Le Synode et “cattofascisti” all'arrembaggio

- Les péchés capitaux: la fierté de la non-raison -

 

LE SYNODE ET LE "CATTOFASCISTES "TAPISSERIE

 

… Il y a aussi quelques historiens de l'Église, dont la mauvaise foi découle de faits qu'ils ne devraient pas ignorer pour un devoir scientifique, par exemple: lors des premiers grands conciles dogmatiques, entre le 4e et le 9e siècle, les Pères de l'Église n'ont peut-être pas discuté librement de tout et ensuite de son exact contraire, avant d'arriver à des définitions qui sont aujourd'hui des dogmes sur lesquels la foi se fonde et s'appuie? Si les exposants d'un certain soi-disant "droit<< Les catholiques avaient vécu à Nicée au quatrième siècle lors de la célébration de ce concile et si pendant ces années ils avaient déjà existé la Gazette du pieux athée Giuliano Ferrara et de l'agence de presse correspondance Romana, à travers lequel se répandre comme sensationnel scoop quel père gorge Profonde il avait décidé de sortir de la salle de classe sur la façon dont l'assemblée discutait de la nature du Christ, comment ils se comporteraient? Ils feraient des actions de boycott ... ils inviteraient la rébellion ... ils inviteraient un “résister” contre l'évêque de Rome et le patriarche de Constantinople à travers des campagnes de menaces écrites sur des papyrus faites pour être amenés dans les villes de l'Est et de l'Ouest par des pigeons voyageurs?

 

Père Ariel Auteur

auteur
Ariel S. Levi Gualdo

 

 

MESSAGE FINAL, `` L'ÉGLISE NE DOIT EXCLURE PERSONNE ''
Célébration eucharistique des Pères synodaux à Saint-Pierre à la fin de la première partie du Synode sur la famille

Avant de parler du Synode de la famille et des questions qui y seront abordées - étant donné que toute décision reste à venir et que personne ne doit mettre en place des processus aux intentions et encore moins des guerres préventives basées sur rien - il est nécessaire de clarifier ce qu'est dans les faits concrets l'état de Église et clergé européens, pourquoi faire une bonne pastorale, et surtout la pastorale de la famille, avec des églises de plus en plus vides et avec un clergé et un épiscopat qui semble se souvenir duarmada brancaleone, cela peut être difficile même pour le Saint-Esprit, qui a le pouvoir divin de transformer même les ânes en chevaux pur-sang; aussi longtemps que chez les ânes, animaux utiles et nobles, il y a une hypothèse de base: accepter d'être transformé en chevaux de race, car s'ils n'exercent pas la liberté des enfants de Dieu en s'ouvrant aux actions de la grâce, les ânes sont et les ânes resteront pour toujours.

Italie, ce n'est peut-être pas un pays malade au sein duquel un catholicisme ravagé par les métastases tumorales est Italie malademaintenant en route vers son état naturel d'agonie? Une déclaration qui pourrait paraître défaitiste, si écrit à la plume de ceux qui ont l'habitude de décrire dans des articles, homélies et conférences, l'importance de "Théologie de l'espérance" [voir QUI]. Peut-être que la question devrait être posée en d'autres termes et, si on le souhaite, encore pire: L'Italie n'a jamais été un pays vraiment catholique? J'ai essayé de l'expliquer il y a quelque temps dans ces colonnes de la nôtre’Île de Patmos:

«… pour répondre à cette question, je pense qu'il faut analyser la raison pour laquelle le protestantisme ne s'est pas développé en Italie comme en Allemagne, Suisse, Pays scandinaves, et plus tard aux États-Unis d'Amérique, à partir du 16ème siècle. Cela ne s'est pas produit parce que la noblesse et la bourgeoisie se sont divisées en de nombreuses principautés et seigneuries, au XVIe siècle, il chercha aussitôt les compromis les plus avantageux avec l'Église catholique. En Italie, la noblesse et la bourgeoisie, bien que voué en pratique à l'agnosticisme et au déisme, en matière religieuse, il avait des intérêts moins radicaux que le reste de l'Europe. Cela les a fait régner, politique, nobles, marchands, les banquiers et les mercenaires étaient plus protestants que les protestants allemands dans la pratique, mais catholique en politique et sous les formes extérieures. C'est pourquoi en Italie, une Église catholique forte et compacte s'est toujours opposée à l'État bourgeois, souvent formé par des armées d'incroyants fidèles «dévoués», mais tout rangé et devoirs en procession avec une larme dans l'oeil et la bougie à la main " [article sur le luthéranisme, QUI].

prise de Rome
image illustrative de la prise de Rome sur 20 septembre 1870

Une autre réponse à ces questions, en plus de l'histoire, d'autres données statistiques pourraient également nous la donner. après la 20 septembre 1870, date qui a marqué la chute de Rome, dernier lambeau de l'État papal, progressivement absorbé au cours des dix dernières années par le royaume naissant d'Italie, qui sont les territoires dans lesquels le taux de participation aux églises a entraîné le pourcentage le plus bas? Quels sont les diocèses qui ont le moins de vocations au sacerdoce et à la vie religieuse? Ce sont les anciens territoires de l'ancien État papal avec la région du Latium en tête, pendant des siècles au cœur du gouvernement de l'Église, avoir une pénurie de prêtres et l'afflux de fidèles dans les églises. Les diocèses de cette région, en particulier les diocèses de banlieue de Rome, ils ont un clergé composé de prêtres provenant principalement de pays en développement, qui dans certains d'entre eux dépasse en proportion même le 50% du nombre total de prêtres; à ceux-ci, il faut également ajouter plusieurs anciens religieux qui ont quitté leurs congrégations respectives, qui ont trouvé un bon accueil dans le clergé séculier, en particulier dans le diocèse d'Albano Laziale, Palestrina et Tivoli. Parmi ces prêtres «défunts», un bon nombre de sujets problématiques ont également émergé au fil du temps, dont les évêques d'origine se sont volontiers débarrassés., dans la certitude certaine qu'un évêque italien a besoin de "la main d'oeuvre«Finirait par les accueillir, compte tenu de sa nécessité résultant du manque de clergé. Ceci avec toutes les conséquences que ces mauvais choix peuvent entraîner, lorsqu'un diocèse commence à être composé d'un nombre considérable de prêtres dont le principal objectif est principalement de collecter le plus d'argent possible pour subvenir aux besoins de leurs familles dans leurs pays d'origine respectifs, ou des enfants pauvres qui «meurent de faim». Sauf pour découvrir ci-dessous, comme parfois arrivé, que les enfants à nourrir étaient les enfants que ce prêtre avait dispersés dans les villages; c'est la vraie raison pour laquelle l'évêque, après l'avoir déplacé d'un endroit à un autre, constaté que partout le prêtre laissait des filles enceintes, il s'est enfin débarrassé du problème en l'envoyant à Rome étudier aux frais de la Congrégation de propaganda fide, attendant un évêque italien "affamé" que le clergé le prenne et donc disposé à recueillir bœufs et brebis et de colombes, et d'autres assis. Il n'est pas nécessaire de demander tout cela aux différents évêques italiens, ni à ceux de Lazio utilisés comme paradigme, car la plainte selon laquelle dans les diocèses érigés autour de Rome il y avait trop de prêtres étrangers a été soulevée par le vénérable pape Benoît XVI, quiconque se sent piqué par de telles déclarations ne doit pas m'en vouloir, mais avec le Prédécesseur suprême du Pontife régnant maintenant joyeusement.

lapin lion
tristesse et réalité …

Avec cette prémisse, il n'est pas prévu d'ouvrir un thème dans le thème, mais seulement pour préciser - avant d'entrer dans les discours liés au Synode sur la famille - qu'il faut faire face à la réalité d'une Europe déchristianisée où pullulent des armées d'anciens fidèles, ou dans la meilleure hypothèse de fidèles perdus qui ignorent de plus en plus les fondements du Catéchisme de l'Église catholique, cela ne leur est pas tant attribuable qu'à la formation de plus en plus rare du clergé. Un clergé composé d'un nombre toujours croissant de prêtres qui suscitent parfois de graves embarras - bien que souvent pourvus de tous les "la plus sainte«Les papiers académiques tirent désormais derrière quiconque des universités pontificales d'aujourd'hui - et parmi eux, court, de nouveaux évêques seront choisis, rigoureusement sélectionnés parmi les sujets les plus insignifiants, pour que certaines personnalités de valeur, que nous pouvons toujours trouver avec beaucoup de difficulté dans un coin de l'Église, ne finissez pas par miner la médiocrité, le calme plat est l'impasse engendrée par les évêques de cette région, Pourquoi figure de mezze ils doivent nécessairement reproduire encore plus de demi-longueurs qu'eux. Par contre, on sait bien que mettre un lion dans une cage à lapin ou un aigle dans une cour parmi les poulets à gratter, pour beaucoup, il serait peut-être souhaitable, mais pour d'autres c'est impossible. Mieux vaut alors protéger clériquement certains «soldes» en accordant un “lapins” e “polli” le plein «droit» d'opérer à “mieux »que leur incapacité, indépendamment du fait qu'ils enterrent le christianisme. en outre, les soldes cléricaux «arcanes», ils valent la destruction de l'Église, qui n'est fondamentalement que l'Épouse du Christ; et au nom des équilibres cléricaux «arcanes», l'Épouse du Christ peut être sacrifiée en toute sécurité, en effet jeté directement sur le trottoir sous un lampadaire, avec les évêques et les cardinaux qui s'en approchent à bord du scooters essayant même de lui arracher son sac à main, mais … pour ensuite donner l'argent aux pauvres, moyens!

décombres
décombres …

Ce sont les raisons pour lesquelles dans ma dernière conférence J'ai conclu en souhaitant le "big bang", c'est l'implosion inévitable dont nous sommes maintenant proches, puis tout recommencer pour construire sur les décombres, parce que dans les processus de confiscation, une fois que la limite dite de non-retour a été dépassée, il n'est plus possible de revenir en arrière. Ou pour mieux exprimer tout cela avec un exemple pertinent: une voiture qui se retrouve au bord d'un escarpement peut être sauvée avec toutes les personnes qu'elle amène à bord, si vous reculez rapidement et que vous le remettez sur la bonne route. Si au contraire il est jeté le long du précipice, à ce stade, c'est inutile, au contraire, il est plus dommageable d'essayer d'engager la marche arrière lors d'une chute; le résultat sera de diviser la boîte de vitesses, car il n'y a pas de retour en arrière.

Telle est la situation réelle dans laquelle les Pères synodaux se retrouveront à travailler et dont on ne peut ignorer, car ce faisant nous sortirons du réel pour aller au surréel. Les pères devront alors se déplacer dans une voiture sur le point de s'écraser au fond du précipice, pendant que le conducteur leur montre tout le matériel cassé en demandant: "Et maintenant, comment pouvons-nous revenir en arrière?». maintenant, puisque le conducteur secoue la boîte de vitesses cassée de la voiture qui tombe, à savoir le Saint-Père François, avec clairvoyance il annonça un extraordinaire Jubilé de miséricorde; et jamais un jubilé n'a été plus approprié! Ce que j'affirme avec ces connaissances sacerdotales et pastorales qui n'ont pas touché certains commentateurs, en particulier ces groupes de catholiques tristes qui contesteraient aussi le Saint-Père pour avoir affirmé que "le Saint-Esprit procède du Père et du Fils et avec le Père et le Fils est adoré et glorifié et a parlé par les prophètes" [Cf. Symbole de la foi].

jubilé 2
logo du Jubilé de la Miséricorde

Comprendre la signification du Jubilé de la Miséricorde il faut être un peu prêtre avec les mains à l'intérieur de la pâte pastorale, un peu mécanique avec des mains tachées d'huile. Il y a quelque temps, le Saint-Père, il a utilisé l'expression pittoresque "Soyez des bergers avec l'odeur des moutons sur vous" [voir QUI]; qui m'a fait sourire en ce moment, par exemple en imaginant son Vicaire général du diocèse de Rome qui, entends ces mots, il a essayé de se conformer en commandant le nouveau à l'usine de parfum de Chanel parfume des moutons [parfum de mouton], à répartir parmi les prêtres de la ville. Cependant, j'ai parfaitement compris ce que le Saint-Père voulait dire très juste et combien il y avait peu de blagues sur ces paroles et cette invitation aussi sérieuse que profonde..

Mais utilisons encore un exemple: jours il y a, J'ai apporté la grâce et la miséricorde de Dieu à un patient en phase terminale, lui accordant - comme le rite du sacrement de l'onction des malades le prévoit - l'absolution de tous les péchés, y compris ceux réservés au Saint-Siège, selon les pouvoirs qui m'ont été conférés par le Siège apostolique, comme le dit la formule: «Ego, le pouvoir qui m'a été donné par le Siège apostolique m'a donné j'accorde l'indulgence plénière et la rémission de tous vos péchés, ... ». Ou bene, le Saint-Père, dans la bulle recherche de miséricorde avec lequel il a annoncé ce Jubilé [voir QUI], n'a-t-il pas précisé - à ceux qui ont du cœur, âme et vrai sentiment catholique - que nous sommes en fait dans un état terminal? Bientôt dit où nous pouvons le comprendre: non seulement le Pontife romain a décidé d'envoyer des «missionnaires de la miséricorde», ce qui devrait nous amener à réfléchir, c'est que cela leur a donné une faculté pleine et stable à remplir pendant toute l'année jubilaire, à partir du Carême, aussi les péchés réservés par le Code de Droit Canonique au Siège Apostolique [cf n. 18 voir QUI]. Et comme nous le savons, les confesseurs, l'absolution des péchés réservés au Siège Apostolique nous ne pouvons l'accorder qu'à une personne mourante ou à une personne en danger réel de vie, jamais à d'autres occasions; car en l'absence de danger réel pour la vie, l'absolution d'un péché réservé au Siège Apostolique constituerait un abus très grave de la part du confesseur, et le prêtre qui la communiquait serait soumis à de sévères sanctions canoniques [cf. sur les péchés réservés voir QUI].

synode familial 2
Synode sur la famille 2014-2015

L'entrelacement du Synode sur la famille et le Jubilé de la Miséricorde ce n'est pas un chevauchement des "activités", mais un chemin logique nécessaire, si l'on considère que l'Europe, sur la famille maintenant à l'agonie, risque de célébrer bientôt des funérailles solennelles avec l'orchestre complet des francs-maçons, des membres du libéralisme sans valeurs, par les marionnettistes de l'économie contraire à l'éthique et les idéologues de la culture homosexuelle, qui jouent tous ensemble la marche funèbre avec des trompettes expliqué. E Novembre, que dans cette situation nous avons déjà été mis en place dans un sens fossoyeurs, on ne peut pas jouer aux obstétriciens avec des cadavres, nous ne pouvons que les bénir et les enterrer, si d'abord les cadavres ne nous ont pas déjà enterrés.

Burke dans le capot
Cardinal Raymond Leonard Burke, élu qui “résistant” des cercles dits traditionnels, pose en cappamagna à l'un des divers “centres de beauté” de Pizzettari&dentellières. Et ce sont certainement ces choses qui font que un sujet comme le Saint-Père François se réjouit particulièrement.

Toutes ces choses sont en partie évidentes en partie fondamental, échappent depuis près de deux ans à tous ces idéologues pseudo-catholiques qui, devant donner libre cours au pire en eux-mêmes, ils ont transformé le Synode en un terrain de conflit politique. Et face à une personne mourante, ils ont commencé à discuter des stratégies à adopter pour gagner les prochaines élections politiques, avant lequel il est à leur avis utile de vaincre le "théorème de Kasper" [voir QUI, QUI], la relation hérétique Erdö » [voir QUI], le consortium de “faux prophètes” de l'épiscopat allemand [voir QUI], tout en donnant des informations méticuleuses même sur combien de fois celui qui a été élu par eux comme un grand antagoniste et survivant "champion" des "valeurs non négociables" du vrai "traditio catholica", Cardinal Raymond L. Burke, auquel le Paume de la résistance … mais à qui, peut-être à Peter? [voir QUI]. Puis informer jour après jour à travers le bulletin du site désormais mythique et comique église & Postconcilio, comment parfait le fonctionnement de sa prostate la plus éminente, mais surtout en conformité avec Le bon emploi des personnes âgées, comme le prouve la première miction du matin, suivi des louanges du rite tridentin, devant laquelle une urine jaune paille saine a émergé qui ferait l'envie des anges, qu'ayant pas de relations sexuelles, ils ne peuvent pas uriner, pour cela, ils sont envieux.

Caffara et Cavalcoli
l'archevêque métropolitain de Bologne Carlo Caffarra avec notre théologien dominicain Giovanni Cavalcoli dans le couvent patriarcal dominicain de Bologne

En faisant tout cela, ce qui équivaut à montrer que vous ne voulez pas comprendre ce qu'est la délicate action pastorale de l'Église dans des temps comme ceux que nous vivons, ces sujets présument également avoir ou posséder la vraie foi en une seule Église, Santa, catholique et apostolique, inconscient de professer plutôt dans des faits concrets un autre Baptême, en particulier par leurs accès de haine envers Pierre [exemple, QUI].

à plusieurs reprises, en tant que pasteur aux soins des âmes - et certainement pas comme certains citoyens libres qui jouent aux sociologues ou aux politologues et qui en tant que tels doivent toujours avoir un ennemi sur lequel évacuer leurs inconforts intérieurs - je me suis souvenu que la luxure n'est pas le premier des péchés Capitale; le premier est l'orgueil suivi de l'avarice, envie, colère… Sur sept péchés capitaux, la convoitise se classe cinquième. Il y aura aussi une raison, si par ordre de classement, avant les péchés "notoires" du sexe, quatre autres viennent dans une rangée? Mais les journalistes laïques d'une part, certains idéologues catholiques, en revanche, se sont immédiatement concentrés sur la vieille obsession de tous les temps, sexe, faire de ce Synode une réunion appelée à discuter des problèmes liés à la sexualité humaine et ses diverses implications. Ce qui est en effet faux, bien qu'un éminent expert en bioéthique et éthique sexuelle comme le cardinal Carlo Caffarra soit également présent au Synode, qu'au cours de son ministère apostolique, cependant, il a également traité de beaucoup d'autres choses, de la dogmatique christologique à l'éthique économique, viens de lire ses homélies, dont certains - sans se flatter, car les cardinaux sorciers ont généralement les cheveux avec une brosse métallique et ne font guère de caresses - vraiment digne d'un médecin de l'Église, surtout dans ce panorama épiscopal homilétique de plus en plus sombre [à cet égard, veuillez vous référer aux drames de l'évêque de Noto, QUI].

cependant, le message que concernant ce Synode a été transmis par les exposants de la "thèse" et ceux de "l'antithèse" est au contraire la démangeaison habituelle caleçon de chasse et à recherches de chambre.

Giovanni Cavalcoli photos Ordonner
à partir de ces colonnes, Giovanni Cavalcoli a expliqué comment, le Saint-Père, avait clarifié certaines de ses positions dans le discours de clôture de la première partie du Synode, dissiper les peurs qui n'avaient aucune raison d'exister

Pour créer des affrontements idéologiques et des guerres le problème de l'admission possible à l'Eucharistie des divorcés remariés a été soulevé, de sorte qu'une fois de plus, ce mystère sacré qui est le moteur, vie et centre d'unité de l'Église, a été diaboliquement utilisé comme moyen de division et d'affrontement idéologique; tous, chose sérieuse, basé sur rien. Et je répète sur la base de rien, même si certains gorge Profonde épiscopal ou cardinal a fait sortir des discours ou des relations privées de la salle synodale, et à ce point, dans les journaux du monde entier et dans les féroces magazines en ligne des suspects habituels, il s'est mis à tonner contre les "coups de main", «coup» potentiel … jusqu'à ce que tu arrives au pire: que par la pratique pastorale les dangereux modernistes - dont la dangerosité n'est pas discutée - auraient fini par changer la substance des sacrements, déclenchant ainsi des alarmes très sérieuses, ignorer, ou faire semblant d'ignorer, que l'Église ne peut pas modifier la substance des sacrements, plus, beaucoup moins avec la pratique pastorale [voir QUI, QUI, etc ..]. en bref, comme l'explique l'historien Roberto de Mattei: "L'Eglise est à la veille d'un schisme" [voir QUI, QUI]. Ce fut en vain que mon distingué frère aîné Giovanni Cavalcoli, des colonnes de notre magazine, expliqué avec la richesse théologique qui le distingue de quelle manière, le Saint-Père, avait déjà clarifié certaines de ses positions dans le discours de clôture de la première partie du Synode, dissipant ainsi les doutes et les craintes qui n'avaient aucune raison d'exister [voir QUI].

pigeons voyageurs
Les pigeons voyageurs utilisés au Conseil de Nicée au 4ème siècle, quand ils n'existaient pas encore la Gazette et l'Agence correspondance Romana, pour la diffusion des discussions privées des Pères conciliaires

Parmi ces personnes Il y a aussi quelques historiens de l'Église, dont la mauvaise foi découle de faits qu'ils ne doivent pas ignorer, par exemple: lors des premiers grands conciles dogmatiques, entre le 4e et le 9e siècle, les Pères de l'Église, peut-être n'ont-ils pas discuté librement de tout et encore une fois de son exact contraire, avant d'arriver à des définitions qui sont aujourd'hui des dogmes sur lesquels la foi se fonde et s'appuie? Si les représentants de la soi-disant «droite» catholique d'aujourd'hui avaient vécu à Nicée au quatrième siècle pendant la célébration de ce concile et s'ils avaient déjà existé pendant ces années la Gazette du pieux athée Giuliano Ferrara et de l'agence de presse correspondance Romana, à travers lequel se répandre comme sensationnel scoop quel père gorge Profonde il avait décidé de sortir de la salle de classe sur la façon dont l'assemblée discutait de la nature du Christ, comment ils se comporteraient? Ils auraient mené des actions de boycott ... ils auraient incité à la rébellion ... ils auraient invité la résistance contre l'évêque de Rome et le patriarche de Constantinople à travers des campagnes de menaces faites sur les papyrus portés vers les villes de l'Est et de l'Ouest par des pigeons voyageurs? Et dans ce cas,, quelle controverse ils auraient créé, admis et non accordé qu'entre écoles adverses et surtout entre hérésies dangereuses serpentant dans lecatholica orbe de ces temps - pensez juste à l'hérésie aryenne -, il argumentait, pas de communion pour les divorcés et remariés, mais du fondement même de l'Église: l'incarnation du Verbe et le mystère de la personne du Christ?

marché aux fruits
Marché aux fruits à Campo dei Fiori sous la statue de Giordano Bruno

Tante Pasqualina vendant des fruits à Campo dei Fiori sous la statue de ce mauvais garçon de Giordano Bruno, ces choses qu'il ne sait pas, mais moi, qui les connais, j'utilise l'expression de pas par hasard malhonnêteté intellectuelle et le manque de critères scientifiques de la part de ces personnes qui construisent des ensembles depuis près de deux ans théorèmes sur des discours principalement privés prononcés par les Pères synodaux qui doivent toujours, pratiques et rigueur, discuter en toute liberté de tout et ensuite de son exact contraire, avant Peter, assisté par la grâce du Saint-Esprit, dis le dernier mot, comme toujours et comme toujours. Et le faire, à ce jour, Pietro n'a jamais eu tort, inclus dans Vatican II, que l'Église était le dernier grand concile célébré, bien que pour certains de ces belligérants contre l'improbable Eucharistie, il accorda aux personnes divorcées republiées avec coup d'État, au lieu de cela, ce n'était pas un concile œcuménique mais une grave erreur, ou au mieux juste un conseil pastoral tiers, deuxième degré maximum, au moins selon la fantaisie-ecclésiologie du duo théologique Gherardini&lanzetta.

village gay
affiche de Village Gay

De l'Eucharistie aux divorcés, les suspects habituels se tournent alors vers les gays, craignant les risques de reconnaissance des unions homosexuelles et ainsi de suite; et avec un esprit douloureux, aussi bien qu'agressif et aussi mauvais, nous devons supporter les inévitables Paolo Deotto et Pietro Vassallo, soutenues par un gynécée de femmes passionnées qui, au lieu de leur cerveau, écrivent des articles de lessive, à travers lequel ils parlent dans des tons agressifs et pas rarement méprisants de "renversé, pervers, pédérastie, sodomiti ... » [voir QUI, QUI, QUI, QUI, QUI, QUI, etc ..]. Articles dans lesquels seul le brillant final manque: «Bourreau qui abandonne!», si quoi que ce soit, invitant les lecteurs à un pèlerinage commémoratif à Predappio sur la tombe de Benito Mussolini personnellement dirigé par Pietro Vassallo, vu les derniers articles vraiment indécents qui ont été écrits sur prélevée Christian à l'occasion de la fête de la République italienne célébrée le 2 juin, jour où je, en tant que prêtre qui est en même temps un citoyen italien avec tous les droits et tous les devoirs, Au lieu de cela, j'ai célébré une messe pour le bien et la prospérité de notre bien-aimée patrie et de ses habitants [voir QUI, QUI, QUI].

ROlando Rivi
le martyr Rolando Rivi, assassiné par les partisans rouges. Une image de la cérémonie de béatification, derrière le préfet de la Congrégation pour les causes des saints, Cardinal Angelo Amato

Depuis que nous sommes tombés sur ce problème que je ne compte laisser ni vague ni suspendue, ajouter l'utilisation instrumentale précédemment faite par ces évidents nostalgique le jour du jour de la libération, qui tombe sur 25 avril, à l'occasion de laquelle la vénérable mémoire des prêtres tués dans le soi-disant "triangle rouge"De l'Émilie-Romagne par les partisans communistes [voir QUI, QUI], y compris cette âme bénie du séminariste Rolando Rivi [voir QUI], en pensant à qui il est rare que je me retire la soutane, sinon pour le remplacer, en cas de réel besoin, avec un décent pasteur. Les gens à un tel point idéologique, ces chroniqueurs incativés par d'étranges sentiments «authentiquement catholiques», pas même comprendre les mots qu'ils ont eux-mêmes écrits, vu ça avant de mourir, refusant d'enlever la soutane, le jeune homme a dit: "J'étudie en tant que prêtre et le vêtement est le signe que je suis de Jésus". Avez-vous compris, Paul Deotto? Vous l'avez écrit vous-même en essayant d'en créer un autre théâtre idéologique: le bienheureux martyr Rolando Rivi n'a pas dit "je suis fasciste contre les communistes", il n'a pas dit non plus "Je suis communiste contre les fascistes", mais il a dit exactement ce que vous vous rapportez, "Je suis de Jésus" [voir QUI]. Cette déclaration en elle-même implique: Je suis de Celui qui est mort comme un agneau sacrifié pour notre rédemption et qui n'invite à la haine partisane envers personne, il nous invite à ne haïr que le péché qui nous sépare de la communion avec lui et sa sainte Église érigée sur le rocher de Pierre.

Il est vrai qu'ils ont été assassinés 80 prêtres donne quelques "bêtes" dans ce cas rouge, qui a même soulevé le coup de feu meurtrier sur un adolescent «coupable» de porter une soutane de séminariste, mais aux faux idéologues de prélevée Christian même pas le “méritant” des bêtes vers le bas, bien qu'en fait, ils sont capables d'exploiter et de modifier même le manteau céleste de la Bienheureuse Vierge Marie à des fins idéologiques douteuses, volontairement engageant méchantes épouses au lavoir [exemple, QUI] jeter beaucoup de boue sur le Souverain Pontife et le Collège épiscopal, et tout - il va de soi - au nom de la foi catholique vraie et authentique dont ces sujets incognito par l'orgueil luciférien se sentent même.

Don GIovanni Minzoni
Don Giovanni Minzoni, Archiprêtre d'Argenta (Ferrara) battu à mort par les fascistes le 23 août 1923, martyr du Christ et de la patrie

Je leur demande donc à tous, avec des faits et des actes historiques en main: parce que, la 25 Avril et le 2 juin, ne célébrez pas non plus la mémoire de tous ces prêtres italiens - mais également supérieurs en nombre - qui pendant les vingt "glorieuses" années du fascisme ont été assommés avec des bâtons et attaqués à plusieurs reprises par des chemises noires, certains même alors qu'ils étaient à l'église à l'autel pour célébrer la messe? Si Paolo Deotto, plutôt que de jouer avec l'histoire avec l'aspirant contessina Cristina Siccardi, que le jour de la fête de la République a de nouveau sorti le canular banal de la fraude électorale pour laquelle la monarchie aurait perdu le référendum en 1946 tout en tissant le “catholique” louange de la Maison maçonnique de Savoie à travers la figure de l'un de ses coureurs de jupons notoires [voir QUI] - ignorant de quoi cette dynastie embarquement de pirates s'implique pour notre pays et pour l'Église italienne depuis 1850 Suivant -, au lieu de cela, il prendrait soin de se documenter correctement, découvrirait combien de fois les agents du "digne" fasciste Ovra ont même organisé des suicides de prêtres. Dont l'un a été enterré à l'époque dans un terrain non partagé et sans funérailles, car on croyait vraiment qu'il s'était suicidé en se pendant sous l'autel de l'église devant le tabernacle de la réserve sacrée eucharistique; donc suicide et sacrilège en même temps. Seulement au milieu des années cinquante, rassemblant cela et d'autres morts très suspectes, de sérieux doutes ont commencé à surgir que ce prêtre qui n'avait aucune sympathie pour le régime fasciste s'était vraiment suicidé, cependant, il a été préférable de ne pas approfondir davantage et dans ce coin du sud de l'Italie, le silence a été réduit à ce sujet et à d'autres tristes morts, mais le cercueil a été discrètement exhumé et enterré dans le coin du cimetière réservé aux prêtres; et avec ça tout a été clarifié sans avoir à dire un mot. Et pour le plus grand plaisir de Deotto, de Vassallo et de tout le club nostalgique de prélevée Christian, nous pourrions continuer avec les jeunes des groupes d'action catholique et scout battus, dont certains sont restés invalides ou semi-invalides à vie, car casser des os dans les années 1930 n'était pas une blague et réparer un fémur fracturé à quatre ou cinq endroits n'était pas facile même pour les meilleurs chirurgiens; pour suivre les imprimantes catholiques en feu, y compris celle de Civiltà Cattolica et ainsi de suite. Il faut donc se souvenir avec une rigueur historique que le soi-disant notoire “triangle rouge”, avant d'être rouge, était un “triangle noir”, incubateur et berceau du fascisme naissant, dont le fondateur était un Romagnolo voyageant à Milan et ses premiers fidèles compagnons étaient pour la plupart Émilie-Romagne. Et dans cette région très fasciste devenue plus tard très communiste, à chaque soupir jugé faux par “Santé” chemises noires les prêtres étaient toniques avec des bâtons, comme c'est arrivé à Don Giovanni Minzoni, à Argenta di Ferrara, auquel ils ont brisé le crâne avec des bâtons. Je considère donc comme un devoir de rappeler aux auteurs prélevée Christian qui invitent le public à l'indignation à travers les images du cadavre du Duce et de sa pauvre maîtresse [voir QUI, QUI, QUI], que les prêtres décédé avant le 8 septembre 1943 s'élever à 422, entre ces 158 ils ont été tués par les fascistes nazis et 33 par les soldats fascistes de la République de Salò. je Les curés italiens morts violemment avant la libération de l'Italie du fascisme nazi étaient 238, auquel il faut ajouter 41 Vice-curés de paroisse e 129 entre séminaristes et novices. Statistiques, les noms et descriptions des décès peuvent être trouvés dans la section d'histoire italienne des archives du Vatican.

Don Umbeto Pessina
le cadavre de Don Umberto Pessina assassiné par les communistes dans la haine de la foi 18 juin 1946 à Correggio (Reggio Emilia)

A l'issue de ce douloureux thème J'affirme - et certainement pas à la légère - que «bénir» de manière plus ou moins subliminale le «fascisme catholique» et “dévots” Savoia “catholiques” le jour où l'Italie célèbre la libération de sa patrie du fascisme nazi et de nouveau le jour de la fête de la République, rend ces sujets vraiment honteux en tant qu'Italiens et en tant que “catholiques”. Le tout exprimé sur un ton triste et sévère par le descendant d'une famille dont les membres ont eu le "privilège" de prendre d'abord les coups des fascistes puis des communistes, à la différence que pour moi l'un et l'autre constituent le mal. Il est donc de mon devoir - également pour une discrète sollicitation reçue de certaines autorités ecclésiastiques qui ont tout laissé à ma libre décision - de faire connaître à travers ma plume, aux non-croyants et à toutes les personnes éloignées de l'Église catholique qui, faux, ils pourraient prendre ces sujets et leurs écrits très méchants comme une expression du monde catholique, ou pire que la pensée et le sentiment de l'Église italienne, que ces personnages ne sont que des dieux “conformistes” sans un maître qui en tant que tel ne représente qu'eux-mêmes, ils ne représentent en aucun cas le monde catholique, encore moins le Collège sacerdotal italien, qui a toujours pleuré et prié pour les victimes du fascisme et les victimes du communisme, sans jamais vanter ceux qui ont été tués d'un côté et ignorer avec une mauvaise foi idéologique ceux qui sont tués de l'autre côté. L'Église a toujours honoré la mémoire de ses prêtres tués dans la haine de la foi par les fascistes et les communistes, y compris un martyr béni de juste 14 âge.

homosexuel pleurer
… tous les gays ne sont pas du tout des mauvais garçons pathétiques déguisés chiennes en chaleur qui se produisent sans dignité et modestie dans le Sodome et Gomorrhe de fierté gai ou dans les fêtes orgiaques de village gay

Voici peintes les vraies pâtes dont sont faites ces gens sombres et méchants à qui je demande: avez-vous déjà eu affaire - au niveau pastoral - avec des homosexuels? Les avez-vous déjà accueillis dans un confessionnal "renversé, pédérastie, sodomiti", vous avez l'habitude de définir «charitablement» ces êtres humains avec les livres d'esprit et de phrases de la République sociale de Salò et avec les méthodes idéologiques de goulag soviétique? Vous êtes-vous déjà arrêté pour écouter ces sujets, pour apprendre ce qu'ils ont vécu et souvent souffert au cours de leur existence, étant donné que tous les gays ne sont pas des mauvais garçons pathétiques déguisés chiennes en chaleur qui se produisent sans dignité et modestie dans les dieux de Sodome et Gomorrhe fierté gai ou dans les fêtes orgiaques de village gay? Apparemment, vous ne les avez jamais rencontrés et écoutés, au moins selon ce que vous écrivez depuis des mois et déclarez dans "votre" pseudo “église” imprégné de politique, d'idéologie, de la nostalgie du passé, dans lequel la charité ne loge pas même sans ambages, pris comme vous êtes de rejeter obstinément le présent et ce devenir futur qui caractérise au contraire l'Église du Christ comme pèlerine sur terre. Avez-vous déjà accueilli, écouté et appris la vie et les expériences presque toujours bouleversantes des travestis et des transsexuels? Je vais, Je les ai écoutés pendant des heures, quand pendant un an j'ai servi dans une ancienne basilique romaine; et je me souviens aussi avec affection de ce groupe de jeunes qui venaient à la messe du soir tous les samedis soirs, ils se tenaient au fond de la basilique et écoutaient avec dévotion, de toute évidence, ils ne sont pas venus près de recevoir la communion, comme l'a fait le genderiste Vladimiro Guadagno en son temps pour une provocation politique sacrilège, appelé Luxuria, aux funérailles du prêtre hérétique Andrea Gallo; et à la fin de la Sainte Messe, ces gars, ils attendaient que je demande des bénédictions et des prières pour leur défunt ou pour les membres de leur famille qui vivaient dans leur pays d'origine.

vieil homme avec une fille
… si au jour du jugement le Seigneur envoyait ces vieillards joyeux et riches en enfer, dans ce cas le chef-pharisien et évêque schismatique Bernard Fellay pourrait prévoir d'aller soulever des questions «canoniques» avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit, protestant vigoureusement que ces "excellents clients" avaient régulièrement "payé" des messes de suffrage jusqu'à la parousie.

Mais ce sont précisément des actions pastorales auquel un prêtre ne doit pas échapper. Actions qui ne sont pas effectuées par le Fondation Lépante, trop occupé à regarder l'étang d'eau vicié des Lefebvriens, qui, le cas échéant, contribuent à promouvoir des conférences contre "inversé“, "pédérastie» e “sodomiti“, expliquer avec inhumain “moral” pharisaïque de quelle manière un adolescent, au cas où il mourrait sans confession, il finirait sans doute par griller dans les flammes de l'enfer pour s'être masturbé. Un lieu d'où tous les riches entrepreneurs de l'extrême droite américaine ou ceux qui s'enrichissent au Brésil de manières et de formes à clarifier seraient au contraire à l'abri, qu'en s'amusant à l'ombre de leurs soixante-dix dans les piscines de leurs villas avec des statuaires de vingt ans - ne pensez pas mal, ce sont des petites-filles qui récitent également des louanges et des vêpres avec le bréviaire tridentin - au lieu de cela, elles s'envoleront droit au ciel pour tout l'argent abandonné en faveur des œuvres de la Fraternité schismatique et hérétique de Saint Pie X et pour les messes perpétuelles que la même a offert de célébrer après un don substantiel. évidemment, si au jour du jugement le Seigneur envoyait ces vieillards joyeux et riches en enfer, dans ce cas le chef-pharisien et évêque schismatique Bernard Fellay pourrait prévoir d'aller soulever des questions «canoniques» avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit, protestant vigoureusement que ces "grands clients"Avait régulièrement"payé«Des suffrages à la parousie; et il n'est pas à exclure qu'il invite également le “résistance” contre le juge suprême, que dire le sien et le sien, il aurait mal organisé le jugement dernier, le cas échéant, avec de Mattei qui met en place une collection de signatures pour protester contre la mesure prise et le jugement rendu par le Tout-Puissant.

Le plus grand crocodile du monde en captivité
… on ne peut pas s'enfermer dans un fort d'où crier "Bourreau qui abandonne!", après avoir soulevé le pont-levis et rempli le fossé de caïmans à jeun.

Dai «cattofascisti», qui sont pires que les "cattocomunistes", passons à la dimension pastorale concrète; et pardonne-moi si encore une fois je me réfère à ma dernière conférence au cours de laquelle, tout au long de la première partie, Je parle de ce progrès social et scientifique avec lequel l'Église du XXe siècle était appelée à traiter sérieusement, au point de s'équiper pastoralement à travers le Concile Vatican II [voir QUI] Nous vivons aujourd'hui dans une société soumise à des dieux mutuellement radicaux, devant lequel on ne peut pas s'enfermer dans un fort d'où crier "Bourreau qui abandonne!", après avoir soulevé le pont-levis et rempli le fossé de caïmans à jeun. Face à ces changements radicaux qui affectent d'abord la famille et à la perception de plus en plus dégradée et dégradée de l'idée de sexualité, de relation entre les personnes, de vie amoureuse ou de couple, nous, pasteurs dans le soin des âmes, devons être pourvus par l'Église d'outils pastoraux adéquats; car face à des situations de ce genre, l'Église ne peut pas laisser les évêques en charge du gouvernement des Églises particulières et tous leurs prêtres agir seuls ou individuellement selon leur conscience personnelle, sinon pire selon le libre arbitre. Une fois de plus nous procédons avec ces exemples concrets dont vous ne trouverez aucune trace dans les articles du club de «Bourreau qui abandonne!"Qui jette des feux et des éclairs “concubini“, "pédérastie"E"renversé", tonnante avec des cris de taverne contre le “pactes de sodomite” [voir QUI]. Compte tenu de cette sodomie, hier comme aujourd'hui cela reste toujours un péché grave mais aussi étant donné que le péché est condamné, jamais, tandis qu'au lieu de cela, le pécheur est absous chaque fois qu'il se repent, notre problème aujourd'hui n'est certainement pas de s'opposer au dangereux carnaval qu'est le mariage entre sujets de même sexe, car nous devons reconnaître que nous sommes maintenant au-delà de ceci et que l'Europe - et au-delà - a maintenant succombé à cette triste réalité qui pour nous, chrétiennement, Il est une aberration authentique, qui ne peut conduire qu'à la folie d'abord, puis de la folie à l'autodestruction, parce que la culture de la vie qui a son centre dans la vie naissante et dans le noyau familial, ils remplacent une culture de déni de vie, imposant ainsi une authentique culture de la mort.

couple gay
… si une paire de deux "son"Ou une paire de deux"lei"Je viens demander le baptême du"jouet de bébé"Pris pour adoption pour couronner la fiction d'un couple et d'une famille mis en place, Je prêtre, comment dois-je me comporter?

Mais nous devons comprendre et accepter - et ici le mot accepter devrait être lu comme acceptation d'un échec colossal - que dans divers pays européens le mariage entre couples de même sexe et la possibilité qui leur est donnée d'adopter des enfants est un fait sanctionné par des lois à notre avis injuste et monstrueux. maintenant, devant les lois qui ont sanctionné un fait, le problème n'est plus la lutte contre mariage gay, qui est en effet un fait en tant que loi de l'État dans divers pays; le problème est maintenant devenu un autre, c'est ce à quoi nous devrons bientôt agir et réagir, par exemple: si une paire de deux "son"Ou l'un des deux"lei"Je viens demander le baptême du"jouet de bébé"Pris pour adoption pour couronner la fiction d'un couple et d'une famille mis en place, Moi, un prêtre, j'avais l'habitude de recevoir des ordres de l'Église - et certainement pas de la Gazette et de Inflation de Lépante - comment dois-je me comporter? J'ai certainement le devoir de baptiser une créature et peut-être aussi l'obligation de le faire. Comment puis-je penser, à deux lesbiennes ou deux gays qui jouent à la famille et aux parents et qui ont créé une véritable parodie de famille satanique, faire réciter la profession de foi? Comment puis-je poser de tels sujets, selon le rite sacré du baptême: «Vous renoncez à Satan… toutes ses œuvres… toutes ses séductions?», si dans les faits concrets l'œuvre de Satan incarné est-ils à travers ce qu'ils ont fait et mis en place à travers des utérus loués, mères porteuses et manipulations génétiques? Il est facile de dire que dans ce cas j'agirais selon ma conscience, en supposant que ma priorité serait de baptiser la créature, alors je prendrais les deux, Je dirais que je n'ai pas l'intention de revoir leur vie privée et leurs choix publics que je n'approuve absolument pas e, s'ils veulent vraiment baptiser la créature, qu'un parrain et une marraine me le présentent, mâle et femelle, animé par d'authentiques sentiments chrétiens, parce que sinon, présenté par eux, Je n'administre pas le sacrement du baptême, que beaucoup de ces sujets ne seraient posés que sur une base purement provocante dans le but ferme d'essayer pour la énième fois de forcer l'Église à incliner la tête devant leur volonté et donc d'accepter l'inacceptable que nous ne pouvons et ne devons pas accepter.

couples de fait
… si un couple cohabitant souhaite recevoir le sacrement du mariage, après avoir eu encore plus d'enfants, comment dois-je me comporter, étant donné que pour l'Église ce sont en fait deux concubines publiques?

Je ne suis pas curé mais j'ai toujours collaboré avec les paroisses pour leurs divers besoins, non seulement liturgiques mais surtout pastoraux, pour que je puisse facilement me mettre à la place de mes confrères curés. par exemple: si un couple cohabitant souhaite recevoir le sacrement du mariage, après avoir eu encore plus d'enfants, comment dois-je me comporter, étant donné que pour l'Église ce sont en fait deux concubines publiques? Je dois peut-être, comme beaucoup de curés, faire semblant de ne pas savoir que les deux vivent ensemble depuis des années et qu'ils poursuivent leur cohabitation sans se décourager pendant qu'ils se préparent au mariage? Je dois les inviter à se séparer et à emménager ensemble seulement après le mariage, ou, avec une famille de fait constituée et avec des enfants qui grandissent déjà, Je dois répondre en leur demandant de vivre comme frère et sœur jusqu'après le mariage? en bref, que dois-je répondre e, surtout, comment dois-je me comporter dans l'exercice du ministère sacré, que je n'exerce certainement pas en mon nom mais au nom de l'Église du Christ, invoquer pour chaque sacrement et sacramentel célébré, donné ou administré la grâce du Père, le Fils et l'Esprit Saint?

couple fiancé
… à deux jeunes qui ont trouvé un emploi à distance de leur lieu d'origine et qui travaillent dur pour payer leur prêt immobilier et se marier le plus tôt possible, qui vivent dans un studio partageant des espaces et surtout économiser sur les dépenses, Qu'est-ce que je devrais dire, aller vivre dans des maisons séparées?

Et encore une fois: à deux jeunes copains dans la vingtaine qui, avec un sacrifice, partent étudier à l'université - ce qu'ils ne peuvent faire que parce que deux d'entre eux partagent une chambre et que les coûts sont donc divisés par deux, sinon leurs familles ne seraient pas en mesure de les subvenir à leurs besoins à un coût unique car elles n'ont pas les moyens - que dois-je dire? Comment devrais-je considérer ces jeunes qui, avec le sacrifice, réussir ou échouer, ils essaient de vivre sous le même toit que deux petits amis chrétiens? Je dois l'obliger à “échapper à la tentation”? Je dois les traiter comme des concubines cohabitantes et les exclure des sacrements uniquement parce que dans une situation similaire, elles vivent sous le même toit? À deux jeunes qui ont trouvé un emploi éloigné de leur lieu d'origine et qui travaillent dur pour pouvoir payer le crédit immobilier et se marier le plus tôt possible, qui vivent dans un studio partageant des espaces et surtout économiser sur les dépenses, Qu'est-ce que je devrais dire, aller vivre dans des maisons séparées et brûler une grande partie de leurs bénéfices pour payer le loyer de deux maisons individuelles, sinon je ne les admets pas aux sacrements? sûrement, ce sont des circonstances qui nécessitent toujours une évaluation au cas par cas, Je pourrais donc agir en répondant en conscience, mais, si pur, la conscience de l'homme peut être très défaisable, pour cela, il est opportun que ma conscience de prêtre soit suffisamment soutenue par des indications précises données par l'Église, que devant ces réalités il ne peut ni s'enfuir ni se cacher la tête dans le sable comme l'autruche, laissant ainsi la partie la plus vulnérable du corps qui mérite le plus une protection digne exposée et exposée aux pires attaques.

divorcé
quand des divorcés remariés sont venus me voir et m'ont dit qu'ils étaient divorcés mais que «l'ami prêtre» leur avait dit qu'ils «pouvaient recevoir la communion», J'ai toujours répondu en disant: "Le prêtre qui vous a dit cela - s'il vous l'a dit - avait tort, donc je vous invite à ne pas recevoir la communion "

Le discours des divorcés et remariés est plus complexe à qui je n'administre pas l'Eucharistie. Et quand certains sont venus me voir en me disant qu'ils étaient divorcés mais que "l'ami prêtre" leur avait dit "qu'ils pouvaient recevoir la communion", J'ai toujours répondu: "Le prêtre qui vous a dit cela - s'il vous l'a dit - avait gravement tort, donc je vous invite à ne pas recevoir la communion, tout en vous invitant à participer avec dévotion à la messe ". Les exemples seraient nombreux, y compris les prêtres qui ont également remplacé le jugement de l'autorité de l'Église, nommant même des hommes et des femmes divorcés et remariés comme catéchistes et catéchistes, leur permettant de recevoir la communion sans que les tribunaux ecclésiastiques consultés dans l'affaire n'aient encore exprimé leur opinion sur la validité ou non du lien sacramentel antérieur, par lequel ils étaient unis dans le mariage et par lequel ils continuaient à être liés à l'Église par un sacrement indissoluble.

Cour de cassation
… le Synode sur la famille, qui devra alors nous donner des réponses claires et surtout des directives pastorales précises auxquelles nous devons adhérer avec zèle, afin que nous, pasteurs à la charge des âmes, puissions immédiatement procéder à leur explication et les transmettre au Peuple de Dieu et, si nécessaire, imposer leur respect scrupuleux.

L'Église peut autoriser les curés ou les prêtres individuels à légiférer à titre personnel sur des sujets aussi délicats, ou laissez-les libres d'agir en conscience, alors que la conscience souvent, et surtout celle du prêtre malformé, il peut être - comme je l'ai expliqué plus tôt - aussi assez imparfait? C'est pourquoi j'ai commencé cet article en parlant simplement du triste niveau d'aujourd'hui et de la formation de plus en plus rare des prêtres., certainement pas de tirer les stocks habituels bien mérités vers les évêques et les responsables des séminaires, viser sur lequel, de nos jours, ce n'est plus la même chose que de tirer sur la croix rouge, mais sur un corbillard portant le cercueil du mort au cimetière.

Voici quelques-uns des vrais problèmes et très délicates qui devront être discutées au Synode sur la famille, qui devra alors nous donner des réponses claires et surtout des directives pastorales précises auxquelles nous devons adhérer avec zèle, afin que nous, pasteurs à la charge des âmes, puissions immédiatement procéder à leur explication et les transmettre au Peuple de Dieu et, si nécessaire, imposer leur respect scrupuleux. Utiliser et abuser de tout cela pour des confrontations politiques et idologiques, souvent joué sur le mystère eucharistique sacré utilisé comme champ de bataille, c'est nuisible et malhonnête; c'est la malhonnêteté typique des politiciens ratés, ou les politiciens ont sonné, qui ont choisi l'Église comme terrain de libération et de conflit; est la malhonnêteté typique de qui, au mystère de la miséricorde de Dieu, remplace le hurlement du «bourreau qui abandonne!». Et ceux qui travaillent de cette manière peuvent aussi se proclamer catholique du matin au soir, jouer l'ecclésiologue et rédiger des articles teintés de tons apocalyptiques sur le Synode de la famille qui marqueront - disent-ils - la chute totale dans la grande apostasie de la foi. Bien que triste et dramatique demeure le fait que ceux qui le font ne sont pas en communion avec l'Église, parce que comme le jeune homme riche [cf. Mc 10, 17-22] ils ne se sont jamais vidés des pires "richesses" d'eux-mêmes pour se remplir du Christ et le suivre, qui, à travers l'apôtre Paul, nous indique la charité comme la plus importante des vertus [cf. I Cor 13, 12-13] , qui ne tient ni sur sentimentalité ni sur gooders, ni sur misericordismo mondain, mais même pas sur le justicialisme féroce et encore moins sur la moralité pharisienne impitoyable et inhumaine; il est basé sur la justice et la vérité, fusionné avec lui par la foi et l'espérance. Et qui écrit et sème certaines choses si tristes et si mauvaises, d'ailleurs au nom de son prétendu et seul vrai “tradition”, n'a pas de foi, il n'a ni espoir ni charité; bref, il n'est pas chrétien, il est plus, mais il ne veut pas se rendre compte de sa tristesse altérité, car si le diable parvient à nous prendre en fierté, d'abord ça nous aveugle, alors il fera de nous tout ce qu'il veut.

hypocrites! Esaïe a bien prophétisé de vous, disant:
«Ce peuple m'honore de ses lèvres mais de son cœur
c'est loin de moi.
En vain qu'ils me rendent un culte,
l'enseignement des doctrines les commandements des hommes
».

[Mt 15, 7-9]

_____________________________________________________________

Chers lecteurs.

De temps en temps, nous devons vous rappeler que notre travail ne peut être soutenu et poursuivi qu'avec votre aide, c'est pourquoi nous vous demandons de contribuer aux frais de gestion de ce magazine en ligne même avec de petites offres grâce au système de paiement pratique et sûr Paypal, car ce n'est pas vrai que sur internet tout est gratuit, au contraire: sur internet tout est payé, lors de l'utilisation de serveurs, programmes, systèmes de protection, etc.. qui vous permettent de travailler de manière professionnelle et avec des outils adaptés.

Nous vous sommes très reconnaissants.









À propos de père Ariel

Ariel S. Levi di Gualdo Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

25 réflexions sur "Le Synode et “cattofascisti” all'arrembaggio

  1. Le père Ariel et moi nous parlons depuis longtemps et nous nous connaissons personnellement, et plusieurs fois j'ai reçu de lui l'absolution. J'ai découvert mon homosexualité adolescente, aller à l'université hors site, quand je suis entré dans le vortex des cercles gay, croyant ainsi pouvoir conquérir… la libération. J'ai appris à connaître le monde gay en général, celle d'Arcigay en particulier, les lieux symboliques etc ... Au final, je suis resté seul (comme le sait le père Ariel) «me battre» avec mon homosexualité, vers lequel j'ai commencé à me sentir mal à l'aise, après je 25 âge, et après avoir essayé tous les 19 e i 24 âge, mais vraiment tout.

    Je ris aujourd'hui des larmes amères sur ce beau monde gay, présenté de manière non réelle, des lobbies politisés, qui ont tous la haine de l'Église catholique et du catholicisme comme seul dénominateur commun.

    Il y a trois ans, j'ai rencontré le père Ariel à Rome, nous avons discuté pendant quelques heures près de Saint-Pierre où nous avons pris rendez-vous. A l'époque, j'étais toujours un peu à l'intérieur, un peu à l'extérieur, J'étais déchiré. À un moment donné, ce prêtre (si tu ne me censures pas je dirais ... avec deux balles terrifiantes!) m'a choqué avec la question suivante: "Jetons un coup d'œil à tous les sites officiels des associations gay, dans leurs magazines, sur les images présentées publiquement. Et dis moi, ce que nous voyons? On voit de beaux jeunes, Tonique, athlétique, avec l'abdomen sculpté ... on voit la flamme de l'hédonisme portée à la puissance maximale. Et qui sont les représentants de ce monde fantastique? Architectes exceptionnels, professionnels super payés, entrepreneurs de la mode, du cinéma, des acteurs… tous des gens qui réussissent avec des revenus très élevés. Mais dites-moi, existe (s.d. à ses belles paroles pastorales, toujours si l'île ne les censure pas) un beau gay qui le prend [...] C'est moche, grasso, sans cheveux… il y a des ouvriers avec mille euros par mois de salaire qu'ils disent à leurs collègues sur la chaîne de montage, sai, je suis gay, et gay est beau! Combien y a-t-il de travailleurs licenciés qui, d'une part, protestent contre la perte de leur emploi?, et de l'autre ils disent: vous connaissez, je suis gay, et je vous garantis que gay est beau?".

    Quand tu t'habitues à un certain type de monde, ses aspects ne sont plus compris, pour un discours addictif. Et le père Ariel a augmenté la dose avec une autre question: "Combien de couples d'hommes homosexuels, tu as su au fil du temps, qui vivent ensemble en permanence depuis des années et des années, dans une relation d'amour profond et inséparable?". Je répondis, sincèrement, que je n'en avais connu qu'un, de la cinquantaine qui vivaient ensemble depuis presque 30 âge, mais, puis, J'ai dû admettre honnêtement que oui, ils étaient ensemble, ils ont travaillé ensemble (J'étais architecte et ingénieur avec un studio de design commun), mais qui ont ensuite fait leur propre vie, parfois même les garçons passaient parmi eux". À ce moment-là, le Père m'a dit: "Ah, Je vois, échange caritatif de jeunes arnaqueurs!". Et je devais dire ... oui, il est vrai, et.
    Le discours serait long, provo, si je serai autorisé à le publier, pour expliquer l'humanité de ce prêtre qui part parfois avec des termes et des mots aussi durs et sévères:

    1. Il ne m'a jamais jugé
    2. Il m'a toujours acquitté du but «Je propose avec votre sainte aide de ne pas vous offenser (seigneur) plus jamais et fuir les prochaines occasions de péché.
    3. Jamais un mot contre les homosexuels n'est sorti de sa bouche, de nombreux et graves se sont plutôt prononcés contre les lobbyistes politiques des associations homosexuelles.

    D'une chose dont je suis convaincu: les homosexuels ne sont pas nés, personne n'est né, nous devenons tous, et l'homosexualité n'est pas nécessairement un état permanent, irréversible, d'homme ou de femme. Je suis parti de cette prise de conscience, aidé par le Père j'ai demandé un soutien psychologique, il m'a conseillé de choisir une femme comme psychothérapeute, au lieu d'un homme, et ainsi j'ai fait, et après deux ans de psychothérapie continue, J'ai commencé à récolter des fruits.

    L'année dernière, je suis parti en vacances en Sicile, et j'ai fait un voyage à Syracuse, parce que le Père était aussi en Sicile pendant un certain temps, et célébré la messe au sanctuaire de la Madonna delle Lacrime. Après la messe je suis allé le saluer dans la sacristie, et est arrivé à l'extérieur du sanctuaire je lui ai dit: "père, vêtu de blanc comme ça tu ressembles au pape pour moi!". son (toujours si tu ne me censures pas) réponse: "Mais allons-y [...], ne vois-tu pas que j'ai des boutons et une bande noire à la taille. je suis content de te voir, Je vois que tu ne pouvais pas m'empêcher de briser mon [...] même ici". Puis il m'a serré dans ses bras et m'a dit: "Fenouil laid!".
    On pourrait penser que, cette, c'est une attitude de caserne, pas en tant que prêtre, de plus, d'un prêtre qui a un style très aristocratique, et alors pourquoi? ici, Je peux te dire ce câlin, et cette blague "vilain fenouil", ça m'a fait du bien, parce que ça m'a fait me sentir bienvenu, apprécié, et donc une destination pour les blagues goliardiques. Cette "vilain fenouil»Dit par un sujet qui n'utilise jamais de mots au hasard, c'était le comble du jeu.

    Nous sommes allés chercher un granité ensemble et je lui ai fait l'annonce que j'étais fiancé, et que je pensais me marier. Et encore une fois vient le meilleur du père Ariel: "petit ami? Avec une femme-femme? Oh mon Dieu quelle horreur". La phrase légendaire du film "le défaut«Qu'Alben a dit à son partenaire (Ugo Tognazzi) lorsqu'il a annoncé que l'enfant avait avant leur cohabitation avec sa femme, il était sur le point de se marier.
    Et ça me faisait toujours du bien, m'a fait rire, pour mieux me présenter un discours si sérieux que c'était: "Fils" (et quand il t'appelle fils, il t'appelle parce qu'il te sent sérieusement), si maintenant je mets devant toi un beau garçon avec ... (toujours si tu ne me censures pas) un [...] debout long, quelles réactions pensez-vous avoir, surtout si le garçon est là?".
    Je pensais que le père avait sauté à travers des cerceaux, apprenant que je pensais me marier, j'ai pensé, pour lui, cette, était un succès personnel, au lieu de cela non, et il m'a dit: "Il ne suffit pas d'aimer une fille, dont je suis très content, mais juste parce que tu l'aimes, il faut que tu, se retrouver dans une situation possible, comme ceux que je vous ai décrits, devant ce garçon tu te mets à rire en lui disant: chérie gentil, remets ta baguette, parce que si ça me tourne mal et que je te montre le mien, tu restes traumatisé pour la vie".

    J'ai suivi ses conseils et je continue à mûrir et à devenir plus fort, j'aime une fille et je veux me marier le plus vite possible.

    peut-être, parler de famille et de sexualité, il devrait s'appeler le père Ariel, qui ne proposerait pas de langage de caserne, ou des phrasésologies pour susciter l'envie de Boccace, car si nécessaire, il est capable de faire du Boccaccio, si nécessaire, il est capable de les dire en rimes angéliques comme Alighieri.

    Je vous autorise à annuler les choses que vous ne jugez pas appropriées, s'il ne vous est pas possible de les publier, aucun problème.

    lettre signée

    1. Cher lecteur.

      Le père Ariel n'a pas voulu publier cette lettre pour une raison simple: ne pas être signé pour des raisons évidentes, une âme pieuse pourrait lancer l'attaque en disant qu'elle a été faite par nous.
      Nous n'avons rien enlevé du texte et nous comprenons parfaitement que parfois, mots colorés, dans des dialogues strictement privés, ils peuvent favoriser la réflexion sur certaines situations, ou minimiser les autres.
      Nous n'avons pas supprimé du discours, comme elle nous a autorisé à faire, les mots colorés, ni ne les avons-nous remplacés par d'autres, on met juste des points de suspension à leur place, pour empêcher certains caractères, timide pour dialoguer sur le thème et le contexte, mais à la recherche de “nothings” ils disent mal, ils peuvent perdre du temps et de l'énergie à construire des théorèmes entiers sur un mot coloré prononcé par un prêtre dans un contexte strictement privé face à face avec l'interlocuteur et ensuite évoqué par lui dans un témoignage public.
      Nous nous sommes alors permis seulement de mettre en italique les parties des dialogues rapportés.

  2. Révérend Levi di Gualdo,
    Je suis d'accord avec ce que vous écrivez sur la nécessité du Synode aux prêtres, et pas seulement eux, indiquer les critères pastoraux adaptés aux situations nouvelles déterminées par la vie d'aujourd'hui. Je partage également presque tous ses exemples. Je suis intrigué par l'exemple des deux étudiants universitaires engagés qui doivent fréquenter l'université dans une ville loin de chez eux. Il semblerait que dans ce cas vous ayez déjà la solution sans attendre le discours du Synode, et soyez le plus laxiste, que, à savoir, considère normal que les deux cohabitent pour diviser les coûts. Mais pourquoi ne pas leur conseiller de régler l'affaire comme ils l'ont toujours fait: elle va vivre avec d'autres filles, lui avec d'autres gars? Avec l'avantage de pouvoir diviser les dépenses non seulement en deux mais aussi en trois ou quatre!!!!!

    1. Antonio Caro.

      Je vais vous donner une réponse longue et détaillée qui peut également s'appliquer à des questions similaires d'autres lecteurs.

      … plutôt, à l'un de ces jeunes couples universitaires, J'ai donné un autre type de conseil: “Pourquoi tu ne te maries pas? Si tu te sens prêt à vivre ensemble, vous ne vous sentez peut-être pas prêt à être mari et femme“? puis, amortir un peu, Je leur ai arraché un sourire en disant: “J'ai un étudiant et un collaborateur qui vit avec moi, que j'ai suivi au cours de toutes mes études théologiques et que je suis aujourd'hui dans les études spécialisées, qui m'offre une aide très précieuse et parfois indispensable pour mes activités publicitaires, éditorial et aussi pastoral; mais c'est un jeune homme de 30 âge, pas une fille 30 âge. Parce que moi, un prêtre de cinquante ans, j'éviterais très bien de vivre avec une jeune fille de 30 âge, surtout étant pour le moment encore loin de la tranquillité d'esprit, car le fait qu'une jeune et belle fille puisse vivre avec moi sous le même toit dans une relation très pure et chaste entre prêtre et secrétaire, peut-être le premier à ne pas croire que ce serait moi. Et en tout cas, en tant que prêtre, Je ne donnerais certainement pas un bon exemple au monde catholique et au monde des laïcs. pas un hasard, si des jeunes filles ou des jeunes filles ont besoin de me parler, Je les reçois toujours dans une institution religieuse, aucun d'entre eux n'est jamais entré chez moi, où ils entrent seulement: ou des hommes, ou certaines femmes plus âgées“.
      Et avec cette, de manière ludique mais claire, ils ont parfaitement compris ce que je voulais dire.

      Quelques exemples que j'ai apportés dans mon article ne sont que des exemples, ce ne sont pas des réponses ou des solutions à des problèmes articulés et complexes. Ils sont la référence à ce béton devant lequel nous prêtres, surtout nous qui exerçons le ministère des confesseurs et des directeurs spirituels avec dévouement, on se retrouve face à face jour après jour.

      Je ne lui dis pas combien de fois j'ai dû en rencontrer “tarte” maman catholique, dont même un catéchiste attentif, qui instruisit ainsi son fils de 28 âge: “Avant de se marier, vous devez vivre ensemble pendant au moins deux ans, car de cette façon vous pouvez vérifier si vous êtes compatible avec la vraie vie de couple, évitant ainsi les futurs divorces“.
      Je me suis senti obligé de prendre ça momie, Catholique et même catéchiste, lui demandant tout d'abord pourquoi il y a tant de cas de couples qui, après n'avoir pas vécu ensemble pendant deux ans, mais aussi dix, après s'être enfin marié, dans un an, ils ont divorcé?
      Car le simple fait que la coexistence est le “parodie” d'un mariage dans lequel oui “jeux” une “aller” la “être” mari et femme, mais sans avoir assumé toutes les responsabilités sacramentelles ou civiles qui en découlent; donc on est toujours avec un pied dans la porte, libre de prendre l'air sans aucun problème à tout moment, dans un climat de non-prise en charge totale.

      Me limitant toujours à maman catholique: Une autre maman catholique occupée, aussi catéchiste, elle m'a dit que sa fille était partie vivre avec son petit ami, puis il m'a demandé ce qu'il pouvait faire à ce sujet. La réponse a été donnée à cette femme, ça aurait vraiment été la dernière chose à laquelle on pouvait s'attendre d'un prêtre, depuis que je lui ai répondu: «Si vous voulez, Je peux te dire ce que ma mère a fait de moi, les fois où je suis allé vivre avec mes compagnons». La femme roule des yeux et répond: «père, mais qu'est-ce que ça dit, il plaisante, vero?». Je rétorque: «Non mon cher, Je ne plaisante pas du tout. Je suis devenu prêtre un 40 âge. Né catholique et élevé avec tous les meilleurs atouts dans une famille catholique, mais, parmi les 25 et 35 ans je suis parti pour le soi-disant pot-de-vin, jusqu'à ce que je me reconvertisse, avec les résultats que vous pouvez voir: non seulement je me suis reconverti, mais je suis aussi devenu prêtre». Et puis j'ai expliqué les actions de ma mère: «… ma mère ne m'a jamais accueilli chez elle avec mes différents partenaires actuels au fil des ans, révélateur: si tu te maries un jour, tu peux m'amener ta femme, mais connais le vôtre les concubines du moment ne m'intéressent pas et ne veulent pas vraiment les connaître. J'étais si malade que je n'ai pas rendu visite à ma mère pendant quelques années, inutile de dire cependant, aujourd'hui, combien vous la remerciez pour son attitude dure et décisive».
      incidemment: Je ne parlais que de ma mère parce qu'à l'époque, mon père était déjà décédé, parce que peut-être, son, il aurait réagi encore pire.

      J'ai pensé qu'il n'était pas nécessaire de préciser dans mon article – prendre tout pour acquis – qui sont contre la coexistence de jeunes couples catholiques, mais j'ai dû signaler, cependant, que dans l'exercice du ministère sacré nous nous trouvons face à des cas où nous n'avons pas de directives de conduite de l'Église, comme par exemple dans le cas des couples cohabitants qui décident de recevoir le sacrement du mariage et qui continuent à cohabiter tranquillement. Il y a quelque temps, préparer l'un de ces couples au mariage, J'ai d'abord dit aux deux: «Demander et recevoir l'absolution sacramentelle, puis donnez un exemple public en allant vivre, pour quelques mois, avant de se marier, chez vos parents respectifs, puisque vous pouvez le faire sans aucun problème». Ils sont allés chez le curé de la paroisse, ils lui ont dit ce que je leur avais suggéré, et le curé de la paroisse, après un bon rire, il les a rassurés en disant: «Ah, mais n'écoute pas ce que ce prêtre t'a dit, Il est une bonne personne, cependant c'est un moyen … Taliban». Et après avoir dit cela, il a continué à parler de choses beaucoup plus sérieuses, c'est-à-dire se marier dans cette église, vu le prestige historique du lieu, il fallait payer à l'avance 250 euro, ou plutôt ce que j'appelle le rentable petite usine de mariages grâce auxquels, avant la paie, beaucoup de prêtres ferment les yeux et ne voient rien autour d'eux: mariées entrant dans l'église à moitié déshabillées, témoins qui semblent s'être détachés du pôle de la lap-dance ou simplement être démonté du travail comme train à boîte de nuit … et ainsi de suite.

      Dernier exemple: Je n'accepterais jamais comme catéchiste une femme qui a une fille / un fils cohabitant, avec un fils qu'il a eu hors mariage et qui fait tout ce qu'il peut pour lui offrir de l'argent, nettoyer leur maison, faire du shopping et cuisiner pour les deux, faire de Baby-sitter à l'enfant et ainsi de suite, car faire tout cela signifie approuver publiquement son choix et le soutenir, de plus en couvrant un rôle formateur au sein d'une structure paroissiale de l'Église. autrement la place, mia madre – qui n'a jamais été catéchiste – elle aurait pu être une éducatrice plus exemplaire et crédible que jamais, précisément en raison du fait qu'elle – pas responsable en aucune façon des choix de l'enfant – il a montré à tous égards qu'il ne les approuvait pas et ne les soutenait pas, quelque chose qui l'aurait rendu particulièrement crédible, si placé dans un environnement de formation catholique en tant que catéchiste.

      Cependant, quand j'ai posé des questions à un curé de la paroisse sur l'opportunité d'avoir une femme divorcée remariée civilement qui avait une fille qui était partie vivre avec son petit ami et qu'elle avait pris soin d'entretenir comme catéchiste, il m'a regardé de haut en bas et m'a répondu: «Sai, nous vivons dans 2011, nous ne vivons plus au Moyen Âge».

      Et puisque nous avons de plus en plus affaire à des évêques qui, au contraire, ont “étudié” comme évêques depuis le séminaire, mais qui, bien qu'ils aient passé leur temps à trébucher et à couder en tant que fonctionnaires en herbe pour la grande poussée de carrière, ne se sont pourtant jamais arrosés de parfume des moutons (parfum / odeur du mouton que le berger doit parfumer, selon le Saint-Père François), Je n'aimerais pas ça au même Synode – à laquelle ces sujets seront également présents avec plusieurs tromboni l'ex Trombones universitaires – on finit par parler des plus grands systèmes de l'univers plutôt que des urgences pastorales réelles et concrètes liées à la famille, aux relations de couple, puis à la discipline des sacrements, dans un monde qui a désormais totalement subjectivisé et relativisé à la fois l'idée de famille et l'idée de sexualité humaine.

      Vous comprenez pourquoi j'ai dit cela dans certaines choses et sur certaines questions, nous, prêtres, avons besoin de directives précises de l'Église? Et croyez-moi, tout cela, j'exprime et j'écris non seulement en tant que prêtre, mais avec toute ma riche expérience passée en tant que pécheur qui, par la correction de l'erreur et du péché, est d'abord revenu à la foi, puis il est devenu prêtre du Christ, fidèle jusqu'à aujourd'hui aux promesses faites devant l'évêque et tout le presbytère le jour de l'ordination sacrée, chose qui n'est due à aucun titre à mes mérites, mais seulement à la grâce de Dieu que j'ai simplement suivie pour accueillir jour après jour et qui me rend fidèle à mes choix de vie et au ministère sacré.

      1. merci, Révérend Don Ariel, pour ta réponse à ma lettre un peu’ provocant. J'ai imaginé le contenu, mais je voulais qu'il les rende explicites pour moi et pour et pour les autres. Il va sans dire: Je partage tout jusqu'à la dernière virgule.

  3. J'ai toujours su que ces personnes sont très nuisibles, mais un peu’ peut-être parce qu'à la fin je suis un peu trop’ cynique, J'aime aussi jeter un œil à ces sites. Mais il a raison, père, il y a beaucoup de catholiques naïfs, et beaucoup n'ont pas les outils culturels pour se défendre. Dans Chiesa et Post C., par exemple, la situation semble totalement hors de contrôle, maintenant les articles apparaissent, ou voitures – articulé par Don Curzio Nitoglia, mais qui est-ce? J'ai essayé de le comprendre, puis saisi par un sentiment poignant de compassion pour moi-même, J'ai laissé à plus disposé. Ensuite, il y a l'épée radio, mais ils sont devenus fous? Au début, ils m'ont même induit en erreur, Et regarde ce qu'il faut pour tromper un malin comme moi. Ces badasses “mais le couteau” d'épée radio: sedevacantists, lebfevriani, cattolici ancien ordre, unis dans une sainte alliance contre la nouvelle église qui serait alors composée de tous ceux qui ne pensent pas et ne pensent pas comme eux. J'ai une idée de ces gens: ils se battent pour leur vision catholique des choses, mais ils ont totalement perdu l'âme chrétienne de l'existence, et ils feront beaucoup de dégâts. Tu continues à dire père…

    1. Cher Louis.

      Comme je l'ai déjà expliqué plusieurs fois, ils m'intéressent surtout, à ce moment, ceux qui sont en dehors de l'Église ou éloignés de l'Église. en fait, s'ils devaient prendre certains “expressions” e “agressions” comme manifestation de la pensée naturelle, se sentir et agir catholique, tôt ou tard, à la sortie des églises, nous qui n'avons rien à voir avec les leurs “folies” nous serions battus, tandis que les responsables de certaines réactions, ils seraient fermés dans leurs villas à Olgiata, des Castelli Romani ou dans leurs super-greniers de Parioli, de continuer à se parler: comme nous sommes catholiques … comme nous sommes vraiment traditionnels. Ou dans leurs bureaux académiques pour se dire et chanter: ils sont métaphysiques, combien je suis épistémologue …

  4. Je crois que la carte. Burke une référence importante pour l'orthodoxie. Ce n'est pas de sa faute s'il est estimé par les fascistes catholiques: ce serait commettre la même erreur que les fascistes catholiques eux-mêmes de blâmer le Pape d'être “l'idole” des Cattocomunisti. Ou peut-être qu'ils ont tous les deux la responsabilité de ne pas clarifier leurs positions…? Dans tous les cas, combattez’ en vérité (même avec des conférences inconfortables) cela signifie aimer les pécheurs remariés’ o gay, qui avec un accès hypothétique à la sainte cène persévérerait dans le péché et en commettrait un autre. Je suis sûr que cela ne se réalisera pas pour la Divine Providence qui continue de guider l'Église et qui agit aussi à travers ces courageux cardinaux.. merci, Que le Seigneur vous bénisse.

    1. Je les répète, comme je l'ai écrit ci-dessus en réponse à un autre commentaire, qui à mon avis – opinion exprimée dans l'exercice légitime de la liberté des enfants de Dieu – cardinal. Burke a montré à plusieurs reprises qu'il était imprudent et, par sa propre imprudence, il s'est montré se prêter à une exploitation jamais refusée par des cercles et des personnes qui construisent vraiment leur propre. “être catholique” sur l'antagonisme envers le souverain pontife.
      Ceci est un fait: le cardinal ne les a jamais nié publiquement, en effet, il a continué à être leur invité.

      En tant que confesseur et en tant que pasteur au soin des âmes, Je souligne qu'il y a une série de péchés très graves qui vont tous de la ceinture vers le haut.

      Exemple concret: L'homme d'affaires “catholique” ce qui rend le travail illégal, le cas échéant, sans même des systèmes de sécurité adéquats, 10 travailleurs sous-payés, qui, n'ayant pas d'alternative, doit être soumis à des horaires de 10 heures par jour, avec la peur d'être jeté à tout moment du soir au matin.

      Il s'avère par hasard que dans les cercles de pure, vraie et seule tradition catholique, des mots ont jamais été consacrés à ces personnes, situations et, surtout, pour ces péchés très graves? Parce que si tu dois marcher pour la vie, puisque la vie commence dès le moment de la conception, ce ne serait pas le cas de concentrer notre attention sur ces êtres humains également “abondamment conçu” et maintenant grandi?

      Concentrez-vous excessivement et parfois de manière obsessionnelle uniquement sur les péchés qui vont de la taille vers le bas, conduit à la perte inévitable de la véritable essence chrétienne, ne mène pas à l'éthique, pas à la moralité sexuelle catholique saine, mais cela ne mène qu'aux pires dérives sexophobes.

      Repos assuré, personne ne sanctionnera que les divorcés et remariés puissent recevoir l'Eucharistie, mais écoute moi: pense, mais surtout tu ressens le scandale et le dégoût pour tant d'autres péchés, pire que la cohabitation et la sodomie. Pourquoi cohabitants, de et gay, ils font un choix douteux et erroné pour nous, ma chi, comme l'entrepreneur “catholique” apporté juste par exemple, au lieu de cela, il joue sur la vie et les besoins vitaux des gens par l'exploitation, travail non rémunéré et chantage, c'est bien pire qu'un couple cohabitant ou deux gays qui se livrent à la sodomie, sans aucun doute un péché grave, mais dans lequel deux cohabitants ou deux gays sont impliqués, non 10 les travailleurs et toutes leurs familles respectives.

  5. Qui peut dire? Il n'y a aucune preuve du contraire qui, pare moi, affaiblit considérablement l'argument de l'introduction. Les adversaires d'Ario, Nestorio, Marcione, Pelagio,… ils n'avaient pas les médias disponibles aujourd'hui pour ceux qui ne sont pas d'accord avec Kasper, Marx, fort,…
    Loué soit Jésus Christ.

    1. Cher Riccardo.

      … et à la place on peut le dire.
      Ils n'avaient pas le réseau télématique ni les actualités en temps réel, il est vrai, mais dans quelques jours, les nouvelles se propagent de Constantinople à toute l'Afrique du Nord ou vice versa, grâce au réseau d'information très efficace mis en place par l'administration de l'Empire romain, Paradoxalement, une lettre envoyée de Rome à Constantinople, il a fallu beaucoup moins de temps pour arriver qu'aujourd'hui pour qu'un courrier express livre un colis dans de nombreux pays d'Amérique latine, dont les délais de livraison sont d'au moins un mois et demi. autrement, de Constantinople à Rome et vice versa, une épître est entrée 7/8, maximum 10 journées, grâce au système postal mis en place par les Romains.
      Également le “publications”. E’ vero, il n'y avait pas d'impression, mais les écrits d'Arius ou d'autres, en quelques semaines ils ont circulé dans les territoires actuels de l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et la Turquie.

      1. Don Ariel,
        mais alors il est paradoxal de voir comment, presque presque, il allait passablement bien quand tout le portait à penser qu'il était plus mal. Et la découverte multiplie l'admiration pour le travail d'Athanase et des Cappadociens qui, malgré les moyens puissants d'Arius, ils ont réussi à endiguer la prédication hérétique. Alors que le droit d'aujourd'hui ne se vante pas, si technologiquement complètement armé et à ce qu'ils disent, à des fins beaucoup plus élevées, ils chassent réellement “nothings” ils disent mal, comme si une mouche agaçante armée de colubrina était généralement pourchassée dans la cuisine. Combien de promptitude à déclarer leur étonnement; Alors garde le silence dell’ présomption insupportable et confiance intolérable, avec lequel ils revendiquent pour eux le rôle supplémentaire du katéchon, en subrogation à une église qu'ils considèrent comme déserteur, car il n'enseigne plus qu'il est de loin préférable d'avoir les mains nues et de se joindre à eux dans la prière, suppliant du Créateur la grâce d'accepter sa propre condition intrascendible de créature, que de tenir à gauche le ticket gagnant d'une grande loterie et à droite le rapport inquiétant avec un diagnostic de cancer.

  6. Celui qui dérange le père Ariel, et avec raison à mon avis, ce sont les diatribes de théologiens autoproclamés même s'ils n'ont pas de titre, parfois même pas académique. Je pense que c'est le même désagrément que je ressentirais en tant qu'ingénieur d'entendre des diatribes dans le cadre de ma discipline. Personnellement, j'ai tendance à être traditionnel, mais je souligne “personnellement”; Je ne rêverais jamais de haïr le pape ou un évêque ou un prêtre parce qu'il est moins traditionnel que moi.

    1. Cher Alessio,

      avec son pragmatisme typique des gens qui ont à voir avec la logique et les calculs précis – car sinon on verrait les bâtiments et les viaducs s'écrouler les uns derrière les autres – elle a exprimé ce qu'il y avait à exprimer.

      La foi est structurée sur des principes solides qui ont leur propre rigueur scientifique de manières différentes mais similaires. Il suffit de penser à la rigueur scientifique du langage théologique dogmatique qui ne peut être parlé qu'à travers des terminologies et des critères qui, pour être définis, ont nécessité davantage de conciles œcuméniques au cours des huit premiers siècles de la vie de l'Église., pourquoi la théologie, et en particulier la dogmatique, cela nécessite un langage très précis.

      Crois-moi quand je te dis que c'est sombre, parfois vraiment frustrant, tâtonnait pour parler avec des gens qui ne seraient pas en mesure de donner même une simple définition doctrinale sur mystère de la personne du Christ, mais qui, avec une arrogance et une arrogance rares, commencent à se disputer et à nier les, première: expérience pastorale; deuxième: une formation théologique développée au cours d'années et d'années d'études et de recherches sérieuses.

      Je dois donc dire: prenez Internet et placez un écran devant le premier des imbéciles pseudo-catholiques anonymes et bientôt l'apothéose s'échappera.
      Viens?
      J'essaierai de l'expliquer avec un autre exemple: à plusieurs reprises, Moi qui célèbre et administre les sacrements, Je me suis retrouvé avec des interlocuteurs agressifs qui ont plutôt une vision et une perception subjectives-humorales-esthétiques-romantiques des sacrements., qui a d'abord fait semblant de me nier puis d'expliquer le “vera” discipline des sacrements, peu importe que malgré toutes mes limites et mes faiblesses humaines, J'ai consacré des années et des années à étudier les disciplines de la dogmatique sacramentelle, mais c'est surtout moi qui célèbre les mystères sacrés en communion avec l'Église, Pas eux; c'est moi qui, par mystère de grâce, participe au sacerdoce ministériel du Christ, Pas eux.

      Les dégâts que font ces gens, ou comme l'un de ceux-ci “conformistes” ils font le tour grâce au prodigieux outil télématique, ils sont irréparables; et tel se passera quand le nôtre “adversaires” e “antagonistes” ils les utiliseront pour vous claquer au visage comme preuve et exemple de “fermeture” et “agression” ce qu'ils disent est “tous typiques du monde catholique”.

      C'est la raison pour laquelle j'insiste et explique, parfois même à travers de longs articles et pas rarement “se pencher” même parler avec des imbéciles – dont je me passerais volontiers – cet être est une chose, par exemple, contre le mariage entre homosexuels, c'est une chose d'attaquer ces êtres humains avec une terminologie en circulation “avanfasciste” les épithétisant avec mépris “pervers, renversé, pédérastie, sodomiti” etc. … le tout dans les colonnes d'un magazine en ligne qui ne s'appelle pas “Sauvetage fasciste” la “Renouveau stalinien”, mais prélevée Christian.

      Par conséquent, il est bon de réitérer à tous ceux qui sont éloignés du monde catholique ou qui y ont peu de respect ou parfois une haine réelle., que ces sujets ne représentent ni le sentiment catholique, ni le Saint-Siège, ni l'Église italienne, mais ils ne représentent qu'eux-mêmes, adopter des attitudes contre le bon sens, La doctrine catholique et surtout les principes de base de la charité chrétienne.

      Et en faisant ça, pas aussi “franc-tireur” mais en tant que membre du Sacred Priestly College, Je crois que je fais à la fois un service pastoral et de clarification qui ne peut aller qu'en faveur du bien de l'Église et de ses fidèles.

      de toute façon, Quand ensuite “pervers, renversé, pédérastie, sodomiti” etc. .. ils nous présenteront la facture à payer après avoir fait le “coup de sodomite“, à ce moment-là, vous comprendrez ce que je voulais dire, mais prendre des sifflets, être insulté en quittant les églises et peut-être même être battu, nous serons là, tandis que l'héroïque “catholiques” pour ainsi dire “avanfascisti” qui aujourd'hui chargent la main du “ennemi” de sorte que bientôt nous frappons nos mâchoires, au premier mauvais arrêt, ils s'enfuiront, et supporter la colère de la foule en colère, ce qui n'est généralement pas raisonné, comme toujours nous serons là; et qui sait un peu’ histoire, il comprendra particulièrement bien ce que je veux dire.

      la “politique” et l’ “agire” de ces personnes est méchante et sera bientôt gravement nuisible à tout le monde catholique.

  7. Lode a don Levi! Navires! Navires!
    J'exprime ma profonde gratitude pour votre article très bien fondé e
    surtout pour le courage avec lequel “…il a crié des toits” et comment il a pu trouver
    le CHRÉTIEN condamne, pour les deux côtés qui défient la jalousie divine.
    Même si je ne suis pas d'accord quand il parle des Lefebvriens comme
    les schismatiques et les hérétiques et quand il les aborde chez les barbiches et dentellières, parce que
    dans les chapelles que je fréquente – pour plus de 20 âge- ceci et les espèces ne sont pas claires
    propagande politique de droite (plutôt: j'ai vu des responsables de groupe
    ils viennent d'un passé très gauchiste), Je ne peux pas m'empêcher d'exprimer le mien
    un soutien pour votre article digne de celui qui ne veut servir que le Christ.
    J'aimerais, que c'est le Pape qui a repris la Tradition aussi en célébrant
    cette messe tridentine publiquement, juste pour préciser que cette messe
    il n'appartient pas à ces gens mais au Dieu non politisé et à l'Église de la Miséricorde!
    Que l'Immaculée vous guide toujours et vous protège toujours!

  8. bonsoir,
    Non “je fréquente” ces sites que vous ne mentionnez pas Ariel et je n'ai ni le temps ni les compétences intellectuelles pour pouvoir donner un avis. Par contre, je regrette la façon dont il parle de Card. Burke, qui est toujours un prince de l'Église, un supérieur même s'il n'est pas direct, et cela s'est avéré correct à mon avis, fidélité et courage. Si alors certains groupes traditionalistes ont exploité ses paroles et son témoignage e’ une autre marmite de poisson. Il a lui-même bien précisé ce que c'était “résister”, ainsi que expliqué les raisons pour lesquelles il portait le “capot magna” pour les différentes photos qui circulent. Quant au synode, je peux seulement dire que le “Référence Après un long débat” lu dans le monde entier, il a montré à quel point la confusion règne aujourd'hui parmi les bergers. Il est vrai que ce n'était pas un document officiel et définitif, mais précisément pour cette raison, à mon avis, il fallait plus de prudence pour le rendre public. Votre écriture m'a jeté encore plus dans la confusion et je me demande si vous voulez une sorte de régularisation ecclésiale pour la coexistence. Toujours les bienvenus et envers tout le monde, mais en vérité. Don Ariel parce qu'il a tellement changé?…

    1. Cher Simone,

      Je vais essayer d'être clair: Je suis le dernier presbytre de’catholica orbe, Je n'ai pas reçu la plénitude du sacerdoce apostolique, donc je ne suis pas un évêque, le Pontife romain ne m'a pas non plus choisi parmi les évêques pour me conférer la dignité de cardinal, et encore – au moins à la preuve des faits – dans l'imprudence dans laquelle Card. Raymond Leonard Burke, qui est aussi évêque et cardinal, au moins pour l'instant, toujours mis à l'épreuve, dans l'exercice de mon ministère sacerdotal je ne suis jamais tombé amoureux. Et qui a des preuves du contraire, présentez-les.

      Le cardinal Burke était banderole contre – rien! – le Souverain Pontife, élu “résistant” de la vraie doctrine e “paladino” de la vraie traditio.
      Ce cardinal est célébré dans la gloire même par les sédévacantistes, qui est de dire quelque chose.

      Je vous invite donc à réfléchir à une simple question: parce que, cardinal, il ne s'est jamais nié ou éloigné de ces cercles qui l'exaltent d'une manière qui frôle parfois le vrai culte de la personne? Et pourquoi à la place, au contraire, a participé à des réunions publiques et à des conférences promues par des personnes et des associations qui ne manquent jamais une occasion de contester fermement tout soupir qui vient de la bouche du Souverain Pontife?

      Essayez de vous répondre et surtout dites-moi si à votre avis c'est prudent.

      Mais je peux te dire ce que je ferais: si n'importe quel groupe, association ou individu a osé utiliser ma personne sacerdotale, me lever en bannière contre mon évêque, contre ses choix pastoraux et ses directives, Je le nierais sur place de manière publique, mais surtout je n'accepterais pas de participer de quelque manière que ce soit aux réunions et conférences publiques promues par ces personnes et associations.

      Mais je ne suis pas évêque et je ne suis pas cardinal, Je suis juste le dernier prêtre de’catholica orbe, Dieu merci!

      Si tu lis bien mon article, trouvera écrit très clairement, que je n'espère pas du tout la régularisation de la cohabitation, J'espère tout autrement que l'Église nous donnera des directives très précises sur la manière de se comporter face à des situations irrégulières et comment gérer la discipline des sacrements devant elles., car aucun prêtre ne peut et ne doit agir dans ce sens du libre arbitre.

      et pourtant, tout cela, Je l'ai expliqué assez clairement.

  9. “Ils auraient mené des actions de boycott ... ils auraient appelé à la rébellion ... ils auraient appelé à "résister" contre l'évêque de Rome et le patriarche de Constantinople à travers des campagnes de menaces faites sur les papyrus portés vers les villes de l'Est et de l'Ouest par des pigeons voyageurs?”

    Certainement oui et ça semble s'être passé comme ça. Il n'a pas fait gifler Saint-Nicolas à Arius? Il me semble que l'histoire dit que les batailles théologiques n'étaient pas des discussions angéliques. Peut-être que ce qui est nouveau aujourd'hui, ce sont les arguments. Avant d'établir les vérités aujourd'hui, ils veulent les changer.

    PS: Donner de “fascistes” pour ceux qui pensent différemment, cela semble un peu démodé.

    1. E’ toujours difficile d'extrapoler une partie à partir d'un discours articulé et complexe, cependant … Je n'ai pas donné le “fasciste” à personne, dans mon temps, à l'Université, Je l'ai pris à plusieurs reprises avec des sujets qui ont exprimé la moindre dissidence de quiconque “fasciste” à l'interlocuteur.
      je sais comment – après les avoir étudiés à fond pendant des années et des années – que lors des premiers conciles de l'Église les Pères se sont pris les uns les autres non en se giflant mais en se battant et que plusieurs fois les soldats placés en garnison à l'extérieur ont dû intervenir pour réprimer les combats.

      Les premières vérités ont été établies, aujourd'hui ils veulent les changer” ?
      Je ne sais qu'au cours de l'histoire de l'Église, du concile de Nicée à Vatican II, les vérités de la foi ont toujours été changées, c'est-à-dire la substance, le cas échéant, les accidents externes éventuels ont été modifiés. Permettez-moi de donner un exemple: elle sait qu'une fois, confession, cela ne pouvait être fait qu'une fois dans la vie et donc l'acquittement ne pouvait être donné qu'une seule fois et plus jamais, en ce qu ', ce sacrement, comme tous les sacrements, ce n'était absolument pas reproductible?
      Nous devons revenir à ces temps?

      Et dites-moi, quand il a été plutôt établi que la confession était un sacrement qui pouvait être répété encore et encore – ce qui s'est passé après la conversion massive des barbares au christianisme – la substance d'un sacrement institué et donné par volonté divine a été altérée, ou bien les accidents externes contigus n'ont été modifiés que?

      en bref, fu alterata o non, la substance d'un sacrement d'institution divine, avec une modification conséquente des vérités de la foi? Parce qu'au cas où il y aurait eu une altération, il faut revenir le plus tôt possible pour administrer l'absolution des péchés une fois dans sa vie et plus jamais.

      Faites le nous savoir, à moi et à nos lecteurs.

      1. Don Ariel Caro, elle me pose une question à laquelle elle sait que je ne peux pas répondre, et avec cela il me met dans la position d'avoir à accepter ses arguments pour son autorité, mais il ne peut vraiment pas me persuader. Mais ce ne serait rien. Je le suis depuis qu'il a écrit dans les blogs qu'aujourd'hui il critique et l'ouvre , Je lui fais confiance et je vais croire ce que tu me dis. Mais ce serait inutile. Combien sont ceux qui l'ont lu? Combien accepteraient votre argument par autorité? Je commente un cas. Un parent de ma mère qui vit dans un état irrégulier lui a bien parlé de Francesco, ma mère a compris que l'admiration pour Francesco vient du fait qu'elle espère qu'il déclarera la régularité de son état. Il croit que je peux utiliser l'argument d'échange dans le sacrement de la confession?

        1. Caro Blas.

          la “problème” du Saint-Père François est que de nombreux organes de presse, en particulier de la presse laïque, faire sortir des choses de ce monde, que le Saint-Père n'a jamais dit et que, surtout, il ne pense pas et ne peut pas penser. Pensez simplement au moment où le Corriere della Sera et La Repubblica ont écrit cela … le pape avait “le péché aboli” !?!
          J'ai écrit encore et encore, maintes et maintes fois j'ai également expliqué dans des conférences et des discours publics, comment son expression réduite a été abusée “qui suis-je pour juger les gays”, tandis que, l'adresse du Saint-Père, il voulait dire autre chose, que ce que les journaux ont alors écrit.

          Le Saint-Père François ne me rappelle même pas le bienheureux Paul VI à certains égards, mais même le bienheureux Pie IX, salué à son élection au cri de “vive le pape libéral!” de tous les pires ennemis de l'Église, qui avaient décidé de pouvoir le détruire directement grâce au successeur de Peter. Au lieu de cela, nous savons bien comment Pie IX a protégé l'Église, vivre vilipendé, mourant insulté et subissant des attaques même mort.

          En conscience, je sens que je peux vous dire que le Saint-Père François est déjà à tous égards sur le chemin du bienheureux Pie IX, car aujourd'hui on est plus ou moins dans la même situation, de forme différente mais de substance similaire.

          Beaucoup de gens ont des attentes que le Saint-Père, qui est le gardien suprême du dépôt de la foi, ne pourra jamais remplir, tout comme Pie IX ne pouvait pas les remplir, parce qu'il n'a pas le pouvoir de le faire; et ce ne sera pas.
          Ceci est la raison pour laquelle, il y a, J'ai écrit cet article:

          https://isoladipatmos.com/dopo-il-sinodo-il-papa-tornera-ad-indossare-le-scarpette-rosse/

          Si vous voulez, laisse ta tante le lire aussi, peut-être comprendra-t-il que des attentes se créent qui ne seront pas satisfaites.

  10. Article très dur, cher frère, vraiment dur, mais d'où ils émergent

    prudence
    justice
    fortezza
    Temperanza

    mais surtout la vérité.

    Je te bénis et s'il te plaît, bénis-moi.

    1. si c'est la prudence, la justice, la force, la tempérance des prêtres nés du Concile Vatican II, cela signifie que le son des trompettes du jugement est proche

      1. … et le Seigneur, ces trompettes, les fera sonner directement dans vos oreilles, expliquant que le véritable protagoniste de la “Concile secondaire du Vatican” c'était le Saint-Esprit "qui est Seigneur est de la vie et procède du Père et du Fils et avec le Père et le Fils est adoré et glorifié et a parlé à travers les prophètes".

  11. Révérend Levi di Gualdo.

    J'ai lu votre article à mon père qui l'a 91 âge, et stationné dans un fauteuil roulant, mais il est très lucide. Je lui ai lu plusieurs fois les parties dans lesquelles il parle du massacre des fascistes et des communistes, et a été déplacé.
    Maintenant je te dis, En bref, l'histoire de mon père: dans 1943 juste eu 20 âge, il était un dodger de draft, il s'était donné “dans la brousse”, et collaboré avec i “partisans rouges”. Lors d'une rafle des Allemands accompagnés des fascistes, risqué d'être pris dans les zones des Apennins toscans-émiliens de la région de Modène, les quatre qui ont été emmenés hors d'un pays alors qu'ils tentaient de s'échapper, ils ont été abattus sur le mur du cimetière, le plus grand, avait 23 âge. Mon père a été sauvé et caché par un prêtre dans un renfoncement dans le mur du clocher, et y est resté deux jours, jusqu'à la fin des râteaux, avant de reprendre la route de sa cachette de montagne.
    Après la libération, il est allé remercier ce prêtre, et alors seulement il a découvert que, son jeune frère, il avait été tué trois mois avant que le prêtre ne l'ait secouru, par une équipe de partisans rouges.
    Après la guerre, mon père a eu une conversion, et ce prêtre m'a baptisé, et mes deux sœurs. aujourd'hui, mon père, vit avec le chapelet à la main.
    Ce prêtre, qui est mort en 1971, il raisonnait comme elle. Il regarda l'homme, et homme protégé, sans demander si c'était noir ou rouge.
    E’ pour vous, que l'Église existe toujours, et c'est pour ceux comme toi, que nous, nous continuons à croire en elle.
    Des friandises de mon vieux père et de ma famille.

    (Une famille de personnes âgées de Modène)

Les commentaires sont fermés.