Face au mystère du Christ ressuscité, nous ne pouvons renoncer à vivre et nous réduire pour survivre

Le dell'omiletica angle des Pères de l'île de Patmos

AVANT LE MYSTÈRE DU CHRIST MONTÉ, NOUS NE POUVONS PAS RETOURNER POUR VIVRE ET RÉDUIRE POUR SURVIVRE

.

Ma conscience d'homme, de catholique, du prêtre et citoyen italien exige donc que je prenne la décision suivante: c'est la dernière fois que je célèbre la Sainte Messe en direct à la télévision, parce que je ne veux pas devenir complice d'une manière absurde et mortifiante de faire. D'autres décideront différemment, mais je ne peux pas, Je n'ai pas à le faire et je ne veux pas faire autrement, parce que je veux vivre et pas seulement survivre, Je veux être un témoin responsable du Christ ressuscité, le seul qui nous libère de la terreur du mal et de la mort.

.

.

John Zanchi

.

.

Format PDF Imprimer l'article

.

.

Brothers,

l'effigie de Santa Maria del Conforto, vénéré dans le diocèse d'Arezzo

célébrons cette Sainte Messe à la gloire de Dieu et en l'honneur de Santa Maria à la résurrection du Seigneur (cf Collection des messes de la Bienheureuse Vierge Marie 15). Le samedi est particulièrement consacré à la dévotion mariale, parce que le samedi saint, la Vierge était seule sur la face de la terre pour croire et espérer dans la résurrection de Jésus d'entre les morts; le samedi saint, toute la foi de l'Église était «enfermée» dans la Très Sainte Marie, toujours uni dans la foi obéissant à son Divin Fils. pour ce, vient de ressusciter, Jésus est apparu pour la première fois à sa Sainte Mère; à ce sujet, J'ai relu une partie de ce que saint Jean-Paul II a enseigné lors de l'audience générale de 21 mai 1997:

.

«Les Évangiles rapportent un petit nombre d'apparitions de Jésus ressuscité et certainement pas le compte rendu complet de ce qui s'est passé dans les quarante jours après Pâques. La vierge, présent dans la première communauté de disciples (cf A 1, 14), comment il aurait pu être exclu du nombre de ceux qui ont rencontré son divin Fils ressuscité des morts? En effet, il est légitime de penser que la Mère était probablement la première personne à laquelle Jésus ressuscité est apparu. L'absence de Marie du groupe de femmes qui vont au tombeau à l'aube (cf Mc 16, 1; Mt 28, 1), cela ne pouvait peut-être pas être une indication qu'elle avait déjà rencontré Jésus? Cette déduction serait également confirmée par le fait que les premiers témoins de la résurrection, à la demande de Jésus, ce sont les femmes, qui est resté fidèle au pied de la croix et donc plus ferme dans la foi. jeLe caractère unique et particulier de la présence de la Vierge au Calvaire et sa parfaite union avec le Fils dans la souffrance de la Croix, sembrano postulare una sua particolarissima partecipazione al mistero della risurrezione. Présent au Calvaire pendant le Vendredi Saint (cf Jn 19, 25) et dans la chambre haute à la Pentecôte (cf A 1, 14), la Sainte Vierge était probablement aussi un témoin privilégié de la résurrection du Christ, complétant ainsi sa participation à tous les moments essentiels du Mystère pascal ».

.

Saint John Paul II enseigne donc que, parmi les privilèges surnaturels singuliers que Notre-Dame avait de Dieu, il y avait aussi l'apparition du Fils ressuscité des morts. Pour nous, maintenant, la rencontre avec Jésus ressuscité a lieu d'abord dans le sacrement de l'Eucharistie, célébrée dans la Sainte Messe et reçue dans la Sainte Communion; sous les apparences du pain et du vin consacrés il est bien présent, vraiment et substantiellement Jésus ressuscité, dans le corps, sang, l'âme et la divinité; ce même Christ ressuscité que les bienheureux apprécient déjà au paradis, ce même Christ ressuscité que Notre-Dame et les premiers disciples ont contemplé ici sur terre dans le 40 jours de la première Pâques, ce même et même Christ ressuscité nous est maintenant communiqué dans le Saint-Sacrement de l'autel; la seule différence entre les bienheureux du ciel, Notre-Dame et les premiers disciples et nous sommes qu'ils le contemplent et le contemplent en vision, pour l'instant seulement dans la foi sous le voile du sacrement.

.

Dans la Sainte Messe et dans la communion sacramentelle nous jouissons donc de la présence de Jésus ressuscité qui nous assimile à lui et nous communique sa vie glorieuse. Mais à cause de la pandémie en cours, la grande majorité des fidèles est depuis trop longtemps privée de la grâce de participer à la Sainte Messe et de recevoir la Sainte Communion. Au début nos évêques ont justifié cette privation très grave comme un sacrifice douloureux et un acte de responsabilité de la part de l'Église, favoriser la lutte commune contre la propagation de la maladie e, dans l'émergence de l'urgence, cela pourrait également être tout à fait acceptable, en attendant de pouvoir s'organiser en toute sécurité. Mais maintenant, continuer à refuser la participation à la Sainte Messe et la réception des sacrements pour une durée indéterminée, expose notre peuple à de graves risques spirituels, plus dangereux que les physiques; J'en énumère certains: tout d'abord le danger de croire que la foi peut se réduire à une simple opinion subjective à vivre uniquement en privé, sans forme publique et sociale et qu'en effet une pratique religieuse sans rites et manifestations publics et réduite à l'accomplissement de prières solitaires et d'actes philanthropiques serait plus pure et mature; alors le danger que l'Église soit totalement asservie à l'État, sans aucune liberté de prédication et d'action, ni en interne ni socialement, comme cela se produit par exemple dans la Chine communiste, origine de cette pandémie qui nous afflige; quindi il pericolo che le nostre chiese siano falsamente considerate i luoghi più pericolosi per la salute pubblica e le nostre Liturgie fonte principale di diffusione del contagio virale ― mentre le chiese sono i luoghi dove con più facilità si possono osservare le norme della profilassi e la celebrazione dei Sacramenti sono gli atti meno pericolosi per la salute ―; enfin le danger que les gens se convainquent à tort de l'inutilité de la foi chrétienne et de l'existence même de l'Église.

.

Il est maintenant clair que de nombreux politiciens et leurs soi-disant experts, de nombreux journalistes, beaucoup - trop - de gens ordinaires veulent exploiter la pandémie pour anéantir la présence et l'œuvre de l'Église en Italie, forçant les catholiques à pratiquer la foi même dans les églises, mais les prêtres dans la fermeture des sacristies et les fidèles dans la fermeture de leur propre maison, isolés les uns des autres.

.

Jusqu'à présent, nous nous sommes adaptés à de nombreux sacrifices spirituels avec de grandes souffrances même dans des choses très importantes, mais maintenant la situation a changé - grâce à Dieu et au sacrifice de beaucoup - et il n'est plus possible de continuer à vivre comme ça, à savoir: par peur de la mort physique, pour survivre et renoncer à vivre; mourir de chômage pour ne pas mourir de contagion virale; mourir en tant qu'Eglise pour continuer à survivre en tant que croyants célibataires à peine tolérés par le monde incrédule. Ceux qui ne croient pas au Christ ressuscité des morts finissent toujours et inévitablement par survivre plutôt que par vivre: «Si les morts ne sont pas ressuscités, nous mangeons et buvons, parce que demain nous mourrons » (1Cor 15, 32), alors les athées pensent et vivent; mais nous chrétiens sommes les témoins du Christ ressuscité des morts et nous ne pouvons pas renoncer à vivre pour nous réduire à survivre, ni comme hommes ni comme chrétiens.

.

Cela signifie également que les messes ne sont télévisées ils ont eu leur temps et il n'est plus nécessaire ni approprié de continuer à célébrer dans les églises désertes avec tout notre peuple réduit à une masse informe de téléspectateurs plus ou moins impliqués; dans de nombreux autres pays touchés par la pandémie, ils ont continué à célébrer la Sainte Messe avec le peuple, certainement avec les précautions nécessaires; maintenant il est possible de commencer à le faire aussi en Italie, sans aucune permission de quiconque - surtout pas des autorités civiles, qui n'ont pas le pouvoir de nous interdire ou de nous permettre ce que nous devons faire dans les églises -; maintenant il est possible de recommencer pour célébrer les sacrements avec les gens de l'église, sans mettre en danger la santé physique de personne, certainement en le faisant avec cette responsabilité que nous, chrétiens, avons toujours abondamment montrée et enseignée aux autres en temps de calamité. Par conséquent, la retransmission en direct de la Sainte Messe doit revenir le plus tôt possible pour être un fait exceptionnel et sporadique au service spirituel uniquement de ceux qui, en raison de la maladie ou de la vieillesse, sont empêchés de participer personnellement; tous les autres fidèles doivent pouvoir retourner à l'église le plus tôt possible pour célébrer et recevoir les sacrements.

.

Jésus dit: «Je suis le pain vivant, vers le bas du ciel. Si quelqu'un mange ce pain, il vivra pour toujours ... Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai le dernier jour ". (Gv 6, 51. 54). Jésus dit "Faites ceci en mémoire de moi" (Lc 22, 19); Jésus ne dit pas: «Vous avez été enfermé chacun dans la maison de peur de mourir car il fait de même; chacun pour soi et Dieu pour tous ".

.

Ma conscience d'homme, de catholique, du prêtre et citoyen italien exige donc que je prenne la décision suivante: c'est la dernière fois que je célèbre la Sainte Messe en direct à la télévision, parce que je ne veux pas devenir complice d'une manière absurde et mortifiante de faire. D'autres décideront différemment, mais je ne peux pas, Je n'ai pas à le faire et je ne veux pas faire autrement, parce que je veux vivre et pas seulement survivre, Je veux être un témoin responsable du Christ ressuscité, le seul qui nous libère de la terreur du mal et de la mort.

.

Sainte Marie, acclamé par votre Divin Fils ressuscité des morts à l'aube de Pâques, intercéder pour nous et obtenir du glorieux Seigneur la libération de la pandémie et le courage de professer notre foi toujours et en tout lieu et en toute circonstance (sûr ou dangereux) et surtout nous libérer de la tyrannie du pouvoir mondain et de nous réduire pour survivre, prisonniers et paralysés par la peur de la mort.

Loué soit Jésus Christ!

.

Église cathédrale d'Arezzo, 2 mai 2020

Lady messe le samedi

.

.

Les méditations vidéo du Presbytre Mons. Giovanni Zanchi sont disponibles sur notre page

VIDÉO

.

.

Visitez les pages de notre boutique de livres QUI. Suite à l'urgence du coronavirus, la société Amazon qui imprime et distribue nos livres a dû prioriser la distribution des produits de première nécessité. L'impression et la distribution des livres reprendront ensuite après 4 mai.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:
 









 

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable aux Editions L'île de Patmos

IBAN IT 74R0503403259000000301118
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.

Qu'est-ce que tu veux faire ?

nouveau message

Qu'est-ce que tu veux faire ?

nouveau message

avatar

À propos de isoladipatmos

6 réflexions sur "Face au mystère du Christ ressuscité, nous ne pouvons renoncer à vivre et nous réduire pour survivre

  1. Decisione lodevole. Purtroppo ormai i danni incalcolabili sono stati fatti, e in modi e misure diversi ne siamo tutti più o meno colpevoli, ma con capofila la CEIP (P=Patriottica), que (minimo esempio) addirittura ci ha spacciato per Devozione in trasmissione diretta del 1° maggio unevento televisivoregistrato 5 giorni prima.

  2. Grazie per questa vigorosa testimonianza. Sono molto rattristata dalla situazione attuale, ma continuo a coltivare una tenace speranza fondata su Nostro Signore chesarà con noi fino alla fine dei tempi

  3. révérend Père, una domanda diretta: visto che da domani, 18 mai, potranno riprendere le sante Messe coram populo, Lei intende distribuire la Santa Comunione con guanti monouso?

    1. Nessuno può obbligarmi a fare una cosa del genere, puis, ciò che non si può comandare poiché contrario al sacro rispetto verso la Santissima Eucaristia, io non lo farò.
      Anche perché l’Autorità Ecclesiastica dovrebbe poi spiegarmi e rispondere in modo chiari a preciso a questo quesito: e i guanti monouso, dopo l’uso degli stessi, che fine faranno? Forse dovranno essere gettati nella raccolta differenziata?
      Figurarsi se io getterei nella raccolta differenziata guanti usati per toccare il Santissimo Corpo di Cristo.
      être clair: non si tratta di disubbidire, rien! Si tratta di non attenersi a ciò che oltraggia la Santissima Eucaristia, verso la quali, di oltraggi, ne sono stati recati fin troppi.

      Le faccio un altro esempio: une fois, mentre soggiornavo in una diocesi italiana, il vescovo diocesano mi disse: «Non portare la veste talare, perché i miei preti, che non la portano, sono infastiditi che uno porti la talare in pubblico». Je répondis: «Vostra Eccellenza ha modificato il Codice di Diritto Canonico e le disposizioni date a tal proposito da Paolo VI, Jean-Paul II, Benedetto XVI e dalla Conferenza Episcopale Italiana?» Dunque: io porto la talare come previsto, donc, che i suoi preti non protestino e che Vostra Eccellenza non si permetta mai più di suggerirmi cose contrarie alle leggi e alle disposizioni della Chiesa»

      ici, sempre per chiarire ciò che non è affatto disubbidienza.

      1. révérend Père, merci. Sono rincuorata dalla sua risposta. cependant, nella mia diocesi di appartenenza (Padova), le disposizioni del vescovo sono molto chiare e non certo identiche alle Sue. (http://www.diocesipadova.it/ripresa-delle-messe-con-il-popolo-il-decreto-del-vescovo-per-la-diocesi/).
        Je demande: se io accetto la S. Comunione con questa modalità, sono anch’io in qualche modo colpevole di un ‘oltraggio’se non altro perché lo permetto – oppure pas? E cosa dice del divieto di ricevere la comunione in bocca? Grazie in anticipo per la Sua risposta

        1. Adriana Cara,

          legga l’ultimo articolo di Padre Gabriele, perché al suo interno troverà molte risposte ai suoi quesiti.
          Per quanto mi riguarda le ribadisco che nessun vescovo può obbligarmi a distribuire la Santa Comunione con i guanti di lattice; guanti che poi andrebbero smaltiti, presumo nella raccolta differenziata di rifiuti, perché una cosa simile mi fa letteralmente inorridire.

          Una cosa molto importante, alla quale prestare attenzione, perché è una insidia nella quale è bene proprio non cadere, è l’uso ideologico e polemico della Santissima Eucaristia.
          Sappiamo infatti che si sono gruppi di persone, oggi accompagnati anche da seguiti blog e siti, che fanno battaglie contro la Comunione data sulla mano. A questi ideologiperché tali sononon poteva capitar di “meilleur” del coronavirus per incentivare le proprie polemiche.

          Come spesso ho spiegato ai lettori: personnellement, la Comunione sulle mani, non l’ho mai data a nessuno, pur prestando totale ossequio alle disposizioni date in tal senso a suo tempo dalla Conferenza Episcopale Italiana. en fait, il decreto in questione, autorizza a poter amministrare la Santa Comunione sia sulle mani o sulla bocca a scelta del fedele, sia a discrezione del celebrante sotto le due specie, ossia intingendo la sacra ostia nel Sangue di Cristo e porgendola al fedele sulla bocca. E così io ho sempre fatto sin da quando sono diventato prete: ho sempre dato la Santa Comunione sotto le due specie.

          Le battaglie portate avanti da certe persone, siti e blog, ils ne sont pas dans le ciel ou sur terre, perché ricevere con sacra devozione la Santa Comunione sulle mani, non è affatto il sacrilegio che loro vanno sbraitando in giro, quasi sempre attaccandosi a pseudo-teologie o a visioni catastrofiche di qualche mistico o mistica mal compresa.

          La Comunione sulle mani, par laïque, io non l’ho mai ricevuta. La prima volta che ho toccata la Santissima Eucaristia è stato dopo essere divenuto diacono. Ho sempre preferito riceverla in bocca, ma sempre ribadendo che, riceverla devotamente sulle mani, non è il sacrilegio che molti vanno dicendo in giro.

          I fedeli hanno sensibilità diverse, come le ho espresso portandole come esempio me stesso, prima da laico e poi da prete. Quindi lei non deve sentirsi obbligata in alcun modo a ricevere la Santa Comunione in una modalità che potrebbe crearle disagio. puis, faccia ciò che la sua coscienza le suggerisce di fare, per esempio rinunciando, au cas où, a fare la Comunione.

          La disciplina della Chiesta stabilisce che il fedele si confessi almeno una volta all’anno e che riceva la Santa Comunione a Pasqua (Catéchisme de l'Église catholique, nn. 2041-2043).
          La Chiesa non stabilisce, né mai ha stabilito, che è dovere del fedele fare di frequente la Comunione. rien, come infatti chiarisce sempre il Padre Gabriele nel suo ultimo articolo, “la Comunione frequenteè cosa molto recente, risale all’epoca del Santo Pontefice Pio X, pour être exact à 1905.

          Ciò che invece non va fatto è di dare vita a proteste e aggressioni verso l’episcopato, che per quanto riguarda la disciplina dei Sacramenti, non può e non deve certo prendere direttive e ordini da blogghettari, siti vari e giornalisti anziani che si sono messi a fare i teologi, i liturgisti, i canonistisenza averne né la preparazione, né la sensibilità, né l’autorità.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.