Les nouveaux faux prophètes et Enzo Bianchi se trouve

LES NOUVELLES FAUX PROPHÈTES ET LES MENSONGES D'ENZO BIANCHI

.

Une telle impudence arrogante à Bianchi ne peut être expliquée que pourquoi, dans cette situation tragique et ingouvernable, que l'Église vit aujourd'hui, il est soutenu par de puissantes forces anti-Christ, si, comme aux temps sombres du 10e siècle, Marozia et les puissantes familles romaines régnaient sur le pape, Alors aujourd'hui, les modernistes bien plus astucieux règnent, maintenant présent au Saint-Siège et parmi les propres «collaborateurs» du Pape, qu'il n'est pas clair pourquoi il les garde ou les embauche, ou parce qu'il espère peut-être les tenir à distance ou parce qu'il est incapable de les contourner […]

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

"Dans la journée, en fait, Il ne dure pas la saine doctrine, mais, ayant la démangeaison ils, Il accumuler pour eux-mêmes les enseignants pour répondre à leurs propres goûts, refusant d'écouter la vérité et se tourneront vers les mythes ".

[II Lettre du Bienheureux Apôtre Paul à Timothée, 4, 3-4]

.

.

.

Blanc Enzo avec Jean-Paul II
Jean-Paul II remet un chapelet à Enzo Bianchi, peut-être pour l'inviter à prier la Bienheureuse Vierge Marie pour la conversion des luthériens?

Le célèbre Monaco Enzo Bianchi a récemment tenu une conférence à Turin intitulée "L'éthique chrétienne et la maladie" à l'occasion du XXe congrès national FADOI [Fédération de l'Association des directeurs d'hôpitaux italiens]. Dans ce document, Bianchi voudrait présenter l'éthique chrétienne concernant le thème de la douleur, du mal et de la mort, au contraire, il expose une vision purement philanthropique, pour ne pas dire athée, qui reflète le mieux l'éthique rationaliste des Lumières ou de la franc-maçonnerie et n'a rien à voir avec l'éthique chrétienne.

.

D'où l'incroyable impudence avec lequel Bianchi falsifie l'éthique chrétienne. plutôt, véritable éthique chrétienne, de la souffrance rédemptrice, il est moqué par lui comme une chose répugnante et dépassée. Parle pas comme un moine chrétien, mais comme diraient Nietzsche ou Marx. donc, que Luther dont Bianchi se vante d'être un interlocuteur, il serait scandalisé et avec son guide de conversation typique et coloré, il l'aurait traité d'imbécile et de blasphémateur. En fait, Bianchi semble accueillir la demande humaniste et solidaire du christianisme, avec le devoir de prendre soin de la santé et de lutter contre la maladie et la souffrance, mais alors tout cela s'avère être un hareng rouge, pourquoi Bianchi échoue complètement en présentant l'aspect propre et donc aussi humain de l'éthique chrétienne, comme nous le verrons dans ses déclarations, que je rapporte ici avec ma réfutation relative incluse sous le titre “réponse”.

.

Enzo Bianchi avec Benoît XVI
Enzo Bianchi, qui d'ailleurs n'est ni un clerc ni un religieux professé, mais seul un profane soumis à’autorité de lui-même, rend hommage à Benoît XVI masqué abattage

Pour vérifier la fausseté de ses thèses il suffit de les comparer avec l'enseignement de Catéchisme de l'Église catholique. Mais de toute évidence, des sujets comme Bianchi ne se soucient pas de la catéchisme, parce que, à l'exemple de Luther, ils connaissent le christianisme mieux que le pontife romain et l'Église catholique.

.

Une telle impudence arrogante à Bianchi on ne peut qu'expliquer pourquoi, dans cette situation tragique et ingouvernable, que l'Église vit aujourd'hui, il est soutenu par de puissantes forces anti-Christ, si, comme aux temps sombres du 10e siècle, Marozia et les puissantes familles romaines régnaient sur le pape, Alors aujourd'hui, les modernistes bien plus astucieux règnent, maintenant présent au Saint-Siège et parmi les propres «collaborateurs» du Pape, qu'il n'est pas clair pourquoi il les garde à proximité ou les embauche; peut-être parce qu'il espère les tenir à distance ou parce qu'il est incapable de les contourner, probablement par trop d'indulgence ou de condescendance et une énergie insuffisante, soit par peur de vengeance, soit parce qu'il a été menacé ou contourné? Alors que le plus décisif, Benoît XVI courageux et perspicace a plutôt été contraint d'abdiquer le trône sacré, mais nos pensées anxieuses vont aussi à ce qui est arrivé au pauvre Jean-Paul I …

.

Enzo blanc avec Francis
Enzo Bianchi, qui n'a jamais prononcé de vœux religieux et qui n'a jamais reçu d'ordres sacrés, réapparaît Masqué abattage, cette fois par le Saint-Père François.

… cela a toujours été l'utilisation d'hérétiques, quand les complots échouent et que les ambitions restent insatisfaites, recourir au crime, juste pour réaliser, défendre ou cacher leurs plans pervers. N'ayant pas d'arguments théologiques et juridiques pour étayer leurs thèses, facilement, s'ils ont du pouvoir, recourir à l'intimidation ou à la violence. La question que nous nous posons est de savoir pourquoi aucune haute autorité ne semble arrêter cet imposteur, séducteur des fidèles et marionnette des incroyants. Personne qui défend le Vicaire du Christ ou ne lui donne de bons conseils? Seuls quelques braves, comme l'illustre théologien Antonio Livi, ils mènent un travail de clarification pour éviter que le nom catholique ne soit déshonoré et pour aider ceux qui sont trompés - ou veulent être trompés - par la saleté de Bianchi … [cf. QUI, QUI, QUI, etc..]

mais voyons maintenant les thèses de Bianchi. Nous mettons en retrait vos déclarations en italique et en dessous de mes réponses.

.

.

enzo cathédrale blanche de Padoue
Enzo Bianchi a lectio l'ambon de la cathédrale de l'église Padoue

Éthique chrétienne

L'éthique est un moyen de devenir un homme ou une femme. L'éthique chrétienne a subi et subit des changements. Pas d'illusions sur ce point: il n'est pas donné une fois pour toutes, il n'est pas cristallisé dans des formules dogmatiques.

.

Réponse

Devenir homme ou femme est l'objet de la génétique et non de la morale. L'éthique ne concerne pas la genèse de l'homme, mais la question de l'action humaine et le choix entre le bien et le mal. Il éduque certainement l'homme à atteindre la maturité psychologique et morale et la perfection spirituelle, mais suppose l'homme déjà constitué, responsable de leurs actes, et il propose de l'orienter vers la réalisation de son but ultime, qui est Dieu, par l'observance des commandements divins. Au contraire, le but de l'éthique chrétienne est de devenir un enfant de Dieu. Nous sommes nés hommes fils d'Adam pécheur, mais le Christ nous fait devenir, avec baptême, enfants de Dieu.

Les règles d'éthique, de raison (loi naturelle, loi naturelle, éthique naturelle) ou de foi (dogmes moraux, droit divin, Éthique chrétienne) ils sont universels et immuables, à quel point la nature humaine est immuable, la même chose chez tous les individus du début à la fin de l'histoire, au-delà de l'évolution historique et des différentes cultures. Si non, l'espace s'ouvrirait à toute forme de discrimination entre l'homme et l'homme et à toute forme d'oppression de l'homme par l'homme.

Il existe en fait différents niveaux et formes de conduite morale, différents codes juridiques et coutumes, lié à différents individus, peuples et sociétés, avec des forces et des faiblesses. Mais les règles de base, dicté par une simple raison naturelle, ils sont la même chose pour chaque homme, instruit ou ignorant, pas comme il est tel ou tel homme, mais comme il est un homme. Tous les hommes - et ils le savent - doivent répondre à Dieu pour leur travail.

L'opportunité propice se présente, et cela peut être l'approche de la mort, il ne faut pas avoir peur de parler de Dieu aux athées, parce qu'eux aussi savent que Dieu existe, bien qu'ils prétendent ne pas savoir ou peut-être qu'ils ne veulent pas savoir. Combien de personnes, dûment et charitablement aidé, ils sont convertis au point de mourir d'une vie passée dans le péché!

Les normes morales imposent donc des devoirs absolus et exigent fidélité et constance, au prix du sacrifice, dans les engagements pris devant Dieu et les hommes. indubitablement, les normes morales peuvent et doivent toujours être mieux connues et appliquées avec les progrès de la science et de la morale.

Mutable et relatif à la place, et sous réserve d'exceptions, ce sont les normes positives établies par la loi et par le pouvoir civil et ecclésiastique, dans l'application de la loi morale dans diverses situations et circonstances.

.

.

Enzo Blanc prêche prêtres sienna
Enzo Bianchi invité par l'archevêque métropolitain de Sienne à donner une méditation au clergé, dans les locaux du séminaire archiépiscopal Pie XII, qui après cinq siècles d'activité a été fermée il y a un an, faute de vocation sacerdotale [cf. QUI]. aujourd'hui, une partie des locaux de l'ancien séminaire, ils ont été loués dans un hôtel de luxe [cf. QUI] et les quelques séminaristes survivants envoyés au Séminaire archiépiscopal de Florence.

Le problème du mal

L'éthique chrétienne n'explique pas le problème du mal, de la maladie et de la mort. Il proposait un imaginaire comme une histoire qui prétendait expliquer l'origine du mal: le mythe que le mal, la maladie et la mort découlent d'une faute des premiers êtres humains. Nous n'acceptons plus que notre souffrance «dérive» de la faute de quelqu'un qui nous a précédés et que, en conséquence, nous a été donné en héritage.

.

Réponse

.

Le récit de la Genèse sur l'origine du mal du péché de l'ange [1] et le couple de nos ancêtres, avec ses conséquences, ce n'est ni un "imaginaire" ni un "mythe" du tout, mais il est vérité historique objet de foi (cf. Chat. nn. 385-409) [2]. Cette histoire nous fait comprendre que l'humanité, à la suite du péché originel, elle est tombée dans un état de misère et une tendance à pécher, condition dont l'homme est incapable de se remettre de ses propres forces.

L'Écriture raconte comment le Père a eu pitié de nous et nous a donné son Fils Jésus-Christ pour notre salut et la rémission des péchés., qui, comme le Concile de Trente dit, "Avec sa très sainte passion sur le bois de la croix, il méritait une justification pour nous et satisfaisait le Père pour nous" (cf. Denz.1529) [3]. Si vous ne comprenez pas ce qu'était le péché originel et quelles sont ses conséquences, la signification de l'œuvre salvifique du Christ n'est même pas comprise, qui nous demande de rejoindre sa croix pour le salut du monde.

L'un des plus grands mérites et mérites du christianisme est celui de nous expliquer ce qu'est le mal, d'où vient-il et comment il peut être gagné. Le christianisme enseigne fondamentalement que la bonté infinie de Dieu ne veut pas du mal, mais il lui permet de montrer sa toute-puissance, sa miséricorde et sa bonté.

Omnipotence signifie que Dieu, avec sa puissance créatrice bénéfique, miséricordieux et prévoyant, punit certainement le malfaiteur, mais en vue de dériver du même châtiment ou malheur, et donc en général du mal, un plus grand bien, comme le pardon, plus grand bien qu'il n'y en aurait eu si le mal n'avait pas existé: Car il, dans sa miséricorde, pardonner le péché en Christ, conduit l'homme, par la grâce, au statut d'enfant de Dieu, animé par le Saint-Esprit, état supérieur à l'état d'innocence des ancêtres devant le péché.

Tout cela montre en Dieu une bonté qui remplit au-delà de toute mesure les simples exigences du bonheur naturel, une bonté au-delà de ce qu'Il aurait montré, s'il n'avait pas élevé l'homme en Christ au statut surnaturel de fils de Dieu. Le père, mais, tandis que, comme il résulte du dogme de la Rédemption, il voulait être indemnisé pour le délit que lui ont infligé Adam et ses descendants, et donc il voulait que l'homme répare sa propre culpabilité en justice en se joignant au sacrifice de la croix, avec lequel le Christ méritait notre justification. De cette façon, l'homme peut se vaincre pour la justice, avec de bonnes œuvres, pour les mérites du Christ, ce même salut qui lui est librement donné par le Christ, par pitié.

.

.

Enzo Bianchi avec Palerme archevêque
Enzo Bianchi invité par l'archevêque métropolitain de Palerme, soldat de l'École de Bologne et chef de doxicité en Sicile, tenir un lectio son “La primauté de la miséricorde selon Enzo Bianchi” [cf. QUI]

La foi chrétienne

La foi chrétienne ne résout pas le problème de l'origine du mal, de la souffrance, ne l'explique pas! foi, ne supprime pas l'absurde, cela n'a même pas de sens pour la maladie.

.

Réponse

.

L'un des principaux mérites de la révélation chrétienne (Écriture et la Tradition) c'est éclairer l'humanité avec la lumière de la foi concernant le mystère du mal [4]. La Parole de Dieu nous dit quelle est la nature profonde et ultime du mal, l'origine et le remède total et définitif de la maladie; mais cela ne nous donne pas une raison, une explication ou une démonstration nécessaire ou logique (comme Hegel croyait) savoir parce que Dieu a permis le mal. C'est un mystère impénétrable, connu seulement de Dieu, mystère que cependant, dans le but de notre salut, il n'est pas nécessaire de savoir.

Mais si nous ne savions pas ce qu'est le mal, quelle est l'origine et quelles sont les causes, nous ne pourrions pas connaître les moyens de s'en débarrasser et le salut serait impossible. Le christianisme nous enseigne que le vrai mal, plus que de la souffrance, c'est faire le mal, c'est le péché, parce que la punition est une conséquence du péché. Faire du bien c'est promouvoir la vie; par conséquent faire le mal c'est supprimer la vie. La vie est le fruit de la justice. La mort est la conséquence du péché. Pour ne pas faire le mal, il vaut donc mieux souffrir du mal, comme l'a dit San Domenico Savio: «la morte, mais pas les péchés ". La souffrance est mauvaise. Mais si faire le bien et éviter le péché, il faut souffrir, la souffrance est la bienvenue.

Si Dieu voulait, il aurait pu s'assurer que le mal n'existait pas. Dieu n'était pas du tout nécessaire pour permettre au mal d'exister, mais il l'a fait librement. Nous ne pouvons que formuler des raisons de commodité ou des conjectures sur les raisons pour lesquelles le mal existe, mais ne produisez pas d'arguments démonstratifs. Il faut donc croire fermement que c'est bien, même si nous ne pouvons pas scruter pourquoi.

Nous devons dire, la lumière de la foi, qu'il est bon qu'il y ait du mal, certainement pas pour l'accomplir ou l'approuver ou l'accepter, mais pour le combattre et le détruire. Combattre le mal c'est bien. Par conséquent, la présence du mal donne l'occasion de faire le bien. Seul le mal du juste châtiment, par exemple l'enfer [5], c'est un bien au sens absolu, parce que c'est une expression de la justice divine.

La raison naturelle déjà, grâce à la philosophie, il se rend compte que le mal existe, ce n'est pas nécessaire mais contingent, sait ce que c'est, connaît sa nocivité, il y trouve un sens et un sens intelligibles, si répugnant à la volonté. Il sait que le mal de la culpabilité est pire que celui de la punition; commande la lutte contre le mal et le péché, il sait que cela cause de la souffrance et que cela est causé par un agent libre, fini et pécheur, donc pas de Dieu, qui est la bonté infinie et qui peut vaincre le mal. Mais l'homme fragile et pécheur, sans l'aide de la grâce, il ne peut pas se libérer du mal et de la souffrance.

Ici donc, l'Apocalypse jette plus de lumière, finale, encourageant et consolant sur le mystère du mal, grâce à l'enseignement et à l'exemple du Christ, médiatisée par le Magistère de l'Église. La principale contribution du christianisme consiste à enseigner à l'homme que le mal (le péché comme une offense envers Dieu et sa punition) c'est encore plus grave que la raison seule ne peut le soupçonner, mais toujours Christ, avec son sacrifice de «satisfaction par procuration» [6], qui se poursuit dans la Sainte Messe, nous libère totalement et définitivement du mal et nous apprend à transformer le mal en bien.

La foi rejette l'absurde, parce que la foi est une obéissance raisonnable aux vérités suprarationales, mais liés à la raison et qui s'harmonisent avec la raison. Le contenu de la foi n'est pas absurde, ce n'est pas déraisonnable, ce n'est pas impossible, ce n'est pas contradictoire, mais c'est une vérité sublime, interminable, immuable et mystérieux.

Dieu ne change pas, il ne se contredit pas, ne nous trompe pas et ne se contredit pas, mais il se fait comprendre, est loyal et digne de confiance, toujours identique à lui-même et fidèle. La foi transforme la maladie en un moment de pénitence, de réparation, de rédemption. Re-d-emo: J'achète à nouveau. «Nous avons été achetés à un prix élevé!» (I Cor 6,20).

.

.

Enzo Bianchi et Nunzio Galantino
Enzo Bianchi a lectio sur la liturgie à Bose, institution non religieuse et surtout non catholique, comme une agrégation multi-confessionnelle dont il se proclame prieur. Le secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne participe en tant qu'invité d'honneur, S.E. Mons. Nunzio Galantino, qui s'adresse publiquement à M. Laico Enzo Bianchi en l'appelant "Révérend Prieur" [cf. QUI].

souffrance.

Le christianisme a toujours lutté contre la souffrance, le considérant comme un chemin rédempteur et méritoire. Si l'éthique chrétienne demande que la mort ne soit pas supprimée, ni refusé, ce n'est pas pour une hypothèse de douleur ou en vue d'une "rédemption". La maladie était pour notre salut, c'était rédempteur, il fallait donc l'offrir à Dieu. La maladie, la souffrance ne sert pas à notre rédemption. plutôt, on peut dire que la douleur n'a pas de sens. La souffrance ne plaît pas à Dieu, sinon il serait sadique.

.

Réponse

.

La souffrance est certainement un mal qui, en tant que tel, il doit être enlevé ou au moins soulagé. Les sédatifs jouent donc un rôle positif. Cependant, ils doivent éliminer la cause de la douleur, mais ils ne doivent pas détruire les forces saines. Si la souffrance ne peut être enlevée, il doit être enduré. Même si la souffrance est insupportable, il ne doit pas être atténué ou supprimé causant la mort du patient. cependant, la souffrance peut être bonne, donc expiative et rédemptrice.

Dieu n'aime pas ou ne veut pas la souffrance en tant que telle, mais il aime ou veut la souffrance rédemptrice. La souffrance rédemptrice est la souffrance du Christ, qui s'offre comme victime d'expiation ou de réparation au Père pour la rémission de nos péchés. Donc la souffrance rédemptrice est un grand bien, qui satisfait ou compense le Père pour le péché, purifie et expie les péchés, et se prépare à l'annulation de la souffrance dans la vie future.

.

.

Enzo Bianchi et Paul Romeo
Enzo Bianchi invité par le cardinal Paolo Romeo à organiser une lectio dans la cathédrale de Palerme pendant l'année de la foi. incidemment: Cardinal Roméo, la personne la plus charmante, mérite toute justification fondée sur le principe "ils ne savent pas ce qu'ils font», être pour lui, théologie, un croisement entre un concert sicilien et une plante de figue de Barbarie, ce que l'auteur éditorial de ces légendes prétend l'avoir entendu prêcher et parler en public à plusieurs reprises.

conscience

La conscience n'est jamais une voix qui nous rappelle une loi qui a déjà été faite. La conscience doit être reconnue comme une instance fondamentale de choix, dans la vie et face à la mort. La conscience dit à chacun de nous, homme ou femme, croyant ou non-croyant en Dieu: "Devenez conforme à ce que vous êtes".

.

Réponse

.

Ce n'est pas le concept de conscience qui nous est enseigné par le Concile Vatican II [7], qui dit à la place: "Au plus profond de sa conscience, l'homme découvre une loi qu'il n'est pas celui qui se donne, mais qu'il doit obéir et dont la voix toujours l'appeler à aimer et à faire le bien et d'éviter le mal, quand vous avez besoin, dit clairement aux oreilles du cœur: « Faire, fuyez cet autre. L'homme a une loi écrite par Dieu dans son cœur: lui obéir est la dignité même de l'homme, et selon cela il sera jugé. La conscience est le centre le plus secret et son sanctuaire, Là, il est seul avec Dieu, dont la voix résonne dans sa propre intimité ".

Dans ces quelques lignes, le Concile rappelle la loi divine trois fois comme la loi que nous trouvons dans notre conscience, par quelle loi nous sommes liés, auquel nous devons obéir, et par rapport auquel nous devons et aurons à répondre à Dieu pour notre travail.

Pas un mot de tout ça à Bianchi, plutôt, plutôt l'inverse, car il apparaît clairement que le point de référence et la règle de conscience pour lui n'est pas Dieu, mais l'homme lui-même ("Devenez conforme à ce que vous êtes"). Il parle comme un athée parfait.

.

Bianchi à Spoleto
Enzo Bianchi invité de l'archidiocèse de Norcia-Spoleto pour des événements culturels, lors d'un entretien avec S.E. Mons. Renato Boccardo.

La sédation de la douleur

Global Personal Care contribue à "une morte apaisée", à un "mourir du mieux que vous pouvez". Il est nécessaire de pratiquer une sédation profonde et continue, jusqu'à la mort; Il faut, en fait, éviter toute souffrance. Les soins palliatifs sont un must absolu, parce que mourir fait partie de la vie et doit être adouci pour rendre la mort plus douce et acceptable.

.

Réponse

.

Le remède doit faire vivre le plus possible les gens, ça ne doit jamais tuer. Il doit accompagner le patient jusqu'à la mort, apaiser la douleur autant que possible. Mais nous n'avons pas de médicaments capables d'éliminer totalement toutes les formes de douleur, sans compromettre ou supprimer la vie du patient. En revanche, un produit qui élimine la douleur en tuant le patient, ce n'est pas une drogue, ni un sédatif, mais un poison, même utilisé sous prétexte de soulagement de la douleur. La douleur est certainement mauvaise, mais c'est pire de supprimer la vie. Un mal ne peut pas être supprimé (la douleur) causant un plus grand mal (le meurtre des malades).

En revanche, la persistance thérapeutique doit être évitée, consistant à maintenir le patient en vie par des moyens techniques, de telle sorte que les fonctions vitales n'émergent plus des ressources propres du sujet, mais ils sont mécaniquement induits de l'extérieur, tout comme le mouvement d'une machine est causé. Le patient est donc pratiquement mort.

Ses mouvements dépendent exclusivement de l'action ou de la puissance mécanique venant de l'extérieur, si, suspendre cette action, les mouvements du sujet cessent, mais pas dans le sens où sa vie s'éteint, mais comme le sujet s'avère déjà mort et n'avait auparavant qu'une seule vie apparente, comme celui d'un robot, qui semble être un être vivant et est plutôt une machine.

La suspension de l'alimentation ou de la stimulation, cependant, il n'est justifié que lorsqu'il est établi que l'organisme du patient a perdu tout ses propres énergies, qui seul serait un signe qu'il n'est plus en vie, et autoriserait donc la suspension du traitement, qui à ce stade n'aurait plus de sens. À partir de ces considérations, nous comprenons l'erreur des médecins d'Eluana Englaro, qui ont suspendu l'alimentation d'un organisme encore capable de se nourrir et l'ont donc pratiquement tué.

Le fond idéologique d'une telle intervention n'était pas le désir de ne pas faire souffrir le pauvre Eluana, parce qu'elle n'a pas souffert, mais c'était une conception matérialiste de la vie, pour lequel un sujet humain empêché ou incapable de comprendre et de vouloir n'est pas une «personne» et ne mérite donc pas d'être autorisé à vivre.

Nous comprenons donc à quelles terribles conséquences cela pourrait entraîner, si ce principe hideux était appliqué, en plus des embryons et des fœtus, comme cela se fait déjà à grande échelle, également à d'autres grandes catégories de personnes, comme les nouveau-nés, les enfants, les gens dans le coma, les personnes âgées et les déments ou un ceux qui, basé sur de mauvais critères, ils seraient jugés déments ou ne seraient pas considérés comme des êtres humains. Face à la miséricorde.

Il y a sans aucun doute des situations, dans lequel le patient ne peut plus supporter la douleur, pour lequel il préférerait mourir, plutôt que de continuer avec tant de souffrance. Et d'autre part, il arrive qu'un membre de la famille qui l'assiste impuissant, le cœur brisé à la vue de tant de douleur de l'être cher, et ému d'une certaine manière par compassion, il préfère le voir mort plutôt que de le voir souffrir autant.

et pourtant, la personne raisonnable, même non-croyant, il sait qu'il n'est pas permis de procurer ou de procurer la mort pour arrêter ou éviter la douleur, si génial, Cependant, il est nécessaire de comprendre, s'excuser et avoir de la compassion pour ces malheureux, qui, submergé par la douleur et l'angoisse, victimes peut-être d'états dépressifs, sans voir un avenir autre que l'aggravation de la situation, ils perdent la tête et se suicident, surtout s'ils n'ont pas de formation chrétienne, qui aurait pu les aider à se résigner, endurer le malheur et espérer l'aide divine.

La tentation de se suicider en raison de l'intensité de la souffrance peut également survenir chez les saints, comme c'est arrivé à Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qui, dans les derniers jours de sa maladie, elle a demandé qu'un certain médicament soit retiré de la table de chevet, pour ne pas être induit en tentation. mais Dieu, invoqué avec confiance, il ne manque pas de donner la force de l'endurance, comme le montrent d'innombrables exemples de personnes pieuses qui se sont confiées à lui.

Le médecin - même si le droit civil le permet - ne doit pas satisfaire en conscience le patient qui demande l'euthanasie, la soi-disant «sédation profonde», expression hypocrite pour cacher le crime, tout comme il ne peut pas lui plaire s'il demande un poison et doit le faire en tant qu'infirmier ou pompier, qui intervient pour retenir le mec qui s'apprête à se jeter du toit d'une maison.

Au malade, le docteur, en l'absence d'autres personnes, il doit savoir dire, s'il en est capable, un bon mot de réconfort ou d'espoir, pas nécessairement basé sur la foi chrétienne, mais simplement d'ordre humanitaire, si le malade n'est pas un athée délirant ou blasphémateur et en proie à la fureur contre Dieu ou contre le destin, auquel cas il n'y a rien d'autre à faire que de prier, sans le satisfaire dans ses désirs insensés, bien que d'une certaine manière compréhensible.

Une mort heureuse n'est pas une euthanasie, mais mourant dans la paix de la conscience, malgré la souffrance, enduré sereinement en plein abandon entre les mains de Dieu, nous unissant au sacrifice du Christ, pardonner à ceux qui nous ont offensés, dans la confiance que Dieu tiendra compte de nos bonnes œuvres, il nous pardonnera nos péchés et voudra nous accueillir au paradis.

C'est compris, entre autre, combien ces idées de Bianchi sur la «sédation profonde» et surtout ses présuppositions idéologiques inhumaines et antichrétiennes peuvent favoriser la pratique du suicide, sans attendre d'aller à l'hôpital pour être euthanasié, comme en effet cela se passe déjà, par exemple chez les personnes impressionnables ou incapables de se guérir, qui ont appris qu'ils ont un cancer.

indubitablement, l'assistant ou le médecin du patient doit savoir sagement trouver et adapter les mots à la situation psychologique du patient, pour ne pas provoquer de réactions contre-productives. Si le malade est un croyant, pas à Bianchi, mais selon l'Évangile, il accueillera avec plaisir l'appel à la bonté de la croix.

Mais s'il n'a pas besoin d'être croyant, il faudra faire attention à ne pas le scandaliser, parce que l'amour chrétien de la souffrance pourrait être confondu avec le masochisme. Cependant, Bianchi a tort de considérer la conception chrétienne rédemptrice de la souffrance comme de la «douleur». Si quoi que ce soit, la douleur à rejeter est celle de Bruno Forte et Karl Rahner, qui admettent la souffrance dans la nature divine.

À cet égard,, on se rend compte à quel point c'est précieux et utile, là où c'est possible ou accordé, la proximité du chevet du patient, surtout si un croyant, de personnes pieuses ou d'un prêtre bien formé. La séduction que la perspective de l'euthanasie exerce sur beaucoup aujourd'hui est inversement proportionnelle au déclin du ministère sacerdotal, qui devrait être l'une des tâches principales du ministère sacerdotal, surtout du curé, e, plus racine, cette situation est affectée par le déclin de la vision chrétienne de la vie, sous l'influence d'une conception mondaine et séculière, oubliez le but d'un autre monde de la vie actuelle, ainsi que le besoin et le devoir d'y diriger toute vie terrestre.

Cette conférence d'Enzo Bianchi, une figure très réussie dans le monde catholique depuis des années, ça nous donne la mesure de la misère, de l'effondrement et de l'impressionnante décadence de la pensée catholique sur un sujet aussi important que celui de la douleur, du mal et de la mort, d'être tombé à un niveau d'une telle bassesse, où il ne reste rien d'un chrétien, sinon une vague philanthropie, qui ne diffère pas du tout de la vision maçonnique ou des Lumières. Nous sommes confrontés à un christianisme corrompu et mourant, pour lequel on voudrait vraiment pratiquer l'euthanasie, pour libérer les âmes de cette nourriture pourrie et vénéneuse et les ouvrir au respect de la dignité humaine.

Si un jour je me retrouve à l'hôpital en train de mourir, Je ferais attention de ne pas appeler un prêtre sur le modèle du "moine" Enzo Bianchi à mon chevet et de pouvoir le faire, Je me tournerais vers un vrai prêtre, pour pardonner mes péchés, réconforte-moi avec les sacrements et la Parole de Dieu, pour ouvrir la voie à la vie éternelle.

.

Varazze, 19 juin 2016

________________________

REMARQUE

[1] Cf C.Journet, J.Maritain, Philippe de la Trinité, Le péché de l’ange. Peccabilitas, natre et surnture, beauchesne, Paris 1961.

[2] Voir aussi l'encyclique de Pie XII la race humaine la 1950.

[3] G.Cavalcoli, Le mystère de la Rédemption, ESD Bologne 2004; C.V.Héris, Le mystère du Christ, Morcelliana, Brescia 1938; E.Hugon, Le mystère de l’Incarnation, Téqui, Paris 1940.

[4] Cf C.Journet, le mal, houppe,Torino 1963; J.Maritain, Dieu et la permission du mal, Brouwer Desclée, Paris 1963.

[5] Cf. mon livre L'enfer existe. La vérité niée, Faith questions&culture, Vérone 2010.

[6] Satisfaction pour nous, comme le Concile de Trente dit, Denz.1529.

[7]Gaudium et spes, n.16.

.

__________________________________________________

.

Remarque pour éviter tout doute

Auteur de l'île de Patmos Editorial
auteur
préparation
Île de Patmos

.

Quelques années auparavant, un conseiller juridique, se méfiait du Dr.. Paul Deotto, directeur du magazine télématique prélevée Christian d'utiliser les images du Dr.. Enzo Bianchi. All'epoca, avant que ce magazine ne prenne le tour de Lefebvrian, sur ses colonnes aussi les deux pères actuels de’Île de Patmos. À cette méfiance, Ariel S. Levi di Gualdo a réagi avec un article dans lequel il expliquait que désormais, pour parler d'Enzo Bianchi, aurait utilisé les images de la belle actrice italienne Monica Bellucci [cf. QUI]. Vu ce précédent, le libellé’Île de Patmos précise que les photos incluses dans cet article sont des images publiques que n'importe qui peut trouver dans les magazines en ligne et sur les moteurs de recherche et qui ne constituent pas une violation de Loi sur la protection. Nous nous souvenons également que les accusations portées par les Pères de’Île de Patmos à Enzo Bianchi, comme “mauvais professeur“, “faux prophète“, “hérétique” etc.. ils relèvent tous du lexique théologique. donc, tout magistrat de la République italienne ne serait pas en grande difficulté, mais précisément incapable d'établir avec un jugement et une phrase ce qui est hétérodoxe et ce qui est hérétique à la place. En fait, si certains consultants bosiens ne connaissent pas la loi, comme ils l'ont déjà montré dans le passé, nell« Île de Patmos la loi est connue à la place, respecté et pratiqué. donc, la faux prophète e mauvais professeur Enzo Bianchi, prendre théologiquement de’hérétique et évitez de nous faire envoyer des lettres par des juristes maladroits.

.

.

.

.

.

.

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

Une réflexion sur "Les nouveaux faux prophètes et Enzo Bianchi se trouve

  1. Tour. père Giovanni Cavalcoli,

    sur: «…Alors aujourd'hui, les modernistes bien plus astucieux règnent, maintenant présent au Saint-Siège et parmi les «collaborateurs du Pape, qu'il n'est pas clair pourquoi il les garde à proximité ou les embauche "; parmi les nombreuses raisons que vous pouvez supposer, il n'en a pas laissé de côté? c'est-à-dire qu'ils peuvent être en phase avec la pensée du Saint-Père? Tout porte à croire que c'est le cas, sur la base de tout ce qu'il a dit et fait ces dernières années!
    Merci père, Dieu te bénisse!

Les commentaires sont fermés.