Antonio Socci, la “motu proprio” et le problème de la foi

Socci ANTONIO, IL “Motu proprio ” ET LE PROBLÈME DE LA FOI

 

La question de la foi est explicitement mentionnée dans le document du Souverain Pontife parce que dans la situation sociale actuelle caractérisée par la laïcité et déchristianisation par un poulain plus Palio di Siena galopant, l'élément religieux de l'ignorance sur l'augmentation est si grande et une telle, ainsi que la légèreté superficielle, aujourd'hui, nous devons clarifier ce qui est évident depuis des siècles, même chez les personnes désappris. Et maintenant, plus que jamais est vraiment un risque assez élevé de couples qui se marient à l'église sans vraie foi à Sacramento, parce que nous ne croyons pas ou faire semblant de croire que, ou parce qu'ils conçoivent mal ou par simulation ou erreur commise par inadvertance.

 

 

Père Ariel Auteur
auteur
Ariel S. Levi Gualdo

 

 

cher Antonio.

Antonio Socci
Un père chrétien qui aime ne peut pas être pardonné juste une petite erreur, Il est également commis des erreurs pardonner “soixante-dix fois sept” [L'un des livres consacrés à la fille d'Antonio Socci Catherine, voir QUI]

Beaucoup de lecteurs me l'ont signalé votre article [voir QUI], et en vérité, je dois vous dire que si vous ne commentassi risquerait d'apparaître partielle. L'affection humaine et l'estime non diminuée je vers vous en même temps que ma sympathie ne peut l'amener à l'utilisation de deux poids et deux mesures, parce que je serais pastoralement et intellectuellement droit, sinon malhonnête pire.

Vous êtes un catholique sincère et pieux, comme cela est le Prof. Roberto de Mattei, vous mentionnez dans votre article et dont j'ai récemment écrit [voir QUI]. Une sincérité incontestable de but - votre propre comme celui de de Mattei - qui ne sera pas, cependant, exempt de l'analyse d'erreur et d'évaluation, comme sans erreur ne sont pas I, Je peux commettre encore plus grave et produire en raison de dommages à beaucoup plus que je peux compierne profane. Même les saints ne sont pas exempts d'erreurs, parfois même de hérésies, à partir de laquelle sont ensuite évidemment modifiés.

En ce qui concerne la motu proprio de François [voir QUI] vous écrivez que: « La dynamite est principalement l'article 14 les « règles de procédure » où il évoque le « manque de foi » de ceux à se marier comme une cause possible de la simulation ou d'une erreur dans le consensus et donc la nullité du mariage ".

Je garantiraient que ce n'est pas une « dynamite ». en fait, le point de votre article à travers lequel il est clair que vous ne pouvez pas saisir l'ampleur du problème en lui-même et par lui-même, Il est basé sur la référence que vous apportez aux règles de procédure Motu proprio [Art. 14 § 1]. Ma crainte est que vous ne l'avez pas saisi la complexité des raisons qui sont en amont et qui a conduit le pape à montrer comment des éléments de discussion la cause de nullité du mariage, au moyen du procédé plus court, selon les canons 1683-1687, aussi « que le manque de foi qui peut générer la simulation du consentement ou l'erreur qui détermine la volonté».

Malheureusement, des erreurs en pensant que dans le passé de l'Église « exclut » le manque de foi des motifs de nullité. Une idée comme cela est vraiment votre absurde pour des raisons formelles et de fond. Et là, je voudrais souligner d'ailleurs que je fait usage du terme « absurde » au sens strict selon l'étymologie correcte et non en fonction de l'utilisation pour laquelle ce lemme est utilisé dans le langage courant. Par absurdus cela signifie, dans le langage philosophique et la philosophie du droit, un élément ou une pensée qui est contraire à la logique ou la raison.

Si l'Eglise ne parlait pas l'élément essentiel de la foi, c'était parce qu'il était la première condition des exigences minimales pour la validité du sacrement. Non seulement parce qu'il a parlé, le mariage étant un sacrement, il suppose, ou il est encore supposé que les fiancés avait la même foi à Sacramento. Ou dit autrement dit: qui n'aurait traversé mon esprit, hier, de demander à un prochain candidat à l'ordination sacerdotale si vous croyez vraiment dans le Sacrifice eucharistique Mystère? malheureusement, prêtre, Je peux témoigner de vous aujourd'hui, avant de commander des prêtres certains sujets qui ne devraient pas être faits pour approcher l'autel même que les garçons d'autel, les évêques doivent savoir s'ils savent et surtout si vous croyez vraiment dans la vérité fondamentale enfermé dans les dogmes de la foi catholique, Ce que cela exige en amont que, avoir été formé dans la doctrine catholique correcte sont d'abord tous les évêques [voir mon article sur le Secrétaire général de la CEI, QUI].

Je vais essayer de clarifier tout avec un autre exemple: dans la belle campagne toscane où l'année dernière, vous vous m'a invité à déjeuner et mon collègue - et où j'espère revenir bientôt vous rendre visite - aujourd'hui, il y a des maisons anciennes qui ont coûté plus d'une maison située en centre-ville historique. Dans ces maisons, ils ont vécu jusqu'à moins d'un siècle il y a les agriculteurs dont beaucoup connaissaient à peine lire et écrire. Avec cet exemple, je voudrais vous offrir une idée concrète de la transformation sociale radicale et environnementale. et pourtant, les agriculteurs, y compris en particulier les analphabètes, ils savaient très bien ce qui était le mariage. aujourd'hui, beaucoup de ceux qui ont acheté les maisons des agriculteurs âgés en payant dans les années nonante jusqu'à dix millions de lires vieux par mètre carré, si quelque chose les professionnels avec les colis à six zéros, ou riches entrepreneurs, ou riches étrangers … Quel est le mariage d'un pourcentage élevé ne sais pas exactement. Il suffirait d'aller que genderista Gianna Nannini, né dans une famille riche de Sienne impreditori, pop star célèbre partout dans le monde, diplôme en littérature, etc., lui demandant d'expliquer ce qu'est le mariage; si quelque chose, puisque nous, pour bien expliquer ce que la famille, ou la relation entre les parents et les enfants, ou si elle est humaine et juste une créature est privé d'un père et d'une mère “vous” à soulever les cercles des homosexuels et des lesbiennes acides.

J'espère avoir fait clair pourquoi la question de la foi est explicitement mentionnée dans le document du Souverain Pontife: parce que dans la situation sociale actuelle caractérisée par la laïcité et déchristianisation par un poulain plus Palio di Siena galopant, l'élément religieux de l'ignorance sur l'augmentation est si grande et une telle, ainsi que la légèreté superficielle, aujourd'hui, nous devons clarifier ce qui est évident depuis des siècles, même chez les personnes désappris. Et maintenant, plus que jamais est vraiment un risque assez élevé de couples qui se marient à l'église sans vraie foi à Sacramento, parce que nous ne croyons pas ou faire semblant de croire que, ou parce qu'ils conçoivent mal ou par simulation ou erreur commise par inadvertance.

Ceci est la raison pour laquelle dans mes homélies souvent j'insiste sur certains éléments fondamentaux de la foi, parlant du mystère de la Parole de Dieu fait chair, clarifier la nature si vu Christ vrai Dieu et vrai homme. En parlant de l'Eucharistie, et en indiquant clairement qu'il est le mystère de la présence réelle du Christ sous les apparences du pain et du vin; alors expliquer que l'Eucharistie n'est pas une allégorie, une métaphore, un symbole de la présence spirituelle du Christ. De même, je lui explique que la Sainte Messe est le sacrifice vivant et saint de la croix qui se renouvelle d'une manière sans effusion de sang, et la première invitation à prêter attention aux paroles du célébrant lorsque le canon au pouvoir le mot « sacrifice », ou lorsque les fidèles eux-mêmes répondre au prêtre aussi fait référence: « Que le Seigneur accepte le sacrifice à vos mains, à la louange et la gloire de son nom et de toute sa sainte Église ». Je lui explique que la Sainte Messe, à savoir le sacrifice eucharistique, n'est pas une danse ou tambourinage, Il n'est pas une cantine où les amis joyeux dîner ensemble; que l'autel est la table de Disc jockey autour de laquelle quiconque connaît trois accords peuvent torturer toute l'assemblée avec schitarrate inappropriée et ennuyeux. J'ai récemment utilisé l'expérience de la vie pastorale au cours d'un récit de sermon quand le remplacement d'un pasteur dans une église paroissiale, vient d'arriver a été approché par deux catéchistes d'humeur à me donner des directives sur la façon de célébrer, pas au courant qui me dit comment célébrer l'Église par l'Instruction générale du Missel romain, pas ceux pie donne Je renomme inopportune pretesse né de la pire confusion des rôles produit par le pire des postconciliaire, qui n'a rien à voir avec le Concile Vatican II. Les deux me disent: « Vous ne connaissez pas notre paroisse, donc nous voulions vous informer que nous au centre de la liturgie nous avons mis les jeunes '. Le fulmino avec un regard de feu et réponse: « Je suis désolé pour vous et surtout je regrette votre jeune, parce que je mets le Christ au centre de la liturgie, et les jeunes doivent être adoraient et à genoux devant lui, parce que le centre est son, et il est un centre totale et totalisante, parce que le Christ est le commencement, le centre et le but ultime de notre humanisme entier " [Cf. déclaration Jésus est le Seigneur, voir QUI, éducation Le mystère de la Rédemption, QUI].

Entre vous et moi, il n'y a que quelques années d'intervalle: vous êtes né en 1959 et moi en 1963. Je vous demande donc: quand entre 1967 et 1968 vous avez fait le catéchisme pour se préparer à la première communion, à la fin de la préparation de la réception, vous étiez conscience de ce que vous allez recevoir? Bien sûr, vous aviez, Je voudrais qu'en mai 1972 J'ai reçu la première communion dans le genou devant la balustrade couverte sur la surface avec des draps blancs et l'autel qui me tenait la plaque sous le menton.

Je mentionné trois éléments accidentels ou que l'on appelle “accidents externes” - génuflexion, la balustrade couverte de linge, la plaque - qui leur quota de accidentalité rappel des éléments et sacralité par rapport au mystère sacré aujourd'hui, malheureusement, perdu avec tout ce qu'il suit triste et douloureux, de la façon dont de nombreux fidèles ne reçoivent aucun respect sacré et profond respect pour le Corps du Christ; de façon bâclée dans laquelle de nombreux prêtres distribuent l'Eucharistie, souvent la distribution demandandone - sans nécessité objective - de poser plus bâclée même quelques prêtres.

Toi et moi, que nous avons reçu la première confession? Agenouillé devant la grille confessionnelle, dans lequel il y avait un prêtre en soutane, le surplis blanc et violet étole,. Ou il aurait peut-être été impensable que l'un des nombreux prêtres d'aujourd'hui vous vous, avec un pantalon jeans et une chemise à manches courtes scollacciata administrer des aveux aux jeunes femmes assis sur une chaise à l'intérieur du bureau de la paroisse avec la porte fermée, si quoi que ce soit, même répondre au téléphone à l'action sacramentelle? Et que j'expliquer à peine que je ne suis pas misogyne, mais un prêtre du Christ qui ne passera jamais pour l'esprit de s'asseoir dans le fauteuil d'un bureau pour faire face à une intention pénitente de confesser leurs péchés pour avoir la grâce, la miséricorde et le pardon de Dieu; Je ne ferais jamais avec personne, en particulier avec une femme, qui est causée par le curé une délicatesse et un rapport de particulier.

Vous comprenez maintenant pourquoi pour qui, malheureusement, nous devons aussi expliquer l'évidence, Une fois libéré, et a pris acte tragique que ce depuis des siècles a été évidente, Aujourd'hui, malheureusement, n'est plus? Et vous avez non seulement d'expliquer l'évidence au profane, mais aussi de nombreux prêtres malformés placés par la méchanceté de nos évêques dans des endroits souvent plus délicate. vous comprenez, cher ami, aujourd'hui, sous les yeux indifférents de nos évêques, aux prêtres placés dans les grandes paroisses ou à jambe de force dans les bureaux de la curie, nous voyons faire des choses qui jusqu'à quelques décennies auraient jamais traversé il y a l'esprit même le plus ignorant du pays souciaient, de ceux qui, plus de la théologie, Ils avaient étudié le catéchisme besoin avec un bâton, et à qui nous devons aujourd'hui la reconnaissance éternelle si nous avons encore un peuple fidèle, de Jean-Marie Vianney, le saint patron des prêtres nous, que, avec beaucoup de difficultés de lecture plus ou moins du Missel latin de Saint Pie V?

Je confie votre fille Catherine à nouveau la Sainte Vierge Marie à la fin de la journée où l'Eglise universelle a célébré la fête de Notre-Dame des Douleurs, honoré plus que jamais pour votre amitié.

À propos de isoladipatmos

18 réflexions sur "Antonio Socci, la “motu proprio” et le problème de la foi

  1. Père Ariel Caro,

    Je suis presque jaloux de cette belle lettre ouverte à Socci cher – J'ai plusieurs de ses livres sur lesquels je nourris souvent apologétique comme catéchiste – e, butée, J'espère que lui et d'autres comme moi, en collaboration avec le professeur cher. de Mattei, peut comprendre votre audace ne sont pas des questions à la personne, mais ils nous aident laïcs à gérer de manière appropriée la situation tragique que nous vivons.
    Comme je l'ai essayé d'expliquer à l'autre rive Socci “le schisme qui ne veut le faire” et ayant fait partie de plusieurs datant prénuptial et ayant connu des situations de nombreux mariages en crise, la question de la foi est, J'ose dire, au sommet de l'aggravation de la crise qui a conduit au divorce et à la faute est très clergé, comme vous magistralement expliqué dans l'écriture précédente. Par conséquent, le lecteur est le pape “n'à Pezza“, certainement pas beau et ne convient pas à certains égards, mais il est “pièce” qui ne couvre pas, mais plutôt pour remplit maintenant une fosse creusée apostasie qui a glissé dans l'Eglise sur ce sujet et d'autres Sacrements. Je ne sais pas comment nous sortir, mais il est temps d'unir nos forces non contre le Pape, mais le Pape, l'Église et le bien de tous les fidèles.

  2. Lettre d'une grande affection humaine et pastorale se tourna vers un catholique sincère qui nous vivons tous avec parfois mal à l'aise ces moments de grande perte. Je suis sûr que vous aimerez Antonio Socci.

  3. Caro Père, Moi aussi j'ai le respect et la sympathie pour Antonio Socci.
    elle sait comment utiliser les caresses et gifles, mais pas selon “son” sympathie, mais selon les personnes et en particulier les cas, dont certains nécessitent plus de claques et caresses. Cela devrait être clarifié dans le Jubilé de la miséricorde: pas toujours une caresse est miséricordieux comme toujours une gifle, Mais l'un et l'autre sont à la fois … Dieu merci nécessaire pour le salut des âmes.

  4. Scusi Don Ariel, une question un peu de sujet peu hors. La lecture des commentaires au Propio motu sur le processus de nullité de mariage, j'ai découvert que le mariage catholique est plus ou moins un avis. Permettez-moi d'expliquer, l'Eglise en réalité me dit que je suis mariée jusqu'à preuve du contraire. Je devrais être sûr de ce que je faisais, bien qu'un psychologue me explique que je ne trouve pas sûr. Mais il pourrait peut-être que ma femme ne savait pas vraiment, Il ne comprenait pas ce qui était le mariage et, par conséquent, peut-être notre mariage est nul, Il n'a jamais été aussi.
    Je pense est que je ne peux pas comprendre, Vous pouvez me raisonner un peu.

    merci.

    1. Cher lecteur.

      Le mariage est pas “un avis“, mais un sacrement de la grâce.
      l'expression “valable jusqu'à preuve du contraire” suit une formule qui était une fois “intimé” avant l'échange du consentement, avant l'ordination des diacres et des prêtres, avant la consécration des évêques: «Qui a quelque chose contre elle parle maintenant ou taise à jamais».
      Phrase que je ripristinerei, mais pas tant pour les mariages, mais aux ordres sacrés, devant laquelle plusieurs, me limiter au lieu de ne pas participer à juger objectivement scandaleux plusieurs d'entre eux, Je voudrais aller expliquer pourquoi je ne veux pas dire réduit au silence pour toujours …

      Je lui ai expliqué dans mon précédent article, et je répétais dans divers commentaires, exiger que les Sacrements, pour la validité des exigences minimales, et je l'ai expliqué que cela est nécessaire, non seulement pour le sacrement du mariage.

      Si une personne reçoit une confession sacramentelle, conformément à ce qui est requis rituel, mais il n'a pas repentis du péché, En effet, il croit avoir raison et que le comportement pécheur est légitime, le prêtre peut prier non pas une fois mais dix fois la formule acquittement, mais le sacrement est invalide, parce qu'il n'a pas l'exigence de base: repentance qui repose en amont sur la connaissance du péché, à savoir le sens du bien et du mal.

      Exemple de mariage rétrospectivement potentiellement invalide mais toujours valide: Tom Caia marié non pas parce qu'il l'aime ou parce qu'elle veut se marier, mais parce que forcé par la famille. Caia est en effet enceinte et Tom savait que quelques semaines seulement et que, après “crime” de l'épouser juste ne pense pas, au contraire, il a forcé contre sa volonté de l'épouser. Ce qu'il ne le ferait pas si la personne qui l'a forcé n'a pas exercé sur lui “puissance” coercitif, type: “Sinon, je vais vous jeter hors de la maison, Je ne donne pas un sou, Je vais couper toutes sortes d'aide …”. S'il avait pas été, il n'y aurait jamais adhéré au mariage. Ainsi commence sa vie avec Caia et une partie de la vie conjugale se que la femme avec qui il a l'intention d'avoir seule aventure occasionnelle est une femme merveilleuse, En effet, il est l'amour de sa vie.
      Tom a eu, ensuite, une ouverture à la grâce qui l'a amené à exprimer dans son cœur d'autant plus heureux et sans le consentement de façon rétrospective et en tant que tel le son du consentement qui était situé en amont.
      Dans ce cas, le mariage est valide.

      contraire, si Tom continue à vivre le mariage comme une contrainte, Il regretta forcé de se marier, dans ce cas, le mariage est non valable vice du consentement flagrant.

      Comment voyez-vous, il est pas si difficile de comprendre la question, simplement que le bon sens au raisonnement catholique qui émerge au lieu des journaux débattant pour les jours du tour sur ce sujet délicat en barrique … “L'Eglise approuve piste rapide divorces“, “subventions pape aux évêques d'annuler le mariage” … et divers non-sens.

      1. Don Ariel Merci pour votre réponse, mais je re-demander pourquoi je ne me comprends pas.
        Il a suivi son exemple que Tom pour vivre le mariage comme une contrainte, Il regretta forcé de se marier, mais ne regrette pas Caia fait semblant d'être heureux pour que cela ne suspecte, ou si demandé par Caia suspect nie avoir été forcé sato. Caia habitera croire que sacramentellement marié quand non est. erreur?

        1. cher.

          Tout d'abord, le mariage est encore valable jusqu'à preuve du contraire et qui restent formellement jusqu'à au moins un d'entre eux ne fera pas ce contraste, il existe des preuves du contraire.
          Elle est bien expliqué, peut-être que je viens pas clarifié sa question, en prenant seulement certains aspects.
          le soi-disant “réserves mentales“, Pourquoi ces fondamentalement, il, Ils sont liés à la plus profonde conscience humaine qu'aucun autre homme ne peut enquêter, parce que la loi de Dieu et la conscience des juges.
          Ce que nous pouvons faire est d'inviter l'homme à ouvrir librement leur conscience.
          Un taux d'étranglement admis qu'elle exemplifie, de l'avis de plusieurs canonistes pourrait finir par être un facteur “validation” et non à la place d'un élément “désactiver“.
          Toujours dans la confirmation et la preuve de ce que cette question est vraiment très délicate, car elle a joué la plupart du temps sur la conscience intime.
          Voilà pourquoi parfois, les tribunaux ecclésiastiques – et ce toujours – finir par avoir recours à des formules de serment dans laquelle il est entendu “sous peine de damnation éternelle de votre âme si proferirai faux ou prêter faux témoignage”.

          Il existe en effet des cas – et je répète toujours – dans lequel les juges, a constaté que les deux, ou l'un des deux, sûrement ils disent la vérité et sont honnêtes, recourir à la prestation de serment, il est impossible que quelqu'un puisse témoigner sur une autre conscience, en ce qui concerne, par exemple, “réserves mentales”.

          Ceux qui déchire maintenant leurs vêtements prétendant être déclarés invalides les mariages uniquement sur la parole du couple qui se posera sournoisement demande et indiquant, mostrano in tal modo di non conoscere quelle che sono sempre state, anche in passato, anche nei tempi cosiddetti più rigorosi, le prassi giudiziali adottate dalla Chiesa.

  5. Don Ariel Caro,
    prendo la sua pacata ed affettuosa lettera ad Antonio Socci come se fosse diretta a me stesso, dal momento che stimo moltissimo questo giornalista la cui fede sincera ed il cui amore per Cristo e per la Sua Chiesa (al pari del prof. De Mattei) Il est hors de question. si, condividendo moltissime sue (di Socci) perplessità, ne traggo sollievo, sperando (e pregando) che al prossimo Sinodo, coloro che tradiscono (je l'espère, Don Ariel, che Lei non voglia negarne l’evidenza) non strumentalizzino anche questo motu proprio “un dôme Pro”.
    Riguardo il caso di una conversione diciamoin corso d’opera”, che valida il sacramento nel momento stesso in cui si concretizzano la consapevolezza ed il pieno consenso dei coniugi, un’eventuale richiesta di annullamentopre-conversionesarebbe stata con ogni probabilità accolta (vista la mancanza di requisiti fondamentali). cependant, visto che le vie del Signore sono infinite (e quelle dello Spirito Santo pure), non è che questo atto avrebbeinterrottoun processo (conversion, juste) plus “dans la fabrication”, “sbarrandocosì le vie alla Provvidenza ? (Non vale dire che ci avrebbe pensato la Provvidenzaironizzo)…

    1. Caro Lewis.

      Fa bene e stimare Socci perché è una persona che cerca da sempre di testimoniare la fede, fa bene a stimare de Mattei perché è un cattolico devoto che a mio parere ha preso una deriva sbagliata, ma questo nulla toglie alla sua persona né come cristiano né come insigne studioso.
      La risposta al suo quesito credo di averla data in anticipo in questi articoli che le segnalo:

      http://isoladipatmos.com/dopo-il-sinodo-il-papa-tornera-ad-indossare-le-scarpette-rosse/

      http://isoladipatmos.com/siamo-al-cambio-di-unepoca-sul-santo-padre-francesco-e-necessario-sospendere-il-giudizio-e-procedere-sulle-ali-della-fede/

      Le Souverain Pontife, a tempo e luogo, confermerà i fratelli nella fede [Lc. 22, 31-34], non può fare diversamente, perché gode di una speciale assistenza dello Spirito Santo, alla quale noi crediamo per fede.

  6. Bello l’esempio di Tizio e Caia, a me ne viene in mente un altro magari piuconcreto perché con LA SCUSA di prendere in considerazionecasi limitesi finisce poi per generalizzare. Ci sono Tizio Caia e Sempronia. I primi due sono felicemente sposati da una ventina d’anni ma Tizio comincia ad essere un po stanco di quella relazione comincia a venire meno l’intesa sessuale e i due cominciano a litigare spesso, a questo punto entra in azione Sempronia splendida donna dell’est( che ha lasciato la propria famiglia per mettersi alla ricerca del pollo), una quindicina di anni meno di Caia ed un corpo da sballo, Tizio capisce che sfruttando la sua buona situazione economica potrebbe facilmentemettere le manisu Sempronia ma un forte senso di colpa lo attanaglia: Non fa altro che ripetersi che non puobuttare via vent’anni una moglie e dei figli la paura di cadere si fa sempre piuforte continua a chiedersi se quello che sta per fare epeccato agli occhi del Signore: Decide allora di andare da un parroco che dopo averlo ascoltato impietositosi gli pone la domanda:”Ma vent’anni fa credevi in quello che facevi?” E fu cosiche Tizio e Sempronia vissero per sempre

    1. Cher lecteur.

      L’esempio del marito che molla la moglie in menopausa avanzata per correre dietro alla stangona ucraina che per età potrebbe essere anche sua figlia non è una battuta di spirito ma una realtà nota e conosciuta a chi come il sottoscritto è stato più volte chiamato ad affrontare situazioni di questo genere perché coinvolto spesso da mogli distrutte e da figli in linea di massima inferociti coi padri fuggitivi.

      habituellement, la “pollocui giustamente lei accenna, è in una fascia d’età mediamente superiore ai 55 âge, non è un adone, non ha le fattezze fisiche e il fascino che aveva Sean Connery sessantenne o anche settantenne, tra lui e la stangona ci sono di media almeno 10/15 centimetri di altezza di differenza, nel senso che lei è più alta di lui, etc. …

      aussi, la “pollo“, è pure convinto che lei lo ami, perché se non credesse ciò non sarebbe appunto ilpollo” qui est.

      L’esempio che lei porta corrisponde a vero e io potrei aggiungere casi veramente grotteschi e paradossali tutti quanti frutto di realtà e non certo di racconti fantasioni.

      en bref, una coppia potrebbe asserire e portare elementi del tipo:

      1. quando ci siamo sposati non avevamo fede e quindi eravamo privi della percezione anche e solo vaga della natura del Sacramento;
      2. ci siamo sposati perché uno, o tutti e due, siamo stati costretti con la coercizione psicologica a farlo;
      3. ci siamo sposati a condizione di non avere assolutamente mai figli;

      etc. …

      E come dimenticare il punto piùdivertente”?

      4. il matrimonio non è mai stato consumato per la incompatibilità sessuale degli sposi.

      Quest’ultima motivazione tentò di portarla d’accordo col marito una mia ex compagna di scuola che tra i 16 et 18 anni aveva maturata un’esperienza sessuale tale da fare invidia ad una di quelle cinquantenni affatto vissute dividendo la propria morigerata vita tra il focolaio familiare e la chiesa. Sono passati molti anni da allora e questa mia coetanea, oggi cinquantenne, ha collezionato dopo il primo matrimonio altri due matrimoni civili finiti in divorzio e attualmente convive con un ragazzo di 32 âge.
      Dinanzi a quella istanza ed alle motivazioni portate i giudici del tribunale ecclesiastico, a distanza di molti anni, ridono sempre sulla “comicalité” di quel caso, dinanzi al quale rigettarono immediatamente la richiesta senza neppure il bisogno di chiederecome di prassi avviene in questi casipiù perizie a ginecologi, urologi, andrologi e specialisti vari. Perché questo è il punto: le cose vanno dimostrate.

      Tutto questo per dirle che i preti sono purtroppo dei grandi peccatori, capaci spesso a creare sconcerto e scandalo tra il Popolo di Dio con i loro peccati, altri ricoprono uffici più o meno delicati pur essendo dei perfetti incompetenti, però la prego: non ci faccia cretini fino al punto di bere l’acqua liscia nella totale convinzione che si tratti in realtà di brandy invecchiato, perché neppure io che non ho mai bevuto super alcolici in vita mia, confonderei mai l’acqua per brandy e viceversa.

      Quando le norme stabilite dalla nuova giurisprudenza canonica entreranno in vigore, vedrà bene che nessun tribunale, sulla parola di duefurbiche hanno confezionato una storia più o meno verosimile, dichiarerà la nullità del matrimonio, perché in certe procedure non c’è solo la responsabilità e la salut des âmes dei richiedenti, ma anche quella dei giudici chiamati ad assumersi precise e gravi responsabilità.

  7. Buona sera Padre, sto leggendo i suoi articoli da un podi tempo e devo dire su qualcosa mi trovo d’accordo su altro un po’ moins. Abbiamo assistito ad una dolorosissima rinuncia da parte di un grande papà che puzza più di clamorosa estromissione da parte di chi da sempre lo ha odiato. Lei lo definisce un debole per me era la punta di diamante del santo papà GPII ed ora mi impressiona la forza con cui porta la sua croce. Sinceramente mi rattrista paragonare la sua mitezza e determinazione all’arroganza del suo Successore che mi sembra sia sfatato un paladino di quella parte così detta progressiste non che un esponente della compagnia delle indie come lei ha chiamato il suo ordine intriso di potenti. Io so che lo Spirito Santo agisce ma non impone quindi in questa faccenda non è che Gli abbiamo chiuso la porta in faccia facendoci proprietari di ciò che non è nostro? Non sono un tradizionalista sono solo un cristiano cattolico un po addolorato e sconcertato. La ringrazio per l’attenzione e per la suo eventuale risposta.

  8. Ancora una volta un ottimo intervento. Il cambiamento di temperie c’è stato, questo è indubbio. Che ciò sia sufficiente a motivare un cambiamento nelle disposizioni che disciplinano il riconoscimento di nullità di un matrimonio, puo essere opinato. Non da un non cattolico, mais, dal momento che il pontefice si è in merito espresso in modo inequivocabilmente vincolante. Un argomento simile a quello che usa qui don Ariel (la mutata temperie, juste, con la perdita di consapevolezza), mi sembra di averlo incrociato in merito all’aggiunta del “Filioque” nel Credo.

    P.S. Trovo apprezzabili (direi esemplari) anche i toni della lettera aperta di padre Ariel: è così, a mio sommesso parere, che un cristiano dovrebbe rivolgersi a un fratello da cui dissente.

  9. Facendo i complimenti a P. Ariel per questo chiarissimo articolo, vorrei solo segnalare un passaggio del discorso tenuto dal Papa emerito Benedetto XVI alla Sacra Rota del 26 janvier 2013, che dimostra come il cosiddettoproblema della fedecome possibile causa di nullità del consenso matrimoniale – que, secondo Socci, sarebbe stato inventatodi sana piantadal regnante Pontefice Francesco nel suo recente Motu Proprio, in realtà fosse già ben presente nel magistero pontificio e nella prassi rotale:

    “sûrement, mais, la chiusura a Dio o il rifiuto della dimensione sacra dell’unione coniugale e del suo valore nell’ordine della grazia rende ardua l’incarnazione concreta del modello altissimo di matrimonio concepito dalla Chiesa secondo il disegno di Dio, potendo giungere a minare la validità stessa del patto qualora, come assume la consolidata giurisprudenza di codesto Tribunale, si traduca in un rifiuto di principio dello stesso obbligo coniugale di fedeltà ovvero degli altri elementi o proprietà essenziali del matrimonio”.

    1. Caro Manuel.

      In uno dei suoi discorsi, il Santo Padre Benedetto XVI affermò anche, riguardo alle richieste di matrimoni religiosi, que "certe volte noi bisognerebbe avere il coraggio di dire di no».

      All’udire quelle parole trasalii, perché da anni le andavo ripetendo, procacciandomi talvolta in risposta anche isorrisi di penadi diversi vescovi.

      Spero tanto, assieme al mio collaboratore, di riuscire a trovare il testo di quel discorso, proprio perché mi piacerebbe riproporlo integralmente.

  10. Caro P. Ariel,
    rileggendo un poin questi giorni i Discorsi di Benedetto XVI alla Rota Romana, mi trovo molte volte a chiedermi se coloro che gridano al presuntosovvertimento della dottrina sul matrimonio”, avvenuto a loro dire con l’ultimo Motu Proprio del suo Successore, conoscano davvero gli scritti dell’attuale Papa Emerito. Cito, sperando di far cosa gradita e soprattutto utile, un illuminante passaggio del suo discorso alla Rota del 22.1.2011: «Il diritto a sposarsi, la ius connubii, non è una pretesa soggettiva che debba essere soddisfatta dai pastori mediante un mero riconoscimento formale, indipendentemente dal contenuto effettivo dell’unione. Il diritto a contrarre matrimonio presuppone che si possa e si intenda celebrarlo davvero, dunque nella verità della sua essenza così come è insegnata dalla Chiesa. Nessuno può vantare il diritto a una cerimonia nuziale. Lo ius connubii, en fait, si riferisce al diritto di celebrare un autentico matrimonio. Non si negherebbe, puis, elle ius connubii laddove fosse evidente che non sussistono le premesse per il suo esercizio, laddove cioé la volontà si ponesse un obiettivo che è in contrasto con la realtà naturale del matrimonio».

  11. La mentalità contemporanea si pone piuttosto in contrasto con la comprensione cristiana del matrimonio, specialmente rispetto alla sua indissolubilità e all’apertura alla vita. Poiché molti cristiani sono influenzati da tale contesto culturale, i matrimoni sono probabilmente più spesso invalidi ai nostri giorni di quanto non lo fossero in passato, perché è mancante la volontà di sposarsi secondo il senso della dottrina matrimoniale cattolica e anche l’appartenenza a un contesto vitale di fede è molto ridotta. donc, una verifica della validità del matrimonio è importante e può portare a una soluzione dei problemi” (S.E Card Muller, Prefetto della CDF, INDISSOLUBILITÀ DEL MATRIMONIO E DIBATTITO SUI DIVORZIATI RISPOSATI E I SACRAMENTI, OR 23.10.2013)

Laisser un commentaire