Les péchés impardonnables des prêtres face aux saintes vertus des catholiques analphabètes dans la foi

LES PÉCHÉS « IMPARDONNES » DES PRÊTRES DEVANT LES SAINTES VERTUS DES CATHOLIQUES ANALPHABÉTIQUES DE LA FOI

 

… nous pourrions modifier et réécrire la dernière partie de notre profession de foi: "Je crois en réseaux sociaux et dans la vie du monde à venir ". Et si quoi que ce soit,, plutôt que Symbole de la foi Nicée-Constantinopolitaine, on pourrait le renommer Symbole de la foi du catholique analphabète, qui se moque de la connaissance et qui a donné vie à la foi de « … selon moi, Je pense que …". Et tout ça, c'est très clair: ce n'est pas du tout la faute des prêtres.

- Actualité -

.

.

Article au format PDF imprimable

 

.

.

utiliser la fiction fantaisie Père Ariel S.. Levi di Gualdo a offert à ceux qui s'interrogent et cherchent des réponses un voyage dans le mystère de la vie en joignant la doctrine sur le plus en arrière derrière les lignes d'un roman dystopique ou “fantasmatique”

En mettant sa main à un nouveau livre ou articles liés à la doctrine de la foi, je me pose toujours une question: cette perte de temps supplémentaire est nécessaire, considéraient que les premiers à montrer qu'ils voulaient du pain, cirque et beaucoup de démangeaisons sont les catholiques d'abord, ou autoproclamé, ou le peu qui reste du désastreux monde catholique? Il est légitime et admissible qu'un prêtre et un théologien soient assaillis de questions qui l'amènent à se poser des questions aussi graves et lourdes.?

.

A l'ère numérique je réseaux sociaux ils ont fait sortir des légions d'imbéciles qui, jusqu'à hier, discutaient d'une manière bizarre des questions historiques les plus complexes, social, politiques et religieux donnant leurs "perles de sagesse" dans les bars ou les salons de coiffure, où tout restait clos au terme de leurs discussions « savantes ». Aujourd'hui, dans le monde bouleversé dans lequel nous vivons, dans un état de décomposition irréversible - un phénomène dont je parle et dont j'écris depuis deux décennies maintenant -, l'ignorant doté d'une culture qui n'atteint même pas un niveau moyen-bas, en proie à ces formes d'analphabétisme qui peuvent être à la fois récurrentes et numériques, au réseaux sociaux il peut avoir des cotes et un suivi que les experts scientifiques les plus qualifiés ou les vulgarisateurs ne peuvent même pas imaginer. Pensez simplement au soi-disant influencer, qui, comme leur nom l'indique, ont les pires influences sur nos jeunes et adolescents, il est inutile de détailler à quels niveaux bas et immoraux.

.

Dans ce chaos confus on trouve aussi une grande armée de catholiques vrais ou présumés, se lancer dans la recherche morbide spasmodique des choses qui peuvent exciter leurs démangeaisons, mais ils n'ont rien à voir avec les vérités de la foi révélée. Au plus, c'est du pur fidéisme, presque toujours soutenu par des éléments magiques, superstitieux, ésotérique, millénaire, En bref: néopaganisme décadent, qui n'a rien à voir avec cette grande culture païenne à laquelle le christianisme est le premier redevable, il suffit de citer Socrate, Platon, Aristote, suivre les grands penseurs, Littérateurs et juristes romains.

.

Au retour de l'analphabétisme et l'analphabétisme numérique est rejoint par une autre forme d'analphabétisme, celle de l'illettré dans la doctrine de la foi, dont l'arrogance est souvent plus grande que leur propre ignorance. Que jamais un prêtre ou un théologien n'ose intervenir, pire pour rappeler ou souligner les erreurs de certains analphabètes dans la doctrine de la foi. je l'ai fait plusieurs fois aussi, généralement avec ces résultats: le dialogue commence par un agressif "tu es incompétent parce que tu ne sais pas que...", terminer par un impératif « avoir honte!», sinon pire avec un lapidaire « tu es un prêtre honteux!».

.

je réseaux sociaux il ne faut pas les sous-estimer avec un esprit de supériorité et de snobisme clérical-chic, parce qu'ils constituent un monde dans lequel des hordes de catholiques ou de présumés catholiques se prélassent dans les apparitions mariales les plus improbables jamais reconnues par l'Église, qui les ont souvent désavoués publiquement de manière décisive et sans appel, ils étaient si faux, mais surtout déviant pour la foi, surtout des personnes les plus simples et les plus fragiles. Des révélations étonnantes sur le véritable Troisième Secret de Fatima suivent, selon eux, caché par l'Église de manière malveillante. Les « prophéties » de Nostradamus, écrit en quatrains si ambigus que n'importe qui peut inventer ce qu'il veut par la suite. Le mensonge sensationnel des "prophéties sur les papes" attribuées à l'Irlandais Saint Malachie Évêque d'Armagh, a vécu au XIIe siècle, largement nié par le savant jésuite Claude-François Ménestrier à la fin du 17ème siècle[1] et déjà retravaillé à manipulé plus tôt au XVIe siècle. Les "prophéties" du Bienheureux sont aussi très alléchantes Anna Katharina Emmerick, déclaré inauthentique par la Congrégation pour les Causes des Saints en même temps que sa béatification[2]. Bien que malheureusement j'ai trouvé combien il est inutile et vain d'expliquer à certains analphabètes dans la doctrine de la foi que béatifier un serviteur de Dieu ou canoniser un bienheureux n'implique pas béatifier et canoniser tout ce qu'il a dit., écrit ou fait, encore moins de reconnaître ses visions mystiques ou ses locutions intérieures. Inutile également d'expliquer que les apparitions et les messages mariaux, y compris ceux reconnus par l'Église, ils ne constituent pas des piliers de la le dépôt de la foi et ils n'obligent nullement les croyants à adhérer à la foi.

.

Face à cela et à ce qui suit qui est nuisible à la foi et à la santé des âmes, retentit le terrible avertissement du bienheureux apôtre Paul:

.

"Dans la journée, en fait, Il ne dure pas la saine doctrine, maman, ayant la démangeaison ils, Il accumuler pour eux-mêmes les enseignants pour répondre à leurs propres goûts, refusant d'écouter la vérité et se tourneront vers les mythes " (II Tm 4, 2-4).

.

sui réseaux sociaux les critiques adressées aux prêtres et à toutes les plus hautes hiérarchies ecclésiastiques, elles poussent comme des fleurs sauvages après la pluie, de pratiques toujours sévères et impitoyables. En ce sens, je pense que je suis la dernière personne à être accusée de partisanerie, ils l'essayent plusieurs de mes livres - que bien sûr je vous invite à ne pas lire, quelle énorme perte de temps ce serait! - et de nombreux articles dans lesquels je mets en lumière les pires défauts du clergé et de nos hiérarchies ecclésiales, faire une analyse approfondie, impie et sévère, mai fini a sé stesse, parce que toute analyse critique contient toujours des solutions possibles, avec tant d'amertume, mais surtout à mon amour inextinguible pour l'Église, qui est éternel comme l'est le sacerdoce dont j'ai été marqué et ontologiquement transformé avec un caractère indélébile.

.

Heures supplémentaires J'ai vu de visu comment les défauts et les carences de notre clergé constituent un splendide prétexte pour cette armée de catholiques, ou autoproclamé, qui n'ont nullement l'intention de s'engager dans un cheminement de foi sérieux, ce qui implique d'abord d'être formé et guidé, s'appuyer sur les enseignants et les suivre. Beaucoup plus facile d'aller en ligne, tapez une phrase de recherche, puis commencez à passer d'un blog à l'autre, où des incompétents sensationnels osent parler des fondements les plus complexes et délicats de la foi assaisonnés d'une sauce sensationnaliste, sans jamais manquer deux éléments essentiels pour susciter les démangeaisons nécessaires: catastrophisme et complot.

.

Vous êtes peut-être assailli par l'antique question: qui nous sommes, D'où nous venons, Où allons-nous aller? Vous voulez savoir ce qu'est le mystère de la vie éternelle, le jugement immédiat ou particulier de Dieu, la résurrection des morts et le jugement universel? Ne perdez pas de temps à acheter et à lire mon livre Le chemin des trois clés, où sous forme narrative je parle de le plus en arrière à travers un roman dystopique, entre autres, cela coûte 22 euro, ce serait juste de l'argent gaspillé, après tout, c'est le travail inutile d'un prêtre et d'un théologien qui a essayé de traduire les principaux mystères de la foi en littérature à l'époque de sa maturité humaine, intellectuelle et spirituelle. Tu veux savoir quel est le mystère de la vie? Il suffit de taper une phrase clé sur un moteur de recherche et de s'abreuver des pages les plus absurdes où d'improbables "théologiens" de l'internet, pour la plupart anonymes, mêlent les mythes, croyances païennes, légendes, théories de la réincarnation, expériences de mort imminente, pièces extrapolées de certains écrits sauvagement manipulés des Pères de l'Église, présentant enfin des dieux pot-pourri qui n'ont rien de catholique et de chrétien. Et si un prêtre ou un théologien ose expliquer que les fondements de la foi catholique sont bien différents, il suffira de répondre comme d'habitude: « …ah, mais j'ai lu ça...". Et si nous commençons à parler à ces gens de certains réseaux sociaux, exerçant notre ministère de pasteurs dans le soin des âmes et des théologiens, les réactions et les réponses seront celles que j'ai déjà mentionnées: "Avoir honte!», toujours dans la meilleure hypothèse, bien sûr.

.

De l'avis de nombreux catholiques qui se proclament dévots et pratiquants, le blâme pour tout cela n'est imputable qu'aux prêtres qui ne prêchent pas bien, qui ne font pas de catéchèse, qui ne sont pas disponibles, à suivre avec toute la séquelle des défauts de notre clergé, ce que le soussigné n'a jamais nié ni entendu nier, les ayant mis en lumière sans hésitation.

.

Essayons d'examiner le verre qui comme d'habitude est toujours à moitié vide et à moitié plein, à partir de la crise des vocations, par la diminution progressive du nombre de prêtres et leur âge toujours plus élevé dans tous les pays occidentaux. Si aujourd'hui, un prêtre seul, il est obligé de s'occuper de quatre ou cinq paroisses disséminées sur un territoire, à plusieurs kilomètres l'un de l'autre, où jusqu'à il y a cinquante ans, il y avait un curé dans chaque, jusqu'à il y a soixante-dix ou quatre-vingts ans également le curé adjoint, rempli son douloureux ministère de "célébrateur compulsif" de messes courant d'une église à l'autre, combien de temps lui restera-t-il pour toutes les autres activités pastorales, notamment la catéchèse et la formation des fidèles, en plus de prendre soin de sa vie spirituelle? Combien, étudier et préparer? La célébration eucharistique représente l'aboutissement d'un chemin de vie qui engage le chrétien dans de nombreuses actions. L'expérience de la foi et la vie de la foi ne se réduisent pas à une messe dominicale, que le chemin de la vie chrétienne est l'accomplissement maximum. Il ne vaudrait donc pas mieux ne laisser qu'une seule église paroissiale ouverte dans tout ce quartier et fermer les autres, si des prêtres doivent être envoyés dans chaque paroisse dispersée de ville en ville, il n'y a plus? Non, Cela ne peut pas être fait, car les fidèles se lèveront instantanément - et généralement de manière turbulente -, mettant en avant le problème des personnes âgées qui devraient se déplacer inconfortablement dans la paroisse à quatre ou cinq kilomètres, c'est inacceptable. Leurs protestations ajoutent presque toujours des références au manque de charité chrétienne, sauf à ne même pas savoir quelle est cette vertu théologale fondamentale pour la foi catholique, qui constitue toutefois un terme ayant effet, surtout s'il est prononcé par quelqu'un qui ne connaît même pas sa signification. À ce moment-là, l'évêque, ne pas avoir l'intention d'avoir des problèmes avec les fidèles qui connaissent le mot "droits" mais ignorent le mot "devoirs" de croyants du Christ, appelle le pauvre prêtre et l'invite aimablement à se sacrifier pour le bien de salut des âmes, ignorer - j'espère involontairement -, qu'il ne s'agit pas de fidèles, mais de la pire espèce d'infidèles: celle des égoïstes autoritaires.

.

A eu la Sainte Messe le dimanche au coin de la maison et a forcé un pauvre prêtre maintenant au bord de l'épuisement à célébrer dans trois paroisses à partir de 8.30 Toutes les personnes 12.30 le matin et dans deux autres de 17 Toutes les personnes 19, on retrouve ici les mêmes "pauvres vieux" - pour qui il est impossible de parcourir quatre ou cinq kilomètres pour rejoindre l'église la plus proche le dimanche -, monter dans la voiture en début d'après-midi et conduire 40 O 50 kilomètres pour se rendre dans un grand centre commercial de la capitale provinciale. Mais ils doivent avoir l'église à côté, car dans ce cas ce sont des personnes âgées pour qui ce serait un péché mortel de manquer de charité quelconque, tandis que s'ils doivent parcourir une distance dix fois plus grande en direction du grand centre commercial, dans ce cas, ils deviennent soudainement des jeunes, préférant beaucoup plus les remises promotionnelles, ou la obtenez trois payez deux, à tous les principes fondamentaux de la charité chrétienne, qui devrait aussi s'exercer envers les prêtres.

.

La théorie que les fautes sont tous les prêtres, tandis que les fidèles qui composent les membres du Peuple de Dieu sont des créatures innocentes torturées par des bergers inadéquats, est destiné à être pris au sérieux uniquement par les évêques qui, pour ne pas avoir de problèmes avec les protestations des prétentieux et des égoïstes, préfèrent sacrifier la santé physique et la spiritualité de leurs prêtres, n'hésitant pas à les réduire à célébrateurs en série de Messe courant d'une église paroissiale à l'autre dans tous les villages environnants.

.

Une tâche tout à fait secondaire des évêques ce serait aussi pour rappeler à leurs sujets[3] que si les familles chrétiennes, ou le peu qui reste, elles ne sont plus capables de favoriser la naissance, accueillir et stimuler les nouvelles vocations au sacerdoce, personne ne peut se plaindre que l'Église ne « fabrique » pas plus de prêtres, aussi parce que les prêtres ne sont pas fabriqués, le premier noyau dans lequel une vocation est accueillie et cultivée est la famille chrétienne. Mais depuis, comme nous le disions tout à l'heure, les évêques de la nouvelle génération sont heureux d'accueillir tous les honneurs de l'épiscopat, pas, cependant, les lourdes charges que cela implique, ils préfèrent presser leurs prêtres de plus en plus réduits en nombre comme des citrons sur le presse-agrumes, de plus en plus à un âge avancé, de plus en plus épuisé, souvent frustré et démotivé, entouré de soi-disant fidèles égoïstes, paresseux, bavardages et querelles, dont, cependant, ils décident de plaire aux caprices et aux caprices, évitant ainsi d'avoir des problèmes à résoudre et des décisions impopulaires à prendre, comme la suppression des paroisses qui ne peuvent plus avoir de curé, ce que la plupart des évêques se gardent bien de faire.

.

Se plaindre que l'Église et les prêtres ne répandent pas la saine doctrine c'est faux et peu généreux. Il existe de nombreuses institutions religieuses qui ont pris soin de mettre en place d'excellents sites sur internet pour rendre le texte de la Catéchisme de l'Église catholique et les actes de Magistère de l'Église, les paroles de l'Ancien Testament, du Saints Evangiles et de Lettres apostoliques avec commentaires et explications. Il existe de nombreux sites qui collectent les Homélies du dimanche, vidéos dans lesquelles des évêques, les curés et les théologiens engagés dans les activités pastorales et dans la diffusion de la doctrine catholique tiennent des conférences et des conférences, de nombreux évêques publient chaque semaine un commentaire avec des explications précises du Saint Evangile (juste quelques exemples: QUI, QUI, QUI, QUI, QUI, etc …). Notre éditeur et théologien capucin Ivano Liguori a donné à nos lecteurs une série de catéchèses sur le sacrement de pénitence recueillies dans la rubrique Petit-déjeuner de catéchisme avec Cappuccino, que nous avons publié en vidéo sur le nôtre Île de Patmos. Quelle diffusion ils avaient? Ils ont été grandement appréciés par un certain nombre de catholiques "de niche" désireux d'approfondir véritablement leur connaissance de la foi et des sacrements.

.

Nous les confesseurs le savons bien quand certaines personnes viennent se confesser, souvent sans même savoir pourquoi, comment ils avouent ou comment ils n'avouent pas. À plusieurs reprises, après avoir écouté des pénitents qui pendant dix minutes ont fait des commérages insensés, Avec toute la bienveillance de l'affaire, j'ai rappelé que ce précieux sacrement sert à absoudre les péchés et à retourner à la communion de la grâce de Dieu, ce n'est pas un hasard si la formule se lit: «Je t'absous de tes péchés …». Ce précieux sacrement ne sert pas à absoudre d'une causerie, dont Dieu est le premier à savoir quoi faire avec. Encore une fois, demandons-nous: si un homme qui a quitté sa femme, qui plus tard s'est mariée civilement, puis il a également quitté sa seconde femme, aller vivre avec une fille beaucoup plus jeune que lui, qui a toujours mené une vie qui constitue en soi une négation des valeurs fondamentales de la vie chrétienne, se confesser uniquement parce qu'il doit se faire parrain ou témoin d'un candidat à la confirmation ou d'un mariage - ce qu'il ne doit et ne peut d'ailleurs pas faire -, il n'est jamais possible de venir te dire: « beh, je ne tue pas, je ne vole pas, Je ne blesse personne… peut-être que parfois je me fâche, il arrive parfois qu'il raconte des petits mensonges...". Demande: ce n'est jamais possible? Et si cela arrive, nous sommes sûrs que la faute incombe aux prêtres qui, selon certains, ne se consacreraient pas au précieux ministère des confesseurs? L'armée des catholiques du dimanche qui reçoivent la Très Sainte Eucharistie malgré la conscience chargée de péchés mortels et qui se gardent de confesser, peut-être convaincu que seuls les prêtres commettent des péchés, par hasard eux aussi constituent notre faute grave? Nous les prêtres sommes coupables du fait qu'un très grand nombre de fidèles n'ont même plus le sens du bien et du mal? C'est notre faute à nous prêtres si nous nous retrouvons avec des fidèles ou présumés fidèles prêts à nous couvrir d'insultes lourdes sur réseaux sociaux si nous osons nous rappeler que l'avortement est un crime grave, que l'euthanasie n'est en aucun cas un geste d'amour pour une personne en phase terminale, que deux hommes ou deux femmes ne peuvent se marier, le moins pour adopter des "enfants jouets", car loin d'être l'amour, c'est plutôt l'abomination de la désolation? C'est aussi la faute des prêtres qui ne remplissent pas bien leur ministère? Ou, plus simplement, il ne s'agit que de soi-disant catholiques qui nous attaquent pour leur avoir rappelé l'évidence: que le mal ne peut pas être appelé bien, moins que tout l'amour?

.

Si la théorie est vraie que les chiffres parlent sur internet qui constituent un thermomètre précis de la réalité, le panorama qui s'ouvre devant nos yeux est morne, pour être exact ceci: une vidéo téléchargée sur Youtube par un anonyme sans visage ni nom qui parle des "prophéties" de Nostradamus finalement interprétées, un mois après sa publication a enregistré 545.321 vues. Le même jour, un évêque italien, déjà un excellent spécialiste en ecclésiologie, prof, formateur de prêtres et de laïcs, pasteur dédié depuis des années à la catéchèse des adultes, publie une exégèse catéchétique sur la résurrection des morts se référant au Saint Évangile de ce dimanche de l'année liturgique, un mois après sa publication a enregistré 223 vues. Mais un énième anonyme fut bientôt servi avec des lacunes anormales sur les fondements de la foi catholique Youtube publie une vidéo qui annonce le dévoilement du vrai Troisième Secret de Fatima gardé caché par l'Église dès le titre, un mois après sa publication a enregistré 361.222 vues. Le même jour, un savant théologien dominicain spécialisé en mariologie, publie une catéchèse de 30 minutes pour expliquer le sens et le sens profond des apparitions mariales de Lourdes et de Fatima, un mois après sa publication a enregistré 644 vues.

.

L'Église a compris depuis l'avènement de l'ère numérique l'importance de réseaux sociaux et les moyens de communication offerts par internet, a profité de l'occasion et a pris soin de mettre à disposition tous ces matériaux qu'autrefois les fidèles catholiques auraient pu trouver dans les librairies ou les bibliothèques, tandis que ceux qui voulaient entendre les exégèses d'un bon spécialiste auraient dû aller on ne sait où écouter une de ses conférences. Aujourd'hui, ils peuvent aller en ligne et trouver tous ces matériaux. Mais les chiffres, comme je viens de l'expliquer, ils parlent clairement, surtout ils parlent d'autre chose.

.

Si les chiffres parlent sur internet, la question est incontournable: tout cela, à quoi bon? Peut-être pour créer sui réseaux sociaux une place où s'élève l'éternelle complainte envers l'Église et les prêtres, par ceux qui suivent le nouveau Friar Cipolla de la mémoire de Boccaccesca qui expose ses reliques improbables et absurdes aux imbéciles, tandis que les catéchèses organisées dans les paroisses sont désertées, nos livres restent invendus et nos catéchèses et conférences inouïes? Ce désintérêt pour la doctrine de la foi, tout est peut-être de la faute des prêtres?

.

Internet a servi à donner la parole à une armée de pseudo-catholiques toujours prêt pour la lamentation publique et sévère envers l'Église qui "n'évangélise plus" et envers "les prêtres qui n'agissent plus comme prêtres, qui ne font pas de catéchèse et qui n'instruisent pas les fidèles". Clarifions: tout en connaissant à fond les graves défauts de l'Église visible et les insuffisances de mes confrères, les chiffres, cependant, disent le contraire. Si les fidèles veulent approfondir les questions liées aux fondements de la foi, ou pour savoir quelque chose sur le mystère de la vie, de la mort, de la vie éternelle, de la résurrection des morts ... ils ne vont pas du tout ouvrir les nombreuses pages dans lesquelles l'Église visible défectueuse a mis à disposition le Catéchisme et le guide commenté de sa lecture, ils vont boire sur des blogs et des vidéos où de parfaits incompétents parlent d'expériences de mort imminente, titillant la curiosité morbide des gens. Ils ne commencent pas à étudier je le plus en arrière, ils vont puiser dans les vidéos qui démangent sur les prophéties de Nostradamus. Ils ne se plongent pas dans la mariologie ou la dévotion catholique et saine à la Vierge Marie, plongez comme des dauphins dans l'océan d'absurdités de sujets qui ignorent les fondements de la foi et les taquinent avec l'absurdité de parfaits charlatans sur les vrais secrets non révélés de Fatima. D'ailleurs tu sais, pour certains la Sainte Eglise n'est pas une mère, c'est une enseignante mais une menteuse, un croisement entre une secte secrète de puissants et une association criminelle qui n'annonce ni ne garde la vérité, plutôt l'inverse: il le cache et le défigure (!?).

.

Je m'envole vers une autre maladie virulente qui s'est développé après le 11 février 2013 le Souverain Pontife Benoît XVI l'a rendu libre et légitime acte de renonciation au trône sacré. En plus des inévitables théoriciens du complot, des personnages sombres se sont déchaînés, ému par la violence verbale et l'agressivité rares, qui ont déclaré la renonciation invalide parce que, selon eux, elle est intervenue sous la contrainte, invalidant ainsi l'élection du successeur, Défini par plusieurs meneurs cordés De certains théories démentes comme « antipape usurpateur, hérétique et apostat "ainsi que" émissaire de l'antéchrist ". Ces gens soutiennent leurs propres théories bizarres sur un manque de connaissance de l'histoire de l'Église qui a un caractère troublant, citer la Constitution apostolique Dominique Flock qui régit l'élection du Pontife Romain, mais malheureusement ils n'ont jamais lu, il n'y a pas non plus de preuve qu'ils citent un article après l'avoir mal compris et en ignorant complètement que dans les trois articles suivants, leurs déclarations sont totalement démenties. Ils font des références absurdes à la Code de droit canonique, mais ils ne savent pas comment naît la loi de l'Église, il se développe, il est interprété et appliqué. Un vrai sauté de légumes enfin noyé à la sauce des prophéties mariales et des apparitions, tour à tour déformé et manipulé. Que dire et ajouter de plus, sinon ... quelle douleur! Mais c'est l'Église visible qui n'est pas à la hauteur des fidèles si assoiffés de vérité, être peuplé de prêtres qui ne répondent pas aux besoins des catholiques si exigeants et désireux d'exercer les vertus les plus hautes et les plus saintes de la vie chrétienne.

.

La triste réalité - vouloir ridicule, si le tout ne constituait pas le désastre de la foi et surtout des âmes -, est que si un catholique ou un soi-disant tel a des doutes, il se garde de consulter tous les matériaux et sources mis à la disposition de l'Église catholique sur réseaux sociaux, mais ça s'accroche Facebook, le sien Gazouillement ou son Instagram, qui, comme on le sait, sont des centres bien connus de catéchèse et de doctrine. Malheureusement, il y a peu de raisons d'être surpris: être tramite et réseaux sociaux beaucoup sont venus en médecine fais le toi-même ou aux sciences exactes fais le toi-même, peut-être que la foi pourrait faire défaut fais le toi-même?

.

La plainte répandue contre l'Église qui n'évangélise pas Suite ou des prêtres paresseux qui n'écoutent pas et qui ne font pas de catéchèse, sans rien enlever aux insuffisances de l'Église visible et à celles des prêtres, c'est juste une fausse justification. Il y a beaucoup de curés, même de grandes paroisses, qui, après la messe dominicale, restent les six jours restants sans voir un paroissien, avec leur mère veuve âgée et le sacristain qui participent aux liturgies en semaine constituant la seule assemblée des fidèles. Malgré avoir tenté d'organiser des rencontres catéchétiques pour adultes et diverses activités pour les jeunes. De toute évidence, si tout s'est avéré infructueux, ce n'est pas dû à l'indifférence des fidèles, la faute incombe entièrement au prêtre, si quelque chose, aussi de l'évêque qui l'a mis dans cette paroisse. puis, quand certains de ces fidèles ou pseudo-fidèles se présentent parce qu'ils ont besoin du prêtre, veux un dédouanement, veux un certificat, à la moindre objection qui leur sera faite, la réponse sera: « ... mais je l'ai lu sur internet que ... ».

.

Nous sommes bien sûrs que ce sont les prêtres qui sont devenus des fugitifs qui ne parviennent pas à enseigner les fondements de la foi et de la doctrine catholiques? Parce que les chiffres disent autre chose, surtout, les conséquences produites par les chiffres eux-mêmes le disent.

.

Animé par cette prise de conscience J'ai décidé de publier un nouvel ouvrage après l'été où j'expliquerai le nôtre credo O Profession de foi, dont le vrai nom est Symbole de la foi Nicée-Constantinopolitaine, parce qu'il est le résultat de deux grands conciles dogmatiques de l'Église et d'une histoire ancienne, complexe et aussi fascinant, bien que je sois conscient que je ne pourrai jamais éveiller le charme de l'un ou de l'autre fausse madone qui dépose d'énormes secrets à un groupe de charlatans qui taquinent les démangeaisons des Béotiens depuis quarante ans en annonçant "nous sommes proches maintenant... nous sommes proches...". La totalité aussi par la bouche - hélas! - le directeur de Radio Maria, laissés libres de parler par nos évêques omissifs qui ont péniblement toléré certaines formes de mariolâtrie parfois pires qu'un blasphème contre la Sainte Vierge proféré par un ivrogne dans une taverne...

.

Si tu veux, La mienne, vous pouvez l'appeler "la sainte frustration sacerdotale". En confessant de nombreux confrères prêtres dont je suis le confesseur depuis des années, Je me suis souvent retrouvé à devoir répondre à cette question dramatique: « À qui j'ai donné ma vie, si jour après jour je suis forcé de constater que toutes les initiatives visant à l'évangélisation des fidèles se soldent par des échecs retentissants?». Question vraiment dramatique à laquelle j'ai répondu: "Tu as donné ta vie au Christ Dieu qui a sué du sang dans le Jardin des Oliviers (cf.. Lc 22,39-44), au Christ Dieu devant qui la foule a choisi Barabbas (cf.. Mont 27, 15-26), au Christ Dieu abandonné par les disciples qui ont fui (cf.. Mc 14, 50-52), à Christ, Dieu a renié trois fois par Pierre (cf.. Lc 22, 54-62). Mais surtout au Christ Dieu mort sur la croix, devant lequel l'évêque qui nous a consacrés prêtres a adressé l'avertissement solennel: « Soyez conscient de ce que vous allez faire, imitez ce que vous célébrez, conformez votre vie au mystère de la croix du Christ Seigneur "[4]».

.

je suis pleinement conscient que je vais perdre tout un été à écrire un nouveau livre qui se vendra peu d'exemplaires et qui sera lu par peu de gens, les mêmes que l'on retrouvera alors en délire réseaux sociaux contre l'Église qui n'évangélise pas et les prêtres qui ne font pas leur devoir d'enseignants et de pasteurs dans le soin des âmes, ou poser des questions sur les pages Facebook dans lequel, sans peine de ridicule, ils vous demandent d'expliquer le mystère de l'Incarnation du Verbe de Dieu avec une plaisanterie de trois lignes, puis répliquer après quelques secondes: "... mais je ne suis pas d'accord, parce qu'à mon avis... parce que j'ai lu ça...". Un livre qui me servira peut-être principalement, être capable de dire à Dieu, le jour où je me retrouve face à lui, que j'ai essayé de remplir de toutes les manières la mission que le Christ m'a confiée en m'appelant à être son prêtre, mais, comme on le sait bien "... mais sur internet j'ai lu que...".

.

Quoi d'autre à ajouter en conclusion, au cas où nous pourrions modifier et réécrire la dernière partie de notre profession de foi: "Je crois en réseaux sociaux et dans la vie du monde à venir ". Et si quoi que ce soit,, plutôt que Symbole de la foi Nicée-Constantinopolitaine, on pourrait le renommer Symbole de la foi du catholique analphabète, qui se moque de la connaissance et qui a donné vie à la foi de « … selon moi, Je pense que …". Et tout ça, c'est très clair: ce n'est pas du tout la faute des prêtres.

de l'île de Patmos, 6 juin 2022

.

Remarque

[1] Voir. Refutation des prophéties faussement attribuées a St. Malachie sur les elections des Papes, édité par Cristiano Wagnero, Leipzig en 1691.

[2] Cardinal José Saraiva Martins, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints: «[...] les œuvres en question ne peuvent être considérées comme écrites ou dictées par Emmerick et pas même comme des transcriptions authentiques de ses déclarations et récits, mais une œuvre littéraire de Clemens Brentano et avec de telles extensions et manipulations qu'il est impossible d'établir quel est le véritable noyau qui peut être attribué au bienheureux. Il s'ensuit que les écrits en question ne sont pas le véritable miroir de la pensée et des expériences mystiques de la religieuse augustinienne.. Les déclarations individuelles, à la fois ceux qui expriment une saine religiosité, et ceux qui présentent des bizarreries et des sentiments antisémites, est né de la créativité et de l'imagination artistique de Brentano ". L'Osservatore Romano, édition de 7 octobre 2004.

[3] Dans le nouveau lexique pastoral ce terme est tombé en désuétude, qui, d'autre part, a un sens profond sur le plan sacramentel et ecclésial, étant donné que "sujet" signifie "soumis à l'autorité apostolique de l'évêque", tels sont les prêtres qui collaborent avec lui et tels sont les fidèles de l'Église particulière qui lui est confiée et dans laquelle il exerce la fonction de pontife en sa qualité de membre du Collège des Apôtres.

[4 Du rite sacré de l'ordination presbytérale.

.

.

______________________

Chers lecteurs,
ce magazine nécessite des frais de gestion auxquels nous avons toujours été confrontés uniquement avec vos offres gratuites. Ceux qui souhaitent soutenir notre travail apostolique peuvent nous envoyer leur contribution par le moyen pratique et sûr Pay Pal en cliquant ci-dessous:

Ou si vous préférez, vous pouvez utiliser notre
compte bancaire au nom de:
Éditions L'île de Patmos

n Agence. 59 De Rome
IBAN:
IT74R0503403259000000301118
Pour les virements bancaires internationaux:
Code SWIFT:
BAPPIT21D21

Si vous effectuez un virement bancaire, envoyez un mail à la rédaction, la banque ne fournit pas votre e-mail et nous ne pourrons pas vous envoyer de message de remerciement:
isoladipatmos@gmail.com

Nous vous remercions du soutien que vous souhaitez offrir à notre service apostolique.

Les Pères Patmos Island

.

.

.

5 réponses
  1. Mario Voltage
    Mario Voltage dit :

    Una riflessione sull’apostolato “numérique”.
    Non credo che scrivere o parlare utilizzando internet per cercare di adempiere al mandato di Cristo fatto ad ogni discepolo di predicare il Vangelo ad ogni creatura sotto il cielo sia dissimile dallo scrivere su carta o dal parlare in presenza.Forse si potrebbe approfondire se sia più conforme a questo mandato lo scrivere o il parlare dal momento che Cristo no ha lasciato nulla di scritto ma ha preferito parlare e ha comandato di predicare. O forse lo scrivere è solo una forma del parlare e la distinzione non sussiste.Tuttavia bisogna cogliere un aspetto del mondo di internet che a volte potrebbe sfuggire. Quelli che scrivono su internet intorno alla fede non corrispondono numericamente a quelli che leggono internet su contenuti di fede, anzi sono una minoranza. È forse poco realistico estrarre da internet un campione rappresentativo di quello che sono i cattolici in base ai cattolici che sono attivi in internet.

  2. orenzo
    orenzo dit :

    Je crois fermement que le Fils Jésus-Christ “Per noi uomini e per la nostra salvezza discese dal cielo, e per opera dello Spirito Santo si è incarnato nel seno della Vergine Maria e si è fatto uomo.
    Credo inoltre che lo Spirito Santo abbia “exploité” Dans le “senodella Sempevergine Maria senza alcun apporto esterno.
    Sono pertanto razionalmente portato a pensare che, avant le “opera dello Spirito Santo”, c’era l’ovulo della Semprevergine Maria, dopo laopera dello Spirito Santoc’era lo zigote di Gesù Cristo e che il suo DNA fosse diverso da quello della sua Semprevergine Madre.

  3. Stefano Delle Chiaie
    Stefano Delle Chiaie dit :

    Proprio non mi riesce di trovare un senso compiuto in questo voler cercare per forza un colpevole della situazione tratteggiata nell’articolo. Ricordo solo che “il regno dei cieli è simile a un uomo che seminò il buon seme nel suo campo, maman, mentre tutti dormivano, il suo nemico sparse la zizzania in mezzo al grano”. Mais, anche a volersi cimentare a tutti i costi in questo esercizio di colpevolizzazione, mi sembra del tutto improprio che, per difesa d’ufficio della categoria, si proceda subito verso il basso per tirare la croce addosso ai fedeli, ancorché “cosiddetti”; si quelque chose, dovendo proprio farlo, sarebbe più giusto trovare chi è che “dormiva” mentre il nemico agiva nelle tenebre. Se infatti la colpa di tutto questo non è dei preti, allora deve essere dei Vescovi e dei loro Seminari; se poi non è nemmeno dei Vescovi, il passaggio logico-deduttivo seguente è breve, plutôt, brevissimo. Ma questo è proprio il gioco al massacro a cui ci vuole spingere il nemico. E mi sorprende che la caccia all’untore nella Chiesa parta proprio dal livello da cui ci si aspetterebbe invece uno sforzo maggiore per placare gli animi.

    • père ariel
      père ariel dit :

      Lei dovrebbe semplicemente rivolgere a se stesso questa domanda e poi rispondersi da solo: le vocazioni al sacerdozio, nascono o no all’interno delle famiglie cristiane?
      O forse lei pensa che attraverso chissà quali processi di clonazione i preti siano creati in laboratorio dai vescovi all’interno delle diocesi?
      Si domandi come mai sono sempre più rare le famiglie cristiane all’interno delle quali si sviluppano vocazioni al sacerdozio.
      Fatto questo avrà trovato i colpevoli.

  4. appelez ça auro
    appelez ça auro dit :

    Concordo con il contenuto dell’articolo, un peu’ meno con il tono, non perché non comprenda che è dovuto alla suddettaSanta Frustrazionema perché è dimostrato che più la gente si sente trattata da stupida e più se ne va, al contrario bisognerebbe cercare di comprendere il motivo per cui la gente è diventata così refrattaria. I video di Nostradamus funzionano perché la gente si sente intelligente a guardarli, sono alla loro portata intellettuale (ricordiamoci che i preti sono pur sempre persone mediamente più istruite rispetto alla popolazione) e spesso li fanno sentitegli unici che hanno capito tutto”. Contrariamente i video ecclesiastici richiedono l’umiltà di mettersi ad ascoltare davvero e un po’ De “scafaturaper capire se quel prete è abbastanza ortodosso o piùcreativo” dans la doctrine. Cosa che non è facile. Forse bisognerebbe spingere di più sulla virtù dell’umiltà, utile non solo per la spiritualità ma anche per la salutein una società sempre più egoista e narcisista. Pour le reste, le parrocchie che ho visto funzionare meglio (jusqu'à maintenant) sono quelle dove il sacerdote spendeva molto tempo e infatti il fatto di averne 4 O 5 difficilmente funzioneràanche perché funzionavano perché oltre alle catechesi e agli eventi il sacerdote stava in mezzo alla gente anche soltanto per prendere una birra. Insomma era (quasi! 🤣) un uomo normale. Saluti e grazie per lo spunto di riflessione.

Les commentaires sont désactivés.