L'enfer existe et aujourd'hui plus que jamais est plein de damnés: « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite »

L'ENFER ET IL AUJOURD'HUI PLUS QUE JAMAIS déborde des damnés: "STRESS POUR ENTRER PAR LA PORTE ÉTROITE"

.

[…] la Parole de Dieu nous appelle à nous efforcer d'entrer par la porte étroite, parce que «beaucoup, Je dis, chercher à entrer, mais ils ne réussiront pas ". Et comment capita, cet évangile, qui est alors le seul et unique véritable Évangile de Notre Seigneur Jésus-Christ, c'est très différent de celui édulcoré par certains prêtres avec la République e L'Espresso au bras, qu'au lieu de lire les ouvrages théologiques des grands Pères de l'Église, ils lisent Micromega, qu'au lieu de rester sur leur bureau L'imitation du Christ, les livres de cet athée impénitent nous gardent bien en vue, ainsi qu'un subtil dénigrateur et profanateur du catholicisme, tel a toujours été Umberto Eco.

.

.

Père Ariel Auteur
auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

Bernard de Clairvaux
peinture de San Bernardo di Chiaravalle

aujourd'hui, samedi 20 août, l'Église célèbre la mémoire de l'abbé cistercien Bernardo di Chiaravalle, né en 1090 et est mort dans l'année maintenant reculée 1153. À la messe pré-festive du dimanche, la liturgie de ce 21e dimanche du temps ordinaire, offre cette page de l'Évangile au Peuple de Dieu:

.

À ce moment, Jésus est allé en enseignant à travers les villes et les villages, alors qu'il était en route pour Jérusalem. Quelqu'un lui a demandé: «Seigneur, peu sont sauvés?». Il leur a dit: « Luttez pour entrer par la porte étroite, parce que beaucoup, Je dis, chercher à entrer, mais ils ne réussiront pas. Quand le propriétaire se lève et ferme la porte, boîte, est resté en dehors, tu commenceras à frapper à la porte, disant: «Seigneur, ensoleillé!". Mais il te répondra: "Je ne sais pas d'où tu viens". Alors tu commenceras à dire: "Nous avons mangé et bu en votre présence et vous avez enseigné sur nos places". Mais il te déclarera: "Beurre, Je ne sais pas d'où tu viens. Éloigne-toi de moi, vous tous ouvriers d'injustice!". Il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand tu vois Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes du royaume de Dieu, vous avez viré à la place. Ils viendront de l'est et de l'ouest, du nord et du sud et s'assiéra à table dans le royaume de Dieu. et ici, il y a les derniers qui seront les premiers, et il y a les premiers qui seront les derniers " [Lc 13, 22-30]

.

dans 1145 un disciple de saint Bernard de Clairvaux est monté à la chaire de Pierre [1090-1153], aussi nommé Bernardo, abbé du monastère romain des Saints Anastasio et Vincenzo près de la Tre Fontane, né membre de la famille noble d'origine pisane des de 'Paganelli di Montemagno. Le choix des cardinaux fut opposé par Bernard de Clairvaux qui jugea opportun de les avertir en leur indiquant que ce disciple était une personne très «innocente et simple» et donc peu apte au gouvernement de l'Église., dans la grave situation doctrinale et politique dans laquelle il se trouvait dans ces années. probablement, à sa manière «innocent et simple» était aussi le futur saint et médecin de l'Église, s'il n'avait pas compris que pour cette raison même les cardinaux avaient choisi ce candidat, nécessitant à ce moment précis de l'histoire une personne faible, donc facilement manipulables par des criminels qui enveloppaient déjà à l'époque le trône sacré papal comme des vautours. L'Eglise était en effet affligée de graves problèmes que les conciles précédant le pontificat d'Eugène III [1145-1153] ils n'avaient pas réussi à calmer. En fait, il convient de rappeler que le Concile du Latran 1123 sanctionné dans ses propres canons règlements précis contre la simonie, respect du célibat des clercs et investitures ecclésiastiques correctes; mais le tout est resté presque lettre morte. dans 1139 on célébra le deuxième concile du Latran qui, dans ses canons, condamna à nouveau la simonie, usure et faux aveux. Soixante-deux ans après le pontificat d'Eugène III, précédé par les conciles du Latran qui viennent d'être mentionnés, il a été célébré en 1215 le IVe concile du Latran, qui après le préambule d'introduction condamne l'hérésie de l'abbé cistercien Joachim de Fiore. Mais ce sont surtout les canons disciplinaires ultérieurs concernant les évêques et les prêtres qui ne laissent rien de stupéfait., tant pour leur gravité que pour leur pertinence, comme si le huitième siècle était passé d'alors à aujourd'hui. Avec beaucoup de descriptions détaillées, le Concile indique un à un tous les principaux charmes et méfaits dont les ecclésiastiques ont dû se nettoyer [cf. Cann. XIV-XIX]. Pour ne donner qu'un bref essai sur les canons disciplinaires du IVe Concile du Latran, sur la mauvaise morale du clergé, il suffit d'en citer un au hasard parmi les différents:

.

«Nous regrettons que non seulement quelques clercs mineurs, mais même certains prélats, passer la moitié de la nuit dans des fêtes inutiles et des bavardages illicites, Pour dire le moins. Ils dorment ensuite le reste de la nuit, ils ne se réveillent que tard dans la journée avec le chant des oiseaux, rester somnolent pour le reste de la matinée. Il y en a d'autres qui célèbrent la Sainte Messe quatre fois par an. Mais ça devient encore pire: ils ne veulent même pas y assister. Et s'il arrive qu'ils soient parfois présents lors de la célébration de la Sainte Messe, ils abandonnent le silence de la chorale et sortent parler aux laïcs, se plonger dans des discours inappropriés et ne prêter aucune attention à la célébration des mystères sacrés. Nous interdisons absolument ces choses et des choses similaires sous peine de suspension, commander sévèrement en vertu de la sainte obéissance, qu'ils récitent l'office divin jour et nuit, comme Dieu leur accordera, avec un zèle égal à leur dévouement " [IV Conc. Années. pouvez. XVII, simp. il. par l'auteur].

.

C'est pour clarifier l'état de l'Église avant et après l'élection d'Eugène III, mais surtout pour clarifier pourquoi, dès qu'il est monté sur le trône sacré, Bernard de Clairvaux s'empressa de lui envoyer un bon traité pour chaque pape spécialement adapté à lui. Et maintenant écoutez ce que la plume libre de Bernard, inspirée de la grâce de Dieu, écrit. Pour commencer, Bernardo, il invite Eugène III à ne pas se leurrer sur son entourage… et il le fait avec ces mots exacts:

.

«Vous ne pouvez m'en montrer qu'un qui a salué votre élection sans avoir reçu d'argent ou sans espoir d'en recevoir? Et plus ils ont professé tes serviteurs, plus ils veulent le dominer à l'intérieur de l'Église ".

.

Ce sont des mots écrits sur 900 il y a quelques années, mais je défie quiconque de prétendre qu'ils ne sont pas à jour, aujourd'hui peut-être même plus qu'hier, surtout si l'on ajoute cet autre coup de pinceau tiré de l'écriture de saint Bernard qui continue d'avertir Eugène III avec cette recommandation supplémentaire:

.

«Laissez vos frères évêques apprendre de vous à ne pas rester avec des garçons chauves ou des jeunes hommes provocateurs. Parmi les têtes couvertes de mitaines épiscopales, l'agitation des coiffures sophistiquées est très mauvaise " [Cf. Bernard de Clairvaux, Bon traité pour chaque pape, simp. il. par l'auteur].

.

Cet avertissement, sucré mais clair, il est dédié par Saint Bernard de Clairvaux à certains ecclésiastiques actuels, en particulier à ces évêques diocésains qui tonnent derrière moi en disant que ... "ce prêtre à la plume screanzata est obsédé par les ecclésiastiques homosexuels et leurs soi-disant lobby gay » [cf. QUI]; et après avoir tourné ces critiques coléreuses derrière moi, ils continuent sans hésitation à ordonner des prêtres de sujets aux tendances homosexuelles structurellement enracinées évidentes [cf. QUI].

.

En tant que peuple de Dieu, nous sommes projetés, depuis la Pentecôte du Saint-Esprit, dans un voyage incessant. Ce voyage part du présent et se projette dans notre futur. On ne peut pas rester attaché au passé qui ne doit pas passer, ni vivre en mouvement immergé dans les souvenirs du passé, de même que ceux qui sont généralement et à tort définis comme des «traditionalistes» catholiques. sûrement, nous devrions bien connaître notre passé, parce que le travail du passé a déterminé notre présent; et si nous ne courons pas bientôt pour se mettre à couvert, le présent né d'un passé qui n'a pas toujours été heureux, cela risque d'affecter négativement notre avenir. En effet, comme l'a déclaré George Santayana, sage penseur du XXe siècle: "Quiconque ne connaît pas l'histoire est condamné à la répéter".

.

J'essaierai de m'expliquer avec un exemple: quand 40 il y a quelques années j'étais adolescent, devant mes yeux, à l'âge de treize ans, j'avais un exemple et un modèle complètement différents d'évêques et de prêtres. All'epoca, une médiocrité sombre comme aujourd'hui, ce n'était même pas encore concevable au Priestly College, surtout au Collège épiscopal. Nos prêtres, et les évêques en particulier, ils ont été très prudents en indiquant aux fidèles ce qui était bon et ce qui était mauvais, essayant de séparer le blé de la mauvaise herbe, ou du moins pour indiquer ce qu'était le blé et ce qu'était l'herbe, me souvenant qu'un jour, l'herbe, elle serait attachée en bottes et brûlée dans le feu. Si quoi que ce soit, expliquer soigneusement que le blé et les mauvaises herbes doivent parfois pousser ensemble et que les mauvaises herbes ne peuvent pas être éradiquées immédiatement, au cas où, pour éradiquer cette mauvaise herbe, on risquerait de déchirer avec elle même un seul épi de bon blé; Mais le même jour, dernière récolte, le propriétaire du champ aurait fait en tout cas de séparer le bon blé des mauvaises herbes destinées à être déracinées et brûlées [cf. Mt 13, 24-30; 13, 36-43]:

.

"Que l'un et l'autre grandissent ensemble jusqu'à la moisson et au moment de la moisson je dirai aux moissonneurs: “Tout d'abord recueillir les mauvaises herbes et les attacher en paquets à brûler; mettre plutôt le grain dans ma grange” » [Cf. Mt 13,30].

.

aujourd'hui, de nombreux prêtres, ils nous croisent habillés en civil avec la République e L'Espresso au bras; et dans leurs inquiétantes carences théologiques, ils ressentent, malgré, des grands intellectuels, parce qu'ils sont des lecteurs attentifs du magazine de gauche radicale Micromega. Sur leurs bureaux affichent des livres d'Umberto Eco et quand ils parlent, ils les entendent louer - même dans leurs homélies - les pires philosophes et sociologues antichrétiens des XIXe et XXe siècles., le tout avec une habitude pernicieuse et surtout avec un affichage vanté d'une culture qui malheureusement, de facto, ils n'ont pas …

… Et donc, précisément nous prêtres avons institué des pasteurs et des guides du Peuple de Dieu, nous avons souvent commencé à être les premiers à induire en erreur le peuple de Dieu, enseignant par exemple que puisque Dieu est amour, dans le calcul il pardonne à tout le monde et ne condamne personne. Et de nos homélies, souvent utilisé pour faire des discours de sociologie maladroits plutôt que pour annoncer l'Évangile, les mots comme mystère du mal ont disparu, Satan, punition, enfer, jugement de Dieu, salut et condamnation éternelle ...

.

Pour peu de valeur, je demande pardon au peuple de Dieu pour ceux de mes confrères qui n'annoncent pas l'Évangile et qui se sont éloignés depuis longtemps de leur tâche fondamentale: la salut des âmes, la santé des âmes et leur salut éternel. Comme beaucoup d'entre vous s'en souviendront, au fil des ans, l'Église a répété mea culpa demander pardon à tout le monde: Juifs, aux musulmans, aux orthodoxes, aux protestants, agli coeur de l'Afrique, aux descendants des peuples autochtones d'Amérique latine… bref, à tous, toutes les personnes, moins que ai Christi fideles et ses fidèles serviteurs, c'est-à-dire à quelques évêques et prêtres qui, dans des temps très lointains, ont vécu des situations de véritable martyre blanc au sein de l'Église. en fait, on peut être persécuté pour l'Église, mais aussi dans l'Église, et les persécutés dans l'Église souffrent souvent d'une oppression bien pire qu'un martyre dans la haine de la foi qui s'épuise presque toujours en l'espace de quelques secondes par un coup décisif de machette ou un coup d'une arme à feu. Le martyre blanc, en revanche, dure toute une vie. Et Dieu seul sait à quel point les prêtres cruels et imparables ou souvent pire encore leurs évêques sont dans l'infliction de ce genre de martyre..

.

Plusieurs d'entre eux ont subi un long martyre blanc ils ont ensuite été élevés aux honneurs des autels, comme dans le cas paradigmatique de San Benedetto Menni, qui a été vilipendé, déshonoré et finalement traîné devant les tribunaux pénaux à cause de fausses accusations très graves créées à la table par des frères, diverses moniales et ecclésiastiques. Par ailleurs, il convient de mentionner que Benedetto Menni a fait l'objet d'une accusation très infâme: avoir fait usage de violence à un pauvre malade dément hospitalisé dans l'une des structures psychiatriques qu'il a créées, cela a donné naissance à la “Affaire Semillan”, qui a été traité par le tribunal pénal de Madrid. L'affaire a traîné dans les salles d'audience depuis 1895 Al 1902. Après sept ans, l'affaire s'est terminée par l'acquittement complet de Benedetto Menni et la condamnation de ses calomniateurs. Bien pire a été la campagne de calomnie dans le forum ecclésiastique du Saint-Office, qui ne vint que trois ans plus tard pour décréter l'innocuité totale des accusations. Accusé et âprement combattu au sein de l'Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Dieu, par un groupe d'adversaires purs et durs prêts à tout, au lieu de se défendre, il a préféré démissionner 20 juin 1912 du bureau de Supérieur général de l'Ordre, un an et un peu plus après son élection. Les pressions psychologiques incessantes et lourdes subies au fil des ans l'ont amené à 1913 une attaque de parésie qui entraînera sa mort sur 23 avril 1914, à l'âge de 73 âge. dans 1964 la postulation générale de l'Ordre ouvre le processus de béatification. dans 1982 l'héroïcité de ses vertus est déclarée, la 23 juin 1985 le Souverain Pontife Jean-Paul II le proclame bienheureux et le 21 novembre 1999 santo.

.

et pourtant, venu de penser, c'était plus facile de le proclamer saint, au lieu de dire pendant la cérémonie de béatification: «Bienheureux Benedetto Menni, nous vous proclamons béni, et en même temps nous vous demandons pardon pour le mal que vous religieux, religieux, les prêtres et les évêques, leurs complices complices et leurs protecteurs vous ont amenés tout au long de votre existence ". jamais! Certaines figures sont plus faciles à béatifier et à canoniser, laissant prudemment la terrible oppression qu'ils ont subie bien secrète dans les archives de leurs causes de béatification et de canonisation, le cas échéant, créer des histoires d'amour doux petits saints qui conviennent au Peuple de Dieu, évidemment pour ne pas y provoquer de perturbations avec des bains excessifs de réalisme, mais surtout de la vérité, car il est vrai, oui, que "la vérité vous libérera" [cf. Gv 8], mais quelques maître alchimiste la clericalese il pourrait aussi penser que "trop ​​de liberté", au bon peuple de Dieu, ça finirait par aller à la tête. Et qui inhibe la liberté, nie toujours la vérité divine, d'imposer la dictature du probable diabolique.

.

On peut oublier ce qui est arrivé en Sicile au Père Luigi Orione, où dans 1908 le tremblement de terre de Reggio de Calabre et de Messine a causé 90.000 mort? Le père Luigi Orione est venu en aide aux survivants et à de nombreux orphelins, et avec le Père Annibale Maria Di Francia - avec qui il sera plus tard élevé aux honneurs des autels de 2004 - constituaient les deux piliers de la future reconstruction. Après cette terrible tragédie, ils ont commencé à arriver à la fois d'Italie et de l'étranger, en particulier par les catholiques d'Amérique du Nord, du Canada et de l'Australie, de grosses sommes d'argent qui ont suscité de nombreux fantasmes, objectifs et grands appétits dans le clergé local. Deux problèmes devaient donc être évités immédiatement: les vols par le clergé et l'hébergement par le même des petits-enfants, membres de la famille et amis d'amis au sein d'une opération caritative avec des sommes allant jusqu'à plusieurs zéros. Le Saint Pontife Pie X nomme le Père Luigi Orione Vicaire général de l'archidiocèse de Messine, où pendant trois ans il a exercé son apostolat au milieu d'énormes difficultés et autant d'énormes souffrances. Qu'il suffise de dire que le clergé diocésain, se trouvant incapable de mettre la main sur gros gâteau d'argent, avec mépris, il l'a surnommé: "Commissaire du Vatican". Mais le mépris et la calomnie n'étaient rien, par rapport à la tentative d'empoisonnement que le père Luigi Orione a subie par un barbier engagé par ses ennemis. dans 1910, alors qu'il accomplissait son ministère avec beaucoup de soin, tout d'abord attention à empêcher la manipulation malhonnête de l'argent lors de la reconstruction, en se coupant la barbe, il a été infecté par le barbier avec le virus de la syphilis. Quelques jours plus tard, sur son bureau et sa table de travail, une main anonyme a déposé un livre gratuit, c'était un manuel médical intitulé: "Comment la syphilis est-elle traitée". Au contraire, il était nécessaire de confirmer à quel point il était impossible à ce stade de faire confiance au clergé local face à de tels intérêts économiques., Le Père Luigi Orione a appelé plusieurs de ses confrères à Messine comme proches collaborateurs, tous venant de l'extérieur et donc bientôt surnommés par le clergé local comme «colonisateurs étrangers» [se référer à un ancien article de 2004 son La civilisation catholique, QUI].

.

Il est beaucoup plus facile de prendre un prêtre théologien persécuté à vie pour avoir été un serviteur infatigable de l'Église et un défenseur de la sainte doctrine catholique, exclus et ostracisés du monde ecclésial et du monde académique ecclésiastique en proie à un demi-siècle d'hérétiques modernistes, et enfin l'élever au-dessus de quatre-vingts à la dignité d'un cardinal, parce que ça coûte beaucoup moins cher, par rapport à admettre: «Nous vous demandons pardon, parce que tu avais raison, nous avons fait une erreur ". Et je dirai: qui a accepté certains de ces violets destinés à laver certaines consciences ecclésiastiques, souvent à sa manière il avait tort. A leur place j'aurais agi différemment, par exemple en répondant: la dignité d'un cardinal, donnez-le à un enfant de cinquante ou soixante ans, pas moi qui ai plus de quatre-vingts ans. Beaucoup moins me suffit: que tu t'excuses pour tout ce que tu m'as fait au cours de mon existence. Et je ne demande pas cela pour moi - à qui vos excuses ne se soucient pas - je ne vous le demande que pour vous, pour la santé éternelle de vos âmes, qui ne peut pas se laver ou être lavé en mettant un rouge pourpre sur un homme pauvre en route vers 90 ans, parce que même les putes s'habillent en violet, mais au moins, ils sont beaucoup plus cohérents et honnêtes à leur manière que certains ecclésiastiques.

.

C'est pour réitérer que l'Église semble capable de demander pardon uniquement aux juifs, aux musulmans, aux orthodoxes, aux protestants, agli coeur de l'Afrique, aux descendants des peuples autochtones d'Amérique latine et ainsi de suite, mais pas à ses enfants, surtout à ses serviteurs dévoués et à ses infatigables protecteurs ...

.

Les mots écrits par Saint Bernard de Clairvaux et cités ici au début, aujourd'hui ils se plongent plus que jamais dans la parole divine de l'Évangile de cette liturgie du 21e dimanche du temps ordinaire, dans lequel la Parole de Dieu ne nous dit pas: “Je suis amour sans jugement ni châtiment”. La Parole de Dieu, quand il nous dit absolument et exclusivement: "Je suis absent, vérité et vie " [cf. Gv 14], avec ces mots, il nous dit qu'il ne tolère pas le déni de sa voie et le plan salvifique de vie qu'il nous a donné à travers le mystère de la rédemption au moyen de son incarnation, La mort et la résurrection; ne tolère pas couché, il ne tolère pas une vie qui n'est pas conforme à lui et à son annonce. Christ a dit clairement et absolument: Je suis. Il n'a pas dit: "Il y a différentes manières et vérités pour atteindre ma vie". Et ceci avec tout le respect que je dois à certains théologiens du faux œcuménisme qui, plongés dans une ignorance dramatique, ne veulent même pas entendre la parole prononcée. “absolu”, qui en théologie a une signification très spécifique, à ne pas confondre avec les absolutismes politiques, comme le font beaucoup de nos théologiens modernes ou modernistes. Dans son Je suis, Le Christ nous présente donc la pureté de l'absolu de la foi, pas le flou de la foi, pas de relativisme religieux. il dit Je suis, ne déclare pas: "Je pourrais être, mais ce n'est pas toujours moi, car ça pourrait aussi être Bouddha, Mohammed, Luther… »

.

La Parole de Dieu ne dit pas: «Puisque je suis une miséricorde infinie, tu peux faire ce que tu veux et comme tu veux, parce qu'il ya tellement, le calcul, Je pardonnerai à tout le monde ". La Parole de Dieu ne dit pas que "l'enfer n'existe pas", rien: il nous rappelle son existence encore et encore tout au long de sa prédication, nous mettant également en alerte que dans ce lieu de damnation éternelle "il y aura des larmes et des grincements de dents" [cf. Mt 7,13-14; 8,11; 7,21; 25,31-46. Mc 10,43; Lc 17,27-30; etc ..].

.

La Parole de Dieu ne dit pas que “le diable est une allégorie”, il ne dit pas non plus - comme j'ai entendu plus de prêtres jamais rappelés par leurs évêques, ou à plus de professeurs jamais renvoyés par le Saint-Siège des universités pontificales - que Satan "est une traduction mythique-symbolique des anciennes peurs ancestrales de l'homme", comme Karl Rahner l'a soutenu et que ses petits-enfants venimeux maintenant au pouvoir soutiennent. Dire que c'est de l'impiété et de l'hérésie, c'est du poison nourri à nos fidèles, car dans ce cas les premières légendes menteuses seraient précisément celles écrites dans l'Évangile, où la première intervention miraculeuse de Jésus-Christ est la libération d'une personne possédée [Cf. Mc 1, 23-26]. Les Évangiles racontent comment Jésus-Christ chasse les démons [Cf. Mc 1,21-28; 5,1-20; 9, 14-29, etc..] et comment il ordonne à ses apôtres de chasser les démons en son nom [Cf. Mc 9, 38; 16,17-18; etc.. ], il ne les exhorte certainement pas à enseigner à son peuple que le diable est une légende allégorique, car dans ce cas une autre allégorie légendaire suivrait immédiatement: le mystère du péché originel, jusqu'à la déconstruction complète du gisement de notre foi ...

.

C'est dire qu'aujourd'hui plus que jamais il serait urgent d'éduquer les membres vivants du Peuple que Dieu nous a confiés, expliquant que la Parole de Dieu nous appelle à nous efforcer d'entrer par la porte étroite, parce que «beaucoup, Je dis, chercher à entrer, mais ils ne réussiront pas " [Cf. Lc 13, 22-30]. Et comment capita, cet évangile, qui est alors le seul et unique véritable Évangile de Notre Seigneur Jésus-Christ, c'est très différent de celui édulcoré par certains prêtres avec la République e L'Espresso au bras, qu'au lieu de lire les ouvrages théologiques des grands Pères de l'Église, ils lisent Micromega, qu'au lieu de rester sur leur bureau Imitation [L'imitation du Christ], les livres de cet athée impénitent nous gardent bien en vue, ainsi qu'un subtil dénigrateur et profanateur du catholicisme, tel a toujours été Umberto Eco.

.

Et si pour vous tous Christi fideles la porte sera serrée, pour nous prêtres, que nous avons eu et avons reçu beaucoup plus du Christ en dons de grâce et donc en responsabilité, la porte sera encore plus étroite, parce que le Christ a confié le très saint mystère de son corps et de son sang entre nos mains; car il a confié son peuple à notre peuple pour s'occuper et nourrir, ne pas être dispersé, surtout d'être induit en erreur par des pensées et des penseurs à la mode qui ont toujours été la négation du Christ le bon berger qui est la porte de la bergerie [Cf. Gv 10, 1-21]. Et la signification de la «porte des moutons» doit être rappelée - ou peut-être pire expliquée carrément - à certains de nos prêtres qui sont sortis après des années de «formation» par notre le plus saint séminaires, quand ils collent des affiches sur les portes de leurs églises paroissiales, diverses affiches et annonces, souvent et volontairement même pas de nature religieuse. La porte de l'Église a une signification théologique, métaphysique, la porte de l'Église est le symbole du Christ Bon Pasteur: "Je suis la porte des moutons" [Cf. Gv 10, 1-21]. Comment osez-vous alors, race de méchants, mettre des brebis sur la porte du Christ Bon Pasteur, affiches épinglées annonçant des concours de danse et des dîners sociaux ?

.

Christ Dieu nous invite à franchir une porte étroite, dont beaucoup ne pourront pas passer, parce que la miséricorde infinie de Dieu va de pair avec sa justice infinie, et une miséricorde divine sans justice n'est même pas concevable; et si quelqu'un le conçoit, alors il n'annonce pas l'Evangile, mais annonce autre chose, c'est-à-dire qu'il n'est pas catholique, mais il appartient à une autre religion, à une fausse religion.

.

De Isola Patmos, 20 août 2016

St. Bernardo di Chiaravalle, Docteur de l'Eglise

.

.

.

PRIERE DE SAINT BERNARD A LA VIERGE

[ à la minute 3,55 à suivre ]

.

.

.

avatar

À propos de isoladipatmos

16 réflexions sur "L'enfer existe et aujourd'hui plus que jamais est plein de damnés: « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite »

  1. A propos de Bernardus Claravallensis, Je me souviens de la belle encyclique de Pie XII:
    http://w2.vatican.va/content/pius-xii/it/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_24051953_doctor-mellifluus.html
    et l'exhortation qu'il contient d'augmenter chaque jour la dévotion à la haute Mère de Dieu, que l'Église vénère comme Reine aujourd'hui:
    “le 11 octobre 1954, S. S. Pie XII a institué la fête de la Royauté de Marie, à célébrer chaque année dans le monde entier le jour 31 mai; il a ensuite été transféré au 22 août, huitième jour de l'Assomption, pour souligner le lien entre la royauté de Marie et sa glorification corporelle.
    ….
    ..Vierge Augusta et Maîtresse, Regina, Madame, protège moi sous tes ailes, custodiscimi, afin que Satan ne se réjouisse pas contre moi, qui sème les ruines, ni l'adversaire inique ne triomphe de moi " (S. Éphraïm).”
    http://mobi.santodelgiorno.it/beata-vergine-maria-regina/

    La crise de la foi est aussi une conséquence de la dévotion toujours décroissante à la Madone, de plus en plus négligé et obscurci par les théologiens modernes, par les bergers, par des prédicateurs ….. et aussi de réunions.

    1. Le contraire peut aussi être dit. La dévotion à la Sainte Vierge naît de l'amour de son Fils, avoir foi en lui.

      Je crois que ce n'est qu'en l'absence de cet amour pour le Rédempteur que la situation actuelle de l'Église peut être expliquée. La négligence du clergé, indifférentisme religieux, la dévotion aux saints qui diminue de plus en plus.

      La prière enseignée par l'Ange à Fatima est toujours d'actualité:

      Mon Dieu, Je pense que, amour, J'espère et je t'aime. Je te demande pardon pour ceux qui ne croient pas, ils n'adorent pas, ils n'espèrent pas et ils ne t'aiment pas.

  2. Malheureusement, le martyre blanc est aussi pour nous fidèles qui, parfois, lors de certaines homélies, nous aimerions nous lever et dire au célébrant de service “mais quelles hérésies dites-vous…”, mais nous sommes dans la maison de Dieu et avalons la pilule.
    Le problème est qu'il n'y a pas de catéchèses ou de réunions du “communauté” où vous pouvez discuter et discuter. Il faut dire aussi que de nombreux prêtres sont surchargés de travail, le nôtre doit suivre trois pays très peuplés grâce au maudit “unité pastorale” que , à mon avis, a fini par disperser le troupeau. Le Seigneur qui, dans cette période, Je pense que, est silencieux, nous observe pour voir jusqu'où nous voulons aller. Merci pour ce que tu fais, Je lis toujours ses articles avec beaucoup d'intérêt. Le Seigneur bénisse.

  3. Ah, Père cher … elle a mis son doigt dans la plaie et l'a également tournée à l'intérieur: Je dois supporter un prêtre qui dans ses homélies (faire comme tu dis l'intellectuel) il cite Umberto Eco et Massimo Cacciari, et ce dernier est très à la mode dans notre institut diocésain des sciences religieuses, Colombe “intellectuels” les athées et les non-croyants sont invités à donner leur esprit de sagesse …
    … on ne parle pas du cours qui a été institué sur la parole du cardinal Martini (!?) ou son ami de Bose, Père cher Ariel, ce certain Enzo Bianchi …
    et l'institut supérieur des sciences religieuses, clarifier, il est situé dans le même grand complexe où réside également l'évêque, que comme les trois petits singes … Il ne voit pas, il n'entend pas, ne parle pas …
    et je ne dis rien d'autre, car peut-être avez-vous aussi compris d'où j'écris et de qui je parle …

  4. Hier, journée consacrée à la royauté de Marie, l'évêque émérite de Civitavecchia et Tarquinia, Monseigneur Girolamo Grillo est rentré chez le Père. Certainement un signe de “prédilection” par la reine de l'Église, de famille et de paix.
    Merci Monseigneur pour l'enseignement que vous nous avez donné, de la perplexité initiale à propos de l'apparition et des larmes de sang au témoignage vivant et souffert contre la dérision et l'incrédulité du monde…..
    Sainte Mère de Dieu intercède pour nous pécheurs…
    http://www.civitavecchia.chiesacattolica.it/home_diocesi/news/00023237_Il_vescovo_emerito_Girolamo_Grillo_e_tornato_alla_casa_del_Padre.html
    http://www.lanuovabq.it/it/articoli–cricket-mort-l-évêque-à-qui-la-madone-cria-dans-la-main-17182.htm

  5. Cara Carla.

    Bien sûr que non!
    Personne ne peut prétendre que l'enfer est plein, personne ne peut prétendre qu'il est vide, mais, surtout, personne ne peut prétendre qu'il n'existe pas.

    Dans le titre de l'article, un τόπος a été utilisé (dessus), ou une “hyperbole”, le tout dans le sens le plus exquisément lié à l'étymologie grecque des termes.

    Il y a quelque temps, lors d'une homélie, pour transmettre l'idée, j'ai dit: « … moments comme ceux, non seulement l'enfer n'est pas vide, mais si c'était un espace physique, comme celui illustré par Dante, dans ce cas, ils devraient acheter plus d'espace et agrandir les locaux pour faire de la place aux damnés ".

    Permettez-moi d'expliquer. E’ comme quand dans un discours il arrive d'utiliser des expressions hyperboliques comme: « … tu finiras sûrement en enfer!”». ou, comme un de mes frères me l'a récemment dit au cours d'un discours sérieux / plaisantant: «… précisément parce que Dieu est miséricorde infinie, il vous fera sortir avec deux mille ans de purgatoire ".

    Si l'on passe de l'hyperbole rhétorique à des discours strictement théologiques, qui en tant que tels nécessitent une précision extrême, dans ce cas, il est juste de dire – par exemple – que Judas Iscariot pourrait être en enfer, évaluer ce qu'il a fait, la façon dont il l'a fait et la gravité de ce qu'il a fait; mais personne ne peut dire avec certitude qu'il est condamné à un châtiment éternel parmi les damnés. Nous pouvons l'assumer, hypothétiquement, mais sans aucune certitude. En fait, aucun de nous ne peut savoir ce qui s'est passé entre Judas et Dieu en l'espace de ces deux ou trois minutes au cours desquelles la corde qui s'était resserrée autour de son cou l'a enlevé de sa taille. Et par la grâce de Dieu, espace humain, sol, physique de deux ou trois minutes, est un temps “très long”, dans lequel Dieu qui peut accueillir le repentir parfait et complet du pécheur et le racheter même dans les dernières secondes de son souffle.

    Dans certaines circonstances, je me souviens toujours d'une réponse donnée par St. John Mary Vianney à deux parents affligés par la mort de leur fils qui s'était suicidé en sautant d'un pont dans une rivière..
    Le Saint Curé d'Ars est resté silencieux, absorbé, puis il a dit à ses parents: "Vas en paix, parce que la grâce et la miséricorde de Dieu, dans l'espace qui va du pont à l'eau, elle a réussi à le reprendre et à le sauver de la damnation éternelle ".

    Ce n'est pas un la vérité de la foi, mais d'une assurance donnée par un saint, qui, cependant, avait toutes les meilleures raisons, surtout théologique et doctrinal, pour offrir cette assurance.

    sûrement, si nous pensons à ce qu'était le XXe siècle et si nous pensons aux conditions dans lesquelles nous avons atteint le troisième millénaire, il est très difficile d'imaginer un enfer vide, mais, à la fois, personne ne peut même affirmer – sauf pour l'hyperbole – c'est super bondé.

    J'ai récemment sévèrement grondé puis corrigé une personne qui me parlait d'un membre de la famille comme une âme certainement condamnée à la damnation éternelle. Me disant à ce propos que lors de son hospitalisation il avait refusé la visite de l'aumônier, il a répété qu'il avait toujours été athée; dans la douleur physique, il avait continué plus que jamais à jurer et, avant de perdre connaissance, il avait pris soin de préciser qu'il voulait être enterré sans les services funéraires, que personne n'avait osé l'emmener à l'église ou même mettre une simple croix sur son cercueil.

    Continuer à raconter cette personne: «… dans la soirée, il a perdu l'utilisation du mot e, après avoir haleté toute la nuit, le matin est mort ".

    Sur un ton de reproche, j'ai dit: "E tu, Sais tu ce qu'il s'est passé, entre le cœur et la conscience de cet homme et de Dieu, pendant ces longues heures d'agonie?».

    Et je les ai recommandés: «Au lieu de prendre sa damnation pour acquise, prega per la sua anima e fai celebrare Messe di suffragio per questo defunto. Chi ti dice, en fait, che in seguito ad un ravvedimento, avvenuto anche negli ultimi minuti di vita in quello che è l’imperscrutabile rapporto interiore tra il cuore e la coscienza dell’uomo e Dio, egli non sia adesso nel Purgatorio?».

      1. A che cosa le giova tentare di mettere in bocca agli altri, ciò che gli altri non hanno scritto?

  6. Una mia amica è stata lasciata dal marito (sono sposati in Chiesa, nessuna nullità). Ora dopo due anni di solitudine ha conosciuto a una festa un uomo meraviglioso (dice lei), cattolico praticante, généreux, che fa mille cose di volontariato. per farla breve mi ha detto che lei vorrebbe mettersi con quest’uomo e sposarsi in comune e averci dei figli per educarli cristianamente. Mi ha chiesto consiglio. Io di primo acchito le avrei detto che non lo doveva fare assolutamente perché c’è il matrimonio sacramentale ancora in piedi. Però ho saputo che dal recente Sinodo e dalla conseguente esortazione apostolica sono venute fuori interessanti novità, descritte anche da Patmos. Allora ho sospeso il giudizio, non ho dato risposte e ho pensato a mia volta di consigliarmi con voi. Cosa rispondere alla mia amica?

    1. Caro Tito.

      Queste situazioni sono sempre complesse, ma soprattutto ciascuna di esse è un caso diverso, un caso umano a sé.
      Una donnao viceversa un uomonon ha alcuna responsabilità, se come spesso accade viene lasciato/a dal consorte.
      mais, dinanzi a un matrimonio con tutti i crismi della validità, non è contemplata la possibilità dirifarsi una vita”.
      aussi, un cattolico come lei dice «praticante, généreux, che fa mille cose di volontariato», se veramente è tale non si mette in una situazione di questo genere; e se vi si mette, allora non è poi cosìpraticante” e “généreux” e le sue attività divolontariato” ils laissent le temps qu'ils trouvent.
      être “praticanti” e “generosi”, comporta anche avere la capacità di rinunciaregenerosamentea ciò che non si può avere.

      Il matrimonio sacramentale, se pienamente valido, non prevede né la possibilità del divorzio né le seconde nozze.
      Et ce, qualsiasi cattolico, dovrebbe saperlo, specie se «praticante, généreux, che fa mille cose di volontariato».

  7. ” Une femme - ou vice versa un homme - n'a aucune responsabilité, si, comme cela arrive souvent, il est laissé par le conjoint.”
    FAUX!
    Ce mariage n'aurait pas échoué s'il avait été réellement vécu comme Dieu!!! Je veux espérer que cette femme au cours de sa vie conjugale a participé à la’ Eucharistie au moins tous les dimanches par exemple ou ont récité le Saint Rosaire tous les jours: Ce n'est certainement pas’ donc', trop facile pour ignorer le blâme des autres addossandole: LA FAUTE EST’ ET RESTE, chaque mariage raté e’ une victoire du diable raconte la Vierge et que chacun prend sa croix, e’ à travers la Croix qui devient plus forte et acquiert la force de la porter!!!

    1. Je compris!

      donc, si une femme de 50 ans en pleine ménopause, elle est abandonnée par son mari pendant la nuit, perché costui ha deciso di fuggire con una ragazza di 25 âge, la colpa è della donna, che semmai non ha recitato il Santo Rosario tutti i giorni?
      E non vado oltre nel risponderle, perché dovrei per rigoree soprattutto per rigore teologico e moralearrabbiarmi non poco per ciò che lei ha affermato
      cependant, se questo è lo spirito interiore con il quale lei recita il Santo Rosario, sappia che alla Beata Vergine Maria rischia di causare, con le sue Avemarie, solamente l’orticaria.

  8. Caro padre Ariel se quella donna di 50 anni in piena menopausa avesse recitato il Santo Rosario tutti i giorni e avesse fatto l’Eucarestia con abitudinarieta’ avrebbe avuto sicuramente la forza giusta per sopportare, mais surtout le don de comprendre que ce poids était un poids que Dieu a permis par lequel Dieu a accepté cette souffrance et cette prière pour la conversion de cet homme aveuglé par la passion de la chair. Cher Père Ariel, mardi dernier je suis allé à San Giovanni Rotondo et dans la crypte il y a une inscription de San Pio comme un homme de prière et de souffrance qui a avoué du matin au soir: Aujourd'hui mon cher père Ariel dans la nouvelle église, on ne parle plus de péché à confesser, de souffrance à accepter, de prières à donner ...

    1. Son approche doctrinale, elle n'est pas catholique; son cadre moral, elle n'est pas catholique; mais surtout, son raisonnement, ce n'est pas chrétien. Tout comme l'esprit de n'importe qui n'est pas, avec une superficialité inhumaine, prétend traiter avec son propre personnel "Code de la route"Tragédies et souffrances humaines. Allez lire le Passion sauver Saint-Jean-Paul II, que nous allons parler, sur le chemin, mais surtout la modestie avec laquelle nous devons faire face au drame de la souffrance humaine ...

      J'ai donné l'exemple concret d'une femme trahie et abandonnée, sans sa faute, du conjoint. Et pour toute réponse, lei, prend cet exemple et transforme la victime en coupable, en supposant peut-être, la dame, n'a pas récité le Saint Rosaire correctement.
      Relisez ses lignes, regarde ce qu'il a écrit, puis essayez de réaliser à quel point il a dit.

      Dans ses lignes, il est enfermé, entre autre: une conception erronée du péché originel et de ses conséquences, une fausse conception du mystère du mal, una totale mancanza di conoscenza di quello che è il rispetto di Dio per il libero arbitrio dell’uomo. La grâce de Dieu, en fait, si propone, ma non si impone.

      maintenant, nel qual caso in cui – e badi bene, che il mio è solo un esempio – lei fosse assalito da un carcinoma alla prostata, quando dovesse trovarsi – sempre per esempio – con un cancro metastatizzato, io verrò a trovarla e, con una freddezza da ragioniere, mentre lei sarà preso da tutti gli effetti collaterali delle terapie, le dirò queste esatte parole: «se lei avesse recitato il Santo Rosario tutti i giorni e avesse fatto l’Eucarestia con abitudinarietà avrebbe avuto sicuramente la forza giusta per sopportare, mais surtout le don de comprendre que ce poids était un poids que Dieu permettait ... ".
      En bref, je vais vous dire exactement les mêmes mots avec lesquels, lei, assume de jouer avec la souffrance et la douleur des autres, donner sans retenue et modestie chrétienne des jugements tirés manuel de comptabilité générale.
      Je suis désolé, mais le mystère du salut et de la rédemption, ça marche dans l'autre sens.

      Alors merci à Dieu que Padre Pio de Pietrelcina, aujourd'hui, c'est à l'intérieur du tombeau, car si le saint thaumaturge avait toujours été vivant, au cas où elle viendrait devant lui pour mentionner le mot "néo-église", après avoir reçu deux gifles saines, il aurait été jeté entre des cris et des jurons prononcés en dialecte par le saint frère capucin. Parce que c'était ça, ciò che all’occorrenza faceva San Pio da Pietrelcina, uno tra i più grandi mistici della storia della Chiesa, mutato purtroppo, aujourd'hui, da quelli come lei, in una via di mezzo tra un “idolo” e un “santino sdolcinato”.
      imaginer, dire a San Pio da Pietralcina … «neo-chiesa», od affermare, dinanzi al dramma di una donna abbandonata dal marito, che il tutto era avvenuto perché forse costei non aveva recitato sufficienti rosari e con sufficiente zelo
      San Pio da Pietrelcina si sarebbe trasformato in una tigre del bengala!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.