L'enfer existe et n'a jamais été abolie, parce que même moderniste et gooders peuvent abolir la libre volonté donnée par Dieu à l'homme

Les indiscrétions de l'homme Jorge Mario Bergoglio et notre service d'incendie

L'ENFER ET IL N'A JAMAIS ETE SUPPRIME, POURQUOI gooders MÊME ET PEUT ELIMINER MODERNISTE LA LIBRE ARBITRE DONNE PAR DIEU POUR L'HOMME

.

Pour le bien-être, la vision apocalyptique d'une Église militante, assiégée par le monde est une fable fondamentaliste déballés et médiévale. Mais l'hypocrisie de ces belles paroles se révèle dans leur réaction violente par laquelle le même bien-être, qui est en fait une brute, assaille ceux qui démasque l'hypocrisie de son discours et a dénoncé l'incohérence de sa conduite. Pour le bien-être l'enfer n'existe pas parce qu'il croit sauvé et promet le salut à ceux qui pensent comme lui, mais il serait en mesure de créer un enfer sur terre pour emprisonner ceux qui sent que Dieu le punir pour sa miséricorde et faire semblant sa cruauté réelle.

.

auteur
John Cavalcoli, o.p.

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

..

Sandro Botticelli, La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

Eugenio Scalfari, selon laquelle le Saint-Père François lui a dit que le châtiment infernal n'existe pas et que les méchants sont annulés par Dieu, a été refusée par le bureau de presse du Vatican a expliqué que soit une reconstruction de l'entrevue avec le Souverain Pontife. Car si ceux-ci avaient effectivement prononcé ces mots serait tombé dans une double hérésie: le refus des damnés et l'immortalité de l'âme. Et cette thèse sont hérétiques Edward Schillebeeckx, comme je vais parler plus tard.

.

Sur le plan humain de prudence Jorge Mario Bergoglio et par conséquent la possibilité de poursuivre un dialogue avec ce genre de parti, Il a déjà écrit le Père Ariel S. Levi Gualdo se référant à la fois au concept fondamental de la prudence doctrinale, toujours dans ce sens, la théologie de saint Thomas d'Aquin [cf. article QUI]. donc, en plus de ne pas répéter certaines analyses déjà faites par mon frère Priest, Je limiterai ma part à un discours marqué de l'autre angle, On voit que depuis des années, pour eux à travers notre service apostolique remplissons notre Île de Patmos, souvent, nous essayons d'offrir aux lecteurs plusieurs analyses sur le même sujet.

.

Il est impensable qu'un pontife romain tomber dans l'hérésie formelle, sur une base volontaire et consciente, parce que lui et le Christ a conféré l'annonceur suprême envoyé, definitore, clarificateur, dépositaire et défenseur de la vérité de l'Evangile, l'octroi de l'Esprit Saint, ce qui en fait infaillible dans son enseignement. Je pensais alors que cet incident malheureux, où encore une fois les forces des ténèbres tentent méchamment d'utiliser le Successeur de Pierre, pourrait offrir l'occasion de repenser le dogme de l'enfer pour mieux comprendre la valeur salvifique, un effet dissuasif, qui stimule au contraire de travailler les œuvres du salut, comme le dit avec sagesse Abraham l'homme riche en enfer: «Pour ammonisca, afin qu'ils ne viennent aussi dans ce lieu de tourments " [Lc 16,28].

.

point central pour comprendre ce qui est l'enfer et la raison de son existence - comme nous le verrons - le lien qui existe entre l'enfer et le péché. L'enfer est rien de plus que la maturation finale et le péché ultime comme un acte de volonté humaine perverse, irrévocablement rebelle à Dieu. Il est toujours un pas dit à Dieu, que Dieu de miséricorde qui veut que tous soient sauvés, mais en même temps, il ne nécessite pas que quiconque, ne force personne, alors que tout le monde fasse son choix, sans toutefois être en mesure d'éviter bien des conséquences désagréables en cas de refus. Caractéristique aucun fait à Dieu est précisément vous priver du bonheur. Et il est si absurde de croire que l'on peut encore atteindre le péché et le bonheur. Il peut avoir une certaine satisfaction perverse d'avoir fait sa volonté, mais cette satisfaction si le le tenir et non le désir de tout le monde.

.

La doctrine de l'Enfer Il nous montre dans toute son ampleur et ses conséquences terribles de l'existence et la nature de la méchanceté humaine et la gravité de l'homme de dégâts que lui-même par la mauvaise volonté rebelle à Dieu; pour laquelle cette doctrine, par contraste, stimule l'homme pécheur, sous l'impulsion de la grâce, dans son propre intérêt éternel, pour convertir, à savoir changer pour le bien de la mauvaise volonté avec la repentance, réparer et demander le pardon de Dieu.

.

La base naturelle de la croyance en enfer

.

Sandro Botticelli, en particulier de La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

Le problème de l'existence des damnés enfer revient aujourd'hui à se présenter avec le livre vient de sortir du bénédictin français Monaco Guy Pagès, intitulé « Judas est en enfer? - risposte un Hans Urs von Balthasar " [cf. QUI]. L'auteur y affirme que Judas est en enfer, Il est confronté à des idées de von Balthasar sur l'enfer [1] et il fait le vote que le Pape veut définir la doctrine de l'enfer comme un dogme de foi.

.

Le mot enfer correspond au latin enfer, liée à l'idée de quelque chose qui est à la base, qui est faible, inférieur, éventuellement sous terre. De toute évidence, la signification symbolique de cette, elle le fait que l'étroitesse d'esprit d'un Rudolf Bultmann à croire qu'il est métaphysique rugueuse ou même anciens et la cosmologie ne comprennent pas que cette métaphore est universellement présente dans les conceptions religieuses et morales de l'humanité, Il est l'abject, l'abaissement de la dégradation maximale et moral, contrairement à l'image de ce qui est grand, maestoso, sublime, en alto, dans le ciel, pour représenter au contraire l'élévation de la vertu morale et la sainteté, le « royaume des cieux, où habite le Père qui est dans les cieux [...], Dieu Très-Haut « , qui parle de l'Ancien Testament.

.

Cette métaphysique de plans ontologique de la réalité Il est supposé dans l'un des célèbres hymnes christologiques Pauline [cf. en 2,10], où l'Apôtre dit que le Père a donné le Fils « , le nom qui est au-dessus de tout autre nom, qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre ". Ce qui signifie que la providence divine atteint non seulement le ciel et la terre, mais l'enfer. Et le reste, le Christ de l'Apocalypse, dé: «J'ai les clefs de la mort Hadès » [vous 1,18]).

.

Il convient de rappeler ici la doctrine catholique sur l'enfer. Nous touchons au sujet au lieu de certaines questions d'actualité. Autour de la question de la foule enfer encore plusieurs questions aujourd'hui, poussant à nier son existence. On se demande quel sens et de l'utilité peut avoir une telle chose dans le contexte de la providence divine et de l'histoire du salut. A quoi bon est une doctrine comme celle aux fins de notre salut? Il aide ou entrave notre confiance en Dieu? Il évoque l'image d'un Dieu ou appeler celle d'un Dieu effrayant? mais alors, pourquoi une telle peine sévère - la punition éternelle?

.

La foi biblique en enfer suppose trois certitudes fondamentales la conscience morale naturelle et incontestable:

.

le premier, est le besoin de savoir ce qui est bon et pourquoi, et ce qui fait mal et pourquoi; en bref, de connaître les actions qui apportent le bien-être et ceux qui causent des dommages.

.

La seconde est la croyance de base de la ligne de conscience morale naturelle, que la volonté humaine, dans cette vie, incliné par nature à rechercher le bien et rejeter le mal, en fait, la bonne action alterne mauvaise action. que, sur la base du libre arbitre, Maintenant, l'homme fait du bien, Maintenant, est-mal. la volonté, est maintenant bon, Il est maintenant mauvais, selon la façon dont vous voulez. Si tel est le bon, Il a l'avantage, mérite l'éloge et la récompense; si elle fait le mal, dommages procure, Il mérite le blâme et la punition.

.

La bonne action est la justice, les mauvaises nouvelles est le péché. Chacun d'entre nous, quelle que soit sa conception du bien et du mal, de toute façon, Il promeut ce qu'il juge être bon et oppose ce qu'il considère être mauvais. Il est inévitable. Ce qui varie sont les critères pour juger de ce qui est bon et ce qui est mauvais. Toutefois, ils peuvent être des critères de critères bien et le mal. D'où la nécessité de savoir ce qui est vraiment bon de faire et ce qui est vraiment mauvais, afin d'éviter.

.

La bonne action est bonne agent, la mauvaise action mal. Le concept de l'Enfer est né sur cette hypothèse. Le sens inné de la justice que nous avons nous dit tout ce qu'il est juste que le bien est récompensé et il est juste que les méchants seront punis. enfer, comme vous le savez, Il est la punition éternelle des méchants.

.

La troisième croyance religion naturelle, Bible avant, est la notion naturelle de la justice divine, comme la Lettre aux Hébreux dit: « Celui qui vient à Dieu doit croire qu'il existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent » [Eb 11,6].

.

La justice divine signifie que Dieu récompense les bons et punir les méchants. Il implique la croyance que Dieu prend en compte les œuvres et les mérites de chacun d'entre nous avec la justice parfaite et retribuisca. Il est la sagesse, il est de notre devoir d'agir en tenant compte des conséquences bonnes ou mauvaises, la récompense ou de punition. Il agit à bon escient pour gagner la récompense et éviter la punition. Et « la sagesse pratique de savoir si ce qui est la récompense et quelle est la punition.

.

Nous devons agir, sûrement, d'abord dans la poursuite de notre objectif ultime et plus grand bien, qui est Dieu, activité qui va de pair avec l'acquisition des vertus et de l'amour pour le devoir, qui sont les moyens d'atteindre Dieu. Car il est l'Infini Bonne, dont nous sommes faits et qui est largement supérieure à notre bien fini et donc l'exercice de la vertu et l'accomplissement du devoir. L'enfer est en train de perdre ou de rejeter cette Bonne, même si nous avions atteint des niveaux élevés de vertu personnelle.

.

La réalisation de soi amour, la manière stoïque, Il peut apparaître sous, mais il est vraiment et égotisme, qui frustre finalement notre vie. Ce risque est le subtil éthique kantienne, tandis que si noble et désintéressé pour le respect absolu de la loi morale, qui fait honte à notre veule moderne et sans caractère.

.

La justice humaine doit être respectée et nous devons avoir confiance en elle, mais il, en raison des conséquences du péché originel, Il est incomplet et défectueux. Il arrive que les criminels restent impunis et les innocents sont punis. Il est donc nécessaire dans ces cas d'avoir recours à la justice divine. Le bon test si heureux de voir le châtiment des méchants, non pas tant parce que les méchants souffrent - et ce serait la cruauté -, mais comme nell'empio est réalisée la justice divine. Selon saint Thomas d'Aquin, la vision que nous avons des bienheureux du pénis damnés pénètre dans l'objet lui-même de la félicité céleste [2]. Cependant, il ne faut pas confondre la noble et sereine de la satisfaction équitable qui prévoit la réalisation de la justice divine et récompense les souffrances que les méchants lui ont fait souffrir injustement, avec satisfaction malveillants et pleine d'amertume à celui qui aime le malheur de l'adversaire parce qu'il déteste.

.

Il est juste une punition éternelle? Nous répondons que l'homme, ayant une âme immortelle, Il est fait pour vivre pour toujours ou pour toujours. Pour cela, il, dans ses choix de vie, choisir le bien qu'il considérait éternelle ou absolue. Toutefois, pour juger de ce bien, Sa volonté peut se tromper et juge comme un absolu ce n'est pas. Seul Dieu est la vérité absolue. Maintenant, le choix d'une créature à la place de Dieu est le principe qui conduit l'homme à l'enfer. Mais l'homme, péchant, Il a le choix pour toujours, sans repentance, comme bien absolu (elle-même ou une créature), dont il est pas vraiment absolue, ce n'est pas Dieu, c'est son vrai bien suprême et la fin ultime. Ce choix finalement péché, qui se produit à la fin de la vie présente, implique nécessairement qu'une punition éternelle, car il est la perte finale et irréparable d'un bien éternel.

.

Ce que le choisira est un acte ou d'un actif qui donne satisfaction, sinon il choisirait. Maintenant, l'homme a un naturel, tendance innée et nécessaire ou inclination à un bien absolu et éternel, placée en lui par Dieu lui-même. Mais Dieu laisse le libre arbitre de l'homme pour déterminer le contenu précis et concret de ce bien absolu, de sorte qu'il peut effectivement faire l'objet de choix.

.

maintenant, Dieu laisse l'homme libre de choisir enfin et pour toujours ou la vérité absolue, qui est Dieu, ou un faux absolu, qui peut ou peut lui-même ou une créature. Si l'homme choisit un faux absolu, Il perd son vrai bonheur, qui ne peut être en Dieu. Il est laissé à la satisfaction perverse d'avoir fait sa volonté, tandis que désobéir à Dieu. Cet acte lui donne le mal le châtiment de l'Enfer. Mais comme il a lui-même trouvé sa satisfaction à faire cet acte, il, inflexible dans son obstination, Vous ne regrettez pas du tout parmi les flammes de l'Enfer, parce qu'il a obtenu ce qu'il lui essentiellement intéressé: sa volonté. Il enfer, Il a obtenu ce qu'il voulait et veut. Il pense donc si: mieux d'être en enfer, loin de Dieu, que d'être dans le ciel en compagnie de Dieu. Ceci explique comment il est que l'on choisit d'aller en enfer, où il sait qu'il l'attend la punition éternelle. Il vaut certainement la peine, il veut, mais il est de faire sa volonté. Si cela se traduit par une punition éternelle, Il est prêt à accepter, juste pour faire sa volonté.

.

En cas de décès, la volonté reste fixe pour toujours dans sa relation avec Dieu que la mort: si elle est en communion avec Dieu, il est sûr; si elle est en contradiction avec lui, qui est dépourvu de grâce pour péché mortel, il est perdu. Cette fixation de la volonté dépend de la mort, il entre en contact direct et immédiat avec l'absolu qui a choisi - pour Dieu ou contre Dieu - de sorte qu'il ne peut plus choisir différemment, à-dire Void l'oscillation de la libre, qui était justifiée par le fait que pendant la durée de la boîte absolue, précisément en vertu du choix du libre arbitre, prendre des décisions différentes.

.

Dans cette vie, nous avons un espace de mouvement pour nos choix. Voici les limites de cet espace transcendent les choix individuels, tandis que l'absolu - Dieu ou non-Dieu - apparaît comme un atout entre autres. à la mort, la volonté ne peut plus bouger, parce que l'absolu que nous avons choisi occupe tout l'espace. Ou comme en escalade d'une montagne. Pendant la montée, vous pouvez suivre des chemins différents. Mais quand nous atteignons le sommet, nous nous arrêtons. Le moment de la mort est quelque chose comme: l'homme arrive à la fin de ce mouvement ou ce chemin.

.

Église Enseignements sur l'enfer

.

Sandro Botticelli, en particulier de La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

Je lui ai expliqué les enseignements bibliques, mais surtout du Christ sur l'enfer, dans mon livre déjà mentionné L'enfer existe. La vérité niée. Selon l'Ecriture, à la suite du péché originel, l'humanité a été puni de diverses peines dans cette vie et, après la mort, avec le châtiment de l'enfer, que je suis un endroit d'un autre monde, sombre et triste, loin de Dieu et pourtant gardé par lui, semblable à Hadès payer, qui rassemble les justes et les injustes.

.

Un aspect de l'œuvre salvatrice du Christ, selon le symbole des apôtres, devait descendre aux enfers après sa mort pour libérer les âmes des justes attendant la réalisation de la justice divine [cf. Denz. 369, 485, 587], pour les conduire au ciel. plutôt, la valeur des méchants qui n'ont pas accepté Christ, Il a été commuée par Dieu dans la punition la plus sévère de l'Enfer, parce que, comme expliqué dans la Lettre aux Hébreux, s'il mérite déjà la désobéissance de la punition éternelle à la loi de Moïse, il mérite la désobéissance beaucoup plus grave à la loi du Christ [cf. Eb 10,26-29]. Puisque vous voyez la fausseté de l'opinion de ceux qui prétendent que le Dieu de l'Ancien Testament est plus sévère que le Dieu du Nouveau ou même que le Dieu chrétien que la miséricorde et non punir quiconque. Mais peut-être vu le plus sévère du Dieu chrétien du fait qu'il est plus clément. Il convient que doit être puni plus sévèrement ceux qui refusent un plus grand cadeau et désobéit la loi plus facile à remplir, ce qui est la loi de l'Evangile Allégé par la grâce: « Mon joug est facile, mon fardeau léger " [Mt 11,30], même si les travaux sont plus difficiles et nécessite de plus grands sacrifices. Mais l'amour fait léger sacrifice.

.

L'existence des damnés Il a implicitement mais clairement indiqué dans l'article Symbole de la foi dans lequel réciter: «Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts». D'après les paroles du Seigneur est clair que sa venue [cf. Mt 3,12; 25,32; vous 20, 11-15] pas toute l'humanité entrera dans le royaume de Dieu, comme ils croient von Balthasar, Rahner et Teilhard de Chardin, mais seulement les élus ou prédestinés, à-dire ceux qui ont obéi aux saints commandements de Dieu.

.

Le Magistère de l'Eglise, parfaitement en ligne avec l'enseignement biblique, Il dit que tous ne sont pas sauvés [cf. Denz. 623, 624, 1523] mais par toute l'humanité tombe à cause du péché originel, Dieu choisit un « nombre » de « choisi » [Canon romain de masse] ou « prédestinés » [cf. Denz. 621, 1540].

.

La vérité ici à noter est que le salut est l'œuvre de Dieu. Dieu donne à chacun les moyens d'économiser suffisamment, mais pas utiliser tout ce à cause d'eux. Pour cela, ils sont punis à juste titre avec l'enfer. Que l'on utilise des moyens de salut, est un acte surnaturel causé par la grâce. Cet acte est un acte de la libre grâce, si digne du Paradis. donc, comme le Concile de Trente dit [cf. Denz. 1548], nos mêmes mérites surnaturels, avec qui - avec tout le respect dû à Luther - nous gagnons le Paradis, sont des dons de sa grâce.

.

Le fait est que Dieu, plus que le fait que tout le choisir, Nous veillons à ce que nous faisons tous notre choix, Il devrait également être contre lui. Il veut que nous choisissions librement, pas que nous adressons à lui déterministe, pour le droit physique, comment les animaux, plantes et pierres. donc, afin de respecter notre choix, Il accepte même de mettre en jeu lui-même, acceptant également être rejeté. Mais ce qu'il veut encore est que tout le monde fait son choix. Si l'on refuse Lo, Il ne nécessite pas de l'accueillir, cependant, il faut attendre les inévitables conséquences logiques, que même Dieu ne peut éviter, parce qu'ils impliqueraient contradiction, étant donné qu'il n'y a pas de contradiction entre la vie et la mort. Il ne peut en effet continuer à vivre ceux qui choisissent la mort. Mais ces conséquences sont précisément l'enfer. maintenant l'enfer, comme le Livre de l'Apocalypse dit, Il est la « seconde mort » [vous 20,14]. Et la mort et la vie ne peuvent pas coexister simultanément dans le même sujet, parce qu'ils sont mutuellement exclusifs. naturellement, la vie qui échoue dans les damnés, Il n'est pas sa vie naturelle, mais la vie de la grâce, qui, en tout état de cause avait été absent au moment de la mort. Damnés ne sera pas effacé, comme on le croit à tort Schillebeeckx [3]. leurs âmes, étant essence immortelle, continuer à vivre pour toujours, et aussi ils reprennent leur corps au moment de la résurrection finale. L'article du symbole de la foi qui se lit: «Je crois que la résurrection des morts« De toute évidence, il se réfère non seulement aux âmes bénies, mais aussi à ceux damnés [cf. Gv 5,29].

.

Un fait comme digne d'une grande attention, car il manifeste clairement la bonté de Dieu. en fait, avec le péché, l'humanité a connu la mort, où il réside dans le fait que l'âme reste seul sans son corps. Sennonché, à ce sujet, Il faut dire que même les damnés sont intervenus miséricorde et la justice divine: le premier, qu'il a eu pitié de séparé, pour lequel reconstitue son corps, et de la justice, par lequel Dieu, Justice rend hommage à l'œuvre rédemptrice du Christ, qu'il a mérité la résurrection du corps, même à des damnés.

.

L'idée de la destruction des damnés Il pourrait être suggéré par l'image de la Géhenne, utilisé par le Christ pour faire allusion à l'enfer. en fait, comme il est connu, il était un endroit près de Jérusalem, où les déchets ont été brûlés. Aujourd'hui, nous dirions un incinérateur, comme nous l'avons dans nos villes. Ce fut un lieu maudit, il se rappela les sacrifices humains horribles en pratique idolâtre à l'époque par le roi Achaz et Manassé. Certes, le Christ, avec l'image de l'enfer, Il n'a pas l'intention de faire allusion à une destruction des damnés, mais la peine du feu.

.

Selon l'Ecriture l'enfer, il est en fait une partie essentielle de la création, mais il est pas nécessairement, viens, le reste, Je donnai, Il ne pouvait aussi créer quoi que ce soit. Je donnai, s'il voulait, Il pourrait créer un monde heureux sans l'enfer. Il pourrait créer parfaitement des hommes et des anges et des saints, tel que revendiqué par les bonnes âmes et les maçons. Le mal serait loin du monde ou, s'il y avait, Il pourrait être complètement annulée.

.

La question se pose alors: pourquoi Dieu at-il permis l'existence du mal et donc damnés? Était-ce pas mieux si vous avez créé un monde maintenant et pour toujours heureux, plutôt que d'apporter le bonheur à certains, et après une série de mésaventures et aventures risquées, souffrances, tragédie, les aberrations et les chutes, le long des millénaires et des millénaires d'histoire marquées par des échecs, catastrophes, injustice, les guerres et les horreurs de toutes sortes?

.

Nous pourrions avoir une contre-question: Peut-être que nous croyons être plus sage que Dieu Lui donner des conseils, pour corriger ou améliorer ses œuvres? Si alors Dieu, Quelle est la sagesse, bonté, providence, justice, omnipotence et infinie miséricorde, Il a permis et permet tout, il doit y avoir une bonne raison et sage qui nous échappe, il est donc sage d'accepter sereinement et en toute confiance ce qu'il a et permet, sans aucun doute ou pour nous corriger ou pour nous faire expier, et toujours pour notre bien, bien que ce ne soit pas toujours clair, mettre en pratique ce qu'il nous ordonne de faire pour nous délivrer du mal, en gardant à l'esprit que la méchanceté des hommes et des démons sont responsables des seuls auteurs, et de montrer où ils finissent ceux qui désobéir.

.

donc, comme l'a raconté dans l'Écriture, les choses ne sont pas passées aussi bien que quiconque aurait préféré qu'ils vont. En fait l'humanité, bien créé par Dieu, délibérément il a péché et a été puni. Mais Dieu a eu pitié et a envoyé son Fils comme Sauveur. Si tout le monde avait obéi à Christ, toute l'humanité serait sauvée. Or, il arrive que certains obéissez l'Evangile, tandis que d'autres ne respectent pas. Ceux-ci sont les damnés de l'Enfer.

.

Est-ce alors dire que Dieu a planifié l'histoire du monde, de sorte qu'une partie du mal du monde reste toujours - et c'est l'enfer -, tandis qu'une partie est enlevée dans l'humanité que vous enregistrez - et c'est le paradis -. On peut se demander pourquoi Dieu n'a pas éliminé le mal de partout dans l'univers et le laisse survivre dans l'enfer. Nous répondons en disant, d'abord, que la malice des damnés - hommes et démons - mais il peut être tentant pour les vivants, ne porte pas préjudice bienheureux dans le ciel et les âmes du purgatoire. en second lieu, la malice des damnés n'aggrave pas leurs fautes, car ils peuvent ne méritent plus, mais le mal que je fais est simple effet des péchés commis dans la vie. en troisième lieu, Je donnai, permettant l'existence continue des personnes mal en enfer, Il montre qu'il les a gagnés par les enfermer dans la prison infernale, où ils détestent la guerre des autres et les uns contre les autres salaires. quatrième, on se rend compte de la volonté de Dieu pour garder hors de la créature esprit s'opposer lui aussi. cinquième, Je donnai, dans sa providence et de générosité, il gouverne aussi la ville infernale, malgré l'ingratitude et la haine que ses habitants montrent contre lui. Et ici Dieu, comme saint Thomas d'Aquin, exercer une certaine miséricorde, pourquoi ne pas les punir autant qu'ils méritent.

.

En ce qui concerne les peines de l'enfer, celle dont Christ nous fait certain est la peine du feu. On peut certainement penser aux tourments infligés par des démons et damnés par d'autres. Cependant, même il n'y a pas besoin d'exagérer, comme peut-être il arrive dans certaines révélations privées. Dieu est sévère, mais pas cruelle. sûrement, l'Inferno, en lui-même, il est effrayant. Mais la pensée du sens de l'Enfer ne peur; Au contraire, il est en bonne santé, ainsi que du fait de craindre un précipice, en soi effrayant, dans lequel, précisément parce que effrayant, nous ne voulons pas tomber et ne veulent pas faire quoi que ce soit qui pourrait nous entraîner dans ce. En effet, il est utile de savoir que, si nous ne gardons pas loin, nous pouvons tomber dans ce. Alors qu'il serait folie de croire que si nous nous y jeter rien ne se passera, comme celui qui croit qu'il peut pécher en toute impunité.

.

l'Eglise, dans le quatrième concile du Latran 1215 Il a décrit l'existence de l'enfer pour les anges rebelles [cf. Denz. 800], basé sur certains passages bibliques [cf. Gd 6 e vous 20,10] et les paroles du Seigneur, où il a dit que l'enfer - le « feu éternel » - est « préparé pour le diable et ses anges » [Mt 25,41]. Il est donc nécessaire de bien distinguer, Hells enfer. enfers, comme nous l'avons vu, est le lieu de la peine après la mort des âmes avant l'œuvre rédemptrice du Christ. enfer, plutôt, comme la maison des démons, Il existe à partir du moment de leur chute, au début de la création, avant même la création de l'homme, de sorte que le serpent qui tente nos premiers parents, Satan est évidemment [cf. vous 20,2], est passé de l'enfer et donc, avec la permission divine, même entré dans l'Eden.

.

Le crudelismo est l'autre face de buonismo

.

Sandro Botticelli, en particulier de La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

Sur le sujet de l'Enfer doit garder à l'esprit deux idées fausses et l'action morale face, qui conduisent à une falsification de la justice divine et la contrefaçon ou la négation de la doctrine de l'Enfer. la première, maintenant ouvertement et largement vantée comme « charité » et la perfection chrétienne; la seconde, caché sous le premier: gooders et crudelismo. Ils conduisent à deux conceptions opposées l'enfer même erronée. La première suppose la foi en Dieu babbeo, humeur et lourdaud, qui ne se rend pas compte de l'existence des méchants, où cette conception, il nie l'existence, au nom d'un faux concept de la bonté de Dieu, en faisant valoir que tous les, au fond, ils sont bons, donc tout le monde est sauvé. la deuxième, plutôt, au nom d'un faux concept de la liberté, la puissance et la souveraineté divine, Il conçoit un ressort Dieu, despotique et le mal, cette phrase le caprice innocent, puis un double prédestination: certains au Paradis, autre enfer, quelles que soient leurs œuvres. Il est une conception horrible origine manichéenne, une vraie déception du diable; cette conception, présent dans Luther et Calvin, reprend la conception déjà vouée à l'Godescalco, Monaco du IXe siècle. [cf. Denz. 621]. Selon cette théorie, les hommes célibataires ne possèdent pas un vrai droit de choisir leur destin, à-dire que ce soit pour Dieu ou contre Dieu, ils ne savent pas la raison de leur destination éternelle, qui ne sont pas conditionnés par leurs œuvres, comme cela est clairement les Écritures enseignent [cf. Dt 11,26; Mt 19,17], mais cela dépend exclusivement par un plaisir divin, qui se réserve pour récompenser ceux qui font le mal et pour punir ceux qui font du bien. De toute évidence, il est ici nécessaire pour éviter pélagianisme, qui croit que le début du salut à venir nous, mais le don gratuit serait un soulagement et une prime supplémentaire après pour terminer les travaux. Il est clair que ce n'est pas: est la grâce qui nous précède et déplace nos cœurs à la conversion; et encore, une fois que nous avons reçu la grâce, nous ne sauvons, si nous ne faisons pas de bonnes œuvres, évidemment fait dans la grâce.

.

Il faut ajouter que ce que l'homme considère bon ou mauvais - ce sera également inclus dans Luther - en crudelismo ne coïncide pas avec le jugement de Dieu, parce que Dieu ne juge pas un homme sur la base d'une loi naturelle, créé par lui et connaissable par l'homme, le respect dont l'homme doit répondre à Dieu, mais les juges contrairement à ce savoir. Sous prétexte de « la foi », les commandements divins ne sont pas raisonnables, mais irrationnelle. Ainsi, un Dieu contraire à la raison. De cette façon,, un Dieu inhumain, s'il est vrai que la raison est la dignité de l'homme.

.

pour gooders, qui ne reconnaît pas les conséquences du péché originel, l'homme est bon et agit toujours bon; pour la deuxième, exagérant ces conséquences, Il est radicalement mauvais et agit toujours mauvais. Il convient de noter, toutefois, que, comme il peut sembler étrange, voire impossible,, compte tenu de l'opposition radicale entre les deux conceptions, en réalité, ils se réfèrent les uns aux autres et sont chacun une image miroir de l'autre. Ce sont les deux faces du même mécanisme pervers, En dépit du contraire apparence légère.

.

Ce faisant bon ou tendresse - douceur - [4], en fait, qui est une miséricorde fausse et vantée, Il va trop loin en lâchant, à accorder ou à laisser, pour lesquels il n'y a pas de justice; en cruauté ou la dureté - férocité -, plutôt, qui est une fausse justice, il exagère la gravité et sens des personnes, sous le couvert de « cas particuliers ». Mais le faux doux, à-dire doux ou flaccidité facilement perfore le disque et vice versa, elle ne repose pas sur la vérité, mais sa volonté bizarre et volage; donc il ne dispose pas d'une mesure entreprise ou un critère objectif dans aucun cas, pour lequel il agit sur un coup de tête que l'humeur, l'intérêt, les impératifs de caprices ou de la passion. si, lorsque le ressort veut être sévère et lutter contre le mal, Il devient difficile; quand il veut être miséricordieux, devient douce. Il attaque les rendements faibles et forts à. Céder et est flexible, quand il doit rester ferme et inébranlables; il est difficile quand il doit être souple. En effet, ne résiste pas toujours sur le principe objectif de la justice et de la miséricorde, dont il est le même: le droit et le mal de l'autre. Si cela me permet de mal, Il tombe dans la douceur et a gooders; si vous piétiner le droit, Il tombe dans les cruautés. Ainsi, il profite à ceux qui ne ont pas besoin et punit ceux qui ne le méritent pas. De cette façon,, gooders nient l'existence de l'enfer; mais, quand ils sautent le coup de tête ou les squames soi-disant haut, si quoi que ce soit parce que quelqu'un leur donne de l'ombre ou parce qu'ils sont réprimandés par droit ou veulent en aucune façon à l'emporter sur quelqu'un ou ils l'envie, ici est que malgré la miséricorde deviennent des bêtes féroces comme.

.

Dans la vision bonne, aussi, échoue l'aspect concurrentiel de la vie chrétienne et ascétique. Si tous sont bons, il ne faut pas se battre ou juger quelqu'un, mais nous devons répondre à tous, rencontrer tout le monde et de donner raison à tous. Il y a plus de se battre contre le monde, mais seulement par le dialogue avec elle. Et ainsi, l'Église elle-même, Il devient un simple instrument de collaboration avec le monde.

.

Pour le bien-être, la vision apocalyptique d'une Église militante, assiégée par le monde est une fable fondamentaliste déballés et médiévale. Mais l'hypocrisie de ces belles paroles se révèle dans leur réaction violente par laquelle le même bien-être, qui est en fait une brute, assaille ceux qui démasque l'hypocrisie de son discours et a dénoncé l'incohérence de sa conduite. Pour le bien-être l'enfer n'existe pas parce qu'il croit sauvé et promet le salut à ceux qui pensent comme lui, mais il serait en mesure de créer un enfer sur terre pour emprisonner ceux qui sent que Dieu le punir pour sa miséricorde et faire semblant sa cruauté réelle.

.

Le buonismo se trouve au fond d'une conception hypocrite que, donnant à comprendre qu'elle veut chanter la miséricorde divine et de proclamer le devoir de miséricorde envers le prochain, Il a pour but caché, sordide et mesquin, de cacher sous cette fausse bonté ou une conception minimaliste, teilhardiana, du péché, ou une conception relativiste, rahneriana de Kasperi, avec le désir de péchant librement sans être puni, comme, comme le Père Raniero Cantalamessa dit, « Dieu ne punit pas ». Ou pour le dire d'une autre façon: le bien-être pensent toujours qu'ils peuvent se.

.

Il est clair que ces discours insensés toutes les douleurs de la vie deviennent inexplicables et insensée ou « naturelle », à moins que Dieu lui donner un « mauvais » ou une sorte de « mauvais ». Par conséquent le résultat que vous perdez de vue de la valeur de la souffrance et, par conséquent expiations vous ne pouvez pas la valeur de sacrifice de la messe. Dans la pratique, vous perdez de vue de la Croix du Christ comme un moyen de salut. ce qui reste? Il reste une vision de l'histoire sacrée de buonistica, quel, dans les temps anciens, comme on le sait, Il était Origène, qui ne comprenait pas le sens de la punition éternelle et échangé la condition de l'esprit créé l'être humain et angélique dans le monde ultra-mondain de l'éternité en devenant de ce monde, où la volonté créée est comprise entre oui et non. En effet,, ne pas avoir compris que le choix au-delà du libre arbitre par rapport à Dieu est fixé pour toujours, dans le bonheur comme condamnation, il ne comprenait pas ou ne voulait pas accepter - sans doute séduit par un monisme gnostique - autre qu'une punition temporaire, culminant dans le pardon du péché, qu'il croyait aux démons et âmes damnées, sans se rendre compte que, si temporaire, il est envisageable que le voyage terrestre de l'homme dans la conversion, il est tout à fait impossible, selon l'Ecriture, pour les démons et les âmes damnées. Origène, Bien qu'un grand étudiant de l'Écriture, peut-être sous l'influence de la gnose salariale, il y avait une idée de l'histoire sacrée qui ne correspond pas à la Bible. En effet, il a cru que le plan divin sauver entraîné l'annulation de tous les maux, par lequel, tout en acceptant l'existence des damnés, les hommes et les anges, croit que la « récapitulation de toutes choses » [si 1,10], dont parle saint Paul, entraîné la restauration parfaite de toutes choses en harmonie avec Dieu, aucun conflit avec lui, conséquence du péché et, donc, après un processus de réconciliation, recompositions dans l'unité pacifique et harmonieuse de toutes choses en Dieu, qui évidemment elle excluait la réalité de l'enfer.

.

Il convient de noter, toutefois, le cas du purgatoire, ce qui implique une punition temporaire après la mort. Cette pénalité ne dépend toutefois du choix final de l'âme par rapport à Dieu, comme dans le cas de l'Enfer, dans lequel l'âme a choisirai contre Dieu et cela implique nécessairement la punition éternelle. Au contraire, dans le cas du purgatoire l'âme a choisi définitivement pour Dieu et pourtant est en proie à une pénalité, bien que temporaire. pourquoi? Parce que l'Eglise nous enseigne que l'âme, mais il est pardonné par Dieu, et par conséquent la grâce, Il doit purifier les reliques des péchés véniels commis dans la vie et pas assez expié.

.

Une mauvaise conception de Dieu

.

Sandro Botticelli, en particulier de La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

Ces vues ont un fond panthéiste pour lequel il n'est pas Dieu, distinct du monde où il y a le mal, est en soi tout à fait innocent du mal du monde; Il est pas que vous aimez bien et le mal détestez; ou fait le bien et éviter le péché, non. plutôt, puisque Dieu est identifié avec le monde, puis en Dieu, il est bien et le mal, La bonne action et la mauvaise action, l'amour et la haine. Dieu est la cause du bien et du mal, bien la justice que du péché humain. Comme Luther dit: « Dieu a été si à cause du péché de David, Comme la conversion de Paul ».

.

sûrement, le Dieu de Luther, Il est toujours le Dieu de la Bible transcendant le monde qu'il a créé; mais il est un Dieu lié au monde, car il agit de manière banale, despotique. il, un coup de tête, Il prend donc le salut que la perdition, parce que, comme il est connu, Luther nie le libre arbitre et le mérite, que l'homme n'a pas librement atteint un destin ou but ultime de son choix et méritait les œuvres - ciel ou l'enfer -, mais il est déplacé de manière irrationnelle et nécessairement, « Prédestinés » par Dieu vers ce destin, salut ou la perdition qu'il, injuste dans sa volonté insondable, Il a fixé pour chaque éternité, quels que soient les œuvres de l'homme que le reste, à Luther, après le péché originel est tout mauvais. mais Dieu, en vertu de sa miséricorde, il les considère comme bon pour ceux qui ont la foi. De cette façon, le croyant est juste et pécheur. Mais cela signifie que, à la racine de ce, Dieu lui-même est juste et pécheur.

.

Luther, cependant, même admettre l'existence des damnés. Selon lui, les papes vont en enfer. Mais ses partisans du XIXe siècle. Ils commencent à accentuer la immanentisme luthérienne, jusqu'à la transformer en panthéisme, avec le résultat que, En attendant l'identification de l'humanité avec Dieu, il est clair que ne fera pas de sens de parler de damnés dans un monde en dehors de Dieu, à savoir l'enfer; mais l'humanité tout entière est bonne et sauve tout comme identifié avec Dieu, infinie bonté. mais, toujours le fait que le monde est identifié avec Dieu et dans le monde il y a les méchants, voici que l'enfer réapparaît cette fois-ci pas de Dieu, mais dans la même essence divine.

.

Le concept de l'Enfer Von Balthasar Il semble être sur cette ligne [5]. Le ciel et l'enfer sont en Dieu elidendosi les uns des autres: L'enfer est vidé du Paradis, mais à l'inverse Paradis vit en Dieu avec l'enfer. Il est l'opposition dialectique du bien et du mal en Dieu, qui avait déjà paru au XVIIe siècle, avec Jakob Böhme. [6]. Il prétend au total emphatique paradoxe Dieu luthérienne juste une fois et pécheur.

.

Tous sont en sécurité en Dieu et tous sont pécheurs. Il est ce qui réapparaît dans Rahner dans sa théorie des chrétiens anonymes, de sorte que tous, consciemment ou inconsciemment, Ils ont la grâce et tout le monde est sauvé. Au Paradis, Saint-Joseph et Notre-Dame, Saints Pierre et Paul, Saints François et Dominique sont bons et la bonne compagnie à côté Nerone, Caligula, Nietzsche, Hitler, Lénine et Staline, sincèrement repenti, comme chrétiens anonymes ...!

.

Quant à Juda, il ne fait aucun doute que les paroles du Christ sur lui suggèrent qu'il a perdu; à moins que Jésus avec ces mots ne sont pas l'intention de nous donner un avertissement sévère de ne pas suivre son exemple, alors que nous ne pouvons pas exclure que, quel que dall'insano acte de tuer, Il a fait un geste suprême - un instant - de la repentance et le pardon le moment de la mort.

.

Pas une définition dogmatique est nécessaire au sujet de l'enfer

.

Sandro Botticelli, en particulier de La carte Inferno, inspiré par l'œuvre de Dante Alighieri

En ce qui concerne la proposition de demander au pape de dogmatiser l'existence des damnés, il ne semble pas nécessaire ou approprié. L'Eglise dogmatizza quand la Parole du Christ est contesté par les hérétiques ou non clairs et certains, mais il est de donner une certitude pour contrer le déni des enseignements tirés des magistères passées ou approuver et confirmer les traditions pieuses ou interprétations, déductions ou des éclaircissements sur le contenu de la foi, ou accepter ou de rejeter des opinions théologiques discutées, ou de préciser si un argument donné ou proposition est ou non de la foi.

.

Rappelons par exemple les définitions dogmatiques du péché originel, ou les sept sacrements, ou l'Immaculée Conception de Marie et son Assomption dans le ciel, ou la nature de la dualité et de la volonté dans le Christ, l'unité de la personne divine et le mystère de la transsubstantiation de l'Eucharistie ou l'infaillibilité papale. Mais s'il y a des paroles du Seigneur, répété dans différents tons, moyens et opportunités, et cette étincelle pour plus de clarté, ils sont précisément ceux qui se réfèrent à l'enfer damnés. D'eux, nous voyons comment le Christ se souciait de ces mots, les prévisions et les avertissements. Pour cette raison, il est nécessaire que le pape dogmatizzi. Si jamais vous réfutez juste aveugles, malhonnête et stupide que, après 2000 années d'acceptation paisible et sain de ces paroles divines, maintenant, avec audace sans précédent, oser espungerle de l'Evangile, avec sa propre méthode des hérétiques, Au lieu de prendre fidèlement tout ce que le Christ a dit, Ils prennent de ses paroles que ce qu'ils aiment.

.

maintenant, il faut rappeler que le dogme est une proposition infailliblement formulée par l'Eglise comme une interprétation ou une explication des paroles du Seigneur qui ne se trouvent pas en tant que telle dans l'Evangile. Pour ce dogme est pas vraiment la doctrine du Christ, mais il est la doctrine de l'Eglise, mais reflète fidèlement la pensée du Seigneur. Mais son autorité, si les engagements foi divine, Il est bien inférieur à celui des mots explicites du Christ, bien que l'Evangile est pas toujours les crédits reportés mots ipsississima. pour ce, nom et prénom, Le cardinal Walter Kasper intitulé l'un de ses livres Le dogme de la Parole de Dieu, même si le dogme, comme la Parole de Dieu est des vérités immuables de la foi, tout autre chose de l'idée fausse et évolutionnistes historiciste, qui ont plutôt les modernistes d'hier et d'aujourd'hui.

.

Varazze, 2 avril 2018 - lundi de Pâques

.

.

____________________________

REMARQUE

[1] Cf. mon livre L'enfer existe. La vérité niée,Faith questions&culture, Vérone 2010, chapitre VII.

[2] Summa Theologiae, suppl., q.94, a.3.

[3] Cf humanité. L'histoire de Dieu, Queriniana, Brescia 1992, pp.180, 181, 183.

[4] Ils sont ceux qui appelle Paul malakoi, qui pourrait aussi se traduire par « efféminé », Si ce n'est pas offensant pour la femme. C « est un vice très répandu aujourd'hui, même parmi les évêques, en prenant l'air d'être des mythes, gâteaux, bienfaisance et inclusive, mais ils sont en fait les ailettes, poltrons, les opportunistes et Don Abbondio, qui cache le poignard dans la poche. la malakos il est aussi communément appelé « calabraghe ».

[5] Voir mon analyse L'enfer existe. La vérité niée, Faith questions&culture, Vérone 2010, pp.54-70.

[6] Flavio Cuniberto Cf, Boehme, Morcelliana, Brescia 2000; Franz Hartmann, Le monde magique de Jakob Boehme, Edictions Mediterranee, Roma 2005.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
Ils étaient IT 08 J 02008 32974 001436620930
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

DISPONIBLE LE LIVRE DE MASSE DE L'ÎLE DE PATMOS, QUI

.

.

.

.

.

 

avatar

À propos de isoladipatmos

2 réflexions sur "L'enfer existe et n'a jamais été abolie, parce que même moderniste et gooders peuvent abolir la libre volonté donnée par Dieu à l'homme

  1. Un bon exemple de la bien-phénoménologie a été donnée par les révolutionnaires français, et les mères porteuses qui les ont suivis sur la même route. ils, pseudo-prophètes de mémoire apocalyptique, Ils ont fondé une sorte de droits de l'homme pseudo-religieux s'incliner devant un pseudo-dieu nommé suprême. Ils ont proclamé la fraternité universelle, la solidarité et l'égalité de l'humanité. Mais qui ne sont pas conformes au nouveau cours a été considéré ni bon ni mauvais. Tout simplement il a été mis hors de la famille humaine. En tant que tel il était pas un homme plus. Et en tant que telle pourrait être liquidée. Ou pour le mettre Scalfari: annulé.

    Le pape Francis a déclenché un processus révolutionnaire qui est étranger à la nature, la vérité, l'esprit et le but de l'Eglise catholique. Mais comment peut procéder, ce processus ne peut jamais être remplie. Déjà un sentiment terne d'impatience est de plus en plus dans le Parti révolutionnaire, qui sera susceptible de le considérer comme un échec ou un traître [Par ailleurs dire que l'objectif de notre fraction locale du Parti révolutionnaire pour fonder la misérable Église catholique Italie-né-de-Résistance avec tout son ridicule gaspillage idéologique]. Pour hétérogenèse se termine, je sais que l'ouverture théâtrale au monde de Francesco se terminera un jour à l'enfermer aigri et crénelé dans les trois chambres de sa demeure actuelle. Le sens de tout? Peut-être un processus involontaire révolutionnaire conduira à une grande clarification involontaire, Il naît de la force intérieure et des choses vraies. Un vaccin, en bref.

    J'ai commencé à jeter un regard dans les desseins de la Providence - la pratique séduisante mais risquée en termes chiffres désolé - et je suis venu avec autre chose, comme corollaire de ce qui précède. Et c'est que peut-être Dieu vit que la maladie était trop avancée et la bulle a été gravé. Et le Souverain Pontife François avec son imprudence a fait cet enregistrement avec une efficacité que même pas un aigle placé sur la chaire de Pierre pourrait correspondre, puisque dans ce cas, les ennemis de l'Eglise étaient en alerte. Il est sorti toute la pourriture, et non pas seulement le triomphe des révolutionnaires et étendu; mais peut-être maintenant les tissus internes commencent à respirer et de guérir. Il n'a pas été son prédécesseur pour parler de la saleté dans l'Église et vaguement voir à l'avenir une église plus petite et purifiée, pas tant de le rester, mais pour guérir leurs fondations?
    assez, Je vais me taire maintenant.

  2. Je crois que notre façon de penser est faussée par le fait que ceux qui légifère, qui juge et punit ceux qui ne sont pas la même personne, tandis que la Parole de Dieu est la loi efficace et voiture sanctionnant à partir du moment où il est “cette”: Peut-être que vous ne pouvez pas observer les lois de la physique sans en subir les conséquences?

    L'homme, cependant,, avec le péché originel, Il a choisi de défier la loi de l'amour que Dieu a inscrit dans nos esprits et a payé les conséquences logiques; mais Dieu, “amoureux” homme fou, Il fait pas de conséquences inévitables de ce refus de les prendre sur lui-même et le caractère inévitable annichilendone: le Fils accroché “patibolum” Il a signifié que le pôle qui a bloqué la porte pour nous d'entrer dans la maison a été retiré du Père…

    E’ scientifiquement prouvé que la loi de l'amour est biologiquement inscrit dans chaque être humain, croyant que non, et tout défaut de se conformer à cette loi divine, tout péché, aussi a des conséquences, le cerveau, un impact sur la première physique puis, en son temps, aboutir à une fin tragique: Mais si l'homme “abri” dans le Fils, ces effets pour d'autres créatures seraient fatales, fatale fatale pour les humains ne sont pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.