De la désorientation doctrinale de l'Église au péché des prêtres et au recyclage des laïcs. La perspective d'une culture sans compromis qui tout en condamnant sanctifie et sanctifie tout en condamnant

- Les pages théologiques -

DE LA DÉSORIENTATION DOCTRINALE DE L'ÉGLISE AU PÉCHÉ DES PRÊTRES ET AU RECYCLAGE DES LAÏCS. PERSPECTIVES D'UNE CULTURE NON TRANSIGENTE EN CONDAMNANT LES SANCTIFIES ET EN SANCTIFANT LES CONDAMNATIONS

.

la “tolérant” moderne, plutôt, il ne se sacrifie pas pour ses idées comme le ferait l'idéaliste, au contraire, on ne se fait pas scrupule de sacrifier ceux qui ont des idées contraires aux siennes, comme le ferait un dictateur envers ses adversaires. Combien de martyrs de la tolérance et des droits existent aujourd'hui? Mais peut-être que les martyrs les plus nombreux sont ceux qui sont présentés comme des semeurs involontaires de haine précisément parce qu'ils divergent, porteurs d'une haine qui ne peut être vue car elle n'est présente que dans le regard du tolérant en devoir qui a intérêt à utiliser la haine comme outil idéologique pour contrôler les masses.

.

auteur
Ivano Liguori, ofm. Capp.

.

.

Format PDF Imprimer l'article
.

LECTURE AUDIO DE L'ARTICLE

 

Les Pères dè L'île de Patmos ont inséré dans les articles la lecture audio pour les lecteurs touchés par ces handicaps qui les empêchent de lire et de fournir un service également à ceux qui voyagent et ne savent pas lire peuvent profiter de la lecture audio

.

je. UNE QUESTION DE PRINCIPE

 

l'effondrement de la voûte de la basilique de San Francesco à Assise en 1997 [Cliquez sur l'image pour ouvrir la vidéo]

Je suppose que je ne révèle pas de secrets indigne de confiance si je dis que garder les catholiques chrétiens, ces jours, ce n'est pas du tout une simple entreprise. Il ne s'agit pas tant de préserver seulement une identité traditionnelle apparente - du moins en ce qui concerne le continent européen - mais de montrer que Dieu a encore un certain droit de citoyenneté dans la vie des hommes et que le Christ est reconnu comme l'événement fondateur et définitif de la révélation. divina.

.

Selon un sondage la Centre de recherche Pew [cf. QUI] réalisée en 2017 sur un échantillon de 1.804 sensible, 80% des Italiens se déclarent chrétiens, le fait inquiétant concerne la fréquence, en fait le 23% participe aux services religieux au moins une fois par semaine, la 20% une fois par mois et plus 34% a une pratique beaucoup moins assidue. Selon d'autres données relatives à une recherche Ipsos sur 2017, toujours en Italie, son 60.000 répondants, Les catholiques diminuent. Cela passe de 85,4% de 2007 Al 74,4% la 2017. Une étude plus récente du 2018 dell 'Étude des valeurs européennes 84,4% des Italiens disent généralement croire en Dieu sans autre précision utile.

.

Données en main nous subissons une baisse drastique de la foi chrétienne mais ce qu'une enquête ne peut jamais dire concerne la motivation théologique qui représente la vraie raison de cette diminution. La motivation théologique qui devient une pierre scandaleuse sur laquelle se brisent les statistiques impitoyables réside dans le fait que l'on n'est plus en possession de la spécificité du christianisme, pour que nous soyons souvent perdus, à la merci d'une forme d'Alzheimer qui nous rend incapables de reconnaître la foi et de nous reconnaître comme des croyants prêts à donner raison, comme l'exprime saint Pierre dans sa première épître [cf. 1Pt 3,15-16].

.

Je donne un exemple pour être plus clair. Pas de juif, hier et aujourd'hui, on ne songerait jamais à désavouer l'alliance entre Dieu et Abraham et surtout l'événement fondateur qui a unifié le peuple élu lors des Pâques de libération en Egypte. Pas de juif, sain, douterait que Dieu soit le Goel libérateur et rédempteur du peuple et qui en Moïse a rendu possible le salut contre la domination du pharaon d'Égypte. Bien que cette foi ait été sévèrement mise à l'épreuve face aux terribles événements d'Auschwitz, la foi de nos frères en Abraham est restée pratiquement inchangée pendant des siècles et devient une raison pour que l'identité ethnique et religieuse soit célébrée avec fierté dans chaque famille.

.

Pour nous chrétiens, plutôt, avoir une certaine foi n'est pas une question d'orgueil mais d'embarras, nous sommes souvent les premiers à nous considérer comme intransigeants et fanatiques lorsque nous essayons de nous élever au-dessus de la médiocrité. puis, être plus digeste aux yeux du spectateur, nous préférons plutôt devenir rose et montrer un amour universel que nous pouvons magnifiquement justifier à travers le discours eschatologique de Matthew 24,31-46 qui - d'ailleurs - selon une exégèse correcte, il ne doit jamais être retiré des passages suivants – raconté par le Saint Evangéliste Matthieu, d'abord la parabole des dix vierges [cf. Mt 25,1-13] et puis celle des Talents [cf. Mt 25,14-29] – au risque de faire dire au texte sacré ce qu'il n'a vraiment pas l'intention de dire.

.

Comme preuve de cela, J'apporte un exemple à l'appui de mes paroles. Combien de fois avons-nous entendu parler de prêcher l'amour depuis les chaires? Combien de fois l'amour a-t-il été utilisé comme slogan et passe-partout pour tout justifier, même l'injustifiable et le déraisonnable? Combien de fois au nom de l'amour ont fait des choix complètement méchants, expression de la sentimentalité la plus émotionnelle et de la passion la plus séduisante? Le terme chrétien de charité se réfère à Dieu, selon l'enseignement de l'apôtre Jean: "Chère, aimons-nous, parce que l'amour vient de Dieu: quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, parce que Dieu est amour " [cf. 1Gv 4,7-8]. Triste est la conscience de vérifier que cet «amour» si fortement médiatisé aujourd'hui est privé de la présence de Dieu Trinité et utilisé comme un alibi par lequel le péché est normalisé jusqu'à ce qu'il s'épuise dans une attitude exclusivement philanthropique et utilitaire. Cette attitude d'appauvrissement charité en fait, ce n'est pas un vice moderne de la personne de Dieu, fort de cette sagesse disant Rien de nouveau sous le soleil [rien de nouveau sous le soleil] l'histoire du christianisme a déjà connu cette dégénérescence du concept d'amour depuis ses premiers siècles.

.

dans 361 d.C. l'empereur Julien l'Apostat, s'oppose vigoureusement au christianisme en menant une politique de paganisation du peuple et en revenant à la pensée néo-platonicienne. Le christianisme ne retiendra que l'activité caritative et l'attention au voisin qui tente de se greffer au sein de l'anti-Église païenne qu'il a conçue. L'histoire nous dit que la tentative était irréalisable, paganisme décadent, ainsi que l'athéisme moderne assumé par la religiosité d'élite, il ne pouvait rivaliser avec l'amour authentique de Dieu qui dans le Christ consiste en la caractéristique de l'héroïsme jusqu'au sacrifice de la vie et dans le Saint-Esprit de la caractéristique du missionnaire qui est la cause première de toute action vertueuse. L'amour, être authentiquement chrétien, il ne faut pas que faire du bien, mais cela doit conduire à un don de soi total, même avec ces gens et dans ces situations peu aimantes, en vertu du fait que si la justice du disciple n'excède pas celle du monde, il n'y a plus d'indication de perfection et de garantie de la présence de l'Esprit du Père, comme l'indique le saint évangéliste Matthieu [cf. Mt 5,20]. L'amour chrétien est cette vertu théologale qui se reconnaît en Dieu et conduit à lui, annonce le salut à l'âme, se convertit du péché et ouvre les portes du ciel.

.

Après cette digression nécessaire sur la relation entre Dieu et l'amour, revenons à la recherche des questions de sens qui interpellent notre foi. Qui est Jésus? Qu'est-ce qu'il est venu faire dans le monde? Ce sont encore les questions de base, dans la plupart des cas, des questions restent sans réponse pour de nombreux jeunes qui fréquentent le catéchisme et pour de nombreux jeunes chrétiens. La situation ne change pas beaucoup si nous soumettons cette question à des adultes, aux parents de ces enfants, ou à leurs grands-parents qui, tragique à dire, ils s'orientent vers un retour à l'analphabétisme religieux qui conduit à un véritable athéisme pratique.

.

Maintenant pour savoir qui est Jésus-Christ nous nous résignons à interroger les différents laïcs branchés qui social et à la télévision avec un air tamisé, ils dictent la nouvelle christologie à la page avec la circonstance aggravante que l'Église, le officiel, celui assigné au contrôle de la bonne doctrine, qui devrait confirmer les frères dans la foi, est silencieux. Et même quand il parle, essayant de mettre sur pied un déni bâclé et pâle, il le fait avec peu de conviction pour faire soupçonner que certaines affirmations hérétiques ont gagné une certaine sympathie même à l'intérieur des palais sacrés.

.

On peut dire, à ce stade, ce dogme est entré en crise? absolument pas. Qui est entré en crise est un certain il esttablissement ecclésiastique composé de pasteurs et de théologiens qui ont perdu - oui eux - la boussole de la foi et qui recourent de plus en plus à la catégorie du «mystère» essayant de se cacher derrière un écran, puisqu'ils ne peuvent plus donner raison à la foi et à l'espérance qui sont en eux, tout est inclus dans les première et deuxième épîtres de saint Pierre et dans l'évangile de saint Jean [cf. 1Pt 3,15; 2Pt 1,16-19; 1 Gv1, 1-4]. De cette façon, il a perdu les deux vertus théologales de la foi et de l'espérance, ce qui reste, amour, prend les connotations de la modernité et de la recherche du consentement à tout prix. Avez-vous déjà remarqué que la modernisation de la personne du Christ, l'Eglise, du magistère, de la morale, de la formation du clergé et de son identité a toujours été menée par les champions de l'amour et au nom de l'amour? Nous sommes arrivés au paradoxe, dans lequel la corruption doctrinale de l'Église est sous la bannière de l'amour! Qui aime ça, il faut réitérer, il s'est fait chair et a donné sa vie pour l'homme pécheur, Bref, même insulte à la blessure. Au plus fort de cette confusion doctrinale, il y a aussi l'acte sacrilège de vouloir confondre ou associer Dieu avec le péché. Mais si nous entendons rester fidèles au Christ et à l'Église catholique, comme l'a fait saint Thomas Becket avec son martyre, nous devons résister et la résistance chrétienne ne se réalise pas dans le chant de "Bella Ciao", mais 'laissez Pasquale ' qui nous rappelle que le Christ est Dieu, Seigneur et souverain, pécheur.

.

est, en fin de compte, être chrétien cela signifie entrer dans la vie intime de Jésus-Christ, et laissez-le régner en tant que dirigeant incontesté de mon existence - vérité réitérée chaque année à la solennité du Christ-Roi à la fin de l'année liturgique - peut-être est-il bon de reconnaître que quelque chose a mal tourné ou nous sommes confrontés à un grand malentendu. La foi est avant tout une adhésion de l'homme à Dieu et en même temps et de manière inséparable, c'est le libre assentiment à toute la vérité que Dieu a révélée et qui trouve plénitude en Jésus-Christ, révélation définitive et complète du mystère salvifique de Dieu (cf. le Seigneur Jésus).

.

donc, nous reconnaissons franchement que c'est nous prêtres, ainsi que les soi-disant chrétiens engagés - ceux qui, pour être clair, militent dans les mouvements ecclésiaux, ils se reconnaissent comme militants dans la vie sociale et politique du pays, qui aident dans la paroisse, qui pratiquent une œuvre caritative - au mieux, nous poursuivons un christianisme secondaire, bordure ou périphérie qui aux yeux des plus espiègles se révèle comme une façade christianisme.

.

Avec ce terme nous identifions une certaine culture chrétienne extrêmement variée et complexe qui néglige la fin ultime et surnaturelle de la foi qui consiste en le salut de l'âme, ignore la lutte spirituelle contre le péché et l'ouverture à la grâce divine ainsi que la nécessité de rester dans une foi catholique divine observée au sein d'une communauté de foi qui se reconnaît au sein de l'Église de Rome.

.

Conte christianisme secondaire dissipe largement la figure du prêtre en le réinventant en tant que manager, un conservateur de musée diligent et un travailleur social régulièrement rémunéré et avec des horaires de travail variables. La même dissipation se retrouve chez les laïcs, chez ceux qui ne s'identifient plus dans la catégorie des fidèles (puis fidèle à qui et à quoi? mah!) et pour cette raison, ils choisissent de s'hybrider dans des modèles de christianisme qui les transforment tous en figures mythologiques difficiles à concilier dans un chemin de foi et une vie qui dans le baptême a été transmise à Dieu..

.

Il ne fait aucun doute qu'il est urgent de réitérer une question de principe: l'essence du christianisme réside dans ce petit mot que Jésus prononce plusieurs fois dans l'Évangile de Jean [cf. Gv 8,24; 8,28; 8,58; 13,19; 18,5] se désigner: est-ce’Je suis - en greco ἐγὼ εἰμί, Je eimi -, qui est une garantie d'identité divine [cf. il est 3,14-15] et de salut pour chaque créature.

.

C'est le choix total de ce moi divin qui met en crise et que, comme le montre la lecture de Jacob Neusner dans son livre "Un rabbin parle avec Jésus", constitue la grande différence entre l'Israël éternel et le Nouvel Israël composé du peuple des baptisés rachetés par la Passion du Christ et sa résurrection.

.

Mien Je identité il doit être capable de reconnaître le mystère de Dieu, réprimer'Je suis qui a la première place [cf. Lc 14,25-33] et qui me jette au sol [cf. À 22,8] et ça terrifie chaque fois que je présume de le posséder et de le gérer à ma guise [cf. Gv 18,6], tous, il se trouve enfermé dans les Évangiles de San Luca et San Giovanni.

.

Qui est Jésus? Jésus est Dieu, comme l'indiquent divers passages des Saintes Écritures, en particulier le saint évangéliste Luc, à suivre avec l'Évangile de saint Jean et la correspondance paulinienne [cf. Lc 22,70; Gv 1,1.14; Gv 5,18; Gv 8, 58; en 2,6; Col 2, 9; Col 1,15; Eb 1,3], est le Seigneur [cf. Rm 10,9; Gv 20, 28; Lc 23,39-43; en 2,11], il est l'authentique révélateur du Père [cf. Gv 10, 30; Gv 5,22-23; Gv 14,8-11], et pour ces raisons, personne ne peut ignorer ces vérités révélées sans consommer une trahison, faire un déni, sans se sentir scandalisé ni déclencher une guerre sainte; le tout toujours en référence à l'Évangile de saint Jean. Cet Homme-Dieu est venu pour sauver le monde des péchés [cf. Mt 1,21], pour que l'homme ait une belle vie et pas une bonne vie [cf. Gv 10,10] et en vivant sérieusement être définitivement privé du cancer du péché [cf. Eb 2,14-15] et rendu juste dans son sang [cf. Rm 5,9; 8,33]. Il n'y a pas d'alternatives, la jalousie divine de l'Ancien Testament [cf. Dt 5,6-10] est combiné avec le choix totalisant du Christ et sa personne est le seul choix de communion possible qui produit des fruits de vie nouvelle [cf. Mt 12,30; Lc 5,38].

.

Jésus-Christ est si volumineux qu'il n'est pas possible de le faire taire, depuis deux mille ans, son nom résonne sur la terre et sa fidélité s'est avérée aussi stable que le ciel [cf. volonté 89,3]. Tout parle encore de lui: du calendrier aux vacances, des traditions civiles à l'éthique, de l'art à la musique; histoire, géographie, la manière de calculer le temps et même le vaste cosmos et la nature témoignent qu'il est Dieu et qu'il est Seigneur. Même avant ceux qui ont l'intention de le nier pernicieusement, le refuser, Jusqu'à ce qu'il disparaisse complètement, le mérite involontaire doit être admis - tout comme pour les démons [cf. Mc 5,6; Lc 4,34; À 19,15] - d'un accusé de réception Kerigmatico, dans lequel sa majesté et sa puissance ne sont pas du tout remises en question.

.

Et tandis que le Christ proclame et s'affirme, sa majesté est réitérée, son rôle clé qu'il joue dans l'histoire humaine, bien que ce dernier se cache le plus souvent de sa présence comme Adam l'a fait [cf. gn 3,9-10] ou désir comme Nietzsche de faire un parricide qui brise la dépendance angoissée du partenaire divin, promettre de plus grandes libertés.

.

II. CRISE DE LA FOI, CRISE DOCTRINALE, CRISE MORALE

.

La question de principe que je voulais aborder dans le premier paragraphe de cet article nous aide à mieux comprendre la condition de crise chronique qui depuis cinquante ans a affecté la solidité de l'Église. C'est une crise sur plusieurs fronts qui affecte les aspects de croire à la contingence historique actuelle. De la doctrine à la pastorale, de la morale à la spiritualité, du témoignage quotidien à la manière d'interpréter le martyre, tout repose sur une foi fragile, où le Christ n'est plus Dieu et son rôle n'est plus celui de Sauveur. Attention bien, affirmer l'existence d'une foi instable n'est pas la même chose que dire qu'il n'y a plus de foi en général ou que ceux qui croient le font de manière malveillante ou intéressée. Les statistiques nous montrent qu'environ 80% des personnes se déclarent encore chrétiennes, mais le fait de se déclarer n'est pas encore une raison suffisante pour croire. Les bienheureux apôtres Pierre, André et Jean se sont vu reprocher à plusieurs reprises par Notre Seigneur pour leur foi en lui pas encore suffisamment mûre et ouverte à la grâce. Et tous les autres, bien qu'identifiés comme les disciples du Nazaréen, ils n'ont pas hésité à l'abandonner au moment de la Passion, désavouer avec les œuvres ce qu'ils proclamaient ouvertement. En d'autres termes, nous pouvons dire que l'inscription du nom sur le registre paroissial des baptêmes ne fait pas de nous des chrétiens croyants et crédibles.. Ces considérations nous amènent à comprendre comment une foi de cette nature et une croyance de ce genre n'ajoutent rien et ne nuisent pas à l'existence de l'homme.. Avec les paroles de l'Évangile de Jean, nous pouvons dire que la foi conduit essentiellement à un habiter là où Jésus est présent [cf. Gv 1,38; 15,4-ss]. En demeurant en Lui, il y a plus qui mène à une christification de la vie que, bien que travail de grâce, cependant, il a besoin d'une assistance humaine et de l'exercice du libre arbitre.

.

Comment ne pas reconnaître chez Karl Rahner et dans le truc des «chrétiens anonymes» la ruse magistrale d'une religiosité apparente moderne qui, face à une proposition ouverte de foi, il en a conduit beaucoup à croire qu'il vaut mieux se tenir le plus loin possible de tout ce qui est chrétien (et peut-être même catholique) préférant passer du temps plus fructueusement au lieu de recourir à un Dieu qui ne se connaît plus par son nom et qui ne s'est conservé que comme présence formelle. Ces gens sont plus que des «chrétiens anonymes» - anonymes pour ceux qui voient que Dieu appelle toujours tout le monde par son nom [cf. Est 43,1; 45,4] - devrait être appelé "athées dogmatiques", ne ressentant pas le besoin de croire au Dieu de Jésus-Christ, ils vivent déjà dans une foi athée qui se nourrit et se nourrit de ses propres dogmatiques. Faites attention, personne n'est plus dogmatique et intransigeant qu'un athée convaincu, qui déclare énergiquement ce qui ne devrait pas exister pour lui, et combattre ce en quoi il ne croit plus. Tout comme personne n'est plus attaché aux traditions chrétiennes de celui qui a abandonné la pratique religieuse pendant des années et vit de souvenirs lointains et de nostalgie. dogmatisme, rigidité, la nostalgie et les styles de foi sclérosés sont les déchets dont la christianisme secondaire nourrit avec voracité, mais comme ils sont indigestes, ils sont régurgités dès qu'une nouveauté évangélique approche.

.

Nous devons réaffirmer que la foi chrétienne tout court c'est une pieuse illusion, s'il ne consiste pas en une théologie du salut bien établie. Le Christ n'est pas seulement le Dieu auquel croire, mais il est le Sauveur et Rédempteur de l'homme, celui pour qui le salut entre dans le monde et l'homme se libère de l'esclavage du péché [cf. Mt 1,21; Mc 2,7]. La foi sans salut est mutilée et pour survivre elle s'oriente et s'identifie vers d'autres disciplines de la connaissance humaine, comme la philosophie, psychologie, sociologie, anthropologie, le médicament, vers un nouvel humanisme avec une empreinte athée qui manifeste sa propre hybris présumer de sauver la physicalité de l'individu - lutter contre la pauvreté, avoir faim, aux maladies, aux guerres - et pour préserver la création - parallélisme, environnementalisme, pseudo-franciscanisme communiste - reconstituer une virginité primordiale désormais perdue, le tout au détriment d'une âme divine immortelle qui a été créée par Dieu et qui reviendra à Dieu après la mort. En effet si on veut tout dire, ce faux hybris qui a combattu le péché originel dans le passé et le combat encore aujourd'hui, il enlève à l'homme le sens du péché en introduisant des lieux de contrôle externes dans lesquels rechercher le bon bouc émissaire pour justifier toute adversité et opposition. malheureusement, l'homme est créé pour Dieu et sans lui son cœur ne peut trouver la paix [cf. Agostino, Les confessions, 1,1.5], sans sens du péché et sans besoin de rédemption, ce qui reste est le sentiment de culpabilité qui écrase et déprime la pauvre humanité moderne. De nombreux deresponsabilizzati, ils sont incapables de procéder à un examen de conscience véritable et sincère - également en vue d'une confession sacramentelle - qui conduit à la reconnaissance de la culpabilité et à la recherche de la rédemption par le seul qui est capable de la donner.

.

Certains préfèrent télécharger vers le diable la faute de tous les renversements personnels, rejetant naïvement la question sur les épaules de l'esprit du mal - qui est ici assumé comme un lieu de contrôle externe - sans se souvenir que le tentateur [cf. gn 3, ss] pour consommer la chute de l'homme, il avait besoin de son consentement. en bref, atténuant en atténuant, facile et improbable pour une humanité au-delà des limites du désarroi.

.

Pour détourner l'attention de cette triste vérité ce qui conduit à un pessimisme selon lequel définir Leopardi serait un euphémisme, les oppositions s'inventent, distractions de masse se combattant. Et comme à l'époque des anciens Romains, les gens concouraient au Colisée pour garder les affamés bons, Alors aujourd'hui, vous affrontez des factions opposées pour vous distraire: traditionalistes contre progressistes, les papistes contre les sédévacantistes, les Lefebvriens contre les modernistes, les Guelfes contre les Gibelins, Chrétiens de droite contre chrétiens de gauche, prêtres séculiers contre prêtres réguliers, bref, la liste pourrait encore s'allonger et se prolonger indéfiniment avec l'inclusion de mouvements ecclésiaux qui rivalisent pour gagner la palme des meilleurs si la question n'était pas en elle-même suffisamment tragique.

.

Devant ce panorama, l'Église hiérarchique, celle des bergers à l'odeur du mouton, les prêtres pauvres, lobbies spéculant sur les migrants, intégration et accueillir ce qu'il fait? L'exercice de direction plus validée aujourd'hui par le clergé, elle ne repose plus sur l'autorité d'une foi raisonnable, qui apporte des motivations basées sur le besoin de croire et pourquoi il faut croire. La direction de beaucoup d’entre nous prêtres - écoutez simplement une homélie ou une catéchèse pour vous en rendre compte - est pleine de goodisme démocratique et d’un style que j’appellerais «parlementaire» dans lequel les choses sont décidées par élection par l’autorité de la majorité met en danger la pensée dominante un mouvement ou une interpellation est immédiatement prêt à renverser la situation en sa faveur.

.

Le style politique parlementaire est aussi celui de nos évêques qui sont prêts à se dissocier de leurs prêtres, vu comme des frappeurs d'inquisition, quand ils essaient d'éduquer les fidèles aux principes de la doctrine et de la morale, même simplement en citant le catéchisme. A côté des actes de dissociation poussés il y a des excuses faciles pour toutes ces catégories de personnes qui ne correspondent pas à la pensée de l'Évangile. La technique consistant à transformer l'ennemi en ami grâce à un aimer bombarder [bombardement d'amour] qui assume l'hypothèse de fautes faciles et inexistantes est le nouveau paradigme pour être inclusif dans la charité. Peu importe que l'apôtre nous rappelle que la charité doit fuir les fictions [cf. Rm 12,9] et pratiquez la vérité même si elle est inconfortable et inappropriée pour la plupart.

.

nous prêtres 3.0 dans la nouvelle version mise à jour, absorbé par le rôle de direction des conservateurs de musée avec un salaire fixe, sans paternité de nos bergers et sans une foi solide qui nous distingue comme prophètes devant le monde, nous sommes la proie facile du fomite de la sensualité. Les sens assombris par une vie plus en phase avec le monde qu'avec le Christ Sauveur du monde, ils nous exposent à des problèmes critiques identifiés par l'exercice d'une sexualité désordonnée, d'une possessivité qui exprime le pire d'elle-même dans la gestion financière, et dans l'incapacité d'entretenir des relations significatives avec les gens sans parler du maintien despotique du pouvoir qui est très proche de la conservation des privilèges de la pire caste.

.

En parlant de sexualité, une distinction doit être faite. J'ai parlé de sexualité juste pour la diversifier de la génitalité, en fait, les deux termes de la morale chrétienne sont attribués à deux aspects différents. Bien que les adjectifs sexuel e génital ils sont aujourd'hui utilisés comme synonymes, ils ne sont pas. Nous identifions la personne dans son être masculin ou féminin avec le terme sexuel, dans son comportement masculin ou féminin, dans sa manière d'exprimer la masculinité ou la féminité et dans le style différent et original de communiquer l'amour. Avec le terme génital, plutôt, nous entendons ce qui se réfère plus correctement aux systèmes génitaux, leur anatomie et physiologie, à la tâche unitive et procréative que la doctrine catholique continue de considérer résolument.

.

Réalité génitale, tellement salué par la modernité, il est inclus dans le sexuel qui est plus large, complet et typiquement humain. Nous sommes trop inquiets pour attraper les prêtres en faute pour un abus de génitalité dont nous ne nous rendons pas compte qu'il y a une grande déconnexion dans la pratique de cette sexualité qui fait partie intégrante et essentielle de la figure du presbytre.. À tel point que le terme «père», avec lesquels nous appelons communément les prêtres du clergé régulier, c'est une indication de l'exercice d'une sexualité masculine saine comme démonstration d'une paternité spirituelle qui vise l'accompagnement et la sanctification du peuple de Dieu. C'est pourquoi les prêtres sont tenus avant tout d'une masculinité avérée et éprouvée qui leur permet de mieux exprimer l'exercice de leur sexualité en étant des pères aimants et autoritaires..

.

La manière d'aimer qu'il connaît dans la sexualité et la masculinité ta propre langue, il peut s'exprimer de deux manières différentes et antithétiques: par une possessivité asphyxiante qui veut consommer l'autre et l'opérer ou par une liberté dialoguant qui ne craint pas l'autre et se propose de l'aimer tel qu'il est, assez pour mûrir et grandir comme nous le voyons se produire dans la rencontre entre Jésus et la femme samaritaine [cf. Gv 4,1-26]. En ce qui concerne le sexe féminin, Jésus est différent de la majorité des hommes de son temps qui utilisent, ils abusent et objectivent la femme pour obtenir quelque chose d'elle en retour. Dans le Christ, cet amour libre et libérateur du Père qui témoigne du véritable amour pour toute réalité créée se concrétise. le prêtre, viens alter Christus, il ne peut pas mortifier cet amour libérateur et libre qui est constitutionnel à sa sexualité et à sa nature. Les compromis qui alternent entre les sublimations compensatoires doivent être évités, troubles pathologiques et écarts. La liberté du prêtre amoureux, qui est une explication d'une vie célibataire, caste, pauvre et obéissant à l'image du Rédempteur, c'est une condition théologique et prophétique qui ne peut être comprise qu'en fonction du Royaume et de cette vie eschatologique pleine dans laquelle toutes les relations seront assumées et transfigurées en Dieu [cf. Mt 19,12; Mc 12,25].

.

Même dans l'utilisation de l'argent et dans l'exercice du pouvoir il est possible de tracer une expression de la sexualité humaine qui peut s'avérer équilibrée, mature et informé par grâce ou despotique, narcissique et soumis aux désirs égoïstes du monde. La manière de gérer et de préserver les biens qui nous ont été confiés - du soin de la création à la manière de travailler dans la création - communique ou non la rencontre totalisante avec Dieu qui aime et se sert à partir de tout ce qui existe il a été confié pour le bien commun. Faire étalage de succès et de puissance, par une utilisation inhumaine et instrumentale de la richesse, c'est une constante que l'on trouve assez répandue dans l'histoire humaine, parfois c'est une gratification immédiate, d'autres temps d'un véritable culte idolâtre envers les choses et envers soi-même. Parmi les disciples de Jésus-Christ, mais, la logique du règne humain ne s'applique pas, mais l'impératif est incontesté: "Ce n'est pas comme ça entre toi" [cf. Mc 10,43]. Il ne faut pas être assez naïf pour penser que la richesse et le pouvoir constituent objectivement des maux en soi - comme cela s'est produit dans certains mouvements paupéristes ou dans certaines idéologies des XIXe et XXe siècles -, il est nécessaire d'évaluer soigneusement l'utilisation qui en est faite. L'Évangile n'accuse jamais le riche en tant que tel, sinon en référence à un non-partage et à un usage solipsiste qui oublie les gémissements des pauvres [cf. Lc 16,19-31], et les difficultés de la veuve [cf. Mc 12,41-44]. si, tandis que la richesse humaine devient fonctionnelle pour une subsistance et un entretien honnêtes, la richesse du Royaume ouvre les portes du paradis et assure la possession de Dieu [cf. Lc 12,16-21].

.

Tout pouvoir et toute autorité viennent de Dieu et sont son don [cf. Monsieur 33,23; fournit 1,10; Gv 19,10-11; Rm 13,1-2; vous 2,28]. Ce concept était assez bien connu dans l'Antiquité dans la mesure où il soutenait la thèse - que certains auteurs ont soutenu [cf. S. Paolo, S. Agostino, CITÉ DE DIEU, Jacques-Bénigne Bossuet] - selon lequel il était possible de construire un véritable principe juridique qui légitimait les dirigeants à régner sur les hommes à la place de Dieu. Dans le gouvernement civil et religieux, l'obéissance à celui qui détenait le pouvoir était interprétée comme une obéissance directe à Dieu. Cette thèse ainsi formulée se compose de deux inexactitudes. La première consiste à ne pas considérer le fait qu'aucune puissance et autorité terrestre n'est à l'abri de cette blessure du péché originel qui corrompt tout pouvoir et autorité dans le despotisme et la dictature.. La seconde inexactitude consiste à négliger l'aspect trinitaire de la question en ne considérant que la personne du Père comme le détenteur exclusif de l'autorité et du pouvoir excluant la participation du Fils et du Saint-Esprit.

.

Seulement en devenant obéissant au Père, tout comme Christ était, il est possible de trouver le moyen sûr d'éviter la corruption de pouvoir et les déviations d'autorité [cf. Mt 4,1-11]. le prêtre, participer à l'autorité du Christ découlant de l'ordination sacrée, il est également admis au gouvernement et à l'exercice d'un pouvoir qui exprime une autorité. Alors, comment, après le baptême, Le Christ est conduit dans le désert par le Saint-Esprit pour devenir un messie du salut selon l'Esprit du Père et non selon l'esprit du monde, ainsi le prêtre dans l'exercice du pouvoir et de l'autorité est appelé à imiter le Maître qui en servant l'autre s'est fait serviteur, culminant sa diaconie avec le sacrifice de la vie en faveur des hommes [cf. Mc 10,42-45] et remettre tout pouvoir entre les mains du Père dans le jardin des oliviers [cf. Mt 26,39; 26,42; Mc 14,36; Lc 22,42] donner satisfaction à cela kénose qui a commencé avec l'incarnation. L'autorité sacerdotale retrace la diaconie du Fils, se nourrit de la volonté du Père et possède l'onction du Saint-Esprit pour la sanctification des frères et pour la confirmation de la foi reçue avec le baptême.

.

III. UNE ENTREPRISE LIQUIDE, FAIBLE ET IMPARFAIT

.

La société occidentale dans laquelle nous vivons, où le chrétien est appelé à faire son pèlerinage terrestre et où il manifeste son témoignage courageux de foi, ressemble de plus en plus à un terrible Moloch qui exige l'accomplissement de sacrifices continus et qui s'auto-attribue le droit d'être adoré en tant que divinité. Peu importe que ces sacrifices soient payés par le prix de vies humaines non concluantes et d'âmes maintenant fragmentées et perdues., perdu dans le non-sens de l'existence. Une société étrange, notre, qui est heureuse d'être narcissiquement envisagée pour ressembler à une terrible belle-mère qui exige beaucoup plus de ses enfants qu'elle ne parvient réellement à donner.

.

Une belle-mère affectueuse, à cause de l'utérus stérile, qui est orné de mots comme il le ferait avec des bijoux qui scintillent de significations aiguës comme dans le cas de l'amour, de tolérance, de bienveillance, compréhension et droits. Cette vision du monde en faillite avait déjà été annoncée par le Christ à ses disciples dans l'Évangile: « Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant. Si vous étiez du monde, le monde vous aimer comme son propre; parce que vous n'êtes pas du monde, mais je t'ai choisi du monde, Par conséquent, le monde vous hait " [cf. Gv 15,18-19]. Le Christ et ses disciples ne sont pas du monde, en expérimentant la dimension temporelle du monde mais pas son essence. Le signe effectif consiste dans le fait que la Parole de Dieu s'est faite chair [cf. Gv 1,14], la Parole divine est devenue humaine, contrairement à ce qui se passe aujourd'hui dans lequel beaucoup de mots humains sont divinisés et absolutisés. cependant, ce Moloch corporatif apparemment invincible et déifié a déjà un terme établi, juste pour le simple fait que le "prince et dieu de ce monde" [cf. Gv 12,31; 2Cor 4,4] a été définitivement vaincu.

.

À ce stade de la discussion, il est utile d'introduire le thème de l'idolâtrie, cela nous aidera à comprendre certains problèmes importants de l'entreprise que nous rencontrons au quotidien. Parlez d'idolâtrie, dans le tissu social, ce n'est en aucun cas secondaire, en effet on peut dire que cette attitude se reproduit cycliquement et systématiquement juste au moment où diminue le sens du «Sacré» qui comprend des horizons beaucoup plus larges et diversifiés que la simple référence au divin. A cet égard, il serait intéressant d'étudier le déclin des peuples précisément en relation avec la crise et la disparition du «sacré» de la vie humaine. Pour le moment, il suffit de le mentionner en attendant une future étude plus ponctuelle et compétente.

.

Clarifions un fait immédiatement: idolâtrie, en effet, c'est l'un des nombreux masques avec lesquels l'athéisme se déguise devant la société et le monde. Parler d'idolâtrie et d'athéisme semble une contradiction mais ce n'est pas. Dans la Bible, par exemple, le péché de l'idolâtrie est bien connu mais pas celui de l'athéisme, pourquoi? La réponse est simple: l'homme ancien aussi bien que l'homme biblique n'est en aucun cas un homme athée. Il faut partir de l'observation évidente qu'aucun homme n'est né naturellement athée, l'étincelle de son origine divine a poussé l'homme depuis sa naissance, jusqu'à sa mort et le pousse à rechercher le sens de sa propre existence et une vérité qui le transcende.

.

Athéisme visible, celui pratiqué ces jours-ci, c'est la dégénérescence de l'idolâtrie qui jette les vêtements du sacré. L'athéisme est le fruit trompeur qui s'est formé au cours de certaines périodes historiques et cela à travers la Révolution française, L'âge de l'illumination, La pensée positiviste se matérialise de plus en plus à travers les philosophies des XIXe et XXe siècles ainsi que des mouvements gnostiques très spécifiques qui ont déclaré la guerre au christianisme et en particulier au christianisme catholique.

.

athéisme, paradoxalement, il se nourrit de ce mode de vie dissocié qui est clairement visible aujourd'hui et qui prend de plus en plus des traits pathologiques, sous l'illusion de conduire chacun vers un progrès illimité. L'homme occidental moderne se trouve ébranlé dans ce modèle d'entreprise - se trompant souvent et volontairement qu'il a atteint les plus hauts jalons de la civilisation et de l'humanisation - un visage d'une communauté humaine qui se décrit de plus en plus clairement comme le visage d'un La société imparfaite et qui a déjà commencé à présenter une énorme facture.

.

Cette société imparfaite qui se définit et se fait connaître précisément à partir de ses dogmatistes si intransigeants et de sa conscience nettement fidéiste qu'ils se révèlent souvent imprudents. La clairance du relativisme gnoséologique et éthique pour lire et interpréter la réalité qui nous entoure, l'optimisme répandu d'un certain type de science qui prétend répondre aux gémissements de sens les plus intimes au cœur de l'homme, révolutions dans le domaine de la technologie et de la communication, avec la présomption de constituer un nouvel ordre mondial qui peut unifier toutes les croyances, conduire inexorablement à l'échec car en fait l'ancien péché que les bâtisseurs de la Tour de Babel ont commis est retracé dans une clé moderne (cf. gn 11,1-9). L'athéisme est donc la distillation d'une volonté idolâtre privée du sens du sacré qui prétend se faire un nom quel que soit son Créateur. [cf. gn 11,4].

.

Cet aperçu social, si douloureusement concret mais néanmoins réel, elle peut être expliquée par une phrase du théologien dominicain P.. Réginald Garrigou-Lagrange [1877-1964] dit-il: «L'Église ne fait aucun compromis sur les principes, parce qu'il croit, il est tolérant dans la pratique, parce qu'il aime. Les ennemis de l'Église, au contraire, tolèrent les principes, parce qu'ils ne croient pas, mais sans compromis dans la pratique, parce qu'ils n'aiment pas. L'Église absout les pécheurs, les ennemis de l'Église absout les péchés " [cf. Dieu, son existence et sa nature, Paris 1923, p. 725]. Quel sens donner à ces paroles du bon Fr. Réginald Garrigou-Lagrange par rapport à une société liquide et déstabilisée comme la nôtre? Quel fil conducteur unit les traits de faiblesse, imperfection, dell 'idolâtrie impie assez pour produire une réalité apparemment libérale mais secrètement intransigeante et parfois impitoyable et contradictoire?

.

Le raisonnement du théologien dominicain elle nous aide à comprendre comment cette société, avant d'être ennemie de Dieu et de l'Église, est d'abord ennemie d'elle-même. En réalité, est plus enclin à entreprendre plus facilement la recherche d'une tolérance qui égalise et aplatit ses semblables qu'une recherche de vérité qui conduit à une altérité différente, jusqu'à atteindre l'altérité transcendantale qui représente le noyau authentique de la foi et de la relation avec Dieu. aujourd'hui, si vous avez remarqué comment mener certains débats et discussions, le moyen le plus sûr de mettre l'adversaire sur les cordes puis de le faire taire, il consiste essentiellement à l'accuser d'intolérance. L'accusation de non-tolérance est cette accusation qui n'admet pas de vérité objective, qui ne prend pas en compte l'expérience personnelle, de l'histoire et de la tradition des peuples. L'accusation d'intolérance est rejetée par la censure, l'interdiction des réalités qui ne peuvent être dites, connu ou simplement témoigné. aujourd'hui, il est possible d'être considéré comme intolérant à bien des égards et d'être provoqué dans différents domaines tels que la foi et la religion, race et ethnicité, sexualité et génitalité, Coutumes et traditions, la politique et le monde civil et bien plus encore.

.

Dans le jeu des contrastes, stratagème que j'ai déjà eu l'occasion d'analyser dans cet article, professer la foi fait de moi une personne intolérante et violente, par exemple. Affirmer la loi morale naturelle sur le mariage me donne la visibilité d'un fanatique fondamentaliste médiéval, cultiver et valoriser les racines traditionnelles et culturelles d'un peuple fait de moi un ennemi dangereux de la mondialisation et de l'inculturation. Ceux que nous appelons maintenant intolérants sont en fait divergents, des héros qui ne s'alignent pas sur la pensée unique et doivent donc être vus comme des ennemis à neutraliser. Si vous remarquez les meilleurs représentants de la pensée libérale, tolérants et garants, ils commettent d'innombrables fois des attitudes illibérales, violent et intransigeant digne du meilleur régime dictatorial despotique.

.

la “tolérant” moderne, plutôt, il ne se sacrifie pas pour ses idées comme le ferait l'idéaliste, au contraire, on ne se fait pas scrupule de sacrifier ceux qui ont des idées contraires aux siennes, comme le ferait un dictateur envers ses adversaires. Combien de martyrs de la tolérance et des droits existent aujourd'hui? Mais peut-être que les martyrs les plus nombreux sont ceux qui sont présentés comme des semeurs involontaires de haine précisément parce qu'ils divergent, porteurs d'une haine qui ne peut être vue car elle n'est présente que dans le regard du tolérant en devoir qui a intérêt à utiliser la haine comme outil idéologique pour contrôler les masses. La tolérance moderne revendique donc non seulement des droits mais aussi la dispersion de la haine. Depuis moins d'une décennie, la tolérance a conclu un mariage heureux avec le terme de dérivation grecque phobie. Grâce à ce terme, les meilleurs chevaux de trait du tolérant sont générés La société imparfaite comme l'homophobie, L'islamophobie, xénophobie et autres. Je cite ces trois exemples uniquement parce qu'ils sont les plus pratiqués par les réseaux sociaux, télévision, radio et journaux … On se rend compte que tout cet échafaudage n'a pas le moindre sens et qu'il n'est pas possible de poursuivre un discours de tolérance exclusivement lié à un droit privé de devoirs et à une peur qui est un antidote à la haine.? Invoquer la tolérance en tirant parti des droits et en excluant les devoirs constitue une vision du monde basée sur l'égocentrisme, dans lequel tout devient licite, il suffit que cela soutienne des droits personnels réels ou présumés.

.

D'autre part, remettre en question la tolérance à venir haine se fier au sentiment de peur de l'autre est insensé, car cela signifierait qu'il suffit de générer une alarme pour conjurer le mal. Dans cette imposante zibaldone, il est difficile de trouver la clé du problème, au point de tout ramener à une origine certaine et sûre. La perspective d'une culture sociale intransigeante qui tout en condamnant sanctifie et sanctifiant la condamnation apparaît plus comme un paradoxe qui rappelle le dieu romain Janus qui, ayant un "double visage", c'est l'image parfaite du compromis, du transformisme, de l'union des contraires.

.

Aujourd'hui, le masque de Janus triomphe sur les visages du monde qui parcourent les rues de nos villes et villages, de nos places et centres commerciaux, palais du pouvoir et églises. Un Janus sans âge qui s'habille en vêtements masculins et féminins ou neutre si nécessaire, porter le voile, la talare, l'habitude, le jupon fileté de violet ou de rouge mais c'est toujours lui, l'ancien serpent qui ne se lasse jamais de faire la guerre avec la prétention impie de prouver que Dieu avait tort de faire confiance à l'homme.

.

Laconi, 4 août 2019

.

.

.

.

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira» [Gv 8,32],
mais apporter, répandre et défendre la vérité non seulement
les risques, mais aussi les coûts. Aidez-nous à soutenir cette île
avec vos offres via le système sécurisé Paypal:

PayPal - La méthode rapide, de manière fiable et innovante de payer et d'être payé.

ou vous pouvez utiliser le compte bancaire:

payable à Editions L'île de Patmos

ils étaient: IT 74R0503403259000000301118

CODE RAPIDE: BAPPIT21D21
dans ce cas, nous envoyer un avertissement par courriel, parce que la banque
Il ne fournit pas votre e-mail et nous ne pouvions pas vous envoyer une
action de grâces [ isoladipatmos@gmail.com ]

.

.

.





Qu'est-ce que tu veux faire ?

nouveau message

Qu'est-ce que tu veux faire ?

nouveau message

avatar

À propos de isoladipatmos

7 réflexions sur "De la désorientation doctrinale de l'Église au péché des prêtres et au recyclage des laïcs. La perspective d'une culture sans compromis qui tout en condamnant sanctifie et sanctifie tout en condamnant

  1. père Ivano, merci pour cet article, comme … ça a pris, ça a pris!
    Mais pendant des années, et à, vous les Pères de l'île nous offrez des plats copieux.
    J'ai remarqué qu'un article de Msgr. Giovanni Zanchi qui semble être une authentique continuation des articles du P.. Ivano.
    et alors … le feu d'artifice du P.. Ariel. magnifique! Et il en faut, donner un peu d'hétérodoxe à p. Ariel, il en faut vraiment.
    Son explication théologique historique de Humanae Vitae est vraiment un manuel.
    en bref, Merci à tous, pour nous avoir donné en seulement deux jours, en ce chaud août, trois articles splendides.
    Salutations également au P.. Gabriele, homiliste dominicain décisif et incisif.

    1. sincèrement, cher Père Ivano, cet article est à lire à genoux sur plusieurs de ses points, et de bien réfléchir.
      Aussi ce que le père Ariel a publié aujourd'hui, le destinataire, il finira par le lire à genoux, pour … juste des coups qu'il lui a donné.
      Mais Don Angelo a bien dit: une explication théologique historique vraiment classique de Humanae Vitae.

  2. révérend Père,
    il n'y a pas beaucoup d'auteurs aujourd'hui qui l'aiment, ils parviennent à être fermes, sévère et à juste titre critique de certaines dérives, par un ton aimable mais énervé.
    Je suis sûr que je reviendrai pour le relire plus tard, comme je le fais souvent avec les articles de vous Pères.

    1. … juste comme ça Annamaria, Je pense que nous devons beaucoup de gratitude aux bons pères de l'île qui étaient pour moi et ma famille pendant le verrouillage, et je pense que pour beaucoup d'autres, d'un soutien excellent et équilibré, tandis que sur Internet, le tumulte a été déclenché envers les évêques et les prêtres par des personnes qui se considéraient comme des détenteurs absolus de la pureté catholique en faisant des controverses et en attaquant l'église italienne et ses prêtres pour écrire que … ah, ils avaient hâte de fermer les églises et de nous enlever Jésus!
      J'ai moi aussi lu et relu plusieurs fois les articles de ces jours, et ils m'ont tellement soutenu, tandis que des banderoles étaient accrochées aux balcons … tout ira bien!
      Non, sans le Christ, ça ne peut pas être bien.
      Pour cela, je me déclare un lecteur reconnaissant.

  3. cet article contrebalance les hérésies écrites par M.. Ariel sur les vies humaines (dogme infaillible!!) et qui a accusé les néocatéchuménaux sur lesquels il a écrit un livre d'hérésies et 10 exemplaires vendus

    1. Je vous réponds uniquement parce que vous ne pouvez pas offenser mon frère le Père Ivano Liguori de l'Ordre des Frères Mineurs Capucins et précieux auteur de L'Ile de Patmos ainsi qu'un membre du comité scientifique de nos Editions L'île de Patmos.

      Si j'avais prononcé des hérésies, mon frère, qui est un prêtre pieux et sage, d'abord il m'aurait averti avec une correction fraternelle, puis, si jamais j'ai persisté, il se serait publiquement dissocié, enfin il prierait pour la santé de mon âme, après avoir retiré sa signature d'un magazine dans lequel il écrit un hérétique.

      Mon livre La secte Néocatéchuménal édité par nos éditions L'île de Patmos a vendu, sans aucune publicité et lancement, mais seulement avec la visibilité qu'il avait sur l'île de Patmos, au-delà 1.000 copie.
      Demandez à n'importe quel éditeur ce que cela signifie en Italie, aujourd'hui, vendre plus 1.000 copie, lieu que les éditeurs considèrent “Succès” un livre qui parvient à se vendre 250.

      Pour votre plus grand plaisir, je vous informe que ce livre a suscité l'intérêt du monde anglo-saxon et surtout espagnol et que l'un de nos représentants le vendra., au prochain Salon du livre de Francfort, les droits de publication d'un éditeur britannique et d'un éditeur espagnol. puis, court, il sera publié en traduction espagnole et en traduction anglaise sur d'autres marchés.

      Je conclus: celui qui écrit “Vies humaines” En référence à la vie humaine du Saint Pontife Paul VI et qui est signé “Kerigna” au lieu de Kerigma, dal greco sermon, désigne toute épaisseur – de plus, tristement connu de moi – de la culture et de la formation transmises par les méga-catéchistes kikiens à leurs sectaires.

      Merci et veuillez continuer à nous annoncer!

  4. Le "tolérant" moderne, plutôt, il ne se sacrifie pas pour ses idées comme le ferait l'idéaliste, au contraire, on ne se fait pas scrupule de sacrifier ceux qui ont des idées contraires aux siennes, comme le ferait un dictateur envers ses adversaires. Combien de martyrs de la tolérance et des droits existent aujourd'hui?

    ***

    ces mots, père Ivano, ils doivent être sculptés de manière indélébile, car avec trois lignes il a exprimé ce qui nous attend dans un futur proche, à cause d'une réalité dans laquelle nous sommes déjà à l'intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

 caractères restants

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données de commentaire est traité.