Les évêques regardent?

ÉVÊQUES REGARDENT ?

.

[…] Le synode dans le monde entier, sa part, il a pris un ton doctrinal qui en réalité ne lui appartient pas, car ce n'est même pas une assemblée conciliaire, et les papes ont commencé avec peu de dignité à faire l'arrière des synodes, en validant et en sanctionnant simplement leurs conclusions, même s'ils ne disent rien de nouveau du point de vue doctrinal. Ce n'est pas digne pour le pape, qui doit reprendre son pouvoir de guidage sur les évêques.

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
John Cavalcoli, À

.

.

Selon Rahner, la tâche de l'évêque c'est prendre acte de la foi "réelle" ou "effective" exprimée par le peuple de Dieu, en tant qu'expression thématique ou catégorique et «apostérique» de la foi athématique transcendantale et «apriorique», qui est commun à tous les hommes ("Existentiel surnaturel") et donc aussi aux non-catholiques explicites et aux athées eux-mêmes, d'où le fameux concept rahnérien du «chrétien anonyme» partout et toujours en grâce, donc tout le monde est sauvé et il n'y a pas de damnés en enfer (bonté transcendantale).

rahner-karl
Père Karl Rahner

L'évêque, Secondo Rahner, il doit s'efforcer du mieux qu'il peut de comprendre ces croyances et de les interpréter correctement, il doit l'approuver et le soutenir, il doit donc le suivre dans son évolution et nelle ses expressions historiques, dicté par le Saint-Esprit, il doit le traduire en foi doctrinale, ufficet institutionnel. Mais il est clair que la primauté appartient toujours à la foi existentielle des fidèles communs dotés du sacerdoce baptismal commun, infaillible dans l'écoute directe du Saint-Esprit et dans l'interprétation de la Parole de Dieu, bien que les concepts dogmatiques avec lesquels ledit mot est interprété sont en évolution continue et liés aux divers culture dans laquelle ils s'expriment.

.

Assisa du Concile Vatican I
assisa du premier concile du Vatican, vintage print

Le Concile Vatican II, comme vous le savez, a amélioré, promu et stimulé l'activité des laïcs, des religieux, de prêtres et de théologiens et en fait depuis cinquante ans maintenant, il y a eu et il y a de nombreuses initiatives de divers types, dont certains sont excellents, d'autres à la place, malheureusement, - et peut-être le plus nombreux - influencé par des vues anti-hiérarchiques et populistes ou démagogiques de l'Église, une certaine «Église d'en bas», un certain Église populaire, ou certains groupes «spontanés ou« populaires »des années 1970, ou "mouvements charismatiques" des années 1980. Alors ces initiatives ont pris la main des évêques, qui, ou naïvement séduit ou intimidé devant si intrusif, effervescence puissante et parfois menaçante, pas sans le reste de bons côtés, certainement pas tous ont fini par assumer volontairement le rôle décrit ci-dessus par Rahner, céder à une indulgence excessive ou à une tolérance envers les erreurs et les mauvais comportements qui se propageaient.

manifestant pacifiqueÉvêques, quand ils ne sont pas "forts avec les faibles", ils sont devenus comme des notaires qui se limitent à s'enregistrer et à ufficialiser ou tout au plus tolérer la «foi» ou il vaudrait mieux dire les fables qui circulent le plus parmi les fidèles, en particulier celle qui est la plus largement diffusée par les médias et les institutions éducatives et culturelles, mais ensuite pour négocier dur ces quelques-uns qui, fidèle à la conception évangélique du pasteur, ils osent leur rappeler leur responsabilité.
En même temps, le Le Concile a souligné l'autonomie de l'Église locale vis-à-vis de Rome et l'a instituée, comme nous le savons, le coréférences épiscopales et synodes mondiaux réguliers des évêques.

Papa Francesco
Le Saint-Père François lors d'une audience

Il semble en effet que le Saint-Père François il veut faire partager aux évêques son autorité doctrinale. Cela signifiera alors que le synode deviendra une sorte de conseil périodique à durée déterminée et on se demande si ce n'est pas trop artificiel et irréalisable.. Le développement doctrinal ne peut pas être planifié, mais cela dépend de facteurs impondérables liés à la Providence divine.

Une telle institution certainement très important en soi était destiné à renforcer l'initiative et la responsabilité pastorale des évêques pris individuellement ou collectivement, mais malheureusement dans de nombreux cas, il a fini par créer la figure d'un évêque conformiste et opportuniste, dépourvu d'une vision universelle de l'Église, fermé dans son diocèse ou dans son pays, prêt à devenir indépendant du Pape, pour ne pas déranger leurs confrères les plus influents ou estimés ou leur propre conférence épiscopale nationaliste.

Synode des évêques sur la famille 2014
Synode des évêques sur la famille, 2014

Le synode dans le monde entier, sa part, il a pris un ton doctrinal qui en réalité ne lui appartient pas, car ce n'est même pas une assemblée conciliaire, et les papes ont commencé avec peu de dignité à faire l'arrière des synodes, en validant et en sanctionnant simplement leurs conclusions, même s'ils ne disent rien de nouveau du point de vue doctrinal. Ce n'est pas digne pour le pape, qui doit reprendre son pouvoir de guidage sur les évêques.
L'inconvénient le plus grave qui a suivi tout cela, sauf pour les aspects positifs, est que la collaboration entre le Pape et les évêques dans l'enseignement et la défense de la doctrine de la foi a échoué. Bien sûr, cette fonction n'est en aucun cas éteinte et nous devons reconnaître le grand zèle avec lequel, par exemple, un homme comme le cardinal Joseph Ratzinger a rempli sa fonction à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pendant vingt ans., on peut encore moins ignorer les nombreuses interventions des papes et des bons évêques, sans exclure les conférences épiscopales et les synodes mondiaux.

Jeu qui devient incontrôlable
Le Saint-Père attrape un ballon de jeu qui lui a été lancé lors de son passage sur la place Saint-Pierre. À sa droite, le commandant de la la gendarmerie vaticane Domenico Giani

Cependant, comme des observateurs attentifs l'ont remarqué depuis de nombreuses années maintenant, autorité ecclésiastique à tous les niveaux, du Pape aux évêques individuels, il n'est pas du tout capable de contrôler une situation doctrinale complexe et par conséquent une conséquence morale, disciplinaire et liturgique, qui est devenu incontrôlable et devenu ingouvernable, avec des dommages très graves aux fidèles. Souvent et volontairement le théologien donné ou l'évêque donné ou le un prophète ou un voyant donné remplace le magistère, qui est soit ignoré soit dméprisé. Ce que font les évêques? Oui sûr, Ils sont en train de regarder, mais avec ce que l'esprit? Ils peuvent être heureux? Pas de certly. Il ne s'agit pas de regarder un spectacle agréable, mais, bien qu'au milieu de faits positifs, un processus de dissolution et de désintégration de l'Église, processus qui s'arrêtera certainement, parce que l'Église est inébranlable. Cependant, Dieu n'épargne pas ses épreuves et lui donne les moyens de les surmonter.

personnel pastoral
le personnel pastoral que les évêques détiennent lors des célébrations sacrées

Les moyens sont là: les évêques doivent avoir une impulsion humble et courageuse de foi en leur propre charisme, reprendre la situation en main. Après tout, le troupeau du Christ, déconcerté par les maîtres et les rebelles, il n'attend plus. Le berger a été battu et les moutons se sont perdus. Mais Dieu ne manquera jamais de bons bergers? Pas du tout!
Le monde catholique l'a toujours, Dieu merci, au moins dans les pays démocratiques, de nombreux médias, d'enseignement, d'action pastorale, de la prédication: des chaires aux conférences de toutes sortes, des paroisses aux écoles, de la presse à Internet, des maisons d'édition aux sites Web, des contacts avec les mouvements et associations à ceux avec les particuliers, des salles de conférence aux places.
Et les thèmes du possible et du désirable les interventions de compétence spécifique et exclusive de l'évêque sont nombreuses et urgentes. Je ne les énumère même pas.

Laisser un évêque assister au festival du kiWi ou au feu d'artifice ou à la rencontre avec les bouddhistes ou au concert de charité, il peut certainement être gentil et rapprocher l'évêque du peuple. Cependant, il reste à rapprocher les gens du Christ. Comment se fait-il que les évêques se sentent ou apparaissent si peu là où ils seraient les plus qualifiés pour parler? Il ne suffit pas «d'être entre les gens"; tu dois voir ce que font les gens. Pourquoi alors laisser ça aux laïcs, quelle que soit la compétence et la bonne volonté de la discussion ou plus encore de la décision ou de la sentence sur des questions de foi et de morale là où au contraire si importantes et irremplaçables, par mandat du Christ lui-même, est la parole du berger?

fontanellato, 1 avril 2014

 

Cliquez ci-dessous pour écouter un hymne marial de la tradition populaire

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )