Le pape fede: “Une fois réformé, confirmant les frères dans la foi”

LA FOI DU PAPE: « Je me suis tourné à nouveau, CONFIRMER LES FRÈRES DANS LA FOI "

.

Le Saint-Père peut utiliser par inadvertance des expressions équivoques ou des mots d'esprit ou des phrases avec effet, qui peuvent être mal compris et exploités par les ennemis de l'Église ou par de faux amis; il peut faire des blagues malheureuses, il peut louer des personnalités politiques ou ecclésiastiques qui ne le méritent pas, il peut minimiser le problème de l'islam, cela peut être trop dur pour les traditionalistes, trop indulgent envers les protestants, toutes choses qui n'affectent pas sa responsabilité en tant qu'enseignant de la foi. Cela peut aussi en faire trop, avec le risque accru de commettre gaffe ou que des phrases impulsives lui échappent.

.

.

Auteur John Cavalcoli OP
auteur
Giovanni Cavalcoli OP

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

Au saint père

«Satan vous a cherché pour vous tamiser comme le blé; mais j'ai prié pour toi, que votre foi ne défaille; et votre, retournèrent, conferma i tuoi fratelli » [Lc 22, 31-32]

.

.

.

Francesco dans le fauteuil 2
Le Souverain Pontife François sur la chaire de l'évêque de Rome dans la Basilique Papale de San Giovanni in Laterano

La foi que Dieu donne au Pape est un don du Saint-Esprit, que, parmi tous les fidèles, Dieu lui accorde seulement, c'est-à-dire dans toute la mesure du possible, pureté et force réalisables par un chrétien; c'est la foi d'une luminosité, la solidité et la fécondité ont excellé, au-dessus de la foi de tous les autres fidèles; c'est une foi qui ressemble à la pierre angulaire d'un bâtiment, qui supporte toutes les autres pierres, c'est-à-dire la foi de tous les autres fidèles.

.

En ce sens, le Christ confie à Pierre la tâche d'être "rock", sur lequel il bâtit son Église. La foi de Pierre est le promoteur et le modérateur suprême de l'unité et de l'universalité de la foi de tout le peuple de Dieu, dans la variété et la multiplicité des différentes manières de penser, pour exprimer et communiquer la foi. Si la foi de Pierre échoue, l'Église s'effondrerait. pour ce, tous les ennemis de l'Église, de l'extrême gauche à l'extrême droite, des athées aux panthéistes, des gnostiques aux agnostiques, des francs-maçons aux protestants, la première chose qu'ils visent est le renversement de la papauté ou sa réduction à une figure symbolique-représentative, comme le président de la République italienne ou la reine d'Angleterre.

.

pour ce, l'Antéchrist utilise ses meilleures forces en particulier contre le Vicaire du Christ. Tout au long de l'histoire de l'Église, il n'y avait pas d'hérésie plus dommageable pour l'Église et son unité, que celui de Luther, quand, avec une fureur implacable, jusqu'à la fin de sa vie, il a pris le Pape pour l'Antéchrist. Même les schismatiques grecs, qui rejettent également la primauté pétrine, cependant ils considèrent toujours l'évêque de Rome comme "Pape de Rome" et "Primat de l'Occident".

.

Tous les hérétiques, de tout type ou couleur, gonflé de fierté, trompé par le diable et les serviteurs de l'Antéchrist, ils croient et impliquent qu'ils possèdent la vraie foi en Christ, sans ou contre le pape, penser pouvoir le rattraper en matière de foi ou le corriger en matière de foi et donc savoir mieux que lui ce qu'est la vérité de l'Évangile. Mais ils sont trompés et imposteurs, qui corrompent la foi et les coutumes chrétiennes et peuvent également conduire à l'apostasie de la foi elle-même.

.

La foi particulière que le Pape reçoit du Saint-Esprit cela lui permet de mieux voir la vérité de l'Évangile, plus haut et plus profond que tous les autres; c'est une foi qui sait trouver les meilleurs mots pour l'expliquer, l'exprimer et l'enseigner; c'est une foi si forte et robuste qu'elle soutient et corrige la foi de tous les autres fidèles, qui comptent sur cette foi et y trouvent lumière et réconfort, ainsi que la certitude d'être dans la vérité et de suivre la doctrine du Christ; c'est une foi unique dans toute l'Église, pas seulement comme une vertu personnelle, car ici le Pape n'est surpassé que par Abraham pour l'Ancien Testament et par Notre-Dame pour le Nouveau [Lc 1,45], mais aussi dans sa force génératrice et confirmante.

.

Personne ne peut corriger le pape dans sa foi, car il ne peut pas avoir de défauts ou de lacunes, il est intact et ne peut pas tomber dans l'erreur. C'est une foi infaillible et sans faille, de Saint-Pierre au dernier pape de l'histoire, toujours identique à lui-même et jamais changé, avec tout le respect que je dois aux modernistes, parce que c'est un miroir de la Parole du Christ qui ne passe pas. Le Pape est le seul fidèle qui a une telle foi. Tous les autres peuvent se tromper dans la foi. Pas lui. Il peut découvrir les erreurs de tout le monde, corriger tout, mais personne ne peut le corriger. C'est d'une manière très spéciale que «l'homme spirituel», dont saint Paul parle, «Qui juge toutes choses, sans pouvoir être jugé par personne " [I Cor 2,15].

.

C'est le privilège unique de la foi pontificale, devoir être la foi fondatrice, genres, il soutient et répand la foi dans le monde et qu'il garde, confirme et défend la foi du Peuple de Dieu, corriger les erreurs, compatissant et tolérer les faibles et les ignorants, admonestant l'errant et l'arrogant, rappelant les schismatiques, hérétiques et apostats, pardonner à ceux qui se repentent et reviennent à la vérité. naturellement, même ceux qui sont élus Pape, il est venu à la foi comme tout bon catholique, par un chemin parfois laborieux et cahoteux, surmonter les épreuves et les doutes, et répondre aux sollicitations de la grâce, en communion avec l'Église et les papes précédents. précédemment, avant d'être élu Pape, il peut avoir eu des défauts et des incertitudes dans la foi; mais, une fois investi du charisme de Peter, devient ferme et invincible. Le pape peut être testé dans la foi, il peut être sujet aux tentations les plus insidieuses, mais il est protégé par la puissance de l'Esprit. Le pape ne peut jamais pécher volontairement contre la foi, au moins au détriment de l'Église.

.

Le Pape peut avoir une foi cultivée en théologie, comme pour Benoît XVI ou dans la pratique pastorale, comme pour le pape actuel et comme pour saint Pie X. Il l'a peut-être cultivé à la Secrétairerie d'État, comme pour le bienheureux Paul VI et Pie XII ou dans la diplomatie vaticane, comme pour saint Jean XXIII ou comme inquisiteur de la foi, comme pour saint Pie V, ou dans les sciences humaines, comme pour Pie II, ou dans l'enseignement du droit canonique, comme pour certains papes du moyen âge, ou dans la vie monastique, comme pour San Gregorio Magno. de toute façon, un, être élu Pape, il doit se démarquer dans la foi, car la tâche principale du Pape est de confirmant les frères dans la foi. De là vient le berger du troupeau du Christ et le défendant des loups, c'est-à-dire le pouvoir pastoral et gouvernemental (le pouvoir des clés). Et pas tant une foi savante ou cultivée, plutôt une foi pure, soldes, intelligent et communicatif. Pura, c'est-à-dire sans erreur; soldes, c'est-à-dire bien fondé, certain et certifiant; intelligent, c'est-à-dire doté de ce que sainte Catherine de Sienne appelait la «sainte discrétion», la capacité critique de discerner le vrai du faux; communicatif, c'est-à-dire exprimé ou médiatisé par un langage clair, approprié, convient à diverses classes de fidèles.

.

C'est probablement la raison pour laquelle le cardinal Carlo Maria Martini, depuis quarante ans, à chaque mort du pape, il était régulièrement préconisé par la grande presse comme candidat, mais tout aussi régulièrement le collège des cardinaux l'a écarté, car malheureusement Martini, au-delà de sa culture, de sa production littéraire et de ses qualités humaines et pastorales, il possédait une foi incertaine, ambigu et oscillant, semblable à celui qui sert deux maîtres, qui, d'ailleurs, il a lui-même décrit comme une discussion continue, en conscience, entre un croyant et un athée, sans jamais prendre de décision ni pour l'un ni pour l'autre. Le moins que l'on puisse dire de cette foi est qu'elle ne produit certainement pas de martyrs, mais seulement des revers très rusés, comme Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Évêque d'Autun, qui est passé de l'Ancien Régime à la Révolution, de la Révolution au Directoire, du Directoire à Napoléon, de Napoléon à la Restauration, toujours honoré, ouvert à tous et toujours à flot. maintenant, si la confusion et le scandale, qui crée un tel évêque dans un diocèse, ils peuvent en quelque sorte être contenus dans les limites de ce diocèse, nous comprenons comment Dieu ne peut pas tolérer, sauf dans des limites strictes et pour de courtes périodes, que quelque chose comme ça se produit dans l'Église universelle, car en peu de temps cela conduirait à l'effondrement, pendant que dedans, selon la promesse du Christ, les portes de l'enfer ne prévaudront pas sur toi,.

.

Pour cela, nous pouvons dire qu'entre la cohérence de la foi de l'évêque, même si unis avec le pape, et celle du Pape, dans un sens il y a un abîme, tout comme il y a un abîme entre le faillible (la foi de l'évêque) et l'infaillible (la foi du pape), même si le Pape aime aujourd'hui plus que jamais agir collégialement avec les évêques et le collège des évêques comment Petro est sous Petro. Mais le fait est que le pape est infaillible , d'elle-même,, indépendamment des évêques, car c'est le principe et garant de leur infaillibilité. Et l'histoire le prouve. Récemment, la thèse selon laquelle les papes hérétiques existaient a été relancée: Liberius au 4ème siècle, Honorius au 7ème siècle, Pascal II au XIIe siècle, Jean XXII au 14ème siècle [ed. cf. QUI, QUI, QUI, etc..]. Mais l'apologétique a montré depuis longtemps que ce n'étaient pas de vraies hérésies. Ces historiens viennent en fait apporter de l'eau au moulin de personnages discutables très différents, mais tous nient essentiellement l'infaillibilité papale, comme par exemple Luther, Küng e Lefebvre.

.

La vertu de la foi comporte trois éléments: première, déclarations de foi, c'est l'objet de la foi (la foi est), le contenu conceptuel, ce que tu crois, les vérités crues, les articles de foi; deuxième, l'acte de croire (fides qua) e, troisième, la profession ou l'expression orale de la foi, le langage de la foi (La profession de foi). En enseignant la doctrine de la foi, le pape est infaillible, à savoir ne se trompe pas, dit la vérité, non seulement dans les conditions très spéciales établies par le Concile Vatican I, lorsque le Pape définit solennellement un nouveau dogme - ce qui est très rare - mais chaque fois qu'il enseigne officiellement la doctrine de la foi au peuple de Dieu. La dottrina della fede è quel complesso di verità o proposizioni dogmatiche e morali o da credersi per fede divina o per fede ecclesiastica o con ossequio dell’intelligenza, qui sont enseignées par le Christ dans l'Écriture et la Tradition et qui nous sont proposées par l'Église dans son magistère ordinaire ou extraordinaire, simples ou solennels, sous forme definitoire comme de foi ou non definitoire, au plus près de la foi [1].

.

Afin de discerner le niveau d'autorité, le caractère obligatoire et la qualité des enseignements pontificaux, il faut prêter attention aux différents genres, les types, niveaux et formes d'interventions, aujourd'hui plus nombreux et diversifiés que par le passé. Après la proclamation d'un nouveau dogme, ce qui est très rare et conditionné par les circonstances prévues par la loi (Concile Vatican), rester fondamental encyclique; mais ensuite il y a une série de documents de niveau inférieur, comme constitution apostolique, la lettre apostolique, la constitution pastorale, la motu proprio, la rescritto, la bulle, le homélies à la sainte messe, messages pour des occasions spéciales, anniversaires ou événements, discours improvisés, circonstance ou lors d'audiences générales, entretiens avec des journalistes […]

.

.

DIALOGO TRA UN MAESTRO ANZIANO ED UN GIOVANE FILOSOFO-TEOLOGO

.

.

Auteur Jorge A. Facio Lince
auteur
Jorge A. Facio Lince

.

.

.

Cher père et enseignant.

Pendant que je concevais votre article pour le nôtre Île de Patmos, J'ai soulevé des questions qui sont le résultat de ces questions que nous recueillons de plus en plus souvent de nos lecteurs et que pour cette raison je voudrais vous adresser ...

.

ré. Comment le Pape se règle dans sa foi?

.

R. Il n'a que Jésus-Christ au-dessus de lui. Donc ça lui fait appel directement, en tenant compte des papes et du magistère qui l'ont précédé. Si vous n'êtes pas sûr, il demande la lumière au Saint-Esprit. Il prend en compte les besoins des âmes et de l'Église.

.

ré. Qu'est-ce qui le pousse ou peut le pousser à proposer de nouveaux enseignements ou de nouveaux dogmes?

.

R. Concernant les nouveaux enseignements en général, il peut être poussé par ses découvertes personnelles ou ses lectures théologiques ou par des amis théologiens. La proclamation d'un nouveau dogme, plutôt, c'est une chose beaucoup plus exigeante, qui implique toute l'Église. Il peut être justifié ou pour confirmer une nouvelle doctrine, parce que cela semble généralement être de la foi, peut-être pendant longtemps, ou de supprimer certaines erreurs graves répandues sur la matière traitée par le dogme, calculant que cet événement solennel peut grandement profiter à l'Église.

.

ré. Comment et avec quels critères pouvons-nous discerner lorsque le Pape parle comment “maître de la foi” et quand plutôt en tant que simple théologien ou chroniqueur?

.

R. Il faut observer avec attention et compétence la matière traitée et la manière de la traiter. Il est clair qu'il parle en tant qu'enseignant de la foi, quand il traite de vérités de foi déjà connues et surtout s'il nous fait comprendre, de ce qui est exprimé, qu'il s'agit de la vérité de la foi. Dans l'autre cas, il se réfère à des opinions théologiques déjà connues ou aux siennes. Surtout dans ce cas, il ne manque pas de nous le faire savoir avec des expressions appropriées, comme par exemple: "il me semble", "Selon les théologiens", “secondo me”, "Si ça dit", "Je suis d'avis que ..." et autres.

.

ré. Quelle considération doit être accordée à ses opinions, arrêts ou directives, qui n'affectent pas directement la foi, comme la réforme de la curie romaine, le jugement sur la situation actuelle de l'Église, l'interdiction de la communion pour les divorcés et remariés, sa polémique contre le légalisme et le rigorisme, l'insistance constante sur la miséricorde, qui semble laisser d'autres vertus dans l'ombre, encore plus important, l'absence d'avertissements sur l'existence de l'enfer, la dénonciation des injustices dans le monde, son opinion sur certains théologiens, le problème des immigrés, d'écologie, dell’Islam, de l'économie internationale, d'œcuménisme, dialogue avec les non-croyants, de la politique ?

.

R. Dans le cas où la relation avec la vérité de la foi ou de la morale est nécessaire ou logique ou évidente, ces doctrines doivent être acceptées, opinions ou règles presque comme si elles étaient de foi (proche). si, comme dans la plupart des exemples présentés, ce lien manque et ces interventions ne sont tout simplement pas contraires à la foi, alors nous pouvons aussi être en désaccord ou dissocier, mais toujours avec prudence, modestie et respect, assister les.

.

ré. Comment distinguer son langage pastoral de son langage doctrinal ?

.

R. Cela dépend du contenu. S'il indique les devoirs du pasteur ou donne un nom à des normes pratiques ou des jugements sur la conduite d'individus ou de groupes, c'est pastoral; si, au contraire, il enseigne le dogme ou la vérité de la foi ou les principes de la morale ou les mystères de la foi, c'est doctrinal. Mais les contenus doctrinaux ou dogmatiques peuvent aussi s'exprimer dans un style pastoral, c'est-à-dire pas sous une forme scientifique ou scolaire, mais adapté à la compréhension commune des gens.

.

ré. Comment distinguer ses enseignements moraux (enseignement ) des juridiques (le pouvoir des clés ) ?

.

R. Il faut vérifier respectivement si les contenus sont connectés directement ou du moins nécessairement, universellement ou déductivement ou à la loi naturelle ou à la loi divine, – et ce sont les enseignements moraux - ou si, en s'appuyant sur ces lois, ils sont une application contingente, particulier et modifiable, sensible à différentes modalités (lois ecclésiastiques) - et ce sont les enseignements juridiques. par exemple, les enseignements sur la dignité du mariage et de la famille sont des normes morales; plutôt, les normes relatives aux divorcés remariés ou à ceux qui appartiennent à la Fraternité Saint Pie X ou à la franc-maçonnerie ou à la mafia sont des dispositions légales.

.

ré. Le Pape a besoin de collaborateurs ou de conseillers dans l'exercice et l'enseignement de la foi?

.

R. sûrement, compte tenu de ses limites humaines et de la gravité et de l'immensité de la tâche qui nous attend d'illuminer et de gouverner toute l'Église. sûrement, il enseigne la foi et gouverne avec les cardinaux et les évêques. Mais à la fin, c'est à lui de veiller sur la foi des cardinaux et des évêques eux-mêmes, aidé par les collaborateurs de la Curie romaine et par tous ceux, qu'il veut utiliser, même si sans fonctions officielles. Parmi ces collaborateurs institutionnels depuis des siècles, on retrouve les dominicains et les jésuites au premier plan, chevaliers de la foi, affilié aux ordres du Saint-Père; i primi, dédié à montrer le vérité de la foi; les secondes, pour montrer le Puissance de la foi. Le pape est certain serviteurs de Dieu, mais aussi et pour cette raison même évêque des évêques. Il est certainement un évêque parmi les évêques et auprès des évêques, mais il ne se laisse pas emporter par les évêques. Ambition, comme au temps des pharisiens de l'Évangile, sous le voile du zèle pour l'Église, c'est la ruine de ceux qui veulent monter aux ordres sacrés. Même si le Pape était élu par le collège des cardinaux, ce n'est évidemment qu'une simple désignation au bureau Petrine, bien que cet acte des cardinaux soit supposé, normalement, considéré par l'estime de la vertu de foi présente chez les élus. Mais en ce qui concerne l'exercice de la foi, c'est le Pape qui nomme et appelle ces candidats à ses côtés comme évêques, nei quali verifica in primo luogo l’autenticità e l’eccellenza della fede [2], avoir le droit de supprimer, si c'est le cas, de communion avec lui et donc avec l'Église, qui devrait échouer dans la foi. Il appartient donc au Pape de confirmer le collège épiscopal et les évêques individuels dans la foi, et en ce sens, il peut leur répéter les paroles du Christ: «Tu ne m'as pas choisi, mais je t'ai choisi " [Gv 15,16].

.

ré. Que penser de l’absence d’intervention du Pape contre les doctrines hérétiques ?

.

R. Le Pape utilise très rarement le terme «hérésie», mais il ne manque pas de signaler les erreurs, qui peut être définie comme des «hérésies», comme l'athéisme, ce gnosticisme, idéalisme, panthéisme, matérialisme, haine religieuse, fondamentalisme, corruption morale et politique, arrogance envers les autres et la nature.

.

ré. Le Pape peut se tromper dans certains de ses discours ou documents officiels ?

.

R. Il peut involontairement utiliser des expressions ou des blagues équivoques ou des phrases accrocheuses, qui peuvent être mal compris et exploités par les ennemis de l'Église ou par de faux amis; il peut faire des blagues malheureuses, il peut louer des personnalités politiques ou ecclésiastiques qui ne le méritent pas, il peut minimiser le problème de l'islam, cela peut être trop dur pour les traditionalistes, trop indulgent envers les protestants, toutes choses qui n'affectent pas sa responsabilité en tant qu'enseignant de la foi. Cela peut aussi en faire trop, avec le risque accru de commettre gaffe ou que des phrases impulsives lui échappent.

.

ré. Le Pape peut se tromper dans le choix de ses collaborateurs dans le domaine de la garde et de la défense de la foi ?

.

R. sûrement, mais nous devons être prudents pour juger et bien informés. Les fanfarons sont ceux qui jouent de la trompette, ils causent des ennuis au pape et avertissent les téléviseurs lorsqu'ils se mouchent le nez. Ils sont naturellement les plus recherchés par la presse mondaine et moderniste, tandis que les vrais collaborateurs travaillent fidèlement dans la modestie et le silence, comme le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État, et le cardinal Gerhald Ludwig Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sans s'exhiber. Ce sont la véritable aide du Saint-Père et des serviteurs de l'Église, avec plusieurs autres travailleurs silencieux.

.

Varazze, 22 juin 2016

.

_________________

REMARQUE

[1] Cf Annexe de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à la Lettre apostolique de Jean-Paul II Pour protéger la foi, la 1998.

[2] Le titre d '«excellence» donné aux évêques, car celle de «l'éminence» donnée aux cardinaux renvoie avant tout à l'excellence et à l'éminence de leur foi, en plus du fait que dans la plénitude de son sacerdoce apostolique, l'évêque est un prêtre par excellence.

.

.

.

.

.

À propos de Père John

Giovanni Cavalcoli Dell'Ordine dei Frati Predicatori Presbitero e Teologo ( Cliquez sur le nom pour lire tous ses articles )

6 réflexions sur "Le pape fede: “Une fois réformé, confirmant les frères dans la foi”

  1. Grazie dell’indicazione, vedrò di rileggere.
    Però la mia era una domanda retorica, conosco già la risposta. L’impossibilità per i divorziati risposati di accedere alla comunione eucaristica è questione che tocca direttamente la fede, essendo strettamente eindissolubilmente legata alla questione principale, quella dell’indissolubilità del matrimonio.

  2. INIZIO CITAZIONE: “ré. Quelle considération doit être accordée à ses opinions, arrêts ou directives, qui n'affectent pas directement la foi, comme par exemple (…)l'interdiction de la communion pour les divorcés et remariés(…)?” FINE CITAZIONE

    Come sarebbe a dire che l’impossibilità per i divorziati risposati di accedere alla comunione sacramentalenon tocca direttamente la fede”? La lettera della Congregazione per la dottrina della fede del 14 septembre 1994 dice esattamente il contrario:

    Di fronte alle nuove proposte pastorali sopra menzionate questa Congregazione ritiene pertanto doveroso richiamare la dottrina e la disciplina della Chiesa in materia. Fedele alla parola di Gesù Cristo(5), la Chiesa afferma di non poter riconoscere come valida una nuova unione, se era valido il precedente matrimonio. Se i divorziati si sono risposati civilmente, essi si trovano in una situazione che oggettivamente contrasta con la legge di Dio e perciò non possono accedere alla Comunione eucaristica, per tutto il tempo che perdura tale situazione

    “Per i fedeli che permangono in tale situazione matrimoniale, l’accesso alla Comunione eucaristica è aperto unicamente dall’assoluzione sacramentale, che può essere data «solo a quelli che, pentiti di aver violato il segno dell’Alleanza e della fedeltà a Cristo, sono sinceramente disposti ad una forma di vita non più in contraddizione con l’indissolubilità del matrimonio.”

    “Nello stesso tempo (la Familiaris Consortio n.d.c.) ribadisce la prassi costante e universale, «fondata sulla Sacra Scrittura, di non ammettere alla Comunione eucaristica i divorziati risposati»(9), indicandone i motivi. La struttura dell’Esortazione e il tenore delle sue parole fanno capire chiaramente che tale prassi, presentata come vincolante, non può essere modificata in base alle differenti situazioni.”

    1. Cher lecteur.

      Se lei va all’archivio (page d'accueil, in basso a destra) ed apre gli articoli del mese di ottobre 2015, scorrendo sia la prima pagina che le si aprirà sia andando in avanti nelle pagine successive, vi troverà un numero ragguardevole di scritti nei quali Padre Giovanni Cavalcoli e Padre Ariel S. Levi di Gualdo rispondono e spiegano nei dettagli ciò che lei questiona e chiede in questo suo commento.

  3. Tra gli innumerevoli disponibili sul web, cito questi dueautorevoliinterventi dei cofondatori dell’Isola. Testi datati riguardo agli episodi citati ma quanto mai esaustivi riguardo alla illustrazione e interpretazione dei principi e dei criteri di carattere generale.
    Articolo del 20/11/2014 di padre Cavalcoli:
    https://isoladipatmos.com/i-precisi-confini-della-infallibilita-il-sommo-pontefice-come-dottore-privato/
    Articolo del 18/01/14 di Mons Livi:
    http://www.lanuovabq.it/it/articoli-obbedienzaal-papasolo-in-relazionea-cristo-8225.htm

  4. Concordo con lei padre, troppa tanta cattiverie in giro: jalousie, égoïsme…. il mondo di oggi va verso l’auto distruzione. Non diamo la colpa a Dio, ma facciamo tutti un’auto analisi e cerchiamo con amore di migliorare e migliorarci

Les commentaires sont fermés.