“Et aucune bombe ou par la bombe arrive à Rome ”: la conversation Nunzio Galantino de Dieu avec Dario Fo

"ET BOMBE OU PAS BOMBE NOUS ARRIVERONS A ROME" NUNZIO GALANTINO CONVERSE SUR DIEU AVEC DARIO FO

.

Le discours de Fo est absurde et blasphématoire et je ne vois pas en quoi consisterait cette "grande religiosité" que Nunzio Galantino, avec une flatterie évidente, attributs à Fo.

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Nunzio Galantino 1
S.E. Mons. Nunzio Galantino, Secrétaire Général du C.E.I.

S.E. Mons. Nunzio Galantino, Secrétaire général du C.E.I, commencé dans le journal Unique 24 Minerai dimanche une chronique intitulée Vivre en mots, qui propose de traiter le sens de quelques mots clés de la culture moderne concernant le relation avec le monde. Il a commencé avec le mot Je donnai se référant à la pensée de Dario Fo, l'article complet est lisible QUI.

J'ai extrait quelques déclarations de l'écriture de Nunzio Galantino, montré ici en rouge, à chacun desquels je voudrais faire un commentaire.

.

Dieu est un mot paradoxal. Pour certains, il n'y a que le terme et il n'y a pas de sujet correspondant, pour d'autres il y a le sujet correspondant mais il ne faut pas le nommer et selon d'autres encore le Dieu de Moïse n'a pas toléré d'être représenté.

.

Et que pense Galantino? Ce n'est pas prononcé.

.

Dieu est la parole de la créativité maximale [...] Dieu est le principal protagoniste de la visibilité [...] Avec le mot Dieu, et avec la réalité à laquelle il se réfère, nous pouvons permettre à notre esprit de voyager dans de grands espaces et de vivre des expériences extraordinairement remplies de vie, à la fois partant du mot et s'ouvrant à l'imaginaire, à la fois en partant de l'image puis en se reconnectant aux mots.

.

Je ne vois pas ce que Dieu a à voir avec la «créativité» et la «visibilité». Ils n'appartiennent pas à la théologie, mais à la poésie, ou à la littérature ou à la peinture. Il dit qu'il ne veut pas faire de théologie. mais, parler de Dieu, que veut-il faire, puis? Saint Paul est très clair. Dé: «Depuis la création du monde ses perfections invisible peut être envisagé avec l'intellect dans les œuvres qu'il a réalisées " [cf. Rm 1,20]. Dieu n'est l'objet ni de la fantaisie ni de l'imagination, mais de l'intellect. autrement, comme le dit l'Écriture, nous avons une idole faite de nos mains.

.

Un enfant aurait du mal à suivre notre discours, parce qu'il sait que derrière le mot «maman» il y a une maman; mais ce qui se cache derrière le mot Dieu? Que lui dire? [...] Expliquez à un enfant qu'il peut pleuvoir même à partir de réalités invisibles, mais existant. Avec un enfant j'essaierais de m'en sortir comme ça.

.

Derrière le mot «Dieu» se cache Dieu, car aussi l'esprit de l'enfant, comme capable de raisonner, il peut savoir que Dieu existe. Mis à part le fait qu'il y arrive tout seul de toute façon, il faut l'aider dans l'application du principe de causalité, comme l'enseigne le Livre de la Sagesse: «Dalla bellezza e grandezza delle creature per analogia si conosce l’Autore» [cf. Sève 13,5].

.

Dés Fo: "Il n'y a pas de Dieu. y. Je ne le crois pas ... Mais ... ". Selon lui, Dieu est un grand faussaire qui s'est inventé, un génie de l'histoire, parce qu'il a su créer son image. Un revendeur qualifié. Son anti-religiosité me paraissait très religieuse [...] L'amour des autres ne suffit jamais à Dieu, tandis que Jésus fonde son sentiment sur l'amour de donner et de ne pas recevoir.

.

Le discours de Fo est absurde et blasphématoire. Dieu en lui-même est une bonté et une générosité infinies, et il est le Dieu de Jésus-Christ. Si le Christ donne et n'est pas égoïste, cela dépend précisément du fait que c'est Dieu lui-même. Je ne vois pas en quoi consisterait cette "grande religiosité", ce Galantino, avec une flatterie évidente, attributs à Fo.

.

Nous, les humains, avons besoin de transcendance et pour nous chrétiens, l'essence de l'existence humaine réside dans le fait de sortir de nous, aller et se sentir projeté au-delà. Ce que certains appellent «l'auto-transcendance» ne nous conduit pas seulement à Dieu [...] Cette situation appartient également à un athée.

.

Il est vrai que nous avons besoin de transcendance, mais ne soyons pas confus. On distingue d'abord. C'est une chose de sortir de nous-mêmes, qui est un signe de socialité, et une chose est "se sentir projeté au-delà", qui est un phénomène psychologique, qui peut être aussi bien normal que pathologique. Une chose est l'ultériorité métaphysique, moral ou théologique, par lequel l'homme raisonnable se sent attiré, et l'ultériorité émotionnelle est une chose, irrationnel et fantastique, qui attire les fous. Il est évident que ce n'est que le premier type d'arriéré qui stimule l'affirmation de Dieu.

Quant à l'auto-transcendance, ici aussi il faut distinguer. Auto-transcendant, en général, c'est un acte psychologique, avec lequel le sujet se surpasse ou se dépasse volontairement et volontairement. L'esprit monte, elle monte, il monte vers un sommet qui est au-delà de sa limite.

Cette élévation de l'esprit, mais, c'est différent dans le cas où l'impulsion vient d'en bas ou d'en haut, c'est-à-dire, soit par l'homme, soit par Dieu. L'homme peut se transcender ou s'élever vers Dieu ou parce qu'il se laisse attirer par lui, en soumission à lui, et puis nous avons le te transcender, dont parle saint Augustin, ou parce qu'il s'élève contre Dieu, en antagonisme avec Dieu. Dans le premier cas, nous avons l'humilité, qui porte ses fruits dans la religion; dans le second cas, nous sommes fiers, qui porte ses fruits dans l'impiété et l'athéisme. Il est clair que seul le premier type de transcendance caractérise, pas l'existence chrétienne en tant que telle, mais la puissance ou la faculté de son esprit, puisque l'identité de l'être avec le jeu n'est qu'en Dieu.

L'essence de l'existence humaine dans la vision chrétienne ne se trouve dans aucun "sortant de nous, ou en allant et se sentant projeté au-delà "ou dans ce que certains appellent" l'auto-transcendance ", mais cela consiste à être, comme le Concile Vatican II, "Unité de l'âme et du corps"[1], créé "à l'image de Dieu, capable de connaître et d'aimer son Créateur "[2] et pas du tout "en nous quittant, aller et se sentir projeté au-delà. Ce que certains appellent "l'auto-transcendance" ". Si quoi que ce soit, ce sont des pouvoirs ou des actes possibles et non constitutifs de l'existence humaine. J'aimerais savoir d'où Galantino a obtenu cette définition de l'homme. Certainement pas dans l'Écriture ou dans le Magistère de l'Église ou à Saint Thomas.

.

Jésus demande, vise à, amour difficile, illogique, paradoxal.

.

Jésus ne revendique aucun amour "illogique", mais parfaitement conforme à la raison. L'amour illogique est un péché, parce que cela irait à l'encontre de notre devoir d'agir selon la raison. Les exemples que donne Galantino sont soit équivoques, soit faciles à résoudre, mais ici nous n'avons pas l'espace et alors on peut toujours consulter n'importe quel traité de théologie morale.

Je m'arrête seulement sur l'amour de l'ennemi. Il n'y a rien d'illogique dans cet amour, évidemment pour bien le comprendre, et pas comme si le Christ nous commandait d'aimer l'inimitié de notre ennemi contre nous; ce qui serait vraiment dommage de notre part. D'un autre côté, il y a une profonde sagesse dans cette commande, qui donne de la sérénité à la personne blessée, facilite la conciliation et dispose l'opposant à des conseils plus doux, le rendant prêt à demander pardon et à être pardonné.

.

Varazze, 16 mars 2016

.

.______________________

[1] Gaudium et spes, n. 14.

[2] Ibid., n. 12.

.

.

ET BOMBE OU PAS BOMBE NOUS ARRIVERONS À ROME … ET MALHEUREUSEMENT NOUS SOMMES ARRIVÉS !

.

.

.

___________________

 

.

Auteur de l'île de Patmos Editorial
auteur
préparation
Île de Patmos

.

.

La rédaction de’Île de Patmos, profite de l'occasion pour rappeler à S.E. Mons. Nunzio Galantino qui a toujours été le “digne d'éloges” niveau de "religiosité" de l'athée Dario Fo: se moquer de Dieu, du Christ, de l'Évangile et de tous les saints. Nous notons, cependant, que le secrétaire général clairvoyant de la Conférence épiscopale italienne, dans tout cela, cependant, il voit "une grande religiosité". demande: la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est toujours ouverte et opérationnelle, ou c'était le premier dicastère du Saint-Siège à être aboli par la réforme de la Curie romaine en vue d'un prochain “nouvelle église” enfin libre de tout “dogmatismes inutiles” qui l'ont depuis trop de siècles “opprimé“?

.

.

.

.

LA GIULLARATA SUR L'ÉVANGILE DE LA RÉSURRECTION DE LAZZARO

.

.

.

.

.

.

.

.

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

Une réflexion sur "“Et aucune bombe ou par la bombe arrive à Rome ”: la conversation Nunzio Galantino de Dieu avec Dario Fo

  1. http://www.ilfoglio.it/preghiera/2016/03/25/cristianesimo-pasqua-galantino___1-vr-139833-rubriche_c401.htm
    Abbiamo bisogno degli eremiti di una volta! denuncia Camillo Langone.
    Negli eremiti di quei lontani secoli era fortissimo il senso del peccato, il timore del Male, l’incombere del giudizio. Leggendo le loro vite sembra di leggere di un’altra religione, molto più efficace del cristianesimo senza croce che va per la maggiore. Innanzitutto quei campioni della fede guarivano i malati, e inoltre, si nécessaire, ammansivano le belve feroci. “Questa guerra si argina solo con una politica di integrazione” ha detto il vescovo Galantino: chiedendo il soccorso dello Stato, e non di Dio, ha dimostrato di non saper ammansire nemmeno una zanzara. Prego perché dal deserto arrivi un eremita del tipo di colui che veniva morso dalle vipere e si curava con un segno di croce e si salvava. “

Les commentaires sont fermés.