«Je suis Roberto Bolle, pas un poulet qui se gratte dans le poulailler ". Ces catholiques déprimés et déprimés qui enferment la moralité dans un préservatif et qui considèrent le sexe comme le centre de tout le mystère du mal (avec la note finale ajoutée sur 12 septembre)

- Les pages théologiques -

«JE SUIS ROBERTO BOLLE, PAS UN POULET QUI COURSE À LA VOLAILLE ». CES CATHOLIQUES DÉPRIMÉS ET DÉPRIMÉS QUI ENCLENT LA MORALE DANS UN CONSERVATEUR ET QUI CONSIDÉRENT LE SEXE COMME LE CENTRE DE TOUT LE MYSTÈRE DU MAL

avec la note finale ajoutée sur 12 septembre

.

La vidéo dans laquelle M.. Carlo Borghesi (en images) accuse le père Ariel S. Levi di Gualdo de l'hérésie est visible QUI, QUI

"Comme promis de manière compatible avec mes engagements, j'ai procédé à la réalisation d'une vidéo en réponse à ses déclarations hétérodoxes sur la contraception. Convaincu qu'il sait personnellement ce qu'est une saine doctrine et donc à considérer et ce qu'il faut écarter. Elle sera certainement utile aux nombreux fidèles qui nous suivent depuis des années et qui ont l’obligation de connaître la vérité sur des questions d’une telle importance ».. Pour ma part, je tiens à préciser que si un profane accuse l'hétérodoxie sur la place publique des médias sociaux Ministre du sacré et un théologien, il faut au moins défendre sa dignité de prêtre et d'érudit contre les accusations d'un sujet qui s'est révélé être un théologien amateur qui essaie de dogmatiser un préservatif bouleversant le magistère moral de l'Église et ses documents traitant du sujet de la contraception, à partir de l'encyclique la vie humaine du Saint Pontife Paul VI.

.

.

auteur
Ariel S. Levi Gualdo

.

.

Format PDF Imprimer l'article

 

.

.

LECTURE AUDIO DE L'ARTICLE

Les Pères de l'île de Patmos ont inclus dans les articles la lecture audio pour les lecteurs affectés par ces handicaps qui les empêchent de lire et en même temps de fournir un service à ceux qui, voyageant et incapables de lire, peuvent profiter de l'audio- en train de lire

.

.

.

Roberto Bolle

… Une brève introduction: un évêque mon sage formateur, qui a servi l'Église et le Saint-Siège pendant de nombreuses années à travers le monde, il m'a expliqué - donc il m'a appris par réflexe - pourquoi il ne s'était jamais défendu, quand à certaines occasions il a fait l'objet d'attaques absurdes. Deux raisons principales: le premier est que souvent, qui attaque, il le fait justement pour déclencher une polémique. Le deuxième pourquoi, lorsque vous êtes une personne publique plus ou moins connue, il peut arriver que des sujets beaucoup moins publics et connus, essayer de gagner en visibilité sur la peau des autres, si quelque chose en vous attaquant.

Faisons encore mieux. Notre grand danseur Roberto Bolle a été embrassé par la nature, sans aucun doute et dans tous les sens: a un visage magnifique et expressif, un corps statuaire, il est de grande taille, mais surtout il est doté d'un talent extraordinaire, en plus d'être un jeune homme adorable et très bon enfant. Roberto Bolle, avec la somme de tous ses dons naturels, il aurait pu sérieusement éclipser, sur une scène, même le tatar volant, il grande Rudolf Nureyev, dit précisément le Tatar volant. Pourtant il y a une armée de danseurs, avec de sérieuses difficultés pour entrer en tant que figurants dansant dans une compagnie de ballet qui, sur Roberto Bolle, ils expriment les pires choses, trouver en lui les défauts et l'incapacité les plus improbables. Tout ça pour dire, avec le ton provocateur qui me distingue: Je suis Roberto Bolle e, en tant que tel saute haut, Je ne râpe pas dans la cour avec des poulets. Raison de plus pour laquelle j'ai toujours adhéré au style de comportement de mon entraîneur expert et, même lorsque certains ont été victimes d'insultes dans le poulailler social, Je ne me suis pas défendu, sinon dans un cas: comment toutes les limites de la décence humaine ont été surmontées.

Personne ne peut m'accuser publiquement de ce que j'ai jamais fait et de ce que je n'ai jamais dit. Et si ça arrive, ce n'est pas que j'interviens pour me défendre, mais pour indiquer le mensonge et la manipulation. Et malheureusement, dans notre société de plus en plus schizophrène, la manipulation est un exercice très courant basé principalement sur la coupe et la couture, au point de faire dire aux gens ce qu'ils n'ont pas dit dans des faits concrets.

Mais passons au cas spécifique. Il est arrivé que certaines de mes phrases aient été extrapolées à partir de discours et d'écrits publics très articulés, puis mon image a été prise de certaines de mes vidéoconférences et, séparer tout du contexte précis et articulé, une phrase a été rapportée pour me faire dire ce que je n'ai jamais dit, donc pour soutenir une véritable action démolitique à mon égard basée sur le faux.

C'était pour réaliser ça a Telle appartenance à ces penseurs qui ne trouvent rien de mieux à faire que d'utiliser la morale catholique, dans la sphère délicate et complexe de la sexualité humaine, enfermer dans le sexe et la sexualité, ou si vous préférez un préservatif à l'intérieur, tout le mystère du mal.

Cet amateur de théologie et de théologie morale, me présente et me traite publiquement comme un empoisonneur d'âme avec des idées très confuses sur la moralité sexuelle, m'accusant d'avoir ruiné, toujours en vertu de mon ignorance doctrinale, l'encyclique la vie humaine du Saint Pontife Paul VI, qui sanctionne l'interdiction pour les fidèles catholiques de recourir à des moyens contraceptifs. en bref: Je suis publiquement accusé d'hétérodoxie, à savoir de l'hérésie.

sur la vie humaine J'ai fait et publié plusieurs leçons et interventions au fil des ans, qui, cependant, il n'a pas écouté et lu, il était tellement occupé à imputer à Roberto Bolle ce qu'il n'a jamais dit. Tout ce que je répète: avec coupe et couture maladroites.

Dans les articles publics où j'ai traité du sujet spécifique, J'ai toujours procédé à replacer cette encyclique dans son propre contexte et à la contextualiser dans son contexte historico-social et ecclésial. Je n'ai pas manqué d'expliquer ce que cette encyclique constituait, pour le Saint Pontife Paul VI, un traumatisme authentique dont il ne s'est jamais remis, c'est la preuve que c'est le dernier qu'il a écrit. Puis ils ont suivi, avant son retour à la Maison du Père, encore dix ans de pontificat qui ont traversé l'une des périodes historico-sociales les plus délicates de la modernité, mais plus jamais publié d'autres encycliques. Cela suffit pour comprendre que le la vie humaine a laissé une marque indélébile d'abord sur ceux qui l'ont écrit et pour lesquels il a même dû subir le grave affront d'une rébellion publique de la part de diverses franges de l'épiscopat nord-européen.

Dans cette malheureuse saison qui est la nôtre qui marche dévoué de tout remettre en question, la lecture, le réinterpréter et rewrite, mais la majeure partie de la révolution - le mot comme je l'ai souvent expliqué incompatible avec l'essence même du christianisme -, aussi la vie humaine Il devait être soumis à ce processus, comme l'a démontré l'intervention du révérend professeur Maurizio Chiodi à l'Université pontificale grégorienne de 2018, au cours d'une tonique dédié à la "relecture" de cette douloureuse encyclique du Saint Pontife Paul VI [cf. QUI]. Et ici, il est bon de se rappeler que, directement dans les colonnes du magazine en ligne L'île de Patmos, et l'académicien pontifical Giovanni Cavalcoli, c'est moi, nous avons contesté cette tentative de «questionnement» très poliment mais très fort.

Je suis ravi de dire le moins qu'un tel m'accuse d'avoir déclaré que le la vie humaine c'est un document qui contient une discipline ecclésiastique simple, éventuellement réformable par un autre Souverain Pontife possible, parce que mes spéculations étaient assez différentes, mes discours théologiques et mes réponses sur le concept de réformabilité.

Alors je répète ce que j'ai dit plusieurs fois, écrit et expliqué dans le passé, toujours en détail et clairement:

.

«Le texte du la vie humaine est destiné à rester un discours fermé au niveau de la discipline, mais ouvert sur celui de la spéculation théologique. en fait, l'utilisation de contraceptifs interdiction, bien que ce soit une expression du magistère suprême appuyé sur la loi naturelle et traditio catholica, ne peut pas être, aujourd'hui et même demain, supporté sur des éléments tels que le recours dogmatiques ex cathedra à un déclaration définitive l'enseignement infaillible. en fait, dans l'Ancien Testament et la littérature novo, il n'y a qu'un seul élément de support solide pour maintenir debout à l'échelle discipline dogmatique qui établit l'utilisation de contraceptifs interdiction; qui est une discipline théologique à mon avis très sage et opportune, mais qui ne peut être dogmatisé. Et qui aujourd'hui dogmatizza, montre ne sais vraiment pas ce qui est le dogme, ou ce que c'est, autrement, le support dogmatique qui soutient une discipline ecclésiastique ou canonique ".

.

Celles-ci et mes autres déclarations ils ont choqué ce certain théologien amateur qui de son côté, pour ignorance évidente et grossière, semble ne pas avoir clairement ce qu'est un dogme de la foi, comme tous ses associés qui, de manière improvisée et de plus en plus ridicule, tentent de manière obsessionnelle-compulsive de dogmatiser un préservatif.

Cela dit, clarifions: ceux qui m'ont sérieusement accusé d'hétérodoxie ont montré qu'ils n'avaient aucune idée de ce que c'était, logiquement, métaphysique et théologique, une expression définitionnelle et une expression finale, en fait, dans tous ses arguments fantastiques-théologiques et fantastiques-moraux, il confond l'un avec l'autre, montrant ainsi à la preuve des faits peu de familiarité avec le langage théologique qui, surtout dans le contexte de la théologie dogmatique, c'est une précision absolument chirurgicale. Et sans la propriété de langage dogmatique correcte, il prouve totalement inconscient d'un fait non passable de la théologie du déni: concernant la doctrine contenue dans le la vie humaine qui interdit l'utilisation de contraceptifs, l'Église n'a jamais exprimé de jugement sous la forme solennelle du définition, comme le premier exemple en ciblant tous les enseignements appartenant à la dogmatique et morale, qui sont nécessaires pour garder fidèlement et exposer le dépôt de la foi. À cet égard, il suffit de lire la lettre apostolique du Saint-Père Jean-Paul II, Pour protéger la foi, la 29.05.1998 [texte QUI].

Cette discipline sanctionnée par le Saint Pontife Paul VI il doit être compris comme une doctrine infailliblement proposé. Et avec cela, on dit bientôt qu'aucun théologien, plus ou moins précises en matière versé doctrinales et morales, ne doit jamais confondre une déclaration liée à l'infaillibilité du soi-disant «deuxième degré», à savoir finale, avec la définition d'un nouveau dogme de la foi catholique, à savoir définitionnelle. C'est la grave erreur dans laquelle certains soi-disant preneurs de pénalités risquent de tomber: inventer des dogmes qui n'existent pas, jusqu'à dogmatiser un préservatif, après avoir fait un gros gâchis entre définitionnelle e finale, simplement parce qu'ils ne connaissent pas vraiment le lexique de la théologie dogmatique.

Deux des nouveaux «dogmes» proclamé avec définition de la formule ces jours-ci par certains sujets souffrant de sexophobie, sont n. 84 de La famille, l'exhortation apostolique post-synodale tournée vers l'avenir du Saint Pontife Jean-Paul II, suivi du "dogme" du "non à la sainte communion pour les divorcés et remariés". Bientôt ces, dans nos églises, ou peut-être dans le leur, ils commenceront à réciter un symbole plus ou moins intégré de la foi nicéenne-constantinopolitaine: «Je crois en Dieu le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, de toutes choses visibles et invisibles; Je crois que les divorcés et remariés devraient être exclus de la Sainte Communion eucharistique ". mais surtout: "Je crois au dogme sur la contraception", une "vérité de foi" insérée peu de temps avant la clôture: «Je crois à la résurrection des morts et la vie du monde à venir". Ou ils vont insérer, juste avant la partie où le drapeaux acclame le mystère de l'Incarnation du Verbe et sa consubstantialité avec le Père, l'article de foi bien plus important: "Je crois au dogme de l'interdiction de la contraception". Parce que ces sujets visent à cela: enfermer toute la morale catholique dans un préservatif.

Cela dit, je peux continuer à clarifier quels éléments tels que l'erreur, l'hérésie et le péché - tout ce dont j'ai été accusé par cette certaine Conte -, ils ont leur propre échelle par rapport au concept lui-même, et avec les données objectives de leur gravité, tous liés à la connaissance, la volonté et le consentement délibéré. en bref, l'éthique d'Aristote bon alors transposés à l'appui des vérités de la foi par saint Thomas d'Aquin. E, même sans avoir recours à des exemples qui seraient nombreux et articulés, Je dis «connaissance» parce que tout le monde n'est pas conscient que certains actes et actions sont gravement coupables, en particulier chez ceux en qui le sens naturel du bien et du mal est très faible, dans certains cas graves et spéciaux est pratiquement inexistante. Et dans ces cas spécifiques, le concept de "vraie culpabilité" tel que nous le jouons? Étant donné que le blâme n'est pas un jeu utile pour donner du travail aux revenants modernes du néo-scolastique décadent, mais des données objectives qui vient d'agir consciemment subjective?

Mais parlons d'erreurs doctrinales ou des mêmes hérésies, par exemple: par Joachim de Fiore, saint homme de Dieu, jusqu'à ce que le dernier Antonio Rosmini, aujourd'hui Beato, il est arrivé que même des saints et des hommes de Dieu incontestables tombent par inadvertance dans des pensées hérétiques, à partir de laquelle ils sont ensuite corrigés, sans qu'un effet négatif sur leur sainteté. De la même Gioacchino da Fiore, dont l'hérésie a été condamnée en 1215 par le quatrième concile du Latran, tout comme il était au cours de sa cause de béatification, des Pères de l'Eglise se sont réunis pour concilier cette réunion, en signalant les erreurs dans son célèbre pamphlet, Ils ne parviennent pas à mettre en évidence aussi clairement son caractère sacré incontestable de la vie.

Tout cela est d'introduire une simple question: Il est plus sérieux défi et déconstruire les principes de la Sainte Foi catholique, ou il est plus sérieux de proclamer de nouveaux dogmes qui n'existent pas? Sans doute, il est plus grave la deuxième chose. en fait, ceux qui font des erreurs et sèment la confusion parmi le Peuple de Dieu, Il remet en question les dogmes à travers et en réinterprétant relisant, jusqu'à atteindre leur de construction, cependant, il n'est pas certain qu'il soit animé d'intentions diaboliques, car tout peut aussi être le résultat de cette mauvaise formation théologique qui a été transmise et acquise sans faute objective par des prêtres et des théologiens qui ont reçu des enseignements incorrects. Et si cela arrivait, c'est peut-être la faute de leur volonté et de leur consentement délibéré sciemment donné à l'erreur?

En tout cas, il reste certain que ceux qui proclament des dogmes qui n'existent pas, faire une plus grosse erreur, parce qu'ils agissent en se plaçant au-dessus de l'autorité de la sainte Église mater et magistra, titulaire d'une autorité qui en découle en personne. Et ce dernier oui, qui est un dogme de la foi catholique, qui n'a pas été atteint par la déduction logique de la foi, mais sur la base de paroles claires et précises prononcées par la Parole de Dieu fait homme [cf. Mt 13, 16-20]. Et quand vous annoncez des dogmes qu'ils n'existent pas et qui ne peuvent exister même, dans ce cas, nous sommes bien dans le mal, car voici la pire fierté humaine. Il est en fait le cas de se rappeler que dans la soi-disant échelle des péchés capitaux, la fierté occupe la première place absolue, avec la triste paix de qui, En effet si têtu et incorrigible, au lieu de cela, il aimerait se concentrer sur la luxure - dont nous nous souvenons ne figure pas du tout en premier lieu, mais pas même le deuxième et le troisième - tout le mystère du mal, indépendamment du fait que les pires péchés vont tout le monde et la rigueur de sa ceinture à la hausse, pas au lieu de sa ceinture tomber, comme sur un ton ironique mais théologiquement très sérieux que j'ai écrit il y a plusieurs années.

Avec des arguments qui dénotent un manque de connaissances de théologie dogmatique et terribles lacunes dans la structure logique et philosophique qui la soutient, un théologien amateur qui a fait ses preuves à l'épreuve des faits m'accuse d'hérésie, pour avoir soutenu que demain un pape "pourrait aussi décider de revoir cette discipline". si, pas tellement pour démonter, mais pour m'attaquer avec une férocité froide et calme, il commence à afficher des documents pour démontrer la «non-réformabilité dogmatique» de certaines disciplines, projection, entre autres, de ne pas pouvoir lire les documents de l'Église ni comprendre leur langue sur le plan historique et ecclésiologique. Tout cela pour prouver qu'il s'agit d'un émérite ignorant au sens étymologique du terme. Facile en tant que tel à réfuter avec quelques exemples liés à l'histoire et à l'évolution de la partie la plus délicate de la dogmatique qui soit: sacramentelle dogmatique. Continuons avec les exemples: depuis des siècles, confession, ce n'était pas un sacrement répétable mais ne pouvait être administré qu'une fois dans la vie et plus jamais. Si nous allons lire les textes de certains Saints Pères et docteurs de l'Église de l'époque, y compris les déclarations des Pontifes romains, nous découvrirons que lorsque la possibilité de rendre ce sacrement répétable a commencé à être diffusée, d'une part, il a crié l'hérésie, autre anathema sit! pourquoi, finalement, ce sacrement est devenu répétable? simple: nous le devons à la descente des barbares du nord de l'Europe qui, à progressivement, ils se sont convertis en masse au christianisme.

Pendant de nombreux siècles, la sainte communion est fréquente ce n'était pas seulement découragé mais absolument interdit, même si le Saint Docteur de l'Église Augustin évêque d'Hippone a émis l'hypothèse de la nécessité spirituelle d'une réception fréquente, mais en vain. Aux religieux et religieuses qui vivaient dans des monastères de vie contemplative, il a été accordé comme un véritable privilège de recevoir la Très Sainte Eucharistie une fois par semaine et pas plus. Certaines coutumes anciennes survivent aujourd'hui dans diverses lois de l'Église qui recommandent comme précepte établi par le IVe Concile du Latran de se confesser au moins une fois par an, donc communiquer, toujours au moins une fois par an, pour Pâques [Cf. Catéchisme de l'Église catholique nn. 2041-2042].

Avec un canon imprimé dans ses actes solennels, toujours 1215, le IVe Concile du Latran a établi l'interdiction de la fondation de nouveaux ordres religieux. Eh bien pensons: nous réalisons ce que c'est, au niveau théologique et ecclésiologique, l'autorité d'un concile œcuménique? et pourtant, peu après, au bout du 1216, le Souverain Pontife Honorius III a approuvé la fondation de l'Ordre des Prêcheurs de Saint Dominique de Guzmàn, et conformément aux dispositions du Concile du Latran, initialement adopté la règle déjà existante des frères augustins. Des années plus tard, avec la bulle habitué la 1223, le Souverain Pontife Honorius III a approuvé la Règle des compagnons de saint François d'Assise, sans ces, comme cela s'est produit initialement pour les dominicains, devrait adopter une règle existante, car il semble qu'avant, autour 1210, son prédécesseur suprême Innocent III avait approuvé la règle oralement, dont, cependant, il n'y a aucune trace, parce qu'il a été perdu. Le récit de la visite du Père Séraphique François au Souverain Pontife qui, trois mois se sont écoulés, il l'a reçu après avoir rêvé la nuit devant un pauvre homme qui soutenait l'église en ruine de San Giovanni in Laterano - d'autres parlent au lieu d'une vision du Souverain Pontife - et qui approuva oralement la première règle, c'est un fait contenu dans la légende dorée racontée par San Bonaventura di Bagnoregio, ce n'est pas correctement un fait historiquement documenté. Au lieu de cela, il est historiquement documenté que Santa Chiara, qui a fondé plus tard la branche féminine franciscaine, au lieu de cela, il a dû adopter une règle existante, prenant celui des religieuses bénédictines.

Le canon XIII du 4e concile du Latran avait en effet solennellement sanctionné:

.

"Parce que la variété excessive des ordres religieux ne cause pas de grave confusion dans la Sainte Église de Dieu, Nous interdisons strictement la création de nouvelles commandes à l'avenir. Alors, qui voudrait embrasser une forme de vie religieuse, choisissez l'un de ceux déjà approuvés. De la même manière, quiconque souhaite fonder une nouvelle maison religieuse doit faire sienne la règle et les institutions des ordres religieux déjà approuvés » [traduction du latin mia].

.

Je demande à mon accusateur: comment était-il possible que le canon d'un concile œcuménique convoqué et présidé par le Souverain Pontife Innocent III, a ainsi été partiellement ignoré avec certains stratagème à partir de son Haut successeur Honorius III? mais, par dessus tout, comment il est possible qu'il ait ensuite été complètement ignoré et donc totalement annulé par les papes ultérieurs, qui a permis à la fois la création de nouvelles commandes et l'approbation de nouvelles règles spécifiques? Clarifié ceci, peut-être que quelqu'un pourrait sûrement répondre ... "Ah, mais parce que là c'étaient des ordres religieux, pas de sexe! Pourquoi, il n'est pas question de sexe ".

Quand le Saint Pontife Pie V a publié le missel, l'a défini intangible et irréformable avec beaucoup de anathema sit. bien, le premier à y mettre la main fut son successeur suprême Clément VIII trente ans plus tard, modifier substantiellement de nombreuses rubriques et changer radicalement les gestes du célébrant pendant la prière eucharistique. Clarifié ceci, peut-être que quelqu'un pourrait sûrement répondre ... "Ah, mais parce que là ce n'était que la célébration du Sacrifice eucharistique, complètement secondaire, Je respecte ce qui peut en être un définir la vérité de la foi comme l'interdiction de l'utilisation des préservatifs ".

Depuis des temps immémoriaux, une phrase est connue dans la sphère ecclésiale et ecclésiastique, dont les premières traces historiques nous les retrouvons à des époques très lointaines, au 11ème siècle, lors de certaines disputes houleuses de saint Pier Damiani au sujet de la morale, à savoir les éléments suivants: «Un pape bout et un autre pape bout». Que voulez-vous dire, avec une expression similaire? Une chose est certaine: cela ne veut pas dire que le bienheureux Pape Pie IX a marqué le dogme de la conception immaculée et que son Haut successeur Léon XIII pourrait le figer, car dans ce cas nous parlons de définitions dogmatiques solennelles des vérités de la foi. mais, tout ce qui n'était pas strictement lié aux définitions dogmatiques, il a toujours été marqué et effacé, même si ceux qui à l'époque avaient brandi utilisaient des termes solennels sur l'irréformabilité au fil des siècles avec beaucoup de recours à anathema sit! Et ce, juste pour être clair avec l'armée des théologiens improvisés: Je dis, l'histoire de l'Église le démontre sans aucune sanction possible. Toujours prouver que, sans une connaissance historique solide et profonde, on ne peut pas jouer avec la théologie dogmatique, ni avec la liturgie sacramentelle, ni avec l'exégèse et ainsi de suite ...

Simplement dit,: mon accusateur, il démontre qu'il n'a aucune idée de l'endroit où se logent l'histoire de la théologie dogmatique et l'histoire du dogme. en fait, beaucoup de ces éléments qui, dans les premiers grands conciles dogmatiques de l'Église, ont été marqués anathema sit, par la suite, ils sont devenus des doctrines de l'Église, jusqu'à leur plein développement dans le Concile de Trente avant, enfin au Concile Vatican II pour suivre. Et avec cela, j'ai réitéré et démontré davantage ce que certains danseurs amateurs peuvent prendre lorsqu'ils commencent à jouer aux puces sur Roberto Bolle..

pourquoi la vie humaine la formule dogmatique solennelle ne pouvait pas être utilisée Définitoire était un problème très clair tout d'abord pour son extenseur Auguste. Cela dit, je me souviens et je précise qui m'a accusé d'hétérodoxie, qu'en rejetant une formule dogmatique définissant, Oui c'est ipso facto en dehors de la communion de l'Eglise, car l'assentiment et le respect que les fidèles lui sont prêtés, il est basé directement sur l'autorité de la Parole de Dieu, ou comme on dit en langage théologique: doctrines foi croyance. tandis que la place, argumentant, ou même en désaccord, sur une déclaration définitive qui implique également l'exercice du ministère infaillible, d'autre part, on n'est pas en dehors de la communion de l'Église par hérésie flagrante, mais on a tout simplement tort, Pourquoi vérités définitives reposent sur notre foi dans l'assistance du Saint-Esprit au magistère et sur la doctrine catholique de l'infaillibilité du magistère, ou comme on dit en langage théologique: doctrines garder la foi. Comme pour tout le reste, Histoire de l'Église, certainement pas moi, montre comment "un pape bout et un pape bout", même si ceux qui avaient précédemment marqué avaient lancé des appels solennels à l'irréformabilité, Compléter avec "anathema sit!».

Le Conseil Pontifical pour la Famille, a émis un manuel pour les confesseurs le 12 février 1997 dans lequel il est clarifié:

.

"L'Église a toujours enseigné la méchanceté intrinsèque de la contraception, à-dire, de chaque acte conjugal infecondo intentionnellement. Cet enseignement doit être considéré comme une doctrine définitive et irréformable ».

.

En tant que prêtre et confesseur, J'ai toujours suivi scrupuleusement cette doctrine. En tant que théologien et esprit spéculatif avec une connaissance décente de l'histoire de l'Église, des conseils, de la dogmatique et des sacrements, à la place je ne peux pas omettre de dire, comme en effet je l'ai fait, que même la confession non répétable, c'était une doctrine définitive et irréformable, au même titre qu'un conseil, de manière définitive et irréformable, imprimé dans un canon qu'il n'était pas possible de fonder de nouveaux ordres religieux, sauf pour permettre, dans les siècles suivants, la naissance d'autres ordres et de centaines de congrégations religieuses. Le Missel de saint Pie V promulgué en 1570, c'était irréformable, toujours avec beaucoup de "anathema sit!». Et irréformable c'était au point que, depuis le début de 1600 jusqu'à 1962, il a été corrigé dix-huit fois, jusqu'à atteindre la réforme liturgique esquissée par CONSEIL que, cette exprimer, ce Vénérable Missel irréformable au fil des siècles avec beaucoup de menace accompagnée "anathema sit!», il a été littéralement brisé en morceaux par le bras armé d'Annibale Bugnini et de ses collaborateurs, enfin promulguée avec l'approbation et la signature du Saint Pontife Paul VI.

donc, de quoi parlent certains amateurs de théologie, devant qui parler et agir on ne peut que constater que pour eux, l'Eglise, semble être né au début du XXe siècle avec le Saint Pontife Pie X, qui ne manque pas une occasion de démontrer, entre autre, combien ils ne savent même pas?

Dire des choses comme ça, cela ne veut pas dire être de dangereux inducteurs d'âmes, mais simplement pour dire ce que c'est historiquement, théologiquement et ecclésialement vrai. Il est également vrai que, est le Vitae protectrice des animaux, au lieu de la sexualité humaine, avait traité des sciences bibliques ou de la doctrine sociale de l'Église, certaines controverses mises en scène par des armées de sujets sexophobes qui considèrent le sexe et uniquement le sexe, l'origine et le centre de tout le mystère du mal, ils ne seraient jamais déchaînés.

C'est de plus en plus légal, spéculant toujours, demander et demander: payer les taxes nécessaires, c'est un impératif donné par le Christ Dieu lui-même [cf. Mt 22, 21]. en fait, Christ lui-même, payé la taxe au Temple, le jugeant légitime et respectueux. À cet égard, il a chargé Pietro de le payer "pour vous et pour moi" [cf. Mt 17, 22-27]. C'est donc un impératif fondé directement sur l'autorité de la Parole de Dieu, ou comme on dit en langage théologique: doctrines foi croyance. pourquoi, nous n'avons pas encore procédé à une déclaration de définition solennelle du plus haut magistère infaillible? tous, toujours parler et procéder par spéculation loin du pèlerin.

Ces théologiens noyau dur, sans parler des pratiquants laïcs qui de blog en blog ont improvisé des théologiens dogmatiques et prétendent aujourd'hui dogmatiser la vie humaine l'élever au rang de déclaration solennelle définitive, non seulement rendre mauvais service à cette belle Encyclique, mais ils remettent en question les capacités théologiques et doctrinales de ceux qui l'ont écrit et l'ont ensuite fait don à l'Église, montrant ne même pas savoir distinguer les degrés très différents qui courent entre une déclaration définitionnelle et une déclaration finale; ou ce que signifie rejeter le premier et ce que signifie discuter du second, sans jamais remettre en question la doctrine donnée par l'Église et surtout l'appliquer toujours et scrupuleusement dans l'exercice du ministère sacré sacerdotal.

Cette encyclique, l'Eglise, il a également été donné par un Saint-Pontife qui était parfaitement conscient de ne pas pouvoir "verrouiller" l'interdiction de l'utilisation des contraceptifs avec la formule dogmatique solennelle définissant. Il suffirait de connaître l'histoire de la la vie humaine et donc savoir, par exemple, que la majorité des membres de l'épiscopat et des théologiens experts étaient en faveur d'une utilisation modérée de la contraception. Parmi les partisans, il y avait l'évêque de Vittorio Veneto de l'époque, Albino Luciani, est devenu plus tard patriarche de Venise et plus tard successeur du Saint Pontife Paul VI avec le nom de Jean Paul I. Les discussions ont pris fin et l'encyclique a été promulguée, L'évêque Albino Luciani a convoqué son clergé diocésain et a dit à ses prêtres réunis en assemblée:

.

«Beaucoup d’entre vous savent, Comme je le pensais. Maintenant, le Souverain Pontife a publié une encyclique et nous a donné une doctrine et une discipline auxquelles nous devons tous vouer le respect et diffuser son enseignement parmi les fidèles catholiques ".

.

Dans cette phrase, il est contenu, entre autres, la différence entre un homme de Dieu et un bigot qui investit le monde entier au son de ... "On ne discute pas! Hétérodoxe ... hérétique!». Mais non, car sur certaines disciplines nées de déclarations définitives, ça peut être discuté. D'un autre côté, ce qui ne peut et ne doit jamais être fait, est de les rejeter et de ne pas les appliquer, cela ne peut pas être fait, jamais et en aucun cas.

Il y a quelques années, juste parler de manière provocante avec des personnes obsédées par la sexualité humaine, de ceux pour qui les sept péchés capitaux ont été réduits uniquement à la luxure et qui ont considéré et présenté l'interdiction de la contraception comme un dogme définissant intangible de la foi, Je me suis souvenu que les préservatifs n'étaient pas inventés et mis sur le marché au début des années soixante-dix du vingtième siècle, mais qui étaient déjà utilisés par les Egyptiens et les Grecs, très talentueux, entre autre, pour les produire avec des cloques d'animaux très minces. et pourtant, Jésus-Christ, qui en était sûrement conscient, dans sa prédication publique, il n'a jamais fait référence à cela, il n'a jamais fait d'interdictions impératives. Bien au contraire, Jésus-Christ, il a dit clairement et précisément que c'était un devoir de payer des impôts à César. puis, Jésus-Christ, il s'est exprimé clairement à cet égard. mais, malgré, Je ne sais pas que le paiement des impôts - qui est un devoir et une obligation à remplir - ait été solennellement défini comme un dogme de la foi. puis, ce que nous pouvons et devons dire?

A cela j'ai ajouté plus: deux époux catholiques qui, en violation des dispositions de l'Église, utilisent des contraceptifs dans leur chambre fermée ou dans un autre lieu privé approprié, à toute la communauté, peut-être lui causent-ils de graves dommages causés par l'armée des fraudeurs fiscaux? Pourquoi, qui ne paie pas d'impôts, il vole non seulement la communauté entière et oblige l'État à augmenter les recettes fiscales de ceux qui les paient et qui ne peuvent y échapper, être des travailleurs à salaire fixe ou des retraités, mais en échappant aux autorités fiscales, ils n'ont pas l'argent nécessaire pour que notre système serve à garantir l'éducation et la gratuité des soins de santé pour tous, verser des pensions aux personnes âgées qui ont travaillé et payé des cotisations toute leur vie, etc..

Si la discipline qui interdit l'utilisation des méthodes contraceptives n'est pas pris en charge et ne peut pas être pris en charge sur le dogme - Chose qui, Je répète, le Saint Pontife Paul VI savait très bien -, cependant, il peut être soutenu par de nombreux autres passages des Saintes Évangiles, de ce qui suit:

.

« Entrez par la porte étroite, Car large est la porte, spacieux le chemin qui conduit à la destruction, et beaucoup être là qui entrent par:; Comment étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la vie, et peu ceux qui la trouvent!» [Mt 7, 13-14].

.

A partir de ce passage de l'Evangile, Je voudrais revenir sur l'explication de ce que j'ai toujours expliqué à chaque fois que j'ai présenté ou illustré cette encyclique, clarifier pourquoi, aujourd'hui, il y a encore plus de cinquante ans, lorsqu'en 1968 il a été promulgué, il contient en lui-même un message courant, prophétique et en tant que telle à suivre. La clé pour comprendre la la vie humaine, ce n'est pas en fait l'esprit misogyne ou sexophobe, ou pire encore, la soi-disant obsession du sexe et de la sexualité humaine par certains amateurs de théologie et de morale: rien. la la vie humaine Il est donné ce qui exalte et fait aimer. Et ce qui est donné et est fait pour aimer, pas sale, comme je l'ai dit une fois dans un salon privé à un célèbre acteur porno qui faisait partie des invités, répondre à certains de ses concepts bizarres imprimés sur une fausse idée de la « liberté sexuelle », il n'a rien à soulager, à partir de la première femme, traité dans un film pornographique comme un objet de plaisir, souvent avec tout le cas d'outrage. Parce que la figure de tous les privilégiés et surtout dans attenzionata la vie humaine il est la femme, Je suis désolé que dans les années soixante-dix, les féministes en colère dans les rues, ils n'ont jamais compris comment le Saint Pontife Paul VI, avec cette encyclique, dit un "non retentissant et extraordinaire, à la femme-objet!".

Et aujourd'hui, à la fois ceux qui frappent le clou en relisant le la vie humaine, à la fois ceux qui, souffrant de sexophobie incorrigible, considérer l'interdiction de la contraception comme un dogme de la foi catholique au-dessus du dogme de l'incarnation de la Parole de Dieu, de ce texte prophétique et clairvoyante qu'ils ne comprenaient rien. Parce que l'enseignement et le ministère de l'Église pèlerine sur terre, Elle ne repose pas, et n'a jamais été basée sur l'homme de la castration freudienne, mais bien au contraire sur la pleine libération d'un homme appelé par Dieu à utiliser sa sexualité pour aimer, jusqu'à atteindre le point culminant de l'amour par le don de la vie.

Ma modeste expérience d'une personne qui étudie et qui se consacre à des recherches incessantes dans le domaine des sciences philosophiques, historique et théologique, elle a toujours été accompagnée de l'exercice du ministère sacré sacerdotal, surtout en tant que confesseur et directeur spirituel, dans une relation réelle et incessante avec moi Christi fideles et le contact étroit avec les vies humaines et leurs histoires souvent très complexes. C'est ma vie a toujours vécu la théologie dans le monde de la réalité, m'a amené à toucher un élément vraiment dramatique et pernicieux: ces catholiques autoproclamés, ainsi que des théologiens pratiques plus ou moins improvisés qui font rage sur le sexe et la sexualité humaine comme si elle était le centre de tout le mystère du mal. Et si on va analyser ces sujets, on découvre surtout des malheureux qui, dans leurs pauvres vies, ils n'ont jamais réussi à développer une dimension émotionnelle et sexuelle sereine et équilibrée. souvent, sinon presque habituel, derrière ces chiffres se cachent de grandes frustrations et insatisfactions, qu'ils se défoulent ensuite à travers une morale inhumaine pour dire le moins, à travers un Saint Evangile privé de son essence et réduit à un code de la route aride. Et précisément à ces gens, Christ a donné, il a reproché à l'époque:

.

« Ils lient des fardeaux lourds et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne seront pas lever le petit doigt " [Mt 23,4]

.

A toutes les questions exprimées ici, le résultat de spéculations loin de faire l'objet d'une censure canonique, les théologiens amateurs n'ont jamais répondu, ils ont juste rétorqué, en faisant des coupures et des points malhonnêtes sur mes mots ou en extrapolant des phrases en dehors de leur contexte précis, jusqu'à m'accuser publiquement d'être contre le la vie humaine, les lois et ... les «dogmes» de l'Église.

Bien que n'ayant pas de temps à perdre, Je suis malheureusement obligé, devant certains matériels circulant sur les réseaux sociaux, pour préciser que je n'ai jamais fait de telles déclarations e, qui m'accuse, il est vraiment malhonnête. Parce que je suis Roberto Bolle, pas un poulet grattant dans le poulailler social. Donc en tant que tel j'ai une image, mais surtout j'ai des talents qui m'ont été donnés par Dieu, dans une déférence dévouée à Dieu, Je dois défendre, les renvoyant enfin à Dieu après les avoir fait fructifier, tout comme le Saint Evangile nous enseigne à travers la parabole des talents [cf. Mt 25, 14-30].

.

de l'île de Patmos, 6 août 2020

.

.

NOTE à titre posthume 12 septembre 2020

Un certain M.. Carlo Borghesi envoie une communication en juillet à L'île de Patmos pour nous informer qu'il ferait une vidéo de mes déclarations hétérodoxes que je n'ai jamais faites sur l'encyclique la vie humaine du Saint Pontife Paul VI. J'ignore le message. Comme promis, il fait une vidéo dans laquelle, avec une véritable malhonnêteté intellectuelle, mais surtout avec un manque évident de connaissance de ces questions doctrinales spécifiques, formule cette accusation injustifiée et inexistante contre moi, faire couper et coudre mes écrits et vidéos. Malgré avoir essayé d'ignorer ce chercheur de controverses et de querelles et malgré avoir essayé par tous les moyens d'éviter la controverse, Je me retrouve ainsi obligé de me défendre contre une accusation publique et non légère d'hétérodoxie.

.

Les Pères de l'île de Patmos ont inclus dans les articles la lecture audio pour les lecteurs affectés par ces handicaps qui les empêchent de lire et en même temps de fournir un service à ceux qui, voyageant et incapables de lire, peuvent profiter de l'audio- en train de lire

.

.

tout comme Ariel S. Levi di Gualdo sur le blog de Carlo Borghesi qui s'est plaint plus tard que le prêtre et le théologien, répondre sur le bien-fondé de ses accusations, il aurait “osé” utiliser son image pour présenter aux lecteurs le visage de la personne qui l'accuse publiquement d'hétérodoxie [voir QUI].

À cet article de moi une seconde a suivi 12 août [voir, QUI] où je retourne pour approfondir le thème de la vie humaine et l'interdiction de l'utilisation de la contraception, expliquant à la lumière de l'histoire du dogme les concepts de reformabilité e irréformabilité. Mon Procureur n'a pas répondu sur le fond des questions soulevées par moi, étayées par des preuves historiques [voir, QUI], il s'est borné à déclarer offensé certaines de mes réponses colorées - comme je l'avais moi-même admis en privé -, fruit non d'irrévérence mais de mon ironie toscane-romaine typique. Sans se décourager, il a continué à découper et à coudre mes écrits et mes leçons vidéo pour m'attribuer ce que je n'ai jamais dit et en refusant de contester la question soulevée par lui., pour le lancer personnellement ou en s'attachant à “nothings” selon lui hors de propos. Ce faisant, il a tenté de frapper un prêtre et un théologien en l'attaquant personnellement et en prononçant des jugements sérieux sur ma conscience et ma vie sacerdotale.. en fait, ne pas pouvoir me nier sur le fond des questions historico-théologiques et doctrinales que j'ai présentées, avec un esprit vraiment pharisien, il essaya de s'attacher à former, un “petit mot” ironique. Et quelqu'un est même tombé amoureux, hélas … En agissant ainsi, il a tenté de frapper un prêtre et un théologien en l'attaquant personnellement et en prononçant des jugements graves et sévères sur ma conscience et ma vie sacerdotale., complètement au-delà du mérite de la question théologique soulevée par lui et contestée par moi dans un esprit d'adhésion totale au dépôt de la foi et à la doctrine catholique.

.

Malheureux au-delà de la mesure humaine l'exploitation décontextualisée réalisée dans sa vidéo sur un échange théologique qui a eu lieu 2015 entre le regretté presbytre et le théologien Antonio Livi et moi. En vain j'ai essayé de clarifier par un message privé que ce théologien distingué et mon cher frère qu'il essaie d'utiliser contre moi., il m'a toujours aimé et pendant sa maladie j'ai été le premier à me précipiter et à faire de mon mieux pour l'aider sur le plan matériel, organisationnel et humain, comme de nombreux ecclésiastiques peuvent le confirmer, les laïcs et leurs collaborateurs directs [voir mon article commémoratif, QUI].

.

D'où des attaques personnelles au-delà du thème théologique visant à éluder la contestation initiée par mon accusateur qui insiste pour conférer le rang de dogme de la foi immuable au fil des siècles à l'interdiction de la contraception et m'accusant d'hétérodoxie pour l'avoir résolument nié en ce sens. En fait, je répète que l'interdiction de l'utilisation des contraceptifs n'est pas un dogme de foi ni une déclaration de Magisterium définitionnelle. Que cette interdiction donnée sous forme finale peut être révisé à l'avenir par un autre Souverain Pontife - ce qui, je pense, est très improbable -, Je l'ai expliqué purement hypothétiquement en ramenant un à un tous les exemples liés aux interdictions donnés sous forme finale mais malgré radicalement changé au cours de l'histoire de l'Église, comme je l'explique dans cet article du 6 août. ici, à toutes ces choses exprimées non avec ironie, mais avec une précision historique et théologique, mon accusateur n'a pas répondu, simplement parce qu'il s'est montré amateur de théologie et n'a rien à voir avec cela, pour cela, il se borna à s'attacher à “petit mot” ironique. Je répète: attaquer une personne qui répond ensuite sur le mérite doctrinal précis, démantelant les inexactitudes de l'accusé, éluder la question du mérite parce que vous ne voulez pas admettre “J'ai eu tort de gifler Mike Tyson et il m'a assommé avec une gifle”, puis attachez-le en réponse au “petit mot” ironique, cela équivaut à un débat théologique pour faire pâlir sophistes et pharisiens! Malheureusement,, ces sujets, parfois ils trouvent même crédit auprès de certains ecclésiastiques qui, humainement et culturellement, sont peut-être encore plus mal lotis qu'eux..

.

le site de M.. Carlo Borghesi qui accuse le Père Ariel d'hétérodoxie est «sous le patronage et la bénédiction apostolique de S.E.R.. Luigi Negri ", cela pourrait suffire à avertir un La fumée de manière à inciter à émettre une hypothèse sur le mandant éventuel et l'éventuel exécuteur testamentaire … Si en fait le père Ariel avait été un libertin bien connu et joyeux du fait de Silvio Berlusconi et en tant que tel il avait été publiquement indiqué, le très excellent prélat aurait retiré sa signature et sa bénédiction en criant à l'attaque de la lèse majesté ou en déclarant, comme il l'a fait en son temps, qu '"un homme politique est jugé sur ses actions gouvernementales et non sur sa vie privée".

Restez essayé que je ne me suis jamais disputé avec mon accusateur dont je n'avais jamais entendu parler ou dont je n'avais jamais entendu parler, Je me suis limité à me défendre contre une accusation publique d'hétérodoxie, parce que c'est lui qui m'a attaqué, pas moi lui. Je pense qu'il ne devrait pas se plaindre. Au lieu de cela, il avait quelque chose à se plaindre et se déclare outré en faisant inclure sa photo dans mon article, ce qu'il a dit serait une violation de son intimité, au point de sombrer dans le ridicule au point de déranger mon saint évêque pour me menacer de plaintes (!?). Si ce n'était pas tragique, ce serait ridicule, parce que non seulement mon accusateur a utilisé mon image publique, mais il en a abusé au point d'utiliser des fragments décontextualisés de mes leçons vidéo, à suivre avec la publication d'une photo de moi avec une légende qui me donne ce que j'ai jamais affirmé et écrit, à savoir que le la vie humaine ce serait une simple discipline ecclésiastique, parce que mes discours contenus dans des articles et des leçons vidéo sont beaucoup plus approfondis et articulés, en commençant par les deux derniers auxquels je renvoie nos lecteurs [voir QUI, QUI].

.

A ma demande de supprimer mon image aussi accompagné de légendes et de fragments décontextualisés de mes vidéos, comme à sa demande j'avais pris des mesures pour supprimer les siennes et éliminer certaines expressions ironiques qui n'étaient pas du tout offensantes et infâmes [voir QUI], mon Accusateur a répondu en montrant un tel respect pour la dignité du prêtre au point de me dire d'écrire:

.

"Je m'excuse pour la façon dont je suis dégoûtant en tant que personne puisque j'utilise des mots et des méthodes dignes d'un proxénète de prostituées certainement pas d'un prêtre du Christ".

.

À mon accusateur, qui m'a d'abord donné une gifle sur la place publique puis a commencé à réclamer ma tête errant d'un évêque à un autre, propriétaire et émérite, après que je me suis défendu d'une accusation très grave, "Vous devez envoyer nos meilleurs vœux pour avoir organisé un tel jeu avec un sujet comme vous", répondit un haut magistrat du Tribunal suprême de la signature apostolique, en regardant l'ensemble. Et qui a des oreilles pour comprendre qu'il a l'intention, dans l'intérêt et pour le bien de tous, mais de tout, car si mon intégrité d'homme et de prêtre n'a jamais posé de problèmes d'ordre doctrinal, moral et patrimonial n'est pas défendu par ceux qui sont en devoir, dans ce cas je le défends avec toute la conscience de la dignité du prêtre, même le pire prêtre du monde, être et rester toujours un don divin inviolable ...

.

de l'île de Patmos, 12 septembre 2020

 

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:



ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:
.1

payable à Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

.

avatar

À propos de isoladipatmos

Une réflexion sur "«Je suis Roberto Bolle, pas un poulet qui se gratte dans le poulailler ". Ces catholiques déprimés et déprimés qui enferment la moralité dans un préservatif et qui considèrent le sexe comme le centre de tout le mystère du mal (avec la note finale ajoutée sur 12 septembre)

  1. J'ai regardé la vidéo du théologien laïc en herbe.

    Essayez de faire voir votre ami psychiatre suisse. Il peut simplement avoir des troubles mentaux, et peut-être, besoin d'aide.

    salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.