trascino per un orecchio nel reparto di oncologia pediatrica, e sarò io, bimbo dietro bimbo, cancro dietro cancro, leucemia dietro leucemia a sbatterti il muso sulla realtà, facendoti forse passare dalla tua testa malata tutte le odiose e cattive stronzate che vai seminando in giro, oggi sul pretesto dellamessa di Paolo VI”, demain “sull’eretico papa Francesco”, poi ancora sulsacramento del matrimonio”, etc. .. etc. ..
            Ah, à propos: e portati pure dietro i tuoi amici pizzi&lacets, così tiriamo fuori il messale di san Pio V e spieghiamo ai bimbi in fase terminale per tumore al cervello che per andare in paradiso bisogna celebrare la … “Messe de”.

            Don Vittorio

  2. Mi spiace constatare la deriva che una rivista telematica come la vostra ha preso. So che questo commento vuol dir poco o niente e non ho la presunzione di farvi cambiare idea, quindi non mi dilungherò molto.
    Non sono d’accordo e sono persino deluso: era grazie a voi ed in particolare di Lei, cher père Ariel, che mantenendo la mente aperte a certe idee ed alla cattolicità ho evitato di prendere una deriva strettamente di tradizionalismo (da non intendersi con tradizione). E’ invece contro la tradizione che voi (à mon avis, per quanto vale) state andando.

    Per questo aimé, e nell’unico modo da mé materialmente possibile per protestare contro questa deriva, vi annuncio che non effettuerò più donazioni (seppur di piccole cifre) alla vostra rivista.

    Cordialement,
    Gianluca M.

    1. Caro Gianluca.

      Provi a leggere con attenzione quello che abbiamo scritto, tenga conto che nessuno di noi ha auspicato ciò che ci viene imputato, come per esempio dare l’Eucaristia ai divorziati, cosa che nell’esercizio del nostro sacro ministero non facciamo, anzi ripetiamo alle persone in certe situazioni diirregolaritàdi attenersi a quanto sino ad oggi detta la Chiesa a tal proposito.

      Non cada nell’errore di confondereipotesi” à partir de “opinioni di studio”, con affermazioni o con lospacciodi certezze, quando noi abbiamo detto, scritto e ripetuto cose di questo genere:

      se molti dei Padri riuniti a Nicea e appresso negli altri grandi concilî dogmatici della Chiesa, ils ont dit: « Sur cette question, il n'y a pas!», donc agir en conséquence, Aujourd'hui, nous n'aurions pas, Je ne dis pas l'évolution de la discipline des Sacrements avait au fil des siècles, nous ne serions pas même eu la perception correcte de l'Incarnation du Verbe, la nature humaine et divine du Christ Dieu [ipostasi]? Mais il y a plus: nous ne même les chrétiens, mais seulement une «secte hérétique» de juifs-jésuites qui s'est développée dans l'ancienne Judée et s'est ensuite répandue dans le monde.

      et encore:

      Dans une assemblée conciliaire ou synode, come da settimane vanno ripetendo i Padri dell’Isola di Patmos su queste colonne, Ils doivent être évalués et examinés toutes les possibilités, même les plus absurdes; même les accotements sur l'hérésie, perché discutere non vuol dire affatto “sancire”,”stabilire”, “modificare”, “negare” o “cancellare” in alcun modo delle discipline, et encore moins influer sur le dogme ou la substance des Sacrements.

      Se queste affermazioni non sono sufficientemente chiare, allora vuol dire che lei non le legge; e se le legge non è disposto a recepirle.
      Il tal caso, malheureusement, il problema non è nostro, ma tutto quanto suo.

  3. Tour. ancêtres,
    finalmente della questione avete fatto una sintesi collinguaggio della Chiesa Cattolicae chiamando le vicende e le situazioni, i protagonisti con il loro nome proprio tutto si semplifica e non si presta ad equivoci.
    Purtroppo anche nella Chiesa il linguaggio usato e financo le modalità di approccio ai problemi dell’uomo di oggi vengono effettuati in chiave socio- antropologica secondo laprospettiva laica del mondo”, anzichè quella imperniata sulla fede ed il rapporto con Dio.
    A questo riguardo è molto interessante quanto ha scritto oggi Stefano Fontana: http://www.lanuovabq.it/it/articoli-cari-padri-del-sinodo-se-questi-sono-i-metodi-14297.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.